AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫   - Jeu 9 Fév 2012 - 15:04

Rappel du premier message :

mp : bon j'ai fait un truc assez simple pour l'intro, a nous de voir comment on va faire évoluer ça Smile

    Des oiseaux. Un fleuve orangé. Un traversée périlleuse contre des poissons carnivores. Une secousse.

    Thélador se réveilla en sursaut,s'arrachant de son cauchemar pour une réalité qui n'était pas plus rassurante. Il mit un petit temps à se souvenir ce qu'il faisait et pourquoi il était à dos de Draoma en plein milieu du désert. Puis les détails lui revinrent : La famille Valosis les avaient contacté pour que l'on examine leur draoma, apparemment malade, et Thélador s'était vu confié cette mission. Heureusement il n'y avait rien eut de bien grave pour l'animal. Un bon régime alimentaire et du repos devait pouvoir le remettre sur pied.
    Ça, c'était la partie la mieux réussit de son voyage. Les choses s'étaient un peu dégradées pendant son retour... La marche jusqu'aux terres Valosis ne prenaient pas plus de 2 heures en temps normal. Mais cette fois s'était sans compter la chaleur étouffante qui les avaient accablés. Ralentissant considérablement l'allure de l'animal, assommant son cavalier avec traitrise. Et évidemment il avait fallut que la gourde du pâle se retrouve mystérieusement percée ! Comme il s'était maudit de ne pas avoir vérifier son matériel avant de repartir !
    Il avait la langue affreusement pâteuse, et sentait un mal de tête poindre sans espoir de le réprimer.
    Et pas le moindre arbre en vue. Pas une seule petite tache d'ombre …

    Il essaya de rassembler ses esprits, un coup d'œil à sa boussole lui indiqua que le Draoma n'avait pas dévié le cap alors qui son cavalier avait sombré, le privant des directives. L'homme se pencha alors et posa un main sur l'épaule chaude de l'animal.

    -Modow, sois bénit pour ton sens de l'orientation ! Que ferais-je sans toi ? Dit-il avec gratitude. A la sollicitation de son cavalier le Draoma se contenta de se tordre le cou, et de lui lancer un regard blasé. A sa façon nonchalante de mâcher son mord, on aurait pu croire qu'il répondait « Je sais que tu peux rien sans moi cowboy, la prochaine, parle pour dire quelque chose d'utile... ».

    Thélador reporta son attention sur l'horizon. Ils avaient les températures accablantes, mais par chance, ils échapperait sûrement aux tempêtes de sable qui semblaient sévir de plus en plus souvent dans le désert. Quand aux forbans, Thélador espérait qu'ils resteraient bien au frais et qu'ils ne leurs viendraient pas à l'idée de venir le saluer de trop près …

    Il avait dût dormir un certain temps, car les limites du domaine Desnolancès se découpèrent bientôt sous son regard soulagé. Il arrêta sa monture non loin des près où broutaient les autres bêtes. Il mit pied à terre.
    Il avait toujours aimé les étoiles, mais il ne trouvait rien de plaisant à en voir flotter devant ses yeux alors que le soleil était à son zénith...Il prit un temps pour s'assurer que ses jambes ne le lâcheraient pas puis il rouvrit les paupières.

    Le bon sens aurait voulut qu'il aille s'hydrater de suite. Mais Modow avait aussi souffert de la chaleur, et devait aussi se reposer, Thélador décida qu'il pouvait pousser sa résistance encore un peu. Il avait supporté la traversée, il n'était pas à quelque minute près, aussi commença-t-il à des-harnacher le Draoma dans des gestes lents.
    Il rangea le matériel et mena l'animal à l'abreuvoir. Celui ci ne se fit pas prier. Thélador pour son compte s'aspergea le visage généreusement avec bonheur. Il ne s'était jamais sentit aussi poisseux de sa vie ! Ni aussi épuisé d'ailleurs ..

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫   - Lun 2 Avr 2012 - 12:49

    Enfin il la tenait : sa chance de pouvoir agir sur un facteur menaçant sa vie… Cette fois ci il n’était pas resté sans rien faire. Il avait agit. Le forban avait blessé Lalah, il avait menacé sa vie, et menacé par extension celle de Thélador, car ci celui-ci l’avait laissé faire, si il lui avait laissé Lalah, alors le matrooscien aurait-il mérité de continuer à vivre ?

    Mais qu’importe, car Thélador n’était pas resté passif cette fois. Il avait laissé le devoir se conjuguer aux sentiments et il avait prit les choses en mains. Il ne s’était jamais sentit aussi vivant… Cela était paradoxale, car pour « vivre » il avait dût repousser son âme jusqu’aux limites de la conscience.

    Il allait le tuer. Le détruire. Sécuriser son existence, et celle de Lalah. Il ne doutait pas de sa réussite. Son action l’avait rendu fou d’orgueil. La passif avait agit, et donc, il ne pouvait qu’obtenir un résultat. C’est ce qu’il avait cru. C’est sur cela qu’il s’était trompé…

    La lame déchira l’air, mais ne s’arrêta pas là où il avait voulut porter. L’ennemi avait saisi l’arme entre ses dents. La surprise transfigura Thélador mais il refusa de laisser la victoire lui glisser entre les mains, étouffant un juron, il chercha à reprendre l’objet. Ce fut l’erreur qui aurait pu lui coûter la vie.
    Il sentit la poussé de l’ennemi le rejeter au sol, retournant, en sa faveur, la situation. Submergé par la frustration Thélador s’apprêtait à lui sauter à la gorge pour l’étrangler, mais un nuage de sable l’aveugla.
    Ce fut à ce moment là peut être que son élan fut véritablement brisé. Son attaque avortée et sa victime enfuit, il ne restait au matrooscienne qu’une haine ruminée et la cuisante déception de ne pas être allé jusqu’au bout. Il respira fort, et clama les battements furieux de son cœur. Tout était finit à présent. Il avait envie hurler cette frustration qui lui secouait les veines, mais il se contenta se serrer les dents et de reprendre ses pensées.
    Il ne voulait pas s’arrêter sur ce qu’il avait faillit faire, ni sur ce qui avait fait qu’il avait eut envie de le faire…

    A présent, il était juste las, et la douleur venait, en traitresse, de reprendre ses droits. Il se sentit presque nauséeux. La chaleur, l’hémorragie et l’épuisement lui retombaient douloureusement dessus.

    Son regard d’azur se posa alors sur Lalah. Il se redressa, tituba mais s’approcha. Dans ses prunelles, il n’y avait plus de colère, il était redevenu l’orphelin qu’elle avait toujours connu. Il s’avança vers elle.

    -Ho Lalah … Pourquoi n’en fais-tu toujours qu’à ta tête … Soupira-t-il avec une once de tristesse dans la voix, comme si il avait été blessée qu’elle ne lui ait pas obéit.


    -Aller... Viens … Tout est finit maintenant … Je t’emmène chez nous… En sécurité. Il demeurait dans sa voix des inflexions trahissant sa fatigue, pourtant il forçait ses lèvres à afficher un sourire confiant.

avatar
Cultivateur

On m'appelle Lalah Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 18 ans
Féminin
MESSAGES : 414
AGE : 26
INSCRIT LE : 06/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Saya / wasp
Joyaux : 23
http://www.ile-joyaux.com/t537-vestiges-d-une-vie-ennuyante-lalah-desnolances http://www.ile-joyaux.com/t536-famille-cultivatrice-desnolances#12862
Posté dans Re: Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫   - Mar 10 Avr 2012 - 13:53

La scène se déroula tel un rêve. Tout semblait trop surréaliste pour que ce soit vrai. L’homme était parti aussi vite qu’il était arrivé. D’ailleurs, pourquoi était-il venu ? A quoi rimait ce débarquement ? A part causer des blessures et de la peur, son intervention n’avait servit à rien. Les Forbans étaient vraiment des hommes sans valeurs, sans cœurs, sans moralité. Ils s’attaquaient à quiconque croise leur chemin, qu’ils soient amis ou ennemis. Lalah avait toujours appris à les haïr. A l’école, ils étaient des parias, décrits comme des bêtes abominables et délaissé de Ruyn. La jeune femme avait toujours cru en ces dires mais la preuve même de leur cruauté était arrivée sur un plateau. Elle eut un frisson qui lui glaça le corps une fraction de seconde. Il fallait qu’elle se ressaisie, l’homme était parti, il était parti. Il ne reviendrait pas. Et même si il revenait, Lalah se jura de ne plus être un poids et d’apprendre à se défendre.

La jeune Cultivatrice tourna son regard vers le Matroscien. Elle lu dans ses yeux une expression qu’elle n’avait jamais vue auparavant et qu’elle souhaita au fond d’elle ne jamais revoir. Il transpirait, haletait et du sang jaillissait de sa blessure. Ses vêtements étaient sales et certaines parties en lambeaux. Mais son aspect physique n’était pas le plus effrayant. Non, c’était son regard qui terrifia Lalah. Elle pouvait y lire l’excitation du combat se mêlait à la peur et la haine. Thélador restait un homme, et comme tout homme, chaque combat le plongeait dans une frénésie incontrôlable.

Ce dernier se tourna brutalement vers elle et sembla prendre conscience de sa présence, à quelques mètres de lui. Son visage changea instantanément d’expression pour laisser place à un masque serein mais confiant. Ce fut ce visage là qui fit perdre à Lalah toute cette peur qu’elle retenait en elle. Elle se leva, titutbiant au passage, les larmes coulant sur ses joues pour venir se jeter dans les bras de son frère qui l’accueillit avec amour. Elle se mit à pleurer à chaude larme sur son épaule tandis que celui-ci lui essayait de la réconforter.

Enfin, elle renifla bruyamment et passa sa main sur son visage pour s’ennuyait, entrainant ainsi une tâche de sable sur son front. Elle planta son regard jaune dans les yeux bleu de Thélador et lui dit d’une voix qui se voulait un peu trop rauque :

« Thélador. J’ai eus si peur. Je… je.. mais… mais tu es blessé c’est vrai ! »Fit-elle en poussa brusquement son frère.

Elle se pencha sur sa blessure et la regarda avec dégout. La plaie était profonde et beaucoup de sables étaient entré à l’intérieur. Le contour était gonflé et la chair avait pris une teinte foncée. Ce ne fut qu’un relevant la tête qu’elle se rendit compte de la mine extrêmement pâle du jeune homme. Il afficha un sourire réconfortant mais pas assez pour Lalah.

« Comment te sens-tu ? Il faut rentrer immédiatement ! » Finit-elle par lâcher de son ton autoritaire qui lui allait si bien.
Citation :

Edit : je viens de voir que mon avatar est dead XD Je change plus tard x)
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫   - Jeu 12 Avr 2012 - 10:51

Suite du sujet :

http://www.ile-joyaux.com/t635-y-a-toujours-du-soleil-mais-ou-sont-les-lalah

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Y'a du soleil et des Lalah, tadidadada ♫   -

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum