AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.

avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Lun 27 Juil 2015 - 10:53

Mowiel ouvrit les yeux aux croassements d'un Corbic. Reprenant peu à peu contact avec le monde réel, dont elle avait été privé par de sinistres songes, elle se redressa sur un coude ; non loin d'elle, au pied de l'atelier, Khalël gisait endormi au creux de coussins colorés.
C'était le crépuscule, ou tout du moins ce qui y ressemblait. Un mince croissant de lune se couchait dans le ciel rose et mauve, laissant doucement place à l'astre solaire. Dans les cités, tout était paisible et silencieux. Tout du moins en apparence.

La vente des armes était florissante. Les sabres et les couteaux se vendaient comme des petits pains. L'antre accueillait chaque jour des dizaines d'hommes et de femmes, enhardis par la dégradation de leurs conditions de vie et l'insolence grandissante des Cultivateurs. Depuis quelques jours, Khalël ne quittait son atelier que lorsqu'il était indispensable de le faire, au moment des repas ou pour des livraisons importantes. Quelque chose de grave se préparait. Et Mowiel ne se sentait pas la force de protéger son ami de ce qui allait arriver.

Le cœur battant, la jeune femme se pencha sur le visage de Khalël et pressa doucement ses lèvres sur les siennes. Ce baiser dura longtemps, pourtant, il parut bien court à celle qui le donnait. Car avec lui, elle livra toute son âme et en oublia le monde et sa détresse, jusqu'aux chaînes qui la retenaient ici, aux cités troglodytes de Penjoie. Ces dernières semaines, elle s'était délibérément éloignée de lui.

Chaque nuit, l'héritier Anstarym hantait ses songes. Et chaque nuit, il lui semblait encore l'aimer, le désirer, et ce avec autant de force qu'au premier jour de leur rencontre. Au point qu'au petit jour, partager les bras de Khalël lui paraissait être un crime plus déshonorant encore que la fornication. Il n'en était pourtant rien. Et plus l'inéluctable guerre approchait, plus elle prenait conscience de la stupidité de ses pensées.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Lun 27 Juil 2015 - 11:57

Khalël avait les yeux fermés, réfléchissant intensément. L'adage disait que la nuit portait conseil mais, dans son cas, plus les nuits se succédaient, plus le doute l'envahissait... Était-ce une si bonne idée de prendre les armes pour enfin se faire entendre ?... En voulant prouver qu'ils étaient humains, n'agissaient-ils pas en animal ?... Pourtant il sentait au fond de lui, pour que ces arrogants de Cultivateurs les entendent enfin, il n'y avait que cette solution : ils devaient prouver qu'ils ressentaient eux aussi, rancœur, colère et douleur... Et comme souvent, la dernière chose qui finissait de le convaincre, c'était Mowiel.

Mowi qui était revenue, un jour, vêtements déchirés, bleus et coups sur tout le corps... Et ce n'est pas tant le fait d'apprendre que certains mercenaires à la solde de ses anciens maîtres avaient retrouvé sa trace, ce n'est pas de la voir minimiser les violences qu'elle avait subi qui lui déchira le cœur... Elle avait de nouveau souffert à cause de son passé, alors qu'il avait promis de la protéger. C'est ça, le dernier événement qui lui finissait de lui donner raison, qui le fit agir plus activement.

Mais avant de se lancer dans une guérilla, avant d'avoir l'approbation des aînés de la cité, il voulait rassembler un maximum d'ostracisés à sa cause... Montrer que part le nombre, ils pourraient agir. Les visites à sa grotte se firent plus nombreuses, les demandes d'armes aussi. On lui avait même promis de trouver des armes de Veilleurs cassées, histoire qu'il puisse les étudier, les réparer et au mieux, s'il avait les moyens, pouvoir en fabriquer quelques unes. Il n'avait jamais connu une activité aussi florissante et pourtant...

Plus ses voisins se rattachaient à sa cause, plus Mowiel s'éloignait... Il était loin de chercher l'approbation de sa désirée, ni à obtenir quoi que ce soit venant d'elle... Il voulait juste la rendre heureuse, la voir sourire plus souvent, la tenir dans ses bras le plus longtemps possible. Que plus jamais personne ne la blesse. Alors il acceptait, en silence, avec une pointe de tristesse dans l'âme, qu'elle s'éloigne de lui, qu'elle prenne du recul,...

Il en était là ce matin-là, a remué toutes ses pensées se mélangeant, remuant, fouillant les tréfonds de esprit et de son corps... Jusqu'à ce qu'il entende le doux des frottements de tissus ; Mowiel se levait. Jusqu'à ce qu'il sente la chaleur d'un corps près de lui ; elle s'était installée à ses côtés. Jusqu'à ce qu'il sente son parfum et ses lèvres le frôler ; elle l'embrassait. Retenant comme à chaque fois un cri de joie, il ne bougea pas, savourant cet instant où tout s'évanouissait, la guerre, leurs conditions, leurs peines, et où plus rien ne comptait sinon elle.

C'était trop court, et à la fois si intense, qu'il regrettait qu'elle recule si tôt autant qu'il appréciait retrouver ses battements de cœur. Il ouvrit les yeux et il rougit aussitôt, comme toujours lorsqu'elle était si près qu'il pourrait la serrer dans ses bras. :

-Bonjour... lui dit-il en souriant.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Sam 1 Aoû 2015 - 6:49

Son sourire était parfait. Naturel, gentil.

- Je t'ai réveillé ?

Comme il ne répondait pas, Mowiel l'embrassa de nouveau. Avec tendresse, sans hâte, sans fougue. Baiser qui se fondit en un autre, puis un autre encore. Elle le tint contre elle, suivant délicatement le contour de ses lèvres, de sa mâchoire, de ses épaules, avant de se perdre dans le dessin des muscles de son poitrail. Ne jamais plus donner son âme toute entière à un homme ; elle s'était pourtant faite une règle d'or de ce principe...

Soudain, un bruissement de tissu à l'entrée de la grotte la fit sursauter.

- Khalël ? Khalël, tu es là ?
- Bientôt, ils viendront quémander leurs armes au beau milieu de la nuit, grommela la jeune femme en s'extirpant des bras de son ami. Je vais lui faire passer l'envie de...
- Khalël ? Je suis venu chercher ce que je t'ai commandé !

Lançant un regard lourd de sous-entendus à Khalël, Mowiel se détourna finalement du petit vestibule pour rejoindre la petite cuisine et y préparer le déjeuner. Toute cette histoire ne la concernait en aucun cas. La vente des armes, ces dizaines et dizaines de clients qui venaient chaque jour chercher leurs dûs. Tout cela n'avait rien à voir avec elle. Il s'agissait de ses clients. Pas les siens. Elle n'était pas en droit de les chasser, même si elle en mourait d'envie.

- Que vas-tu faire lorsqu'ils seront tous armés ?

Se sachant lancée sur un terrain glissant, la jeune femme détourna le regard.
S'attelant à sa tâche de manière grossière, coupant et écrasant les légumes comme s'il s'agissait de ses pires ennemis, elle supplia Ruyn de mettre fin à toute cette folie, à cette guerre insensée qui se préparait. Jamais jusqu'à aujourd'hui elle n'avait aimé quelqu'un si fort au point de taire ses certitudes. Jamais elle n'avait eu à contenir si longtemps sa colère pour laisser un être cher agir en toute liberté, quitte à ce qu'il y perde la vie. Et tout ça parce qu'elle n'avait su se défendre contre ses propres ennemis...Qu'aurait fait Chakib à sa place ?

...Qu'aurait-il dit à Khalël pour le convaincre de renoncer ?
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Lun 3 Aoû 2015 - 7:35

Non, bien sûr elle ne l'avait pas réveillé. Mais maintenant qu'il avait ses yeux ouverts, il préférait l'admirer et caresser la peau douce de ses joues plutôt que de répondre... Elle l'embrassa encore et encore. De manière chaste mais tellement intense pour lui ; son cœur bondissait à chaque fois qu'elle le frôlait. Puis elle sursauta...

-Khalël ? Khalël, tu es là ?

Interrompus... Il ne put retenir une grimace. C'était des moments assez rares et précieux comme ça pour qu'il en veuille à quiconque vienne les déranger. Tellement qu'il échappa un sourire quand Mowiel laissa entendre qu'elle comptait bien se débarrasser de l'importun. ...Qui malheureusement était un client.

Accusant le regard de sa désirée, il baissa les yeux et soupira en se levant à son tour. Khalël ne refusait jamais un client ; déjà parce qu'il vivait beaucoup grâce à eux et maintenant qu'il abritait Mowi, il était hors de question de manquer de nourriture, ensuite parce qu'il sait que son succès tient surtout par le bouche à oreille et que si certains ostracisés laissaient entendre qu'il ne travaillait pas bien ou rendait ses travaux en retard, il pouvait dire adieu à son "train de vie"...

Il ouvrit la porte, ravalant son agacement, retrouvant une expression neutre. Celle-là même qui l'avait longtemps fait passé pour quelqu'un de solitaire... Il reconnut son client et lui demanda de patienter, récupérant la commande dans une sacoche accrochée à l'entrée. :

-Là, deux cimeterres et une dague c'était bien ça ?
-Oui ! Tiens, voilà ton payement !... Il y a des galettes d'Herbefeu et d'autres gâteaux bien consistants je crois... Et une outre en supplément !
-Tu sais quand j'en demande pas tant...
-C'est pour te montrer notre soutien.

Toute discussion se montra inutile puisqu'il repartit en faisant un clin d’œil sans se soucier de ce que pouvait lui dire Khalël. Il referma donc la porte, poussant de nouveau un soupir... pour retrouver Mowiel à l'intérieur, qui découpait férocement les légumes. Wouah, j'aimerais pas être à leur place... fut la pensée qui lui traversa l'esprit jusqu'à ce qu'elle pose la question tant redoutée. ...Zut.

La vie de Khalël n'était faite d'aucune certitude, et jusqu'à cette loi sur l'esclavagisme ça lui convenait parfaitement... Il avait grandi ainsi, il savait se contenter de peu et vivre heureux ainsi. Ne rien connaître du lendemain, envisager le pire comme le meilleur, ne jamais savoir ce que le temps lui réservait ; ces choses qui angoissaient le monde et les autres étaient pour lui normales, voir presque rassurantes... tant qu'on ne le privait pas de liberté. Ce que les Cultivateurs s'étaient amusés à briser sans pitié. Répondre à cette question, c'était répondre à l'avenir. Ce qu'il avait du mal à faire, mais il s'y attelait : pour le bien de Mowiel, de la Cité et du sien. :

-...Je ne compte pas envoyer des ostracisés à la mort, ni même qu'on prenne la vie des citoyens de Korrul. L'idéal serait de montrer aux Veilleurs qu'on sait se défendre et qu'on a parfaitement le droit de refuser l'esclavage.

Il s'assit près d'elle et fouilla le sac de vivres qu'il venait de gagner. Il le fouilla un instant pour s'emparer de ce qu'il cherchait ; une galette qu'il coupa en deux, gardant une moitié tendant l'autre à Mowiel... Ce geste lui rappela leur rencontre ce qui lui donna un pincement au cœur. :

-J'ai l'air d'avoir une vision optimiste des choses. Mais en vérité... Il pinça ses lèvres, car toutes ses craintes revenaient à lui : perdre Mowiel, sa liberté, sa vie... Le peu de chose qu'il aimait. Je suis perdu. Je n'ai pas l'esprit d'un leader et si je n'ai pas le soutien des aînés de la Cité, j'ai peur de créer une guerre civile.



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Lun 10 Aoû 2015 - 15:19

- Que crois-tu qu'il va arriver, une fois que vous vous serez révoltés ? s'emporta Mowiel. Que les dirigeants de notre pays vont renoncer à leurs lois ? Qu'ils vont nous laisser en paix, nous qui dépendons essentiellement de la nourriture et de l'eau qu'ils rejettent aux abords de la ville ? Ne sois donc pas si naïf !

Mowiel n'avait pas toujours tenu ce discours.
Les premiers mois de son exil, elle s'était indignée des conditions de vie des ostracisés, reprochant à cette communauté de ne jamais avoir eu le courage de l'élever contre les injustices dont ils sont victimes. Khalël en avait fait les frais, comme bien d'autres avant lui. Mais aujourd'hui, c'était différent. Elle connaissait la puissance militaire des Veilleurs. Elle connaissait les dangers qu'impliquaient la vie sous terre. Les Ostracisés, bien qu'animés d'un vif désir de liberté, étaient vulnérables.

- Ils vont tous nous massacrer. Pour nous prouver que nous avons tort, ils vont tous nous exterminer. Nous enterrer vivants n'est pas bien compliqué. Quelques explosifs, et la roche et le sable se chargeront du reste.

Vraisemblablement terrifiée, Mowiel détourna vivement le regard et se remit à sa tâche, contenant non sans peine le tremblement de ses mains. Tout cela n'avait pas de sens. Pourquoi risquer sa vie dans une guerre perdue d'avance ? Qu'allait donc apporter cette révolte aux Ostracisés, si ce n'est le malheur et la mort ? N'y avait-il pas déjà tellement ici ? Qu'espéraient-ils de plus, alors que les villes rejetaient leurs criminels, leurs voleurs et leurs parias dans le désert bien avant leur naissance ? La moitié étaient des assassins, ou des violeurs. Et les voilà maintenant prêts à défendre une juste cause.

- Je comprends maintenant pourquoi tu m'avais dit, à nos retrouvailles, ne jamais vouloir fonder de famille. Depuis tout ce temps, tu te préparais à ça, à cette stupide révolte qui... !

Dans un geste maladroit, elle s'entailla le doigt. Pourtant, elle continua. Ses gestes étaient fougueux, désordonnés, guidés par la colère et la peur.

- Tu vas peut-être mourir. Tu n'es qu'un imbécile.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Mar 11 Aoû 2015 - 10:45

Khalël prit une lente inspiration... Il se leva pour aller chercher un vieux et tout petit bandage, déjà lavé à l'eau bouillante, dans une des caisses qu'il s'évertuait à classer depuis l'arrivée de sa désirée. :

-Je t'aime Mowiel. Tu le sais, je t'aime énormément. Tu es belle, intelligente... Tu es sans doute la meilleure chose qui me soit arrivée depuis la naissance et c'est une chance que beaucoup d'Ostracisés n'ont pas. Sans toi, je serais peut-être déjà esclave ou, plus probablement, au front, à cette guerre contre l'Île Blanche que je ne comprends pas... Et j'ai beaucoup d'amis qui, faute d'espoir et de but, ou simplement par dépit, s'y sont jetés corps et âmes.

Sans s'occuper de savoir si elle protestait, il s'empara du doigt blessé pour le porter à sa bouche, retira le sang qui en perlait doucement et s'appliqua à lui mettre le pansement rudimentaire. :

-On se dit que vivre sans liberté vaut peut-être la peine si on est logé, nourri et à l'abris dans une maison solide... Mais qui le pense vraiment ?

En nous rejetant hors des villes, les citadins savaient parfaitement qu'ils ne nous offraient qu'une chose de bien : la liberté... Mon père et ma mère ont fait faillite,
disait-il sans pouvoir cacher l'émotion dans sa voix, ils auraient pu éviter la vie d'ostracisé en m'abandonnant. Mais ils ont choisi la liberté. La liberté d'avoir l'enfant qu'ils désiraient plus que tout au monde.

Il fit une pause, pour retrouver son calme et finir de soigner Mowiel. Il reprit, de peur d'être interrompu et de perdre son courage. :

-Ils avaient conscience de tout ça et aujourd'hui, on nous refuse même ça. Certes la liberté ne nourrit pas, elle ne nous protège pas mais c'était la dernière chose qui nous rattachait à l'humanité... Nous ne sommes plus que des bêtes de somme ou prête pour l'abattoir pour eux. Je le refuse pour toi, pour nous...

Mourir libre ou vivre esclave... On peut penser ainsi mais d'autres choix s'offrent à nous ! Vivre tranquillement dans sa grotte à attendre la fin de ses jours. Être enterré vivant ou exploser au milieu de nulle part, les forbans se font déjà une joie de nous le faire subir. On peut les rejoindre, on peut se battre, on peut perdre. Les Veilleurs s'en prennent parfois à nous, pour la moindre once de doute à notre égard, ou pour moins que ça. Même les Ostracisés entres eux se tuent pour survivre ou pour le simple plaisir de faire du mal.

C'est terrible à dire je le sais mais : on s'en contentait jusque là ! Par lâcheté peut-être... Mais moi... Je m'en contentais parce que j'étais libre. Libre de travailler de mes mains pour aider mes voisins. Libre de me lier d'amitié avec qui le voulait bien, sans arrières pensées, sans manipulations politiques. Libre même, de mourir demain !... Libre de fonder une famille avec celle que j'aime. Oui, ça aussi...

Alors oui je vais peut-être mourir pour ça... ou bien dans quelques jours à cause d'une maladie... ou bien demain en allant chercher de l'eau dans l'ombre des falaises de la cité... dans quelques heures en me faisant attaquer... La mort est un simple constat.


Il n'était pas certain d'être clair, ou convaincant, et se sentait tellement ridicule à parler tout seul aussi longuement... Il ne se souvenait pas avoir fait un tel monologue de sa vie. En fait, il se perdait dans les mots. Il avait l'impression de ne pas aller quelque part, que toutes ses idées se mélangeaient.

Il commençait à comprendre ces gens qui avaient peur du lendemain... Il y a quelques minutes, l'incertitude le rassurait... Désormais, en plongeant son regard dans celui de celle qu'il aimait, une terrible angoisse naissait. :

-Mowiel, je t'adore tellement, j'ai envie de changer le monde, de le rendre sain et paisible pour toi et pour ta famille. Je veux t'entendre rire chaque jour... Au point où je pourrai défier Ruyn pour te rendre heureuse. Mais peut-être que je m'égare, car effectivement, je suis un imbécile... Un imbécile fou amoureux alors... Dis-moi.

Qu'est-ce qui te ferait plaisir ? Qu'est-ce qui te rendrait fière ? Avoue-moi tes peines et tes désirs car je suis tout à toi... Je dois agir, je ne veux plus jamais te voir malheureuse. Dois-je réellement stopper tout ça ?


Essayant tant bien que mal de contenir le trémolo de sa voix, profondément touché par les sentiments de Mowiel, il conclut. :

-Que veux-tu que je fasse alors que je te vois souffrir ?



avatar
Ostracisé

On m'appelle Mowiel Solverre


Infos Personnage
RANG: Kezaël Lysereän, Asàf Lysereän, Khalël Isam, Kriss Almandina, Nessä Lysereän, Enaîa Lysean Vara'Da...
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie - Cités troglodytes
MON AGE : 19 ans
Féminin
MESSAGES : 441
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/09/2012
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 484
http://www.ile-joyaux.com/t2389-journal-de-bord-de-mowiel-solverre http://www.ile-joyaux.com/t1044-mowiel-solverre
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Jeu 13 Aoû 2015 - 7:34

- Je veux n'avoir jamais volé cet horrible marchand, ne pas avoir croisé la route de Wiriän Lysereän et des membres de sa famille, n'avoir jamais servi leurs sombres desseins, ne pas être tombée amoureuse de...de cet homme...ne pas m'être...enfuie...je veux revoir ma famille, je veux la serrer dans mes bras...mais...ils sont peut-être déjà tous morts de faim...A cause de moi...ils...

Mowiel fondit en larmes et se mit à trembler de tout son corps.

- Je veux que tout cela ne soit jamais arrivé, bafouilla-t-elle. Je veux que tout redevienne comme avant ! Que jamais plus je ne sois responsable de la mort d'un être cher. A cause de moi tu...tu vas mourir...Je ne veux pas que tu me protèges...

Cette guerre était nécessaire.
Depuis des décennies, les Ostracisés souffraient des attaques forbannes, de la persécution militaire, de la faim, de la soif, du manque cruel d'habits, d'outils et de matériaux. Cette année, on leur avait retiré leur liberté, contraignant certaines familles à offrir l'un de leurs fils pour servir dans l'intérêt de la guerre, d'autres à se cacher, priant chaque jour qu'on ne les trouve pas, sous peine d'être vendus sur les marchés d'esclaves.
Que leur enlèvera-t-on demain ? Leurs maisons ?

- Je n'ai pas l'droit de t'empêcher de...mais...Mon frère est sans doute devenu Veilleur Pourpre...ils ne sont pas tous méchants...ils ne sont pas tous coupables. Je ne veux pas avoir à choisir un camp. Ne m'oblige pas à faire ça.
avatar
Ostracisé

On m'appelle Khalël Isam


Infos Personnage
RANG: Mowiel Solverre, Solaris Aanka'Leï, Enaîa Lysean Vara'Da,...
VILLE & APPARTENANCE : Ostracisé
MON AGE : 19 ans
Masculin
MESSAGES : 157
AGE : 24
INSCRIT LE : 05/06/2014
PSEUDO HABITUEL : Wrath
Joyaux : 36
http://www.ile-joyaux.com/t2448-journal-de-khalel-isam http://www.ile-joyaux.com/t2439-khalel-isam-termine
Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   - Lun 21 Sep 2015 - 5:24

HRP:
 

Il ne savait plus quoi faire... Il voulait aider Mowiel, mais il ne pouvait pas changer son passé. Et il se sentait incapable de lui dire que ces horribles événements forgeraient son avenir, la rendait plus forte que jamais... Tout simplement parce qu'elle se mit à pleurer. Un énième pincement au cœur le traversa, il la prit dans ses bras, embrassant le haut de son crâne pour l'apaiser bien que ce fusse peut-être vain. Combien de fois avait-elle pleuré depuis qu'elle était dans cette grotte ?... Il ne savait plus, il ne voulait pas savoir... Il s'était juste promis de la voir sourire et ça ne fonctionnait pas. Il était impuissant. S'excuser ne mènerait à rien et il n'avait aucune solution. Était-il condamné à voir celle qu'il aimait pleurer ainsi jusqu'à la fin ?...

-Oui Mowi. D'accord...

Tout ce qu'elle voulait, mais qu'elle arrête de pleurer.

-Je ne ferai pas de mal aux Veilleurs, je veillerai à ce qu'on le fasse pas. J'y veillerai...

Les yeux brillants, il la décala un peu pour voir son visage, replaçant les quelques mèches rebelles s'étant placées devant son regard mouillé. Il embrassa sa joue, la commissure de ses lèvres et puis sa bouche... Brièvement, intensément. :

-Je suis désolé. rajouta-t-il quand même en caressant sa joue.



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: La seule vraie rébellion est la recherche du bonheur.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum