AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Les Cors d'Alerte   - Dim 12 Fév 2012 - 12:55

Ambiance Musicale : > Audiomachine - Guardians at the Gate <


Le jour se levait au Nord des Cimes Hérissées. La tempête de neige de la nuit s'était transformé en un épais brouillard. Alwine et son fidèle ami Jorn, le Léopard des neiges étaient partis en chasse depuis deux jours déjà. Ils suivaient à la trace un cerf, quand ils furent surpris par la tempête de neige. Ils s'étaient réfugiés dans une cabane faite de branches de bois et de feuilles. Ces cabanes servent de refuge pour la nuit ou encore, comme pour Alwine, pour se protéger des éléments de la nature.

Elle assemblait ses affaires, mangea quelques baies sucrées et laissa un morceau de viande pour Jorn. Alors tous deux se mirent en route. Ils n'avaient pas fait quelques mètres qu'un Cor résonna au fond de la vallée. Alwine s'arrêta et écouta alors plus attentivement le son lointain. C'était un Cor d'alerte. C'était la première fois qu'elle l'entendait résonner ainsi. D'habitude on l'utilisait pour signaler que quelqu'un était en perdition, mais la mélodie employée était tout à fait différente. Cela signifiait que des intrus étaient arrivés sur le territoire Erfeydien...

"Jorn, on laisse tomber la chasse ! Le devoir nous appel ! Mais qu'es-ce qui peut bien se passer du côté des Rivages d'Ivoire ?"

Alwine dévala alors la pente enneigée de la montagne à toute vitesse et avec une agilité impressionnante. Quand au Léopard, cette idée ne l'enchantait guère. Il préférait poursuivre le gibier, mais les sifflements d'Alwine qui l'appelait, le résigna à la rejoindre.
Alwine zigzaguait entre les sapins dont les branches étaient couvertes d'un épais manteau de neige. Quelques instants plus tard, elle s'était arrêté au bord d'une rivière. Les derniers rayons de soleil avait fait fondre la neige et le torrent était entré en crue et avait emporté avec lui le pont qui servait de gué. Alwine Prit sa gourde d'Ithylium et versa plusieurs gouttes dans la paume de sa main. Elle se frotta les main avec, puis elle les plaqua au sol, directement sur la terre. Une douce et mince fumée lumineuse et orangée sortit du sol entre ses mains. La terre gronda légèrement et un pic de rock sortit su sol et fit un arc au dessus de la rivière jusqu'à entrer en contact avec l'autre rive. Elle venait de reformer un petit pont de fortune. Alwine se releva puis elle et son Léopard traversèrent en courant.

Alors qu'ils continuaient leur course, les cors s'étaient tus. Il était plus difficile de localiser l'endroit d'où il provenaient. Du coup, Alwine allait doit devant elle, au pif, essayant de trouver des traces. Mais le brouillard ne l'arrangeait pas. C'est alors que Jorn s'arrêta. Alwine s'arrêta quelques mètres devant lui aussi. Le léopard avait senti quelque chose. Il humait l'air, et il se mit à grogner doucement. La Factionnaire le rejoignit et s'accroupit à côté de fauve.

"T'as senti quoi Jorn !? Vas-y suit la piste, on trouvera peut être quelque chose !"


Le léopard s'élança en douceur sans faire le moindre bruit dans la neige. Alwine Le suivit à distance. Elle était moins légère que lui et elle faisait plus de bruit en courant. Elle essayait toujours de garder son Léopard en vue. Jorn s'était arrêté et s'était couché dans la neige sous des fourrés. L'animal était parfaitement camouflé. Alwine le rejoignit doucement. Le Léopard semblait avoir perdu la trace. pourtant le vent n'avait pas changé de direction. A moins que ce qu'ils pistait avait changé de direction...

Jorn se redressa d'un coup et se retourna en grognant sourdement. Alwine fit de même et par réflexe, elle sortit une dague bien affutée de sa ceinture. Ils étaient face à face avec l'une des leurs. Une Éclaireuse semblait-il vu son accoutrement. La jeune Factionnaire s'avança alors vers l'Éclaireuse et elle tapa son épaule en guise de salut.

"Tu nous a bien eue ! Chef Alwin Hildeborg des Léopards Noirs et voici Jord, mon Léopard. Jord ! Doucement ! Elle est avec nous !
C'est toi qui a sonné le Cor d'Alerte !?"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Cors d'Alerte   - Dim 12 Fév 2012 - 15:03

Prim s'agite dans la neige à mes pieds, et moi je ne sais pas trop quoi faire de mes mains.
J'agrippe ma fronde de la main gauche, la droite crispée sur la fourrure des lapins: j'aime bien ce contact, ça me rassure, c'est toujours bien d'avoir quelque chose à quoi se raccrocher en cas de panique.

Devant, les combats sont terminés, je vois plusieurs silhouettes repartir vers les villages, dans la direction opposée au village, et ça me rassurerait presque si les feux d'alarme ne continuaient pas de briller dans mon champ de vision... je crois que j'entend un cor. Je n'arrive pas à reconnaître la mélodie, mais si les feux sont allumés, ça veut dire qu'une menace plane sur le royaume... qu'est-ce qu'on va faire alors?

"Oh ma p'tite Prim, si tu veux mon avis on ferait bien de décamper, et vite!"

Pourtant, je ne bouge pas de mon emplacement.
Il n'y a plus personne devant moi, la voie est libre, et personne ne m'a remarqué, mais quelque chose me dit que je devrais aller y faire un tour quand même, pour voir... on ne sait jamais ce qu'on pourrait trouver d'intéressant, pas vrai?
Un regard vers Prim, qui s'est assise dans la neige, le gris de ses oreilles et de son dos la seule chose qui puisse trahir sa présence... elle attends de voir ce que je vais faire, comme toujours, et c'est motivant de voir que quelqu'un a confiance en moi, même si c'est juste un carnivore court sur pattes.

"Bon, d'accord," je marmonne, et je verse un peu d'Ithylium dans ma main... c'est qu'il ne faudrait pas en gâcher.

Ca ne me prend presque plus de temps de créer ma carapace, maintenant, et je ne tarde pas à voir le monde en reflets de bleu glacier.
Ca prend un peu de temps, de s'habituer à voir avec la carapace parce que je n'arrive pas encore à la rendre complètement transparente au niveau des yeux (les autres au village ils disent que c'est nul parce que ça m'empêche de voir comme ils voient, mais d'abord ils sont juste jaloux parce que j'ai la classe, et puis en plus je ne serais pas une bonne éclaireuse si je n'était pas capable de viser convenablement même avec une vision limitée. Et puis de toute façon, visée ou pas, moi je ne m'approche pas du danger sans un minimum de protection, hein! Il ne faudrait pas qu'il m'arrive des bricoles.)

"On va voir ce qui se passe en vitesse, et on rentre pour le dîner, sinon Pa vas s'inquiéter."

Je me remet en marche, aux aguets, Prim sur les talons, mais je n'ai pas le temps d'aller bien loin avant de remarquer un mouvement plus haut sur la pente des montagnes.
C'est très furtif, et je ne sais pas s'il s'agit d'un animal sauvage ou non, mais Prim a le poil tout hérissé et renifle le vent avec insistance, alors je la suit quand elle change de trajectoire.
Heureusement, je suis très légère, et douée pour ne pas laisser de trace, et puis la neige est dure en ce moment, avec le vent qui souffle, alors mes empreintes sont légères, et Prim n'en laisse aucune.

Ce n'est pas trop difficile de faire un arc de cercle et de nous retrouver derrière ceux qui nous poursuivaient: ils sont plus gros, plus lourds et bien engagés dans l'élan de la descente, je crois même qu'ils ne m'ont pas vue passer, plusieurs mètres sur leur gauche.
Prim reste en arrière quand je décide de m'approcher, mais ça ne me prend pas longtemps avant de reconnaître un membre de la Faction devant moi... pas assez de temps même, parce que j'ai déjà laissé tomber ma carapace quand son... son fauve se retourne vers moi, prêt à bondir, et je me retrouve presqeu aussitôt le derrière dans la neige en essayant de m'écarter.

"Tu nous a bien eue ! Chef Alwin Hildeborg des Léopards Noirs et voici Jord, mon Léopard. Jord ! Doucement ! Elle est avec nous !
C'est toi qui a sonné le Cor d'Alerte !?"

Je ne peux que secouer la tête à cette question, trop impressionnée par la dague qui brille entre la femme et moi pour pouvoir émettre un son... j'ai le coeur qui bat dans la gorge, mais je garde suffisamment de présence d'esprit pour pointer du doigt la corne que j'emporte toujours avec moi, en cas de souci: elle est toujours fermement attachée à ma ceinture et n'en a pas bougé depuis mon départ ce matin.

"Sif Ventraterre," dis-je dans un murmure impressionné quand j'arrive enfin à retrouver ma voix. "Et elle c'est Prim." Je la désigne du pouce: elle est toujours assise dans la neige et on ne voit presque que ses yeux sur le fond blanc. "On vient du village, juste au sud."

Je montre du doigt les colonnes de fumée qui montent dans le ciel, puis je me redresse en époussetant mes vêtements. Prim, qui a décidé de s'approcher, me saute dans les bras, et je la serre contre ma poitrine tout en m'assurant de garder Alwine entre son Jord et moi, juste au cas ou... après tout, moi j'aime bien les chats, mais des gros comme ça, ça risque de faire de sacré dégâts.

"Il y a eut une bagarre plus haut, par la bas." Je désigne la direction générale du menton. "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais ça avait l'air grave, parce que les éclats de magie étaient drôlement forts. Puis quand ils ont arrêté d'attaquer, un gros truc s'est envolé dans le ciel, comme une montagne qui vole."

Bon, j'exagère, c'était vachement plus plat qu'une montagne, mais j'en suis sûre maintenant: c'était réel, ça volait, et ça n'étais pas un oiseau.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Cors d'Alerte   - Sam 18 Fév 2012 - 14:08

Alwine rangea sa dague dans le fourreau qui était attaché à sa ceinture. Elle était du genre à dégainer vite. On ne savait jamais sur quelle créature féroce on pouvait tomber dans ces contrées. Elle écouta les explications de Sif en fonçant les sourcils. Elle se demandait si elle n'avait pas eue des hallucinations ou trop bue d'alcool. Mais elle n'avait pas l'air d'être du genre à boire alors elle opta pour la première solution. Pourtant elle avait l'air tout à fait sérieuse et saine d'esprit. Alwine sourit à l'éclaireuse, puis elle lui dit :

"Une montagne volante tu dis !? J'ai du mal à y croire. Personne ne peut faire voler une montagne avec le Don ! Mais viens ! On va aller voir ce qui se passe de plus près. On trouvera surement quelqu'un pour répondre à nos questions."


Elle lui avait demandé de l'accompagner pour qu'elles en ai le coeur net, mais aussi parce qu'Alwine préférait rester en compagnie de quelqu'un. Dans les montagnes elle n'avait pas eu l'occasion de discuter un peut depuis plusieurs jours. De toute façon, si Sif n'était pas d'accord, c'était un ordre. Après tout elles n'en aurait pas pour longtemps. Normalement... On ne sait jamais si il peut y avoir du grabuge encore une fois.

Alwine fit signe à la jeune éclaireuse de la suivre. Jorn qui faisait connaissance gentiment avec Prim la suivit en bondissant dans la neige. Le petit groupe avançait rapidement et ils ne mirent pas beaucoup de temps à rejoindre l'endroit que Sif lui avait désigné quelques instants auparavant. Il y avait encore beaucoup de traces dans la neige. La plus part arrivait de leur direction et les autres à l'opposé. Les stigmates du combat étaient bien visibles sur la neige. On pouvait voir qu'un cercle de feu avait encerclé quelques personnes. Et que d'autres s'étaient enfuies en courant maladroitement dans la neige épaisse. Alwine regarda Sif d'un air interrogateur. Il n'y avait pas eu de morts ou si il y en avait eu, ils avaient étés déplacés. Jorn reniflait le sol à la recherche d'indices. Ce qu'il ne tarda pas à trouver. Il y avait quelques traces de sang mélangé avec les cristaux glacés. Mais ce n'était pas ça que le léopard des neiges reniflait. Il y avait autre chose un drôle de truc enfouis à moitié sous la neige.

Alwine ramassa cette chose étrange, métallique. Elle n'avait jamais rien vu de tel. C'était un peut en forme de "L" avec un tube au milieu. Curieuse, elle regardait ce machin dans tous les sens et... PAOWWW... Un trait vif de lumière sortit ce cet engin en frôlant Sif de peut. Le trait lumineux s'était arrêté contre un tronc d'arbre et y avait formé un large trou encore fumant. Terrifiée par ce qui venait de se produire, Alwine observa l'arme avec plus de précautions. Elle mit la main sur la poignée et elle appuya sur la gachette en visant une nouvelle fois l'arbre. Le même bruit de tonnerre sortit de l'arme Matrosienne, avec le même rayon lumineux. L'arbre s'écrasa au sol.

"Par le Gardien ! Mais c'est quoi cette chose !? T'as vue ? C'est pas de chez nous ça ! Qu'es-ce qui peut bien venir avec une chose pareille !? Tu ne crois pas qu'on devraient avertir quelqu'un du danger que ça peut représenter ?"

Alwine réfléchit quelques instants. Comment cette arme pouvait cracher un éclair lumineux comme ça ? Le Don ! Oui ! Cette arme avait le Don ! En appuyant sur un bouton par hasard, un truc tomba de l'arme. C'était en partie métallique et translucide. Il y avait quelque chose de bleu et liquide à l'intérieur. De l'Ithilyum ! Alwine pressa sur la gachette en visant un autre arbre. Rien ne se produisit. C'était ça. Cette arme était comme eux, elle avait besoin d'Ithylium pour utiliser son Don.

"Sif, cette machine a le Don ! Regarde ! C'est de l'ithilyum ! Et si je mets ça là dedans... Non pas comme ça... Voilà ! Regarde !"

Alwine tira encore avec l'arme. Jorn était tapis dans la neige, terrifié par le grondement que produisait cette arme. Alwine aussi n'était pas rassurée avec ça. mais ce qu'elle craignait le plus c'était que cette arme tue les siens.

"Cette machine a le Don tout comme nous ! Tu devais avoir raison, les étrangers on sans doute pu faire voler une montagne comme ça...

Il faut à tout prix que nous allions voir quelqu'un pour avertir tout le monde du danger que cette chose représente !"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Les Cors d'Alerte   - Lun 20 Fév 2012 - 6:17

"Une montagne volante tu dis !? J'ai du mal à y croire. Personne ne peut faire voler une montagne avec le Don ! Mais viens ! On va aller voir ce qui se passe de plus près. On trouvera surement quelqu'un pour répondre à nos questions."

Elle a beau sourire, je vois bien que la chef Hildeborg ne me croit pas... je peux comprendre après tout, une montagne qui vole, moi non plus je n'y aurait pas cru, mais tout de même! De la à me regarder comme si j'avais bu du vin de mûre en cachette, franchement, il y a une marge!
En plus, je te signale quand même madame que j'ai une super vue, moi, et que même si je suis pas courageuse, eh ben je garde la tête sur les épaules même quand il faut s'enfuir, et si je dit que j'ai vu une montagne voler, c'est que c'est vrai, non mais oh!

Je suis tellement vexée que j'en reste muette et, pour me donner une excuse, je remet ma carapace en place. Je ne peux pas parler quand je la porte, car je n'ai pas assez de contrôle pour le faire sans briser la glace qui couvre mon menton et ma gorge... j'ai bien essayé de ne couvrir que mes lèvres et de bouger comme avec mes bras ou mes jambes, mais c'est trop compliqué, et comme les sons ne passent pas quand la glace est fermée, carapace est devenu synonyme de silence dans ma vie.

Heureusement, Prim se charge de la 'conversation' en se laissant plus ou moins renifler par le fauve qui accompagne Aldwine.
Elle n'est pas contente, ma Prim, ça c'est certain, et je finis par la tirer de ce guêpier (ou peut-être par éviter un incident diplomatique, vu l'état de sa fourrure, c'est bien possible aussi) en tirant de mon sac un ruban bleu que j'ai toujours sur moi, et que j'attache à son cou avant de la laisser filer vers la maison.
C'est un système que j'ai trouvé pour envoyer des messages à 'Pa sans avoir besoin d'écrire: un ruban bleu veut dire qu'il ne doit pas m'attendre, et comme ça je sais qu'il ne s'inquiétera pas (mon 'Pa il a confiance en moi lui).


Il n'y a pas une très grande distance entre nous et la zone de combat, et ce n'est pas très long de l'atteindre... quand même, j'aurais bien aimé qu'on mette plus longtemps: ca ne me rassure pas du tout ça, moi!
Au premier coup d'oeil, même un novice verrait que ça a été violent: il y a de grands pans de sol déneigés, et même un large cercle d'herbe calcinée sous la neige fondue... un sacré cercle de flammes d'ailleurs, je ne sais pas qui l'a créé, mais ce qui est sur c'est qu'il y a de la maîtrise!
Peu de traces de sang, donc probablement pas de mort ou de blessés graves... une escarmouche?
En tout cas, les choses qui sont venues avec la montagne volante (c'est forcément lié, y'a pas moyen autrement!) sont reparties à toutes vitesse si on en juge par les empreintes qu'ils ont laissé dans la neige... mais ce qui est bizarre, c'est que leurs empreintes ressemblent à celles que les gens laissent quand ils courent (ah, il y en a même un qui boitait en repartant).

La chef se tourne vers moi avec une tête qui cherche des réponses, mais très franchement, je ne suis pas sûre d'en avoir.

"C'est bizarre," je dis quand même une fois que j'ai ouvert ma carapace, "On dirait des gens. Enfin... en tout cas, ça marche sur deux jambes, et ça fait... je ne sait pas, la taille d'une femme, peut-être?" Je hausse une épaule, tout en continuant d'essayer de comprendre ce qui s'est passé, puis j'ajoute: "En tout cas c'est parti vite, et pas intact. Et ils n'ont pas l'habitude de la neige, non plus, j'ai jamais vu des gens courir aussi mal sur de la neige aussi compacte... peut-être que c'est trop froid pour eux et qu'ils ne reviendront pas?"

Je sais bien que ma voix sonne un peu trop optimiste, mais je ne peux pas m'en empêcher... des choses qui voyagent dans une montagne qui vole, moi, j'ai pas vraiment envie de les voir revenir, ah ça non!

Et puis tout a coup, il y a un énorme bruit de tonnerre et ma carapace vole en éclats en m'écorchant les mains, le cou, le visage... je hurle.

"MAIS CA VA PAS LA TETE!" Je crie avant de me souvenir à qui je parle.

Oups.

N'empêche, c'est elle l'adulte, elle aurait du faire plus attention à l'endroit ou elle pointait son truc!
Et puis c'est quoi cette idée de faire des machines qui créent du tonnerre d'abord? Et comment ils ont... eh, attendez une minute... y'a un trou dans l'arbre! CA VEUT DIRE QUE J'AURAIS PU AVOIR CA ENTRE LES COTES? Oh Gardien, protégez moi! J'en veux pas de ça moi, je suis trop jeune pour mourir! Ca fume, en plus! Qu'est-ce que c'est que cette arme maudite (c'est forcément une arme, rien d'autre ne ferait des dégâts pareils, pas vrai?)

PAOOOOW!

Ca gronde et ça tremble dans les montagnes, comme une avalanche qui se préparer... oh là là, j'espère que c'en est pas vraiment une quand même, parce qu'on serait dans un sacré pétrin: on est en plein dans le couloir!

"On ferait peut-être mieux d'arrêter de jouer avec ça, non?" je dis d'une petite voix.

Après tout, la neige a l'air solide, mais parfois c'est traître, et les avalanches à plaques, c'est les pires! Je veux pas finir enterrée sous la neige moi, hein!
Et d'ailleurs, j'ai pas non plus envie de finir coupée en deux comme l'arbre... bon, d'accord, c'est pas un très vieux spécimen, et il aurait pas fallut très longtemps à 'Pa pour l'abattre à la hache, m'enfin quand même!

"Par le Gardien ! Mais c'est quoi cette chose !? T'as vue ? C'est pas de chez nous ça ! Qu'es-ce qui peut bien venir avec une chose pareille !? Tu ne crois pas qu'on devraient avertir quelqu'un du danger que ça peut représenter ?"
"Mais j'en sais rien moi! J'ai que dix-sept ans, et pis c'est pas moi la chef!"

Bon d'accord, peut-être que je suis doucement en train de paniquer, mais au cas ou vous auriez pas suivit je signale quand même que je vient de passer à deux doigts de la mort et c'était pas dans mes plans pour aujourd'hui du tout hein!
Ceci dit, je suis d'accord avec l'idée d'aller voir un Oracle et de demander conseil au gardien parce que j'ai l'impression que quoi qu'il se passe, on est dedans jusqu'au cou maintenant... je savais bien qu'il aurait mieux valut rentrer à la maison tout à l'heure!

N'empêche, pendant qu'Aldwine continue d'examiner sa machine à tonnerre, moi je me retourne vers l'arbre... c'est peut-être pas très prudent, il faut l'avouer, surtout maintenant que ma carapace est en miette, mais moi ce qui m'intéresse ce n'est pas de savoir comment on fait sortir le tonnerre mais plutôt ce que ça fait quand on est au bout.
Ca ne ressemble pas vraiment aux marque que laisse la foudre, en fait, quand on y regarde mieux. C'est plus proche de ce que laisserait une pierre lancée contre le tronc, sauf que là c'est une pierre minuscule qui a fait un trou gros comme mon poing... j'ose à peine imaginer à quelle vitesse il faut lancer un projectile pour faire ce genre de choses!

Il y a quelque chose par terre, un petit bout de métal écrasé par l'impact et la vitesse... c'était donc ça qu'a lancé cette chose? Pas de doute, ça lui a fait un drôle d'effet aussi, mais je préfèrerais grandement ne pas trop expérimenter avec cette chose avant d'en savoir plus... ca me fiche la trouille l'idée qu'un truc aussi dangereux soit en presque entre me mains... qu'est-ce qu'on fera si d'autres trucs reviennent avec les mêmes armes? Et s'ils avaient d'autres choses encore plus dangereuses?
Et qu'est-ce qui se passera s'ils décident de les utiliser contre nous? Est-ce qu'on pourra les arrêter avec nos dons?

"Sif, cette machine a le Don ! Regarde ! C'est de l'ithilyum ! Et si je mets ça là dedans... Non pas comme ça... Voilà ! Regarde ! Cette machine a le Don tout comme nous ! Tu devais avoir raison, les étrangers on sans doute pu faire voler une montagne comme ça... Il faut à tout prix que nous allions voir quelqu'un pour avertir tout le monde du danger que cette chose représente !"

Je hoche la tête, rendue muette par la trouille.
Je voudrais que 'Pa soit la, ou au moins Prim... mais 'Pa ne saurait pas quoi faire ici. Il ne comprendrait sûrement pas ce qui se passe.

Et qu'est-ce qu'il deviendra s'il faut que je m'en aille avec le reste de la Faction? Je pourrais lui laisser Prim pour chasser, mais qu'est-ce qu'il va faire si je ne suis plus la pour l'aider à comprendre ce que les gens veulent? Mon 'Pa il est adorable mais parfois... parfois il ne parle pas comme tout le monde.

"Il faut aller voir un Oracle," je dis avec la gorge serrée. "Ou alors au moins aller aux tours de garde, il y aura bien quelqu'un pour nous aider."

Et il n'y a plus grand chose à ajouter après ça, alors nous nous mettons en route.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Les Cors d'Alerte   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum