AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.

avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 25 Juin 2012 - 2:46


La soupe de poisson est une véritable infection, une agression innommable envers les papilles gustatives de Tibor Keiron, habituées aux mets les plus raffinés et les plus savoureux. Mais il se force à la consommer sans afficher un dégoût trop prononcé, car la compagnie de cette Janalya est somme toute plutôt agréable, et le monte-en-l'air qui sommeille en lui apprécie son charme et son humour. Il réplique d'ailleurs gentiment à ses taquineries en lui proposant un repas en tête-à-tête, à une date qui conviendra à la jeune femme, mais chez lui, sur sa terrasse embaumée de Délicates aux corolles blanches, en précisant encore : ... «  Avec mon propre cuisinier, et mon sommelier, et tu m'en diras des nouvelles ! » ... affirme t-il en adoptant ce tutoiement qui est la marque des grands de ce monde envers les gens moins nantis. Même si j'ai remarqué que tu ne bois pas énormément ! Je fais d'ailleurs pareil ... ajoute t-il en lui décochant une œillade complice et enjôleuse, conscient du pouvoir fascinant de ses prunelles azurines.

En conversant, le gentilhomme a résolument tourné le dos aux deux soûlauds, qui ont le gosier en pente aussi abrupte que celles du volcan Muertiga, et qui commencent doucement à donner d'inquiétants signes de grosse fatigue et à mélanger consonnes et voyelles. La Maître-armurier acceptant son offre d'aller contempler ses triqueballes, plus rien ne les retient dans cette auberge. Cependant : Pardonne-moi un moment, je vais quand-même demander à ce qu'on s'occupe de nos deux ... euh ... amis, avant qu'ils ne s'effondrent sur la table. Tibor pose la main, un bref instant, sur celle de Janalya, comme pour s'excuser de l'abandonner quelques secondes, puis il se lève et se dirige d'un bon pas vers le serveur. Après un rapide conciliabule avec celui-ci, il revient, tout souriant. Tout est réglé, il les entassera dans une chambre à l'étage lorsqu'ils auront leur compte ! Ça ne devrait plus tarder ! Nous y allons, jeune fille ? Mon fiacre nous attend dans la rue voisine ...

Ils trottinent côte-à-côte dans la rue commerçante, et parviennent rapidement au carrefour. Une voiture élégante, tirée par un fringant chemanoir, s'approche d'eux, dès que le cocher les aperçoit.

A la maison, Dieudonné ! ... ordonne brièvement Tibor, en aidant Janalya à accéder à l'intérieur du véhicule, et à s'asseoir sur un siège de velours pourpre et or, épais et moelleux, tout en admirant au passage les courbes de son postérieur haut perché et joliment rebondi, qui tendent délicieusement la toile de son pantalon foncé.

Nous en avons pour dix minutes, à peine. Mon domaine, l'allée aux Vitis, s'étend à l'extrémité du quartier bourgeois et marchand, au calme ...

Ignorant si la jeune femme découvre ou non ces longues rues ombragées et paisibles, inondées par les derniers assauts du soleil du soir, il lui montre les maisons les plus coquettes, les arbres les plus remarquables, les propriétés les plus luxueuses et les plus étendues. Il se tait un instant, lorsqu'ils débouchent face à la riche demeure de la Whalberg, mais il lui indique aussitôt les habitations voisines, qu'il connaît, pour la plupart, jusqu'à leurs moindres recoins, les ayant visitées de nuit, durant le sommeil de leurs propriétaires, détail qu'il ne précise pas à son interlocutrice, bien entendu. Lorsqu'ils quittent la chaussée pour aborder une large allée garnie de deux rangées de vitis, aux lourdes grappes mordorées, le jeune gentilhomme se penche par la vitre du fiacre, et hèle son conducteur. Dieudonné ! Dépose-nous ici, veux-tu ! Et demande qu'on nous prépare un rafraîchissement. Nous rentrerons à pied.

Le véhicule s'arrête aussitôt, Tibor descend en premier les trois marches, et tend la main à Janalya. Huit canons, disais-tu ? Bigre, tu nous prépares une guerre ? Mais soit, mes deux triqueballes suffiront sans problème à tirer ton chariot ! Ils sont là, dans un champ, derrière l'écran de verdure. Mais dis-moi, tu as bien un chariot, j'espère ? ... demande t-il en souriant largement. Il hésite un instant, puis ... Appelle-moi donc Tibor ! Tu sais, je suis un personnage assez complexe, je peux sembler plutôt froid, au premier abord, mais c'est une obligation due à mon rang. Je ne suis pas aussi prétentieux qu'il y paraît à première vue. Viens, allons voir mes deux bestiaux, et n'aie pas peur, ils sont doux comme des ezealles.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 25 Juin 2012 - 10:45

Les assiettes de soupes expédiées, les deux convives éméchés, prêts à cuver leur Borgo dans une des chambres de l'auberge, voilà, Janalya et le cousin du Gouverneur qui s'éclipsent discrètement après avoir réglé l'intendance. La jeune vanyllienne est touchée qu'il ait pensé à ce que Xander et Isaac soient à l'abri, plutôt que jetés dehors, elle n'y avait même pas songé, habituée à ce que son oncle se débrouille seul. L'air frais lui fait du bien, et la petite marche digestive dans la Rue des Plaisirs est agréable, mais à sa grande surprise une voiture les attend au carrefour, une luxueuse calèche estampillée aux armoiries des Keiron.

Assise au fond de la banquette moelleuse, Jana profite de la balade qui aurait pu être romantique, au soleil couchant, au travers de cette ville aux quartiers animés et pittoresques. Son charmant guide se fait volubile pour décrire les différentes curiosités de Sant Poseïnos, ici c'est une arbre à l'embonpoint remarquable, là une très ancienne demeure, à l'histoire rocambolesque. Puis ils pénètrent dans le saint des saints, le quartier de tous les nantis, et l'argent s'étale à la vue de tous, entre les maisons majestueuses aux jardins impeccablement entretenus, les rues larges et tranquilles, bordées d'arbres taillés au cordeau, les élégantes clôtures de ferronerie ouvragées qui laissent les curieux à l'écart, quand ce ne sont pas carrément de hautes murailles infranchissables, comme cette horrible maison qui soudain leur fait face et ne semble pas déclencher les commentaires admiratifs de son compagnon.

L'avantage de le laisser discourir, est qu'elle a tout le loisir de l'observer, elle s'étonne de découvrir un homme aimable et souriant à l'opposé du prétentieux et méprisant personnage qui les a abordés tout à l'heure. Cette ambivalence l'intrigue au plus haut point, qui est vraiment Tibor Keiron ? Elle espère bien en apprendre un peu plus à l'occasion de cette visite impromptue sur son futur compagnon de voyage. La voiture s'arrête bientôt à l'entrée d'une longue allée bordée de vitis croûlant sous les grappes de fruits dorés. Donnant sa main à son hôte aux manières irréprochables, elle le rejoint sur le sable blond qui recouvre le sol, et le remercie d'un sourire.

- Une guerre, non , quand même pas, mais à Vanylle, les armes sont une démonstration de force, c'est à celui qui aura le plus gros engin, la plus grosse artillerie pour épater la galerie. Et puis les activités de chacun sont plus ou moins licites, ce n'est pas au cousin du Gouverneur de Matroos que je vais l'apprendre. Alors ... Elle reste évasive, mais termine sa phrase sur un grand sourire complice. Mais puisque nous en sommes aux confidences, Tibor, d'ailleurs n'est-ce pas trop familier que j'utilise ce prénom aristocratique, est-ce-que je ne risque pas d'écorcher vos nobles oreilles, se moque-t-elle gentiment, dissimulant ses craintes, sous les sarcasmes.

Puis elle le suit vers un petit chemin qui les mène derrière une haie d'arbustes fleuris, odorants dont elle ne connait pas le nom. Les triqueballes sont là, à paître tranquillement, et d'un coup, elle n'a plus trop envie d'avancer et laisse Tibor s'approcher des deux mastodontes. Elle préfère les observer de loin, ces deux géants, elle se sent minuscule à côté d'eux, un frisson désagréable dévale son dos, elle fait un pas de plus, mais reste à distance.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 26 Juin 2012 - 13:43


Dis donc toi, me prendrais-tu pour une fieffée canaille ? Je suis l'honorabilité même, jeune fille. Je suis aussi pur et innocent que l'enfant qui vient de naître ...
rétorque t-il, et sa bonne humeur s'affiche sur chacun des traits de son visage, depuis les fossettes qui creusent profondément ses joues, jusqu'au bleu le plus pur de ses prunelles myosotis, et même jusqu'à son front clair qui se plisse de plaisir. Fichtre, en voilà des bobards, car ses activités nocturnes font de lui l'un des individus les plus recherchés de la région, mais nul ne sait que le cousin du gouverneur est l'auteur de toutes ces rapines. Cette ignorance est son unique sauvegarde et elle doit persister le plus longtemps possible.

Il poursuit : Non, non, Janalya, n'hésite pas à m'appeler Tibor, du moins en tête-à-tête, comme maintenant. Ça me fait plaisir. Nous sommes partenaires en affaires, et même un peu plus que ça désormais, vu que je peux te rendre ce petit service. J'aimerais par contre que tu évites de m'appeler ainsi en public, du moins pour le moment. Comprends-moi, ce n'est ni du snobisme ni de la vanité, mais je tiens à maintenir cette étiquette de respectabilité qui me caractérise, et qui m'est très utile en certaines circonstances. Les aristocrates de mon entourage, et même mon personnel, trouveraient bizarre qu'une jeune femme de Vanylle m'appelle par mon prénom, même s'il s'agit d'une jeune femme aussi charmante que toi.

Il la dévisage un moment, puis son regard se perd dans la toison brune des triqueballes, et sur leurs cornes oblongues et majestueuses. Ce sont vraiment deux bestioles impressionnantes, en pleine force de l'âge, et les craintes exprimées par Janalya sont très compréhensibles. Tibor se remémore son premier contact avec ces animaux imposants, il éprouvait lui aussi une vive inquiétude rien qu'à s'en approcher, mais à présent il ne ressent plus aucune méfiance envers ces deux-là. Et il est certain que la maître-armurier ne court aucun risque.

Pour te mettre en confiance, jeune fille, sache qu'un seul coup de cornes de ces monstres peut te déchirer en deux de la tête aux pieds, et qu'une ruade peut te renvoyer à Vanylle illico !

Il pouffe un instant, gentiment, guettant la réaction de sa charmante interlocutrice, puis il lui prend la main et la pose lentement sur le mufle énorme d'un des triqueballes. Il la lui tient délicatement, la guide, et l'incite à caresser doucement le museau du ruminant, comme on le ferait avec la menotte d'un enfant. Fais moi confiance, tout va bien se passer. Laisse le s'habituer à ta présence, à ton odeur. Gratte-le là, entre ses gros yeux brillants, il adore ça. Et moi aussi j'adore ça ... ajoute t-il en souriant à nouveau, et en la contemplant fixement un court instant.

Gardant la main de Janalya dans la sienne, il la dirige lentement vers l'échine de l'animal. Voilà. Son dos est un peu trop haut pour toi, mais passe ta main dans la laine de ses flancs. Tu sens ? Elle est assez rêche, en fait son poil le protège du froid, qui est la seule hantise de ces bestiaux, sinon ils sont d'une résistance stupéfiante.

Le mastodonte velu hoche soudain le front, puis s'ébroue un tantinet, ce qui fait rire Tibor. Attention, il va charger ! ... affirme t-il soudain avec beaucoup de sérieux, afin d'alarmer la jeune femme, mais il la rassure aussitôt, regrettant déjà ses paroles. Excuse-moi, Janalya, je suis un idiot de vouloir te faire peur ! Je suis vraiment un ignoble individu parfois ! Pardonne-moi ! Viens, pour me racheter, je vais t'offrir un rafraîchissement et te faire visiter le domaine, c'est d'accord ? Dis-moi, où sont-ils tes canons ? Il faudra que tu m'expliques tout, l'itinéraire notamment. Ou bien préfères-tu que nous le fassions plus tard, devant un verre de vin ou de jus de fruit ?

Le bougre fait un pas vers la haie, tout en conservant la main de la fille de Vanylle au creux de la sienne, sans la serrer, comme s'il l'avait prise par mégarde, comme s'il l'avait totalement oubliée, ou plutôt comme si cette grande paluche possessive qui emprisonne les doigts fins de Janalya ne lui appartenait pas ...


avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 27 Juin 2012 - 8:26

Pincez-moi, je rêve, j'ai basculé dans un autre monde ou j'ai manqué quelque chose ? D'où vient cet homme drôle et sympathique, un brin, non bigrement séducteur ? Janalya a presque envie de regarder derrière elle, voir si le Tibor Keiron, arrogant et cynique n'est pas caché derrière le rideau de verdure qui les sépare de l'allée. Mais non, ils sont bien seuls, seuls avec les imposants triqueballes, la voiture a continué tranquillement son chemin vers les écuries.
Et elle veut bien être pendue sur l'heure s'il est aussi innocent qu'un agneau ! Elle l'a vu à l'oeuvre, a déjà éprouvé sa langue acérée et son regard froid. Mais elle apprécie beaucoup plus l'homme qui se dévoile sans fard devant elle. Si elle comprend ses réticences vis à vis de ses origines vanyliennes, et sa volonté farouche de sauver les apparences, elle espère cependant ne pas provoquer de crise diplomatique si elle commet un impair ! Son regard turquoise glisse étrangement sur son visage, avant de se perdre sur la fourrure sombre de l'animal. Qu'est-ce-que ça veut dire ? Cherche-t-il à la séduire ? Lui le Matroscien élégant et bien né, il s'abaisserait à attirer une fille de Vanylle dans son lit ? Tu rêves, mon gaillard ! ... Quoique ...

- N'allez tout de même pas trop vite, Tibor, vous me rendez un fier service, mais je vous promets que vous y trouverez votre compte, quand je vous fournirai les explosifs dont vous avez besoin. D'ailleurs où sont donc ces fameux rochers ? l'interroge-t-elle, utilisant le prénom, mais gardant le vouvoiement, pour l'instant. Elle saute sur l'occasion de s'éloigner des grosses et dangereuses bestioles. Malheureusement leur charmant propriétaire fait la sourde oreille et prend sa main, l'attirant encore plus près. Peu rassurée, elle se laisse guider, décidant de lui faire confiance, et tend ses doigts au mufle chaud et humide qui les hume consciencieusement, prête à les retirer à la moindre alerte ...

- Vous avez raison autant qu'il s'habitue à moi et moi à eux, puisque nous allons faire un bout de route ensemble. Elle caresse le museau de l'animal, sous les conseils avisés et taquins de Tibor, le pelage est doux et souple sous ses doigts. Elle sourit en s'imaginant faire subir la même chose au jeune homme, et croise son regard espiègle au même instant. C'est furtif, intangible, mais l'échange muet lui laisse ... un goût d'inachevé ... Un pas en avant, deux en arrière ... Leurs mains caressent maintenant les flancs ventrus, elle enfonce ses doigts dans les poils drus, et elle doit reconnaître que c'est très agréable, confortable comme la grosse couette que l'on tire sur sa tête au petit matin pour se rendormir ...

Mais soudain le triqueballe secoue sa grosse tête aux cornes monumentales, et tout son corps massif suit, ondule brusquement, la faisant sursauter. Puis Tibor crie ce qui lui semble être un avertissement. Elle recule précipitamment, manquant de se retrouver sur les fesses, avant de comprendre que cet animal plaisante !

- Espèce de ... bougre d'imbécile ... ! s'exclame-t-elle, puis elle éclate d'un rire qui résonne clair et libre dans l'air. Elle accepte les excuses sincères -ou non- de Tibor, et revient sur ses pas, assénant une gentille bourrade sur son épaule, le tutoyant sous l'effet de la surprise : - Tu exagères ! Tu cries au loup ! La prochaine fois, je risque de ne pas réagir alors qu'il le faudra ! Excuses acceptées ! Et j'apprécierais un grand verre de jus de vitis si tu en as, ou de l'eau fraîche tout simplement. J'ai assez avalé d'alcool pour ce soir ...

Instinctivement, sa main cherche et retrouve celle de Tibor, après coup elle se trouve bien téméraire, mais elle apprécie le bonhomme, il lui plaît ce gaillard drôle et gentil, cette facette est charmante et puis ce petit jeu de la séduction, bien que dangereux est très agréable avec un homme de sa trempe. Ils retournent lentement sur leurs pas, vers l'allée aux vitis. Jana ne résiste pas aux appétissantes grappes dorées, et attrapant l'une d'elles : - Je peux ? demande-t-elle sobrement à son compagnon, croisant de nouveau les étonnantes et mystérieuses prunelles turquoise, elle plante franchement son regard dans le sien, troublant, et tente de poursuivre le plus naturellement du monde la conversation, attendant son assentiment avant de cueillir les fruits délicieux : - Les canons sont à l'abri dans des caisses chez Xander, ils ne risquent rien. Et personne ne peut deviner ce que contiennent ces boîtes ordinaires, je connais l'itinéraire par coeur, je te guiderai, ce n'est pas un souci ... Elle se garde bien de lui dire que la passe est secrète et que nul autre qu'un vanylien ne peut la connaître, elle devra conduire elle-même le chariot ... Secouant la tête, pour chasser ces pensées dérangeantes, elle lui sourit et lance, tout en grignotant les grains de vitis juteux et sucrés : - Allons boire ce verre, je meurs de soif ! ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Jeu 28 Juin 2012 - 10:32


Certes, l'exclamation le surprend, le « bougre d'imbécile » le fait sursauter, mais Tibor admet volontiers qu'il a amplement mérité ce qualificatif qui sonne comme une sentence. Il fait son mea-culpa, sa plaisanterie était d'une rare idiotie, mais la belle n'en fait pas tout un fromage, son rire franc et sa bourrade amicale lui indiquent qu'il est pardonné.

Et, décidément, l'heure est aux surprises. Il a perdu la main de la Vanyllienne, en raison de sa blague stupide, qui a fait reculer la belle de deux ou trois pas, et voici tout-à-coup que leurs doigts s'entremêlent à nouveau, de façon tellement naturelle qu'ils semblent s'épouser parfaitement depuis une éternité. Lequel des deux a recherché en premier ce tendre contact ? Pour Tibor, ce geste fut si spontané et synchrone que la réponse à cette question s'impose d'elle-même. L'attirance est réciproque, la magie pointe le bout du museau. Ce gouffre qui les oppose lui parait soudain n'être plus qu'un ru étriqué, un obstacle bien dérisoire. Mais ne t'emballe pas, mon coco, laisse du temps au temps. Janalya est une fleur exquise, mais une fleur sauvage, il est bien trop tôt pour tirer des plans sur la comète. En outre, ta vie est un sac de nœuds, un entrelacis de mystères, regarde bien où tu poses les pieds.

Qu'importe, pourtant ! Indéniablement, leurs doigts noués le plongent dans une euphorie charmante, presque béate. La mignonne fait pétiller les yeux bleus. Elle est si différente de ce qu'il fréquente, lorsqu'il n'est que Keiron, et de ce qu'il méprise, lorsqu'il devient ce félin qui rôde la nuit sur les toits.

Voilà, ils ont regagné l'allée plantée de vitis, qui présentent leurs lourdes grappes parfumées à la Vanyllienne, qui n'y résiste pas. Elle quémande cependant l'autorisation du propriétaire, qui sourit et lui donne sa bénédiction, bien entendu, mais qui ne peut se retenir de la taquiner.

Sers-toi donc, jeune fille, mais je déduirai tout ça de ta facture. Finalement c'est toi qui me devra de l'argent en plus des explosifs. Mais un conseil, sois prudente, car ces fruits ont des effets aphrodisiaques, et tu vas succomber à mon charme fou sans t'en rendre compte. Zut, j'aurais du me taire ! ... ajoute t-il en riant, car cette dernière affirmation n'est qu'un bobard, bien-sûr, mais elle confirme à Janalya qu'elle lui plaît de plus en plus, s'il en est encore besoin. Le fier gentilhomme, cousin du gouverneur, soucieux de n'être que froideur et distinction, est désormais très loin, et Tibor l'observe dévorer quelques fruits juteux en la mangeant des yeux.

C'est difficile de grignoter d'une seule main, non ? Viens donc, tu vas t'en mettre partout ! Il y en a des coupes pleines sur la terrasse. Et allons boire ce verre en même temps. En chemin, je te montrerai le plus joli paysage de l'île, et puis tous ces rochers qui cherchent à me compliquer l'existence.

Main dans la main, ils empruntent un autre sentier, qui serpente entre deux prairies, et ne semble mener nulle part. Effectivement, il s'interrompt brutalement, surplombant le vide, mais délivrant un panorama idyllique, un patchwork coloré de toitures, de venelles, et de champs cultivés aux mille teintes vives ou chatoyantes. Au loin, le lac Vama scintille sous les derniers rayons du soleil, qui percent sa surface et jettent dans les eaux sombres des poignées de rubis et d'or. Tibor se campe derrière Janalya, lui lâche les doigts, mais lui entoure prudemment la taille des deux mains, car le précipice s'étend à leurs pieds. Il se tait, et la laisse admirer le fabuleux spectacle, constatant soudain qu'il dispose pour sa part d'une vue plongeante sur le plus joli décolleté du monde, par-dessus l'épaule nue de la mignonne. La naissance de deux globes bruns s'offre à ses prunelles myosotis, deux rondeurs superbes qui n'ont nul besoin d'une rivière de diamants pour être mises en valeur. Le bougre ne dissimule pas son ravissement, il sourit à nouveau et se fend d'un commentaire admiratif, mais à double sens, subodorant que la belle s'est rendue compte de ses œillades enthousiastes. Ma foi, Janalya, je pense que nous avons là le plus charmant tableau du monde ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Sam 30 Juin 2012 - 12:41

Les grains de Vitis, aphrodisiaques ? Ben voyons ! Et puis quoi encore ! Jana n'a vraiment pas besoin d'aide pour succomber au charme ravageur et malicieux de ces prunelles turquoise, de ce visage aristocratique qu'égaie un sourire canaille. Seule sa raison la retient, sa raison et leurs différences ... Mais pour rien au monde, elle n'arrêterait cette joute verbale, stimulante et instructive, car l'attirance est manifestement présente dans les yeux bleu céruléen qui l'observent intensément. Elle ne résiste pas à le provoquer un peu :

- J'ai comme la vague impression que toi par contre tu n'en as pas besoin ... dit-elle dans un sourire taquin, tout en grignotant avec gourmandise, les derniers grains. - Tu es aussi surpris que moi par ce qui est en train de se produire, non ? Mais passons, faisons le tour du propriétaire, montre moi ton domaine, je te suis ... Elle jette la grappe nue au pied d'un Vitis et se laisse guider par Tibor pour la suite de la visite, sa main rêche d'armurier toujours au creux de la sienne douce et soignée. Comment diable va donc se terminer cette journée ? Tout les oppose, tout les sépare, et pourtant ils sont comme aimantés l'un par l'autre, alors qu'ils ne l'ont vraiment pas cherché ...

La promenade s'arrête net, au sommet d'une falaise qui plonge à-pic sur un paysage enchanteur, il ne lui a pas menti, c'est magnifique : au loin, le lac Vama s'illumine sous les rayons du soleil couchant et Sant Poseïnos s'étale paresseusement sous leur pieds, dévoilant le labyrinthe des ses rues et ruelles. Elle reste muette devant ce panorama à couper le souffle, mais il n'y a pas que la vue qui lui coupe le souffle, les deux mains qui viennent d'enserrer délicatement sa taille ont le même effet sur sa respiration ! Légères, elles effleurent juste la minuscule bande de peau hâlée entre sa ceinture et son bustier, elles s'installent sur son ventre dénudé. Son coeur s'affole à ce doux contact, Jana se retient de justesse de s'abandonner contre le torse de Tibor, mais presque malgré elle, ses mains atterrissent sur les siennes, aériennes, telles deux papillons éthérés sur les pistils fragiles d'une Délicate, elle les regarde un instant, puis repose les yeux sur l'horizon flamboyant, troublée assurément, plus qu'elle ne veut se l'avouer ...

Qu'espère-t-elle donc ? Bien sûr qu'elle a surpris ses regards caressant son décolleté, pourtant sage en comparaison de certaines Marchandes aux robes provocantes. Bien sûr qu'elle a compris que l'attirance est réciproque. Cependant si elle succombe au charme certain de cet homme, somme toute si complexe, c'est le déchirement assuré. Et elle doute d'avoir la force nécessaire pour le repousser, le désire-t-elle vraiment d'ailleurs ? Si les atermoiements tourbillonnent sans fin dans sa tête, son corps fatigué par la journée mouvementée, puise une énergie nouvelle dans les sensations enivrantes que déclenche la proximité de Tibor. A sa remarque à l'ambiguité coquine sur le joli panorama, elle répond sur le même ton badin :

- N'aurais-tu pas quelques restes de sang pirate dans tes veines, espèce de vil séducteur ? Je dois dire que lorsque je tourne les yeux vers toi, poursuit-elle joignant le geste à la parole, le tableau, est ma foi, loin d'être déplaisant ! Mais les prunelles azurines croisent les facétieux iris turquoise, et elle se demande si elle n'a pas commis une erreur tactique, son souffle soudain se précipite, se mêle au sien. Comme hypnotisée, elle n'arrive à se dégager de l'emprise de ses yeux au bleu profond et pétillant de malice qu'au prix d'un effort surhumain. Quand enfin elle en détache son regard, il glisse sur sa bouche aux lèvres pleines, tentantes, puis elle s'empresse de poser ses yeux ailleurs, sur le Lac si calme, alors que c'est la tempête dans son coeur, dans sa tête. Elle lance abruptement : - Trêve de conversation, si nous allions boire ce verre ...
Elle veut s'éloigner avant de ne faire une bêtise, une grosse bêtise !


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 2 Juil 2012 - 1:32


Ce verre que Janalya réclame pour la seconde fois amuse le gentilhomme, tout autant que l’ambiguïté de la situation. L'empressement que manifeste la Vanyllienne à vouloir quitter cette corniche abrupte le confirme : elle est troublée, tout autant que lui. Ce qu'il éprouve est sincère, et l'attirance est réciproque, Tibor en mettrait sa main à couper. Les regards que lui offre la belle en témoignent. L'émotion qu'ils contiennent n'est pas un leurre. Ses yeux ne mentent pas, et ses plaisanteries sonnent creux. D'ailleurs elle ne cherche pas à se dérober à la tendre étreinte de Tibor, au contraire, elle pose ses mains sur les siennes, raffermissant ainsi l'exquise pression sur sa peau halée, comme si elle était sur le point de s'abandonner au propriétaire des lieux.

Voilà ce que se dit le bougre, dont les doigts se font velours pour caresser avec une délicatesse infinie le ventre légèrement dénudé de la Vanyllienne.

Oui, ma douce, nous y allons tout de suite, une boisson fraîche nous fera le plus grand bien ... Attends, laisse-moi simplement te montrer quelques détails du panorama, après ça nous rejoindrons l'un des salons ou la terrasse ... affirme t-il, alors qu'il se sent très bien là où il se trouve, et qu'il n'est pas pressé le moins du monde de mettre fin ses tendres manigances.

Sans les lui indiquer du doigt, et pour cause, il lui désigne des yeux, et de la pointe du menton, le Spatioport qui sommeille au loin, le Palais du Gouverneur, la Cathédrale édifiée en l'honneur de Vama, qui dresse son beffroi vers le ciel qui s'obscurcit encore ... tandis que deux mains coquines, chevauchées par deux mains plus fines, s'enhardissent et grimpent doucement à l'assaut de la poitrine de Janalya, sous le bustier de cuir sombre qui épouse ses formes de manière joliment suggestive.

C'est joli, non ? Y-a t-il de tels paysages à Vanylle, ma mignonne ? ... lui demande t-il, feignant un intérêt soudain pour ces rivages lointains dont il ignore tout, alors que ses prunelles turquoise détaillent les épaules parfaitement dessinées de la Maître-armurier, ses joues cuivrées habillées de quelques mèches brunes, sa nuque élégante et diaphane qu'il distingue sous l'écran parcimonieux d'autres bouclettes légères. Et Tibor n'y tient plus ! Comment pourrait-il en être autrement avec une jeune femme si ravissante captive de ses bras ? Il se penche légèrement vers elle, pose les lèvres sur l'imperceptible duvet couvrant sa nuque gracile et l'embrasse délicatement ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 3 Juil 2012 - 1:46

De petits frissons exquis dansent une joyeuse sarabande sur la peau nue de Jana, dévalent hardiment son dos. Tout ça à cause de ces doigts légers qui remontent lentement sur son ventre doré, dessinant de douces arabesques, sans avoir l'air de rien. La jeune femme résiste tant bien que mal à la tentation de s'abandonner contre le torse tout proche de Tibor. Ces quelques centimètres qui lui permettent de conserver encore une certaine maîtrise de cette étreinte, à deux pas du vide, si particulière, qui l'étourdit, qui l'éblouit par ce qu'elle provoque de si délicieux sur sa peau, sur son ventre qui frémit, en elle tout simplement ...

Enlacés au dessus de la ville qui s'éclaire de mille lueurs au crépuscule, Tibor lui fait découvrir les édifices caractéristiques de Sant Poseïnos, mais elle n'écoute que la musicalité de ses paroles laudatives, s'abîmant au creux de cette voix chaude et charmeuse, seul le "ma douce" reste et accélère les battements de son coeur déjà confus. Elle est en train de faire ce qu'elle s'était pourtant toujours interdit, mélanger affaires et sentiments, mais comment résister à cet appel, à cette attirance si forte, à ses yeux si limpides dans lesquels se reflètent ses propres émotions ? Non, elle ne doit pas le laisser faire, non, mais c'est si doux ...

Soudain les mains fines de Jana se resserrent sur celles de Tibor, bloquant gentiment leur coquine ascension, alors que des lèvres douces tout aussi coquines se posent dans son cou gracile. Elles déclenchent un véritable raz de marée de sensations voluptueuses qui submerge les bonnes résolutions de la jeune vanylienne. Précautionneusement, elle se tourne, veillant à ne pas s'approcher du vide, elle fait face à Tibor, plongeant dans les yeux turquoise qui se sont assombris, aussi troublés que les siens, elle se noie dans leurs profondeurs azurines, elle allait lui demander de stopper, mais les mots restent bloqués au fond de sa gorge. Elle détaille chaque parcelle de son aristocratique visage, son front clair que barre une fine ride d'expression, son nez fin et droit, cette barbe blonde soignée, qu'elle meurt d'envie de caresser tant elle a l'air douce, elle s'attarde sur cette bouche effrontée qui a goûté sa peau, résistant à l'envie d'y poser ses lèvres, infiniment émue, elle finit par murmurer d'une voix altérée :

- Attends, Tibor, s'il te plaît, attends ... Ne brûlons pas les étapes, n'allons pas trop vite ... Je ... ce n'est pas une bonne idée ... Enfin si mais je dois t'avouer que c'est la première fois que je me trouve confrontée à une situation aussi troublante. Tu veux bien qu'on prenne le temps de se découvrir, de se connaître ? Cette attirance ... c'est si ... magique ... mais si dangereux ... Elle passe machinalement le bout de sa langue rose, sur ses lèvres sèches. Prenant appui sur l'épaule de Tibor, elle se hisse à la hauteur de son visage et dépose un baiser léger comme un vol de papillon, au coin de sa bouche si attirante. Un baiser, juste un tout petit, un innocent baiser, et je le repousserai ... gentiment ... Oh et puis zut ! Et elle noue vivement ses bras autour de son cou, glissant ses doigts dans ses cheveux, elle jette aux quatre vents toutes ses hésitations et sa prudence, elle pose ses lèvres sur les siennes, se délectant de leur douceur ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 4 Juil 2012 - 1:18


Par Vama ! Quel tempérament de feu ! Alors qu'elle paraissait plutôt encline à temporiser, à repousser ses avances, jugées sans doute trop subites et impatientes, Janalya l'enferme soudain dans une étreinte fougueuse, lui offre ses lèvres, et l'embrasse avec une ardeur débordante. Ce baiser enflammé recèle mille promesses pour Tibor, qui n'espérait pas un tel enthousiasme de la part de la Vanyllienne. Le gentilhomme range définitivement ses excellentes manières, il emprisonne à nouveau la belle entre ses bras, et il la serre fort, très fort, tellement fort qu'il la briserait en deux s'il l'enlaçait davantage, même si la mignonne est de constitution plutôt robuste, en dépit de la finesse de son ossature, qu'il découvre sous ses doigts qui vagabondent dans son dos et pétrissent sa peau halée.

Fichtre ! Pour lui, un tel baiser, un tel brasier, ce n'est plus un « peut-être », ce n'est plus cet « attends un peu faut que je cogite un brin parce que nous ne sommes pas raisonnables » que les dernières paroles de la brunette annonçaient. Non, c'est un « oui » sans réserve, c'est une porte qui s'ouvre tout grand sur une belle et longue histoire, même si la superbe Vanyllienne tempère un brin sa fougue masculine, ce que le jeune homme conçoit aisément et accepte plutôt de bonne grâce, en dépit de cette merveilleuse incandescence qui inonde le creux de ses reins comme une marée déferlante. Tout les oppose, en effet, du moins à première vue, car, à la réflexion, sont-ils tellement différents lorsque Keiron n'est que Tibor ? N'est-il pas le pirate des quartiers chics ? Bigre, voilà de nouveaux dilemmes en perspective, lorsque la vérité sur ce qu'il est vraiment jaillira au grand jour, de l'une ou l'autre manière, par une découverte ou un aveu. Mais diantre, inutile de se projeter dans le futur et ses anicroches, alors que le présent est si agréable.

Juste avant qu'ils ne meurent d'asphyxie, ils s'écartent légèrement, et les prunelles turquoise s'amarrent aux immenses yeux de topaze, francs et pétillants, de la brune. Sa brune, désormais, Tibor est est convaincu. Son sourire est rempli de tendresse et d'émotion, et d'un brin d'espièglerie. Un pan entier de son personnage s'est écroulé, l'aristocrate prétentieux, le turlupin pédant et grotesque, s'est évanoui au contact de la Vanyllienne, mais ce qui demeure est encore diablement complexe et imprévisible. Eh bien, ma douce, quelle impétuosité ! J'ose croire que ton étreinte n'est pas uniquement due à la peur du vide ! Je trouverais cela un peu choquant tout de même ... Mais diantre, c'est bien la première fois que j'embrasse une pirate, et j'ai adoré ça ! Je recommencerais volontiers ...

Il se tait un instant, et la lueur joyeuse s'estompe au fond de son regard. Ses doigts quittent les hanches de Janalya et il lui enveloppe le visage de ses longues mains élégantes, qu'il glisse sous les bouclettes brunes qui roulent sur ses joues colorées par les voyages. Tendrement.

J'ignore ce qui nous arrive vraiment. Tout ceci est tellement inattendu, tellement étourdissant. Je me répète, j'ai dû te paraître un mufle, un paon orgueilleux, et je le suis effectivement parfois, pour tenir mon rang et pour une autre raison dont je ne peux te parler dès maintenant. Mais sache que ma véritable personnalité est beaucoup plus proche de celle que tu as pu voir depuis que nous sommes arrivés à l'allée aux Vitis. Et sache aussi que jamais je ne moquerai de toi, et que jamais je ne te ferai de mal, quoiqu'il arrive entre nous ... Il est trop tôt pour bâtir d'immenses projets ensemble, mais tu es ici chez toi, aussi longtemps que tu le voudras. Cette nuit déjà si tu veux ...

Dans le même lit ? Tut tut tut, un peu de patience jeune homme. Quoique, si la belle insiste ...

Viens, rentrons, l'obscurité s'épaissit rapidement.

Il lui lâche la taille à regret, mais lui reprend la main, et ils s'écartent de la vue grandiose sur le vallon tranquille au fond duquel s'endort la ville. La riche villa de Tibor leur apparaît bientôt, entourée de parterres constellés de fleurs vermeilles et pourpres, aux douces corolles chancelant sous le souffle léger du vent du soir. La terrasse est illuminée par un méli-mélo de chandeliers, et les flammes des bougies se reflètent dans les verres et les flacons multicolores. Dieudonné a parfaitement fait passer le message, des coupes de fruits jonchent la table, comme autant d'îlots abondamment colorés sur une mer de dentelle blanche. Tibor pose le postérieur au fond d'un canapé de velours écarlate, et tapote doucement sur les coussins qui trônent à côté de lui.

Viens t'asseoir là, ma belle pirate, je veux tout connaître de toi maintenant !



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 6 Juil 2012 - 9:43

Mazette ! Quel baiser, plein de promesses fort séduisantes ! Quelle étreinte ardente ! C'est le feu sous la glace, cet homme, Janalya goûte ce moment avec toute l'impétuosité qui la caractérise. Elle donne et se donne sans compter dans cet embrasement soudain, et lorsqu'ils se séparent à bout de souffle, dans les yeux turquoise se sont aussi glissés des étincelles de passion qui la charment infiniment. Tibor est aussi séduit qu'elle, les choses vont se compliquer ...
Mais soudain il se fait sérieux, et encadre tendrement son visage de ses mains raffinées. Jana boit ses paroles, le mange des yeux, elle aussi goûterait bien ses lèvres de nouveau. Quel drôle de personnage, tout de même, tout en contradictions, une personnalité double, complexe, et un obscur secret, qu'elle devine ... Tibor le charmeur, Keiron le bêcheur, et elle préfère sans hésiter le premier, celui qui a touché son coeur farouche, celui qui l'entraîne vers sa villa, oubliant convenances et apparences ...

C'est une magnifique maison qui apparaît au détour du chemin qu'ils ont emprunté main dans la main. C'est aussi la plus belle demeure qu'elle n'ait jamais vue. Un joyau étincelant d'architecture dans un écrin de verdure, égayé de fleurs dans un superbe camaïeu de carmin. La vaste terrasse qui surplombe les jardins impeccablement tenus, est illuminée d'une lumière ambrée et chancelante, diffusée par une multitude de chandeliers. Une table dressée d'une nappe immaculée, regorge de fruits appétissants et de douceurs multicolores.
Tibor s'est assis dans un canapé, et Jana hésite, si elle prend place près de lui, elle aura toutes les peines du monde à lui résister, mais en a-t-elle vraiment envie ? Sans finir dans son lit, cette nuit, qu'est-ce-qu'il l'empêche de badiner agréablement avec lui ? Et puis elle est curieuse, tout autant que lui, d'ailleurs elle veut en savoir plus. Consciente des risques, elle attrape une petite grappe de Vitis et vient s'asseoir près de lui, offrant de partager ses fruits :

- Tu en veux ? Je ne résiste pas, ils sont trop bons ! Elle enfourne un grain dans sa bouche, et naturellement en glisse un entre les lèvres de Tibor, puis elle s'adosse aux somptueux coussins écarlates en soupirant d'aise. C'est vraiment une demeure splendide, je suis flattée que tu me proposes d'y séjourner. Elle est dans ta famille depuis plusieurs générations, je présume, dit-elle tout en continuant à lui donner la becquée, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un seul grain qu'elle déguste avant de lancer habilement la grappe sur la table. C'est à son tour de se confier, et elle n'est pas habituée à révéler ses états d'âme, elle a plutôt l'habitude de les cacher, mais retarder l'échéance ne sert à rien, elle pose sa tête sur le dossier et ferme les yeux ...

- Tu sais, quand je t'ai envoyé promené à l'auberge, tout à l'heure, ce sont les problèmes de la journée que j'envoyais au diable, pas toi, enfin pas vraiment toi. En te courant après dans la rue, je me sentais si stupide que j'ai bien failli faire demi-tour ... Et je nous aurais privés de cette merveilleuse soirée. Je suis comme toi, aussi abasourdie et émerveillée par cette ... ce courant magique qui nous pousse l'un vers l'autre, moi aussi je veux savoir où il nous mène. Elle se tait un instant savourant le silence complice qui s'installe, lui laissant le temps de choisir ses mots ...

Je crois que je vais accepter ton hospitalité. D'abord parce que je te fais confiance, et que je pense que tu ne viendras pas gratter à ma porte, même si nous en avons tous deux très envie ... Mais chacun sa chambre, si tu veux bien, ne brusquons pas les choses, ne gâchons pas cette histoire avant de l'avoir commencée. Ensuite parce que tu ne m'as toujours pas montré ces fameux rochers, et je dois t'avouer que je ne pense pas avoir le courage d'y aller ce soir ...
Elle rouvre soudain les yeux et regarde leurs doigts qui se sont de nouveau trouvés et entremêlés tendrement. Jana plonge dans les prunelles turquoise attentives qui la dévisagent et déclare, sérieuse : J'ai bien compris qu'il fallait me faire à l'idée, qu'en public, tu n'auras pas la même attitude que tu reprendras tes airs de grand seigneur, devant tes serviteurs et devant tes pairs, ça ne me gêne pas, enfin je crois, j'espère juste ne pas commettre d'impairs qui te mettent dans l'embarras. Cependant je suis une fille de Vanylle, une pirate et mes réactions sont parfois vives et directes ... Mais ne parlons pas de ces choses, laissons de côté les tracasseries, raconte moi à quoi le cousin du gouverneur passe ses journées quand il ne rôde pas dans les auberges ? Oui, elle fait dévier la conversation, oui elle veut en savoir plus, et puis qu'est-ce-qu'un simple armurier pourrait dire d'intéressant sur sa vie de tous les jours ... Souriant à Tibor, elle lève sa main libre avec l'intention de la poser sur sa joue, mais elle la laisse retomber doucement sur leurs mains jointes, lui laissant l'initiative ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 8 Juil 2012 - 0:58


La belle Vanyllienne l'a rejoint dans le canapé, et elle ferme les yeux pour mieux se raconter, s'adossant avec volupté au doux velours cerise. Elle en revient aux événements du soir, à leur incompréhension passagère à la table de l'auberge, et Tibor engrange chacune de ses paroles, espérant toutefois que Janalya ne s'en tiendra pas à cette péripétie. Non, il veut tout savoir d'elle, il veut pénétrer dans ses rêves, il veut partager ses aspirations et les difficultés qu'elle rencontre dans son commerce d'armes. Il veut tout connaître. Et tout en l'écoutant, le gentilhomme est captivé par ses lèvres de corail, qui hésitent et s'immobilisent parfois, et il en profite alors pour admirer ses épaules nues et la naissance de sa gorge brune. Le bougre aimerait y poser la bouche, longuement, pour savourer à nouveau le grain de sa peau mordorée, mais il ne désire pas interrompre la mignonne et s'efforce de ne pas précipiter les événements, même s'il doute de sa capacité à contrôler son désir et sa fougue, d'autant plus que Janalya a accepté son hospitalité pour la nuit.

Lorsqu'elle ouvre brusquement les yeux, sans doute a t-elle décidé de ne pas se livrer davantage, et de ne pas puiser plus amplement dans les tréfonds les plus intimes de son passé. Effectivement, c'est bien ça, la Vanyllienne l'interroge à son tour, et ses questions réclament en réponse quelques éclaircissements qui s'avèrent bougrement difficiles à formuler pour l'aristocrate aux secrets inavouables. Ils échangent un sourire, Janalya esquisse un geste tendre dans sa direction, et si elle le retient au dernier instant, il n'a pas échappé à Tibor, qui glisse tendrement un bras autour des épaules de la Vanyllienne, tout en jouant délicatement avec les doigts prisonniers des siens.

Même si tout va décidément très vite, trop vite peut-être, le Matroscien joue franc jeu, il répond avec beaucoup de sincérité et de conviction, évitant simplement le seul sujet qu'il s'interdit d'aborder déjà : ses cambriolages nocturnes.

Oui, ma douce, les rochers attendront, ils seront encore là demain pour nous narguer ! Te les montrer nous permettra de faire une petite balade matinale. Quant à mes occupations habituelles, tu l'as bien compris, elles sont publiques, voire mondaines, et je côtoie fréquemment l'élite de la ville en raison de mon titre et de mes implications diverses, ce qui m'impose d'adopter ce ton prétentieux qui n'est pas le mien. Rassure-toi, j'adore aussi passer du temps ici, dans ma propriété. Mais tu pourras m'accompagner où tu veux, si tu le désires, bien entendu, et si c'est le cas je vais faire beaucoup d'envieux, car tu es particulièrement jolie, et très différente de ces bourgeoises pomponnées et maquillées à l'extrême. Cependant, tu t'en doutes, même si moi je te trouve très à mon goût, ainsi vêtue, tu ferais scandale dans la haute société avec tes allures et tes frusques de pirate, même si tu as le plus joli nombril de la terre, mon ange.

Il sourit à nouveau, réfléchit un brin, puis poursuit. Mais tout ceci n'est pas insurmontable, j'enverrai Maryza, ma secrétaire, t'acheter rapidement deux ou trois toilettes mieux appropriées, et ensuite nous ferons le tour des boutiques pour dénicher quelques robes du soir qui feront verdir de jalousie les beautés les plus distinguées et les plus sophistiquées de la région. J'attends justement quelques invitations pour d'intéressantes soirées dans le voisinage, et nous en profiterons pour te présenter. Si l'idée te plaît, tu pourrais passer pour une respectable femme d'affaires d'une autre ville de Matroos, et nous nous serions rencontrés à l'occasion d'un de nos voyages. Crois-moi, je serais vraiment très fier de t'avoir à mon bras, ma douce. Bien entendu, si tu es pressée d'organiser le transport de tes canons, ce sera prioritaire, et je t'aiderai de mon mieux, ce n'est pas grave du tout si nous ratons l'une ou l'autre festivité ... ajoute t-il en lui bécotant le bout des doigts. Désires-tu que je te montre le reste de la demeure, ou bien papotons-nous encore un peu, si tu n'es pas trop fatiguée, ma belle pirate ? Il y a même une troisième possibilité ... renchérit-il en l'attirant tout contre lui, et en lui adressant son regard bleu d'azur le plus charmeur et le plus tendre ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 9 Juil 2012 - 7:26

Encore ce "ma douce", énoncé d'une voix profonde, tendre qui résonne en elle comme un puissant appel, une invitation irrésistible qui la fait fondre comme la glace au soleil ! C'est bien trop rapide ce rapprochement, pour que ce soit raisonnable, et alors ? Elle ne va pas se plaindre, TIbor est un charmant compagnon, et cette soirée est si magique ... Elle ne sait pas si elle aura la force, ni la volonté de lui résister longtemps, mais cela n'a pas d'importance, ils sont là dans ce somptueux divan aux coussins moelleux, comme les dernières pièces d'un puzzle que l'on pose en sachant qu'elles sont exactement à leur place. Ce bras fort qui se glisse sur ses épaules et qui l'enlace et lui permet de se serrer contre lui, savourant ce contact si exaltant, si doux ...

- Tu veux me transformer en l'une de ces femmes élégantes et cultivées que tu côtoies ? L'habit ne fait pas le moine, Tibor, jamais je pourrais passer pour l'une d'elles ... Même habillée d'une robe, par Vama ça fait des années que je n'en ai pas portée ! s'exclame-t-elle dans un petit rire moqueur, infiniment troublée par les oeillades turquoise sans équivoque de Tibor. Je m'en voudrais de te ridiculiser à ces fêtes, même si je suis tentée d'accepter de m'y rendre avec toi ... Et puis c'est vrai que j'aimerais bien que ces maudits canons soient à Vanylle le plus tôt possible. Il faudra bien plus d'un mois pour réparer le Romanz, les pièces de ces vieux vaisseaux sont difficiles à trouver, mon oncle peut s'en occuper ... Et partir en carriole nous permettrait d'arriver rapidement, mais nous devons aussi prendre de quoi voyager, eau, nourriture ... réfléchit-elle tout haut. Sans me vanter mon affaire est assez florissante, je ne peux pas m'absenter trop longtemps, non plus ... Et puis j'ai un ou deux projets en route que j'aimerais bien voir aboutir ... Si seulement elle pouvait arrêter le temps qui s'écoule si vite en sa présence. Si seulement il ne lui embrassait pas les doigts, déclenchant de délicieux frissons qui dévalent sa peau embrasant son coeur. Si seulement il ne la déshabillait pas de ses prunelles bleues ardentes comme les eaux limpides des lagons enchanteurs, si seulement être dans ses bras ne lui plaisait pas autant ...

- Te contenteras-tu de quelques baisers, ce soir ? J'en doute, mais je prends le risque ... Le risque de succomber à ton charme, le risque de m'abandonner dans tes bras, songe-t-elle, blottie contre son torse, ses yeux rivés aux siens. De sa main libre, cette fois, elle ose effleurer sa barbe douce, écartant doucement une mèche rebelle de ses cheveux blonds et soyeux. Ne risques-tu pas de te compromettre aux yeux de tes pairs et de tes serviteurs en t'affichant avec moi ? murmure-t-elle, alors que ses doigts courent sur son visage patricien, redessinant ses traits altiers. Je ne veux pas que tu le regrettes ... Même si je pressens que tu n'es pas homme à avoir des regrets.

Léger, son pouce caresse les lèvres pleines de Tibor, avant qu'elle n'y pose les siennes, les effleurant à peine. Nous sommes sûrement en train de commettre une folie, tant pis pour les bien pensants et les esprits étroits ... Remettons la visite de ce château à plus tard, pour l'instant, j'ai un problème bien plus important à régler ... Peut être que tu vas pouvoir m'aider ... poursuit-elle d'une voix hésitante, et cependant espiègle, tout près de sa bouche, Tu veux bien m'embrasser ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 11 Juil 2012 - 4:35


Impossible de le nier, oui, c'est évident, ils commettent une folie, mais cette folie est si délectable qu'ils se laissent emporter sans retenue par son tourbillon. Un baiser ? Morbleu non ! Dix, cent, mille ! Voilà la réponse de Tibor ! Une réponse sans paroles. Elle est à lui, la pirate, que ce soit ou non raisonnable, elle est à lui malgré les embûches qui naîtront sous leurs pas, malgré leurs différences. Elle est à lui, et il le lui montre en l'emprisonnant totalement entre ses bras. Il va se faire un plaisir de réduire à néant toutes les difficultés qu'elle a pu soulever. Mais pas tout de suite, non. D'abord l'étouffer, d'abord l'embrasser. Le reste attendra, le reste n'est que littérature, le reste n'est que fariboles et calembredaines.

Il l'étouffe et l'embrasse donc, et si son étreinte est farouche et possessive, ses lèvres, elles, sont douces comme le duvet palpitant du ventre d'un oisillon, comme la caresse de la brise du soir qui penche les blés mûrs, comme les frémissements du ruisseau qui s'endort dans les courbes de ses méandres les plus tranquilles. Janalya vient d'un autre monde, un monde régi par la violence, un mode sans foi ni loi, d'après le peu que Tibor en connaisse à propos de Vanylle, mais entre ses bras elle est une femme identique à celles de Matroos, et il ne dispose que d'une seule arme pour la conquérir entièrement, sa tendresse. Et sa bouche trouve celle de la belle, s'y pose interminablement, puis elle égrène un lent chapelet de baisers brûlants et silencieux sur chaque pore de son joli visage, couleur cannelle, depuis son front couvert de bouclettes brunes, jusqu'à son menton menu, orné d'une fossette exquise. Alors, et seulement alors, les prunelles myosotis s'attardent au fond des yeux de topaze, et Tibor repousse d'une voix enjôleuse toutes les objections émises par la Vanyllienne, tandis que ses doigts enserrent tendrement sa nuque fine, sous sa chevelure taillée à la garçonne.

Je ne désire pas te modeler à l'image des femmes d'ici, mon ange. Tu as ta propre personnalité et je devine que tu as dû te battre comme une vaillante femelle incendios pour te la forger. La transformation que je te demande ne sera que très provisoire, uniquement destinée à ce que tu puisses m'accompagner partout où tu le désireras.

Il sourit largement, l'embrasse délicatement sur la bouche, puis poursuit, les yeux pétillant de malice, s'adossant plus confortablement au creux du canapé, mais gardant Janalya captive de ses bras.

D'après le peu que tu m'en as laissé voir jusqu'ici, et d'ailleurs je ne compte pas m'en contenter, faut que tu le saches déjà, tu as un corps superbe et une robe devrait t'aller comme un gant. Et jamais tu ne me ridiculiseras, j'en suis certain. De plus, rencontrer les personnalités les plus influentes de Matroos devrait te permettre de développer tes affaires. Je te donnerai toute l'aide nécessaire pour que tu y parviennes, bien entendu. J'ai d'autres fréquentations que ton ami Xander. Quant à mon personnel, ne t'en fais pas, il ne loge pas ici aux Vitis, à part Dieudonné et Mariza, qui ne viendront pas nous importuner à cette heure tardive. Pour le reste, tu as raison, je ne pense pas pouvoir me contenter de quelques baisers ce soir, même si je savoure ces instants merveilleux. Je te propose effectivement que nous remettions à demain la visite de la demeure, et que nous nous contentions d'une seule pièce, ce soir. Ma chambre ... souffle t-il en la serrant encore un peu plus encore contre lui.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 13 Juil 2012 - 4:02

C'est qu'il embrasse bien le bougre ! Tendresse et fougue mêlées sont deux arguments de poids auxquels Jana va avoir beaucoup de mal à résister ! Mais en a-t-elle vraiment envie ? La pirate en elle, enverrait bien valser toutes ses objections raisonnables et par la même occasion, tous leurs vêtements, illico presto, sans même prendre le temps d'aller jusqu'à un lit, ce canapé moelleux ferait très bien l'affaire pour s'aimer. Mais la femme, la douce, l'aimante, apprécie la cour empressée et tendre que lui fait cet homme cultivé aux manières raffinées si différentes de celles des voyous de Vanylle, ou même des quelques Matrosciens qui ont croisé sa route. Grâce à Isaac et à son frère Daiklan, peu d'hommes ont tenté de poser leurs sales pattes sur la jeune fille qu'elle a été, et puis ensuite elle était réputée pour avoir la lame facile. Donc les quelques partenaires qu'elle a connus ont tous été désirés. Mais jamais elle n'a été courtisée ainsi ! Et lui, il est si ... craquant, si attirant, qu'elle risque de laisser quelques plumes dans cette affaire ...

- Attends, attends, Tibor, laisse-moi le temps de reprendre mon souffle, je n'arrive plus à réfléchir, souffle-t-elle, en souriant, tout contre ses lèvres. Tu déjoues mes objections une à une, tu es très fort ... Je veux bien jouer le jeu et porter une robe, j'espère juste ne pas déparer au milieu de la bonne société que tu fréquentes. Si tu me gardes près de toi pendant ces soirées, je devrais pouvoir m'en sortir sans trop de dégâts. Mais pour cela, je suppose que je dois rester quelques temps chez toi.
Elle effleure sa bouche doucettement, d'un baiser aérien, et plonge dans les prunelles turquoise dans lesquelles se reflètent la lueur ambrée des quelques chandelles qui se consument encore. Bon sang que c'est difficile de faire le bon choix ! Elle meurt d'envie de le suivre dans sa chambre, de s'abandonner à sa tendresse, à la passion qu'elle lit dans son regard troublant et qui résonne dans son coeur. Et s'il regrettait demain ...

- Dois-je écouter mon coeur, Tibor ? Ou faut-il que je me montre raisonnable ? J'ai si peur que demain matin tu regrettes ce coup de coeur, cette attirance presque contre nature. Tu dois avoir toute la gent féminine de Matroos à tes pieds, alors pourquoi moi ? Je suis tout aussi troublée que toi, nous avons tant à perdre, mais aussi tant à gagner. Je ne sais pas quoi faire, et Vama sait que ce n'est pas mon habitude de me montrer aussi hésitante. Tu es si doux, si tendre, tu me fais perdre la tête.
Jana se détourne un instant des yeux captivants du jeune patricien, exprimer ses doutes, ses peurs ne l'a pas pour autant décider. Elle ne sait toujours pas quoi faire et au creux des bras de Tibor, c'est encore plus compliqué, car elle y est si bien ... Elle pose ses mains sur son torse, comme pour se relever, comme pour quitter cette étreinte si troublante. Elle esquisse le geste pour s'écarter, puis se blottit de nouveau contre Tibor, cachant son visage confus dans son cou :

- Je suis si fatiguée, est-ce-que tu veux bien juste me garder dans tes bras pour cette nuit ? Laisse-toi, laisse-nous, jusqu'à demain matin pour peser le pour et le contre ... Et demain, et bien demain nous déciderons, et si tu le veux encore ... ce que je souhaite ... Nous passerons cette journée au lit ... promet-elle, sans oser le regarder, espérant qu'il en sera ainsi.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Sam 14 Juil 2012 - 14:17


Tout en conservant la belle Vanyllienne entre ses bras, comme un trésor rare et précieux, il l'écoute attentivement, oscillant d'abord un brin quant à la façon d'interpréter ses hésitations. Le séduisant gentilhomme est peu habitué à ce que les femmes repoussent ses avances, ou montrent simplement quelques réticences à s'offrir à lui, lorsqu'il adopte le rôle d'un don Juan charmeur et insistant. Mais, présentement, l'aristocratique Keiron n'est là qu'en filigrane, il est presque relégué aux oubliettes, il n'est qu'une espèce d'intermittent de ce spectacle qu'il assure en d'autres circonstances, sur d'autres scènes plus huppées et chatoyantes. Tibor, lui, comprend. Contrairement à son double tapi dans l'ombre, lui, l'aventurier, la fripouille, est d'une sincérité sans ambages. Les doutes de Janalya sont aussi les siens, même s'il s'abandonne plus volontiers à ses sentiments, à cette attirance, du fait de son caractère, et du fait qu'il est chez lui, aussi. D'ailleurs les doutes de la Vanyllienne sont multiples, et même si elle ne parvient pas à se détacher de lui, elle s'inquiète surtout de ce qui surviendra à l'aube. Elle pose la question : Ne regretteront-ils pas l'un et l'autre d'avoir cédé à cette attraction réciproque et violente ? Fichtre non, en ce qui concerne Tibor. Pour sa part, la réponse est évidente.

Ne sois pas inquiète, ma douce. Je suis certes un curieux personnage, je te le concède volontiers, mais tu me plais énormément, et même bien plus que ça, bien plus que toutes les bécasses enfarinées de Matroos. Je te trouve réellement superbe, charmante, malicieuse, tu as énormément de mérites à diriger ton entreprise, et ... euh ... j'arrête là sinon tu vas devenir aussi prétentieuse que moi.

Il sourit furtivement, cherche ses lèvres, les embrasse, puis il prend délicatement son visage entre ses mains pour l'amener à affronter son regard. Pour lui montrer son cœur, sans feinte et sans pudeur.

Quoiqu'il arrive, je ne peux pas être plus sincère que je le suis avec toi. Je suis convaincu que nous n'aurons pas à regretter ce désir qui nous emporte. Ne le combattons pas. Nous en sommes au prélude d'une ravissante histoire, je le souhaite vraiment, et je ferai tout pour qu'il en soit ainsi, mon ange. Viens, la nuit tombe, gagnons ma chambre. Non, notre chambre ... rectifie t-il dans un sourire.

Viens...

Leurs doigts s'entrelacent, comme les racines noueuses des vitis séculaires qui se dressent dans l'allée, et Tibor entraîne la Vanyllienne dans sa chambre, au premier étage. Un immense lit à baldaquin trône au centre de la pièce, garni d'un voilage de tulle transparent, d'une légèreté arachnéenne, et habillé de draps de soie blanche et de deux oreillers bleus d'azur. Près d'un panier d'osier tressé où dorment quelques bûches de bois sec, une cheminée de marbre blanc, au foyer propre et brillant comme un lac immobile, sommeille sous un large miroir ceint de bois exotique. Posés sur le bloc de marbre, parcouru de nervures grisâtres, deux chandeliers de fer forgé, étincelants, portant chacun quatre bougies de cire rose pâle, diffusent une douce lumière dans la chambrée. Trois pas plus loin, un fauteuil d'osier, rembourré de joyeux coussins aux couleurs éclatantes, fait face à une monumentale psyché d'acajou. Une discrète alcôve abrite une longue garde-robe vêtue de velours crème. Une porte entrouverte laisse entrevoir des piles de chemises et de pourpoints élégants. Les rideaux des immenses fenêtres donnant sur la nuit ne sont pas tirés, et les premières étoiles baignent la pièce de leur tendre lueur crépusculaire.

Viens... Fais comme moi, mets-toi à l'aise, ma douce. Tu es chez toi. Puise dans mes frusques si tu as besoin de quelque chose. Elles sont à toi. Et ne te fais aucun souci, si tu le veux vraiment je serai très sage ... jusqu'à demain ... ajoute t-il, sans être totalement sûr de ce qu'il avance.

Le dos tourné à Janalya, le gentilhomme se déshabille déjà, jetant négligemment ses vêtements sur le dossier du fauteuil de la psyché. Durant un instant, il observe la jolieVanyllienne par-dessus son épaule, et lui sourit affectueusement.

Profites-en pour te rincer l’œil, ma douce. J'ai les plus jolies fesses du monde ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 16 Juil 2012 - 13:18

Bien sûr que Jana est fière de ce qu'elle est devenue, de sa réussite avec l'armurerie familiale, de ses étonnantes créations, fière mais pas jusqu'à la vanité, la prétention et elle sourit aux allusions taquines de Tibor qui se révèle un compagnon plus que surprenant. Il passe de la fatuité outrecuidante à la simplicité la plus désarmante. Deux personnalités distinctes, fort différentes l'une de l'autre et qui parviennent apparemment à cohabiter sans trop de heurts. Même s'il pense pouvoir tromper les riches et superficiels Matrosciens, elle sait qu'elle pourra compter sur lui quoiqu'il advienne à présent. Ses yeux, ses magnifiques iris turquoise ne mentent pas ils sont comme des fenêtres ouvertes sur son coeur sincère, auxquelles Janalya aime à se pencher.

- Tu es un drôle d'oiseau Tibor Keiron, le plumage chatoyant de Keiron cache un Tibor adorable, qui gagne à être connu, tu me plais infiniment, et je n'en dirais pas plus car tu as déjà un ego démesuré ! le taquine-t-elle à son tour. Mais plus sérieusement, ta sincérité me touche, et j'espère vraiment que ni l'un ni l'autre, nous ne regretterons de nous lancer dans cette aventure ... Je te suis ... Mais ne lâche pas ma main, je vais me perdre dans ce manoir immense ...

En abandonnant sa main au séduisant Matroscien, Jana lui confie sa vie, son coeur, les yeux fermés, alors qu'elle s'était promis d'attendre avant de s'engager dans cette histoire. Mais comment résister au charme insolent de Tibor, à cette fragilité qu'elle devine, à cette passion qui étincelle dans ses prunelles bleues, à ce sourire enjôleur et tendre à la fois qui la fait fondre. Elle pénètre à sa suite dans la magnifique demeure, mais elle n'a guère le temps d'admirer le grand hall et l'escalier majestueux qui s'élance vers l'étage, Tibor l'entraîne et ne ralentit qu'en passant le seuil d'une chambre splendide à l'image du reste de la maison.

Debout au milieu de la pièce, Jana n'en croit pas ses yeux, son chez elle entier tiendrait dans cette spacieuse chambrée. La décoration d'un goût sûr est si raffinée, avec une touche de pastel typiquement féminine qui intrigue la jeune Vanylienne, elle se retourne vers Tibor pour lui poser la question, et le découvre torse nu, jetant négligemment ses vêtements élégants sur le dossier d'un fauteuil d'osier garni de coussins multicolores. Par Vama, qu'il est beau ! Les mots restent bloqués dans sa gorge, et elle se rince l'oeil sans vergogne, admirant les muscles longs et fins qui jouent sous la peau dorée à la lumière des chandelles. Ce n'est pas le premier homme qu'elle voit se déshabiller, mais il se dégage de Tibor, une grâce féline qui la charme. Je suis fichue, irrémédiablement conquise ! songe-t-elle, avant de se diriger vers la porte-fenêtre la plus proche, elle a besoin d'air ...

Une petite terrasse s'ouvre devant elle, reliant les deux ouvertures. Le ciel nocturne se vêt de milliers d'étoiles. Levant les yeux vers elles, Jana se sent rassérénée comme toujours. Tibor lance une nouvelle plaisanterie de sa voix sensuelle et facétieuse. L'invite est claire, il espère qu'elle le rejoigne et le moins vêtue possible. Elle doit se décider ... Lorsqu'elle repasse le seuil de la chambre, sa reddition est proche. TIbor, fier et magnifique, l'attend dans le plus simple appareil : - Joli postérieur, monsieur le prétentieux ! s'exclame-telle en riant, tentant de se détendre et de se mettre au diapason du coquin. Mais tu n'as pas vu le mien ! D'un geste vif, elle retire ses hautes bottes, déboucle sa ceinture, laisse tomber son corsaire et les pousse de son pied nu, hors de son chemin. Les flammes ambrées dansent et ombrent de belle façon, le corps sculptural du jeune homme. Subjuguée, Jana ne le quitte pas des yeux, elle n'est pas encore prête à se mettre à nu, à se mettre nue devant Tibor ...

Intimidée, mais décidée, la belle pirate s'approche du Matroscien, posté fièrement entre le superbe lit et le fauteuil d'osier. Elle a gardé son bustier de cuir qui dévoile largement son nombril et une culotte de dentelle perle qui contraste sur sa peau dorée. A hauteur du siège, elle avise les coussins colorés, sur lesquels elle laisse traîner sa main. Le tissu soyeux crisse sous la caresse, troublant le silence complice, littéralement envoûtant, qui emplit la chambre. Les yeux se cherchent, se croisent, s'unissent longuement. Et soudain, soudain une idée saugrenue, et pourtant si tentante traverse l'esprit troublé de Jana. Ses doigts se referment sur l'étoffe chatoyante, et elle lance le coussin à la tête de Tibor. Profitant de sa stupeur fort compréhensible, elle en récupère plusieurs qu'elle cale sous son bras, et saute sur le lit, debout : - A l'abordage ! Sus à l'ennemi ! crie-t-elle éclatant d'un rire clair et joyeux, bombardant le pauvre homme avec les coussins qui lui restent ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 18 Juil 2012 - 0:04


Le voilà nu, tel que Vama l'a conçu. Nu et plutôt bien foutu, le bougre. Tibor en est conscient, ses escapades nocturnes sur le faîte des toits, ses parties de cache-cache avec la lune, ses pirouettes sous le ciel étoilé, lui ont sculpté un corps athlétique et harmonieux, ce qui ne transparaît pas au premier coup d’œil lorsqu'il porte une chemise bouffante et une élégante redingote de nabab. Les topazes de la Vanyllienne, qui s'attardaient à la contemplation du mobilier de la chambre, se posent alors sur lui, et le détaillent ostensiblement, si bien qu'il hésite un tantinet à exposer son service trois pièces à son regard observateur, et qu'il se détourne chastement quand elle lui parle. Une réminiscence de l'excellente éducation reçue chez les Keiron, sans doute.

Lorsqu'elle s'approche de lui, pourtant, elle n'a conservé qu'une culotte de dentelle fine, de teinte claire, ce qui fait paraître ses jambes nues encore plus longues, et aussi brunes que du pain d'épice – Tibor en mangerait volontiers – et ce bustier de cuir sombre qui épouse à merveille ses formes somptueuses – que le bougre grignoterait également avec plaisir –. Et le gentilhomme n'y tient plus. Comment résister au désir d'enlacer une damoiselle aussi désirable ? En silence, il lui ouvre les bras, s'attendant à ce qu'elle s'y réfugie, à ce qu'elle s'abandonne enfin sans plus aucune retenue. Ou bien à ce qu'elle rie, ou à ce qu'elle le nargue gentiment, ou à ce qu'elle compare leurs popotins, puisque le sien est , selon ses dires, particulièrement mignon – et d'ailleurs Tibor le mordillerait tout partout sans qu'il faille le lui demander deux fois – ! Mais non, fichtre non, mille fois non, jamais il n'aurait pu imaginer la suite ! C'est un bombardement en règle que déclenche la mignonne ! Notre bonhomme n'a rien vu venir, et voilà qu'un déluge de coussins multicolores lui dévale sur le râble. Et lui, les bras ballants, ne pensant plus à protéger noisettes et asticot, n'a rien pour se défendre. Rien ! Que dalle ! Ah ben si, finalement. Janalya est grimpée sur le lit avec ses provisions de coussins, mais elle les lui a tous lancés, et la voici à court de munitions.

A moi de rire maintenant, vile flibustière ! ...

Et Tibor ramasse vivement traversins et polochons épars, et mitraille à son tour la Vanyllienne, en riant tellement qu'il effleure à peine sa cible, même s'il y met tout son cœur. Et les coussins s'égaillent un peu partout dans la pièce, jusque dans la cheminée et sous la garde-robe. Match nul ? Non, pas question, car Tibor entrevoit là une occasion idéale de reprendra Janalya entre ses bras, et plus encore, si affinité. Tu vas voir maintenant ce qu'il en coûte de s'en prendre à un Keiron, petite insolente ! ... affirme t-il d'un ton menaçant, que démentent bien entendu son franc sourire et ses prunelles d'azur, qui ne contiennent que de la tendresse et de la gaieté.

En deux bonds, il la rejoint, plonge à quatre pattes sur le lit, et la renverse en l'attrapant par les chevilles. Tu es à moi ! ... lui dit-il, et ils roulent sur les draps immaculés, étroitement enlacés, cherchant tous deux à prendre le dessus sur leur partenaire de jeu. Le matelas de plumes, épais et moelleux, se creuse sous leurs corps comme s'il voulait les engloutir, et ils disparaissent à moitié au cœur de ce cocon soyeux et mouvant. Au bout de quelques roulés-boulés tapageurs, Tibor parvient à immobiliser la belle Vanylienne entre ses bras, et il la serre tendrement contre lui, la harcelant de mille baisers fougueux. Les seins de la belle, toujours enfermés dans leur bustier de cuir, pèsent délicieusement contre son torse nu, mais le filou n'a plus qu'une idée en tête, les libérer de cette prison étriquée. Son sourire se fait plus gourmand, plus malicieux. Ses yeux de turquoise pétillent de plaisir. Je sens que tu as là deux fiers compagnons avec qui j'aimerais m'entretenir un moment, mon ange. En temps qu'offensé gravement, j'ai le choix des armes. Je te propose ceci. On se bat comme deux chiffonniers, et si je gagne, je t'enlève le haut ! Et si c'est toi qui gagne, c'est toi qui enlève ton bustier !

Les plus doués d'entre vous le constateront au passage, ceci ne laisse guère de chance à la belle de terminer l'escarmouche encore habillée, mais chuuutt, peut-être ne le remarquera t-elle pas tout de suite ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Jeu 19 Juil 2012 - 9:16

Le cousin du gouverneur se bat comme un chiffonnier avec une pirate ! En voilà une jolie une pour le "Daily Jewels", d'autant que le bougre est nu, comme au jour de sa naissance. Mais rien ne sortira de cette chambre luxueuse, ce spectacle réjouissant n'a qu'une représentation privée, réservée à deux drôles d'acteurs qui s'en donnent à coeur joie. Jamais Janalya n'avait autant ri ! Crier cette phrase typique des pirates, elle en rêvait comme tout flibustier de Vanylle qui se respecte, mais elle n'en avait jamais eu l'occasion, et le faire en s'amusant, c'est encore plus jubilatoire qu'en combattant ! D'autant que son malheureux ennemi est hilare et surtout nu comme un ver, un très joli ver d'ailleurs ... Mais trêve de balivernes, l'heure n'est pas à la contemplation du corps superbement bâti de son adversaire, il lui faut de nouvelles cartouches, tous les coussins qu'elle avait, ont fait mouche, et gisent sur le parquet, il ne lui reste, à portée de main, que les deux magnifiques oreillers d'azur qui dorment paisiblement à la tête du lit. Mais Tibor contre attaque, les éclats de rires fusent et gênent sa concentration, Jana esquive sans mal les munitions du jeune homme qui s'éparpillent gaiement dans toute la chambre.

Debout au centre du lit, elle tourne le dos un instant pour prendre l'un des oreillers céruléens, mais son assaillant en profite pour la faire tomber au creux de la courtepointe moelleuse. Si moelleuse, qu'ils s'y enfoncent tous les deux, bataillant comme de beaux diables, pour avoir le dessus. Ils font lutte quasiment égale, usant de toutes les ruses possibles, mais Tibor parvient à immobiliser la jeune Vanylienne, et il en profite l'animal, pour l'embrasser fougueusement. Entre baisers et rires, facéties et polisssonneries, chacun des deux combattants reprend son souffle, se dévisage, s'affronte tendrement du regard, turquoise contre topaze. Le trouble voluptueux qui envahit Jana, n'échappe sûrement pas à son compagnon, il la tient si serré contre lui, qu'elle ne peut ignorer le corps chaud et musculeux qui l'étreint, leurs jambes qui s'entremêlent peau contre peau. Cependant, pas question de le laisser gagner ce défi, même si quelque soit le vainqueur, elle finira nue au sein de ses bras ... Il ne faut pas pousser ...

Au milieu de l'océan de satin blanc qui les submerge presque, les isolant du reste du monde, Janalya se tortille et cherche à se libérer de l'étreinte fougueuse du beau Matroscien. Elle gigote et tente de renverser la situation, mais rien à faire ce coquin la tient bien ! Elle fait mine de renoncer : - J'abandonne ! Tu es trop fort ! s'exclame-t-elle, espérant que comme son frère lorsqu'ils étaient enfants, Tibor morde à l'hameçon. Elle se détend complètement, relâchant ses muscles, les bras en croix, attendant que son tendre assaillant réagisse à son subterfuge. Et voilà, l'étreinte se desserre, un sourire éclatant et victorieux se dessine sur le visage de Tibor, mais aussi sur celui de Jana qui d'un furieux coup de reins renverse la situation et s'assied sur le ventre musclé, l'immobilisant à son tour. Elle affirme sa prise en nouant ses doigts à ceux du jeune homme et pèse de tout son poids pour bloquer ses poignets de chaque côté de sa tête. Chevauchant son fougueux prisonnier, l'enserrant entre ses cuisses, Jana se retrouve à demi allongée sur lui. Cette position provocante, on ne peut plus évocatrice, la fait sourire et enjôleuse, elle plonge dans les yeux cyan, mêle son souffle à celui de Tibor : - Tu considères que j'ai gagné la partie, ou tu en redemandes, mon ange ? Et sans attendre sa réponse, elle pose ses lèvres sur les siennes, les happe l'une après l'autre, les mordille malicieusement, avant de l'embrasser à perdre haleine, s'abandonnant enfin au désir qui l'embrase, dévorant dans ses flammes ardentes, ses dernières réticences et toutes ses bonnes résolutions ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 20 Juil 2012 - 10:07


Fichtre ! Voilà ce qui s'appelle « Tel est pris qui croyait prendre », ou bien « Vendre la peau du draoma avant de l'avoir tué », ou bien encore « Se faire rouler dans la farine » ! Au choix ! Tibor jubilait, sans méfiance, sûr de sa force, trouvant que cette position où il enlaçait la belle sans lui laisser l'opportunité de se dégager était particulièrement charmante, et jugeant le renoncement de Janalya plutôt savoureux, parce qu'il lui permettait de l'étouffer sous ses baisers, et voici qu'en deux coups de cuillère à pot, la gredine retourne la situation en sa faveur, et c'est elle qui chevauche à présent son partenaire de jeux espiègles. Et ce n'est pas tout ! Elle se montre plutôt gonflée, l'adorable pirate, et pas seulement sous son bustier de cuir que leurs ébats malmènent et écartèlent joliment, non, car la voilà qui le nargue et lui propose de s'avouer vaincu ! La peste soit des femmes, qu'elles soient de riche noblesse ou fières aventurières. Mais tu te trompes, petite, tu te mets le doigt dans l’œil jusqu'au coude ! C'est mal connaître Tibor d'imaginer qu'il va se rendre ainsi, même si tes assauts passionnés et torrides le comblent au delà de toute mesure.

Non, le bougre n'en démord pas. C'est nue, entièrement nue, qu'il la veut dans ses bras, et il y arrivera ! Bon, ceci dit, à la réflexion, il n'y a aucune urgence. Le sort de Tibor est plutôt enviable. Pas d'affolement, pas de rébellion précipitée. On a vu bien pire comme barreaux de prison que les interminables cuisses bronzées de la pirate. Et le coquin prend le temps de savourer les baisers brûlants de la Vanyllienne, il en redemande, il les lui rend de son mieux même si elle l'écrabouille un brin et si elle le maintient sur le dos d'une poigne plutôt farouche et coriace. Continue, petite, l'heure de Tibor va sonner. Et soudain, lorsque la mignonne s'écarte un brin pour leur éviter l'asphyxie, après avoir battu pour la quatrième fois consécutive le record du baiser le plus long de l'histoire de Matroos et de Vanylle, le gentilhomme contre-attaque. La fureur de leurs caresses a sans doute déstabilisé la mignonne, et fragilisé ses charmants biceps, car Tibor repousse sans trop de peine les bras de sa superbe opposante et complice à la fois. Les yeux d'azur du jeune homme rayonnent de satisfaction, et d'un soupçon de triomphe, lorsqu'il l'emprisonne à son tour entre ses bras, refermant son étreinte en lui immobilisant les mains entre les siennes, les posant sur ses hanches brunes, entre la soie claire de sa culotte et le cuir foncé de son bustier.

A son tour à présent de sourire et de poser la question fatidique. Je pense que j'ai gagné la partie, mon cœur, et que je peux enfin récupérer l'enjeu de notre duel, ta vilaine armure. Qu'en penses-tu, ma douce ?

Il sourit tendrement, puis, profitant de sa supériorité, il se redresse lentement, ce qui ne se révèle point chose aisée du fait que le matelas s'entête à vouloir les absorber en entier, et il parvient à s'asseoir au centre du lit, la Vanyllienne face à lui, installée sur ses genoux, les jambes passées autour de sa taille, mais toujours captive de ses bras. Il la serre un peu plus, bécotant doucement son joli minois, puis, sans attendre sa réponse, il prend le risque de lui lâcher une main et il pose aussitôt les doigts sur une des deux boucles fermant son corsage. Tâtonnant un brin, car ses prunelles pétillant de malice ne quittent point les yeux translucides de Janalya, il fait lentement glisser la sangle hors de la boucle dorée ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 24 Juil 2012 - 13:33

La passion l'emporte sur la prudence, Jana relâche sa vigilance, les baisers fougueux qu'ils échangent les laissent pantelants, à bout de souffle, mais les joues rouges, les lèvres gonflées et les yeux étincelants d'une fièvre ardente. Janalya libère les mains de Tibor de leurs tendres geôliers, pour plonger ses doigts dans sa soyeuse crinière blonde. Mais ce gredin en profite aussitôt, pour reprendre le dessus de cette joute sensuelle. Et les menottes de la pirate deviennent captives, à leur tour, moulées sur ses propres hanches, par les doigts coquins du gentilhomme qui se glissent subrepticement sous son bustier, dernier rempart de ses doutes. La peau dorée réagit immédiatement, se couvre de vagues de délicieux frissons, et instinctivement la jeune femme se cambre, soupire sous le tendre assaut, et facilite la conquête des dix voyous ...

Sous le vaporeux baldaquin, nimbé des lueurs vacillantes des chandelles, elle est désormais assise sur les cuisses musclées de son hôte. Il s'est redressé et lui fait face dans l'océan moelleux de satin blanc, elle a noué ses jambes autour de sa taille, avec un sourire espiègle.
- Tu es prisonnier de mes jambes ! le taquine-t-elle, alors que ses mains sont toujours bloquées. Les voilà enchâssés comme deux pierres fines sur un bijou de prix, ils ne se quittent pas du regard. Leurs yeux pétillent de malice, s'affrontent en une lutte coquine et polissonne. Mais la tentation est trop forte pour Tibor dont la récompense est à portée de main. Il relâche son étreinte et fait lentement glisser la première sangle qui ferme son caraco.

- Attends, Tibor, murmure-t-elle doucement, savourant la résonance de son prénom dans sa bouche. Nous avons gagné chacun une manche, non ? questionne-t-elle, un sourire mutin aux lèvres, en posant ses doigts libres sur ceux de Tibor. La sangle est presque sortie de son anneau ... Attends, je défais celle-ci et je te laisse l'autre ... Se redressant, Jana déboucle complètement la lanière de cuir, dégrafant ainsi la partie supérieure de son bustier qui s'entrebaille sur la peau plus claire des seins de la Vanylienne, dévoilant à demi, aussi, l'un de ses tatouages préférés, un élégant réseau d'arabesques aux volutes alambiquées, semblables à la plus arachnéennes des dentelles et qui ondulent sur le globe ambré, s'insinuant jusqu'à ses côtes. Mais ça Tibor le découvrira plus tard ... Non bientôt, bientôt, elle sera nue dans ses bras, elle, la pirate vanylienne ... Elle espère juste qu'il ne sera pas choqué de ses tatouages, de la rose épineuse qui orne son bras, aux arabesques sur son sein, sans oublier l'éros filis qui s'épanouit sur ... Non, la fleur délicate se révèlera bien assez tôt aux yeux turquoise ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 25 Juil 2012 - 2:28


S'occuper chacun d'une boucle de ce fichu bustier que Tibor juge de plus en plus encombrant, aussi encombrant qu'un piano à queue placé dans un corridor étroit ? En voilà une initiative intéressante ! Quatre mains se débrouilleront mieux qu'une seule, non ? Bref, l'idée plaît énormément au gentilhomme, peu habitué à se dépatouiller avec de telles prisons de cuir ... Adopté à l'unanimité, ma flibustière ... souffle t-il à l'adorable coquine en lui libérant l'autre main pour que leur tâche en soit facilitée.

Janalya triomphe en un instant de la première sangle, celle du haut, et ses globes clairs et fermes sont à moitié délivrés de l'infâme carcan. La vision est exquise, Tibor n'échangerait sa place pour rien au monde, mais le bougre ne s'en satisfait pas, bien entendu, et ses doigts empressés poursuivent le ravissant effeuillage. Voilà, ce fut un brin laborieux, la seconde boucle se révélant peu docile, mais le gentilhomme écarte enfin, le plus largement possible, les pans du vilain bustier pour découvrir les merveilles qu'il dissimulait. Les charmants jumeaux sont ... comment dire ... fascinants, joliment fermes et galbés, d'un brun tendre tirant sur le rose pâle sous les larges aréoles de vermeil. Serait-ce de l'obstination ? Du fétichisme ? Oui, incontestablement, car les doigts de Tibor n'attendent pas l'accord de leur propriétaire et se hâtent de prendre possession de cette somptueuse terre promise, et d'en explorer chaque pore.

Ce que tu es belle, ma reine. Oui, garde-moi prisonnier de tes cuisses, c'est là que je veux vivre et mourir ... ajoute t-il dans un sourire charmeur et un brin espiègle, cherchant ensuite ses lèvres pour les harceler de ses baisers. Et le gentilhomme, poursuivant résolument sa tâche exquise, repousse encore davantage les pans du caraco de cuir, vaincu par ses doigts. Un mystérieux tatouage jaillit alors de sa cachette, curieux entrelacis de courbes et d'arabesques finement dessinées, pareilles à de légers volants de guipure ajourée, couvrant la peau dorée d'une des appétissantes poires « Belle Hélène », et débordant vers le dos halé de la belle. Fichtre ! Qu'est-ce donc là ? ... s'enquiert-il d'une voix joyeuse, un peu surpris certes, mais appréciant déjà les méandres gracieux peints à-même la chair veloutée de la mignonne, sulfureux méandres qu'il se met à suivre du bout d'un doigt, avec délicatesse, tel un bateau frêle épousant les ondulations frissonnantes d'un fleuve interminable.

C'est très joli ... tu devras m'en expliquer l'origine, mon cœur. Mais dis-moi, je n'aperçois pas la fin du voyage, à cause de ce maudit lacet qui garde ton nombril comme une sentinelle et qui m'empêche d'enlever ton armure. Allez, zou, du balai, on ne résiste pas à un Keiron ! ... ajoute t-il en riant, allongeant lâchement Janalya sur le dos, s'effondrant à ses côtés dans la mer de soie blanche du lit, tout en s'escrimant à dénouer le cordonnet de cuir souple sans cesser d'embrasser la Vanyllienne.

Au bout d'un instant de tâtonnement, il brandit enfin le bustier comme un trophée puis l'envoie chevaucher le dossier du fauteuil. J't'ai assez vu, toi ! Et maintenant, à nous deux ma chérie ! ... dit-il en se jetant comme un affamé sur les seins nus de la belle, et en les embrassant passionnément, presque goulûment, tout en s'ingéniant d'une main à la débarrasser cette fois de sa culotte de dentelles ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 12 Aoû 2012 - 8:16

Sacrebleu ! Que cette bouche est gourmande et experte ! Et ces doigts, par Vama, ce sont d'habiles virtuoses qui font vibrer la Vanylienne, jusqu'aux tréfonds de son coeur, pourtant aguerri. Son corps frissonnant, si réceptif, réclame encore et encore, savourant chaque contact, chaque caresse sur sa peau hypersensible ... Janalya s'abandonne à l'effeuillage sensuel de Tibor, qui en profite, découvrant son étonnant tatouage avec une surprise ravie qui rassure la jeune femme, elle qui craignait qu'il rebute le gentilhomme. Elle frémit et se cambre lorsqu'il en effleure de ses doigts légers le dessin alambiqué, mais Tibor est trop vite stoppé par les pans de son vêtement, encore lacé sur son nombril ! Elle n'a guère le temps de lui expliquer l'origine de cette folie insolente et sensuelle, emportée par ses baisers affolants.

Lentement ils basculent sur la couette immaculée qui les enlace de ses vagues moelleuses. Allongés côte à côte, ils s'embrassent fougueusement, les mains de Tibor tâtonnent pour dénouer la dernière barrière à leurs caresses, alors que celles de Jana, explorent les méplats des muscles fins et déliés qui roulent sous la peau dorée de son compagnon, étonnée de le découvrir aussi affûté. Son bustier de cuir finit par voler dans les airs et rejoint le fauteuil avant de glisser mollement sur le plancher, dans un chuintement sourd, s'ajoutant au désordre joyeux et bigarré des coussins éparpillés. Tibor s'empresse de baiser les globes ambrés et frémissants, enfin libres. Sous l'assaut gourmand et voluptueux, Janalya se mord la lèvre inférieure retenant un gémissement, elle se tord, s'arque pour s'offrir aux baisers du gentilhomme.
Tout va trop vite ! Et lorsqu'une main conquérante tente de faire glisser son dernier rempart de dentelle, elle a un sursaut de lucidité ou de combativité, ou plutôt de malice, et elle relance leur tendre joute, renversant le jeune homme, fort occupé, pour le chevaucher victorieusement de nouveau. Elle veut reprendre un peu les rênes de cette folle cavalcade, de cet embrasement de ses sens qui l'affole et l'inquiète.

- Doucement, monsieur le tricheur, bas les pattes ! Il ne me semble pas que mes dentelles faisaient partie du trophée, il va vous falloir gagner la troisième manche si vous voulez la retirer ! Et vous me semblez bien mal parti ! le taquine-t-elle en riant, attrapant ses mains qu'elle repousse gentiment. - Je ne suis pas une fille facile, monsieur, je suis de Vanylle, une pirate fière et je choisis à qui je me donne ! poursuit-elle avec un grand sourire, ponctuant ses mots de baisers sur le visage de son prisonnier, effleurant délicieusement son torse, de ses seins dressés. - Je vais être magnanime, si tu gagnes c'est toi qui l'enlèves, si je remporte la manche, je l'ôte ... Car de toute façon c'est ainsi qu'elle veut finir la nuit, nue entre ses bras, elle veut s'abandonner à ce désir fou qui l'étreint, elle, qui se vante d'habitude de maîtriser ses sentiments, ses émotions, elle dépose les armes aux pieds de cet homme si troublant, conquise par son charme et son humour ... Mais pas de suite le jeu continue ... Encore un peu ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 13 Aoû 2012 - 9:44


Le petit jeu se poursuit donc, avec de bien séduisantes règles. Des règles que Tibor aurait pu instaurer lui-même tant elles lui plaisent. Personne ne gagne, personne ne perd, tout le monde finira entièrement nu, ce qui est déjà le cas pour le jeune gentilhomme, et cette nuit sera une nuit d'amour et de passion. Que demander de plus ? Il ne cherche donc pas à se dégager de la charmante étreinte que lui impose la coquine, car l'attente est infiniment savoureuse, elle exacerbe le désir, l'attente est un brasier qui se réveille et se répand généreusement en chacun d'eux, dévorant leur raison et leurs interdits, comme la flamme dévore le monde. Les baisers farouches de la superbe Vanyllienne, et sa poitrine nue qui tangue doucement contre son torse, arrogante et fière, attisent encore davantage l'appétit féroce qu'il a d'elle, et sa virilité se dresse tout aussi orgueilleusement que les seins de la belle, si bien que les excellentes résolutions de Tibor s'effritent lentement. Patienter devient de plus en plus difficile, et le gentilhomme n'échappe pas aux commandements de son corps et de son esprit. Il mourra s'il diffère davantage l'instant où il aimera cette femme infiniment désirable qui se donne à lui tout en le faisant languir et le torture si délicieusement. Non, tout bouillonne en lui, il n'en peut plus, il n'est qu'un homme. Il la veut. Il a trop d'amour à lui donner.

Un baiser encore plus langoureux que les précédents sonne le signal de l'escarmouche suivante, qui n'aura qu'un but : s'abandonner à cette pulsion qui lui brûle déjà les reins, et aimer Janalya, l'aimer sans plus attendre. La belle le chevauche, leurs doigts sont emmêlés, mais le bougre ne l'avertit pas. Seul peut-être un éclat plus joyeux dans son regard bleuté aurait pu le trahir, mais ce n'est pas le cas. C'est un assaut inattendu, accompagné d'un sourire espiègle, qui fait ployer les bras de la Vanyllienne, qui perd pied, qui recule, même si elle résiste de son mieux et parvient à ne pas être totalement désarçonnée. Tibor, lui, se cambre, se plie en deux, redresse le torse, réussit à s'asseoir au centre du lit immense, mais Jana, si elle n'est guère épaisse, est cependant diablement robuste, et elle passe ses longues jambes autour de la taille de son compagnon de jeu. Les voici face à face, au milieu de cette mer blanche qui les avale à-demi dans ses ondulations de soie, les voici face à face, les mains dans les mains, les yeux dans les yeux, la bouche de Tibor cherchant à nouveau celle de la pirate et l'embrassant avec une profonde tendresse. C'est la trêve.

Le gentilhomme ne tente pas de la renverser davantage, non, au contraire, il noue les bras de la belle autour de sa nuque plus forte, aux longs cheveux blonds et roux, et il fait de même, l'enveloppant, la serrant pour qu'ils ne fassent plus qu'un, l'étouffant de sa passion. Les voici unis comme les racines d'un même arbre, enchevêtrées depuis toujours. Dans leurs yeux l'azur et la mer se rejoignent. Les antipodes se confondent. Fin du duel, mon ange ? Ou bien suite à demain si tu veux ... mais ne me laisse pas dans cet état. Je te veux maintenant ... Je veux t'aimer ... réclame t-il d'une voix presque implorante.

Il la dévisage toujours après ce bref plaidoyer, mais fichtre, il subsiste toujours entre eux un fâcheux obstacle, un écran de dentelles, un écrin de dentelles, et leur position n'est guère académique, ils ne pourront s'en débarrasser qu'au prix d'une savante gymnastique et qu'en rompant un instant leur douce étreinte. Soulève un brin ton joli fessard, et aide-moi, ma douce amazone, sinon je vais devenir fou ! ... insiste t-il en tâtonnant d'une main sous le ravissant popotin de la Vanyllienne, attrapant enfin sa culotte de soie claire, et cherchant maladroitement à l'en débarrasser.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 19 Aoû 2012 - 12:57

Imprévue, la contre-attaque de Tibor les propulse face à face, les ajuste l'un à l'autre, peau contre peau, regards soudés, voilés de tendresse. Sacrebleu ! Pas de suite, c'est vite dit ! C'est que ce coquin a de sacrés arguments pour la faire craquer : cette voix grave et sensuelle qui avoue sans détour son tourment, provoque presque plus de ravages que la dernière tempête de Vanylle, emportant sa volonté de ralentir les choses, exacerbant son envie de ne faire plus qu'un avec lui !
Ses yeux de velours turquoise qui la dévorent, sa bouche ardente, ses mains habiles la font chavirer aussi sûrement que les déferlantes de désir où elle s'abîme avec délices. Ils sont un îlot d'amour et de passion sur cette mer ondoyante de soie blanche. Ils sont seuls au milieu de leur océan de sensations et de caresses. Plongeant ses iris troublés dans les prunelles d'azur, assombries par les nuages de la tornade qui les entraîne, Jana écarte doucement les mains du gentilhomme :

- Chuuuut, attends, trésor, inutile de nous contorsionner, attends, je te montre, prononce-t-elle d'une voix rauque qui la prend au dépourvu, révélant ainsi son émoi, mieux que des mots. Délicatement, elle sort de petits rubans d'un blanc lunaire qui retiennent sur ses hanches fines, le dernier écueil arachnéen que leur passion enflammée doit passer pour déferler enfin.
- Je te laisse l'autre côté ... Encore des lacets à dénouer ... mais ce seront les deniers ! Promis ... Un long baiser ponctue cette proposition, et vivement les dentelles gris perle, s'envolent à leur tour, aériennes, pour rejoindre sur le plancher, les autres vêtements éparpillés, tels les vestiges d'un navire en perdition.
- A nous deux à présent ! murmure la pirate de Vanylle, contre les lèvres de Tibor, gonflées de leurs baisers brûlants. Moi aussi je veux t'aimer sans attendre, cessons de jouer au chat et à la souris, je te veux ...

Violente, l'urgence retentit dans sa voix, et se transmet dans ses caresses ardentes, dans son corps qui se cambre, qui se tord, cherchant à s'unir à celui de son bouillant partenaire. Janalya est à vif et ne veut plus temporiser. Elle prend le contrôle du navire, elle veut voir s'achever cette attente insoutenable. Sans hésiter, elle part à l'abordage, et audacieuse, elle s'arque pour guider Tibor en elle. Une immense vague de plénitude, de complétude la submerge soudain, comme jamais, lui arrachant un gémissement de plaisir qu'elle ne retient pas cette fois, délivrée de ses hésitations. Elle se donne ... sans retenue.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 21 Aoû 2012 - 1:15


Femme éternelle. Femme exquise, femme forte, femme de tête, mais femme capable aussi de flamme et d'abandon, femme capable de sauter les barrières et de se laisser porter par la passion. Et surtout femme à la merci de ses sentiments, incapable de prolonger davantage agaceries et badinage, tout comme lui. Et zou ! Le dernier rempart de soie grège rejoint le tas moelleux de ses congénères, repoussés sur le parquet lustré. Mortes les dentelles, les bras en croix. Mais fichtre, quelle magnifique invention que ces lacets discrets qui dénouent les lingeries fines sans que les corps soient contraints à se dénouer eux-aussi ...

Les voici nus comme les mignons chérubins aux joues roses et rondes peints sur les vitraux des églises. A une différence près, et elle est de taille : les anges sont asexués, alors que pirate et gentilhomme ne le sont point. Non. En dépit de leurs membres enchevêtrés, ils n'ont qu'une hâte, une urgence commune. Et la superbe fleur de Vanylle, libérée de sa prison de guipure, prend le gouvernail de leur fragile esquif sur cette mer de tendre brocart. Tout espoir de contrôler leur désir s'est envolé comme une nuée d'oiseaux fous, elle se cambre avec élégance, avec sensualité, comme un roseau ployé lentement par la brise, et elle s'offre à Tibor, elle lui donne son corps, et elle lui prend le sien pour l'accueillir en elle.

Le jeu était exquis. Mais le jeu est terminé. Le gentilhomme a fermé un instant les yeux, laissant s'enfuir un râle de plaisir, un cri d'animal blessé, mais il les rouvre aussitôt pour jouir du merveilleux spectacle. Il ouvre aussi les mains, et la poitrine de la jeune Vanyllienne s'épanouit au creux de ses paumes, devenues le tendre écrin de chair d'un sein couleur pain d'épice et de son jumeau délicatement marbré de dentelles peintes. Jana s'accroche à son cou et ses hanches fines dictent le rythme d'un va-et-vient excessivement suave et langoureux. Doucement ... Il la prend par la taille, calmant encore leurs ondulations lascives et caressantes, noyant ses yeux myosotis au fond des prunelles d'aigue-marine. Doucement ... La belle gémit à son tour, ses traits infiniment purs se crispent sous la délicate torture de leurs corps intimement liés allant et venant de concert, et ceci exacerbe encore le désir du jeune aristocrate. Mais doucement ... Il veut l'aimer, l'aimer longtemps. Le Matroscien serre un peu plus la pirate contre son torse, afin de tempérer sa fougue, car il ressent presque inconsciemment que l'instant approche où ils ne pourront plus dompter leur tempo. Puisant fierté et plaisir dans le plaisir de Janalya, il l'embrasse, un peu maladroitement, car la belle s'arque et s'offre à présent avec une ardeur décuplée.

Fortissimo ! La passion les englobe alors dans sa folle sarabande. Leurs souffles se précipitent, leurs râles se mêlent et jaillissent en un douloureux crescendo, le velours de la peau de Jana rend Tibor totalement frénétique, et sa bouche la parcourt inlassablement. C'est une monstrueuse déferlante qui s'abat sur eux et les emporte loin, très loin, dans un autre monde. Tout s'accélère, tout tournoie autour d'eux, jusqu'au tourbillon, jusqu'à l'extase, jusqu'au cataclysme de l'explosion finale de leurs sens, qui les laisse aussi pantelants que des proies sans défense acculées par les chasseurs. Et ils retombent au creux des vagues du lit, comme deux animaux enlacés par la mort, mais la bouche et les mains jointes. Amants désormais ...

Beaucoup, beaucoup plus tard, ils renaissent à la vie, et s'enfoncent sous un drap léger pour s'y abandonner à la nuit, serrés l'un contre l'autre. Immobile dans l'obscurité, toutes chandelles éteintes, Jana a t-elle entendu son « Je t'aime » ou dormait-elle déjà ? Qui sait ...



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   -

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum