AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.

avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 25 Juin 2012 - 2:46

Rappel du premier message :


La soupe de poisson est une véritable infection, une agression innommable envers les papilles gustatives de Tibor Keiron, habituées aux mets les plus raffinés et les plus savoureux. Mais il se force à la consommer sans afficher un dégoût trop prononcé, car la compagnie de cette Janalya est somme toute plutôt agréable, et le monte-en-l'air qui sommeille en lui apprécie son charme et son humour. Il réplique d'ailleurs gentiment à ses taquineries en lui proposant un repas en tête-à-tête, à une date qui conviendra à la jeune femme, mais chez lui, sur sa terrasse embaumée de Délicates aux corolles blanches, en précisant encore : ... «  Avec mon propre cuisinier, et mon sommelier, et tu m'en diras des nouvelles ! » ... affirme t-il en adoptant ce tutoiement qui est la marque des grands de ce monde envers les gens moins nantis. Même si j'ai remarqué que tu ne bois pas énormément ! Je fais d'ailleurs pareil ... ajoute t-il en lui décochant une œillade complice et enjôleuse, conscient du pouvoir fascinant de ses prunelles azurines.

En conversant, le gentilhomme a résolument tourné le dos aux deux soûlauds, qui ont le gosier en pente aussi abrupte que celles du volcan Muertiga, et qui commencent doucement à donner d'inquiétants signes de grosse fatigue et à mélanger consonnes et voyelles. La Maître-armurier acceptant son offre d'aller contempler ses triqueballes, plus rien ne les retient dans cette auberge. Cependant : Pardonne-moi un moment, je vais quand-même demander à ce qu'on s'occupe de nos deux ... euh ... amis, avant qu'ils ne s'effondrent sur la table. Tibor pose la main, un bref instant, sur celle de Janalya, comme pour s'excuser de l'abandonner quelques secondes, puis il se lève et se dirige d'un bon pas vers le serveur. Après un rapide conciliabule avec celui-ci, il revient, tout souriant. Tout est réglé, il les entassera dans une chambre à l'étage lorsqu'ils auront leur compte ! Ça ne devrait plus tarder ! Nous y allons, jeune fille ? Mon fiacre nous attend dans la rue voisine ...

Ils trottinent côte-à-côte dans la rue commerçante, et parviennent rapidement au carrefour. Une voiture élégante, tirée par un fringant chemanoir, s'approche d'eux, dès que le cocher les aperçoit.

A la maison, Dieudonné ! ... ordonne brièvement Tibor, en aidant Janalya à accéder à l'intérieur du véhicule, et à s'asseoir sur un siège de velours pourpre et or, épais et moelleux, tout en admirant au passage les courbes de son postérieur haut perché et joliment rebondi, qui tendent délicieusement la toile de son pantalon foncé.

Nous en avons pour dix minutes, à peine. Mon domaine, l'allée aux Vitis, s'étend à l'extrémité du quartier bourgeois et marchand, au calme ...

Ignorant si la jeune femme découvre ou non ces longues rues ombragées et paisibles, inondées par les derniers assauts du soleil du soir, il lui montre les maisons les plus coquettes, les arbres les plus remarquables, les propriétés les plus luxueuses et les plus étendues. Il se tait un instant, lorsqu'ils débouchent face à la riche demeure de la Whalberg, mais il lui indique aussitôt les habitations voisines, qu'il connaît, pour la plupart, jusqu'à leurs moindres recoins, les ayant visitées de nuit, durant le sommeil de leurs propriétaires, détail qu'il ne précise pas à son interlocutrice, bien entendu. Lorsqu'ils quittent la chaussée pour aborder une large allée garnie de deux rangées de vitis, aux lourdes grappes mordorées, le jeune gentilhomme se penche par la vitre du fiacre, et hèle son conducteur. Dieudonné ! Dépose-nous ici, veux-tu ! Et demande qu'on nous prépare un rafraîchissement. Nous rentrerons à pied.

Le véhicule s'arrête aussitôt, Tibor descend en premier les trois marches, et tend la main à Janalya. Huit canons, disais-tu ? Bigre, tu nous prépares une guerre ? Mais soit, mes deux triqueballes suffiront sans problème à tirer ton chariot ! Ils sont là, dans un champ, derrière l'écran de verdure. Mais dis-moi, tu as bien un chariot, j'espère ? ... demande t-il en souriant largement. Il hésite un instant, puis ... Appelle-moi donc Tibor ! Tu sais, je suis un personnage assez complexe, je peux sembler plutôt froid, au premier abord, mais c'est une obligation due à mon rang. Je ne suis pas aussi prétentieux qu'il y paraît à première vue. Viens, allons voir mes deux bestiaux, et n'aie pas peur, ils sont doux comme des ezealles.




On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
MESSAGES : 240
INSCRIT LE : 02/05/2012
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 21 Aoû 2012 - 1:15


Femme éternelle. Femme exquise, femme forte, femme de tête, mais femme capable aussi de flamme et d'abandon, femme capable de sauter les barrières et de se laisser porter par la passion. Et surtout femme à la merci de ses sentiments, incapable de prolonger davantage agaceries et badinage, tout comme lui. Et zou ! Le dernier rempart de soie grège rejoint le tas moelleux de ses congénères, repoussés sur le parquet lustré. Mortes les dentelles, les bras en croix. Mais fichtre, quelle magnifique invention que ces lacets discrets qui dénouent les lingeries fines sans que les corps soient contraints à se dénouer eux-aussi ...

Les voici nus comme les mignons chérubins aux joues roses et rondes peints sur les vitraux des églises. A une différence près, et elle est de taille : les anges sont asexués, alors que pirate et gentilhomme ne le sont point. Non. En dépit de leurs membres enchevêtrés, ils n'ont qu'une hâte, une urgence commune. Et la superbe fleur de Vanylle, libérée de sa prison de guipure, prend le gouvernail de leur fragile esquif sur cette mer de tendre brocart. Tout espoir de contrôler leur désir s'est envolé comme une nuée d'oiseaux fous, elle se cambre avec élégance, avec sensualité, comme un roseau ployé lentement par la brise, et elle s'offre à Tibor, elle lui donne son corps, et elle lui prend le sien pour l'accueillir en elle.

Le jeu était exquis. Mais le jeu est terminé. Le gentilhomme a fermé un instant les yeux, laissant s'enfuir un râle de plaisir, un cri d'animal blessé, mais il les rouvre aussitôt pour jouir du merveilleux spectacle. Il ouvre aussi les mains, et la poitrine de la jeune Vanyllienne s'épanouit au creux de ses paumes, devenues le tendre écrin de chair d'un sein couleur pain d'épice et de son jumeau délicatement marbré de dentelles peintes. Jana s'accroche à son cou et ses hanches fines dictent le rythme d'un va-et-vient excessivement suave et langoureux. Doucement ... Il la prend par la taille, calmant encore leurs ondulations lascives et caressantes, noyant ses yeux myosotis au fond des prunelles d'aigue-marine. Doucement ... La belle gémit à son tour, ses traits infiniment purs se crispent sous la délicate torture de leurs corps intimement liés allant et venant de concert, et ceci exacerbe encore le désir du jeune aristocrate. Mais doucement ... Il veut l'aimer, l'aimer longtemps. Le Matroscien serre un peu plus la pirate contre son torse, afin de tempérer sa fougue, car il ressent presque inconsciemment que l'instant approche où ils ne pourront plus dompter leur tempo. Puisant fierté et plaisir dans le plaisir de Janalya, il l'embrasse, un peu maladroitement, car la belle s'arque et s'offre à présent avec une ardeur décuplée.

Fortissimo ! La passion les englobe alors dans sa folle sarabande. Leurs souffles se précipitent, leurs râles se mêlent et jaillissent en un douloureux crescendo, le velours de la peau de Jana rend Tibor totalement frénétique, et sa bouche la parcourt inlassablement. C'est une monstrueuse déferlante qui s'abat sur eux et les emporte loin, très loin, dans un autre monde. Tout s'accélère, tout tournoie autour d'eux, jusqu'au tourbillon, jusqu'à l'extase, jusqu'au cataclysme de l'explosion finale de leurs sens, qui les laisse aussi pantelants que des proies sans défense acculées par les chasseurs. Et ils retombent au creux des vagues du lit, comme deux animaux enlacés par la mort, mais la bouche et les mains jointes. Amants désormais ...

Beaucoup, beaucoup plus tard, ils renaissent à la vie, et s'enfoncent sous un drap léger pour s'y abandonner à la nuit, serrés l'un contre l'autre. Immobile dans l'obscurité, toutes chandelles éteintes, Jana a t-elle entendu son « Je t'aime » ou dormait-elle déjà ? Qui sait ...

avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Jeu 23 Aoû 2012 - 11:05

Par les hautes fenêtres ouvertes, la nuit de velours sombre s'invite dans la chambre, éclaboussée par la lune argentée. Tout comme le désir embrase les deux silhouettes qui se découpent et dansent, amoureusement, dans les lueurs vacillantes des dernières chandelles, l'une après l'autre, les bougies se consument et se meurent dans les larmes de cire et l'obscurité nocturne. La pièce résonne de gémissements étouffés, de râles poignants, de respirations saccadées qui se mêlent et s'unissent en un même chant d'amour fougueux. Les corps intimement enlacés se déchaînent, emportés par une passion explosive, noyés sous des déferlantes de sensations exquises et enivrantes, qui les mènent inexorablement vers les merveilleux tourbillons sensuels de l'extase. Et bientôt, la mer de soie blanche, secouée par la tempête charnelle des deux amants, les accueille épuisés et comblés, refermant sur eux ses bras de plumes douillets comme une mère attentive berce son enfant.

Sa peau dorée encore frémissante des baisers ardents et des caresses inventives de Tibor, son corps vibrant des vestiges voluptueux de leurs ébats endiablés, Jana reste emmêlée au corps racé du jeune homme, ne pouvant se résoudre à s'écarter de lui, ne serait-ce qu'un instant. Sa joue repose sur son épaule, alors qu'elle est à demi allongée sur lui, enveloppée de ses bras forts. Elle bénit l'obscurité qui les enveloppe, infiniment troublée par cette étreinte somptueuse dans laquelle Tibor l'a entraînée. Jamais auparavant elle n'avait lâché prise ainsi, gardant le contrôle de l'acte et surtout de ses sentiments, les tenant à distance, tout comme ses partenaires. Mais là, tout lui a échappé, son corps, mais surtout son coeur, elle s'est abandonnée à son compagnon, sans retenue, sans modération, lui accordant, chose rare sa confiance.

Sa main joue dans les cheveux blonds soyeux, se glisse lentement jusqu'à la nuque de son amant. Elle se redresse et plonge dans le regard turquoise, captive de leur éclat intense, les mots ne franchissent pas ses lèvres, elle les retient, mais ses yeux, topaze limpides, ne mentent pas, fenêtres ouvertes sur son âme profondément émue. Elle dépose un baiser léger sur ses lèvres et reprend sa place tout contre lui. Est-ce que c'est cela "aimer" ? Elle veut y croire, son coeur, qu'elle préservait de toute attache jusqu'à présent, ne lui appartient plus, elle l'a offert sans hésiter à ce bel aristocrate de Matroos, aux antipodes de son univers de pirate. Ne pas souffrir, ne pas le perdre. Elle va devoir revivre avec cette crainte, alors qu'elle s'était promise de ne plus y être confrontée à la suite de la disparition de ses parents, puis de la défection de Daiklan ...

Tibor les recouvre délicatement d'un drap léger, et doux, il resserre son étreinte en prononçant un "je t'aime", d'une voix si tendre que son coeur fait un double saut périlleux dans sa poitrine. Ce "je t'aime" la subjugue et la rassure, elle n'est pas la seule chamboulée, Tibor l'est autant qu'elle. Elle reste immobile dans la nuit, blottie contre l'homme qu'elle aime ... Son homme.

- Je t'aime Tibor Keiron, merci ... finit-elle par murmurer peu avant de sombrer dans un sommeil peuplé de rêves dont le gentilhomme de Matroos est la clé de voûte, le centre, le coeur ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 24 Aoû 2012 - 7:18


Et la nuit de satin blanc les accueille et les enferme en son sein. Autour d'eux, la chambre n'est plus qu'un doux cocon de pénombres tranquilles et silencieuses, mais une aimable lune rousse a pris le relais des chandelles mortes pour inonder de sa tendre phosphorescence dorée le visage assoupi et serein de la sculpturale Vanyllienne. Tibor se régale à la contempler, une main posée délicatement sur sa poitrine, et l'autre la tenant serrée contre lui, après cet aveu mutuel qui le rend euphorique. Ainsi, elle l'avait entendu. Ainsi, ils s'aiment. C'est fou, c'est totalement inattendu, mais tellement délicieux. S'il ne se retenait pas, il ouvrirait tous les battants des fenêtres de sa riche gentilhommière pour hurler son bonheur à la face du monde entier, pour qu'on l'entende jusque Vuulte, jusque Korrul, et même au-delà, si un au-delà existe.

Jana dort déjà, après cette journée riche en péripéties, et riche d'un amour tout neuf, mais il lui répète d'un ton attendri une interminable et caressante litanie de « je t'aime » émerveillés. Soit, sa princesse des pirates ne les entendra point, mais il en a d'autres en réserve pour le lendemain et pour les jours suivants. C'est un mot qu'il a parfois galvaudé mais dont il comprend désormais le sens exact. Et, bien entendu, il n'envisage pas un seul instant de la laisser repartir vers Vanylle, pas sans lui, et pas avant plusieurs semaines. Elle fera une ellipse dans ses affaires. Les canons attendront, les explosifs aussi, et la Whalberg également, car, qu'on se le dise, la ravissante Janalya Hermontrick, maître-armurier, est en vacances chez son amant de Matroos ! Celui qui les dérangera encourra les foudres « Keironniennes » !

Il la dévisage toujours, beauté lunaire, cadeau du ciel, et, par Vama, qu'il est difficile de ne pas la réveiller pour l'aimer encore et l'entendre gémir dans ses bras. Rien qu'à regarder ses lèvres de vermeil, il meurt d'envie de l'embrasser, et, ma foi, il ne se contenterait pas d'un baiser ! Ni même de cent ! Fichtre, voilà que le drap de soie qui les couvre se tend à hauteur de sa taille, de manière particulièrement éloquente, à l'image de ces tentes de toile ou de peau que dressent les paysans qui travaillent dans les champs pour s'y reposer un peu. Voyons Tibor, tu n'y penses pas ! Cogite donc à autre chose qu'au corps tout chaud de Jana pour que ce chapiteau disparaisse aussi vite qu'il est apparu ! Laisse donc dormir ta belle, vil obsédé, bougre d'animal en rut ! Demain. Oui, demain, tu l'aimeras. C'est sur cette perspective enchanteresse que l'illustre Tibor Keiron, cousin du gouverneur le jour, et passe-murailles la nuit, mais surtout amant heureux d'une adorable fleur de Vanylle, s'endort ...

... Jusqu'aux premières lueurs d'une aube encore fragile et blafarde mais déjà remplie de promesses. Discrètement, le jeune gentilhomme desserre les bras bruns que sa compagne a enroulés autour de son cou, et il se lève. Il ne s'habille pas, non, à cette heure matinale la demeure est encore endormie. Maryza, sa secrétaire, et Dieudonné, son cocher et homme à tout faire, sommeillent encore à l'autre bout de la propriété. Tibor quitte la chambre sans un bruit, dans un but précis. Il a beaucoup réfléchi durant la nuit. Il pénètre dans un bureau désert, celui de Maryza, et griffonne en hâte quelques phrases sur un parchemin qu'il met en évidence au centre du sous-main de cuir. Bien. Il poursuit ses déambulations matinales, pénètre dans un second bureau, le sien, il forme le code d'un coffre mural, s'empare d'un objet plutôt menu, l'emballe délicatement dans un joli papier coloré, l'emporte, referme le coffre, puis regagne le vestibule. Un détour par la terrasse ombragée, et il rafle au passage un pichet de jus de fruits resté au frais dans un récipient plein d'eau. Voilà. Sur la pointe des pieds, il regagne le lit, pose le paquet et le pichet sur la table de nuit, et constate que Jana n'a pas bougé d'un pouce. Tibor s'insinue délicatement sous le drap de soie, et attire le corps de la Vanyllienne contre le sien. Tout contre. La mignonne a la peau chaude et infiniment douce. Une délicate moiteur orne son front, le soleil illuminant à présent sa frimousse. Sans doute a t-elle senti la présence de son amant, car elle pousse un léger soupir. Le jeune gentilhomme effleure de sa bouche les lèvres de la belle endormie, et la dévisage à nouveau, souriant à l'avance, pressé de la voir ouvrir les paupières et de l'aimer, l'aimer encore.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 27 Aoû 2012 - 11:00

Maudit soleil !
La lumière dorée d'un jour nouveau entre par les grandes fenêtres de la chambre, elle éclabousse de ses rayons étincelants, le grand lit où reposent, enlacés, les deux amants. Le soleil insiste et cherche à s'insinuer entre les longs cils bruns qui ombrent délicatement les joues de la Vanyllienne. Jana ne veut pas se réveiller, pas encore, elle est si bien ... Tibor ... C'est tout contre lui qu'elle est blottie, au creux de ses bras, dans sa chaleur ...

Dans un demi-sommeil, un soupir d'aise s'échappe de ses lèvres vermeilles, un baiser léger s'y pose, à la fois doux et tendre. Ses yeux s'ouvrent sur le beau visage de Tibor, tout auréolé de cette clarté limpide, qui ruisselle sur ses boucles de miel. Il est vraiment magnifique ! Et elle est complètement sous le charme, prisonnière de son regard turquoise, de ce sourire malicieux qui éclaire sa figure patricienne. Elle le dévisage longuement, se rassasie de ce tableau superbe, alors qu'une délicieuse tension s'installe au creux de son ventre.
Et elle ne résiste pas à la tentation de lui rendre son baiser, se hissant jusqu'à sa bouche. Elle joue délicatement avec ses lèvres, les grignote tendrement tout en le défiant du regard, mais elle se laisse prendre à son propre piège et l'embrasse, longuement, y mettant tous les mots que son caractère secret, farouche, l'empêche de prononcer ... Pour l'instant ...

Elle repose ensuite sa joue sur l'épaule du jeune homme, joue un instant avec les mèches ambrées qui roulent sur son cou, avant de dessiner machinalement du bout de son index des chemins tortueux, aux méandres mystérieux, d'abord sur son torse musclé, puis s'insinuant sous les draps soyeux, elle continue son manège sur son ventre plat. Mais malgré le désir qui s'épanouit au creux de ses reins, elle reste sage, tant pis pour son envie de poursuivre ses caresses, de l'aimer à nouveau ...

- Bonjour Tibor, quelle nuit ! lui dit-elle dans un sourire, avant de se redresser et de plonger à nouveau dans les prunelles céruléennes de Tibor, une lueur espiègle, joyeuse les animent, leur donnant des reflets plus sombres. Que mijote-t-il donc ? Chercherait-il à reprendre leurs taquineries de la veille ? - Tu m'observes ainsi depuis longtemps ? Depuis quand es-tu éveillé ? Apparemment tu es même déjà sorti du lit, petit coquin ! Est-ce le jus de vitis d'hier soir ? Dis-moi où je peux trouver des verres ... demande-telle, avec un air gourmand, lorsqu'elle aperçoit le pichet ruisselant de condensation. Mais ce que l'intrigue, c'est ce petit paquet multicolore qui est posé juste à côté, sur la table de chevet. Curieuse, elle hésite cependant à interroger son compagnon, car après tout ça ne la regarde pas. Mais il n'était pas là hier soir, elle en est sûre.

- Au diable les bonnes manières ! Pas besoin de verre ! Jana tend le bras au dessus de Tibor, en se redressant, pour atteindre l'anse du broc. Les effluves odorants du liquide blond, attisent sa soif. Elle adresse un clin d'oeil facétieux à Tibor, porte le pot à ses lèvres et avale quelques gorgées avant de le tendre à son compagnon. Quelques perles du délicieux nectar, glissent le long de la paroi fraîche de la cruche avant de s'écraser sur la peau du gentilhomme. Elles roulent, dévalent ses muscles, mais Jana parvient à en cueillir une du bout de son doigt, qu'elle porte ensuite à sa bouche, avant d'en glaner une autre qui suit le même chemin, elle répète ainsi son jeu, faisant disparaître, l'objet de sa maladresse, naturellement, avant de se rendre compte de la sensualité de son geste. Avec un grand sourire, elle fait intentionnellement tomber de nouvelles gouttes, auxquelles elle fait subir le même sort, aguichant son tendre compagnon, de ses iris topaze ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 29 Aoû 2012 - 9:49


Qu'y a t-il de plus délicieux qu'un baiser au réveil, quand l'aube se lève pour repeindre le ciel de vagues bleues et de moutons blancs ? Rien, assurément. Ou alors d'autres baisers, une kyrielle d'autres baisers. Nos tourtereaux partagent cet avis, à l'unanimité, et leur tendre étreinte s'éternise, ponctuée par quelques sourires, quelques confidences. Câlines et brûlantes, quatre mains redessinent doucement les courbes déjà explorées et sculptées pendant la nuit, et de langoureux frissons assaillent leurs corps nus, au fil des exquises arabesques que tracent leurs doigts. Le satin des seins ronds de Jana s'affermit, et ils deviennent buste d'orichalque, que la bouche du gentilhomme parcourt inlassablement, y semant un chapelet de baisers incandescents. Mais rien ne presse, ils disposent de tout leur temps pour s'aimer, ils sont divinement bien, ils s'échangent des mots tendres, et la belle, curieuse car elle est femme, tout simplement, interroge son amant entre deux caresses lascives sous les draps chiffonnés. L'a t-il longtemps observée avant son réveil ? Inutile de ruser ! Tibor avoue illico qu'il ne l'a guère quittée des yeux, tellement elle est superbe, tellement il la désire. Et il lui déclare aussitôt qu'il veut désormais que toutes leurs nuits soient pareilles, torrides et folles, avant de refermer les bras sur sa taille mince, et de l'embrasser à nouveau, farouchement, avec passion, son corps tout entier corroborant ses paroles. Et les voilà qui roulent sur le lit, prisonniers l'un de l'autre, s'emberlificotant dans les draps de soie, alternant baisers ardents et caresses fiévreuses.

Les minutes passent, savoureuses et taquines, alors que le soleil a sauté sur leur balcon et a envahi la chambre. Jana remarque alors le pichet de jus de vitis, légèrement embué par la fraîcheur qui s'en dégage. La belle n'y résiste pas, elle boit un instant à la régalade avant de tendre le pot à son compagnon, qui fait de même. Quelques gouttes s'échappent du récipient et parsèment le torse de Tibor, inspirant à la mignonne un petit jeu délicieux. Elle les recueille une à une, du bout du doigt, avant de les porter à ses lèvres, tout en offrant à son amant ses prunelles pétillant de plaisir. Mieux même, le manège plaisant à la coquine, la voici qui renverse volontairement quelques larmes du jus de vitis sur son compagnon afin de prolonger ses tendres facéties. Fichtre ! Il n'en faut pas davantage pour échauffer le jeune homme, qui désire lui-aussi participer à ce charmant divertissement. A mon tour, ma chérie ... dit-il en la dévisageant gaiement.

Le broc change de main, mais Tibor, entre-temps, a imaginé d'autres règles ! Il s'allonge à côté de la Vanyllienne, se penche sur elle, et verse trois ou quatre gouttes sur sa poitrine dressée avec orgueil. Il sourit et observe. Le liquide glacé fait frissonner Jana, et, lentement, après une hésitation presque imperceptible, les perles de fruit se mettent à cheminer sur les globes de pain d'épice, comme si elles cherchaient à s'enfuir et à se dissimuler au creux de l'étroite vallée qui les sépare. Le bougre s'incline davantage, et happe vivement les gouttes du bout de la langue. L'une d'elles lui échappe, et il l'absorbe d'un baiser léger entre les seins de la pirate, un baiser qu'il prolonge et qu'il ...

Toc toc toc !

On a frappé à la porte, et Tibor retient de justesse un juron ! Fichtre ! Il avait totalement oublié le mot déposé sur le bureau de Maryza, par lequel il lui demandait d'apporter une robe, simple mais élégante, ainsi que des chaussures à talons hauts pour son invitée, laquelle ne peut décemment se balader en ville avec lui vêtue en pirate, ni recevoir ainsi les couturiers qu'il se dispose à envoyer quérir par Dieudonné.

Pose tout dans le couloir, Maryza ! Je vais prendre le paquet ! Merci, tu peux disposer maintenant ! ... ajoute t-il d'une voix autoritaire, la voix du distingué gentilhomme qu'il est pour son personnel et pour les Matrosciens de son entourage. Il adresse un clin d’œil complice à Jana, lui tend en silence le petit sachet joliment coloré qui était posé sur la table de nuit, se lève à regret, et se dirige vers la porte en écoutant décroître le bruit des pas de sa secrétaire.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Sam 1 Sep 2012 - 11:08

Jeux de mains, jeux de coquins ! La petite farce que Janalya avait initiée se retourne délicieusement contre elle. A son tour Tibor verse le jus ambré des vitis, sur ses seins, qui sous le liquide frais réagissent immédiatement. Ce qui n'était qu'une maladresse de sa part se transforme en d'exquis préliminaires, qui sont une première pour elle, mais elle n'en est plus à une surprise près avec Tibor. Et elle se focalise sur ses lèvres expertes qui cheminent sur sa peau qui frissonne. Par Vama, il va la faire mourir de plaisir ! Elle en a bien sûr oublié le petit paquet sur la table de nuit, elle tente plutôt de récupérer le pichet pour faire subir les mêmes tortures délectables à son amant, oui son amant, c'est drôle, c'est bien la première fois qu'elle désigne un homme ainsi ...

Plongée dans l'océan de volupté dans lequel, Tibor l'entraîne, elle sursaute violemment aux coups secs donnés à la porte de leur chambre. Qui peut bien se présenter à sa porte de si bonne heure, un domestique ? Tibor ne semble pas surpris, il a même l'air ... satisfait, et avec sa voix de gentilhomme coincé et hautain, il s'adresse à une certaine Maryza. Que manigance-t-il donc, ce coquin ? Qu'est-ce qu'il attendait ? Alors que le jeune homme quitte leur lit, il lui tend le petit paquet multicolore qui était sur la table de chevet, sans rien dire. Les pas rapides de la femme s'estompent dans le couloir, et il ouvre la porte pour récupérer quelque chose, d'assez volumineux, qu'il rapporte et dépose sur le sol près du lit.

Son regard turquoise, si profond, se pose sur elle, interrogateur, elle tient toujours au creux de ses mains la petite chose emballée à la hâte, qui avait éveillé sa curiosité tout à l'heure. Mais là, elle n'ose pas l'ouvrir, elle la regarde, intriguée, puis finit par déplier le papier de soie, qui comme une corolle révèle en son coeur, plusieurs topazes du même bleu translucide, que ses prunelles. Surprise, éblouie, elle cueille entre ses doigts hésitants, l'une d'elles, et un collier d'or, orné de trois magnifiques pierres céruléennes qui scintillent sous les yeux ébahis de Jana, se déroule, élégamment. Si les armes sont plutôt sa partie, elle n'est pas stupide, elle se doute bien que ce bijou est de grande valeur. Doit-elle l'accepter ? N'est-ce-pas trop tôt ? Ils se connaissent si peu, et pourtant les sentiments qu'elle lui porte s'approfondissent d'heure en heure ... Que faire ? Elle lève les yeux vers ceux de Tibor, à la fois troublée et terriblement indécise pour une fois, elle ne veut pas le froisser ...

- Tibor ... Je ... Je ne sais pas quoi dire ... Ne le prends pas mal, trésor ... Ce bijou est superbe, mais je ne peux pas l'accepter, justement parce qu'il est bien trop beau pour être porté par une simple fille de Vanylle ... Et puis je n'en aurais jamais l'occasion ... C'est très gentil à toi, mais vraiment je ne peux pas le garder ...
Elle repose dans l'écrin de papier les topazes qui scintillent joliment dans les rayons du soleil. Au creux de sa main, le collier semble la narguer, elle referme les pans du papier et le pose devant Tibor toujours debout près du lit. Un sourire amusé joue sur ses lèvres, comme s'il se doutait qu'elle allait refuser son cadeau ... Et cette livraison matinale ? Qu'est-ce que c'est ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 2 Sep 2012 - 23:50


C'est plutôt fier de lui qu'il observe la superbe Vanyllienne, après lui avoir tendu le petit sachet diapré. Pressé de jouir de sa réaction, il la dévisage de ses prunelles myosotis, remplies de tendresse. D'abord intriguée par ce cadeau, Jana déballe le somptueux bijou qu'il a soigneusement choisi pour elle dans son coffre, parmi un vaste échantillonnage de pierres fines, optant en définitive pour ce collier d'or, serti de topazes d'un bleu très tendre, aussi claires et diaphanes que les yeux de la belle. La robe et les chaussures à talons hauts, toujours enfermées dans le petit paquet, sont également de la même teinte, et Jana devrait être ravie par l'harmonie se dégageant de ce mariage parfait. Tibor jubile donc à l'avance. Mais fichtre ! C'est un regard embarrassé qu'elle lui adresse, un regard empli d'hésitation. Elle explique, et il l'écoute. Ah mais non ! La voilà qui refuse le bijou à présent ! Il le subodorait un peu à la vue du léger trouble affiché par la ravissante pirate, mais il en est malgré tout décontenancé. Voire même assez déçu. Il tenait vraiment à lui faire cette surprise. Diantre ! Nombre de jeunes Matrosciennes orbitant autour du riche gentilhomme aurait immédiatement accepté un tel présent, sans se poser la moindre question !

Que faire ? Comment réagir ? Les multiples engrenages qui régissent son cerveau se mettent à fonctionner à toute allure, et Tibor entrevoit déjà une solution à ce dilemme ! Humour et tendresse, voilà les deux armes secrètes qu'il va utiliser. Voilà de quelle manière il va la faire revenir sur sa décision. Hop ! Le jeune gentilhomme s'agenouille sur le lit, juste derrière la Vanyllienne, après avoir posé le collier à côté d'eux, sur le drap chiffonné. Puis il attire délicatement Jana contre lui, et l'enlace tendrement, posant la nuque de la délicieuse pirate contre son épaule. D'une main, il capture le menton délicat de la jeune Maître-armurier, puis il effleure sa bouche de ses lèvres, et enfouit ses prunelles azurines au fond des yeux translucides, conscient du profond pouvoir de fascination de ses iris chatoyants. De l'autre, il lui caresse doucement les épaules, et batifole dans ses cheveux de jais. A lui de jouer maintenant ...

Tut tut tut tut tut ! Tu ne vas pas me faire ça, mon joli flibustier. J'ai cambriolé une bijouterie cette nuit pour trouver un collier de la même couleur que tes yeux ! Et il devrait t'aller beaucoup mieux qu'à moi ! Si tu le refuses, je vais être obligé de le jeter ! Et je t'interdis de dire que tu n'es qu'une simple fille de Vanylle, tu es prodigieusement belle et je t'admire pour ta réussite.

Plutôt satisfait de son baratin, tout en étant conscient que Jana n'est pas dupe de ses fadaises, bien évidemment, il poursuit : Imagine plutôt que ce n'est pas un bijou, que c'est uniquement un accessoire de travail qui nous permettra d'aller partout ensemble, d'accord, mon cœur ? Ou alors imagine que c'est seulement un prêt, pour une durée indéterminée d'au minimum cinquante ans, renouvelable si je le décide ! Ça te convient comme ça, mon trésor ? ... ajoute t-il malicieusement, en cherchant à nouveau ses lèvres. Après un long baiser qui les mène au bord de l'asphyxie, Tibor ajoute encore : J'ai un dernier argument, mon ange. Le seul qui soit valable d'ailleurs. Le seul qui soit sérieux. Ça me ferait bougrement plaisir que tu acceptes ... Mets-le, s'il te plaît ... dit-il en le lui tendant à nouveau. Ou bien non, laisse-moi plutôt te le passer autour du cou, j'en meurs d'envie !

Et le gentilhomme s'exécute, soulevant d'une main la chevelure de la jeune femme pour lui attacher le collier, dont les topazes, limpides comme les eaux dormantes d'un lac de montagne, se nichent à la naissance des seins bruns de la belle. J'avais raison, il te va beaucoup mieux qu'à moi ... affirme en souriant le galant aristocrate, dont les doigts suivent lentement la chaîne d'or du bijou pour se poser doucement sur la poitrine épanouie de sa compagne, qu'il caresse avec une infinie tendresse.

On continue, ma pirate ? En route pour la deuxième étape de la transformation d'une horrible mégère en une séduisante femme du monde ! ajoute t-il en se moquant gentiment de Jana, ramassant le second paquet au pied du lit et le lui tendant aussitôt. Je te laisse l'ouvrir et essayer, mon trésor, en espérant que son contenu te plaira, sinon j'enverrai Maryza te chercher autre chose ... termine t-il en libérant la belle de la douce étreinte dont elle était captive.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 11 Sep 2012 - 1:01

Le turquoise profond des prunelles de Tibor s'assombrit d'une lueur fugace de déception, alors que Janalya refuse son magnifique présent. Mais elle disparaît aussitôt, remplacée par une étincelle de gaieté qui intrigue la jeune femme, lorsqu'il s'agenouille derrière elle. Au creux de ses bras, elle comprend vite qu'elle ne pourra guère lui résister, surtout qu'il plonge dans les siens, ses yeux myosotis, résolus et charmeurs. Un long baiser scelle sa reddition, d'autant que des arguments farfelus du coquin, elle ne retient que le dernier, celui qui est le plus à même de la faire fléchir. Que ne ferait-elle pas pour lui faire plaisir ? Bon sang, elle est vraiment mordue !

Docile, elle le laisse passer autour de son cou, l'élégant collier d'or, les topazes lumineuses trouvent naturellement leur place, la plus grosse se coulant à la naissance de ses seins comme une goutte d'eau glissant sur sa peau hâlée. Les caresses de Tibor, à la sensualité troublante, font oublier toutes ses réticences à la jeune Vanyllienne, elle ne peut que murmurer son assentiment : - Tu as gagné ! Je me rends à tes arguments ! Merci Tibor, vraiment, mais tu n'es pas obligé de me faire un tel cadeau. Je ... Elle n'a pas le temps d'ajouter quelque chose qu'un second paquet atterrit sur le lit, la seconde livraison ... - Une horrible mégère ? Attends un peu, espèce de ... de ... d'aristo prétentieux ! s'écrie-t-elle, en riant, puis laissant là le paquet mystérieux, elle fait volte-face, et se jette sur Tibor pour le renverser sur le lit. Profitant de son avantage, elle s'allonge sur le corps du gentilhomme, et l'interroge, ponctuant chaque question d'un baiser qui se fait de plus en plus long : - Qu'est-ce-que tu mijotes ? ... Qu'y-a-t-il dans ce colis ? ... Quand as-tu demandé qu'on te l'apporte ? ... Qui l'a déposé devant ta porte ? ... Mais surtout pourquoi veux-tu me transformer en femme du monde ? Je te plaisais habillée en pirate, non ?

Tel un serpent sournois, un doute insidieux s'insinue dans l'esprit de la jeune femme. Ses sentiments sont si forts si inhabituels pour elle, il n'en est peut être pas de même pour le jeune aristocrate qui a toutes les femmes à ses pieds. Dans le monde de Jana on fait rarement de cadeaux dans tous les sens du terme, est-ce un cadeau d'adieu ? Inquiète, Jana relâche son étreinte, et quitte le lit, pour en faire le tour, elle déchire avec hâte le papier multicolore, pour découvrir une étoffe mousseuse, du même bleu limpide et pur que les topazes qui scintillent autour de son cou. Non, non ce n'est pas possible, il ne peut la remercier avec une telle splendeur ! Il veut l'avoir à ses côtés, vêtue comme une reine. C'est une robe magnifique que renfermait le paquet surprise. Emerveillée, la jeune femme oublie ses craintes et attrapant le corsage ouvragé, elle extirpe la merveilleuse toilette de son écrin bruissant, dans une envolée d'étoffe soyeuse. Une paire de délicieux souliers de la même teinte lumineuse restent nichés dans le papier de soie, alors qu'elle admire à bout de bras, une robe comme elle n'en a jamais vue. La coupe raffinée, le tissu aérien qui tombe parfaitement, les broderies ton sur ton, chatoyantes ...

Jana est submergée d'une joie pure, enfantine, elle finit par plaquer sur elle, l'incroyable vêtement, la caresse sur sa peau est presque, et seulement presque, aussi troublante que les mains de Tibor. Aucun mot ne peut exprimer le bonheur qu'elle ressent, il l'a fait exprès, pour elle, Jana la flibustière, le bijou, la robe, les chaussures sont en parfaite harmonie avec le bleu azurin translucide de ses prunelles éblouies. Elle tourne plusieurs fois sur elle-même, dans un élan enfantin d'allégresse et de froufrous célestes. Puis Jana s'écroule sur le lit en riant : - Tu me gâtes, trésor, vraiment ! Je ne sais pas quoi dire ... Tu veux que j'enfile cette robe magnifique ? Je te préviens, je vais sûrement être complètement ridicule ... Je n'en ai pas portée depuis si longtemps ... soupire-t-elle, mélancolique. Mais pas question de s'attarder sur le passé ! Son présent est bien plus séduisant et a des yeux turquoise des plus fascinants ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 12 Sep 2012 - 4:47


La réaction de la Vanyllienne est infiniment délicieuse. Elle est telle qu'il l'espérait, vive, drôle et tendre à la fois. Par Vama, l'aristo prétentieux apprécie ! Pour un tel déluge de baisers, il lui offrira des cadeaux tous les jours ! Il lui offrira le monde ! Elle en sera la reine ! Et il lui dira les pires horreurs pour entendre jaillir son rire aussi clair que les trilles espiègles d'une meute d'oiseaux turbulents.

La belle parait pourtant songeuse, un rien décontenancée sans doute par les cadeaux reçus, mais cette impression que ressent confusément Tibor n'est qu’éphémère, et elle se volatilise dans la joie de ce petit matin ensoleillé et lumineux. Et Jana, beauté sculpturale redevenant pour un instant fillette facétieuse, lui pose mille questions, se montrant pressée de découvrir ce que contient le second paquet. Elle se dégage de l'enchevêtrement de leurs bras et de leurs jambes bronzées, fait le tour de leur lit aux draps de soie entortillés, pour déballer la robe et les chaussures, exposant son corps nu et magnifiquement galbé aux mirettes admiratives de Tibor, quand soudain ...

Mais voyons un peu ... Qu'avons nous là, ma chérie ? Viens vite me montrer ton joli fessard, mon ange ! Comment ai-je donc fait pour ne pas remarquer ce mignon tatouage sur la partie la plus charnue de ton individu ? ... dit-il en riant. Et le bougre ne laisse guère le choix à sa pirate, il la prend par la taille et approche l'objet du délit de ses prunelles azurines. Bigre ! Voilà la plus jolie fleur qu'il m'ait été permis d'admirer, ma flibustière. C'est une eros filis, non ? Tu es un véritable livre d'images, et elles sont peintes sur mes courbes préférées. Je vais avoir de quoi m'occuper pendant les longues nuits d'hiver, lorsque nous ne quitterons pas la couette. Je peux la contempler, la humer, et la butiner ... affirme t-il en passant aussitôt à l'acte et en bécotant la croupe colorée de la Vanyllienne, s'attardant sur la peau de velours entourant le vermeil et l'écarlate de la corolle délicatement épanouie de l'eros filis, alors que ses mains maintiennent tendrement le charmant popotin à hauteur de ses lèvres tandis que la belle applique joyeusement la robe contre elle.

Jana s'échappe alors à son étreinte, comme un oiseau s'envolant à tire-d'aile, elle virevolte comme une farandole de feuilles mortes emportées par le vent, puis s'effondre en riant sur le lit, sans lâcher la précieuse robe. Son bonheur est vraiment plaisant à contempler, même si, à nouveau hésitante, elle s'interroge encore. Est-elle suffisamment gracieuse pour porter de tels vêtements ? Tibor connaît la réponse. Il ne doute pas un seul instant que la Vanyllienne sera d'une rare élégance et que cette robe, sans être extraordinaire, épousera parfaitement les formes resplendissantes de la jeune femme.

Tu verras, ma chérie, tu seras superbe, et certainement pas ridicule. C'est Maryza qui l'a choisie, elle a parfaitement suivi mes consignes, et nous la remercierons plus tard si tu veux. Bien-sûr que tu me plaisais en pirate, mais nous n'avons pas le choix. Évitons d'ailleurs de préciser que tu viens de Vanylle, tu sais que ça n'a aucune importance pour moi mais que je ne peux fréquenter en public que de prétendues femmes du monde, mon ange, même si elles n'ont pas ta classe et ton charme. Nous n'avons pas parlé de tes origines devant Dieudonné, et c'est préférable, même s'il est d'une discrétion absolue. Faisons de même avec ma secrétaire. Vas-y, enfile vite ta robe et tes chaussures, mon cœur, j'ai hâte de t'admirer. Si nous allions sur le balcon, je te verrais mieux sous la lumière du jour, d'accord ? Et quand tu seras accoutumée à tes talons hauts, je te ferai visiter le reste de la propriété et je te présenterai à mes employés ... suggère le gentilhomme tout en s'habillant en hâte, mais non sans distinction, choisissant dans la penderie une chemise de soie blanche, légèrement bouffante, et une redingote d'alpaga, sobre et classique.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 16 Sep 2012 - 3:02

Dans sa hâte à ouvrir le second paquet, Jana avait oublié qu'il y avait une dernière facette de sa fantaisie que Tibor n'avait pas encore remarquée ... Une petite fleur, dessinée sur le haut de sa fesse droite, mais pas n'importe quelle fleur, une fleur rare et précieuse, à la corolle délicate et aux pistils aériens et fragiles. Une eros filis avec laquelle on concocte un philtre d'amour, dit-on. Elle n'a jamais tenté l'expérience, mais séduite par sa beauté précieuse, la jeune et fougueuse pirate est allée voir son amie et confidente, Soledad, tatoueuse talentueuse, à qui elle avait déjà confié le travail de dentelière qui orne son sein. Et ce joli tatouage très réaliste est en train de tourner la tête de son coquin de gentilhomme qui vient de le découvrir ! Ses lèvres expertes en redessinent sensuellement les contours, et de petits frissons parcourt la peau brune de la jeune pirate, éveillant le désir latent qu'il lui inspire ... Elle est complètement sous le charme, dépendante de cet homme à la personnalité complexe ...

- Dis donc, trésor, tu es supposé boire le philtre pour que l'Eros Filis te fasse de l'effet, à moins qu'en tatouage elle n'ait plus de pouvoir ! se moque-t-elle gentiment pour dissimuler son trouble aux yeux turquoise perspicaces. Elle s'échappe des bras possessifs de son amant aux mains et aux lèvres baladeuses. Elle virevolte avec sa robe dans une envolée d'étoffe et de rires cristallins, puis elle vient de se jeter sur le lit. Tibor prend le temps de lui expliquer pourquoi il veut la voir dans cette robe splendide. Impulsive, et surtout peu sûre d'elle, elle craignait que le jeune homme la repousse alors qu'au contraire, il veut la rendre présentable aux yeux de la haute société de Sant Poseïnos. Une pointe de jalousie chatouille désagréablement la Vanylliennne, au prénom féminin de Maryza. Et les mots jaillissent avant même qu'elle ne puisse les retenir :

- Et cette ... Maryza ... elle semble un peu trop bien connaître tes goûts ! Tu es sûr qu'elle n'est que ta secrétaire ? En tout cas elle a l'oeil, à moins que ce soit toi ... poursuit-elle, se glissant dans la robe élégante et vaporeuse. - Je fais essayer de tenir ma langue et de ne pas faire d'impair, si tu crois que je peux faire illusion ... Il va falloir que tu m'aides à fermer tous ses boutons, trésor ... Elle suit TIbor sur la terrasse ensoleillée, tout en sautillant sur un pied alors qu'elle essaie d'enfiler l'un des escarpins. Elle se place devant lui, offrant son dos sur lequel baillent les pans de la robe. Jetant un oeil par dessus son épaule elle admire l'élégance de son compagnon. Si nu, il se dégage de lui la grâce toute féline de l'incendios à la chasse, vêtu de cette chemise blanche qui fait ressortir son hâle, il est tout simplement époustouflant de prestance et d'autorité naturelle. Par Vama, elle se sent ridiculement gauche dans ce déguisement de femme du monde ! Et ces souliers sont de vraies échasses, une véritable torture pour ses orteils habitués à la liberté dans ses bottes de cavalière. Dans quel guêper s'est-elle fourrée ? Elle ne trompera personne, ni le majordome à l'air pincé ni cette ... Maryza ... Encore moins son coeur de pirate !


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 17 Sep 2012 - 3:01


Certes, Tibor en connaît un sacré bout à propos de métamorphoses réussies et d'identités multiples, et le scénario rapidement échafaudé par son esprit fertile lui paraissait aisément réalisable, mais voilà que tout-à-coup, les incertitudes et les craintes soulevées par la Vanyllienne se révèlent foutrement contagieuses. Bien-sûr elle est d'une beauté sculpturale, elle ne manque pas d'aplomb, elle a un corps superbe qu'il ne se lasse pas de contempler, et ce sont là des armes de choix pour parader dans le grand monde, mais elle a, ancrées au fond d'elle, mille habitudes auxquelles ils doivent remédier sans plus attendre. Ensemble. Par exemple cette propension à déballer sans préavis tout ce qu'elle a sur le cœur, il faudra qu'elle la tempère pour ne pas heurter de face les représentants de cet univers de distinction et de savoir-vivre où il veut l'entraîner ! Et, même si ce n'est qu'un détail, cette façon qu'elle a de se déplacer, chaussée d'élégants escarpins, non, ça ne va pas ! Ses pauvres chevilles semblent prêtes à se briser à chaque pas ! Non, ils vont devoir se retrousser les manches et se mettre sérieusement au boulot, sinon ils n'arriveront à rien !

Par Vama, Tibor était à mille lieues d'imaginer que cette combine soit si compliquée pour sa merveilleuse compagne. Cependant, lorsque Jana le rejoint sur le balcon et réclame son aide pour attacher sa robe, ce sont les doigts du gentilhomme qui prennent le commandement, décidant de faire exactement le contraire de ce qu'on attendait d'eux. Dompter les bretelles bleu d'azur qui glissent sur les bras de Jana ? Dissimuler son dos si joliment doré en boutonnant sa robe ? Que nenni ! Mission impossible pour les dix coquins ! C'est pour eux une tâche contre nature de ne pas profiter un moment de la situation. Les longues mains soignées et élégantes du gentilhomme se faufilent donc sous le tendre creux des aisselles de la Vanyllienne, sous la soie couleur de lapis-lazuli de la robe encore entrouverte, et ses paumes douces comme du velours s'emparent de ses seins, fermes, tièdes, fièrement dressés comme les dunes les plus majestueuses du désert de Korrul. Tendrement, il les caresse, les sculpte, les façonne, tandis que sa bouche fouille sous ses cheveux de jais pour embrasser sa nuque de porcelaine. Elle est à lui. Il la berce en souriant, sans crainte qu'on les épie en cette heure matinale. Ils sont bien, parfaitement bien. Il s'adosse au parapet de vieux granit et la garde entre ses bras, longuement. Sans penser à autre chose qu'à leur tendre bonheur. Mais fichtre, la belle est toujours sur ses gardes, et la voilà qui se tracasse pour Maryza, qui était bien loin d'occuper l'esprit du gentilhomme !

Ne dis donc pas de bêtises, mon amour. Je me fiche de Maryza comme de ma première chemise en soie ! Elle est mon employée et ça s'arrête là. Je te la présenterai en premier lieu, si tu le désires, ainsi tu te rendras compte que nos rapports sont simplement professionnels ! ... déclare t-il en la serrant davantage et en lui adressant un sourire charmant lorsqu'elle se tourne vers lui. Mais pour cela, il faut que tu marches jusqu'à son bureau, mon ange. Allez, soyons sages et reprenons l'entraînement. Viens, ma chérie ...

Il referme la robe de la Vanyllienne, après un dernier baiser déposé sur son cou délicat, et porte la main de la belle à ses lèvres, avec une rare distinction, tel un souverain baisotant une reine. Il lui embrasse les doigts, un par un, les grignote un brin, malicieusement, puis la fait déambuler à ses côtés, sur toute la longueur du balcon, adoptant un air altier et solennel. Mais souriant toujours. Ils font l'aller et retour, plusieurs fois. Lentement, puis un peu plus vite, et, ma foi, la pirate se débrouille de mieux en mieux, trouvant peu à peu équilibre et prestance sur ses talons hauts. Elle est ravissante, sous ce soleil qui vient effleurer sa peau et lui fait plisser les yeux lorsqu'ils lui font face. Elle n'avait pas besoin de philtre pour gagner son cœur et devenir son unique préoccupation. Viens, rentrons, je pense que tu ne risques plus de t'emmêler les pinceaux, ma chérie ...

Deux pas vers l'armoire, trois vers le lit, deux vers le fauteuil, serrés l'un contre l'autre, et avec assurance, cette fois, puis ... Si votre altesse accepte de m'accompagner, nous pouvons aller visiter son château et surveiller ses gens ... lui dit-il avec son air enjôleur habituel. Ou bien voir enfin ces maudits rochers qui déparent notre domaine ... ajoute t-il, prêt à la suivre jusqu'au bout du monde si tel était son vœu.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 21 Sep 2012 - 2:23

Le soleil matinal a quitté la ligne d'horizon et inonde le balcon de ses rayons tièdes et lumineux. La silhouette majestueuse de Tibor se détache dans un halo d'or et attire Janalya comme un aimant. Elle s'avance à demi habillée vers lui, quémandant son aide et voilà qu'il insinue ses longues mains sous le tissu vaporeux de sa robe. Et ce qu'elle n'avait pas osé, en haut de la falaise surplombant la ville, hier soir, elle se l'autorise à présent, se laissant aller contre le torse du gentilhomme, savourant ses délicieuses caresses, emportée par le vertige de cette passion qu'ils partagent. La tendresse les enferme dans son cocon moelleux, les isolant du monde. Ils y sont seuls et c'est bien ce qui importe à Jana, sa tête repose sur l'épaule de TIbor, et pendant qu'il la berce doucement, elle oublie sa métamorphose en dame de la haute société, ils sont seuls au monde, rien d'autre n'importe que ce bonheur tout neuf.

Mais le gentilhomme les ramène à la réalité, et enferme le corps sculptural dans sa prison de mousseline et de soie. Janalya se maudit d'être encore sur ses gardes, mais quand on naît à Vanylle, la confiance est une denrée rare, et on ne l'accorde pas si facilement ... Est-ce-qu'avec Tibor, elle peut se permettre d'abattre ses défenses pour une fois ? Aura-t-elle le courage de lui ouvrir son coeur en grand, de le laisser entrer dans sa vie, et d'entrer dans la sienne en tant que femme du monde aux yeux de tous et pirate rien que pour ses prunelles myosotis, dans sa chambre ? Oui, mais ne risque-t-elle pas de souffrir ? Tous ceux qu'elle aime disparaissent tour à tour, et elle se retrouve toujours seule. A la mort brutale et violente de ses parents, elle s'est sentie abandonnée, son frère l'a soutenue quelque temps avant de s'embarquer sur un vaisseau pirate ... Avec tous ses défauts, seul l'oncle Isaac a toujours été là, fidèle au poste dans les meilleurs moments comme dans les pires ... Est-ce-que Tibor sera de cette trempe ?

Lorsque Jana pivote, et fait face à son compagnon, elle plonge une nouvelle fois dans les lacs turquoise, et s'abandonne à leur charme magnétique. Elle réalise qu'il est bien trop tard pour se poser toutes ses questions, elle est irrémédiablement amoureuse de cet homme, cousin du Gouverneur, aristocrate pur jus, elle, la pirate, maître-armurier de Vanylle ... Il y aura forcément nombre de barrières à démolir ... Et elle goûte son baiser comme un mets rare et délicat avant de lui murmurer un "je t'aime" hésitant et timide. Puis elle s'écarte et prend la pose comme si de rien n'était. Par Vama ces chaussures sont une véritable torture, pour ses pauvres pieds ! Mais elle prend vite de l'assurance à se pavaner ainsi sur la terrasse au bras d'un Tibor patient et souriant de ses maladresses. Un dernier tour par la chambre et la grande psyché leur renvoie l'image lisse et policée d'un magnifique couple de nobles Marchands, étalant leur prospérité à chacun de leurs pas. Ils quittent majestueusement la pièce en désordre, pour s'avancer dans un couloir illuminé par le soleil du matin.

- En route pour la visite du château, mon doux seigneur ! Faisons le tour de ton domaine, je veux tout voir, tout savoir, mais surtout ne me lâche pas le bras où je m'écroulerais, je n'ai pas l'habitude d'être aussi haut perché ! s'exclame-t-elle en riant, alors qu'ils empruntent le corridor qui les mène au grand escalier, elle jette un regard circonspect alentour, personne en vue ! Elle pousse Tibor contre le mur, et lui chuchote, provocante : - Elles ont un avantage certain ces échasses, c'est que je suis aussi grande que toi, et que je peux t'embrasser à loisir ! Et elle ne s'en prive pas, un long baiser vient appuyer sa remarque, puis elle s'écarte à regret : - Je suppose que c'est le dernier avant un bon moment, vu qu'il faut que je me tienne convenablement ... Et ça , c'est loin d'être gagné ! Enfin j'espère que tes gens seront indulgents et qu'ils ne relèveront pas mes gaffes. Elle se redresse, plaque sur son visage, un sourire hautain démenti par ses yeux rieurs. - Voilà je suis prête à affronter le monde et cette ... euh, Maryza, mon aristo prétentieux ... termine-t-elle en lui lançant un clin d'oeil facétieux.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 24 Sep 2012 - 6:53


La métamorphose est prodigieuse. Non pas que Jana soit plus jolie ou plus désirable vêtue de cette manière, non, elle est tout simplement quelqu'un d'autre. Une aristocrate vient de naître sous le soleil de Sant Poséïnos, au bras de son amant, cousin du prestigieux Gouverneur de Matroos. La pirate est en mode « Absente ». Vanylle est une autre planète, derrière les nuages. Ce qui est prodigieux c'est que la belle n'a besoin d'aucun artifice supplémentaire pour entrer dans son rôle. Pas besoin de maquillage, sa peau dorée n'en a nul besoin. Pas besoin de faux seins pour rembourrer son corsage, la nature y a veillé généreusement, si bien que son décolleté laisse entrevoir sa poitrine d'une manière charmante. Et ses hanches qui tendent merveilleusement le tissu de sa robe sont une invitation aux mains baladeuses de Tibor, qui ne s'en prive nullement quand une Jana haut perchée vient lui offrir ses lèvres.

A présent que sa compagne est si bien habillée, le gentilhomme la soulagerait volontiers de ses dentelles, mais ce petit jeu risquerait de durer toute la journée, et il faut bien qu'ils mettent un peu le nez dehors, afin d'affronter et de disséquer les réactions de leur entourage, à commencer par celles de Maryza, la secrétaire particulière. Dès lors, en un synchronisme parfait, leurs visages hilares et complices deviennent masques de cire, fiers et vaniteux, sitôt qu'ils quittent la chambre. Jana est une grande dame, dont la noblesse transpire par chacun de ses pores. Tibor, quant à lui, redevient ce Keiron pédant et pète-sec que Matroos respecte et envie. Un coup d’œil dans le corridor, un baiser dans l'embrasure de la porte, une petite claque d'encouragement sur le popotin rebondi de la Dame de Cœur, fraîchement couronnée. Voilà. Les trois coups sont frappés. Que le rideau s'ouvre à présent ! L'Allée aux Vitis sera le théâtre de leur première représentation en duo.

Direction, le bureau de Maryza, de l'autre côté de la bâtisse. Premier test important pour la belle Vanyllienne. Voilà des années que Tibor joue la comédie, et sa secrétaire n'y a vu que du feu, malgré sa vivacité d'esprit. Jana y parviendra t-elle également ? Interprétera t-elle de manière irréprochable ce rôle de l'héroïne au triple visage, amante en privé, aristocrate à Matroos, pirate et à la fois maître-armurier à Vanylle ? N'éprouvera t-elle pas plus de mal que son compagnon à berner Maryza, car les femmes ont, chacun le sait, un sixième sens pour juger leurs consœurs. Leurs yeux sont impitoyables et détectent ce que les hommes ne voient point, aveuglés qu'ils sont par une kyrielle de sentiments contradictoires qui leur cachent les vérités les plus éclatantes.

Nous y sommes. Courage ma chérie. Tu es infiniment belle et tu vas lui en mettre plein la vue ...

Tibor pousse la porte, sans frapper. Maryza ne sursaute même pas, habituée aux procédés de son patron. Sans doute s'attendait-elle d'ailleurs à cette visite. Cette robe signifiant bien entendu qu'une femme était dans le lit du gentilhomme. Elle pose une pile de parchemins sur son secrétaire de bois laqué et lève les yeux ...

Le gentilhomme fait aussitôt une présentation succincte, d'une voix hautaine, se tournant d'abord vers Jana. La vouvoyant. Ma chérie, voici Maryza, ma secrétaire depuis de longues années. Vous pouvez tout lui demander, elle se coupera en quatre pour vous satisfaire.

Ses prunelles myosotis se posent alors sur sa secrétaire. Maryza, voilà Janalya Romano, une commerçante du nord de Matroos que j'ai rencontrée à un congrès relatif à la protection de nos villes. Elle est propriétaire de plusieurs boutiques et fabriques. Je compte sur toi pour faciliter son séjour ici, aux Vitis. Un séjour qui risque d'être long, n'est-ce pas, ma chérie ? ... conclut-il en bécotant les doigts de Jana avec affectation et élégance.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 26 Sep 2012 - 8:37

Le dernier baiser du condamné, c'est un peu ce que ressent Jana au bras de Tibor. Elle redresse le menton, se compose une mine hautaine, et tente de chasser le trac qui noue insidieusement son estomac. Après tout elle n'a rien à craindre d'une dinde de secrétaire ! Bon d'accord, la robe qu'elle a choisie est parfaite, mais elle ne va pas la féliciter de son choix, faut pas pousser ... Elle ne peut s'empêcher d'éprouver une certaine jalousie envers cette femme qu'elle ne connaît pas encore et qui a pourtant choisi cette merveille qui épouse divinement ses formes. Comment a-t-elle su ? Est-ce une des habitudes de Tibor ? Elle secoue la tête, se traitant de tous les noms, quand baissera-t-elle donc sa garde !

Le grand escalier de marbre clair les dépose dans l'entrée, décorée avec élégance. Jana n'avait pas eu l'occasion de détailler la demeure de Tibor, la veille, trop fatiguée et trop focalisée sur son compagnon pour entrevoir la beauté des lieux. Elle est stupéfaite d'en découvrir le raffinement, ses yeux clairs s'arrondissent d'étonnement et c'est bouche bée qu'elle accompagne le gentilhomme dans un couloir aux murs ornés de paysages ravissants, regrettant de ne pouvoir s'arrêter pour les admirer plus longuement. Les talons de ses chaussures résonnent sur le dallage coloré, et ce bruit incongru, inhabituel aux oreilles de la Vanyllienne, finit par la ramener à la réalité ainsi qu'une main ferme, posée sur sa hanche, qui resserre tendrement son étreinte alors qu'ils arrivent devant une porte double. Les quelques mots d'encouragement de Tibor ne sont pas de trop, Jana serre les dents, et croise discrètement ses doigts dans son dos, pendant qu'il ouvre vivement les deux battants, sans même prendre la peine de toquer.

Très droite à côté de son compagnon, elle pose un regard dédaigneux sur la jeune femme affairée, qui lève des yeux de fouine vers eux. Ouf ! Ce n'est pas un laideron, mais ce n'est pas non plus une beauté fatale, comme le craignait la pirate. Un discret soupir de soulagement s'échappe de ses lèvres, probablement interprété pour de l'ennui profond par Maryza. Du moins elle l'espère ...
D'un léger hochement de tête, elle salue la secrétaire, feignant un désintérêt manifeste. Le vouvoiement, elle n'y aurait pas pensé, mais dans quel guêpier s'est elle fourrée ! Elle a bien fait de ne pas ouvrir la bouche, elle réfléchit à toute vitesse, à une excuse valable pour expliquer son besoin de vêtements neufs. Pendant que son compagnon attrape sa main dont il embrasse délicatement le bout des doigts, l'étole de soie et dentelles qu'elle tenait maladroitement, glisse alors sur son épaule, dévoilant son avantageux décolleté, mais aussi les courbes sombres d'une fine arabesque de son tatouage. Hâtivement, elle replace l'étoffe arachnéenne, dissimulant ainsi sa gorge, espérant que la secrétaire, occupée à boire les paroles de Tibor n'ait rien remarqué.

Faire diversion, distraire la petite fouine aux yeux de lesbos mort d'amour, qui risque de se poser des questions sur ce dessin sulfureux ... Que vient de dire TIbor ? Faciliter son séjour ? Et satisfaire ses caprices, alors allons-y ! Adressant son plus joli sourire au jeune homme, elle lui jette un long regard langoureux, papillonnant des cils, et s'accroche à son bras :
- Mon ami, peut-être que votre précieuse ... euh, Maryna ... pourrait m'indiquer quelques couturiers afin de remplacer ma garde robe. Je doute de revoir mes malles un jour ... Loin de moi l'idée de vous faire honte, mais il me faut plus d'une seule robe ! Qu'en pensez-vous ? énonce-t-elle d'une voix posée, écorchant délibérément son prénom, elle s'adresse ensuite à cette dernière plus sèchement, mais sans même la regarder : - Faites donc cela rapidement, Maryla, je veux pouvoir me montrer au bras de Tibor correctement vêtue ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Jeu 27 Sep 2012 - 4:11



Maryza.


La voilà donc, la nouvelle impératrice des Vitis ! Aussi raide qu'un mât de cocagne, aussi fière et froide que les figures de proue de ces magnifiques vivenefs sillonnant les nébuleuses. La voilà, celle qui partagera durant quelques nuits la couche du beau Tibor, avant que celui-ci ne s'en lasse et ne s'en débarrasse, sans préavis, comme toutes les précédentes. Jolie croupe, joli visage, jolie poitrine. C'est indéniable, le gentilhomme a bon goût. Et cette constatation désole encore un peu plus Maryza, dont le physique est bien terne vis-à-vis de celui de cette pimbêche insolente et lumineuse, qui la toise et la reluque comme si elle n'était qu'un excrément de médor.

Le salut que s'échangent les deux femmes est glacial. Pourtant, c'est surtout contre elle-même que la secrétaire de l'aristocratique Keiron est furieuse. Quelle idiote elle a été ! La robe qu'elle a choisie pour cette greluche est beaucoup trop belle, beaucoup trop seyante. Maryza a été prise de court par l'ordre du gentilhomme, et elle n'a pas suffisamment réfléchi. Elle s'est empressée d'aller dénicher une somptueuse toilette pour l'arrivante, de la couleur exigée, sans penser à autre chose, en secrétaire zélée avide de marquer des points auprès de ce patron dont elle aime chaque geste, chaque mot, chaque attitude. Dont elle chérit chaque regard. A présent elle le regrette ...

La simple présence de Tibor lui rend cependant l'espoir. Un jour il la remarquera. Il lui parlera d'autre chose que de chiffres et de réunions importantes. Et ce jour-là elle s'immiscera enfin dans sa couche, et elle y restera, pas comme cette bourgeoise pédante dont le règne sera de courte durée, à l'image de ses devancières. Cependant, ce sont les doigts de cette gourgandine que bécote le beau Tibor. Son Tibor. Et la jeune femme se trémousse au point d'en perdre l'étole de soie qui couvre sa poitrine. Par Vama, il y a du monde au balcon, mais cette maladresse cause un choc chez Maryza. Elle n'a pas rêvé ! Non ! Elle a bien vu, l'espace d'un éclair, un long tatouage sombre sur un des seins de cette courtisane ! Et jamais une femme du monde, respectable et distinguée, ne porterait pareil ornement ! Un tel manque de goût et de distinction est réservé à la populace, ou à la racaille. Tibor a beau prétendre qu'il s'agit d'une bourgeoise de Matroos, Maryza se met à en douter sérieusement. Il y a un mystère là-dessous, c'est évident ! Ce tatouage plus discret sur son bras l'intriguait déjà ...

Entre-temps, la Romano a vivement replacé l'étole satinée sur ses épaules nues, dissimulant son sein bizarrement peinturluré, et la voilà à présent qui se met à lui parler sèchement, et même à lui intimer des ordres. Elle lui parle comme à une « moins que rien », et la secrétaire éprouve bien du mal à conserver son sang froid. Seule la présence du gentilhomme l'incite à répondre aimablement. C'est qu'elle veut à tout prix garder sa place, et, par la même occasion, elle veut le voir vivre tous les jours ! Elle veut conserver la possibilité de finir dans son lit. Ce souhait vire doucement à l'obsession chez la jeune employée. Elle répond donc d'une voix mielleuse, seules ses pensées étant résolument hostiles.

Oh je suis terriblement désolée pour vos bagages ! De nos jours, on ne peut plus se fier à personne !
* J'espère que tu ne les retrouveras jamais, maudite bêcheuse ! *

Je suis à votre service. C'est avec grand plaisir que je vais contacter les couturiers les plus renommés de la ville ! J'insisterai un peu, et ils viendront vous proposer leurs plus belles toilettes ici, aux Vitis. Je vais m'en occuper tout de suite ...
* Et en me débrouillant bien, en espionnant un peu par-ci par-là, peut-être en saurai-je davantage sur ce tatouage et sur qui tu es vraiment, ma chère ? *

Vous serez d'une élégance rare, tout comme avec cette robe bleue qui vous va à ravir ! Je me félicite de mon choix ! ... poursuit-elle, cherchant à se mettre en valeur auprès du gentilhomme.
* J'espère que les autres te feront ressembler à la potiche que tu es, et que ta vanité t'étouffera bientôt ! *

Si vous pouviez m'appeler Maryza, je vous en serais reconnaissante ! Ma-ry-za ! ... articule t-elle distinctement, un large sourire aux lèvres, s'efforçant de paraître aimable. C'est un prénom inhabituel, mais j'y tiens beaucoup, dame Romani ... ne peut-elle s'empêcher d'ajouter, estropiant également le nom de son interlocutrice, quitte à encourir ses foudres.
* Et ne t'avise plus de m'appeler autrement, sinon tu le regretteras, sale teigne ... *

Je vais donc me hâter de faire le tour des meilleurs tailleurs de Sant Poséïnos. Ce sera tout ? ... s'enquiert-elle, se remplissant un instant les yeux de l'image de Tibor, avant de les poser à nouveau sur la Romano.



Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans ah ou   - Dim 30 Sep 2012 - 2:08

Dans le bureau, bien plus luxueux que sa propre boutique et sa maison sur les hauteurs de Vanylle, un silence guindé ponctue les réponses de la secrétaire, Janalya regrette presque sa conduite vis à vis de cette fille au physique quelconque et désespérément amoureuse de Tibor. Mais juste un instant, car lorsque celle-ci ouvre la bouche, elle comprend qu'elle s'est fait une ennemie. Inutile de se demander si ses paroles sont sincères, non, non, c'est évident qu'elle lui parle ainsi parce que son patron est là. Elle dégouline devant lui, c'en est répugnant, elle n'a vraiment aucune fierté ! Elle a volontairement écorché son faux nom, c'est de bonne guerre, et cette petite lutte commence à amuser la pirate. D'autant que la Vanyllienne a un atout de taille dans sa manche ...

Se pendant au bras de Tibor, Janalya minaude, papillonne des cils, puis défie de son regard topaze la terne secrétaire :
* Pas touche, compris ! Tibor est à moi !*
- Mon chéri, est-ce-que Maryza est aussi efficace qu'elle le semble ? Si c'est le cas, j'espère que vous la récompensez comme il se doit. dit-elle dans un sourire charmeur, consciente du sous-entendu que laisse planer ses paroles. Elle a manifestement des problèmes avec les noms tout comme moi ! Mais par contre, cette robe n'est pas mal du tout, non ? Bien que nous ayons eu quelques difficultés à la fermer, mon coeur ... roucoule-t-elle en aparté pour son compagnon, mais assez fort pour la fille falote qui les regarde avec envie.
*Elle est magnifique, mais ne compte pas que je te le dise ou que je t'en remercie, petite peste ! *
- Si j'osais , Maryza , je vous demanderais de me trouver un bottier, car il me faut également de nouvelles chaussures assorties aux toilettes que je vais choisir ...
*Qu'est-ce-que je pourrais bien te demander encore pour te faire râler ? Vraiment pas mon truc tous ces chichis ...*
- J'espère que les couturiers auront de la dentelle d'Errande, vous pouvez y veiller ?
*Je suis certaine que Tibor appréciera leur lingerie fine, et à tes yeux tu as très bien compris de quoi je parle ...*

Les yeux clairs de Jana reviennent sur Tibor, et comme à chaque fois qu'ils se posent sur son visage racé, sur ses prunelles turquoise, envoûtantes, son coeur manque plusieurs battements, sa peau se couvre de légers frissons appelant ses caresses. A Vanylle, elle lui sauterait au cou, se serrerait contre son corps félin et chaud, elle l'embrasserait à n'en plus finir, public ou pas, mais ici, pas question, pas de conduite si triviale ... Elle comprend alors la difficulté de cette mascarade des apparences, le fossé qui sépare leurs deux mondes est si grand ! Elle a besoin d'air, elle n'a plus qu'une envie, c'est de quitter cette pièce et ce rôle de bêcheuse qui l'étouffe. La concurrence ou même l'hostilité ne lui font pas peur elle est une pirate, mais faire du tort à son amant est la dernière chose qu'elle veut, et là, elle a assez joué la vaniteuse arrogante. Et ces maudites chaussures lui torturent les chevilles et les orteils ...

- Nous en avons terminé ici, mon chéri, si vous m'emmeniez voir vos jardins, hier soir je n'ai pu qu'en effleurer la beauté, nous étions si pressés ... Ignorant Maryza, Jana veut faire demi-tour, et entraîner le gentilhomme avec elle, mais un talon aiguille fort récalcitrant reste planté dans l'épais tapis de laine. Une douleur fulgurante traverse la cheville de la jeune femme, heureusement qu'elle est accrochée au bras de TIbor comme un coquillage à son rocher, sinon elle se serait étalée de tout son long, pour le plus grand plaisir de cette gourde de secrétaire ! Malheureusement, le naturel revient au galop et un : - Satanées chaussures ! s'échappe de ses lèvres ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 1 Oct 2012 - 3:30



Maryza.


Ce charmant échange d'exquises courtoisies, dissimulant très mal l'hostilité latente née entre les deux jeunes femmes, se termine par une nouvelle flopée d'exigences de la part de la Romano. La nouvelle maîtresse des Vitis – et du propriétaire des lieux – n'y va pas par quatre chemins. Elle s'octroie tous les pouvoirs, sous le regard charmé du gentilhomme au bras duquel elle s'agrippe sans retenue. Sans aucune pudeur. Elle triomphe, cette teigne, bénéficiant de la protection de son beau seigneur, apparemment totalement conquis par son corps de liane et son joli museau de harpie et de magouilleuse. Message reçu. Il devient impossible pour Maryza de lui répliquer sans encourir les foudres du patron. Elle se résout donc à le jouer profil bas. Elle s'incline, du moins provisoirement. Elle a compris qu'elle ne recevra aucun appui de la part de l'aristocratique Tibor. Mais qui sait ? Le vent tournera peut-être un jour en sa faveur, et elle supplantera alors cette mijaurée, avec un plaisir infini ! Cette délicieuse expectative lui permet de faire face, sans broncher outre mesure. Sans laisser paraître son énervement vis-à-vis des effusions entre ses interlocuteurs, et en digérant tant bien que mal les insinuations à peine camouflées émises par cette mégère, qui déploie admirablement toutes les armes que la nature lui a attribuées.

Maryza capitule donc, répétant d'une voix docile les revendications de la Romano, qu'elle se gardera désormais de rebaptiser Romani, évitant ainsi de paraître ridicule une seconde fois, car la bêcheuse lui a joliment cloué le bec.

Un bottier, en plus des toilettes ... Des chaussures et de la dentelle d'Errande ... C'est parfait, je note tout ça et je fais le nécessaire. J'inviterai donc tous ces boutiquiers et commerçants à venir aux Vitis ...

Elle retient d'extrême justesse un éclat de rire lorsque la pimbêche se tord la cheville en faisant volte-face au bras du gentilhomme, puis sursaute lorsque la Romano exprime sa colère et sa douleur d'une manière particulièrement virulente. Par Vama ! Voilà donc une seconde manifestation de l'invraisemblable manque de distinction de cette prétendue bourgeoise : une exclamation malsonnante, presque grossière, après ce tatouage aperçu furtivement sur sa poitrine ! Tout ceci est vraiment très curieux, très louche. Si le visage de Maryza demeure imperturbable, ses méninges fonctionnent à vive allure ! Qui est cette femme ? A quel jeu bizarre se livrent donc Tibor et sa maîtresse ? Pas question d'ignorer tout ça ! Il faut vraiment qu'elle en sache plus, qu'elle découvre la vérité !

Le gentilhomme et la mégère, boitillant quelque peu, quittent le bureau sans prononcer un mot de plus. Dès que la porte se referme lentement sur eux, la secrétaire se précipite et y colle son oreille, dans l'espoir de distinguer quelques bribes de leur conversation. Vont-il aller se promener dans les jardins malgré tout ? Maryza attend quelques secondes puis elle entrebâille légèrement la porte, sans un bruit, et tend l'oreille vers les deux silhouettes qui s'éloignent, tendrement enlacées.



Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 1 Oct 2012 - 7:36


Quel bilan tirer de la première confrontation de la belle Janalya Romano, ex-Hermontrick, ex-Vanyllienne, nouvelle aristocrate sortie tout droit de leurs imaginations conjuguées, avec une Matroscienne ma foi plutôt intelligente et avisée ? Ce test pourrait être qualifié de très satisfaisant, de l'avis de Tibor, si la fin de cette conversation n'avait été entachée d'un rugissement de colère de la superbe créature lorsqu'elle s'est tordue le pied en pivotant pour sortir de la pièce. Bien évidemment, il a perçu l'antipathie qui est née spontanément entre sa maîtresse et son employée, et il sait qu'il en est la cause, car Maryza lui adresse des regards langoureux et particulièrement éloquents depuis qu'il l'a engagée, regards auxquels il n'a jamais attaché d'importance. Tout d'abord elle ne lui inspire aucun sentiment, elle ne l'attire nullement, et de plus elle n'a guère le profil nécessaire pour parader à son bras ou gémir dans sa couche. Mais il est logique que sa secrétaire voit en Jana une rivale indésirable et intouchable, ce qui doit la faire bouillir de rage. Qu'importe, elle ne présente aucun danger, et si elle se montrait particulièrement désagréable, il lui bottera le derrière et la virera sur le champ.

A peine hors du bureau, le gentilhomme constate que sa compagne éprouve un peu de mal à poser le pied à terre, et il la prend en riant entre ses bras. Je te soupçonnerais presque de l'avoir fait exprès, mon ange. Si c'est le cas, tu as gagné, je vais te porter jusqu'au jardin, sauf si tu souffres trop, bien-sûr ... lui demande t-il, soudain plus sérieux, plongeant ses yeux myosotis au fond des prunelles aussi limpides et pures que le cristal.

Par bonheur, ce n'est pas le cas, et la belle le rassure d'un sourire et d'un baiser. Tibor lui en vole un autre, et l'emporte dans le clair-obscur du couloir, vers les éclaboussures ocrées que le soleil répand par la porte d'entrée grande ouverte, et qui dansent sur le plancher ciré. Savourant chaque seconde, le gentilhomme fait tournoyer la Vanyllienne, et tourne tout autant qu'elle, alors qu'elle s'accroche à son cou en riant, les cheveux dans les yeux, ses dentelles retroussées dévoilant ses longues cuisses bronzées. J'imagine qu'on ne danse pas ainsi d'où tu viens, ma chérie ... s'exclame t-il en franchissant l'huis et en atteignant l'allée menant vers les jardins, tandis que, non loin d'eux, un visage chafouin et perplexe disparaît, et que la porte du bureau se referme sans bruit ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mer 3 Oct 2012 - 5:44

*Mais quelle idiote ! Je vais tout faire capoter à crier ainsi ! Mais ces chaussures sont si hautes, et me font un mal de chien ! Vive les bottes ! *
Heureusement Tibor veille au grain et l'emmène hors du bureau de cette peste de secrétaire enamourée. Mais sa cheville reste encore un peu douloureuse, si bien qu'il lui est difficile de faire un pas sans boitiller. Et la porte à peine franchie, il l'enlève dans ses bras, dans une envolée de froufrous topaze et de rires cristallins.

- Allons prendre l'air, mon amour, lui murmure-t-elle, en enroulant ses bras autour de son cou. J'ai besoin de respirer ... Je veux voir tes jardins. Et Tibor se lance dans une valse débridée, pour les mener jusqu'à l'entrée illuminée du soleil matinal. C'est vrai que je n'ai pas l'habitude de m'amuser ainsi, trésor ! Attention à toi, je pourrais y prendre goût ! s'exclame-t-elle, en riant de bon coeur, couvrant le gentilhomme de baisers, pendant qu'ils tournoient jusqu'à la porte. Un zeste de méfiance lui fait jeter un regard en arrière, vers le couloir et la porte du bureau de Mayza, mais éblouie par les rayons déjà chauds, elle ne distingue rien, et renonce, oubliant cette pauvre fille insipide. Deux yeux turquoise, merveilleux lacs aux reflets flamboyants et envoûtants sont son unique préoccupation, oubliés Isaac et Xander, les canons et le roi des pirates. Elle veut savourer chaque instant volé à Vanylle, chaque instant auprès de Tibor ...

Le soleil radieux est plus haut dans le ciel, qu'elle ne le pensait, et sous la lumière étincelante de cette matinée, les couleurs explosent autour d'eux alors que Tibor marche lentement dans l'allée bordée de buissons verdoyants impeccablement taillés. De grands massifs de fleurs rougeoient de tous leurs feux. C'est un festival de fleurs, camaïeu de rouges luxuriants, du grenat à l'amarante, qui dansent au rythme d'un vent léger, et embaume l'air d'un parfum suave et enivrant. Au delà des parterres parfaitement entretenus, s'étalent les prairies verdoyantes qu'ils ont traversées, hier soir. Janalya se dit que même dans ses jardins, la dualité de Tibor se révèle entre l'harmonie policée des plate-bandes tirées au cordeau, et la liberté affichée des herbes folles.

- Je n'avais jamais vu une telle merveille, ton jardinier est vraiment talentueux, s'écrie-t-elle, conquise par la beauté des lieux. C'est la première fois que je contemple autant de fleurs, chez nous elles ne résistent guère, les pirates ne sont pas connus pour leurs talents de jardinier. Elles sentent si bon ... Hier soir déjà, je l'avais remarqué. Pose moi, trésor, je voudrais les voir de plus près, les toucher, voir si elles sont aussi douces qu'elles en ont l'air, s'il te plaît ... Après nous irons voir tes rochers, j'espère que je pourrai t'arranger le coup et les faire disparaître ... Enfin les réduire en graviers pour tes allées, du moins !

Lentement, elle se laisse glisser, contre le jeune homme, pose précautionneusement son pied sur le sol inégal, mais répugne à se détacher de Tibor. Gardant ses bras autour de son cou, elle se coule avec délices dans les prunelles envoûtantes, aussi bleues que le ciel pur au dessus de leurs têtes. La tendresse, le désir, la malice les illuminent, et pour la pirate endurcie, c'est un bonheur sans nom de les découvrir et redécouvrir sans cesse dans le regard du gentilhomme. Ses yeux topaze caressent les lèvres pulpeuses qui lui sourient, et elle ne résiste pas à leur appel, elle embrasse longuement son aristocrate canaille ... Encore ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Jeu 4 Oct 2012 - 7:49


Effectivement, ces jardins sont superbes. Fushia et cerise y explosent en toutes directions, s'y mélangent et s'y confondent en une joyeuse exubérance. Le gentilhomme est friand de cette alchimie sublime, de ce patchwork écarlate, et de cette symphonie de parfums délicats et fragiles qui s'épousent et s'envolent au vent léger du matin. Mais la fleur la plus exquise de cet eldorado est une merveilleuse petite fille fascinée par ce décor, une gousse de Vanylle, une corolle bleu d'azur.

Et, bonne nouvelle, la belle pose le pied au sol sans ressentir de douleur. Ils n'ont pas prié Vama, non, mais les baisers qui soignent, abandonnés sur sa bouche par l'aristocratique filou, ont guéri sa cheville. Magie de l'amour. Et les baisers suivants sont un traitement préventif, en cas de rechute, bien improbable pourtant, car les tourtereaux s'enlacent et se serrent avec passion et fougue. S'ils tombent, ils tomberont ensemble, c'est sûr.

Ils ne tombent pas. La Vanyllienne a prononcé un mot qui chemine dans la caboche de son amant, alors qu'il envisageait sérieusement de récupérer sur le champ cette robe bleue dont il lui a fait cadeau et de laisser la belle aussi nue que la nature l'a créée pour la bécoter de haut en bas, à l'abri des buissons constellés de fleurs. Rochers ! Tel est le mot. Rochers, rochers, rochers ! Voilà le perturbateur. Voilà le coupable. Ces rochers qui servent de prétexte à l'acquisition d'explosifs, alors que ces-derniers sont destinés à un usage clandestin, beaucoup plus inavouable : les murs de la propriété de la Whalberg. Nous y sommes. C'est là qu'est l'os. La pirate plaisante, mais soudain l'aristocrate n'a plus envie de rire.

Non, ils ne tombent pas. Mais le gentilhomme est fichtrement embêté. Ce projet – s'il se décide à l'avouer à Jana – va dévoiler un pan entier de sa personnalité. Disparu l’orgueilleux gentilhomme proche du gratin, à la respectabilité sans tâche ! Disparu l'amant frivole et un tantinet fantaisiste ! La face cachée de Tibor, tenue sous silence depuis une éternité, ne sera plus un secret. Bien-sûr, il a une totale confiance en sa compagne, même si leur intimité est toute neuve, mais que pensera t-elle de ses agissements illicites ? Elle ne le dénoncera pas, bien évidemment, mais restera t-elle avec lui ?

Viens, je vais te les montrer, ma chérie ... lui dit-il en retirant à regret les mains rôdant sous sa robe et en emmenant la Vanyllienne vers les lointains murs cernant la propriété, au delà d'un long terrain en friche où un troupeau de fougueux chemanoirs galope entre de hautes termitières. Tibor marche lentement, prétextant la cheville abîmée de sa compagne, mais ses neurones s'affolent et s'agitent à la vitesse d'un Speeder. Va t-il tout lui avouer maintenant ? Et dans l'affirmative, comment va t-il présenter la chose ? Crénom, il s'est fourré dans un sacré pétrin, et chaque pas l'embrouille et le déconcerte davantage. En parvenant aux rochers sauvages et abrupts qu'un caprice de la nature a entassés à l'extrémité de son domaine, et que le Matroscien désigne de la main à Jana, il ne sait pas encore s'il va tout lui révéler. Les nuits de veille ... le félin – c'est le surnom que lui donnent les rares spectateurs de ses exploits – fuyant la lune en jouant au funambule sur les toits ... les fortunes dérobées qui lui permettent de vivre dans le luxe ... Non, il ne sait pas.

Les voilà ces fameux rochers, mon amour. Vois-tu, j'aimerais m'en débarrasser afin d'agrandir l'enclos des triqueballes ou simplement pour accueillir quelques chemanoirs supplémentaires ... Il plonge ses prunelles myosotis dans les yeux translucides de la belle, mais sera-ce suffisant pour qu'elle gobe son mensonge ? Le charme agira t-il une fois encore ? Ne devrait-il pas tout lui raconter avant qu'elle ne l'interroge ? Non, il ne sait pas.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 8 Oct 2012 - 6:11

Au sein des splendides jardins de Tibor, les doux rayons du soleil matinal accompagnent la promenade. Pour Jana, c'est une révélation : elle ignorait qu'il existât autant de rouges différents, autant de fleurs merveilleuses, de parfums sublimes qui se marient si joyeusement et si intimement pour surprendre, éblouir les sens du promeneur. Oubliée la cheville endolorie et les escarpins tortionnaires. D'abord hésitants, les doigts de la Vanyllienne émerveillée effleurent les corolles écarlates, et pourpres qui offrent leur tendre velouté, en ployant gracieusement. Elle se promet qu'un jour prochain, elle prendra le temps d'examiner chaque efflorescence, de sentir chaque coeur odorant ...

A chacune de ses questions de néophyte, Tibor répond patiemment, puis il l'entraîne lentement hors des parterres impeccablement dessinés. Ils pénètrent dans les prairies verdoyantes alors que le gentilhomme lui explique ses projets, lorsque l'amas de roches disgracieux aura disparu. Des chemanoirs fouillent le sol à la recherche d'insectes, ou slaloment au galop, entre des monticules de terre, en secouant leurs drôles de têtes. Le haut mur d'enceinte de la propriété se dresse, solide et rassurant, non loin l'impressionnant couple de triqueballe se prélasse, broutant ça et là. Et enfin voilà les fameux rochers qui empiètent sur le domaine Keiron !

Alors qu'ils se rapprochent, main dans la main, Janalya est surprise de voir qu'ils sont bien moins imposants qu'elle ne le pensait. C'est vraiment un empilement de gros, très gros cailloux, comme si Vama les avait jetés là,pour s'en débarrasser. Mais ce sera un jeu d'enfant pour la Maître-Armurier que de les réduire en poussière, deux ou trois charges bien placées dans les plus larges saillies et le tour est joué. En y réfléchissant bien, même Tibor aurait pu s'en charger, en demandant à son jardinier, ou à n'importe quel artisan bâtisseur expérimenté qui aurait pu s'en occuper. Alors, pourquoi lui commander des explosifs à elle, la Vanyllienne ? C'est vraiment étrange ...

- Comment donc ces rochers sont arrivés là, au milieu de cette prairie ? demande-t-elle, intriguée, le regard plongé dans celui de Tibor. C'est la spécialiste qui s'interroge, avec toute son expérience et sa circonspection, car honnêtement, la propriété lui semble bien assez grande pour les projets de son compagnon, inutile de s'attaquer aux rochers. Même si les prunelles turquoise sont toujours aussi troublantes, même si le visage aristocratique est toujours aussi séduisant, elle met ses sentiments de côté pour laisser place à l'expert en armes de Vanylle, toujours sur le qui-vive, quand elle traite une affaire avec Matroos.

- Ce ne sera guère compliqué de les faire disparaître, tu sais, trésor. Mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi tu as besoin de moi pour ça, ce n'est pas insurmontable pour un maçon, un bon artisan te l'aurait fait sans difficulté ... Alors pourquoi avoir recours à mes services plus ou moins licites, pour ne pas dire clandestins, toi, le cousin du Gouverneur ? Pourquoi prendre le risque de te faire prendre pour contrebande, même si Xander est un habile négociant ? De plus il ne t'est pas vraiment indispensable de faire sauter ces pierres ... Une réflexion en amenant une autre, une idée finit par germer dans l'esprit de la pirate, et elle finit par s'exclamer, avant que Tibor n'ait le temps de répondre : - Je sais, tu veux apprendre à te servir des explosifs ! Mais pourquoi ? C'est extrêmement dangereux pour un novice, mon coeur ! Tu pourrais y perdre tes mains, si ce n'est la vie ! Elle en frissonne rien que d'y penser ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 9 Oct 2012 - 9:44


Non, ça ne pouvait pas marcher. L'explication imaginée par le propriétaire des Vitis ne tenait pas la route, elle était complètement invraisemblable, et les yeux myosotis, malgré leur immense pouvoir de persuasion dont le gentilhomme use parfois sans modération, ne pouvaient compenser cette incohérence. Ils ne pouvaient accomplir de miracles. Aujourd'hui d'ailleurs, Tibor désirait-il vraiment qu'il en aille ainsi ? Non. Assurément non. La vérité ne peut éclater au grand jour, il y va de sa liberté, il y va de la réputation de sa famille, mais l'avouer à Jana le soulagera, et apaisera son cœur. Et la Vanyllienne comprendra. Oui, si elle l'aime, elle comprendra pourquoi il vit ainsi, et pourquoi il s'est tu. Elle comprendra que cette vie aventureuse l'a submergé au delà de toute raison, elle comprendra qu'il est prisonnier de cet engrenage et qu'il ne peut plus agir autrement.

Viens là, ma pirate. Je vais te dire tout ce que tu ne pouvais imaginer. Tu seras la seule à savoir. Viens, éloignons-nous ...

Il n'a pas à tendre la main pour capturer celle de Jana. La belle est contre lui. Avec ses talons hauts, elle le dépasse même de deux ou trois centimètres. Keiron n'aimerait pas ça. Tibor s'en moque. Mais il a besoin d'un endroit isolé pour lui avouer ce que tout le monde ignore. Il ne veut pas avoir à se méfier de chaque bruit, de chaque craquement dans les branchages. Ce qu'il veut, c'est un confessionnal de verdure, intime et caché, loin de ces rochers ridicules qui seront là jusqu'à la fin des temps. L'écho du galop pesant des triqueballes, dans le lointain, qui roule comme le grondement sourd du tonnerre dans les montagnes d'Armory, à l'ouest du pays, lui donne la solution.

L'abri des triqueballes. Ils ne laissent approcher personne, à part moi. Et toi, désormais, mon trésor. Nous y serons tranquilles. Mais il faut que je te porte, tes souliers n'y résisteraient pas !

Un dernier rire avant les aveux, afin de retarder l'instant fatidique. Un dernier rire pour se dissimiler derrière lui, et pour trouver le temps de choisir les mots exacts. Zou ! Le corps souple et ferme de la Vanyllienne est à nouveau soulevé, transporté, enlevé par les bras vigoureux de son amant, qui slalome entre les termitières et les mottes de terre, jusqu'à l'étable aux senteurs de foin, d'humus et de paille tiède. Le gentilhomme s'assied sur un énorme ballot, gardant Jana étroitement serrée contre lui. Elle est à la hauteur idéale pour qu'il lui parle les yeux dans les yeux, sans feinte ni détour. Sa dextre lui soutient les hanches, et de l'autre main il caresse l'intérieur de sa cuisse, là où le derme est plus doux, plus pâle, plus fragile. Voilà ...

Tu l'as bien compris, mon ange. Cet explosif ne doit pas servir à éclater les rochers que je viens de te montrer. Comme tu me l'as fait remarquer, il y aurait mille autres façons d'en débarrasser le domaine. En réalité, il est destiné à détruire les murailles d'une propriété voisine. Celle de la Whalberg. C'est une riche étrangère qui organise des fêtes somptueuses lorsqu'elle est dans la région. J'ai assisté à l'une d'entre elles, et en furetant un peu partout j'ai découvert l'emplacement de son coffre-fort ...

Il fait une pause. La suite est plus ardue à raconter. Il n'a pas encore utilisé les mots qui vont inévitablement stupéfier sa compagne, mais il ne peut plus les éviter. Il plonge.

Car oui, je suis un voleur ... Le train de vie de la fine fleur de cette ville est étourdissant, et je suis loin de disposer d'une fortune familiale bien conséquente, même si je suis un Keiron. Je ne suis pas gouverneur, mais j'ai eu la faiblesse de vouloir mener grand train, tout comme lui, et comme les autres membres du gratin. J'ai pris l'habitude du luxe et du confort. L'entretien des Vitis est un gouffre sans fond. Et le contenu de ce coffre est mirifique. Fabuleux. La Whalberg est fière d'étaler ses richesses et ses bijoux devant ses invités. Bien entendu, je n'ai rien pu rafler, mais depuis ce jour sa fortune m'obsède, et elle est devenue mon principal objectif.

Il réfléchit quelques instants, caressant toujours la jambe de Jana, mais sans la voir. Il est loin. Il est dans ses pensées. Il revit d'un seul coup toutes ses tentatives pour pénétrer de nuit chez la Whalberg, tentatives toutes vouées à l'échec. Il a beau aborder le problème de toutes les façons possibles et imaginables, seul l'emploi d'un explosif lui permettra d'accéder à ce fichu coffre. Il reprend, détaillant son projet pour la Vanyllienne.

La propriété est gardée jour et nuit. Les murs sont hauts mais pas infranchissables. L'explosif doit servir de diversion, il doit détruire un pan de la muraille et occuper suffisamment longtemps les patrouilles pour que je puisse m'infiltrer dans la demeure et m'emparer du pactole. Je connais ce genre de coffre, il ne devrait pas me résister plus de quelques minutes.

Les mugissements des triqueballes se sont rapprochés peu à peu, et les deux colosses pénètrent dans leur abri. L'un d'entre eux vient poser son énorme mufle au sommet d'une montagne de paille, à deux pas des amants. Eux aussi me coûtent très cher, mais ils me sont utiles, ils sont affectueux, et je n'ai nulle envie de me séparer d'eux. Ni de mes chemanoirs, ni de mes Vitis. Et encore moins de toi ... murmure t-il en dévisageant sa compagne, guettant ses commentaires, ne sachant s'il doit craindre le pire ou si la belle pourra accepter ses larcins nocturnes.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 12 Oct 2012 - 1:49

A ses questions, Jana n'obtient de Tibor qu'une réponse sybilline, puis il l'enlève dans ses bras pour traverser la prairie et l'emmener à l'écart des oreilles et des regards indiscrets. Mais quels sont donc ces secrets inavouables qu'il veut lui révéler ? Inquiète, la Vanyllienne pressent que son compagnon est mal à l'aise malgré ses sourires. Ils se réfugient dans l'ombre complice de l'étable des triqueballes, et se posent ensemble sur une botte de paille. Une main du jeune homme la maintient tout contre lui, alors que l'autre se faufile sous la mousseline de sa robe, et effleure sa cuisse, juste là où il sait provoquer de longs frissons sur sa peau hâlée. Jana s'attend à une étreinte torride dont il a le secret, à des baisers passionnés échangés dans la paille. Que nenni, point de câlins ! Mais un secret, et quel secret !

Pendant les révélations surprenantes de Tibor, Jana hésite, se demandant s'il la pense assez idiote pour avaler un tel bobard, puis lorsqu'elle comprend qu'il est vraiment sérieux, elle reste clouée là, assise sur ses genoux, stupéfaite. Puis les mots font lentement leur chemin, et elle tente de digérer toutes les informations insensées que vient de lui exposer son amant. Ses yeux topaze agrandis par la stupeur, restent fixés sur le visage soucieux qui lui fait face, sur ces magnifiques iris turquoise, à l'éclat voilé par le doute, qui la dévisagent anxieusement. Après Keiron le prétentieux, Tibor l'espiègle, voici un troisième larron, le voleur, l'homme de la nuit qui détrousse ses pairs pour maintenir son train de vie ! Une folie incroyable qui lui vaudrait la Prison des Brumes si quiconque l'apprenait ! La voilà dépositaire de sa liberté, de sa vie !

A vrai dire aucun mot ne peut exprimer ce qu'elle ressent, d'ailleurs, elle ne sait même pas démêler elle-même, les sentiments qui l'assaillent : surprise, confusion, crainte, admiration, doute, soulagement aussi, mais un seul prédomine, l'amour qui les a réuni, imprévisible et déconcertant, enivrant et sensationnel. Le silence se prolonge, Jana est plus femme d'action que de grands discours, ses prunelles translucides toujours rivées à celles de Tibor, la pirate pose ses mains en coupe sur le visage aristocratique pour l'attirer à elle, et dépose un long baiser sur les lèvres pleines, scellant ainsi leurs destins.

Puis elle se décide à parler, à essayer de dire quelque chose de sensé après une telle confession. D'une voix hésitante, puis plus assurée elle veut tranquilliser son compagnon. Quel qu'il soit, quoi qu'il fasse, elle est profondément amoureuse de lui, et elle l'acceptera tel qu'il est ...

- Par Vama, tu sais ménager tes effets, mon amour, de n'importe qui d'autre, j'aurais cru à une grosse farce ... Tu es sûr que tu n'as pas de sang pirate dans les veines ? J'étais loin d'imaginer un secret d'une telle ampleur, trésor. C'est vraiment très dangereux ce que tu fais, tu as songé que tu pourrais te faire prendre et finir dans une sombre geôle de la Prison des Brumes ? Oui sans doute, et alors terminé les Vitis et leur luxe et terminé aussi les câlins ! Je ... Je ne peux pas te laisser faire ça, je ne peux pas ... Je ne veux pas, tu entends ! Si tu as besoin d'argent, on peut trouver un autre moyen, mon armurerie marche bien, et j'ai quelques affaires juteuses en vue. J'ai pas besoin de vivre comme ces riches mijaurées pour être heureuse avec toi, j'ai pas besoin de dizaines de robes, de chaussures ou autres ... Je viens de Vanylle, du ruisseau pour les gens d'ici ... Je n'ai besoin que de toi, Tibor, j'me fiche pas mal du Keiron et de ses fichus galons !

Comme un soufflé qui a trop attendu, la colère de la pirate retombe aussi vite qu'elle est montée. C'est la crainte de perdre l'homme qu'elle aime qui lui broie le coeur à présent. L'homme qu'elle aime, oui, elle l'aime et fera tout pour qu'il ne lui arrive rien ! S'il le faut, et bien s'il le faut, c'est elle qui allumera la mèche qui annihilera un pan de muraille, pour lui laisser le temps d'ouvrir le coffre de cette maudite rombière fortunée qui manifestement l'obsède au point de tout risquer pour ses richesses ...
Et ce qu'elle n'aurait jamais cru dire s'échappe de ses lèvres vermeilles, comme un torrent indiscipliné :

- Je t'aime, Tibor, je ne veux pas te perdre ... Je t'aiderai ... Je ne te laisserai pas accomplir une telle folie tout seul, nous sommes deux désormais ... Et puis ... je suis une pirate, dérober ce qui ne m'appartient pas, c'est dans ma nature, non ? ...termine-t-elle, fataliste, non sans une pointe d'humour, embrassant de nouveau cet homme complexe qui est devenu le coeur de sa vie.


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 15 Oct 2012 - 7:28


La réaction de la Vanyllienne est telle qu'il la subodorait. Vive et étonnée, mélange de colère et d'incompréhension. Comment pouvait-il en être autrement ? Tibor aurait été bien sot d'imaginer que Jana puisse encaisser de telles confidences sans manifester un profond trouble. Il écoute en silence toutes les considérations qu'elle formule d'un jet, tous les risques et les problèmes qu'elle rassemble dans une longue tirade. Ces périls, il ne les ignore pas, bien entendu. Il a appris à vivre en leur compagnie, en les domptant au mieux, en redoutant qu'un jour ou l'autre une grosse pogne émergeant d'une manchette galonnée ne mette fin à son parcours en se posant rudement sur son épaule, une nuit où la lune sera trop rousse, trop claire.

La réaction de la Vanyllienne est aussi telle qu'il l'espérait, tout au fond de lui. Le second élan de la belle est un élan d'amour, un flot intarissable. Elle l'aime comme il l'aime. Elle l'aime à tout lui pardonner. Mieux même, elle l'aime au point de devenir sa complice, sa partenaire. Elle l'aime au point de ne pas chercher à le dissuader de vivre de cette manière. Elle sera une deuxième ombre à s'envoler de toiture grise en balcon enténébré ! Ensemble ils chevaucheront les hideuses gargouilles des manoirs, ensemble ils se glisseront dans les mâchicoulis les plus étroits. Elle sera la mèche de leur couple explosif, et il en sera la poudre. Rien ni personne ne les arrêtera.

Un long baiser vient sceller leur complicité nouvelle. Les mains du gentilhomme se font douces et pressantes, s'allonger dans la paille tiède devient une tentation malaisée à combattre, mais le duo triqueballes en a décidé autrement : la place est prise par les deux imposantes bestioles. Tibor réfléchit un instant. Il a énuméré les obstacles qui les attendent, mais il lui est difficile de décrire parfaitement la propriété de la Whalberg. Cette-dernière n'étant guère éloignée des Vitis, il suffirait de quelques minutes pour aller fureter par là ! Jana pourrait ainsi se rendre compte par elle-même de ce qu'il mijote depuis des semaines et lui donner son avis sur ce projet insensé. De plus, le temps est superbe, et ils ne sont pas pressés, car il faudra plusieurs heures à Maryza pour arranger tous les rendez-vous avec les tailleurs et les bottiers. Allons-y, mon amour ! ... lui dit-il avec un bel enthousiasme après lui avoir exposé sa brillante idée. Zou ! Il l'emporte à nouveau dans ses bras en direction des dépendances, pour épargner ses élégants escarpins, affirme t-il, mais surtout parce qu'il aime sentir le corps souple et ferme de la Vanyllienne contre le sien, parce qu'il peut la faire tourbillonner à volonté et l'embrasser lorsqu'elle se débat en riant.

Étrangement, une des voitures est prête et attelée, sans doute Dieudonné allait-il l'utiliser pour conduire Maryza en ville. Qu'importe ! Il en utilisera une autre ! Grimpe, ma toute belle, je réquisitionne ce carrosse ! Accroche-toi ma chérie, ça va décoiffer ! ... Dans un grand cri, il lance les deux chemanoirs vers les sentiers qui quittent le domaine en serpentant entre les rangées de vitis aux branches alourdies par les grappes mordorées. Un bref galop les mène vers une vaste résidence entourée de hautes murailles. La grille d'entrée est surveillée par trois colosses vêtus d'uniformes identiques et armés comme s'ils allaient partir en guerre. Tibor range discrètement la voiture derrière un écran de verdure, loin de l'inquiétant trio, et ils en descendent en tapinois.

Prenant un air innocent, ils se coulent sous les branchages longeant les murs, tendrement enlacés. Les gardiens ne se méfieront pas de deux amoureux à la recherche d'intimité, si jamais ils les aperçoivent. Le gentilhomme stoppe sous un arbre immense, aux branches curieusement enchevêtrées. Deux d'entre elles semblent partir à l'assaut de la muraille et la dominent à un endroit bien précis. Tu vois, mon cœur, c'est le seul emplacement où je peux arriver sans mal à grimper et à me faufiler à l'intérieur de la propriété. S'il n'y avait pas autant de patrouilles, ce serait un jeu d'enfant. L'explosion, ce serait de l'autre côté de l'enceinte. Suis moi ...



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 21 Oct 2012 - 8:24

La vitesse est grisante pour Jana qui n'a guère eu l'occasion de voyager dans ce genre de calèche élégante, attelée à des bêtes aussi racées et fringantes. A Vanylle, les carrioles sont petites et servent aux transports de marchandises, tirées par des hommes ou par des bêtes harassées et faméliques. Le vent fouette son visage, fait virevolter ses courtes mèches brunes. Elle s'accroche au bras de Tibor pour ne pas être trop secouée par les cahots, et comme une enfant, elle est déçue lorsqu'ils ralentissent aux abords de la fameuse maison.

C'est une véritable forteresse, aux murailles hautes et sombres, décourageant les indésirables autant que les trois molosses aux mines patibulaires, en livrée, qui en gardent l'entrée. Bon sang ! Cette opération est bigrement risquée ! L'attelage dissimulé dans un bosquet, ils reviennent main dans la main près du rempart, sur lequel s'appuie un arbre vénérable, dont les branches se divisent puis se mêlent, pour offrir un magnifique poste de guet. Jana comprend que Tibor y a passé quelques nuits à échafauder des plans plus farfelus et dangereux les uns que les autres, avant d'envisager d'avoir recours aux explosifs. Quelques baisers et confidences, plus tard elle passe la main sur la pierre rugueuse, des aspérités, quelques fissures ténues pourraient accueillir de petites charges. Ils se dégagent de l'ombre de l'arbre séculaire, et vérifient que personne ne se trouve dans les parages.

- Allons voir l'autre partie de la clôture, celle que tu veux que je démolisse,j'aimerais voir si je peux retrouver les mêmes petites failles, la même sorte de roche. Ce ne sera pas si simple, le mur est d'épaisseur respectable ... réfléchit-elle, à voix haute. Faisons le tour en évitant la porte, et l'allée qui doit être assez passante, pas la peine de se faire remarquer par les gardes, ou quiconque qui passerait par là. En marchant à l'abri du mur, on devrait passer inaperçu, non ? Donne-moi ton bras que je ne m'étale pas, s'il te plaît, trésor. Je m'en voudrais d'abîmer cette robe superbe et ces chaussures ... Regarde, il doit y avoir des tours de garde à l'extérieur, un chemin s'ouvre dans la végétation, empruntons-le, il nous mènera à l'arrière de la propriété. C'est là que je pourrais le plus facilement faire des dégâts ... termine-t-elle, avec un sourire.

Cette histoire commence à devenir aussi palpitante que certaines transactions musclées, ou lorsqu'elle est penchée sur ses expériences, sur ces nouvelles armes qu'elle tente de mettre sur pied, malgré toutes les difficultés, et les risques qu'elle encoure. Sans le savoir ils défient chacun de leur côté les sacro-saintes lois de Matroos. Mais il est encore trop tôt, pour révéler cette partie de son activité, elle préfère attendre qu'ils soient sur son territoire, à Vanylle. Ce sera plus simple de montrer à Tibor son atelier et les quelques prototypes qu'elle a mis au point.

Soudain un rire féminin résonne désagréablement à ses oreilles, deux voix de femmes leur parviennent, sans qu'ils comprennent le sens de la conversation. Seuls quelques mots portés par la brise arrivent jusqu'à eux : invitation, demain, lettre ... Elles préparent quelque chose ...

- Tu crois qu'on peut tenter de les voir, sans se faire prendre ? lui chuchote-t-elle prudemment, avant de s'écarter de la muraille, en courbant le dos, pour se dissimuler dans les hautes herbes et les buissons qui longent le chemin de ronde. Mais ce n'est pas encore assez, et elle tire son compagnon à l'abri d'un trio de buissons puis lève les yeux vers la demeure. Deux femmes bavardent sur un large balcon aux lourds encorbellements de pierre grise. Richement vêtues d'après ce que peut en juger Jana, elles semblent bien se connaître, car elles se tiennent assez proches l'une de l'autre et la plus âgée vient de replacer une mèche rebelle dans la coiffure sophistiquée de l'autre, plus jeune et fort belle. C'est elle, dont le rire, une nouvelle fois s'élève.

- Voici donc ces voisines qui troublent tes nuits, Tibor, se moque-t-elle gentiment. Laquelle est la Whalberg ?


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 22 Oct 2012 - 12:04


En d'autres circonstances, Tibor se serait amusé à contempler sa ravissante compagne, à la voir prendre ainsi le pouls de la vieille muraille et interroger chaque pierre et chaque fissure d'une légère pression de ses longs doigts habiles. Mais diantre, cette fois c'est du sérieux, et le jeune gentilhomme est trop tendu pour avoir envie d'esquisser le moindre sourire. Du verdict qu'établira la belle dépendra la suite des opérations.

La Vanyllienne procède avec une rare application, et, en définitive, elle paraît optimiste, malgré l'épaisseur du mur qui aurait pu se révéler un obstacle majeur. Cependant, il est indispensable qu'elle puisse examiner le côté opposé de cette palissade qui court tout autour de la propriété, celui que Tibor envisage de réduire en poussière afin de distraire et d'occuper les patrouilles. Allons-y, ma chérie, tes désirs sont des ordres. Tâchons simplement de ne pas nous faire repérer !

Un sentier discret se coule sous la charmille épaisse, et les tourtereaux s'y lancent sans hésiter, mais précautionneusement, Jana ne désirant ni abîmer sa robe ni esquinter ses chaussures. La végétation et le mur les protégeant des éventuels regards inquisiteurs des gardiens, ils s'éloignent somme toute rapidement de l'unique entrée. Tout est tranquille, et ils sursautent donc lorsqu'un rire perçant jaillit de l'autre côté de la muraille, suivi d'une conversation animée entre deux femmes. La Vanyllienne entraîne vivement son compagnon à l'abri d'un écran de verdure encore plus dense, et ils s'agenouillent pour observer la scène, qui se déroule sur un balcon surplombant les jardins, au premier étage de la luxueuse demeure. Les deux interlocutrices paraissent très proches, très intimes, ce qui surprend Tibor qui n'a jamais rencontré la dame plus âgée lors de ses rares visites. Jana l'interrogeant, il lui indique laquelle des deux coquettes est la propriétaire de la bâtisse : La Whalberg, mon ange ? C'est la plus jeune, celle qui éclate de rire à nouveau. Quant à l'autre, je ne l'ai jamais vue et j'ignore qui elle est. Sans doute une amie ou une parente. Mais nous ne nous sommes pas déplacés pour rien, tu pourras désormais la reconnaître et ça nous sera peut-être utile un jour ou l'autre.

Il sourit ensuite de toutes ses dents à la dernière remarque de Jana ... La seule qui trouble mes nuits, c'est toi, vilaine ! Cesse donc de me taquiner ou je t'abandonne ici ! ... ajoute t-il en retenant non sans mal un éclat de rire. Viens, poursuivons notre inspection. Nos deux donzelles ne semblent pas avoir décelé notre présence, et de toute manière nous ne faisons que nous promener en amoureux, nous sommes aussi purs et innocents qu'une ezealle qui vient de naître. Allez, en route, mauvaise troupe !

Tibor prend la main de la Vanyllienne et l'entraîne plus loin, en direction de l'emplacement névralgique, à l'arrière du domaine, là où il envisage d'attirer les patrouilles grâce à l'utilisation de l'explosif que lui procurera Jana. La végétation est plus clairsemée à partir du dernier angle du mur, mais l'herbe y est plus drue, plus haute, ce qui indique que pratiquement personne n'emprunte l'extrémité de cette antique venelle. Nous y voilà, ma chérie ! Ausculte le mur à ton aise ! Ne t'inquiète pas, je fais le guet ! Et je touche du bois pour que notre opération soit possible ! ... affirme t-il en posant la main sur son front et en souriant de plus belle.



On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   -

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum