AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Hammam de la Blanche Ezealle.

avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Hammam de la Blanche Ezealle.   - Sam 24 Mar 2012 - 3:13


Une ruelle brûlante. L'air y est lourd, très lourd. Le soleil paraît tout proche, comme posé sur le toit des maisons, et il illumine les façades blanches. La tempête de sable a pris fin, mais de petits monticules ocrés s'agglutinent au pied des murs, sur les trottoirs déserts. Le souffle léger du vent les éparpille sans cesse, mais ils se reconstruisent avec obstination face à d'autres maisons, même si chaque grain semble jouir de sa propre autonomie et paraît décider seul de sa course scintillante. Emportant sous son bras son ezealle à la robe claire, la propriétaire du hammam a fermé très tôt les portes de son établissement. L'après-midi a été très calme, et son chiffre d'affaire est proche du zéro. Peu de perspectives réjouissantes donc, et peu de raisons d'espérer mieux pour la soirée. Demain sera un autre jour ...

Le soir tombe, à présent. Les façades s'obscurcissent. Les ombres ont cessé de s'allonger et se meurent doucement au creux du linceul gris que la nuit dépose lentement sur la ville. Deux silhouettes pressées s'approchent en rasant les murs. Calyth et Promor n'ont fait aucune mauvaise rencontre, après avoir quitté Jude et Trias à l'auberge, mais ils ne relâchent pas leur vigilance. Peu habitué à livrer ses sentiments, le jeune forban n'a pas encore réagi aux propos de la milicienne, mais il s'étonne tout autant qu'elle de l'indifférence qu'a manifestée le chef des Gargans lorsque Calyth a évoqué son Speeder. La belle Matroscienne s'est montrée plus ferme qu'il ne s'y attendait, mais il ne peut lui donner tort, l'accueil des frangins n'a pas été des plus cordiaux, même si Jude n'a fermé aucune porte quant à son intégration. Et depuis, Promor cogite.

Les voici déjà devant le hammam, qui occupe l'extrémité d'une venelle, non loin de la place du marché. Le Facétieux pose une main sur la clenche de la porte d'entrée, il pousse, et ... fermé, comme prévu. Ils se glissent donc subrepticement vers l'arrière de la bâtisse, piétinant ce qui fut autrefois un coin de verdure avant que le soleil et le désert ne l'étouffent à petit feu. Et là, un mur blanc et nu les accueille, protégeant de sa hauteur respectable le dos de l'établissement. Cet obstacle imprévu trouble un instant le forban, mais, plein d'égards pour sa compagne, il s'empresse de la rassurer. C'est haut, et il n'y a guère de failles pour placer les pieds et grimper, mais je vais t'aider à le franchir, ma chérie. Évite les gestes trop brusques, tu risquerais de raviver la douleur de tes blessures ...

Promor bondit, s'accroche des deux mains au sommet du mur, fermement, et il s'y hisse en un coup de reins. Il s'assied sur la pierre tiède, se tourne vers Calyth, tend les bras vers elle, et l'attire délicatement à sa hauteur. Viens ! Avançons en équilibre sur le dessus de cette vieille muraille, elle nous mènera tout droit vers une des fenêtres du premier étage. Donne-moi la main, et marchons lentement pour ne pas nous casser la figure ... Ils progressent avec précaution, et atteignent une fenêtre entrouverte. Suis-moi, ma chérie ... Sans lâcher la main de la fille de Matroos, le forban se glisse à reculons à l'intérieur du bâtiment, et l'aide à faire de même, l'attirant vers lui en la prenant doucement sous les bras. Voila. Une brume indécise flotte dans les couloirs sombres, et une moiteur légère suinte le long des murs. A quatre pas d'eux, une porte vitrée est entrebâillée, et son carreau est couvert d'un voile de buée blanche. C'est par là !

Leurs doigts s'entremêlent à nouveau et ils pénètrent dans la pièce, emplie d'une vapeur ouatée qui s'agglomère et stagne, telle un brouillard nimbé de parfums et de mystère. Les intrus s'avancent et découvrent progressivement l'agencement des lieux. Plusieurs salles en enfilade renferment des étuves de tailles diverses, depuis les plus petites, rondes et peu profondes, contenant apparemment de l'eau très chaude, jusqu'à un bassin rectangulaire où elle est à température ambiante, ce que vérifie le Facétieux en y plongeant la main.

La dernière chambre est entourée d'armoires et de dessertes encombrées de flacons aux contenus joliment colorés et odorants, ainsi que de serviettes aux couleurs tendres, de savons, d'huiles, et de shampoings. C'est mieux fourni que sur le marché, ici, ma chérie ! Et c'est gratuit ! Ne nous gênons pas ! Fais ton choix parmi tout ça pendant que je me déshabille. Dans quelle étuve allons-nous pour débuter, mon ange ? lui demande t-il, tout en jetant négligemment ses bottes sur le carrelage bleu turquoise, et en dévisageant sa compagne, impatient de la tenir nue entre ses bras.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Ven 30 Mar 2012 - 7:40

Impatiente de se débarrasser du sable qui dessine sur sa peau, une croûte ocrée, et irritante. Calyth se presse, accrochée au bras de Promor, dans les ruelles quasi désertes d'Ofägar, espérant que le hammam ne se trouve pas trop loin. Son cœur a repris un rythme normal, après la mise au point qu'elle s'est sentie obligée de faire aux deux frères Forbans. Elle a été claire et ferme, se rangeant définitivement aux côtés de Promor, scellant irrémédiablement sa vie à la sienne, sans aucun regret, sans aucun doute. Si la personnalité de l'homme a encore ses zones d'ombre, ses sentiments envers elle sont limpides comme le cristal, aussi inconditionnels et puissants que les siens.

Au pied du mur d'enceinte de l'établissement de bains, Calyth craint de ne parvenir à grimper, mais c'est sans compter la détermination de son agile compagnon qui la soulève comme une plume et l'aide à pénétrer dans la grande maison silencieuse. Entrer sans y être invitée est une première pour la Milicienne, et contraire à ses principes, mais vivre avec un Forban est déjà une extraordinaire entorse aux règles, alors au point où elle en est, autant cueillir le moment présent et en savourer chaque minute …

Chaque pièce qu'ils traversent est bleue du sol au plafond, les nuances variant de l'azur au marine, donnant l'impression de flotter entre ciel et mer. Elles sont vides de tout occupant, fort heureusement … L'air est tiède, chargé de fragrances aux notes fleuries, une légère brume indécise flotte au dessus des bassins turquoise, nuages odorants de la douce moiteur qui les enveloppe, caresse humide sur leur peau desséchée ...
Dans la dernière salle, Calyth, stupéfaite, découvre une multitude de flacons de verre colorés qui s'étale sur une desserte, entourée d'armoires pleines de draps de bains moelleux. Elle reste interdite devant le choix de savons, d'onguents, d'huiles de toutes sortes, de toute provenance. Bien sûr qu'elle va choisir, mais lequel ?

- Choisis le bassin, trésor, je m'occupe du savon, enfin je vais essayer, je n'en ai jamais vu autant, que de senteurs et de textures ! répond-elle, humant rapidement les fioles, les pains de savons, avant d'en mettre deux de côté. Elle prend le temps d'allumer quelques bougies, les flammes dansantes répandant une lumière délicate, repoussant l'ombre vespérale aux confins de la dernière étuve.

Puis n'y tenant plus, elle se défait rapidement de ses bottes, et laisse tomber son pantalon sur le sol céruléen, avant de s'avancer lentement, un sourire aux lèvres, vers Promor qui la dévisage de ses yeux sombres, impatients. Dans ce regard ardent, fébrile, se reflète son propre désir de se couler, enfin, dans les bras de son compagnon, peau contre peau, et sa chemise passe par dessus sa tête, libérant un nuage de sable de ses opulentes boucles brunes, qui retombent sur sa peau dorée comme une cape diaphane épousant ses formes généreuses.

Et c'est simplement vêtue de ses pansements qu'elle se blottit contre Promor, glissant ses mains sous le tissu qui l'emprisonne encore, elle soulève doucement sa chemise, ses yeux d'or plongés dans les prunelles obsidienne, dévoilant la peau, brûlée par le soleil du Désert, couleur pain d'épices, embrassant tendrement chaque parcelle découverte, elle remonte lentement jusqu'à ses lèvres sensuelles, laissant choir le vêtement sur le sol. Puis elle s'appuie contre le torse puissant, et de tendre le baiser devient exigeant, mêlant leur souffle, libérant leur faim de l'autre, ses mains s'égarent, s'accrochent aux larges épaules. Cependant Calyth se doit d'y mettre fin, et se détacher de Promor est un terrible déchirement, mais il leur reste une tâche délicate avant qu'ils ne se laissent emporter par leur passion ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Sam 31 Mar 2012 - 7:09


Elle est nue. Ravissante et nue. Seuls deux pansements blancs, poussiéreux, un peu tâchés, lui habillent les hanches, se découpant avec netteté sur sa peau, dorée par des mois d'entraînement intensif et par leurs déambulations au cœur des dunes endormies au pied du volcan Muertiga. Chemise et pantalon de la milicienne gisent au sol, jetés négligemment sur les mosaïques bleu d'azur du carrelage ancien, riches en arabesques et en rosaces artistiquement déployées, de teintes plus tendres encore.

Parfaite. Elle est parfaite. Une terreur rétrospective envahit soudain le forban ! Dire qu'il a failli la perdre avant de la gagner ! Dire qu'il a failli tout perdre en la perdant ! L'impatience du Facétieux se mue en empressement. Son désir devient fièvre. Et la même incandescence, la même passion, brillent au fond des prunelles mordorées de Calyth, où elles côtoient les milliers de pépites d'or qui y sont enfouies. C'est la belle Matroscienne qui accomplit le premier pas, et vient se lover au sein des bras musculeux que le forban ouvre pour elle, la revêtant d'un manteau de tendresse. Leurs lèvres ne se cherchent pas. Elles se trouvent, elles frémissent ensemble. Elles entament la plus douce des batailles. Elles s'offrent et se dévorent, elles s'épousent, se perdent, et se retrouvent encore. Leurs mains viennent en renfort, celles de Promor sculptent le postère joufflu de la jeune fleur de Matroos, Vénus callipyge, superbe et lascive, et celles de Calyth s'égarent sous la chemise de son compagnon, dessinent de larges ellipses sur sa peau sombre, puis envoient l'encombrante liquette rejoindre ses propres vêtements éparpillés sur le dallage centenaire. Les boucles voluptueuses de leurs lourdes chevelures s'entremêlent et se nouent un peu plus à chaque baiser. Longtemps, ils s'abandonnent l'un à l'autre, entièrement nus à présent car le Facétieux s'est vivement débarrassé de son pantalon en deux brèves contorsions du bas du dos.

La milicienne s'écarte enfin. Promor la dévisage en silence. Il a compris, il est plus que temps de délivrer son adorable pilote des compresses qui l'enserrent fermement à la taille. Il a compris, ils vont s'aimer. Laisse-moi le faire ! ... murmure t-il en s'agenouillant devant elle. Il ne l'avouera pas, mais il est inquiet, même si les blessures de Calyth présentaient un aspect rassurant et sain lorsqu'il les a pansées pour la dernière fois, dans le Speeder prisonnier des dunes. Avec délicatesse, il se saisit d'une extrémité du bandage, et le retrousse progressivement, pouce par pouce, pore par pore. La plaie se dévoile, propre et nette. La cicatrisation est presque complète, seules une ou deux légères boursouflures rosâtres subsistent au centre de la blessure. Le retrait tout aussi minutieux du second pansement permet le même soulagement.

- Des baisers qui soignent ... dit l'enfant Promor en posant doucement les lèvres sur la courbe fine et pâle de la seconde cicatrice. Sa bouche s'attarde, mutine, papillonne entre les deux blessures, puis suspend son vol et embrasse doucement le léger duvet brun ornant la féminité de Calyth, tandis que ses paumes caressent l'intérieur de ses cuisses fuselées.

Il sourit et lève les yeux. C'est parfait, tu survivras ! Sauf si tu te noies dans le hammam ! Viens, prenons ce risque ... conclut t-il, rasséréné et extraordinairement gai. Il lui prend la main et l'attire vers un bassin ovale d'où s'élèvent de léger filaments de brume. Bulles irisées et volutes parfumées les accueillent lorsqu'ils se coulent dans l'eau chaude, l'un contre l'autre.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mer 4 Avr 2012 - 11:17

Frissonnant sous les tendres baisers et les douces caresses de Promor, Calyth est soulagée de voir ses cicatrices propres et saines, si la douleur persiste encore, elle disparaîtra sûrement sous peu, avec du repos ... et de la tendresse. Les baisers qui soignent … Il s'est souvenu de leur discussion à coeur ouvert, dans le Speeder ... Il y a encore tant de non dits, d'inconnues qui subsistent entre eux, mais les sentiments qui les animent sont si forts que pierre à pierre, ils comblent ces vides, tressant les liens indissolubles de la passerelle qui permettra de franchir tous ces obstacles.
Calyth vacille entre deux extrêmes, l'amour du Forban la rend forte, invincible, mais il la touche aussi au plus profond de son être, la rendant vulnérable, se révélant d'une intensité qu'elle découvre avec émerveillement toujours de plus en plus grande … 

Mais l'heure n'est plus aux introspections stériles, son corps, son cœur réclament avidement l'autre moitié d'eux-mêmes, et elle suit Promor dans le premier bassin d'ardoise et de turquoise artistiquement mêlées. Un sourire étire ses lèvres pleines, gonflées par leurs baisers ardents, au trait d'humour inattendu du jeune homme, se noyer dans une eau à la chaleur si bienfaisante, sûrement pas !

- Risque calculé, trésor, je sais nager, l'eau n'est pas si profonde ... et puis tu es là ... A moins que tu n'aies l'intention de me noyer ...  le rassure-t-elle, taquine.

Ils déchirent la brume parfumée qui surplombe délicatement l'étuve, pour un peu elle se croirait aux commandes de son oiseau d'acier, entre ciel azuré et nuages lactescents : c'est un vrai bonheur, si intense qu'il amène une vague de frissons délicieux sur sa peau. Frissons d'anticipation, frissons de plaisir de sentir Promor tout aussi impatient et fébrile qu'elle. Elle se glisse lentement contre le jeune homme appréciant la chaude caresse de l'onde, qui l'enveloppe bientôt totalement, comme un long et douillet manteau d'une douce fourrure.
Assis, serrés l'un contre l'autre, immergés jusqu'aux épaules, Calyth a posé sa tête contre le bras musculeux du Forban. Le nuage irréel de vapeur qui les enveloppe laisse planer des senteurs enivrantes, les yeux fermés la jeune femme dessine des larges arabesques sur les méplats du torse de Promor. Un long soupir de félicité s'échappe de ses lèvres, alors qu'elle rouvre ses yeux d'or sur le visage aimé :

- Tu as eu une idée de génie, Promor, il n'y a rien qui ne pouvait me faire plus de bien … Puis plongeant sans réserve, dans les prunelles d'encre de son compagnon, étincelantes à la lueur dansante des bougies qui les entourent, elle l'attire lentement, vers elle, et elle cueille dans un sourire mutin, un premier baiser léger sur ses lèvres si sensuelles, prémisse de tous ceux qu'elle a envie de partager avec lui  : - Merci, merci, mon cœur ... termine-t-elle en venant s'asseoir sur les genoux de Promor, dans un long baiser brûlant ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Jeu 5 Avr 2012 - 12:59


Il plonge lentement dans le havre de paix que lui offrent les immenses prunelles d'acajou de Calyth, où les ors miroitent de mille feux, où les flammes dansantes des bougies scintillent et vacillent comme des fanaux tanguant dans la nuit. Il est fasciné par leur éclat, ensorcelé par leur magie, et il embrasse longuement ses paupières lorsqu'elle vient se blottir sur ses genoux. Des années d'angoisse et de solitude viennent de se noyer au fond de ces miroirs dorés. Promor referme doucement les bras sur Calyth, s'abandonnant au charme imprévu de ce bain et surtout à l'attirance qu'ils ressentent l'un pour l'autre. Elle est à lui. Elle est sienne. Il la berce doucement, en silence, et nul bruit ne vient troubler leur étreinte hormis le clapotement discret de l'eau parfumée qui frissonne contre leurs corps ruisselants. Elle est sienne, maintenant et à jamais.

Les lèvres du forban ne peuvent tenir en place plus longtemps, elles ont trop attendu cet instant de grâce, et elles fuguent, elles jouent les filles de l'air, elles happent délicatement les lèvres de miel de la milicienne, tandis que ses longs doigts lui emprisonnent mollement la nuque pour maintenir sa joue fine contre son épaule d'ébène. Leurs langues s'animent, se nouent et se dénouent, leurs souffles se conjuguent, puis se précipitent à mesure que se prolonge leur baiser, qui dure, dure, et s'éternise, aucun d'entre eux ne désirant l'interrompre.

Mais Promor en veut toujours plus, toujours davantage. Jamais il n'a aimé ainsi. Jamais il n'a ressenti cette intense chaleur, cette déferlante dans le creux de ses reins.

Sa main libre s'aventure sous les onctueux flocons de mousse odorante, elle disparaît, absorbée par la tiédeur irisée du bassin, et emprunte à tâtons un chemin chaud et doux, un chemin évitant avec soin les cicatrices traversant les hanches de Calyth, mais menant à l'intimité la plus secrète de la Matroscienne. Il la dévisage avec tendresse lorsque ses doigts effleurent son Mont de Vénus et s'y attardent, guettant de ses yeux sombres la moindre crispation de son visage parfait. Il sourit. Te noyer, ma chérie ? N'avions-nous pas un projet plus passionnant ?

Mais il n'insiste pas, ils ont le temps de savourer, de se savourer, le temps de magnifier cette charmante étreinte en une symphonie inoubliable. Alors il la serre davantage, et ses doigts se choisissent d'autres cibles, ils vagabondent sur chaque pore de son corps, escaladant lentement les rondeurs délicieuses de sa poitrine, les capturant dans ses paumes avides, tandis qu'il repart à l'assaut de sa bouche pour la taquiner de la pointe de ses dents.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Dim 8 Avr 2012 - 8:24

A l'amour comme à la guerre ! Le sang froid, pourtant légendaire, de la jeune Milicienne s'évapore sous les assauts tendres et passionnés de son Forban. Calyth, en combattante experte, riposte à chaque nouvelle attaque de caresses aventureuses et d'étreintes brûlantes, par de longs baisers qui n'en finissent que lorsque le souffle lui manque et par de tortueux labyrinthes que ses doigts agiles tracent sur la peau brune et douce. Elle se serre contre le torse puissant, ne voulant interrompre le contact de son corps ardent, lové contre celui de son compagnon, mais ne quitte pas les yeux de braise de Promor, lacs sans fond dans lesquels elle se noie avec délectation ...

Lentement mais sûrement, la maîtrise habituelle de la jeune femme, s'effrite, libérant une passion effrénée, un désir violent qu'elle n'avait, jusqu'à ce soir, jamais éprouvé. Un volcan tumultueux a pris possession de son corps, qui s'embrase, se consume entre les bras de Promor. Sa peau exacerbée réagit à chaque effleurement de ses larges mains, ses lèvres gonflées réclament toujours plus de ses baisers déchaînés. Mais elle s'écarte doucement, rejetant sa tête en arrière, elle veut prolonger l'instant, savourer longuement chaque seconde de leur première étreinte, et si elle ne s'éloigne pas, l'eau déjà brûlante du bassin, va finir par entrer en ébullition  !

- Attends, des projets passionnants, dis-tu ? J'avais en mémoire que nous devions nous débarrasser de tout le sable du Désert que nous avions emmagasiné, le taquine-t-elle, écartant du visage enfiévré de Promor, une longue mèche brune dont s'échappe une pluie ocrée et sableuse, mais tu ne m'as pas parlé d'autre chose, trésor ! Volant un millième baiser sur les lèvres pleines et gonflées du Forban, elle poursuit, à bout de souffle, en riant : Tes cheveux contiennent autant de sable que les miens ! Ne bouge surtout pas, je vais chercher le savon et le shampoing …

Elle s'élance hors des bras musclés de son compagnon, fend la brume lactescente, qui les enveloppe, bienveillante et complice, et sort du bassin pour récupérer les précieux flacons. Entrant de nouveau dans l'eau chaude et parfumée, elle savoure sa caresse voluptueuse et ondoyante sur sa peau, électrisée par le tendre géant d'ébène qui l'observe de ses yeux d'obsidienne. Arrimée, prise au piège du sombre regard, hypnotique et mystérieux, Calyth s'avance vers lui, lentement, dépose sur le rebord, derrière lui, l'une des fioles de verre multicolore, et ouvre la seconde, tout en saisissant la main de Promor, qu'elle attire vers elle.

- Opération désensablage, trésor ! Je ne sais pas si ça existe, mais j'ai une idée de comment procéder … Elle verse du savon nacré dans ses mains et l'applique généreusement sur la peau pain d'épices, une mousse iridescente recouvre bientôt le torse puissant et les épaules brunes de Promor. Tournant doucement autour de lui, Calyth, multiplie de tendres caresses et étale, disperse les nuages d'écume parfumée, s'attardant sur un bras, ou sur le dos musclé, s'égarant parfois sous la ligne d'eau mousseuse, effleurant avec un sourire coquin, les fesses pommelées ou le ventre tendu du jeune homme …


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mar 10 Avr 2012 - 3:32


Diantre, il apprécie tous ces préliminaires, notre forban, lui dont la sexualité a été jusque là plutôt fruste, exempte de toute passion, de toute fantaisie. Exempte du moindre élan d'amour. Et ce bain qui le faisait saliver à l'avance s'avère délectable à un point qu'il ne pouvait imaginer. Il en refrène volontiers son appétit féroce, il tente d'ignorer son corps qui se tend comme un arc vers Calyth, appréciant que sa superbe compagne prenne tout son temps, qu'elle papillonne autour de lui, le caressant des seins et des hanches tout en le noyant sous la mousse, l'emprisonnant dans un cercle magique dont elle serait l'orbite et lui le cœur. Si l'amour est ce vertige, ce frisson, cet abîme, cette impatience, par tous ceux qui règnent sur ce pays, ce que l'amour est délicieux.

Le Facétieux ferme les yeux, pour mieux ressentir chaque émotion, chaque faille dans son âme de forban. Il s'abandonne comme jamais auparavant, ressentant à l'avance le tendre effleurement des courbes de la milicienne. Tourne, tourne. Tourne et jamais ne t'arrête. Un baiser plus appuyé, ou bien est-ce ce sein, doux et tiède comme la soie, qu'elle presse contre son torse et qui le pénètre jusqu'au plus profond de son être ? Les deux, sans doute. Extase et supplice se marient, et un long gémissement s'échappe des lèvres mi-closes de Promor. Il n'en peut plus d'être si bien. Ce râle ne peut être un mensonge. Ce râle, c'est le plus beau des mots d'amour. Ce râle, c'est son cœur qui l'offre à Calyth.

A moi maintenant ... souffle t-il d'une voix rendue rauque par l'émotion mêlée au désir, par l'excitation qui se manifeste là, juste au niveau de l'eau. Attendre, encore attendre, c'est si bon cette divine douleur. C'est si neuf.

Délicatement, il attire la milicienne vers l'extrémité du bassin ellipsoïde, là où la belle a posé le flacon de shampoing, dont le verre lisse et brillant reflète le halo discret des bougies. Le Facétieux s'en empare, en verse dans sa large paume, et en inonde les boucles brunes auréolant le visage superbe de la Matroscienne, et qui dévalent en un charmant désordre sur ses épaules. Ferme les yeux, mon ange ... murmure t-il en inondant d'eau tiède la chevelure de la brunette. Tendrement, il glisse les doigts dans l'abondante crinière mouillée, et il frictionne lentement, faisant naître une mousse onctueuse qui envahit progressivement la frimousse immobile de sa compagne, et coule, légère et parfumée, sur ses joues et ses lèvres, et ensuite sur sa poitrine dressée vers lui. Calyth est superbe dans cet alanguissement charmant, cet abandon total. Promor la mange des yeux.

Au diable ce bain ! Le Facétieux enlace sa compagne, happe d'un coup de langue les flocons parfumés qui s'attardent sur sa bouche, et l'embrasse longuement, jusqu'à en perdre le souffle. Ses bras enveloppant la taille de la milicienne la forcent à se cambrer davantage, ses seins colorés de mousse se raidissent et se tendent, appelant les lèvres du forban, qui ploie les genoux, et harcèle aussitôt un téton durci par l'exquise caresse, aérienne mais opiniâtre.

Au diable ce bain ! La tendre morsure se prolonge, les mains de Promor sculptent à présent la somptueuse cambrure des reins de la brune, et se perdent le long de sa croupe fière et ferme. Mu par un désir incontrôlable, le corps du Facétieux réclame encore davantage. N'y tenant plus, il se redresse, adosse doucement la fleur de Matroos au pourtour azuré de céramique ancienne, et, à la lueur éthérée, voire irréelle, qui ruisselle des chandeliers tentaculaires, il murmure à son oreille : Je te veux !




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Ven 13 Avr 2012 - 9:01

Cette danse sensuelle, envoûtante à laquelle Calyth s'adonne, savourant chaque caresse de ses mains savonneuses qui glissent lentement sur la peau d'ébène, tantôt tendres, tantôt coquines, vibrant à chaque effleurement de la pointe de ses seins laiteux, ou de son ventre, douloureusement tendus ... Cette danse déclenche un vrai raz-de-marée de sensations qui attise toujours plus son désir, mais aussi celui de son compagnon qui, les yeux fermés, laisse échapper un long râle de plaisir, s'abandonnant enfin sans réserve aux délicieuses prémisses de sa compagne. Cet abandon exceptionnel du Forban émeut la jeune femme, jusqu'au tréfonds de son être, donnant naissance à un long frisson, louvoyant sur sa peau fiévreuse.

Délicieuses tortures, divines douleurs, cette attente grisante va la tuer, mais c'est une première pour Calyth, de temporiser, d'exacerber ainsi le torrent bouillant d'émotions volcaniques qui les submergent, avec ses autres partenaires, elle allait droit au but, égoïste, sans vraiment se soucier de l'autre. Mais elle résiste, encore, un peu, et à son tour, elle se livre aux larges mains de Promor, les yeux clos, frémissante sous la mousse tiède qui dévale sur son visage, accrochant des perles irisées à ses longs cils noirs, et dans ses boucles brunes qui gouttent sur ses épaules rondes et sur sa poitrine bientôt, envahies d'une écume vaporeuse au parfum enivrant …

Un long baiser fougueux, brûlant comme la lave incandescente qui inonde le creux de ses reins, met fin aux tendres ablutions, le désir si puissant, irrésistible qui taraude Calyth, l'emprisonne dans sa spirale sans fin, s'unir à son Forban devient la seule issue … Doucement Promor la fait ployer dans ses bras puissants, comme le roseau sous une douce brise d'été, ses lèvres dessinent des sillons de feu, sur sa peau, dévorant son reste de maîtrise, happant les fragiles aréoles si sensibles, elle tremble sous ses mains, se presse contre lui, c'en est trop ! Elle le veut maintenant, et devance presque son geste, s'adossant au muret de faïence turquoise, en écho au Forban, elle murmure, la voix voilée de désir, les mêmes mots urgents : - Je te veux maintenant, trésor, je ne peux plus attendre …
Elle s'accroche alors aux épaules de Promor, nouant ses longues jambes autour de lui, elle l'accueille enfin en elle, une longue et douce plainte file entre ses lèvres vermeilles et se meurt dans un baiser enflammé ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Sam 14 Avr 2012 - 7:05


La passion les emporte, les étourdit, les noie dans son vertige, les attire dans son gouffre, inexorablement. Une même impatience les submerge, comme un rideau de vagues déferlantes. C'est elle qui dicte à présent sa loi. Milicienne et forban ont atteint le point de non-retour, le point ultime, celui qui éradique le monde qui les entoure. Tout est brume autour d'eux. Tout est flou. Tout est inexistant, à part leurs corps de marbre noir, puissants et fermes, qui s'accrochent l'un à l'autre pour franchir ensemble les frontières de leur univers, là-bas, au-delà des étoiles.

Les bras robustes du Facétieux sont à la fois cocon et prison. Les longues cuisses nerveuses de Calyth aussi. Adossée à l'encoignure ruisselante, ornée de l'ancestrale céramique bleu céleste, la Matroscienne s'abandonne à son tour au tourbillon irrésistible qui l'emmène loin, très loin. Une plainte étouffée, presque déchirante, s'évade de ses lèvres de corail lorsque Promor s'insinue en elle et l'entraîne dans une danse sauvage et fusionnelle. Le Facétieux écrase sa compagne contre lui, contre la porcelaine, ses paumes glissent sur les hanches de Calyth et s'emparent de sa croupe charnue et déjà bondissante, et il va-et-vient en elle, amplement, énergiquement, comme ces flots déchaînés qui dévastent tout sur leur passage, se replient et reviennent inexorablement à l'assaut des récifs. Les seins tendus de la milicienne pressent sur son torse, à s'y imprimer, à y disparaître. Et la cadence s'affole, leur passion devient folie, le roulis de leurs reins devient une chevauchée fantastique, et les nouveaux amants ahanent comme des bêtes de somme ployant sous le joug.

Longtemps, en dépit de la chaleur accablante du hammam, leurs corps nus s'offrent et se tordent dans ce combat charnel ! Longtemps leurs bouches se dévorent, affamées, dans une furia que rien ne pourrait endiguer ! Longtemps, leurs corps s'épousent, longtemps ils s'aiment et partagent ce voluptueux ballet qui les mène jusqu'à l'apothéose, jusqu'à ce cri de douleur et d'amour qui résonne dans le silence monacal de la pièce et de son brouillard lourd de mystère !




Sign par Thélou, merci !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Dim 15 Avr 2012 - 6:09

Fermé ! Si je vous jure ! Alors que la nuit n'est même pas tombée sur Ofägar ! Quelle ville de pecnots arriérés franchement ! J'ai pas fait tout ce trajet depuis Penjoie jusqu'ici pour me trouver sale et devant un hammam fermé qui plus est ! Et tout ça à cause de quoi ? Une cliente qui ne peut plus bouger sa graisse pour venir me voir et se parfumer elle même... D'ailleurs, elle en avait grandement besoin ! Par Ryun quelle infection ! A en vomir ! C'est bien parce que mes affaire ne marchent pas très bien en ce moment que je me suis déplacée spécialement !

J'avais beau frapper à la porte, personne ne répondait. J'en ai presque cassé le heurtoir. Et puis ensuite, c'était l'apothéose... Je demandai très poliment aux passants où habitait le propriétaire du Hammam pour qu'il puisse m'ouvrir. Eh ben pas un seul ne pu me répondre ! Et même que certains passaient devant moi sans m'adresser un seul mot ! Quelle ville de sauvages ! Ah ! Que j'étais folle de rage !
Je décidai alors de chercher une autre entrée. Après tout, c'était peut être moi qui m'étais trompée de porte. Même si j'en doute fort. Mais bon, on ne sait jamais, hein ! Je fit le tour plusieurs fois, mais c'était bien la seule entrée. Ma servante Damila qui me suivait pendant ce pénible voyage avait réussie à repérer une fenêtre grande ouverte sur l'un des pignon du bâtiment. Elle était drôle ! Comment allais-je faire pour grimper là haut, moi !? Qu'elle peut être idiote quand elle s'y met celle là aussi !

J'essayais tant bien que mal de trouver une solution. Trouver ici une maison qui aurai un petit hammam privé serait de l'exploit ! Quand on voit la vétusté des maisons ici. Ce n'est pas comme à Penjoie ou nous avons tout de même un certain raffinement ! Bref, puis en réfléchissant, mon regard s'était arrêté sur une grande échelle en bois. J'avais trouvée ma solution pour entrer là dedans ! On ne peut que compter que sur soit même !

"Damila ! Prends cette échelle et pose là contre la fenêtre ici !
Oui ! Là comme ça ! Mais non c'est pas lourd enfin ! Aller c'est bon comme ça. Tiens bien l'échelle !! Je n'ai surtout pas envie de tomber d'en haut ! C'est bon il n'y a plus personne ?"


Tout ce qu'il fallait pas faire pour prendre un bain ! En même temps, je ne me voyais surtout pas rentrer chez moi toute dégueulasse ! Enfin, je passait par la fenêtre. Ca y est ! J'ai enfin réussie à y rentrer dans ce foutu hammam ! Enfin, j'allais pouvoir me relaxer en douceur sans personne pour m'importuner ! Avant de me diriger vers les bassins, je demandais à Damila de retirer l'échelle et de faire le guet au cas ou quelqu'un viendrait. Et puis je me dirigeais vers les premiers bassins. Il me fallait de l'eau tiède, c'est très bon pour mon teint. Au détour d'un couloir, j'entrai dans un vestiaire et puis je me déshabilla. A côté de moi, dans une étagère était entreposé plusieurs piles de serviettes multicolores et aussi douces et délicates au touché les une que les autres. Enfin un peut de qualité ici ! En principe, j'aurais noué ma serviette au dessus de la poitrine le temps d'arriver aux bains, mais étant seule ici je n'avais nulle besoin de m'encombrer !

Alors je marchais dans les couloirs dans le plus simple appareil, passant mes doigts fins contre les immenses fresques de mosaïque, représentant des personnes entrain de se baigner. De temps à autre je m'arrêtais pour sentir les savons ou les eaux parfumées pour le bain. Il n'y avait pas à dire, ils avaient du goût ici ! Finalement à Ofägar, tout le monde n'était pas des sauvages.

Alors que je sentais un nouveau savon, dont j'essayais de déterminer les essences parfumées, j'entendis un peut plus loin du bruit. Étonnée, je m'étais figée et je guettais le moindre bruit suspect. Au début c'était comme des longs soupirs, mélangés avec le bruit léger de l'eau. Et puis les soupirs s'amplifièrent. Curieuse, je décidais de voir ce qui se passait là bas bien entendu. J'étais un peut nerveuse tout de même mais il fallait que j'en ai le coeur net ! Pour une fois que j'allais prendre un bain toute seule dans un Hammam c'était raté... C'est alors que ô surprise ! Lorsque j'entrai dans la dernière salle, où se trouvait un grand bassin rectangulaire, se trouvait deux jeunes gens de mon âge à peut près. Et nous ne me croiriez pas quand je vous disais ce qu'ils faisait là dedans ! Hihihi ! Oui, oui ! C'est bien ça ! Rhoo les coquins n'empêche ! Haha !

Ils ne m'avaient pas encore vus, je m'étais placée derrière une colonne, non loin d'eux. Lui, il avait la peau assez sombre et de beaux cheveux d'ébène. Et puis surtout il était bien musclé ! Je sentit tout de même une petite décharge d'excitation en le voyant ainsi. Mais par contre elle... Elle avait la peau si blanche... J'en étais persuadée, elle n'était pas du tout Korrulienne ! C'était une Matrosienne ! Sûre !
Et que faisaient un Korrulien et une Matrosienne ainsi ensembles !? C'était louche... Et puis ma curiosité l'emporta et je sortit de ma cachette, me postant devant eux et oubliant totalement ma nudité.

"Hum... Hum... Désolée de vous déranger, mais j'aimerais parler au responsable de cet établissement immédiatement ! Je trouve totalement inadmissible que j'ai du entrer dans ce Hammam par effraction pour pouvoir me laver ! Sur les horaires il était bien précisé que la fermeture se ferait à la tombée de la nuit !

Alors !? J'attends ! Qui êtes vous !?"




HRP : J'espère que ça va vous convenir !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Lun 16 Avr 2012 - 0:25


La solitude, ça n'existe pas. C'est une vieille mélodie de son enfance qui le précise en quelques rimes, une ritournelle que lui chantait sa maman quand l'enfant Promor avait encore une famille, et qui revient quelquefois rôder dans sa tête. Mais bon sang, jamais le Facétieux n'aurait imaginé que cette formule lapidaire puisse s'adapter si parfaitement à sa propre existence ! Alors qu'il s'écarte à regret du corps de Calyth, après leur étreinte endiablée, après ce feulement d'extase infinie qui les réunit à jamais, comme le lierre et l'arbre, comme la plage et la mer, une exclamation inattendue les fait sursauter ! Comment ? Ils ne sont pas seuls ? Est-ce possible ? Oui ! Une silhouette transperce la brume opaque qui stagne autour du bassin.

Un réflexe acquis au fil des années lui fait allonger le bras vers ses bottes, qui dissimulent son poignard préféré, dans un repli de leur cuir, mais elles sont loin, trop loin, jetées négligemment sur le dallage azuré, à côté de celles de sa compagne. Promor pourrait se précipiter hors du bassin pour s'emparer de l'arme, mais il choisit de ne pas quitter la milicienne afin de la protéger en cas d'alerte. Calyth est une combattante redoutable, mais sa blessure risque de la handicaper si l'arrivant leur est hostile, ce qu'ils ignorent encore.

Un instant, Promor imagine que Jude ou Trias ait pu les suivre en douce, pour se rincer l’œil ou pour leur donner de nouvelles instructions, mais non, la forme encore floue qui a surgi de nulle part est moins massive que les gabarits impressionnants des deux Gargans jumeaux aux épaules monumentales.

L'apparition s'approche, se précise. C'est une femme ! Une Korrulienne ! Ce n'est pas un gorille dans la brume. Le forban se détend et observe. Elle les interpelle. C'est un joli brin de fille, d'ailleurs, et elle est nue, totalement nue. En quête, tout comme eux, d'un bain gratuit, puisque l'établissement est fermé depuis un bon moment ! Ou bien il pourrait s'agir de la propriétaire ? Non, ce n'est pas le cas, puisque l'inconnue les interroge, puis l'avoue naïvement : tout comme eux, elle n'a pas l'autorisation de profiter des installations ! D'ailleurs, même si la créature était dans son bon droit, Promor n'en serait pas particulièrement ému, ce n'est pas l'irruption d'une femmelette qui va le perturber. Il en a massacré quelques unes depuis qu'il habite à l'ombre du volcan Muertiga !

Le Facétieux se détourne, haussant les épaules, choisissant d'ignorer l'importune. Calyth et lui viennent de s'aimer pour la première fois, mais il remettrait volontiers le couvert. Il a des siècles de tendresse à rattraper et surtout à partager, notre irascible aventurier. Donc, revenons-en à nos moutons. Sa main s'égare déjà le long de la croupe incendiaire de sa compagne, et il l'attire tendrement vers lui. Si l'inconnue veut assister au spectacle de deux amants qui s'aiment et se le prouvent, grand bien lui fasse, du moment qu'elle regarde la scène en silence. Promor approche la bouche de la poitrine de la Matrooscienne, avec dans la tête des pensées libidineuses qui feraient rougir le démon en personne, mais l'intruse semble avoir décidé de les enquiquiner jusqu'au bout ! Elle les questionne à nouveau, et son ton hautain, voire autoritaire, ne lui plaît pas énormément ! Le forban se détourne de sa compagne, fixe froidement la Korrulienne, et ses prunelles fuligineuses lancent la foudre. Sans la présence de Calyth, sans doute se ruerait-il sur la donzelle pour lui clouer le bec, mais il se contente de l'apostropher sèchement.

- Attends autant que tu veux, si ça t'amuse, ou bien disparais de notre vue, nous n'en avons rien à fiche ! Mais un conseil, boucle la, ou bien choisis toi une autre salle ! Si tu veux discuter, le propriétaire est dans une autre pièce, en train de remplacer le carrelage ! Va donc voir si tu peux l'aider !

Ces deux dernières phrases sont prononcées d'un timbre moqueur, c'est même carrément n'importe quoi, mais au moins ont-ils des chances de se retrouver seuls si l'inconnue avale bêtement cette affirmation. Il fait volte face, offrant à la Korrulienne un large panorama sur son dos athlétique et sur la naissance de son fessier musclé. Que de temps perdu pour cette bécasse ! Les lèvres du Facétieux se posent à nouveau sur la poitrine de Calyth, tendrement, et plus rien d'autre ne compte.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Jeu 19 Avr 2012 - 5:54

Encore éperdue dans les limbes brumeuses des rivages paradisiaques, ses yeux d'or embués, rayonnants de perles de félicité, Calyth s'agrippe ardemment aux épaules musclées de Promor, et pour ne pas céder au vertige qui la saisit subitement, elle niche son visage troublé dans le cou du Forban, dissimulant ainsi sa faiblesse soudaine. Lentement, elle laisse glisser ses jambes le long des cuisses dures de son compagnon, et pose enfin les pieds sur le sol carrelé du bassin, se blottissant contre le jeune homme. Trop fortes, trop intenses, les émotions puissantes qu'elle vient de ressentir, ralentissent son retour à la réalité, ici au Hammam...

Tout à coup, un bruit incongru la fait tressaillir violemment dans les bras du Forban. troublant leur délicieux cocon de quiétude. Immédiatement sur ses gardes, elle se raidit et cherche de ses yeux inquisiteurs, l'intruse à la voix haut perchée, la propriétaire reviendrait-elle vérifier quelque chose ? Mais la vapeur parfumée qui flotte, en volutes denses, au dessus du bassin, masque une vague silhouette qui finit par se découper nettement entre les colonnes d'un marbre lactescent veiné d'un camaïeu de bleus.

Une minuscule jeune femme, nue comme l'enfant qui vient de naître, les apostrophe abruptement, sans la moindre gêne, malgré sa nudité. Une jeune demoiselle habituée à donner des ordres manifestement, vu son aplomb de petit tyran domestique. La réaction, acide, agressive de Promor ne se fait pas attendre, peu habitué aux contacts humains, il envoie promener la gêneuse dénudée, sans état d'âme, reprenant ses manœuvres de séduction envers Calyth, Refrénant tendrement les ardeurs du fougueux jeune homme, elle chuchote à son oreille, en joyellien,  :

- Attends mon cœur, attends, je n'ai pas envie de me donner en spectacle, encore moins devant cette péronnelle curieuse et péremptoire. Je ne veux pas partager ces moments avec qui que ce soit d'autre que toi ... Je n'aime pas beaucoup le regard qu'elle pose sur toi, trésor. J'aime à connaître mes ennemis tout autant que amis, et je n'ai pas encore décidé dans quelle catégorie ranger cette écervelée, voyons voir ce qu'elle veut …

Se dissimulant à demi derrière le corps sculptural du géant d'ébène, elle détaille l'arrivante, qui selon elle, ne représente aucun danger, si ce n'est sa langue bien pendue ! Korrulienne à n'en pas douter, son corps est parfait, sa peau a la couleur gourmande du caramel, de longs cheveux sombres tombent en vagues souples sur sa poitrine menue, dissimulant à demi un magnifique tatouage. Entrée par effraction dans ce hammam, tout comme eux, elle exige, tempête comme une enfant gâtée, et ne semble pas impressionnée par la sortie brusque et directe de Promor. Petite, mignonne, mais une inconsciente et enquiquineuse de première !

- Tu te présentes bien cavalièrement, jeune dame ! Tu aurais pu avoir la décence de te couvrir, quand tu as compris que tu n'étais pas seule ... Mais passons, si tu veux prendre un bain, ne te gêne pas, il y a d'autres pièces, tout aussi bien équipées que celle-ci. Mais tu comprendras que nous avons besoin d'intimité, pour le moment … As-tu d'autres questions ? Car vois-tu, nous étions fort occupés et n'aimons guère être interrompus ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Sam 21 Avr 2012 - 15:15

Et vous croyez que ces drôles de personnes m'auraient seulement adressé la parole ? Et ben pas du tout ! Oui, ils m'ont ignorés au début. Je ne sais pas... Comme si j'étais une vulgaire chaise... Je trouve ça totalement irrespectueux ! Et vous savez quoi ? Ils remettaient ça de plus belle ! Enfin, jusqu'à ce que je les interpellent de nouveau. Non mais ! Ils croyaient que j'allais laisser passer un tel manque de savoir vivre ! Ils ne me connaissent pas les oiseaux ! Et puis écoutez le pire : Une fois que je leur aient demandés qui ils étaient, l'homme à la peau très mate s'est retourné vers moi en me toisant du regard comme ça là... Et vous savez ce qu'il m'a dit ? Il m'a dit de déguerpir d'ici ! Si ! J'vous jure ! Et alors c'était dit sur un ton... Et après il s'est moqué de moi. Là franchement je bouillais de rage ! Personne n'aurai jamais accepté de se faire parler ainsi ! Comble du comble, je me fais ignorer une fois de plus...

"Pardon !? Vous savez à qui vous vous adressez j'espère !? Je suis célèbre dans tout Korrul ! J'ai des amis très haut placés dont des Chamanes ! Et mon jeune frère est aussi très haut placé chez les Veilleurs Pourpres ! Continuez à me parler ainsi et vous verrez..."


Heureusement que j'ai de bonnes relations ! Bon, j'avoue, j'ai un peut enrobé sur les Chamanes et sur l'autre débile qui me sert de frère. M'enfin ça fait toujours réfléchir les gens à deux fois quand j'en parle. Eh ! Il faut tout de même qui me serve à quelque chose mon frère !
Et puis la femme à la peau blanche lui parla en une langue que je ne connaissais pas. Du Joyellien il me semble. D'habitude c'est mon interprète qui s'occupe de blablater dans cette langue incongrue avec les marchands Matrosiens qui viennent troquer mes parfums contre des objets de luxe. Pourquoi me donnerais-je la peine de connaitre une langue autre que le Korrulien, alors qu'il y a des gens qui savent la parler à ma place ?

Enfin bref, je ne sais pas ce qu'elle lui a dit, mais ça l'a calmé l'autre brute. Au moins, elle semblait avoir un peut de bon sens cette étrangère. Enfin, on dira ce qu'on veux, mais un Korrulien qui mélange ainsi son corps avec une Matrosienne ou je ne sais quoi, c'est très louche. Et puis vous savez comment je suis moi et ma curiosité. J'aime bien savoir un peut ce qui se passe pour avoir quelques potins à raconter aux autres gourdes qui me servent d'amies à Penjoie, afin de les distraire un peut. Et puis, si ça se savait, ça ferait du bruit dans le coin ! Et tout le monde irai me demander quelques détails. Il fallait que j'en sache un peut plus sur eux.

Avant que je n'en dise plus, la femme me parla en Korrulien. Elle ne le parlait pas parfaitement. Même pas du tout, son accent m'irritait les oreilles à un point... Qu'es-ce que j'ai horreur de ça ! Mais le pire ça reste les marchands qui essayent de parler Korrulien. Ca me donne des migraines pas possibles et après ils sont fières de savoir dire quatre mots... M'enfin, elle au moins, elle n'avait pas le ton de l'autre sauvage. C'est pourquoi je lui répondit tout aussi calmement. Si l'autre daigne me parler, il pourra attendre ! Bien qu'il soit très beau gosse, bien musclé et monté comme il faut, ça ne lui donne pas tous les droits ! Qu'es-ce que j'enrage quand on me traite ainsi ! J'en ai même oublié ma nudité. Mais qu'importe, ce n'est pas à eux que ça va choquer après leur partie de "je t'aime moi non plus"...

"Mon intention n'était pas de vous déranger, mais pensant que vous étiez les propriétaires de cet établissement, je croyais être dans mon droit de faire réclamation en tant que cliente. Ce qui est tout à fait normal, vous en conviendrez.
Bien entendu, je vais vous laisser en paix et puis je vais aller me relaxer tranquillement dans mon coin.

Maiiis... Oui, j'aurais une autre question avant de m'en aller... Si vous n'êtes pas les propriétaires, qui êtes vous donc ? Vous avez l'air d'être Matrosienne. Je me trompe ?"
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Dim 22 Avr 2012 - 3:34


Misère ! C'est pire que de la glu, cette femelle ! Mais quelle idée aussi de la part de la milicienne de lui demander si elle a des questions à leur poser ! Faut pas tendre de telles perches à ce genre de péronnelle ! Promor, lui, l'a compris tout de suite, comme si les mots suivants étaient inscrits en lettres d'or au milieu du front de la Korrulienne : Je suis la reine des enquiquineuses ! Cette drôlesse, ils vont avoir du mal à s'en débarrasser, il le sent ! Elle est pire que ces bronchites chroniques qui renaissent à chaque coup de vent !

En attendant, le résultat de cette interruption imprévue ne se fait pas attendre : cette peste a réussi à étouffer dans l’œuf l'élan passionné qui faisait frétiller une partie bien précise de l'anatomie du Facétieux ! La seconde manche se voit donc remise à une date ultérieure pour cause d'envahissement du terrain par une inconnue ! Et l'impressionnant garde-à-vous donne de sérieux signes de mollesse et d'indolence. Le grand-mât s'effondre dans la mousse du bassin. Grandeur et décadence sont proches cousines, une fois de plus.

Bref, cette impertinence excessive exaspère le forban, mais elle l'amuse également. Poussée à un tel degré, c'est presque un art. Toutes les femmes sont curieuses de nature, mais cette pisse-vinaigre bat tous les records ! En un mot comme en cent, puisqu'il s'avère impossible de l'ignorer, il n'y a que deux alternatives pour Promor : soit lui arracher la langue et la lui faire manger jusqu'à ce que mort s'ensuive, ou mieux encore l'amputer d'un bras et l'assommer avec, ou bien alors lui accorder deux minutes d'attention en espérant que ça suffira et qu'elle ira ensuite se faire pendre ailleurs. Que cette teigne soit l'amie des chamanes ou la sœur d'un veilleur, ça lui importe peu, en définitive ! D'ailleurs, est-ce la vérité ? Tout le monde peut se prévaloir de telles relations, et souvent ce ne sont que d'infâmes carabistouilles !

Le Facétieux cogite un instant. L'élément déterminant dans toute cette histoire, c'est la présence de Calyth ! Elle incite le forban à la modération ! Devant son adorable fleur de Matroos, pas question de sauvagerie excessive ou inutile. Il serait absurde qu'il bâtisse entre eux des murailles infranchissables, leur situation est déjà suffisamment compliquée. Dès lors ...

- Bon ! Écoute bien, la grande dame, illustrissime et célèbrissime dans tout Korrul et peut-être ailleurs encore ! Non, nous ne sommes pas les propriétaires, nous sommes les pires crapules que le monde ait engendrées, mais nous prenons un moment de détente entre deux massacres ! Donc tu peux te baigner tranquillement, nous avons atteint notre quota de cadavres pour cette semaine !

Bien-sûr, Promor ne peut s'empêcher de sourire à ses propres exagérations. En fait, ce que pense cette assommante créature lui importe peu, Calyth et lui-même vont encore se baigner un peu, ils vont rapidement essayer tous les bassins puisqu'ils en ont l'occasion, et puis basta ! Ils regagneront le Speeder et ils ne reviendront plus ici avant des mois, sans doute. Bah, puisque la Korrulienne est là, et qu'elle connaît sans doute l'endroit beaucoup mieux qu'eux, le forban s'adresse une nouvelle fois à elle, tout en prenant sa milicienne par la taille et en l'emmenant hors de ce bassin bouillant avant qu'ils n'aient la peau aussi écarlate que des carapaces de crustacés cuits à gros bouillons.

- Sais-tu où nous pouvons nager un peu, dans une eau un peu plus fraîche que celle-ci ?




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mer 25 Avr 2012 - 7:01

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle ne manque pas d'aplomb, cette jeune Korrulienne ! Malgré leur accueil, on ne peut plus glacial, elle persévère avec la ténacité d'un chien famélique qui ronge son os. Elle poursuit sa quête d'informations, inlassable, touts azimuts, interrogeant les deux amants, interrompus dans leurs fougueux ébats. Calyth hésite à renseigner l'insatiable curieuse, surtout si elle est aussi importante qu'elle s'en donne l'air … Mais Promor a pris le parti de répondre, et la Milicienne ne peut retenir le rire clair qui jaillit de sa gorge, aux exagérations de son Forban, le voilà qui se met à faire de l'humour, c'est nouveau ça … Il n'en est que plus séduisant, et son sourire facétieux fait courir de petits frissons sur sa peau opaline, preuves de la force de son attirance, de son désir ardent pour cet homme si différent, si particulier. Elle cache son visage dans le cou puissant de son compagnon, et tâche de retrouver un semblant de sérieux.

Car malgré tout, elle reste méfiante envers cette frêle jeune femme, elle est devenue une clandestine en se liant à Promor, sa peau à la carnation si claire, contraste avec celle couleur d 'ébène de son amant ou celle plus pâle de la Korrulienne, mais pas question de lui avouer son origine du moins pour le moment, elle n'a pas besoin de savoir ! Pas la peine qu'elle colporte dans tout Korrul, qu'une Matroscienne s'est unie avec un Korrulien, Calyth ne se fait pas d'illusion, tout ce qui se dira entre ces murs de faïence aux fresques anciennes, ne restera pas longtemps secret avec une telle commère ! Et même si aucun remords ne l'étreint, elle préfère que leur couple ne soit pas à la une du Daily Jewels !

Doucement, Promor l'entraîne vers la sortie du bassin, à l'eau si chaude, lorsqu'elle va émerger, nul doute que les blessures qui zèbrent ses hanches, cicatrices fraîches et encore rougeâtres, vont éveiller l'intérêt de la péronnelle indiscrète. Ils fendent l'onde brumeuse et parfumée, comme un navire qui quitte le port, toujours liés l'un à l'autre. Après sa sortie son Forban affiche un calme serein, elle tente d'en faire autant, tout en restant vigilante, et en tenant des propos les plus vagues possibles …

- Nous ne sommes que de simples voyageurs, ne t'inquiète pas … Nous avons essuyé une tempête de sable, et nous avions tout comme toi, bien besoin d'un bain, on a donc utilisé la même méthode, il n'était pas question de renoncer à cette détente, dont nous avions trop envie ! Il me semble que tu ne nous as pas dit ton nom, ni d'où tu viens, hormis vanter ton statut de célébrité de Korrul, qui es-tu pour nous reprocher d'avoir, tout comme toi, forcé la porte de ce hammam ? ...

Sciemment, Calyth néglige de satisfaire la curiosité nuisible de la jolie fouine qui se trouve devant eux, et profitant de la différence de taille entre eux et la jeune femme, elle la toise de toute sa hauteur, quand elles sont face à face. La scène, pour un observateur extérieur, pourrait sembler étrange, mais les trois baigneurs dans leur plus simple appareil, bavardent poliment, sans gêne aucune. En s'approchant Calyth remarque que celle qu'elle avait pris pour une adolescente impertinente, au travers des volutes de vapeur, a probablement le même âge qu'elle. C'est une femme et non une enfant qui se tient là, elle n'en est que plus dangereuse, car elle peut les trahir et les vendre aux Veilleurs Pourpres ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mar 8 Mai 2012 - 5:49

J'en avais marre... Mais marre de ces deux là ! Bon, c'est vrai que j'ai un peut cherché à rester pour en savoir un peut plus sur eux. Je ne le nie pas que j'ai pu être un peut chiante. Mais vu comment je me suis faite insultée par ce pécore, c'était de bonne guerre ! Franchement j'ai été bien trop aimable avec lui... Mais beau l'ignorer, il finit toujours par faire son intéressant en ne cessant de me mépriser... Baaaaah ! Que je déteste les gens comme ça ! Quel immaturité franchement ! Et il se vante en plus d'être une crapule. Et puis quoi encore !? Après il va dire que c'est un forban ce clown !? Haha ! J'en ris d'avance !

Bon, et ensuite c'est vrai que pour ce qui va suivre, je n'aurais pas du prendre la mouche pour si peut... Mais à force de me chercher on me trouve. Désolée mais pour tout le monde c'est comme ça ! Et pui bah c'est le dernier grain se sable qui a coulé du sablier de ma patience. En tout cas j'ai dû bien lui calmer son précieux outil de virilité ! Hihihi ! Ce qu'ils ne se doutaient pas, c'est qu'il faut mieux affronter les tempêtes de sable que moi lorsque je suis énervée.

Alors je répliqua sèchement :

"Vous me prenez pour qui franchement !? Si vous essayez de m'intimider vous vous mettez du sable dans l'oeil ! Et puis alors là je rigole ma petite dame ! Je ne vous ai absolument rien reprochée ! A la rigueur si je peux vous donner un conseil c'est de vous méfier de ce serpent à la langue fourchue. On vous chante des mots doux et ensuite on vous injecte du venin ! Je suppose qu'à Matroos on doit y trouver les même pecnots !"

Oui ! J'avais un sérieux doute qu'elle soit Matrosienne jusqu'à ce que je puisse voir le tatouage qu'elle avait sur l'épaule. J'ai rencontré un soldat de Matroos une fois qui protégeait un marchand. Avec la chaleur, il avait du ôter sa chemise et il exposait son torse et son dos aux rayons solaires. Je ne vous raconte pas comment il a du morfler ensuite... Haha ! Enfin, lui aussi possédait les même tatouage, au même endroit. Elle aussi était milicienne alors ?

"Me vanter !? HA ! Visiblement vous n'avez toujours pas compris à qui vous vous adressez... Mais c'est parfait ! Je me retire loin de vous et de vos sales manières !
Ah oui, vous voulez de l'eau fraîche !? La voilà !"


Et voilà que je leur envoie un seau d'eau en pleine figure. Oui, j'aurais pas du prendre la mouche comme ça, mais à force de se faire prendre ainsi de haut, moi je ne l'admet pas ! Qu'ils viennent à répliquer j'en ai que faire, ce sont les veilleurs que j'appel !


_________________
Désolé pour ce si long temps de réponse... J'étais un peut en pane d'inspi... J'espère que ça va vous convenir !
Promor a le droit de donner une fessée à Auria !^^
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mar 8 Mai 2012 - 10:15


Les prunelles fuligineuses du Facétieux s'illuminent, elles s'emplissent de reflets joyeux et d'une tendre complicité lorsque sa compagne donne également sa version de leur aventure. Elle se montre un ange de patience, sa milicienne, et elle a d'ailleurs beaucoup de mérite à se montrer aimable et rassurante devant cet avorton prétentieux. Calyth déballe donc une version moins fantaisiste, plus proche de la réalité, mais en définitive la fine mouche laisse subsister de larges zones d'ombre. Elle passe sous silence les données les plus essentielles, celles qui pourraient présenter quelques risques si la petite teigne décidait dans un proche avenir d'aller sottement jacasser devant des oreilles indiscrètes, pour se rendre intéressante, comme une écervelée qu'elle est, sans aucun doute possible.

Une phrase en amenant une autre, la milicienne s'enflamme légèrement, elle interroge et toise un brin la célébrité locale. Ces quelques signes d'exaspération que Promor détecte dans le ton de la voix de sa charmante compagne le font sourire. Le Facétieux est plutôt enclin à conserver son calme, la bête fauve sommeille en lui depuis que Calyth a croisé sa route, mais il se dresse également face à la morveuse, par solidarité avec la Matroscienne.

Les amants dominent d'une bonne tête la perturbatrice, et le forban s'attend à un retour au calme, voire à un plongeon à trois dans un autre bassin, mais le pot de colle korrulien ne l'entend pas ainsi. Madame est une terreur, ou bien Madame a peut-être un ulcère qui la rend irritable ? Palsembleu, la voici qui s'égosille comme un corbic hystérique ! Mais c'est qu'elle va ameuter tout le désert, cette fichue bestiole !

Bon, Promor se la jouait calme et détendu, mais sa patience a des limites, et là elles sont largement franchies, d'autant plus que la pimbêche leur lance un seau d'eau glacée à la tête ! Ce n'est pas ça qui va étancher la colère qui le gagne ! Soit, il n'y a pas mort d'homme, il ne va pas arracher la tête de cette peste, ça tâcherait le carrelage et ça rougirait l'eau où il désire se baigner, mais le Facétieux ne va pas rester les bras ballants ! Sans laisser à la teigne le temps de dire ouf, le forban l'empoigne à bras le corps, il la soulève, tout en s'asseyant sur le rebord d'un bassin, et il allonge l'enquiquineuse sur ses genoux, les fesses tournées vers le plafond !

Après un clin d’œil complice à Calyth, le Facétieux se met à tambouriner sur le fessard charnu de la Korrulienne. Voilà ce qui te pendait au nez, sale gamine insupportable ! Tu peux hurler autant que tu veux, c'est pas ça qui va m'arrêter ! Et zou, une claque pour le seau d'eau que tu nous a balancé dans la tronche, une claque pour ton culot et ton impertinence, une claque pour Korrul, une pour Matroos, une pour moi et une pour ma compagne ! Il ponctue chaque parole d'une torgnole sur le postérieur de l'imbuvable créature, dont le croupion se colore d'un joli rouge écarlate. Et le bougre glousse comme il ne l'a pas fait depuis des années !

Il s'interrompt soudain, et cherche le regard de Calyth. La trouble-fête l'a tellement horripilé qu'il ne se satisfait pas de cette fessée ! Le forban a imaginé une seconde pénitence pour la jeune Korrulienne ! Aide-moi, ma chérie. Prends-la par les chevilles, on va la balancer dans le bassin, ça lui rafraîchira les idées ! Et le fessard aussi ! Il en a besoin !




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mer 16 Mai 2012 - 10:01

Cette maudite peste ne manque pas d'aplomb ! Et sa sortie est d'une incroyable insolence ! La coupe est pleine ! Qu'elle insulte son partenaire de la sorte n'est pas acceptable pour elle. De part sa position dans la Milice, Calyth est peu habituée à ce genre de comportement irrespectueux et elle digère mal l'affront. Le seau d'eau froide attise son exaspération, elle va exploser quand elle surprend une étonnante lueur d'amusement dans le regard si sombre de Promor. Ses yeux d'encre pétillent de malice et c'est la première fois qu'elle découvre cette expression de profond divertissement qui s'épanouit sur son beau visage si grave comme une douce promesse. Le Forban sauvage et cruel se métamorphose sous ses yeux ébahis de sa compagne, et le surnom de Facétieux prend toute sa dimension. Il attrape l'empêcheuse de tourner en rond et lui administre une fessée magistrale dont elle et son joli petit postérieur tout rouge risquent de se souvenir quelques heures …

Mais le plus beau, dans toute cette affaire, le plus fou, le plus poignant pour la Milicienne est d'entendre le rire chaud et rauque de son diable de Forban bien-aimé ! Quel plaisir d'entendre cette cascade rocailleuse qui suscite quelques sauts périlleux de son cœur ému, et déclenche sur sa peau humide, une vague de frissons qui n'ont rien à voir avec la température du Hammam ! Son courroux contre l'impétueuse et colérique Korrulienne retombe immédiatement, laissant place à l'amusement et à la complicité, après l'ardent intermède câlin, voici venir la récréation espiègle. Suivant le conseil de Promor, Calyth saisit les fines chevilles de la chipie arroseuse, et ils la soulèvent comme une plume, légère comme une aile de papillon :

- Volià de quoi te rafraîchir les idées et t'apprendre les bonnes manières, espèce de pimbêche insolente ! Puis elle interroge, en Joyellien, son tendre géant : - A trois, trésor ? Un, deux, trois ! Et ils balancent dans un même élan l'infortunée pot de colle, puis ils l'envoient amerrir dans une grande gerbe de gouttelettes argentées qui s'irisent dans la vapeur fine qui les enveloppe. Les fines éclaboussures parfumées douchent délicatement Calyth et Promor, retombant sur eux comme une fine pluie tiède. Les rires des deux jeunes gens se marient harmonieusement tels leurs soupirs amoureux, ils résonnent dans le Hammam, conjuguant leur bonheur et leur connivence ...

La jeune femme a rejoint son compagnon, elle encercle sa taille de ses bras, se lovant tout contre lui, secouée par ses éclats de rire. Elle observe la Korrulienne écervelée disparaître dans la brume diaphane qui survole la grande pièce d'eau aux carreaux d'un bleu profond comme la mer. Elle tempête et s'énerve de plus belle, la chipie mais qu'importe, elle ne trouble plus que le silence de ces lieux ...

- Elle devrait pouvoir s'en sortir sans nous, non ? demande-t-elle à Promor en reprenant son souffle. Quoique j'aimerais bien poursuivre la correction de cette donzelle, mon ange, on plonge ? Je sens qu'on va bien s'amuser, et qui sait peut être que c'est toi que je vais couler ... Mutine, elle s'échappe en un clin d'oeil, des bras câlins du Forban et disparaît en plongeant gracieusement dans l'eau si délicieusement tiède du bassin ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mar 22 Mai 2012 - 0:36


Et zou ! Un, deux, trois, un décompte rapide, d'un ton amusé, et l'enquiquineuse est mise sur orbite spatiale à travers les vapeurs opalines qui stagnent au dessus du bassin ! Les deux complices hilares l'ont joliment propulsée, contre son gré, bien entendu, et ils manifestent bruyamment leur joie et leur satisfaction d'avoir manigancé cette petite revanche, pas bien méchante d'ailleurs. La parabole décrite par l'asticot volant n'est guère gracieuse, non, et c'est un amerrissage en catastrophe qui accueille la mijaurée, provoquant une explosion de gouttelettes d'argent qui retombent en fine pluie d'été. Promor avait oublié qu'on pouvait rire ainsi, et ce bonheur encore si nouveau il ne le doit qu'à Calyth. Jusque là, sa seule famille, c'était les Gargans, il n'a jamais imaginé qu'il pourrait les quitter un jour, mais rien n'est définitif dans l'existence, et si sa Matroscienne est mal accueillie et désire abandonner les forbans, il la suivra sans aucune hésitation, même s'il doit entreprendre un nouvel exode, vivre un nouvel exil.

Le cerveau de la vedette locale doit écumer de colère sous ta tignasse trempée, mais milicienne et forban n'en sont pas perturbés le moins du monde, et ils s'enlacent pour apprécier le spectacle, s'attendant à un feu nourri de cris de rage et d'indignation de la part de la chipie. Cependant, sans s'être mis d'accord, ils passent aussitôt à autre chose. Ils ont perdu assez de temps à cause de cette empêcheuse de s'aimer en ronds. Calyth plonge gracieusement en direction du pot de colle, mais c'est Promor qu'elle défie gentiment d'un sourire et d'une boutade, et le Facétieux réagit aussitôt en fendant à sa suite l'eau tiède du bassin.

Sa compagne n'a sans doute pas remarqué son saut, et il la rejoint sans difficulté. Rigolant à l'avance, il se cramponne aux chevilles fines mais parfaitement sculptées de la belle, il se stabilise, les pieds soudés au carrelage bleu marine du fond du bassin, et il l'empêche de nager plus loin. Par égard pour les récentes blessures de sa compagne, il se retient toutefois de la déséquilibrer davantage, ce qui était pourtant son intention première, et c'est avec beaucoup de tendresse qu'il l'attire contre lui. Ses bras enveloppent doucement la belle milicienne, et le Facétieux reflue vers l'extrémité du bassin, pour y trouver l'intimité à laquelle il aspire soudain. Il s'adosse à la paroi de céramique, et fait pivoter délicatement son adorable milicienne pour qu'elle soit face à lui. Lentement, il pose les lèvres sur son visage trempé, que la flamme des bougies illumine d'un halo doré. Pas de doute, il la suivra si elle désire quitter le désert. Il l'emprisonne entre ses bras puissants, qui se font velours et miel, et il la berce doucement, sillonnant de sa bouche chaque détail de ses traits de jeune madone.




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Sam 2 Juin 2012 - 11:50

L'eau tiède glisse voluptueusement sur sa peau nue, échauffée par le bassin brûlant et les caresses ardentes de Promor, et ce malgré l'eau fraîche jetée par la petite tornade brune. Calyth goûte cet instant de grâce, ce plaisir simple et paisible, après le tour pendable qu'ils viennent de jouer à la jeune peste curieuse, qu'elle ne cherche même plus à atteindre d'ailleurs, toute aux sensations exquises de l'onde parfumée qui l'effleure. D'une brasse paresseuse, elle flotte, nonchalamment, quand elle est soudain saisie aux chevilles et tirée lentement par une poigne à la fois ferme et caressante. Serait-elle prise à son propre piège ? Son compagnon aurait-il l'intention de la couler, comme elle l'en avait gentiment menacé ?

Non, et c'est avec un grand sourire qu'elle découvre que son Promor a plutôt envie de s'adonner à d'autres jeux, plus sensuels. Dans ses yeux noirs comme le jais, brille une lueur joyeuse qui la fait chavirer, immanquablement. Elle se laisse attirer paresseusement dans un coin du bassin, tout contre le grand Forban à la peau pain d'épices. Il l'enveloppe de ses bras forts, les coupant du monde, et de la chipie Korrulienne. Leurs deux corps s'ajustent, s'épousent à la perfection. Et c'est un mur de muscles qui se dresse et les isole dans leur bulle de tendresse, où doux baisers et mots câlins sont échangés.

Promor et Calyth n'entendent plus les protestations de la petite pimbêche bavarde, sans doute s'est-elle résignée à profiter des bienfaits de l'eau du Hammam, plutôt que de jouer les inquisitrices insupportables. Séparés d'elle par les nuages de vapeur nacrée, Calyth remise sa présence dans un coin de son esprit et se concentre sur son géant étonnamment doux et tendre. Ses délicats baisers presque respectueux, sont tout aussi troublants que ses étreintes passionnées. et la Milicienne enroule ses bras autour de son cou, se pressant encore plus étroitement contre lui. Elle intercepte ses lèvres qui vagabondent langoureusement sur son visage, et l'embrasse longuement, jouant avec sa bouche, taquinant sa langue, jusqu'à ce que le souffle lui manque.

- Par Vama, Promor, tu es aussi brûlant que ton Désert ! s'exclame-t-elle en riant, levant ses bras pour nouer ses cheveux mouillés, en une lourde torsade, qu'elle rejette dans son dos. Crois-tu que les deux frères ont terminé leurs affaires et sont déjà au rendez-vous ? Ils peuvent bien nous attendre un peu, non ? Je resterai bien encore ici, trésor. Je suis trop bien ! soupire-t-elle, radieuse, ravie d'être là, au paradis, de partager ce moment privilégié avec son compagnon. Elle aussi a une idée en tête, pas tout à fait la même que Promor, mais qui devrait lui plaire. Enfin elle l'espère ! Il sera bien temps de se câliner ensuite, ou de partir ! - Et puis il y a autre chose que je voudrais partager avec toi ...

Ses yeux d'or pétillants de malice, plongés dans les iris d'encre, elle détache avec un sourire taquin, les bras du Forban qui l'enlaçaient si tendrement, puis elle s'éloigne de quelques pas. Glissant ses mains dans l'eau tiède elle en soulève de grandes gerbes pour éclabousser le jeune homme, adossé négligemment au bord du bassin. Des myriades de gouttelettes irisées jaillissent et retombent, s'écrasant sur la peau sombre de son torse musclé, et de son visage surpris, l'arrosant copieusement sous les rires joyeux de Calyth, satisfaite de son tour ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !
avatar
Citoyen

On m'appelle Promor le Facétieux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 711
AGE : 46
INSCRIT LE : 28/08/2011
PSEUDO HABITUEL : Yannick Saule, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Dim 3 Juin 2012 - 23:58


Démon sombre, échevelé et surtout hilare, comme enfanté par les eaux brumeuses du hammam, Promor affronte l'averse tiède et opalescente que lui offre généreusement sa milicienne. Et ils rient tous deux, arroseuse et arrosé. C'est bon de rire ainsi, sans crainte, sans retenue. De s'extérioriser, de profiter de ces instants de sérénité, de complicité, une complicité que le forban n'a jamais partagée avec personne, aussi intensément, aussi naturellement, qu'avec elle. En fait, le Facétieux se découvre tout autant qu'il découvre Calyth, et il est ravi parce qu'il voit en elle et parce qu'il entrevoit en lui.

Il s'ébroue, puis, d'un mouvement circulaire de la tête, qui lui est familier, il renvoie sur ses épaules robustes la longue tignasse trempée qui lui mangeait les yeux. Les deux frères attendront encore un peu, les rejoindre risque d'être source de conflit, d'explications pénibles, et le bougre prend goût à ce gentil duel qu'il livre à sa compagne. Il choisit ses priorités, et se prépare d'ailleurs à une riposte spectaculaire. Il respire profondément, se lance à travers un nouveau rideau de gouttelettes d'argent, les yeux mi-clos, et ne s'arrête que lorsqu'il peut emprisonner la jeune pilote entre ses bras. Calyth est forte, mais il lui a happé les mains alors qu'elle voulait l'éclabousser à nouveau, et elle est à lui. A lui pour ce soir et pour chaque jour qui suivra.

Continue à invoquer Vama, ma chérie, j'espère qu'il t'entend et qu'il aura pitié de toi, car je vais me venger et tu vas avoir besoin de lui pour qu'il t'aide à ramasser les mille morceaux que je vais faire de ta jolie petite personne !

C'est n'importe quoi, mais ses menaces l'amusent. Il est bien trop préoccupé par les récentes blessures de sa Matroscienne pour lui imposer le moindre effort. Et la riposte spectaculaire qu'il envisageait l'instant d'avant se résume en un baiser sur le nez et un sourire très tendre. Tu me fais fondre, comment veux-tu que je réplique, je t'aime plus que tout au monde ... lui avoue t-il doucement.

Néanmoins, il la garde captive de ses bras, prudemment, sans la serrer vraiment. Les longs doigts fins de Calyth lui appartiennent, comme si chacune des puissantes paluches du forban comptait à présent dix doigts curieusement emmêlés. Ses bras lui appartiennent tout autant, il les a délicatement croisés au creux du dos de la belle et les maintient immobiles, mais sans la contraindre, sans la forcer, mollement. Cependant, elle est à lui. C'est sa douce vengeance, et c'est aussi la plus agréable qui soit de la garder ainsi contre lui. Il n'en désire pas d'autre. Tu vois ce qui arrive quand on s'en prend à un forban, ma chérie ! ... dit-il en lui souriant, les yeux emplis de malice et de tendresse.

En attendant, il profite sournoisement de la situation pour l'embrasser encore et encore, doucement, presque méticuleusement, ne négligeant aucun pore de son visage exquis, halé par les vents du désert. Il en oublie la râleuse, étonnement muette, qui végète à l'autre extrémité du bassin, le derrière dans l'eau, sans doute pour y trouver quelque apaisement aux brûlures de la fessée. Si bien que l'heure du rendez-vous avec les Gargans est sans doute largement dépassée lorsque les lèvres des nouveaux amants interrompent enfin leurs délectables effleurements. Allons-y, mon amour. Regagnons le Speeder. Voyons ce que nos jumeaux ont encore inventé ! Espérons que leurs propos soient un peu plus cohérents qu'à la sortie de la taverne, sinon nous ne nous attarderons pas. Nous trouverons bien une raison de les planter là. Viens ...

Sans un regard pour la peste au cul rouge, Promor entraîne la Matroscienne hors du bassin, et ils rejoignent leurs frusques qui sommeillent sur le carrelage ancien, non loin de celles de l'enquiquineuse. Ils s'habillent rapidement, puis soudain se dévisagent, un même sourire narquois égayant leurs traits. Une idée commune ? Une dernière extravagance avant de vider les lieux ? Qui sait ?




Sign par Thélou, merci !
avatar

On m'appelle Calyth Montivelle


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vuulte
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 809
AGE : 45
INSCRIT LE : 29/08/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t555-calyth-montivelle#13156 http://www.ile-joyaux.com/t212-calyth-montivelle-pilote
Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   - Mar 5 Juin 2012 - 12:44

L'heure du départ a sonné, bien que Forban et Milicienne aient du mal à se séparer. La bataille d'eau prend fin avant même d'avoir réellement commencé, Promor a délicatement emprisonné Calyth dans ses bras, liant ses mains aux siennes dans son dos. L'armistice est signé avec de tendres baisers et de doux aveux, que les deux protagonistes s'échangent au milieu de l'eau, regrettant de n'avoir plus de temps pour se donner une nouvelle fois l'un à l'autre. Etroitement enlacés, ils fendent l'onde tiède et se dirigent tranquillement vers les marches de céramique céruléenne qui les mènent hors du bassin.

Leurs vêtements recouverts de sable et de poussières, jetés négligemment sur le sol, les attendent, et Calyth n'a pas trop envie d'éprouver de nouveau la sensation de ce sable qui s'infiltre partout. Elle secoue vivement sa chemise avant de l'enfiler, et s'apprête à passer son pantalon quand ils découvrent, non loin, les effets plutôt luxueux de la petite peste. D'un seul regard complice et canaille, ils décident de les emporter avec eux, lui offrant ainsi un dernier souvenir de leur rencontre mouvementée. Calyth admire le tissu léger et soyeux du corsage ouvragé qui chatoie à la lumière dorée des bougies. Et sur un coup de tête purement féminin, elle retire sa chemise pour passer l'élégant vêtement qui bien qu'un peu court, il dévoile son nombril, épouse ses courbes voluptueuses. Les voiles pastels qui recouvrent le cache-coeur, volettent à chaque mouvement de la jeune femme, qui en apprécie le charmant effet. Dans sa chemise étalée sur le sol, elle jette pêle mêle le reste des affaires de la chipie, bracelets colorés et colliers clinquants y atterrissent avec la jupe et les ballerines, elle ne laisse que l'étrange chapeau enrubanné, bien trop extravagant pour elle. Ses yeux dorés pétillent de malice , imaginant la réaction de la jeune Korrulienne, vêtue de son seul couvre-chef excentrique…

Promor est déjà prêt, au le regard appréciateur qu'il lui lance, elle répond par un clin d'oeil provocant, avant de lui prendre la main et de l'entraîner vers la sortie : - On passe par la porte cette fois, trésor, la serrure ne devrait pas te résister bien longtemps, non ? Ils enfilent le couloir obscur et dévalent les marches jusqu'à un large vestibule carré, faiblement éclairé par une petite veilleuse à huile, il fait certainement office de réception, vu l'ameublement. La porte n'oppose aucune résistance à l'habileté du Forban, qui crochète la fermeture en un tournemain, sous l'oeil admiratif de Calyth qui lui murmure : - Il faudra que tu m'apprennes, mon coeur …

La chaleur lourde et oppressante de la rue déserte les agresse sans pitié, si le vent semble calmé, l'air reste chaud. Il n'y a pas âme qui vive, dans les quartiers qu'ils traversent, la soirée est bien avancée et l'heure de leur rendez-vous largement dépassée. Le retour au Speeder se déroule sans encombres. Calyth craint que l'humeur des deux frères irascibles soit à l'image de leur base, volcanique. Mais pas question de se laisser assujettir par ces hommes, elle a assez lutté contre le machisme de ses professeurs, de ses supérieurs et de ses collègues, toutes ces années pour abandonner le commandement de son oiseau au premier Forban mal embouché, tout chef de clan qu'il soit ! Les négociations risquent d'être âpres … N'y tenant plus, elle se décide de faire part de ses vives inquiétudes à son compagnon.


Angélyne Montaigu, Hors la loi /Janalya Hermontrick, Maître armurier/ Ylaria Desnolancès, Cultivatrice

Kit par Thélou, merci !

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Hammam de la Blanche Ezealle.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum