AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Jeu 1 Mar 2012 - 12:41

Nous arrachons chaque jour le droit de vivre dans le fracas des enclumes et le tonnerre des armes.

Rare occasion où Père avait eu raison en décrivant le fier peuple des Erfeydes. Qui aurait cru qu’Aurah l’aurait suivi au pied de la lettre en devenant Forgeron ? Courbée sur son ouvrage, la jeune femme martelait l’acier rougeoyant. Il ployait sous ses coups avec une aisance fascinante. Peu à peu, le métal brut tendait vers la forme d’une lame. Ces derniers temps, les commandes s’étaient davantage orientées vers diverses armes. La plupart provenaient même des Factions. Aurah avait vaguement entendu parler de créatures étranges aux confins de l’île et de rudes combats. Elle n’en savait guère plus mais les commandes croissantes d’armes n’étaient guère rassurantes.

Un bruit de carillon tira brusquement la jeune femme de ses pensées. Un inconnu venait d’entrer dans la forge. Elle sentit l’inconnu hésiter un moment puis s’avancer vers elle. La forge était plongée dans la pénombre. Seuls l’âtre brulant et le métal fondu l’éclairaient. Aurah n’avait pas cessé de marteler le métal. Le bruit devrait sans doute aider l’inconnu à se diriger dans la sombre clarté de la forge. A sa démarche, Aurah devina qu’il s’agissait d’une personne de taille intermédiaire, relativement légère. Sans doute une femme, ou un adolescent.

Lorsque l’inconnu fut à sa hauteur, Aurah jeta le métal encore chaud dans un bain avoisinant. Le métal siffla et crépita pendant quelques secondes encore. La jeune femme s’était redressée, le marteau en main posé sur son enclume. Elle toisa l’inconnu. Evidemment, elle ne pouvait le voir mais elle pouvait le sentir, deviner sa présence. Cependant, pour l’instant, Aurah ne savait pas encore à qui elle avait affaire. Ainsi, elle préférait rester méfiante. La présence du lourd marteau la confortait. Aurah huma l’air. Il faisait chaud au sein de la forge mais elle devinait un léger courant d’air. Dehors, la nuit commençait sans doute à naître.

- Bonsoir, je peux vous aider ?

Elle s’était exprimée d’un ton légèrement distant. Aurah n’avait jamais été une personne avenante et agréable. Par ailleurs, elle n’appréciait pas qu’on l’interrompe dans son travail.

[ J'étais guère inspirée pour l'intro, j'espère que ca te conviendra quand même =) ]
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Mar 10 Avr 2012 - 7:40

Je finis enfin par atterrir devant la forge d'Aurah, peu avant la tombée de la nuit.
Comme prévu, le voyage s'est avéré inconfortable, d'abord parce que c'était à dos de Yagock et très haut, mais aussi parce que Prim a fait des caprices tout du long, et maintenant elle est à deux doigts de me mordre quand je la sort de ma besace. Apeine per terre et elle file, l'ingrate -en même temps elle n'a jamais aimé la forge, la pauvre. Il faut dire aussi, je peux la comprendre: pour un renard, l'odeur du feu, ça n'est sûrement pas très rassurant.

Quand même, moi j'aimerais bien qu'lle soit restée avec moi, ma Prim, mais non, elle file ventre à terre vers les limietes de la ville. C'est mailin. Maintenant quand je repartirais, il faudra la chercher avant de me mettre en route.
En attendant, j'ai une mission à accomplir moi, et je serre ma besace contre mon ventre: avec un peu de chance, ça me donnera un peu de courage? Aurah, la forgeronne, elle m'a toujours impressionnée. Je n'ai pas peur d'elle, plus depuis la toute première fois ou j'ai accompagné 'Pa pour faire réparer les outils de la ferme, parce qu'Aurah elle est drôlement gentille. C'est juste que je me demande sans arrêt comment elle fait pour vivre aussi normalement alors qu'elle n'y voit rien. Je me demande si sa vie serait la même sans l'Ithylium. Est-ce qu'elle aurait pu devenir forgeron quand même? Ou est-ce qu'on l'aurait laissée mourir sans faire attention à elle?
Il y a plein de rumeurs qui courent sur Aurah. Des ridicules, comme ceux qui disent que c'est le Gardien qui lui a percé les yeux, et d'autres qui font peur -ils disent que c'est sa famille qui lui a fait ça.

Moi, Aurah, j'ai jamais vu sa famille, et je lui ait jamais demandé comment elle était devenue aveugle, ou même si elle est née comme ça. Je l'ai toujours connu aveugle et forgeronne, et gentille avec 'Pa et moi. C'est pas tout le monde qui respecte 'Pa, alors moi je pose pas de question, parce que c'est malpoli.
N'empêche, entrer dans la forge d'Aurah, c'est toujours une drôle d'expérience. D'abord, il fait toujours sombre la dedans, sauf près du feu, bien sûr. J'ai une bonne vue, mas il me faut quand même un peu de temps pour m'adapter, et le bruit du marteau sur l'enclume est une bonne aide pour me repérer. Et puis il fait très chaud aussi, tellement chaud que je pourrais presque m'en tenir à mon linge de corps si je le voulais -d'ailleurs, la première chose que je fais en entrant c'est d'enlever mes fourrures, parce que sinon je risquerais de fondre.

C'est seulement quand Aurah demande qui est la que je me rends compte que je n'ai pas dit un mot depuis mon arrivée. C'est pas terrible comme comportement, parce que je sais qu'Aurah préfère qu'on lui parle -c'est surement plus facile pour elle que d'écouter la démarche des gens pour savoir qui arrive chez elle.

"C'est moi," je dis, "Sif Svensdottir."

Normalement, mon vrai nom c'est Ventraterre, comme 'Pa, mais y'a plein de gens dans le coin qui ne se préoccupent pas des noms de famille, alors me présenter comme la fille de Sven, ça marche souvent mieux. De tout façon, c'est toujours mieux que d'être 'la fille de l'éleveur qu'a plus toute sa tête'.

"Je viens de la part d'une chef de Clan. J'ai des choses à te montrer."

Au fond de ma besace, je serre le poing sur l'arme des étrangers, et j'attends qu'Aurah m'invite à avancer avant de faire un autre mouvement.

Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Sam 14 Avr 2012 - 14:34

L’odeur de neige fraiche et de sous-bois trahissait la silhouette inconnue. Aurah devina également le cuir odorant de ses vêtements. Il devait sans doute s’agir d’un chasseur ou de quelque chose dans le genre. Plissant les narines, elle parvint même à découvrir un fumet différent, subtil mais tenace. Ca ressemblait à un animal. Du renne peut-être. Ca sent fort ces bestioles-là.

- C'est moi, Sif Svensdottir.

La jeune femme esquissa un léger sourire. Elle avait vu juste. Svensdottir, elle se souvenait de ce nom-là. Le père était un solide gaillard qui tenait un élevage de cerf en bordure du bourg. Aurah se rappelait également que sa fille l’accompagnait parfois, lorsqu’elle elle-même n’était encore qu’une apprentie. Elles avaient échangés quelques-mots lors des visites. Des paroles gênées et entravées par leur timidité. Aurah haussa les épaules et offrit un sourire franc à la jeune femme.

- Hé bien que puis-je pour toi, Sif ?
- Je viens de la part d'une chef de Clan. J'ai des choses à te montrer.

Le ton empressé, presque volubile, de Sif trahissait une certaine inquiétude. Aurah fronça les sourcils, intriguée. Fouillant dans son passé, elle se souvint que la jeune femme était entrée dans les Factions depuis peu. Quelques années plus tôt, la jeune aveugle l’aurait sans doute enviée de sa position. Mais à présent, elle appréciait son travail à la forge et son indépendance nouvellement acquise. Posant son marteau sur l’enclume, Aurah abandonna le métal qu’elle travaillait dans une cuve d’huile et s’avança d’un pas nonchalant vers la factionnaire. Elle l’entendait sortir quelque chose de ses affaires.

- Ma foi j’ai peur de ne pouvoir les voir mais j’veux bien que tu me les montres, tes choses.

Amusée, Aurah souriait. Son ton s’était fait moins sarcastique qu’à l’ordinaire. Elle ne tenait pas à rebuter aussi vite la jeune Sif, sans doute peu habituée à son humour particulier. Elle tendit une main vers elle, paume vers le haut.


[Hu je manquais d'inspi', désolée pour le temps que j'ai mis à répondre]
avatar
Peuplade

On m'appelle Nivilk Markin


Infos Personnage
RANG: ~BOIS&PLEYRION~ Alenoä . Grim . Astrid . Edvald ~SHAAS~ Fjölan
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion ~ Hön des Bois de Koun
MON AGE : 35 ans
Masculin
MESSAGES : 512
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1104
http://www.ile-joyaux.com/t699-nivilk-markin-le-sceptre-rouge http://www.ile-joyaux.com/t454-nivilk-markin-le-sceptre-rouge
Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Dim 22 Avr 2012 - 15:00

Cela faisait bien vingt jours que le clan n'avait posé le pied en terre civilisée. Leur chasse au déserteur s'était avérée peu fructueuse et les laissait tous sur leur faim, aussi Nivilk accorda aux Bois de Koun un répit aux Cîmes Hérissées, non sans arrière pensée.
Bien qu'il soit un individu peu loquace et plutôt antipathique, il ne se lassait jamais de ses visites à sa soeur.

Dès qu'ils eurent passé l'entrée du bourg, les guerriers se dispersèrent, le plus gros du groupe se précipitant tout de même à la taverne en promettant à leur chef qu'ils lui garderaient un petit quelque chose au frais. Du haut de son massif Vuurk, il leur adressa un vague signe de la main en guise d'accord, et éperonna sa monture en direction de la forge. Cette dernière frappa soudainement le sol de sa patte velue, laissant échapper un couinement un peu plus bas. Nivilk se pencha, et saisit par la peau du cou la petite créature que la sienne avait coincé, un ridicule petit renard, avant de reprendre sa route.

Une fois à destination l'homme mit pied à terre, et attacha Barm à la colonne de bois qui soutenait l'avancée du toit de la forge avant d'y pénétrer en brandissant la boule de poils qui lui gigotait entre les doigts tout en s'avançant.

- Salue ton homme et le repas qu'il t'amène !

À la vision de la petite blonde, Nivilk haussa un sourcil. Ça se bat, ça ? Un peu frêle et innocent à première vue pour avoir quelque chose à faire dans un endroit pareil. Le renard, lui, fixait la jeune fille en se plaignant davantage.

- Tu sais cuisiner, gamine ?

Spoiler:
 




Message à Alenoä :
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Jeu 14 Juin 2012 - 2:41

Des bruits extérieurs attièrent l'attention de la jeune femme. Elle tourna la tête dans leur direction, ignorant un instant la jeune Sif. Presque immédiatement, Aurah avait deviné l'origine de ces bruits. Monté sur son formidable destrier, Nilvik approchait. Son frère. Ils avaient vécus séparés l'un de l'autre pendant une dizaine d'années. Et pourtant, elle pouvait deviner son approche à plusieurs centaines de mètres. Chacun de ses gestes, sa démarche, elle la voyait dans son esprit comme si elle n'avait jamais été aveugle.

- Nilvik, murmura-t-elle tout bas avec un sourire laconique.

Elle se tourna vivement vers la jeune factionnaire. Et tandis que son frère descendait descendait les escaliers menant à la forge, elle entreprit de le présenter à Sif,

- Et voici le vaillant guerrier Nilvik, fit-elle avec une ironie mordante.

Haussant un sourcil, elle porta son attention sur le nouvel arrivant. Il tenait à bout de bras une petite chose mouvante, poussant parfois quelques jappements. Son odeur muscée trahissait un animal sauvage, mâle de toute évidence. La jeune femme fronça les sourcil, perplexe.

- Salue ton homme et le repas qu'il t'amène !

Aurah se fendit d'un sourire moqueur.

-...ramenant sa dernière victime.

Cynique au possible, elle défiait son frère de son regard aveugle. Elle croisa les bras sur sa poitrine en une attitude provocatrice. Elle connaissait cependant les humeurs violentes et imprévisibles de son frère. Elle savait qu'il ne pouvait lui faire de mal et pourtant, leurs années d'éloignement lui avait appris à s'en méfier. Son marteau était nonchalemment posé près d'elle, sur une enclume. Aurah savait que son frère ne manquerait pas de le remarquer. Et le geste le peinerait, sans doute, mais il le comprendrait. N'avait-il pas crevé les yeux d'une femme pour son insolence alors qu'il n'avait qu'une quinzaine d'année, tout au plus.

- Tu sais cuisiner, gamine ? fit son frère en lorgnant sur la jeune fille qui se tenait aux côtés d'Aurah,

- Tout aussi bien que n'importe quel factionnaire, répondit la jeune femme avec lassitude.

Les provocations et la nonchalance de son frère l'ennuyaient parfois.Elles étaient si prévisibles. Aurah fini par hausser les sourcils et se tourna vers Sif, lui offrant un sourire qui se voulait rassurant, amical.

- Hé bien montre-moi cette fabuleuse découverte.

Elle se tourna à demi vers son frère.

- Tu tombes bien, Nilvik. Tu vas pouvoir jouer le rôle des yeux que je n'ai pas, elle rajouta tout bas, comme autrefois...
avatar
Peuplade

On m'appelle Nivilk Markin


Infos Personnage
RANG: ~BOIS&PLEYRION~ Alenoä . Grim . Astrid . Edvald ~SHAAS~ Fjölan
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion ~ Hön des Bois de Koun
MON AGE : 35 ans
Masculin
MESSAGES : 512
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1104
http://www.ile-joyaux.com/t699-nivilk-markin-le-sceptre-rouge http://www.ile-joyaux.com/t454-nivilk-markin-le-sceptre-rouge
Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Mer 1 Aoû 2012 - 6:57

    La bête s'était tant et tant débattue que Nivilk finit par lâcher prise. De toute manière il n'y avait pas suffisamment de viande sur ce machin chétif qui alla se réfugier entre les jambes de la blondinette. À la remarque de sa soeur, le factionnaire réprima un rire ironique, feignant d'ignorer la présence du marteau qu'elle avait à portée de main. Elle était bien la dernière personne qui pourrait craindre d'en avoir besoin avec lui, et pourtant...

    Après que la forgeronne se fut adressée à elle, la jeune factionnaire sortit de son sac une pièce de ce qui semblait être du métal et dont émanait une forte aura bien particulière : l'ithylium. La chose était élégante, légère et finement gravée de décorations. Répondant à la demande de sa soeur, Nivilk s'en saisit non sans brusquerie, et commença à l'observer sous tous les angles tandis que la blondinette en racontait la découverte et parlait de montagne qui vole.

    - T'es en train de me dire que ce truc fait des trous ?

    D'après la jeunette, appuyer sur ce petit bout de métal courbé projetait une lumière et trouait la première chose qui était à sa portée. Nivilk s'interrogea. Utilisant lui-même son don et l'ithylium par le biais de son arme, il pouvait très bien concevoir que cette chose soit offensive. Seulement il n'avait encore jamais entendu parler d'un don de lumière, et n'avait jamais vu d'arme aussi élaborée. Se tournant vers sa soeur, il la lui tendit en lui faisant part de ses impressions.

    - Je n'ai jamais vu d'arme pareille et aux dégâts si particuliers. Elle est bien trop ciselée pour être l'oeuvre d'un artisan que je connaisse, toi y compris. Qui que soit son propriétaire, il doit être dangereux.

    La Factionnaire fit le récit de son voyage et de sa rencontre avec l'Oracle et deux prisonnières semblant venir d'ailleurs. Ailleurs, ça existait ? Comment auraient-elles pu passer ces eaux mortelles, si ce n'est en venant du dessus ? Comme s'il craignait d'en voir arriver d'autres, l'homme leva un instant la tête en scrutant le plafond. Puis, reposant son regard sur sa soeur, il reprit d'un air presque inquiet qui n'était pas dans ses habitudes :

    - Qu'en penses-tu Aurah ?




Message à Alenoä :
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Sam 11 Aoû 2012 - 10:43

A peine la factionnaire avait dévoilé l’objet de sa requête qu’Aurah sursautait. La densité d’ithylium qui se dégageait de l’objet était tout simplement incroyable. La jeune femme n’en revenait pas. Plissant les sourcils, intriguée, elle suivit scrupuleusement les mouvements de son frère. Ce dernier saisit l’objet avec précaution, le maniant lentement. Une aura dangereuse émanait de l’objet. Ecoutant attentivement les explications de Nivilk, la jeune femme entreprit de suivre les contours de l’objet du bout des doigts. Elle gravait dans sa mémoire les moindres courbures et détails.

- C’est une arme. Aucun doute là-dessus, finit-elle par décréter avec fatalité.

Sif, la jeune factionnaire, semblait agitée. Presque pressée. Et, sans prévenir, elle finit par s’excuser et s’éclipser, prétextant quelques vagues excuses. Aurah ne s’attarda pas longtemps sur le comportement de la jeune fille. Seul l’objet comptait, désormais. Et tandis qu’elle continuait son minutieux examen, Nilvik se mit en tête de révéler ses propres découvertes. Les évènements récents qui avaient agités les Erfeydes ne semblaient être qu’un minuscule morceau d’iceberg à la lumière de toutes ses informations.

Aurah se mordit les lèvres. D’une main experte, elle retourna l’objet dans sa main, veillant à ne pas actionner ce qui semblait être une gachette. A dire vrai, elle ne tenait pas vraiment à percer son frère d’un rayon lumineux par inadvertance. Dans un coin de la forge, on percevait les croassements incessants de Stain, poursuivant le renard captif. Ce dernier ne rêvait que d’une chose : la liberté.

Comme tant d’autres, songea Aurah.

Elle porta une main à sa ceinture et en défit une minuscule fiole d’ithylium. La quantité était amplement suffisante pour éveiller son don et analyser l’objet dans ses moindres détails. Aurah versa trois gouttes sur ce qui semblait être une arme issue d’une civilisation inconnue. Elle la caressa du bout des doigts. Aussitôt, des effluves d’un bleu éclatant enveloppèrent l’objet et sa main. Les yeux de la jeune femme s’éclairèrent à leur tour, miroirs d’ithylium.

Aurah perçait les secrets du métal. Elle sentait le travail que l’on avait fourni pour le forger, le modeler et lui donner forme. Elle voyait précisément chaque entrelacs de l’alliage et des pièces diverses. Et, à sa grande surprise, la jeune femme fut désolée de reconnaître qu’elle ne comprenait pas le fonctionnement de l’appareil. Il possédait une quantité impressionnante d’ithylium mais elle ne pouvait en percer le secret. C’était comme si la technique qui l’avait créé lui était inconnue. Pourtant elle savait tant de chose, elle était le meilleur forgeron de sa génération !

Poussant un grognement de frustration, la jeune femme se releva légèrement. Elle se tourna vers son frère qui l’observait en silence.

- C’est mécanique. Plein de pièces qui interagissent ensemble. Ca me dépasse, elle secoua la tête dépitée. Je comprends la structure du métal, de chacune des pièces de l’objet mais je…je n’arrive pas à saisir la logique de l’ensemble.

Elle fronça les sourcils, bien déterminée cependant à en percer tous les secrets.

- Il me faudrait un peu de temps mais j’y arriverais. Je veux y arriver.

Se souvenant soudainement de la dernière question de son frère, Aurah le fixa de son regard aveugle. Fronçant les sourcils, elle réfléchit à la question qu’elle avait jusque-là ignorée. Qu’en pensait-elle, elle ?

- Sont-ils tout simplement humains ? Cela impliquerait qu’il existe d’autres civilisations. Dans ce cas, pourquoi l’Oracle ne nous les aurait pas révélés ? Cela voudrait dire qu’il les ignore. Il existerait alors des hommes sans don, sans aucun lien avec Lui. J’ai du mal à le concevoir…

Marquant légèrement une pose, Aurah caressa pensivement l’arme étrangère.

- Ca m’intrigue, évidemment. Mais tout ceci ne présage rien de bon. Des guerres, de nouveaux conflits…
avatar
Peuplade

On m'appelle Nivilk Markin


Infos Personnage
RANG: ~BOIS&PLEYRION~ Alenoä . Grim . Astrid . Edvald ~SHAAS~ Fjölan
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion ~ Hön des Bois de Koun
MON AGE : 35 ans
Masculin
MESSAGES : 512
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1104
http://www.ile-joyaux.com/t699-nivilk-markin-le-sceptre-rouge http://www.ile-joyaux.com/t454-nivilk-markin-le-sceptre-rouge
Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Dim 12 Aoû 2012 - 14:48

Tandis qu'Aurah observait l'arme comme elle-seule le pouvait, Nivilk buvait ses paroles, esquissant un léger sourire en voyant sa soeur se débrouiller aussi bien malgré son handicap. Certes, cela faisait des années qu'elle l'avait domestiqué, mais le jeune homme ne pouvait s'empêcher d'être surpris à chaque fois qu'elle effectuait un acte aussi bénin soit-il.

- Mécanique ?

Ce mot là était quasiment inutilisé chez les erfeydiens, spécialistes en armes blanches, justifiant l'air interloqué de Nivilk. Certains avaient déjà tenté de construire des engins requérant cette "mécanique", jamais sans grand succès. Et puis, si même Aurah ne savait quoi dire... Le reste des paroles de cette dernière n'aidèrent pas à rassurer le Factionnaire qui avait pourtant vu la chose venir. Leur non lien avec le Gardien était un blasphème qui ne saurait rester impuni, seulement l'aperçu de leur puissance n'avait rien d'avenant quant à la rencontre prochaine.

- Si jamais ils reviennent, ce sera une véritable tuerie.

Et encore, ces hommes là n'étaient pas dotés des pouvoirs que le Gardien accordait aux siens, ce qui pourrait tout de même être un avantage. Du moins si ces étrangers se contentaient d'armes de ce petit calibre. Relevant ses yeux de l'arme, il les planta dans ceux de sa soeur.

- Ils reviendront, nous avons l'une des leurs. On se chargera d'eux. S'ils arrivent jusqu'ici, je veux que tu me promettes de fuir du plus loin que tu le pourras.

Nivilk était bien de ces Factionnaires fiers de protéger la population entière. Mais sa soeur passait avant tout, et elle pâtissait souvent de l'inquiétude de son frère à son égard. Une fois encore, il ne comptait pas lui laisser le choix.




Message à Alenoä :
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Dim 19 Aoû 2012 - 4:11

- Si jamais ils reviennent, ce sera une véritable tuerie.

- Sans doute…

Aurah fronça les sourcils. Nilvik ne pouvait voir plus juste. Les Erfeydes ignoraient tout de ces hommes-là. Etaient-ils seulement véritablement humains ? Il était difficile pour la jeune femme de concevoir que des hommes puissent vivre sans la protection du Gardien. Et puis, leur technologie et leurs armes semblaient si étranges et si complexes. Pourraient-ils seulement leur tenir tête ? Pour l’instant, la surprise avait autant touché les Erfeydiens que ces étrangers. Ils s’en étaient tirés sans véritable affrontement. Seul le Gardien savait désormais ce que l’avenir leur réservait.

En cet instant, la jeune femme prit une décision. Elle savait qu’elle serait là. Elle verrait ces hommes. Et elle les affronterait.

- Ils reviendront, nous avons l'une des leurs. On se chargera d'eux. S'ils arrivent jusqu'ici, je veux que tu me promettes de fuir du plus loin que tu le pourras.

Aurah releva brusquement la tête. Un rictus presque haineux déformait son visage. Son regard aveugle flamboyait, fixant son frère. La main de la jeune femme vint se resserrer sur son marteau. Elle le souleva et le plaça devant elle en un signe de défi. Elle n’était plus une enfant. A présent, elle savait se défendre et se battre. Son handicap était sa force. Son frère, cependant, continuait à l’ignorer, ne voyant en elle qu’une la petite fille frêle et dépendante.

- Et comment m’en empêcheras-tu, frère ?

Elle prononça le dernier mot avec un venin haineux, plus que provocateur. Elle connaissait les colères incontrôlables et imprévisibles dont était sujet son frère mais elle ne le craignait pas. Elle savait qu’elle pouvait l’affronter. Et, par-dessus tout, elle savait qu’il ne pourrait lui faire de mal. C’était comme un accord tacite passés entre eux. Chacun cherchait à protéger l’autre, à leur insu, bien évidemment.

- Je suis actuellement le meilleur forgeron que les Factions possèdent. Qui forgera vos flèches, vos fers et vos armes ? Et puis, grâce à mon don, nous pourrons plier leur métal et détruire leurs armes ! Nous aurons besoin de chaque Erfeydien si nous devons entrer en conflit avec ces étrangers, nous aurons besoin de tous les Dons du Gardien !

Montrant les dents, Aurah défiait son frère de lui répondre.
avatar
Peuplade

On m'appelle Nivilk Markin


Infos Personnage
RANG: ~BOIS&PLEYRION~ Alenoä . Grim . Astrid . Edvald ~SHAAS~ Fjölan
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion ~ Hön des Bois de Koun
MON AGE : 35 ans
Masculin
MESSAGES : 512
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1104
http://www.ile-joyaux.com/t699-nivilk-markin-le-sceptre-rouge http://www.ile-joyaux.com/t454-nivilk-markin-le-sceptre-rouge
Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Lun 20 Aoû 2012 - 5:35

La demande de Nivilk déplût à Aurah, bien évidemment. Il savait très bien que sa soeur n'était pas du genre à rester les bras croisés. Alors que cette dernière s'était munie de son marteau, le factionnaire avait posé sa main sur la garde de son épée, autant par pur réflexe que par précaution, sachant que sa soeur savait elle aussi argumenter par les gestes.

- Je ne compte pas t'en empêcher, je ne le pourrai pas.

Les paroles de la forgeronne s'avéraient être tout ce qu'il y avait de plus vrai, malheureusement. Mais Nivilk se refusait à la voir sur le front, face à un peuple aussi dangereux et aussi peu connu. Il posa sa main libre sur le marteau que tenait toujours Aurah et jeta un coup d'oeil à l'arme venue d'ailleurs. Soit, lui avait peut-être parlé trop vite, conscient que sa soeur serait un élément indispensable dans un tel conflit.

- Tu seras bien plus utile vivante. Ne prend pas de risques inutiles, ce serait une grosse perte pour les nôtres comme pour moi.

Ces derniers mots lui raclèrent légèrement la gorge à cet homme si peu expressif, du moins quand il s'agissait de sentiments positifs. Evidemment, il avait su faire comprendre à la jeune femme qu'elle comptait beaucoup, mais surtout à force de gestes et de sous entendus jamais très adroits. Afin d'apaiser le malaise qui était surtout le sien et de couper court à cette discussion, il dégaina son épée et la posa devant Aurah.

- Vus les évènements à venir, il serait préférable de lui donner un petit coup de jeune. Tu pourrais faire quelque-chose ?

Spoiler:
 




Message à Alenoä :
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Dim 9 Sep 2012 - 7:40

A sa grande surprise, Nilvik ne chercha ni à la contredire ni même à répondre à provocation. Aurah fronça les sourcils, décontenancé. Baissant légèrement les yeux, elle se tut un moment. Son frère en profita alors pour lui tendre son arme. Il s'agissait d'une formidable épée forgée dans l'ithylium. Elle avait été la première grande réalisation de la jeune femme. Un présent pour son frère retrouvé.

Aurah posa une main, doucement, sur le fil parfait de la lame. Elle secoua la tête et poussa légèrement l'arme.

- Elle n'a besoin de rien, sinon de combats et d'un bon guerrier pour la maîtriser. Cette arme est parfaite, Nilvik.

Forgée à l'aide de ses dons, l'arme ne connaissait ni les dommages du temps, ni ceux des combats. Elle se nourrissait seulement de l'alchimie de l'ithylium et de l'énergie de son possesseur. Détournant soudainement le fil de la conversation, Aurah se redressa et toisa son frère d'un air grave.

- Tu dis que nous avons pris un de ces étrangers ? Sais-tu à quoi il ressemble ? Crois-tu que je pourrais l'interroger afin de comprendre le fonctionnement de leurs armes ?

A nouveau, la curiosité de la jeune femme se déchaînait en un flot de question. De ses yeux pourtant aveugles, Aurah fixait son frère avec espoir et avidité.
avatar
Peuplade

On m'appelle Nivilk Markin


Infos Personnage
RANG: ~BOIS&PLEYRION~ Alenoä . Grim . Astrid . Edvald ~SHAAS~ Fjölan
VILLE & APPARTENANCE : Pleyrion ~ Hön des Bois de Koun
MON AGE : 35 ans
Masculin
MESSAGES : 512
AGE : 27
INSCRIT LE : 12/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1104
http://www.ile-joyaux.com/t699-nivilk-markin-le-sceptre-rouge http://www.ile-joyaux.com/t454-nivilk-markin-le-sceptre-rouge
Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Jeu 13 Sep 2012 - 11:42

Aurah avait parlé : l'épée qu'elle avait forgée n'aurait donc besoin d'aucune mise à jour. Amen.

Nivilk esquissa un sourire aux paroles de sa soeur. Il aimait énormément l'entendre parler de ses créations, sûrement à cause de cet air confiant qu'elle avait en ces instants. Il ne put cependant pas s'empêcher de la narguer, allant même jusqu'à poser sa main sur la frêle épaule de sa soeur :

- Parfaite ? Tu dis ça parce-qu'elle est de toi.

Comme si elle n'avait rien entendu, la forgeronne revint au sujet le plus préoccupant : la prisonnière. À ses questions il ne put que secouer la tête négativement, plus pour lui-même que pour Aurah qui aura sans doute deviné les mouvements de son frère.

- Je n'ai eu aucun détail à son sujet. Je ne sais même pas quels sont les projets du Gardien la concernant. Et ça, ça avait tendance à le frustrer bien comme il faut. Je sais seulement qu'elle a été emmenée à Orio.

Il laissa se passer quelques secondes d'hésitations, puis enchaîna :

Je doute qu'en y allant seule on te laisse la voir. D'autant plus que le voyage n'est pas des plus paisibles. Si tu veux y aller ce sera avec moi.

Sa dernière phrase sonna comme un ordre plutôt qu'une proposition. Hors de question de la laisser partir seule, et encore moins accompagné d'un autre.




Message à Alenoä :
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   - Sam 22 Sep 2012 - 13:40

Orio

Ce nom lui disait quelque chose. Aurah se redressa, carra les épaules et toisa son frère d’un air de défi.

- Orio tu dis ? Alors alors-y.

Elle avait superbement ignoré les conseils et mises en garde de son frère. Déjà, elle reposait son marteau derrière elle, saisissait sa lourde cape de laine, sifflait Stain. Le corbeau vint se percher sur son épaule, enfonçant ses serres dans le cuir épais. Il croassa avec entrain, réclamant quelques graines. La jeune femme l’ignora, se tournant vers son frère.

- Qu’est-ce que tu attends ? Faut que tu montres le chemin à l’aveugle.

Elle lui décocha un sourire cynique avant d’accrocher à sa ceinture son épée. Il n’y aurait certainement aucun danger sur la route mais elle aimait le contact rassurant de son arme contre sa cuisse. Aurah ne s’en séparait jamais en dehors de la forge. La jeune femme referma les souflets, baissa le régime de l’âtre et vérifia une dernière fois que tout était en ordre. Ses gestes étaient précis, sans aucune hésitation malgré son handicap. Elle était dans son élément.

Aurah se tourna une dernière fois vers son frère avant de sortir de la forge. Nilvik devait certainement sourire devant l’enthousiasme de sa petite sœur. Du moins, elle l’espérait. Cela faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas senti heureux…

[ Rp clos, suite au prochain numéro ]

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Fracas des Enclumes et Tonnerre des Armes   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum