AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Commande à la Tour Nord

avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Commande à la Tour Nord   - Lun 18 Juin 2012 - 13:44

Des oiseaux obèses, des bruits de lames qui s'entrechoquent, un souffle long et profond comme celui d'une créature assoupie. Des mots, rien que des mots mais qui faisaient pâlir les enfants et taire les femmes. Les étrangers venus du Ciel n'avaient pour monture que ces récits, aussi flous et peu fondés qu'une légende. Allaient-ils seulement revenir ? Elijah scrutait le ciel à la recherche d'une ombre qu'il ne connaîtrait pas, ses oreilles guettant le moindre bruit. Un souffle long et profond ? A part le vent qui sifflait, il n'entendait rien. Tenter de s'imaginer à quoi ces volatiles aux ailes de métal et en surpoids pouvaient ressembler était une tâche ardues, à chaque tentative d'innovation le Yagock revenait se placer devant l'esprit de création du Factionnaire. L'imagination, qu'est ce que c'est si ce n'est qu'une combinaison de choses que l'on connaît déjà, il n'y a que les enfants qui en ont, les adultes pensent tout connaître et à trop connaître on fini par ne plus inventer. Elijah était un adulte.


Son tour de garde se termina tout aussi vite, un autre irait scruter le ciel à sa place. Le cor passa d'une main à l'autre, ce n'était pas parce que l'aîné Sölk était Second du Clan qu'il était exempt des missions les plus pénibles. Ca tombait bien, pour lui être seul à regarder les cieux ça n'avait rien de pénibles ni d'ennuyant, au contraire, croire entrevoir une silhouette à travers quelques nuages constituait pour lui un divertissement et une mise en haleine sans égale. Si aujourd'hui son tour de garde avant été écourté c'était pour une bonne raison : il s'était porter volontaire pour une autre tâche fastidieuse. Aujourd'hui "La Folle" venait exercer son art au sein même du hameau établi près de la tour.
L'attitude des gens à son égard, ou devrait-on dire à son évocation, avait été à la fois variée et similaire. Une partie des personnes présentes se tut brusquement, regardant ailleurs à la façon d'un enfant ne souhaitant pas attirer l'attention alors que, paradoxalement, ce petit manège était des plus grotesque. Une autre continua sur sa lancée, continuant son chemin et son entreprise malgré la nouvelle, l'absence de réponse avait été aussi équivoque que si Elijah avait soufflé dans le cor. Et enfin, la dernière partie, se mis à parler à voix basse. Le Second était de ceux-là. On lui chuchota quelques rumeurs, rumeurs qu'il connaissait tout aussi bien qu'eux, à croire qu'en parler allait faire en sorte qu'elle changeât sa route pour finalement ne pas venir. Cette comédie dura bien une dizaine de minutes, dix minutes de silence, de travail ou de chuchotements, c'était beaucoup trop. Cette visite n'était, certes, pas banale mais elle n'avait rien d'extraordinaire au point de générer une telle activité, toute relative soit-elle. Elijah serait la personne qui l'accueillerai, pas faute d'avoir eu des volontaires, toutefois des volontaires qui paraissaient soulagés de ne pas être sélectionnés auraient-ils été une bonne chose pour le Clan ? Pas sûr.

La convocation, ou en ce cas-ci plus une sollicitation des services de la Graveuse Folle, avait un but à la fois martial et esthétique. Elijah ignorait si elle avait été briefée avant d'entamer sa route, en fait il se demandait tout simplement comment elle allait venir. Il n'avait au final que très peu d'informations, il en avait eu des pêle-mêle, il savait ce que tout le monde savait... C'était pour dire, rien du tout ou alors tout et rien. Prenant son mal en patience, il buta sur le nom de leur invitée, buter n'était pas le bon verbe, il y avait fort à parier qu'on ne le lui avait jamais dit. Sur ce chemin de réflexion, Elijah était retourner à l'entrée de la bourgade qui s'était installée à quelques centaines de mètre, à peine, du poste de garde qu'il venait de quitter. Il ignorait tout du monde des graveurs de métal et n'en connaissait pas plus sur celui des sculpteurs de pierre ou des joaillier, d'un œil amateur il s'imaginait ça être plus ou moins similaire. Il faut dire qu'il n'avait pas fait carrière dans la bonne branche pour savoir ce genre de détails.
Le Second l'attendait donc à l'entrée de la forge, vêtu d'une tenue tout à fait normale bien qu'une sorte de tissu rouge indiquât qu'il appartenait au Clan responsable du hameau. Ce petit village de fortune, il en connaissait les habitants par coeur, ne serait que pour la bonne raison qu'il y passait plus de temps que dans sa propre chaumière, aux Cimes Hérissées. Il questionna deux-trois personnes qui ne lui étaient pas familières, réponse négative, elles n'étaient pas venues pour graver quoique ce soit.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 19 Juin 2012 - 13:12

    Le vent soufflait, faisant danser les flocons. Hela remonta son ample colle de fourrure sur ses joies rosies par le froid. Ses prunelles se posèrent sur l’horizon.
    On l’avait convoqué. Forcée à sortir de son atelier. De sa si douce tanière. Et là voilà, en chemin vers la tour du nord. A découvert…

    Elle frissonne. Elle se dit que plus vite elle aura finit là bas, mieux ça sera… Elle y va, elle dépose sa commande, elle revient.
    Ca sera court. Pas le temps pour un dérapage. C’est ce qu’elle se dit. Ce qu’elle se répète. C'est ce qu'elle veut croire. Et lorsque le doute est trop fort, elle se met à fredonner, pour se rassurer :

    Entends-tu mon enfant
    Le joli chant du vent ?

    Il sifflote,
    Il complote,

    Le coquin,
    Le malin,

    Il soulève ton chapeau,
    Il se glisse dans ton dos

    Entends-tu mon enfant
    Le joli chant du vent ?



    C’était une importante gravure qu’on lui avait commandé… Elle n’avait pas pu refuser la proposition, et les conditions imposées car de un cela venait de la faction, de deux la commande serait bien payée. On lui avait demandé une large pièce de métal, dont la gravure devait orner le mur de la tour, et représenter un yagock et son cavalier. Elle s’était attelée à l’œuvre avec passion. Sous ses outils le métal avait d’abord résisté, puis doucement, s’était incurvé sous l’ithylium avec docilité pour faire l’œuvre de la « graveuse folle »
    Le travail avait demandé des jours… Mais il était somptueux. L’oiseau et son cavalier, était si finement représenté, qu’on s’attendait presque à les voir se libérer du métal, pour jaillir, en chaire et en os, près à s’envoler pour protéger le peuple.
    Le voyage n’avait pas était un problème en soit. Hela avait simplement attelé son Howok*, à son grand traineau**, et était partit en direction du nord. Une petite hachette, pendante à son flanc. Au cas ou ...

    Le hameau se dessine à l’horizon. Elle frissonne encore. Ralentit sa bête, trouver ce qu’elle cherche ne sera pas difficile… D’ailleurs, quelqu’un est là pour l’accueillir, mais cela, elle ne le sait pas encore.


* La créature est sortit de mon esprit, je la proposerais quand le bestiaire des Erfeydes sera ouvert Wink
**Genre : papa noel le traineau
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 24 Juin 2012 - 11:37

Elijah avait rejoint les portes du village de fortune. Oh, il n'était pas si "de fortune" que ça, il était même bien bâti, très implanté et incroyablement actif. Rien ne portait à croire que cette activité n'était présente que depuis quelques semaines, tout au plus un mois entier. Le récent déplacement des Early-Dawn avait créé un afflux monstrueux de personnes vers la Tour Nord, ne serait-ce que pour loger tous les membres du Clan. A défaut d'un village entièrement rempli de militaire, il fallait quelques commerces, des artisans, des gens de la Peuplade en somme. La Peuplade avait la particularité de n'être ni dénigrée, ni adulée chez les Erfeydiens. Ici, la hiérarchie était toute relative, chacun semblait posséder la sienne, tout se passait bien. Ils étaient à des lieues de s'imaginer que la guerre pouvait sévir ailleurs dans le monde. Jusqu'à preuve du contraire, jusqu'à ce fameux jour, il n'y avait eu que leur monde à leurs yeux. Le Sölk s'était épris de passion pour l'inconnu depuis ce jour, le fait de ne pas les avoir vu n'avait fait que renforcer son impatience quant à les voir à son tour tomber du ciel. Certains auraient pu le dire rêveur s'il ne cachait pas tant ce qu'il ressentait vraiment, lui se préférait ambitieux et visionnaire, la notion de rêveur avait quelque chose d'enfantin et de dénigrant qu'il n'appréciait guère.

Au loin, une forme se dessina à travers les quelques flocons qui s'additionnaient sur la neige. Le blizzard n'était pas au rendez-vous, tant mieux car ce dernier aurait rendu la livraison impossible et rendait la communication entre village bien difficile. Elijah esquissa un sourire de satisfaction en devinant une sorte de traineau avec à son bord une cargaison plutôt volumineuse - et sans doute responsable d'un tel moyen de locomotion.
Le Second du Clan descendit de l'échafaud en bois qui bordait les remparts formés de pieux autour du village, ordonna à sa façon qu'on ouvrît les portes à la venue de la personne tant attendue. Pourquoi de telle précaution ? L'inconnu faisait peur même aux Erfeydiens... Si jamais les choses se passaient mal, il y aurait toujours cette dernière défense. Les forces du Clan avait permis d'ériger cette édifice, même s'il n'avait été terminé que très récemment, l'important était le résultat. Raclant la neige de leur passage, les portes s'ouvrirent dans un bruit de glace pilée, laissant entrevoir ce havre de chaleur au pays du froid. Les quelques échoppes et chaumières responsables des odeurs givrées et de la fumée qui se faufilaient tant bien que mal entre les différentes bourrasques nordiques firent aussi leur apparition. Cet endroit encore hier au milieu de nul part respirait la vie comme si elle avait toujours été là.

Il la vit ralentir mais lui fit signe d'avancer, l'air grave d'une personne qui travaille encore attaché à son visage. Le traineau se rapprocha, arriva au niveau des portes. Caché sous quelques peaux, la gravure n'était pas encore visible bien que son œil ait cherché pendant un instant une faille où satisfaire sa curiosité. Il savait que c'était elle, pourtant il n'osa prendre le risque de se tromper de façon monumentale. Il mit son poing droit un bref moment sur son cœur comme le voulait la salutation des factionnaires puis le retira pour s'avancer à portée de voix :

‒ « Tu dois être la graveuse, je me trompe ? Entre, entre. »
Il resta sur le côté le temps que le traineau le dépassât puis lui emboîta le pas. Les grandes portes se fermèrent alors qu'ils continuaient d'avancer lentement vers un endroit propice à l'arrêt de la marchandise. Ils se retrouvèrent tous les deux devant la forge, l'un des seuls endroit où la neige ne pouvait pas prétendre prendre ses aises.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 27 Juin 2012 - 4:26

C’est du coin de l’œil qu’elle distingue son « guide ». Cela la surprend presque ; Qu’elle soit attendue. Mais elle se rappelle que c’est vrai… Elle n’est pas invisible. Les gens lui commandent des choses, elle les ramène. Elle ne peut donc qu’être attendue.

Il l’a salut. Elle ne répond que d’un signe de tête évasif, et fait avancer son traineau. Elle pénètre dans le village, débordant d’activité et de vie malgré la neige qui tombe à petit flocon.
Elle se cache sous sa capuche. Evite les regards. Surtout les éviter. Si elle en croise un, elle sait que la petite voix se réveillera pour lui glisser à l’oreille ce que qu’ils pensent d’elle.

Il s’arrête devant la forge. Pendant un court instant, il ne se passe rien. Puis lentement, presque comme si elle était une personne âgée, elle se déloge de sa place pour « mettre pied à terre ».
L’homme est venu à sa hauteur. Elle commence à se balancer d’un mouvement léger de la pointe des pieds, puis sur les talons. Elle fixe son regard sur les grosses peaux qui recouvrent son œuvre, et c’est sans vouloir croiser son regard qu’elle commence à parler d’une voix fluette.

-Il faut … Il faut la déchargé. Attention, c’est, fragile…. Il faut … Fragile. Alors attention.

Expliqua-t-elle alors qu’elle tapote d’une main affectueuse les couvertures. Voilà, elle va devoir s’en séparer… C’est toujours difficile. Elle n’aime pas ce moment. Celui ou elle donne à ceux qui l’évite l’objet dans lequel elle a mit tout son art…
Au début, elle pensait pouvoir acheter leur affection comme ça. En leur faisant des jolies choses… mais ils ont peur d’elle. Et elle ne les blâmes pas… Elle aussi a peur d’elle.

-Tu … Tu n’as pas répondu, tu feras attention hein ?!

Ajoute-t-elle précipitamment, sans lui avoir laissé le temps d’en placer une après ses premiers mots.
Elle ne le regarde pas dans les yeux. A vrai dire, elle s’est si peu attardé sur son visage qu’elle est bien incapable de dire quelle est la couleur de ses yeux et la forme de son nez.

-D’ailleurs … c’est bien toi qui devais m’accueillir, c’est toi qui dois t’occuper de la commande ? Tu, tu es qui ?

Sa voix n’est pas accusatrice mais rapide, et fuyante.


HJ : Pour la plaque , j’imagine 1m60 de long et 80 cm de large, épaisse de 5 bon cm
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Jeu 28 Juin 2012 - 9:07

Elle n'avait pas relevé, c'était elle. Celle qu'ils attendaient tous plus ou moins et qui pourtant ne cessaient de leur faire peur. Elle n'avait pourtant rien d'effrayant. Elijah avec été surpris par ce léger balancement, bon enfant il avait mis ça sur le compte de la gêne. Allez savoir pourquoi, il se refusait à penser que les actions qu'elle ferait n'auraient aucun sens. "Tu verras." lui avait-on dit. Pour le moment il ne voyait pas grand chose, sinon une femme visiblement mal à l'aise d'être ici. Cachée derrière sa capuche, il ne pouvait en desseller tous les traits, toutefois il se surprit à presque la reconnaître. Elle venait des Cimes Hérissée, hein ? Lui aussi, durant une grande partie de sa vie d'ailleurs, au moins tout autant qu'avec les Déserteurs. Panne de mémoire ou simple trou, cette fille lui disait quelque chose bien qu'il ne l'ait jamais croisée. Elijah ne put empêcher son œil d'être attiré par la main qui tapotait ce qui semblait recouvrir son trésor. Il avait du mal à imaginer une chose aussi volumineuse comme 'fragile' mais bon, il ferait avec cette idée, même si elle lui paraissait absurde. Il commença un mouvement de tête quand la Graveuse sembla le reprendre, à la fois surpris et amusé, Elijah se contenta de répondre en retirant la première couche de couvertures :

‒ « Je fais toujours attention. »
Il lui adressa un bref regard accompagné d'un sourire en biais rassurant. Elijah n'était pas des personnes les plus douces en ce monde, loin de là même, mais il restait quelqu'un de soigneux, en particulier avec les affaires qui ne lui appartenaient pas. Le vent soufflait contre la forge, la charpente les protégeait de la neige en la déviant plus loin de ses bourrasques, seuls quelques flocons éparses parvenaient à les toucher et fondaient instantanément. Après qu'il ait ôté la seconde couverture, l'œuvre se dévoila enfin. Elijah la contempla plusieurs secondes, muet, à scruter la moindre ombre créée par les courbes incroyablement dessinées. Aux yeux d'autres Graveurs sans doute qu'il y aurait eu des défauts, mais aux yeux de l'Erfeydien elle était la description de ce qu'on pouvait attendre de l'art. Toujours en silence, il regarda de nouveau la femme qui quant à elle fuyait toujours son regard, comme si leur visage respectif n'avait jamais été fait pour se rencontrer face à face :

‒ « Elijah Sölk, Second des Early-Dawn, Clan responsable de la protection de la Tour Nord. »
Il n'osa pas la questionner tout de suite sur son identité. Réservée comme elle semblait l'être, il avait peur de la braquer en l'assommant de questions de la sorte. Il se tut et retourna à l'admiration du travail de l'artiste. La plaque avait un de ces faux airs légers qu'ont les tableaux dans les musées... Elijah aurait pu la porter tout seul, mais en mettre l'extrémité sur son pied pour la soulever lui paraissait à la fois irrespectueux et difficilement réalisable, allez savoir combien pesait une pièce pareille. Il avait un sourire à la fois satisfait et enthousiaste :

‒ « Elle est parfaite. Tu fais ça toute seule ? questionna-t-il naïvement. D'ailleurs, je ne connais pas ton nom, je n'ai pas pu passer la commande moi-même, j'avais du travail. »
Il y avait aussi le fait qu'il n'avait vu aucune signature sur l'œuvre, sinon il aurait pu tricher. Pas de chance, soit il avait mal regardé, soit cette femme n'avait effectivement pas signé, ce qui aurait été selon lui une grande preuve d'humilité.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 30 Juin 2012 - 6:48

Elle l’observe à la dérobée qui retire la couverture, et qui dévoile son art…

-Elijah Sölk … D’accord tu es Elijah Sölk. Répète-t-elle, en se frottant les mains, et en accentuant son balancement. Elle grave ce nom dans sa mémoire, comme elle grave son art dans le métal, c'est-à-dire avec attention.

Pendant ce temps, elle devine son regard posé sur sa gravure. Le silence retombe. Elle se mord la lèvre, et subitement fait volte face pour s’en aller flatter l’encolure de l’Howok.

« Elle est parfaite. Tu fais ça toute seule »

Elle sursaute presque à cette phrase. Doucement, elle pivote, et relève les yeux. Pour la première fois, elle le regarde en face, sans ciller, sans trembler, sans même se balancer. Leurs regards se croisent et s’accrochent, et malgré le col qui lui dissimule le bas du visage, le visage d’Hela s’illumine et l’on devine un sourire timide se dessiner sur ses lèvres. L’espace d’un instant, elle semble normal, et même saine d’esprit… Elle ne l’évite plus, et lorsque qu’elle murmure un « merci » sa voix et douce, presque chantante, et assurément sincère…

Ce n’est que l’illusion d’un instant. Car aussi subitement qu’elle a planté son regard dans le sien, elle s’en arrache pour piquer du nez et fixer le bout de ses pieds. Sa voix reprend ses in flexions aigües et hésitantes :

-Je … oui … Je l’ai fait seule. Je travail toujours seule…Toujours.

Ho non … pas vraiment seule. La petite voix vient parfois lui tenir compagnie… Mais Shut ! Ne pas y penser. Shut ! Elle ne doit rien dire ! Shut ! Il ne doit rien savoir !
Son souffle un instant s’accélère. Elle s’avance vers lui d’un pas subitement plus énergique.

-Mon nom ? Je …Je m’appelle Hela Lokegard.

Débite-t-elle à toute allure, les yeux rivés sur son œuvre. Elle tend les mains, et l’empoigne avec détermination. Bien qu’elle l’ait alerté sur la délicatesse de la gravure, c’est sans réel précautions, qu’elle l’attire vers elle, la porte à bout de bras, la calle sur son pied, pour ensuite la fourrer dans les bras du garde. L’effort ne semble pas l’avoir affecté, et pourtant l’objet pèse sa bonne vingtaine de kilos. C’est d’une voix toujours aussi pressée qu’elle annonce :

-Prend là. C’est à toi maintenant. C’est plus à moi.

Elle recule, l’observe un instant puis répète :

-Oui, à toi.

Comme si elle était venue pour lui faire le présent.
Un bruissement d’aile attire son attention. Une ombre se dessine au dessus d’eux. Elle lève la tête. Un yagock les survole. Majestueuse, sa silhouette sombre se découpe parfaitement sur l’horizon blanc.
Il décrit un arc de cercle, amorce une descente douce, guidé par son cavalier.

Hela ne le lâche pas du regard. Happé par cette vision, émerveillée par la simplicité avec laquelle il repousse la gravité, elle semble avoir oublié Elijah. Seule compte ce spectacle réel, qui pourtant lui apparaît comme un rêve. Lorsqu’enfin l’animal disparaît un peu plus loin, sûrement pour aller se poser à un endroit plus propice, elle s’éveille et s’écrit ;

-Non ca ne va pas ! J’ai oublié quelque chose !

Elle s’agite, et s’en va chercher un petit sac de toile.

-Je croyais l’avoir finit… Mais j’ai pas finit.

C’est à elle-même qu’elle parle. Puis s’en retourne vers le second.

-La gravure ! J’ai oublié quelque chose ! Je dois finir… Il faut que je finisse !

Lui explique-t-elle en agitant son sac d’outil devant elle.






avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 3 Juil 2012 - 9:00

Il trouva amusant le fait qu'elle répétait constamment tout deux fois. On aurait dit une enfant. Elle avait cette innocence des premiers jours et pourtant son corps d'adulte la trahissait. C'était donc ça être "fou" aux yeux des autres ? Répéter les choses deux fois ?... Quand on sait que presque un tiers de nos phrases est rabâché toute notre vie, qu'un autre tiers ne sert qu'à la mise en forme et aux ornements, Elijah se demandait comment le monde faisait pour ne pas être plus fou qu'elle. La Graveuse Folle, pour le moment il ne comprenait pas qu'on puisse affubler l'allégorie de l'art en personne avec un adjectif aussi objectif. Car quoi que l'on puisse dire, l'art n'est jamais objectif. Hela Lokegard, il saurait s'en rappeler. L'appeler sans cesse La Graveuse Folle lorsqu'il pensait à elle lui faisait avoir la nausée, le Second se sentait bien mieux avec un véritable nom à mettre sur cette moitié de visage.
Autant dire qu'il fut surpris lorsqu'elle s'empara de la gravure et lui mit dans les mains en à peine quelques secondes. A lui ? Comment ça à lui ? C'était à eux, non ? Il la regarda, un peu perdu, presque dubitatif. Il avait la nette impression qu'elle s'en débarrassait plus qu'elle ne le vendait. Pourtant il y avait bel et bien un salaire à la clef, Elijah en avait la somme dans une de ses poches. L'Erfeydien maintient la gravure en l'air, se refusant à la faire toucher ses pieds ou même le sol. Malgré son poids relativement léger par rapport à sa taille, la gravure lui pesait plus que du marbre tant elle paraissait appeler le sol à elle. Crédule, il suivit le regard frivole de son interlocutrice. Cette femme avait une âme d'enfant :

‒ « D'accord, d'accord. »
Elijah était un peu penaud avec sa gravure dans les bras. Où la posée ? Dans la forge ? Impossible, cela gênerait le travail du forgeron. Il lui fallait de la place le problème c'était qu'ici les supports il n'y en avait pas des masses. Sans savoir comment il parvint à saisir un bout de la couverture sur le traineau, la traîna d'un pas pressé vers une table de fortune, l'étala en un mouvement de bras, rattrapant au passage l'œuvre branlante sous tant de mouvements et en posa la moitié opposée contre la couverture, lui tenant l'autre extrémité par dessous, les bras tendus. Le poids qu'il portait était à présent infime mais nul doute que s'il venait à lâcher la gravure elle basculerait de son côté pour se retourner comme une crêpe :

‒ « Comme ça ? fit-il un peu confus. Ou dans l'autre sens ? »
Il fit un mouvement sur le côté, comme pour lui montrer dans quelle sens il pouvait pivoter sans l'abîmer. Toujours son sac de toile à la main, Hela semblait beaucoup plus à l'aise qu'Elijah. Faut dire que les rôles s'étaient inversés... Elle était plus dans son élément que lui à présent, et à en lire sur le visage du Factionnaire, il ne savait pas ce qui l'attendait. Si ça se trouve il allait devoir porter la gravure pendant plusieurs heures, ça il n'en savait rien. "Elle n'est pas finie" en soi ça ne veut pas dire que l'ajout sera court ou long, juste qu'il reste des choses à faire. Elijah se transformait peu à peu en assistant, ça lui rappelait ses débuts chez les Early-Dawn... Old times Good times.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 4 Juil 2012 - 13:42

Si le second souffrait d’un certain mal aise sur l’attitude à adopter, Hela ne semblait ni s’en soucier, ni vouloir s’en soucier.
A vrai dire, ses prunelles de saphir ne quittaient pas la gravure… Son esprit galopait, et analysait tous les défauts de son œuvre. Ils étaient, pour un œil débutant, à peine visible, mais maintenant qu’elle avait le modèle en tête, elle ne voyait qu’eux.

Dans ses veines, la fièvre de la création se rependait, la faisant devenir plus active que jamais.
Elle ne semblait plus tenir en place… Heureusement le second était de ces hommes qui n’avaient pas peur de mettre la main à la patte, et il l’aida sans rechigner.

Un instant même, l’idée que cela soit suspect traversa l’esprit d’Héla, mais elle craignait toujours de croiser son regard trop longtemps pour découvrir la vérité… Non, s’il avait de mauvaises intentions, elle préférait ne pas le savoir …
Du moins pas tout de suite. Peut être souhaitait-elle qu’à retarder une réalité, on l’empêche de venir … Quoi qu’il en soit, quand il lui proposa de maintenir la gravure, la jeune femme ne si fit pas prier.

-Comme ça. Toute droite, et elle ne doit pas bouger.

Expliqua-t-elle, prenant sans s’en rendre compte un ton plus assuré.

Une nouvelle fois, son regard s’attarda sur la gravure, puis elle s’avança, ferma les yeux, et posa deux doigts sur le métal. Pendant un long instant, elle ne bougea pas… Lorsqu’elle rouvrit les yeux pourtant, ils brûlaient d’une lueur nouvelle, et vivement elle plongea sa main dans son sac pour un tirer un outil dénué de pointe.
Puis, dans un deuxième geste elle ouvrit sa gourde d’Ithylium, trempa le manche, et en ressortit un outil doté d’une pointe fine.

Aussitôt, elle commença à corriger son œuvre, assouplissant quelque courbes, et approfondissant le sens du détail pour la rendre toujours plus proche de la réalité… Premièrement, elle s’attaqua au Yagock, et à son harnachement… Ce ne fut pas si long que cela… Sa pointe dansait sur le métal, et n’y rencontrait qu’une faible résistance avant de contraindre le métal à prendre la forme qu’elle désirait lui donner.
Plusieurs fois, elle changea d’outil, et pour chacun, elle imaginait une pointe différente, aux attributs étonnants.

Il fallut ensuite peaufiner le cavalier, qui, maintenant que le Yagock était entièrement terminé, semblait terne et sans éclat.

Elle marqua un temps de pause. Ses sourcils froncés dans un air contrarié…
Elle n’avait pas d’image aussi précise que pour l’animal… Voilà son problème… Il manquait le modèle pour ses finitions !
C’est alors qu’elle se souvint de l’homme qui s’efforçait de tenir l’œuvre en place, et elle releva le visage vers lui.

Ses yeux allèrent de l’œuvre à lui… Oui, il avait à peut près la même carrure que l’homme dessiné. Alors pour la deuxième fois, elle se mit à l’observer avec une attention toute particulière sans détourner le regard. Pour elle, à cet instant, il n’était plus une source de danger, il était devenu un modèle. Une âme vivante dont elle devait emprisonner des aspects au creux de son œuvre…
Mâchonnant le manche de son outils, elle s’approcha de lui, l’observa des pieds à la tête, et de la tête aux pieds s’attarda surtout sur les détails de son oreille et sur la courbure de sa nuque, puis elle s’en retourna à son œuvre, et affina le cavalier. S’inspirant de l’anatomie de son modèle improvisé, elle lui ajouta quelque détail insignifiants, qui pourtant achevèrent pour de bon son travail.

-Voilà … Là, j’ai fini
. Acheva-t-elle. En rangeant son outil, et en se frottant les mains avec satisfaction.

-Tu peux poser. Lança-t-elle comme si elle s’adressait à un simple insistant. Pourtant elle ne manqua de lui glisser un « merci », pour son aide.

Dehors, la petite neige s’était transformée en déluge. Elle ne s’en était pas rendu compte, trop absorbé par son travail mais lorsqu’elle prit conscience de la tempête de neige qui s’abattait sur eux, elle poussa un cri surprise :

-Mon Howok !

La pauvre bête, qui avait sagement attendue était à présent couverte d’un bon 5 cm de neige, et lui jetait un regard blasé.

Spoiler:
 

avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 7 Juil 2012 - 11:07

Droite ? Bien, mais ça allait être difficile. Elijah s'imaginait déjà la voir sortir son burin pour tambouriner sur la plaque, autant de vibrations qui promettaient d'en mettre plein dans les doigts du Second. Pourtant ce fut avec une extrême délicatesse qu'il l'a vit s'exécuter. Elle semblait corriger des détails infimes, malgré sa position peu propice à l'observation, il tenta tant bien que mal de voir derrière les mains de l'artiste. C'était bizarre, rien ne changeait à ses yeux, il n'avait sans doute pas l'âme créative qu'avait Hela. Elijah se fit surprendre en train de regarder avec insistance son travail, il dévia le regard. Non pas qu'il soit gêné, toutefois il imaginait Hela plus du genre à s'excuser de si bien travailler que d'en tirer un quelconque orgueil. Elle le regarda, il la regarda. Il y eut un bref moment d'attente, comme si l'un des deux avait oublié une réplique qui n'avait pas été dans le script.
Hela s'approcha, Elijah la regardait toujours, se demandant ce qu'elle avait en tête, tout en le devinant sans se l'avouer à lui-même. Elle se rapprocha si prêt qu'il eut peur de lui mettre un coup de coude en reprenant ses prises sur l'œuvre. A l'évidence, il n'était pas habituer à se faire dévisager de la sorte. Et encore ! Si ça n'avait été que le visage ! La sensation étrange de servir d'échelle à la beauté le mis mal à l'aise, au moins autant que semblait l'avoir été Hela à leur rencontre. Chacun son tour comme on dit.

"J'ai fini", à ces mots il regarda avec attention toutes les modifications apportées. Ou tout du moins le rendu global. Malgré la finesse des traits, l'exactitude des courbes et des perspectives, elle avait travaillé à une vitesse fulgurante. Et ce Lien, comment ne pas le mentionner ? Tailler le métal avec sa seule gourde d'Ithylium, c'était remarquable. Ce qui passa en premier dans la tête d'Elijah, c'était que cette fille pouvait forger des armes en un temps record et fournir une armée en une journée. Déformation professionnelle ou simple nature belliqueuse, le Second avait vu le côté martial avant le côté social. Hela, elle, voyait le côté artistique. Elle avait mit tout ce potentiel au service de l'art et de la communauté. Encore abasourdi par la qualité de la plaque, il obéit presque instantanément à l'ordre de la Graveuse comme s'il n'avait été qu'un mousse sur un navire marchand. La seule chose qui parvint à lui faire décoller les yeux du métal fut l'exclamation pour le moins surprenante d'Hela.

Elle avait l'air peiné pour sa bête. Pourtant à l'état naturel il n'y avait ni toit, ni maison, ni écurie pour les abriter. De mémoire, ces créatures vivaient dans les plaines, et non les forêts. Bien loin d'être un naturaliste, il trouvait pourtant la situation actuelle tout à fait normale. La neige pour eux, comme pour les Erfeydiens c'était une seconde mère, il fallait l'apprécier ou partir. Or, partir des Erfeydes était considéré comme impossible avant l'arrivée des étrangers. Partir ? Pour aller où ? Aujourd'hui Elijah répondrait avec les yeux d'un enfant : "Là-bas". Car avant il n'y avait jamais eu de là-bas. Avant, "là-bas" c'était les Glaciers, les endroits où on n'allait jamais mais que l'on connaissait. A ce jour, "là-bas" désignait désormais l'inconnu :

‒ « Ils sont habitués, tu sais. un enfant passa en courant d'une maison à l'autre, peaux sur la tête avant de claquer une porte. En revanche mieux vaut que nous on se mette à l'abri. Il y a de la place derrière la forge, assez pour que ton Howok et le traineau soient au sec. »
Un bourrasque souffla dans la vallée, on devina une vague de poudreuse au loin qui s'élevait vers le ciel. Les flocons emportés par le vent fouettaient le visage des rares personnes encore dehors. Hela devait le savoir, ce blizzard allait la contraindre à rester sans doute un peu plus longtemps que prévu à la Tour Nord. Sans compter que parfois ces tempêtes pouvaient durer plusieurs jours entiers. Ce qui était étonnant c'était ce vent, il s'était levé d'un coup, sans vraiment crier gare. Elijah centra la plaque sur le support, et tourna le dos à Hela, entrant sans prévenir dans la forge où les coups de marteau cessèrent un instant avant de reprendre de plus belle :

‒ « Par ce temps on ne peut pas emmener la plaque à la Tour. il se saisit de nouveau de la plaque, écarta la neige des peaux et la plaça dans le traineau. Il est préférable de la laisser avec ton Howok pour le moment. Fais-moi confiance, tes affaires ne craindront rien. »
Elijah s'approcha de l'Howok, pour avoir côtoyer plus d'un animal dans sa jeunesse, il apparut à l'aise mais méfiant. Un coup de corne est si vite arrivé. Il s'empara finalement d'une lanière de cuir et commença à faire faire demi-tour à la bête qui se débarrassa de la neige la recouvrant en quelques secondes.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 8 Juil 2012 - 12:47

Le vent souffle. Il fait virevolter les flocons qui s’entrechoquent sans douceur. Mais pire que tout pour Hela… Il la coince ici. Il l’emprisonne… Son souffle se coince dans sa gorge quand elle réalise qu’il lui faudra rester ici, des heures, voir des jours de plus…

Une tempête comme celle qui se profilait pouvait égarer le plus adroit des éclaireurs… Bientôt la blancheur du ciel rejoindrait le tapis de neige qui recouvrait le sol, et l’horizon s’effacerait. Le paysage deviendrait infini, alors la brume se refermerait sur les âmes errantes pour les perdre à jamais…


Elijah a reprit son assurance. Elle le regard prendre les devants… Il abrite la plaque sous les peaux, et dégage l’Howok de la couche de neige qui le recouvrait.

« Il est préférable de la laisser avec ton Howok pour le moment. Fais-moi confiance, tes affaires ne craindront rien »

*Mensonge ! Il veut s’approprié ce qui est a toi.
Tu lui as donné la plaque, tu lui as donné ton art.
Il se l’est approprié, et maintenant il veut tout. Regarde bien …
Il touche ton Howok.
Il veut t’éloigner pour ensuite te prendre toi …
Et tu sais ce qu’il fera ensuite quand il t’aura éloigné… *

Le frisson qui parcourra Hela à cet instant fut si intense que les flocons qui s’étaient posés sur ses épaules, s’en retrouvèrent chassés.
Et lorsque le factionnaire eut fini de dégager la neige sur l’animal, elle lui jetait un regard ouvertement méfiant. Lentement, la voilà qui s’avance, s’approche de son Howok pour enfoncer sa main dans l’épaisseur de sa fourrure… Elle le caressa lentement, comme si elle cherchait à apaiser l’animal, qui pourtant, était resté placide...

-Non. Il faut que je te donne la plaque, que tu me donne l’agent, et que je m’en aille.

Affirma-t-elle ayant brutalement reprit une attitude plus que distante à l’égard du second.
Comme pour la prévenir de la folie à laquelle elle était sur le point de s’abandonner, le vent redoubla en faisant grincer la charpente de la forge.
La peur la saisie. Son regard se fit alarmé. Mais lorsqu’elle laisser germer l’idée qu’il fallait reculer l’heure du départ, inlassablement, la petite voix s’éveillait moqueuse :

*Il veut t’éloigner pour ensuite te prendre toi …
Et tu sais ce qu’il fera ensuite quand il t’aura éloigné…*

Pressée par la soif de sang qui menaçait de la submergé au moindre faux mouvement de l’homme elle tendit le bras avec avidité pour demander :

-Ma paye, donne là moi.
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Ven 13 Juil 2012 - 17:31

Non ? Pourquoi non ? Elijah ne savait quoi faire, à vrai dire il n'avait pas pensé à un refus. Un merci, oui, peut-être, mais un refus... Il regarda la main de la jeune femme comme s'il y avait quelque chose à l'intérieur avant de croiser son regard en remontant le long de son bras. Il l'a regarda un instant, un élément avait changé, pourtant il mit ça sur le compte du temps. Avoir peur des tempêtes de neige ce n'était pas courant chez les Erfeydiens, il ne fallait cependant pas en exclure la possibilité. Il resta une dizaine de secondes dans le silence le plus pesant qui puisse exister, on aurait dit un duel : qui de lui et d'elle allait bouger en premier ? Elijah pour lui donner la paye ou elle pour la réclamer de nouveau ? :

‒ « Tu ne m'as même pas dit le prix. »

Il eut un sourire, comme si de toute façon il n'aurait rien pu y faire. Lui donner de l'argent, pourquoi pas, après tout son travail avait été remarquable, l'important était la somme. Elijah savait que le Clan avait les moyens, cependant sa bourse à elle seule ne suffirait certainement pas à payer l'œuvre entière. Le vent ne s'était pas calmé depuis la bourrasque, si ça n'avait tenu qu'à lui le Second aurait dit que la météo jouait avec leurs émotions respectives. Ce "Tu verras" lancé avec dédain quelques jours plus tôt lui revint en tête. Oui, il voyait bien, Hela changeait de comportement comme le vent. Il était amusant de se dire qu'Elijah était plus qu'habitué aux sautes d'humeur, ne serait-ce qu'à cause du fait qu'il fréquentait Kataleyah. L'Howok se secoua, sans doute lassé d'être tenu sans pour autant bouger :

‒ « Je ne peux pas te laisser partir, on distingue à peine la porte principale, Hela. Regarde, même un éclaireur s'y perdrait. »

Son ton s'était voulu autoritaire, quand bien même son inquiétude était palpable. Il la pensait vraiment capable de se jeter dans cette tempête, avec ou sans argent. Dans sa tête l'éclaireur avait été remplacé par une vieille connaissance. Un Déserteur qui lui avait appris à ne jamais s'aventurer dans le blizzard. Il gène la respiration, fouette le visage, brouille la vue. Le blizzard est un prédateur qui n'a pas besoin de territoire pour chasser, ce simple détail fait de lui le pire prédateur de l'île et Elijah n'était pas du genre à pousser ses alliés dans la gueule du loup.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 15 Juil 2012 - 16:04

Une nuit. Sans rêve ni éveil. Une nuit de sommeil complète, comme Kataleyah n'en avait pas savouré depuis des semaines. Au matin, la fatigue des derniers évènements s'était évaporée et elle avait pu quitter le canyon d'Orio après une dernière mise en garde aux clans alors présents. Rassérénée, l'oracle avait entreprit un voyage vers les bourgs des cimes hérissées, empruntant cette fois le fleuve qui serpentait jusqu'au sud du canyon, non loin des tours de l'ouest. Là bas, elle terminerait sa route à dos de yagock, Les relais des hommes de l'ouest abritaient les meilleurs bêtes, aussi belles et rapides que sauvages et capricieuses. Il y avait même quelques ygrans, utiles pour le transport de charges. Cependant Kataleyah ne charriait plus de prisonnière avec elle.

Deux jours. Le temps de descendre le fleuve jusqu'à destination. Deux jours de plus offerts par la plus pernicieuse des volontés. Et puis la nuit qui suivit son débarquement, le Gardien refit surface.
Cette fois là, Kataleyah dû assister aux assauts des souvenirs d'une guerre lointaine. Plus lointaine encore que celle qu'elle avait partagé lors de sa toute première transe. Sans prévenir, le Gardien l'assaillit d'images de grandes batailles, la plupart vues du ciel. Des scènes au réalisme terrible et effrayantes par leur nombre et leur diversité. Sans vraiment se l'avouer, comme si le simple fait de reconnaitre la condamnerait, elle trouva de la beauté aux victoires. Elle partagea aussi une série d'émotions, de la haine à la douleur en passant par la satisfaction et la fierté. Le silence des derniers jours n'avait pas amenuisé la connexion, bien au contraire, il l'avait amplifié. Une des défaite qu'il lui montra éveilla en lui une rage si profonde que l'oracle s'éveilla à demi de sa transe et usa malgré elle de son lien de vent sur la forêt autour d'elle, ne laissant que bois mort sur une demi-lieu à la ronde, comme si par ce moyen le Gardien extériorisait toute sa colère.




Le visage fourré dans son manteau de fourrures, la jeune femme se laissait conduire par sa monture qui s'y retrouvait bien mieux qu'elle dans ce début de tempête. Le yagock glissait sur les courants en dansant avec les flocons. Elle vérifia que la sacoche qui contenait ses plans soit toujours en place. Une semaine s'était écoulée depuis la première intervention du Gardien et les nuits suivantes avaient reproduit le même schéma. Il avait persisté jusqu'à ce que son hôte comprenne enfin son message. Alors, l'erfeydienne avait passé ses journées à retranscrire plans, stratégies, failles de toutes ces batailles. Le peuple erfeydien savait se battre, mais il était désorganisé, il n'avait jamais eu affronter un ennemi aux racines différentes. L'oracle avait eu beaucoup de mal à démêler le nœud d'informations qui déferlaient par vague dans sa tête.
Lorsque le tout lui avait parut suffisamment clair - et qu'elle avait retrouvé sa maitrise de soi - elle avait repris sa route, mais cette fois non plus en direction du cœur de l'île mais du nord, où les clans rassemblés déjà en grand nombre se disputaient sûrement le siège des meilleurs tours.

Toujours est il qu'à l'heure actuelle, les lumières d'une tour perçaient l'épais voile de neige. Rapidement, Kataleyah distingua l'étendu du travail fournit par les Early-dawn. Un clan ancien, qui n'avait peut être pas vécu de guerre comme celles du passé, mais qui ne plierait pas pour autant le genou face à l'ennemi. Une pointe de fierté ragaillardit l'oracle face aux efforts de son peuple. Elle n'en faisait plus parti, du moins pas autant qu'avant son changement de statut, mais lorsqu'elle épiait du ciel les terres erfeydiennes, elle couvait l'ensemble de sa patrie du même regard que porterait une mère sur sa petite tribu.

Le yagock fit une embardée brusque puis amorça la descente à contre vent. Le froid giflait le visage de sa cavalière tandis que la bête prenait plaisir à piquer vers le sol. Au dernier moment, il déploya ses grandes ailes et se posa non sans douceur sur la fraiche couche de neige, devant une grande porte en bois qui marquait l'entrée de l'enceinte. Kataleyah vu la lanterne avant l'homme, qu'elle rejoignit la tête rentrée dans les épaules pour se protéger vainement des rafales glaciales.
Le factionnaire la héla de sa voix bourrue, pensant s'adresser à un éclaireur d'un clan adverse. Arrivée à sa hauteur, il reconnut la nouvelle venue mais Kataleyah prit la parole avant qu'il ne s'empêtre dans des salutations pompeuses et inutiles mêlées d'excuses.

"Conduis moi à ton chef !"
lança-t-elle en haussant la voix pour se faire entendre malgré le vent.
"Almarick Thorleif n'est pas ici. Il est parti à la poursuite de déserteurs ce matin. Avec cette tempête, faut pas compter le revoir d'ici demain au moins. Son second est resté sur place."
- Très bien, conduis moi à lui !"


Le factionnaire lui fit signe de le suivre, non trop content de retrouver son poste de surveillance à l'abri des intempéries. Le chef en pleine traque en des jours si sensibles, c'était ennuyant pour sa mission mais l'idée de retrouver Elijah convenait mieux à Kayah. Elle n'avait pas vu son ami depuis longtemps, leur route se croisaient trop peu à son goût. Elle pourrait lui faire part de ses plans avant de les présenter à Almarick pour recueillir son avis de stratège. Il serait plus à même de rendre réalisable ses brouillons. En quelques nuits, elle s'était imprégnée de la guerre plus que n'importe lequel des grands héros des légendes erfeydiennes  mais ce qui se présentait si clairement dans son esprit demeurait confus dans ses explications et illustrations.

De son côté, le clan n'avait pas perdu une minute. Le petit hameau avait prit une ampleur considérable depuis sa dernière visite, et le rempart de bois atteignait la mi hauteur de la tour. Toutefois, Kayah doutait que le bois seul n'oppose suffisamment de résistance aux  attaques des étrangers.
Les ruelles étaient désertes, des portes claquaient et des coups de marteaux résonnaient non loin quand ils arrivèrent vers la forge. Elijah était en compagnie d'une femme, une voyageuse au vu de sa tenue et du howok qu'elle caressait. Elle semblait sur ses gardes, et maintenait une distance avec le second. Le factionnaire qui l'accompagné marmonna quelques chose avant de rejoindre Elijah, en évitant soigneusement la voyageuse.
Kataleyah s'avança pour échapper au vent gonflé de flocon qui croissait en puissance. Là, elle reconnut Hela.
Les deux femmes s'étaient rencontrées brièvement un an auparavant, mais l'oracle n'oubliait jamais un visage. La graveuse paraissait un peu perdue, alors Kataleyah lui adressa un sourire. Elle ne se souviendrait sûrement pas d'elle, mais c'était sa façon de la saluer.

Spoiler:
 



Sign @Thélador



Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 21 Juil 2012 - 15:09

Le prix ? A oui, elle ne lui a pas dit. Comment a-t-elle pu oublié ? Une délicieuse couleur rosée s'étend sur ses joues à la peau d'ordinaire pâle comme l'albâtre.
Il a comprit. Il n'est pas idiot. Elle le sent. Il a comprit qu'il y avait quelque chose de différent. Elle doit endormir son intuition, étouffer ses questions... Brouiller les pistes. C'est ce qu'il y a de plus important. PERSONNE NE DOIT SAVOIR ! Personne, personne ... C'est SON secret.

Son petit coeur s'affole toujours. Il bat comme une colombe prise au piège. Mais elle doit le contenir. Il le faut.

-Le prix... Oui, le prix...

Sa main s'égare sous ses couches de fourrure pour qu'elle puise atteindre sa nuque secrètement trempée d'une sueur froide. Ses ongles grattent sa peau.

-Ça a prit beaucoup de jours et de nuits... Beaucoup de travail. Fatigue...

Explique-t-elle pensive.

-Un sac de pierres précieuses... pas des petites, des moyennes.

Tranche-t-elle finalement. Voilà, elle lui a donné le prix. Il va lui donner sa paye et laisser partir. Tout va bien se passer.

Mais non idiote.
Tu n'as pas entendu ce qu'il a dit ?
"Il ne peut pas te laisser partir"
Ou ... Peut être qu'il ne VEUT pas...
Et toi Hela, qu'est ce que tu veux ?

Comment ses jambes peuvent encore la soutenir, alors qu'elle sent tout son corps s'emplir de découragement ? Elle voudrait disparaître. Creuser un trou, et s'y enfouir. Y mourir même ... Pour tuer la petite voix. Pour tuer ses vieux souvenirs... Maudit soient-ils ! Maudit soit-elle !

Retenir ses larmes. A tout prix. les retenir.

-Je dois partir. la neige c'est pas grave. la neige, c'est de la neige. Juste de la neige...

Tremblante, elle lui tend une nouvelle fois sa main.
Pourquoi va-t-il surement se demander.... Mais elle ne peut pas lui dire... Pas lui dévoiler que ce qu'elle sent grandir en elle est mauvais... malsain... Diabolique.
Comment lui expliquer que l'ivresse du sang menace de la submerger ? Que ses oreilles se languissent des chants sinistre d'os brisés ? Que l'unité d'une chaire formant un corps va bientôt la dégoûter, et que par tout les moyens, elle voudra disloquer ... Disperser...Comment lui faire comprendre qu'elle est ... Un monstre ?

Une présence. Ils ne sont plus seuls. Hela croise le regard de la nouvelle.

Sa complice...
Elle vient sûrement pour te tenir.
Quand il te fera du mal.
Ils pensent que deux contre un
Ca sera facile...
Mais il ne savent pas que tu n'es pas "une"
Hein ...
Ma petite Hela?

Non, non c'est faux ! La femme a sourit. Elle a sourit comme quelqu'un de gentil. Quelqu'un qui veut être son amie.

Naïve que tu es ...


Précipitation, Héla plonge son regard dans la contemplation de ses chaussures. Elle n'a pas pensé à s'attarder sur ce nouveau visage... Elle a oublié de fouiller dans ses souvenirs. Elle n'a pas imaginé que cette jeune femme, elle l'a "connait"...











avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 29 Juil 2012 - 8:04

Le prix qu'elle lui avait donné était correct, quoiqu'un peu exorbitant. Cela dit, le travail était irréprochable et il se voyait mal négocier en ces circonstances. Il savait qu'il n'avait pas cette somme sur lui, un sac de pierre moyenne, qui avait ça sur soi ? Pas grand-monde. Malgré tout Elijah fouilla dans sa veste de cuir et de fourrure pour en sortir ce qui contenait son argent. Il l'ouvrit, en évidence, comme pour montrer sa bonne foi devant Hela qui, mine de rien, semblait douter de lui plus que n'importe qui d'autre. Le Second n'était pas quelqu'un de riche ni de particulièrement pauvre, allez savoir pourquoi il n'emportait jamais plus que ce qu'il avait sur lui présentement. Quelques pierres de tailles ridicules, quatre ou cinq, une ou deux moyennes et une autre qui sortait un peu de l'ordinaire. Pas assez pour payer la Graveuse. Il prit les pierres de taille moyenne dans une main, rangea rapidement la bourse de l'autre avant d'en sortir une deuxième, fruit de la cotisation des Early-Dawn. Cotisation basée sur ce qu'on pourrait appeler le bon-cœur de chacun. Gardant les pierres précieuses entre ses deux derniers doigts, son pouce son index et son majeur s'attelaient à ouvrir la seconde bourse :

‒ « Je pense qu'il y aura assez dans celle-ci. »
Il fouilla dans la peau tannée, en extrayait une pierre de plus gros calibre et la remplaça par celles qu'il avait dans son autre main. Il regarda Hela dans les yeux avant de refermer la bourse grâce à deux ficelles. Si elle allait vérifier ? Il y avait des chances. Après tout elle avait changé subitement en deux secondes, Elijah n'osait prétendre la connaître assez pour prévoir ses réactions. Compter aurait été d'une incorrection sans borne, il faut dire qu'au niveau des convenances la Graveuse semblait assez à part. Affairé à sa sélection de pierres, Elijah n'avait pas vu Kataleyah se rapprocher avec un de ses confrères. Pour ainsi dire ça n'avait été qu'en redressant ses yeux qu'il l'avait vue presque à côté de lui. Elle se glissa à l'abri, un franc sourire s'afficha sur le visage d'Elijah, sourire que Kayah sembla renvoyer à Hela.
Poing fermé contre le cœur, il salua Kataleyah tant bien que mal. En tout cas tout aussi mal que son corps lui brûlait de vouloir l'étreindre comme une personne normale. C'était idiot de sa part, il avait cette espèce de fierté militaire qui l'empêchait de lui sauter dans les bras comme un enfant à une branche d'un arbre rempli de fruit. Pourtant son sourire en disait long :

‒ « Tu es rentrée, fit-il enjoué. Laisse-moi te présenter Hela, la graveuse que notre Clan a choisi pour créer la plaque de la tour. Elle fait un travail remarquable. »
Hela fuyait leur regard, faisait-elle ça à chaque nouvelle rencontre? Ca devait lui poser problème quotidiennement si c'était effectivement le cas. Elijah attendit un instant avant de lancer comme une perche à un noyé : "Hela, Kataleyah. Kataleyah, Hela.". Il essayait de la mettre un tant soit peu à l'aise. Il ignorait bien évidement qu'elles se connaissaient sinon nul doute qu'il n'aurait pas pris cette peine. Il comptait bien s'aider de la présence de l'actuel Gardien pour faire rester son hôte dans le campement. Si l'avis d'un Second ne valait peut-être à ses yeux pas plus qu'une boule de neige, peut-être que celui d'un Gardien pèserait davantage :

‒ « Hela souhaite prendre la route pour retourner chez elle. »
Il avait dit ça un peu peiné, comme pour lui exposer le problème sans lui donner son point de vue. Il ne savait pas si Kataleyah avait eu vent des rumeurs concernant la Graveuse - le Gardien ne savait-il pas tout ? Elijah en était persuadé - toutefois il espérait qu'elle soit du même avis que lui. Partir par ce temps était un suicide.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 29 Juil 2012 - 12:56

L’oracle observa le paiement en silence, mais ses yeux moirés étaient à l’affût du regard de la graveuse. Même lorsqu’Elijah lui laissa la bourse, elle ignora sa présence. On aurait dit un petit animal effrayé, prêt à vous mordre au moindre geste brusque. Geste que le Second effectua par son salut martial. Il lui avait sourit pourtant, et son regard était bien plus chaleureux que son salut conformiste, mais le cœur de l’oracle se pinça devant tant de formalisme. D’entrée, elle avait l’esprit suffisamment éparpillé pour ne pas s’apercevoir de son manquement aux traditionnelles salutations qu’elle devait au Second du clan qui l’accueillait.

Non loin d’eux, en quête de la moindre chaleur qu’offraient les feux de la forge, le factionnaire de garde s’impatientait près de sa fenêtre. Il était mal à l’aise et n’aspirait qu’à retrouver la chaleur du confinement de son poste de guet à la grande porte. La prochaine partie de carte allait commencer sans lui. Kataleyah se demanda si c’était bien le froid qui lui faisait faire des ronds dans la neige comme le ferait un enfant alors qu’on le réprimande. Après tout, le pauvre homme était en compagnie d’un factionnaire qu’elle savait capable de paraitre plus froid que les Trois Glaciers, une erfeydienne porteuse de la malédiction du mäluinne et une graveuse source d’histoires que l’on racontait pour se faire peur. Oui, le vent portait aussi bien pluie et flocon que rumeur et autres messes basses sur la folie d’Hela Lokegard. Petite Hela qui parlait dans le noir, seule dans sa tanière, à sculptait toutes sortes de métaux. Elle sortait rarement, se mêlait peu à la foule. Quelle motivation l’avait poussé à traverser le pays pour livrer elle-même son travail ? La crainte qu’on se moque de son sérieux en vendant une gravure brisée ? Un défi personnel ? Le besoin de s’évader, de respirer ?

Elijah se souciait assez pour tenir l’oracle au courant du départ éminent de la graveuse. Kayah leva les yeux vers le ciel. Déjà le haut des remparts disparaissait dans la brume blanche. La tempête était inévitable, et même si elle se présentait de faible intensité, un voyage par les grandes voies principales, trainé par un howok, attirait les déserteurs habitués à affronter de face les intempéries. Pensive, elle acquiesça. Une petite idée germait déjà dans sa tête.

« Je pense pouvoir m’orienter par mes propres moyens désormais, retourne donc garder nos portes. » fit-t-elle en pivotant vers le factionnaire. Ce dernier ne se fit pas prier, et après un bref « Bien M’dame l’oracle ! » qui amusa la dite oracle tant par sa maladresse que sa simplicité il quitta la protection de la forge en saluant son Second. Il détourna le regard d’Hela. Cette attitude fit un drôle d’effet à l’oracle, habituée à ce type de comportement à son égard sans en être spectatrice.

Alors qu’il trottait vaillamment dos au vent, Kataleyah esquissa discrètement de sa main qui pendait contre son manteau une arabesque ; un geste de l’index vif et précis. Une puissante rafale de vent dessinée par le tourbillon de neige qu'elle soulevait près du sol déferla telle une vague jusqu’au pied du coureur pour accroitre, à sa grande surprise, sa foulée de quelques mètres. Un magnifique saut de biche, avec un atterrissage peu élégant mais qui à défaut de le ralentir ne fit que booster notre homme.

« Non en effet, c’est une tempête à faire voler un howok. Reste donc ici ma sœur, tu y es bien plus en sureté. De plus, tu risquerais la vie des portiers en leur demandant de t’ouvrir le passage. »

Kataleyah s’efforçait de ne pas croiser le regard d’Elijah qui, elle en était certaine, avait remarqué son petit manège, sans quoi ils paraitraient aussitôt complices aux yeux d’Hela. La graveuse se sentait si démunie qu’il ne valait mieux pas lui donnait l’impression d’être seule face au reste du campement.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Jeu 16 Aoû 2012 - 3:19

Un sentiment d’oppression. Le corps éveillé. L'esprit à la fuite.
Lorsque l'homme lui tend sa paye, il faut qu'elle se retienne de ne pas lui arracher des mains. Pas par soucis de vanité, juste par impatience. Elle serra la bourse. Sa la langue sur le coin de ses lèvres, passe furtivement.

Il y a trop de monde. Beaucoup trop ici.
Trop de brebis insouciantes du loup affamé qui regarde prêt à bondir, et qui là ... Tout à côté d'eux.

Mais alors qu'Hela allait, tout simplement s'en aller. Ignorant les bonnes manières, Elijah là retient. Il la présente à la nouvelle venue, contraignant la graveuse à ne pas l'ignorer d'avantage.

Son regard, lentement, s'oriente vers la nouvelle venue, et c'est alors qu'elle comprend. La petite voix a mentit. La petite voix a eut tord ; Cette femme, Hela la connait ... jamais elle ne l'a oublié, même si leur rencontre ne fut que brève : Kataleyah, l'oracle. Une des protectrices de l'île. Une des rares, touchée par le gardien.

La petite voix se fait alors toute petite. Toute contrarié. Tout roulée en boule contre elle même, comme un enfant boudeur... Et Hela la congédie.
L'envie de sang n'est plus. La tension et l'avidité meurtrière, envolée... Ce n'est qu'un faible répit, mais Hela est fière de les avoir repoussé. D'avoir reprit le contrôle.

A son tour, elle salut la nouvelle venue, allant même jusqu'à répondre à son sourire. Et lorsque celle ci congédie son "guide", cela ne fait que rassurer d'avantage la graveuse. Pour un temps du moins... Car ce qui se passa ensuite, elle ne se l'expliqua pas. Cette bourrasque qui avait soulevé le soldat : voilà quelque chose qu'elle n'avait jamais vu.

Elle fronce les sourcils. Quelque peu interloquée ... Mais peut être de Kataleyah dit vrai. Que le vent peut faire voler les howoks, et donc les hommes...
Mais qu’importe après tout. La petite voix c'est de nouveau terrée. La fuite peut attendre.

-Je ne veux mettre personne en danger. Personne.

Dit-elle.

-Très bien je resterais... Mais mon atelier. Mon travail, il ne faut pas que l'abandonne trop longtemps. Il y a du travil, des clients.... Je vais attendre une accalmie. Je partirais plus tard, mais pas trop tard.






avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Jeu 16 Aoû 2012 - 16:13

Lorsque le brave homme se retrouva presque propulsé dans les airs par une bourrasque, Elijah ne pu que chercher le regard de Kataleyah. Regard qu'il ne trouva pas. Il se contenta de fixer ses cheveux une seconde à peine, avant de revenir à la discussion, pourquoi l'ignorait-elle ? Sans doute qu'elle voulait rester discrète, mais pourquoi ? Tout le monde savait que c'était l'oracle, sauf peut-être les enfants en bas âge - en très bas âge d'ailleurs. Il ne comprit qu'après la réponse de Hela, Kayah pensait vraiment que ça pouvait lui donner envie de partir ? Etrange. Toujours est-il que cette bourrasque artificielle eut le mérite de dissuader la Graveuse de le faire, Kataleyah était d'une psychologie redoutable parfois. Elijah acquiesça, heureux que leur artiste fasse preuve de bon sens :

‒ « Avec un peu de chance peut-être que d'ici demain la vallée sera praticable. »

Ou comment insinué que Kataleyah pouvait le faire. Elle pouvait, non ? Elijah lui accordait peut-être trop de pouvoir, enfin "pouvoir" était un bien grand mot :

‒ « Tu devrais trouver un endroit où passer la nuit. »

Lui n'avait strictement aucune idée de l'endroit que ça pouvait, à part l'auberge. Seulement vu la réputation qu'elle semblait avoir... N'est pas Graveuse Folle qui veut être. Lui il connaissait du monde, mais il s'agissait majoritairement d'hommes d'environ son âge et demander à une femme de dormir chez vous, même pour la politesse, Elijah trouvait que ça faisait mauvais genre. D'autant plus que de le proposer à ses amis et connaissances, une inconnue chez soi - pas si inconnue cela dit - ça risquait d'être difficile. Il regarda son amie l'air de dire qu'il ne pouvait rien faire plus pour elle, après tout Hela avait eu l'air on ne peut plus pressée de se soustraire à sa compagnie. Somme toute, cette Graveuse était étrange, mais de là à dire qu'elle était complètement folle... Au moins à partir de ce soir il pourrait la défendre si l'on venait à trop parler d'elle. Elijah avait horreur que le gens servent de sujet de discussion et un bon moyen pour faire taire ces ragots était de tout démentir par A+B. A ce niveau soit ça convainquait tout le monde soit ça relançait le débat. Quitte ou double.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Ven 17 Aoû 2012 - 15:49

La nuit. Elle était encore loin, malgré le peu de lumière qu'offrait ce triste après midi. Le soleil, d'ordinaire timide, était presque entièrement masqué par l'épaisseur de la tempête. Ses rayons diffus par le manteau nuageux se renvoyaient les uns aux autres sur la blancheur du territoire pour ne former qu'une pâle clarté opaque. Kataleyah détestait ce temps-là. Il l'oppressait, en dépit du vent qui battait les portes des chaumières, faisait claquer leur manteau et fouettait de plus en plus durement leur visage.
La forge n'offrait guère mieux qu'un bosquet d'arbres comme abris. Aussi, l'oracle décida de rejoindre un lieu plus apte à les protéger le temps que les puissantes rafales s'amenuisent. A vrai dire, elle pouvait sentir que ce vent n'était que passagé, très vite, le ciel s'éclaircirait. Le bout de ses doigts picotaient, en résonance à la nature agitée. A un niveau poussé, l'élément qui liait chaque erfeydien par l'ithylium communiquait, d'une certaine façon, avec son porteur. Ce lien devenait si étroit pour qui partageait la mémoire de l'esprit millénaire qu'il arrivait aux oracles de ne plus très bien dissociait les deux perceptions de l'environnement. L'illusion et la vérité. Mais laquelle était la bonne, là était toute la question. Kataleyah se força à reporter son attention sur la graveuse et son ami. Contente de savoir qu'Hela avait regagné la raison, elle se détourna d'elle pour satisfaire sa propre curiosité alors qu'Elijah laisser sous-entendre la grandeur du "pouvoir" de l'oracle. L'idée de balayer une tempête de la main étira la commissure de ses lèvres en un sourire fier. Après tout, elle savait qu'il existait des êtres capables d'une telle action, mais elle-même ne se croyait pas pourvu de leur maîtrise. Elle lança toutefois un regard flatté au Second.

Le paisible howok n'avait pas bougé une corne depuis plusieurs minutes, on l'aurait presque confondu avec une statue enneigée si ses naseaux ne formaient pas un nuage de buée à chaque expiration. Kayah le contourna largement, craignant un mauvais geste surpris de sa part et trouva enfin la fameuse gravure qui avait sorti Hela de sa tanière et coûtée une petite fortune au clan ici présent, soigneusement enveloppée dans ses fourrures.

"Je peux ?" s'enquit-elle alors que la graveuse se rapprochait en hochant la tête.

Kataleyah déplia avec douceur l'un des pans de fourrure et dévoila un morceau de la plaque. Ses doigts glissèrent sur les reliefs de la pierre. "Magnifique", murmura-t-elle plus pour elle-même qu'à la graveuse. Étrangement, chaque bosse, chaque creux semblaient dégager une chaleur propre. Cette sensation donna l'impression à l'oracle que la vie que renfermait la pierre ne demandait qu'à être éveillée. Le talent des graveurs subjuguait toujours autant Kayah, elle ne comprenait pas comment un minerai brute pouvait se transformer en une sculpture unique, au réalisme glaçant. Le travail d'Hela la fascinait d'autan plus que la jeune erfeydienne s'améliorer de réalisation en réalisation. Un jour, peut être, oserait-elle s'ouvrir à corps perdu à la magie erfeydienne et donner vie à ses chimères. Kataleyah se demanda d'où l'idée d'un tel pouvoir lui venait, mais elle ne doutait pas de son existence.

Les yeux brillant, elle releva la tête de sa contemplation et proposa enfin :
"Il y a une écurie pour ton howok, tu pourrais dormir sur la mezzanine où l'on stocke le foin d'urcan* si l'auberge ne te convient pas." Puis elle songea qu'elle devait paraître plutôt rude pour proposer un tel logement après l'avoir convaincu de rester. "Enfin... si tu préfères la tranquillité des bêtes à l'animation de la taverne avant de reprendre la route. Je ne garantis pas d’accalmie avant la tombée de la nuit, et quand bien même ça serait le cas, je ne te conseillerai pas de voyager seule dans le noir.
Elle détacha son regard de Hela pour le poser sur Elijah. Elle voulu informer la graveuse de ce qu'eux-même feraient mais elle se ravisa, pensive. A son arrivée, elle s'attendait à trouver le chef du clan, au lieu de cela on l'avait conduite jusqu'au Second, n'en déplaise à Kayah. Elle n'avait pas revu son ami depuis plusieurs lunes et elle espérait pouvoir lui voler de son temps. Sa "mission" primait, bien entendu, c'est pourquoi elle préférait lui faire part de sa teneur à même le terrain, mais le temps se montrait toujours peu clément au besoin. Elle fixait toujours Elijah, le front légèrement plissé alors que le silence commençait à s'éterniser. La tour avait subit tellement de modifications ces dernières semaines que l'oracle était plutôt perdue.
Au final, la priorité restait la même depuis plusieurs minutes : trouver un lieu où se protéger de la tempête, autre que l'auvent de la forge. Kayah resserra son lourd manteau de fourrure autour de ses épaules. Hela devait être aussi réceptif au froid qu'elle. Seul Elijah semblait insensible aux bourrasques glaciales. A croire qu'un lien de feu vous dispensait d'un bon foyer.

*je l'ai dit je l'ai fait, Hela :p



Sign @Thélador



Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 18 Aoû 2012 - 15:08

Se sentir seule dans son propre corps. Hela avait presque oublié cette sensation. Mais pour le moment elle est libre. La petite voix c’est éclipsée. Et la présence de l’oracle assure la graveuse qu’elle peut baisser sa garde. Elle est tranquille. Presque … A l’aise.

Ses prunelles vont du second à Kataleyah, cette fois sans hésitation. Sans crainte. Elle les regarde, les contemples presque.
Ces gens qui sont de son peuple. Ces gens qu’elle veut protéger d’elle-même. Un instant, elle se prend à rêver qu’un jour, elle sera comme eux. Plus de « graveuse folle », plus de petite voix. Juste cette sensation d’être de nouvelles seules en elle-même pour s’offrir leur compagnie.

L’oracle se penche alors sur son travail. L’estomac de la graveuse se contracte. Et si elle n’aimait pas son oeuvre ?

Mais … Le compliment tombe. « Magnifique ». Hela rougie, se redresse de façon imperceptible. Jamais elle n’a eut autant de compliments en une seule journée… Et pour cause, ses clients ne s’arrêtent pas souvent sur son travail. S’ils viennent chez elle, c’est bien pace qu’ils aiment son travail. Mais peu pensent à lui redire…

Les choses matérielles la rappellent à la situation. On lui propose une modeste place aux côtés de son howok. Elle saute sur l’occasion. Mieux vaut ça que de se retrouver chez quelqu’un d’inconnu !

-C’est bien. C’est très bien … Bien.

Dit-elle en saisissant les liens de l’animal d’une main assurée, presque même enjouée.

-Il pourra se reposer. Pour la route du retour. La longue route.

Pense-t-elle tout haut, alors que l’oracle lui indiquait le chemin de sa « chambre » pour la nuit. Hela hoche la tête vigoureusement. Elle a tout comprit.

-Au revoir alors.

Lance-t-elle. Elle voudrait rajouter qu’elle a été contente de les rencontrer. Leur proposer de faire halte chez elle quand ils passeront dans le coin. Mais quelque chose l’en empêche : le savoir qu’elle n’est pas comme eux…
Un jour peut être. En attendant, c’est le cœur un peu pincé qu’elle s’éloigne.


Mp : voilà je vous laisse à deux, les amoureux, ravie d’avoir fait ce rp avec vous, c’était trop bien ! On se refait ça quand vous voulez. Mais en attendant, je préfère faire tirer sa révérence à Hela qui n’a plus grand-chose à dire.
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 12 Sep 2012 - 14:04

‒ « L'Oracle a raison, soutînt Elijah, pour l'accalmie, bien sûr. »

Un peu maladroit avec ses mots, le Second ne pouvait que penser la même chose. Envoyer celle que l'on surnommait la "Graveuse Folle" dans l'auberge revenait à lui demander de se déshabiller sur une place publique. Kayah avait les bons réflexes, elle comprenait sans doute bien mieux que lui Hela. Peut-être parce que c'était une fille ? Ou peut-être parce qu'elles étaient toutes les deux plus ou moins des cas à part. Hela finit par s'éloigner, un mélange de soulagement et de gêne s'empara alors d'Elijah, se sentait-il mal qu'elle s'en aille ou d'être satisfait qu'elle s'en aille ? Il se gratta la nuque, la mine un peu attristée devant cette femme qui prend un nouveau chemin, seule avec son bestiau. Il hésite un instant avant de lever la main pour lui dire au revoir, salut qu'elle ne verra pas, à moins d'avoir des yeux cachés dans ses cheveux. Lorsque ses yeux tombèrent finalement sur ceux de Kataleyah, la gêne se meut alors en un profond sourire. Devinait-elle avait autant d'aisance que lui qu'il avait cru ne jamais pouvoir s'en débarrasser sans risquer de la brusquer ? Non pas qu'il s'était ennuyé de sa compagnie, mais il fallait avouer qu'un moindre mouvement, pourtant anodin, changeait la situation de manière alarmante.
Il était étrange de constater comment le visage du Second changeait tout aussi vite que les émotions d'Héla. Les Erfeydiens se ressemblaient plus qu'ils ne pouvaient l'admettre, très certainement dans un soucis d'originalité ou d'unicité, c'était pareil pour tous les peuples. Pourtant, l'attitude solennelle d'Elijah s'était dissipée instantanément. Puis, comme attiré par le simple regard de son amie, il finit par s'agripper à elle dans une étreinte brève à la fausse brutalité :

‒ « Je suis heureux de te voir ici. Alors ? Dis-moi tout. As-tu trouvé ce dont pourquoi tu es partie ? Il fait froid, ne restons pas là. »

Froid pour Elijah il ne le faisait jamais. Drôle d'habitude qu'il avait de parcourir des kilomètres dans la neige. Drôle d'habitude, oui, drôle de fréquentation aussi. Le Second du Clan Early Dawn n'était pas un homme mystérieux pour rien, c'était souvent quand une personne prétendait le connaître qu'il lui prouvait sans le vouloir qu'elle se trompait deux secondes plus tard. Elijah était du genre à faire mentir les autres. A défaut de mentir lui-même. Il scruta la tour du Clan, regarda dans une autre direction et fit un signe de tête à Kayah comme pour appuyer son invitation :

‒ « Je me suis installé il y a quelques semaines, peu après ton départ en fait. La maison est à deux pas, je te promets pas une température extraordinaire mais il fera toujours plus chaud qu'ici. »

Et il l'emmena. Aussi simple que ça, elle aurait voulu refuser qu'il aurait continuer sa route avec elle, en ce moment il n'écoutait, ni ne voyait autre chose que ses propres pensées : elle était rentrée. Un foyer presque éteint, ce fut la seule et unique chose qui les vit rentrer. Un foyer central, presque mort, qu'Elijah ne pouvait entretenir au risque de retrouver la maison carbonisée. Il fit entrée Kayah, se précipita sur le feu qu'un souffle rempli d'Ithylium vint attiser de façon étonnante. D'ici quelques minutes la température augmenterait, pour le moment mieux valait garder ses peaux sur soi, au moins à l'abri comme ils étaient, le vent ne pouvait plus leur fouetter le visage. Se relevant, il regarda son amie, encore debout et se rua sur deux tabourets de fortunes - ça n'en avait que la forme - et les mit à proximité du feu :

‒ « Entre, entre. Assieds-toi. »



avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 24 Sep 2012 - 15:05

Aussi soudainement que le Gardien prenait possession d'elle, Elijah avait adopté cette attitude si particulière qu'il avait en sa compagnie. Il pouvait se vanter d'être le seul erfeydien à la côtoyer de cette façon là. Une relation amicale, presque fraternel mais parfois ponctué d'autre chose. Ce quelque chose qu'elle n'arrivait pas à nommer. Ce quelque chose qui définirait leur accointance lorsqu'il la serrait brièvement dans ses bras lors de leurs retrouvailles, ou avant un départ, comme il venait de le faire. Elle reconnaissait là le Elijah qu'elle aimait fréquenter, qui ne lui rappelait pas à chaque mot, chaque regard, chaque geste qu'elle était une élue du Gardien. Maudite et intouchable. Non, on écoutait l'oracle, on le respectait, on suivait ses sages paroles. On ne riait pas avec, on évitait son contact... Le souvenir de Chilali contredit ses sombres pensées. La jeune éclaireuse, derrière son masque fragile, avait très vite brisé la barrière qui se dressait habituellement entre Kataleyah et son peuple. Il lui semblait en être de même pour ses frères et sœur de maluïne, mais elle se doutait qu'eux aussi avait comme une ancre qui les rattachait à leur modeste statut de naissance. La sienne raviva les braises de l'âtre dans un souffle.

Il est étrange de noter que ce ne fut pas le calme soudain qui sortit l'erfeydienne de ses pensées mais la réaction de l'ithylium à la volonté d'Elijah. Elle n'avait pourtant pas le même lien que lui. Comment pouvait-elle sentir son sang s'agitait, même fébrilement, dans ses veines dès lors que la magie erfeydienne opérait à proximité ? Un frisson parcourut son échine, probablement de froid, mais elle en doutait. L'espace d'une seconde, la grisaille assombrit ses prunelles. Elle chassa aussitôt ces nouvelles inquiétudes sur ces récents changements qui agissaient en elle depuis l'arrivée des étrangers venus de loin.

Avec un léger sourire apaisé, elle rejoignit le Second et resta debout près des flammes, les mains à quelques centimètres du brasier qui s’amplifiait.
"- Toujours aussi austère", déclara-t-elle en balayant d'un regard la pièce. Un mélange entre le soupir d'exaspération et le grognement lui répondit, mais elle poursuivit d'un air mutin avant qu'il ne réplique.
"Il serait peut être temps que tu trouves quelqu'un pour entretenir un foyer digne de ce nom, tu ne crois pas ?" Quittant la chaleur de la cheminée pour lui faire face, un sourire mi-amusé mi moqueur se colla à ses lèvres, alors qu'il portait sur elle un regard indéchiffrable. Kayah s'approcha et posa une main sur son épaule.
"Je l'ai trouvé." Dit-elle simplement. Mais sur ces quelques mots, ses yeux étincelèrent d'excitation. De celle qui vous animait lorsque enfin venait l'heure des grandes révélations, celle qui récompensait l'enfant à qui on l'a promit les étoiles, celle qui sonnait la fin d'une longue attente, et accompagnait les prémices d'un projet fantasque.
Adoptant un sourire oscillant entre mystère et exultation, elle se dirigea vers une table en bois, rare mobilier présent, alors que ses mains fouillaient l'intérieur de son manteau. Avec un bruissement de papier, elle en dégagea une épaisse liasse de feuilles froissées. Tout en douceur car le papier était trop fin pour être facilement malléable, elle déplia et lissa tant bien que mal la première relique sur la surface dur du bois. Elle sentit Elijah se poster à côté d'elle, légèrement en retrait. Retenant un rire, elle se positionna de sorte à lui cacher la vue, comme elle l'aurai fait avec un enfant curieux. Le reste d'une bougie dormait sur un coin de la table, elle la saisit et la tendit à son ami pour qu'il l'allume à sa façon avant de la rapprocher de la grande feuille dépliée.

S'écartant enfin, elle laissa au second tout le loisir de découvrir l'ébauche maladroite mais détaillée d'un trois mâts.




Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 26 Sep 2012 - 4:02

Austère ? Il fit mine de regarder autour de lui sans rien voir. Il était vrai que ce n'était pas un as de la décoration, ni même du nettoyage, l'intérieur était sobre, neutre, sans fioriture et surtout sans touche personnelle. La personnalité d'Elijah était controversé, aurait-il dû mettre des souvenirs d'enfance aux murs, quelques souvenirs récent sur cette vieille table et des restes de la gloire passée de son vieux père ? Non, certainement pas. Si c'était ça l'austérité alors oui, cet intérieur était tout ce qu'il y avait de plus austère et cela dit on s'y sentait chez soi, à la manière d'une chaumière maladroite mais confortable. Il allait se justifier quand Kataleyah appuya sur un point sensible. Quelqu'un pour s'occuper de lui ? Il n'avait besoin de personne, il était Elijah Solk, il avait toujours tout fait tout seul. En tout cas c'était ce qu'il aimait faire croire. Lui, l'enfant disparu d'une famille meurtrie qui réapparaissait après des années dans la nature, les zones d'ombres de son passé refaisaient surface à cet instant. C'était étrange, Kayah ne lui avait jamais rien demandé, ni d'où il venait, ni ce qu'il s'était passé, elle était du genre à poser les bonnes questions, assez pour ne pas avoir à en poser de mauvaises. Elle s'avança vers lui tandis qu'il rétorquait un peu penaud, faisant mine de ne pas comprendre :

‒ « Pas besoin d'être deux pour entretenir une maison comme celle-là. »

Mais vinrent juste après cela les mots salvateurs. Elle l'avait trouvé. Ils en avaient longuement parlé, sans jamais vraiment y croire : traverser l'Océan. Elijah avait beau avoir une confiance aveugle en elle, il ne s'était pourtant pas privé de contester ce voyage tout en l'approuvant malgré lui. Toutefois les résultats étaient là et rien au monde ne pouvait le rendre plus impatient. S'il avait eu une vingtaine d'année de moins il aurait trépigné sur place, l'attitude de Kayah ne fit que renforcer l'enfant curieux qui se cachait en lui. Avec une rapidité déconcertante, semblant se débarrasser le plus vite possible de cette bougie, il pinça la fine mèche de ses doigts et, dans un craquement, l'alluma avant de la poser sur la table.
Ses yeux s'écarquillèrent pour devenir deux billes. Il effleura le papier de ses doigts, conscient du trésor qui se tenait devant lui sans oser le toucher aussi franchement que Kataleyah. Il se retourna vers elle, toujours un peu choqué par ces plans à la fois fantastiques et brouillons. Il l'analysa brièvement, des mesures manquaient mais la majorité était présentes, il suffirait de les comparer au reste du bateau pour en déduire les longueurs. Ses yeux se déplacèrent le long du plan et y découvrirent un plan d'intérieur, des coupes... Des détails insignifiants, qui ne faisaient sans doute même pas partis du plan de départ, mais au moins une chose était sûre : c'était possible. Oui, ce plan, cette barque, ce bateau, ce navire, qu'importait son nom, était du domaine du réalisable :

‒ « Ca va prendre des mois. »

Dans la bouche de quelqu'un d'autre, cette phrase aurait pu sonner comme une plainte. Pourtant dans celle d'Elijah on sentait une excitation démesurée. Oui, ça allait prendre des mois, mobiliser des centaines de personnes, utiliser des milliers de ressources et ça, c'était génial. S'il avait pu, Elijah aurait commencé les travaux tout de suite, or cette décision ne lui appartenait pas. Il aurait pu se lancer seul dans ce projet, en faire une quête personnelle de réussite, seulement son côté visionnaire prenait le pas sur son côté solitaire. Non, tout seul ça ne servait à rien, il lui faudrait l'aide de tout le Clan Early-Down. Cependant, même en était le Second, proposer ne serait-ce que l'idée de partir en mer avec un navire utopique et des plans approximatifs était peine perdue :

‒ « Il faut que tu ailles parler à Almarik. Toi, ils t'écouteront, tu n'auras même pas besoin de te justifier. »

Et le fait de ne pas se justifier serait un avantage considérable dans non-argumentation d'un projet comme celui-ci. Au final rien ne garantissait son succès, sans compter que construire un bâtiment de cette envergure pouvait comporter des risques. Si c'était Elijah qui proposait ce plan, jamais il ne retiendrait l'attention de tout le monde. Pour Kataleyah c'était différent. Si la majorité des Erfeydiens avait peur de l'Océan Sans Fin, une plus grande majorité encore était capable de suivre leur Gardien sans poser aucune question.
Puis l'excitation s'effaça un peu, Elijah n'avait jamais osé aller jusqu'au Trois Glaciers. Pourquoi ? Rien n'était moins sûr. Il aurait pu y aller, oui, mais sans savoir pourquoi on lui intimait de ne pas y mettre les pieds. Sans doute qu'il avait peur de ce qu'il pouvait y trouver, pourtant il réalisait qu'il était passé à côté de ces plans. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il aurait dû y aller avec Kayah, cette découverte n'était pas la sienne mais il l'avait adopté comme son propre enfant au moment même où son amie l'avait sorti de sa poche. Toutefois une question lui venait et les mots lui manquaient pour la poser... :

‒ « Tu as vu des gens ?... Je veux dire, d'anciens Oracles ? Ca ressemble à quoi là-bas ? »

Il se disait que les Trois Glaciers restaient quasiment invivables. On disait aussi que le désert de Glace ne laissait aucun survivant. Elijah restait jusqu'à présent la preuve vivante de cette croyance erronée. Cette question n'était pas innocente, même si l'espoir lui manquait de plus en plus de retrouver un jour son petit frère, il s'imaginait qu'il avait pu faire comme lui, survivre. Il y croyait, on avait beau les dire fous, pourquoi personne ne se rappelait du deuxième enfant ? Sans doute était-ce pour cela qu'Elijah avait fini par ne plus en parler, parce que personne ne le croyait. Alors il avait ce moyen détourné de dire les choses, Kayah savait qu'il avait un frère, non pas qu'il lui ait dit, mais les ragots étaient allés bon train au retour de l'enfant Sölk. Et si aujourd'hui on ne parlait plus de l'enfant qui s'inventait une famille, quelques personnes devaient encore s'amuser à croire qu'il était fou.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 26 Sep 2012 - 14:31

Son cœur s'accéléra. Imperceptiblement, puis de manière exponentielle, jusqu'à ce qu'elle n'entende rien d'autre que le sourd battement qui résonnait à ses oreilles. Les sens en alerte, quelques peu raidit, elle tâchait de masquer la méfiance brusque qui l'enveloppa dès lors que la question interdite franchit les lèvres d'Elijah. On ne parlait pas des Trois Glaciers. On ne posait pas de questions sur ses secrets gardés. On ne devait pas même y penser ! Pourquoi s'y intéressait-il soudainement ? Pourquoi cherchait-il à savoir qui s'y trouvait ? Ou quoi. Que comptait-il faire une fois l'information dévoilée ? Prendre la route vers le joyau de l'île et souiller de ses pas le flanc immaculé des montagnes ? Oserait-il violer le plus pur des sanctuaires ? Les Hommes ne méritaient pas de poser leurs yeux sur l'ineffable sépulture de glace. Elle les en empêcherait. C'était son rôle, elle qui avait pu goûter au contact d'un esprit à la pureté divine, créateur de toute chose, maitre de vie et de mort, gardien du temps qui fut, passe et sera. D'un geste vif et précis, elle aurait pu lui arracher la carotide, profitant de la confiance aveugle qu'il lui accordait. Elle pouvait deviner la sensation des dernières pulsations sanguines qui persistaient toujours quelques secondes encore après la séparation de l'organe du corps.
La bouffée de colère qui envahissait son corps la poussait à réagir et pourtant, presque habituée à ces violents changements d'humeur, Kataleyah repoussa au fond d'elle la graine de la défiance qui menaçait d'enraciner ses doigts feuillus à son esprit. Elle se concentra sur ce qu'elle savait, sur ce qu'elle avait apprit au fil des années. Ces choses qui font qu'elle pouvait faire confiance à Elijah et quelques autres. Le souvenirs des rumeurs à propos du frère de ce dernier remonta péniblement à sa mémoire, et la jeune femme s'en voulu aussitôt d'avoir laisser ainsi la colère l'envahir. Elle avait si facilement douter de ces intentions. A peine avait-il fait allusion aux Trois Glaciers et ce qui s'y trouvait qu'elle s'était braquée, prête à le réduire au silence au moindre mot de trop. C'était mauvais, impulsif et digne d'un jeune guerrier qui faisait face à sa première provocation. Au lieu de réfléchir avec détachement à sa question, comme se le devait un être qui incarnait la sagesse aux yeux de son peuple, la jeune oracle s'était momentanément laissée guider par les émotions. Émotions qui n'étaient pas toujours les siennes, mais cela n'excusait en rien l'écart de conduite finement évité. Déçue d'elle même, elle bénit intérieurement la semi-obscurité de la pièce, et l'attention qu'Elijah portait à sa trouvaille en espérant qu'il n'avait pas remarqué l'éclat fugace de haine qui l'avait figé.

Kateleyah n'avait pas redressé une seule fois les yeux des plans étendus devant elle. On aurait pu la croire plongée dans leur lecture, mais elle marqua sa raideur lorsque enfin elle se détendit, reprenant le contrôle. Elle s'offrit quelques secondes supplémentaires pour répondre d'un ton égal :
"Les terres interdites n'ont rien à offrir au plus démuni des hommes. Peu importe ce que tu espères y trouver, je crains que tu ne repartes déçus."

Elle aurait voulu lui adresser un regard compatissant, mais elle s'inquiétait trop de se trahir. Puis elle se souvint de sa requête. Mêler un clan à leur projet ? C'était complètement fou, les oracles veillaient depuis la nuit des temps à implanter la peur de l'eau au peuple erfeydien. Ce n'était pas sans raison, mais le Second ne savait rien de tout cela. Lui aussi était né en apprenant à craindre l'eau. Et pourtant, lorsque cela avait été nécessaire, Kayah n'avait pas rencontré de difficultés à insérer l'idée contraire.
Elle se tourna et s'appuya à la table, les bras croisés. Il leur fallait trouver autre chose, mais quoi ? A qui pourrait-on confier une telle entreprise ? Un clan plus petit, peu connu, qui accepterait d'obéir aux déclarations d'un oracle ? Les chefs de clan étaient bien trop fiers pour garder le secret de leur mission. L'île aurait tôt fait d'exprimer son incompréhension devant ce retour de position. Les Déserteurs ? En offrant grâce à ceux qui participeraient ? Ce geste ne signifiait plus rien pour eux. Il faudrait les manipuler, mais cette fois Kayah devrait confier la tâche à quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'ils accepteraient d'écouter.... Non, hors de questions. Des traitres, incapables d'agir ensemble au nom d'une cause commune. Des égoïstes et des lâches. Elle poussa un long soupir usé et déclara en secouant la tête.
"Les clans ne comprendraient pas. Avec la menace des étrangers, ce serait de trop. Je ne peux pas ébranler leurs convictions au moment où ils en ont le plus besoin. Et puis..." Elle hésita un instant, et finit par lâcher sans vraiment réaliser qu'elle parlait "Je suis la seule à l'origine du projet. Je veux dire... les oracles ne sont pas au courant de l'affaire, et je préfère qu'elle n'arrive pas à leurs oreilles."

Soudain, une idée la traversa, et avant que l'étincelle d'excitation qui animait le regard de son ami ne s'éteigne pour de bon, elle ajouta presque précipitamment en se redressant.
"Les créatifs ! Nous n'avons pas besoin de centaine de bras, regarde la Muraille. Elle fut érigée par des créatifs de terre et de glace. Il nous suffit de trouver une poignée de ces hommes là, ceux qui commandent au bois. Moins nombreux, mais plus rapide, et le secret sera mieux gardé."
Elle planta son regard dans celui d'Elijah, essayant de lire dans ses pensées. En avait-elle trop dit ? Douterait-il de ses motivations, maintenant qu'il savait que ce projet n'avait rien à voir avec les oracles, et peut être rien à voir non plus avec le Gardien ? Ce serait légitime, car c'était bien une pulsion meurtrière qui l'avait frappée deux minutes plus tôt, même si sa présente attitude indiquait tout l'inverse. Ou bien l'avait-elle blessé en brisant les espoirs qu'il nourrissait pour son frère ? Cette idée la peinait, mais il finirait par comprendre, il le fallait.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Ven 28 Sep 2012 - 12:18

.



‒ « Pourtant on a l'air d'y trouver un peu tout et n'importe quoi dans vos Terres Interdites, rétorqua-t-il sèchement, accusant le coup. »

Sa main posée sur le papier glissa en dehors de la table, suivant ce corps qui fuyait le plus possible l'affrontement direct alors que le tempérament de feu d'Elijah commençait à s'enflammer. Il haïssait ce genre de situation. Ne pas savoir quels sujets restaient tabou, cette amitié qui battait de l'aile et tendait vers de nouveaux horizons tout en restant parquée dans un enclos trop petit pour s'élancer. Cette attitude l'énervait plus que de raison, s'il avait été dans la tête de Kayah il aurait pu se dire qu'elle était beaucoup plus malchanceuse que lui, seulement voilà, être à la place d'un mäluinne c'était impossible et impensable. Il allait enchaîner mais il eut un instant de réflexion, à peine le temps de s'en rendre compte et continua, on décelait pourtant que ce qu'il allait dire n'était pas sa phrase initiale :

‒ « Désolé. »

Inutile de préciser qu'il n'y croyait pas une seconde. S'excuser de quoi ? C'être franc ? C'était chez lui une tare à éradiquer. N'empêche que ces plans ne sortaient pas d'un fond de tiroir, que de telles informations n'étaient pas innocentes et que la peur des Trois Glaciers cachait bien plus qu'une superstition. Il n'y croyait pas, non, il ne croyait pas en ce Dieu qui avait laissé de côté ceux qui l'avaient sauvé, il ne croyait pas en ce Dieu qui l'avait, lui, laissé tomber dans les moments les plus tragiques de sa vie. Il n'en voulait pas à Kataleyah d'être une mäluinne, il regrettait qu'elle en soit une. Face à cette attitude faussement positive, son amie n'eut pour réponse qu'un soupir.
Ses craintes étaient fondées. Elijah ignorait si elle parlait en connaissance de cause grâce aux souvenirs du Gardien ou si ses notions de relations sociales avaient toujours été d'une acuité aussi renversante... Si pour beaucoup les étrangers représentaient une menace, le Second n'y voyait que de nouveaux horizons. Il n'avait pas peur des étrangers, il s'en méfiait, ce qui était profondément différent, dans la pratique comme dans la théorie. Toutefois ces plans magistraux prirent la silhouette d'un complot mafieux. La seule au courant ? Ce qui signifiait qu'il n'y avait d'informés qu'eux seuls ? Il la regarda l'air interrogateur avant d'éluder toutes les questions qui avaient pu lui passer par la tête. Néanmoins la soudaine poussée d'inspiration de Kataleyah le fit douter :

‒ « Une "poignée", mais est-ce que tu t'entends Kayah ? Une poignée de ces hommes là c'est déjà de trop. Quand bien même leur lien serait le bon, la chance pour qu'ils le maîtrisent de la façon et du niveau que tu le souhaites est infime... »

Au final il tentait de la raisonner mais il se demandait lui-même pourquoi il essayait de le faire. Il était tout aussi motivé qu'elle et ça lui faisait drôle de se dire que, pour une fois, ce n'était pas elle qui freinait ses élans aventuriers. Elijah revînt devant les plans, les regarda avec une attention toute particulière et pointa du doigt une des nombreuses planches dessinées :

‒ « A ton avis qui se douterait qu'une planche de cette envergure puisse servir à un bateau ? de ses yeux brillants d'idées il alla chercher ceux de Kayah. On a pas le choix, soit on trouve assez de ces gens pour leur faire fabriquer les pièces de façon indépendante, soit tu as déjà un groupe de personnes de confiance qu'on peut mettre sur le projet. »

Il espérait que la deuxième option était possible. Vu le nombre de pièces que demandait la structure, il allait être difficile de faire passer une cinquantaine de coupes pour une requête désintéressée et innocente. Un dernier détail taraudait Elijah et non des moindres, celui du Gardien. Si Kataleyah faisait ça dans le dos de ses paires et voulait à tout prix se cacher des yeux trop curieux, il y avait fort à parier qu'elle risquait d'être dérangée par bien plus haut gradé qu'un chef de clan lambda :

‒ « J'espère qu'il est d'accord. »

Quelque chose dans sa voix avait changé, comme si la réponse n'aurait que peu d'importance. Il avait dit ça comme s'il suffisait de croiser les doigts pour qu'il ne pointe pas le bout de son nez à tout bout de champ. C'était, certes, un peu plus compliqué que cela, pourtant il avait cette faculté presque enfantine de croire que tout problème, quelque eût pu été sa gravité, avait une solution - et Dieu sait que pour Elijah le Gardien était un problème de taille.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 2 Oct 2012 - 15:04

D'accord ? A dire vrai, l'oracle étaient bien incapable de confirmer si la graine de l'idée avait germé dans son esprit d'elle même ou venait plus probablement du Gardien. Sa question ne semblait pas vraiment chercher réponse, aussi ne s'arrêta-t-elle pas dessus plus longtemps. Si le Gardien était contre, il se serait déjà manifesté. Après tout, il savait tout d'elle, son hôte ne pouvait rien lui cacher.

Le côté réaliste d'Elijah freina son engouement. Il était bien rare de le voir jouer les saints sages, lui qui d'ordinaire se laissait facilement entrainer par le courant des visionnaires tel un songe-creux en sa compagnie. Sur le moment, sa réaction refroidit quelque peu l'erfeydienne, mais les méninges de celle-ci ne cessaient de fonctionner. Elle s'aperçut que ce projet lui tenait très à cœur, tout comme il plaçait son ami dans une posture délicate. En tant que second d'un vieux clan puissant, sa marge de manœuvre était presque aussi réduite que celle d'un oracle. Leurs faits et gestes attiraient l'attention, et leurs erreurs impactaient sur plus de personnes que celles d'un simple factionnaire. Soudain, elle réalisa que, pas une seule fois, elle n'avait vraiment laissé la liberté de choix à Elijah. Quelques mois plus tôt, il lui avait suffit d'évoquer l'existence de navires capables de traverser l'Océan sans Fin puis de laisser agir son côté explorateur pour qu'il s'approprie ce projet. Elle avait présagé sa réaction et maintenant elle s'en souciait alors qu'ils devaient concrètement le mettre en œuvre, l'ambition du projet prenant tout son sens.

Le découragement envahit lentement Kataleyah. Comment allaient-ils bien pouvoir masquer une telle affaire ? Car oui, il était impensable que la création de navire devienne officielle. Elle lui avait bien dit, les convictions erfeydiennes étaient millénaires, le Gardien lui même ne les ébranlerait pas sans garantie. Elle revint ainsi sur une pensée qu'elle exécrait, mais avant d'aller plus loin, il lui fallait être sure d'une chose. Elle commença lentement, pesant chacun de ses mots.
"Elijah, lorsque je t'ai fait part de l'existence de ces plans, je ne t'ai pas vraiment demandé si tu étais prêt à prendre le risque de te mêler à tout ceci. Je m'en rend compte aujourd'hui, en te confinant dans le secret, mais je ne veux rien t'imposer. Je sais très bien que ce serait là jouer avec ton goût pour l'aventure. Elle esquissa presque un demi-sourire. Si tu souhaites t'en tenir là, même si c'est sûrement un peu tard pour oublier ce que tu as vu, je ne t'en ferais pas reproche. Non, je devrais plutôt m'en excuser... Cependant, si tu veux aller au bout de ce projet d'illuminés, parce que c'en est bien un, je t'en prie ne le fait pas pour la confiance que tu m'accordes. Prend le risque pour je ne sais trop quoi, mais prend le de ton chef !"

Elle hésita une seconde puis ajouta avec prudence "J'ai peut être une idée, qui prendra du temps, et elle risque de te déplaire autant qu'il me répugne de t'en faire part."
Un peu gênée, elle n'osait pas franchement regarder Elijah dans les yeux et craignait presque d'entendre sa réponse. Il était trop tard pour se rétracter.
Kataleyah s'était enchainée à ce projet fantasque dès lors que les mots avaient franchit ses lèvres, donnant vie à une vieille chimère. Même seule, elle avait l'intime conviction qu'elle irait jusqu'au bout, peu importe le temps qu'il lui faudrait.





Sign @Thélador



Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   -

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum