AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.

avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 25 Juin 2012 - 2:46

Rappel du premier message :


La soupe de poisson est une véritable infection, une agression innommable envers les papilles gustatives de Tibor Keiron, habituées aux mets les plus raffinés et les plus savoureux. Mais il se force à la consommer sans afficher un dégoût trop prononcé, car la compagnie de cette Janalya est somme toute plutôt agréable, et le monte-en-l'air qui sommeille en lui apprécie son charme et son humour. Il réplique d'ailleurs gentiment à ses taquineries en lui proposant un repas en tête-à-tête, à une date qui conviendra à la jeune femme, mais chez lui, sur sa terrasse embaumée de Délicates aux corolles blanches, en précisant encore : ... «  Avec mon propre cuisinier, et mon sommelier, et tu m'en diras des nouvelles ! » ... affirme t-il en adoptant ce tutoiement qui est la marque des grands de ce monde envers les gens moins nantis. Même si j'ai remarqué que tu ne bois pas énormément ! Je fais d'ailleurs pareil ... ajoute t-il en lui décochant une œillade complice et enjôleuse, conscient du pouvoir fascinant de ses prunelles azurines.

En conversant, le gentilhomme a résolument tourné le dos aux deux soûlauds, qui ont le gosier en pente aussi abrupte que celles du volcan Muertiga, et qui commencent doucement à donner d'inquiétants signes de grosse fatigue et à mélanger consonnes et voyelles. La Maître-armurier acceptant son offre d'aller contempler ses triqueballes, plus rien ne les retient dans cette auberge. Cependant : Pardonne-moi un moment, je vais quand-même demander à ce qu'on s'occupe de nos deux ... euh ... amis, avant qu'ils ne s'effondrent sur la table. Tibor pose la main, un bref instant, sur celle de Janalya, comme pour s'excuser de l'abandonner quelques secondes, puis il se lève et se dirige d'un bon pas vers le serveur. Après un rapide conciliabule avec celui-ci, il revient, tout souriant. Tout est réglé, il les entassera dans une chambre à l'étage lorsqu'ils auront leur compte ! Ça ne devrait plus tarder ! Nous y allons, jeune fille ? Mon fiacre nous attend dans la rue voisine ...

Ils trottinent côte-à-côte dans la rue commerçante, et parviennent rapidement au carrefour. Une voiture élégante, tirée par un fringant chemanoir, s'approche d'eux, dès que le cocher les aperçoit.

A la maison, Dieudonné ! ... ordonne brièvement Tibor, en aidant Janalya à accéder à l'intérieur du véhicule, et à s'asseoir sur un siège de velours pourpre et or, épais et moelleux, tout en admirant au passage les courbes de son postérieur haut perché et joliment rebondi, qui tendent délicieusement la toile de son pantalon foncé.

Nous en avons pour dix minutes, à peine. Mon domaine, l'allée aux Vitis, s'étend à l'extrémité du quartier bourgeois et marchand, au calme ...

Ignorant si la jeune femme découvre ou non ces longues rues ombragées et paisibles, inondées par les derniers assauts du soleil du soir, il lui montre les maisons les plus coquettes, les arbres les plus remarquables, les propriétés les plus luxueuses et les plus étendues. Il se tait un instant, lorsqu'ils débouchent face à la riche demeure de la Whalberg, mais il lui indique aussitôt les habitations voisines, qu'il connaît, pour la plupart, jusqu'à leurs moindres recoins, les ayant visitées de nuit, durant le sommeil de leurs propriétaires, détail qu'il ne précise pas à son interlocutrice, bien entendu. Lorsqu'ils quittent la chaussée pour aborder une large allée garnie de deux rangées de vitis, aux lourdes grappes mordorées, le jeune gentilhomme se penche par la vitre du fiacre, et hèle son conducteur. Dieudonné ! Dépose-nous ici, veux-tu ! Et demande qu'on nous prépare un rafraîchissement. Nous rentrerons à pied.

Le véhicule s'arrête aussitôt, Tibor descend en premier les trois marches, et tend la main à Janalya. Huit canons, disais-tu ? Bigre, tu nous prépares une guerre ? Mais soit, mes deux triqueballes suffiront sans problème à tirer ton chariot ! Ils sont là, dans un champ, derrière l'écran de verdure. Mais dis-moi, tu as bien un chariot, j'espère ? ... demande t-il en souriant largement. Il hésite un instant, puis ... Appelle-moi donc Tibor ! Tu sais, je suis un personnage assez complexe, je peux sembler plutôt froid, au premier abord, mais c'est une obligation due à mon rang. Je ne suis pas aussi prétentieux qu'il y paraît à première vue. Viens, allons voir mes deux bestiaux, et n'aie pas peur, ils sont doux comme des ezealles.




On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
MESSAGES : 240
INSCRIT LE : 02/05/2012
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 22 Oct 2012 - 12:04


En d'autres circonstances, Tibor se serait amusé à contempler sa ravissante compagne, à la voir prendre ainsi le pouls de la vieille muraille et interroger chaque pierre et chaque fissure d'une légère pression de ses longs doigts habiles. Mais diantre, cette fois c'est du sérieux, et le jeune gentilhomme est trop tendu pour avoir envie d'esquisser le moindre sourire. Du verdict qu'établira la belle dépendra la suite des opérations.

La Vanyllienne procède avec une rare application, et, en définitive, elle paraît optimiste, malgré l'épaisseur du mur qui aurait pu se révéler un obstacle majeur. Cependant, il est indispensable qu'elle puisse examiner le côté opposé de cette palissade qui court tout autour de la propriété, celui que Tibor envisage de réduire en poussière afin de distraire et d'occuper les patrouilles. Allons-y, ma chérie, tes désirs sont des ordres. Tâchons simplement de ne pas nous faire repérer !

Un sentier discret se coule sous la charmille épaisse, et les tourtereaux s'y lancent sans hésiter, mais précautionneusement, Jana ne désirant ni abîmer sa robe ni esquinter ses chaussures. La végétation et le mur les protégeant des éventuels regards inquisiteurs des gardiens, ils s'éloignent somme toute rapidement de l'unique entrée. Tout est tranquille, et ils sursautent donc lorsqu'un rire perçant jaillit de l'autre côté de la muraille, suivi d'une conversation animée entre deux femmes. La Vanyllienne entraîne vivement son compagnon à l'abri d'un écran de verdure encore plus dense, et ils s'agenouillent pour observer la scène, qui se déroule sur un balcon surplombant les jardins, au premier étage de la luxueuse demeure. Les deux interlocutrices paraissent très proches, très intimes, ce qui surprend Tibor qui n'a jamais rencontré la dame plus âgée lors de ses rares visites. Jana l'interrogeant, il lui indique laquelle des deux coquettes est la propriétaire de la bâtisse : La Whalberg, mon ange ? C'est la plus jeune, celle qui éclate de rire à nouveau. Quant à l'autre, je ne l'ai jamais vue et j'ignore qui elle est. Sans doute une amie ou une parente. Mais nous ne nous sommes pas déplacés pour rien, tu pourras désormais la reconnaître et ça nous sera peut-être utile un jour ou l'autre.

Il sourit ensuite de toutes ses dents à la dernière remarque de Jana ... La seule qui trouble mes nuits, c'est toi, vilaine ! Cesse donc de me taquiner ou je t'abandonne ici ! ... ajoute t-il en retenant non sans mal un éclat de rire. Viens, poursuivons notre inspection. Nos deux donzelles ne semblent pas avoir décelé notre présence, et de toute manière nous ne faisons que nous promener en amoureux, nous sommes aussi purs et innocents qu'une ezealle qui vient de naître. Allez, en route, mauvaise troupe !

Tibor prend la main de la Vanyllienne et l'entraîne plus loin, en direction de l'emplacement névralgique, à l'arrière du domaine, là où il envisage d'attirer les patrouilles grâce à l'utilisation de l'explosif que lui procurera Jana. La végétation est plus clairsemée à partir du dernier angle du mur, mais l'herbe y est plus drue, plus haute, ce qui indique que pratiquement personne n'emprunte l'extrémité de cette antique venelle. Nous y voilà, ma chérie ! Ausculte le mur à ton aise ! Ne t'inquiète pas, je fais le guet ! Et je touche du bois pour que notre opération soit possible ! ... affirme t-il en posant la main sur son front et en souriant de plus belle.

avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 26 Oct 2012 - 3:22

L'expression "être au pied du mur" prend tout son sens pour Janalya, alors que Tibor la laisse examiner cette muraille, soi-disant infranchissable. Minutieusement, elle inspecte une à une, les pierres de granit sombre, des fondations moussues, jusqu'à la hauteur de ses yeux pers. Mentalement, elle dresse la géographie des anfractuosités, la liste du matériel dont elle va avoir besoin pour faire une brèche conséquente, et détourner l'attention des cerbères de la Whalberg.

L'opération en soit n'est guère complexe, le mortier est ancien et s'effrite par endroit, elle n'aura aucun mal à réduire en tas de gravats fumants, cet obstacle qui contrecarrait les plans de son amant. C'est drôle comme tous ces riches Matrosciens ne jouent que sur l'apparence, car si l'enceinte à l'avant de la propriété semble inviolable, solide, et bien entretenue, de ce côté, invisible par les badauds et les voisins, c'est loin d'être le cas. La végétation reprend ses droits et les plantes grimpantes, insidieusement, font leur oeuvre infiltrant leur racines, entre les pierres, affaiblissant la forteresse soi-disant imprenable ...

Alors que la pirate constate les irrémédiables attaques du temps et de la nature, elle se tourne vers Tibor, pour le rassurer et aussi pour lui livrer une alternative à laquelle elle vient de songer :
- Ce pan de mur est loin d'être aussi solide qu'il n'y paraît, tu sais. Le faire sauter sera facile, je n'ai pas besoin de beaucoup de charges, ce qui me permettra de "voyager léger" des Vitis, jusqu'ici. Il y a tellement de fissures que j'ai l'embarras du choix pour poser efficacement mes explosifs. Cependant, il y a peut être une autre solution ... Elle hésite un instant sachant que Tibor a analysé, décortiqué chacun des plans qui lui sont venus à l'esprit depuis quelques semaines, mais il n'est plus seul à présent, et cela change quelque peu la donne ...

- Regarde, trésor, ces pierres-là ne tiennent plus guère ... Elle sort, des plis de sa robe, un canif au manche de nacre ouvragé, invention et cadeau de son défunt père, et qui ne la quitte jamais. Elle a d'ailleurs dû fouiller au milieu des fronces vaporeuses de la mousseline, pour trouver une modeste poche, juste de quoi glisser un mouchoir pour ces dames, mais elle, la pirate, a préféré y dissimuler son minuscule couteau. Elle en déplie la lame joliment damasquinée et s'accroupit pour gratter entre deux blocs, avec la pointe acérée. Peu à peu, elle réduit en poussière le joint, jusqu'à la garde de son outil de fortune.

- On peut aussi entrer par là, si tu connais les heures des rondes et la topologie du jardin ... En quelques heures, on aura descellé assez de moellons pour se faire un passage, invisible de l'intérieur si il y a une haie ou des arbustes devant, mais tu n'auras pas ta diversion ... A moins qu'on pose quand même quelques charges, histoire d'occuper les sbires de la dame, et là je peux les faire courir dans toute la propriété, pendant que toi, tu files empocher la fortune, sûrement bien mal acquise, de cette obsédante rouquine ... termine Jana, avec un sourire moqueur aux lèvres, en faisant disparaître la lame dans son fourreau irisé. Elle relève ses yeux pétillants de malice vers le visage aristocratique de son compagnon, le laissant réfléchir à cette nouvelle option ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Dim 28 Oct 2012 - 2:11


Réfléchir ... oui, voilà, c'est effectivement ce qu'il fait, tout en répondant aux suggestions de la Vanyllienne et aux lueurs malicieuses de ses prunelles de topaze, par un long sourire indéfinissable. C'est évident, les conclusions plus que satisfaisantes émises par Jana, mettant un terme à ses investigations approfondies, voire même méticuleuses, n'ayons pas peur des mots, leur ouvrent de nouvelles perspectives. La citadelle s'avère moins inexpugnable qu'il n'y paraissait pour notre gentilhomme, au début de cette aventure. Les hivers rigoureux, et la végétation s'épanouissant et s'incrustant de manière désordonnée, se sont unis, ont collaboré de façon insidieuse, pour fragiliser la muraille, à l'arrière du domaine, là où personne n'a sans doute pris la peine de vérifier sa solidité ou sa friabilité.

Mea-culpa. Le monte en l'air n'avait pas remarqué toutes ces imperfections, plus préoccupé par les rondes et les patrouilles que par l'état de la palissade. Soit. En soi, la nouvelle est excellente, mais faut-il pour autant qu'il chamboule tous les plans qu'il a échafaudés si laborieusement ? Non. Certes non. En fait, l'explosion, telle qu'il l'envisage, est uniquement destinée à provoquer un début de panique chez les gardes, à les faire accourir ventre à terre loin des longues branches qui surplombent le mur et qui doivent lui permettre de se glisser dans la propriété à l'insu des sbires de la Whalberg. Le reste n'est que littérature.

C'est important ce que tu me dis là, mon cœur. Mais quelques secondes me suffiront pour franchir le mur, comme je l'avais prévu, grâce à l'arbre que je t'ai montré. Il est inutile de nous attaquer à la muraille pour desceller les pierres une par une. Ce serait trop laborieux, et nous risquerions d'être surpris si les gardes décidaient soudain d'effectuer un contrôle à l'extérieur du domaine.

Il tend une main vers sa compagne, toujours agenouillée face au moellon qu'elle a minutieusement déchaussé grâce à son petit poignard, et il l'aide à se redresser. Plus rien ne les retient là, Tibor ayant reçu la confirmation qu'il attendait. Tenons-nous en à notre plan, ma chérie. Tes explosifs vont causer de sérieux ravages dans ces vieux murs, les déflagrations vont rameuter la meute des gardiens, et je pourrai rafler le pactole de notre obsédante rouquine. C'est bien ainsi que tu la surnommes, non ? ... demande t-il à la délicieuse Vanyllienne, lui adressant ensuite un clin d’œil narquois.

Viens, regagnons vite la voiture, mon obsédante brunette ! ... ajoute t-il encore, d'un ton gentiment gouailleur, s'appropriant les mots de Jana. D'un bon pas, main dans la main, ils regagnent le sentier qui s'infiltre sous les branches, en se taquinant comme deux sales gosses. A l'instant précis où ils vont traverser l'allée plus fréquentée, non loin de l'endroit où ils ont dissimulé leur élégante carriole, ils distinguent tout-à-coup les échos d'une conversation animée. Les trois gardes qui surveillaient l'entrée sont rassemblés autour de leur voiture. Tibor a juste le temps de saisir sa compagne par la taille et de l'attirer à l'abri des buissons ...

Zut ! ... chuchote t-il à la brunette... J'aurais préféré qu'ils ne voient pas notre véhicule. Ils ne peuvent pas rater les armoiries qui sont peintes sur ses flancs, surtout le K de Keiron, entortillé de rameaux de vitis. Tout le monde les connaît dans la région. Mais bon, nous n'avons rien fait de mal, prenons l'air le plus naturel qui soit, et montrons-nous ! Viens, jouons ça au culot, mon ange.

Il s'éclaircit la voix, ses traits avenants se métamorphosent en un masque hautain, presque dédaigneux, et il interrompt d'un ton cassant les palabres des trois cerbères, les fusillant du regard, s'approchant lentement, une main posée sur la hanche de Jana. Keiron, Gouverneur de Matroos ! Je vous prierai d'aller discourir plus loin, vous effrayez mes chemanoirs !


avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Mar 30 Oct 2012 - 2:32

Comme par magie, le visage sculptural de Tibor reprend son masque hautain avec une facilité déconcertante, et Jana n'arrive toujours pas à s'y faire. Elle ne sera jamais capable de l'imiter, alors elle préfère se taire, le visage fermé, se refusant à regarder les gardes, alors qu'une furieuse envie de sourire la tenaille. En fait, elle est absolument heureuse, ravie que ce petit tour derrière la propriété de la Wahlberg ait été aussi fructueux. Son complice aussi semblait aux anges avant qu'ils ne tombent fortuitement sur les sbires curieux de la voisine au rire grinçant. La voiture était pourtant à l'abri des regards indiscrets, derrière une rangée d'arbres touffus ...

D'une phrase cinglante, gonflée de son inimitable et aristocratique arrogance, le cousin de Gouverneur leur impose le silence. Mais la pirate enregistre que les cerbères ne font pas que patrouiller devant la haute grille noire, ils fouinent aussi aux abords du mur d'enceinte. Ils auraient pu les surprendre en fâcheuse posture ... D'un autre côté, s'ils sont massifs, ils n'ont pas l'air bien futés, et s'écrasent devant l'autorité naturelle que dégage Tibor. Les embobiner avec un bon gros mensonge ne doit pas être bien compliqué, autant parer toutes les alternatives ...

D'un air affecté, Jana glisse sa main dans celle de son compagnon, grimpe dans la calèche aux armoiries des Keiron, et s'assied bien droite sur le siège de cuir fauve. Elle lisse sa robe, puis les mains sagement croisées sur la mousseline topaze, elle regarde Tibor contourner les fringants chemanoirs. Agile comme un incendios, il saute à son tour sur la banquette, et s'installe auprès d'elle sans un regard pour la piétaille qui les dévisage bouche bée. La voiture s'ébranle au petit trot tranquille de ceux qui n'ont rien à craindre, ni à se reprocher, et ils regagnent ainsi la grande avenue qui serpente entre les riches demeures bourgeoises.

A l'abri des regards des sentinelles empotées de la Whalberg, Jana se rapproche du gentilhomme, se blottit tendrement contre lui, renonçant aux apparences et aux convenances guindées qui brisent les élans. Elle a besoin de le sentir, de le toucher, de calmer les battements de son coeur affolé par cette aventure. Elle, qui s'était promis de ne jamais se lier à un pirate, dont la vie à bord ne tient qu'à un fil, la voilà amoureuse d'un voleur ! D'accord elle n'est pas d'une honnêteté à toute épreuve non plus, et elle a déjà flirté plusieurs fois avec le danger, mais toujours seule, en n'engageant que sa petite personne. Là, ils seront deux à prendre des risques insensés, et même si c'est excitant, elle n'est pas stupide au point de croire qu'ils sont hors de portée de la Milice et des ennuis. Elle s'accroche à son bras, et dépose une myriade de petits baisers dans son cou, sur sa joue, et à la commissure de ses lèvres avant de lui chuchoter :

- Et bien, nous avons eu chaud, mon coeur, décidément la vie avec toi est pleine de surprises, et j'adore ça ! J'ai hâte de faire sauter ce mur, maintenant ... Et de te voir à l'oeuvre, bien sûr ... Mais promets-moi que tu seras prudent et que tu ne prendras pas de risques inutiles .... Regagnons les Vitis à présent et tu m'expliqueras en détail, comment tu comptes t'y prendre, et plus de faux semblants, plus d'entourloupes, Monsieur Keiron, je veux tout savoir ! Je saurai ainsi à quoi m'attendre mais surtout comment je peux te venir en aide, en plus de faire exploser cette muraille ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Ven 2 Nov 2012 - 2:34

Tibor savoure, sans retenue. La manœuvre était culottée et son succès n'en est que plus jubilatoire. Mystifier ce genre de crétins aux biceps d'acier mais à la cervelle guère plus épaisse qu'un pépin de vitis le ferait presque rire aux éclats, du moins si sa bouche n'était pas prise d'assaut par celle de sa troublante compagne.

La belle brûle d'impatience d'entrer en scène, à présent qu'elle a constaté la friabilité de l'enceinte de la propriété de la Whalberg, et son enthousiasme est communicatif. Sa tendresse l'est tout autant. La carriole passe à toute allure devant les grilles du domaine de la rousse Raffaella, mais déjà Tibor est résolu à ne pas aller beaucoup plus loin. Ses sens aiguillonnés par les baisers torrides de la Vanyllienne l'invitent à dénicher de toute urgence un refuge tranquille sous les branches. Et quoi de mieux pour s'aimer que la paix champêtre des faubourgs de la ville ? Les couturiers attendront ! Maryza se débrouillera pour les faire patienter ! Elle leur fera la causette !

Une venelle à l'aspect bucolique, s'ébauchant entre deux somptueux manoirs, et courant à travers champs, leur offre ses courbes rouille et noisette. Un cri du gentilhomme et les chemanoirs obliquent dans cette direction et filent, comme le plus fou des blizzards, vers un soleil rouge qui embrase la cime des coteaux verdoyants.

La voiture rebondit d'ornière en caillou, et les tourtereaux rient et s'embrassent, puis rient encore, insouciants et libres, pressés de s'aimer. Par Vama, qu'ils sont loin les canons, les explosifs, la mystérieuse et richissime Whalberg, qu'ils sont loin les Vitis et les docks de Vanylle ! La pirate et le gentilhomme sont riches de leur amour, de leur jeunesse, et rien d'autre ne compte ! Les premiers bosquets seront leur nid, les premiers arbrisseaux leur offriront un charmant paravent de rameaux ténus et de feuillage mordoré. Voilà ! Les chemanoirs virent une dernière fois, et ils s'immobilisent, sur un ordre bref de leur propriétaire, devenus totalement invisibles depuis la route.

Aussitôt, sans quitter le siège de l'élégante carriole, les amants s'étreignent et se dévorent les lèvres, à en perdre la raison, gémissant et soupirant tous deux sous les torrents de baisers impétueux. La robe d'azur de Jana ne résiste pas longtemps à la fougue de Tibor, et elle s'en va chevaucher un buisson gris et s'y reposer. La Vanyllienne n'est plus vêtue que de ses talons hauts, de ses tatouages et des mains du gentilhomme, qui se multiplient pour caresser chaque courbe de la peau dorée de la brunette, laquelle s'arc-boute et se tord pour mieux se donner à son compagnon. Les voici nus tous les deux, le fier Keiron redevenu l'amant passionné et bouillonnant. Leur étreinte est brève mais fabuleuse, étourdissante, elle se termine en une apothéose foudroyante qui leur arrache un hurlement d'extase puis qui les laisse haletants, presque inertes, mais toujours cramponnés l'un à l'autre, les lèvres jointes.

Si nous rentrions, mon ange ? ... s'enquiert enfin le gentilhomme, après un long moment de cette torpeur délicieuse, et un rhabillage approximatif. A l'avance, ses yeux s'illuminent, en raison de la remarque taquine qu'il prépare à l'intention de Jana. Ta robe a t-elle survécu à nos batifolages, ma chérie ? Mais dis-moi, coquine, ne l'aurais-tu point jetée volontairement dans les ronces pour que je t'en offre une autre ?


avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   - Lun 5 Nov 2012 - 8:29

Escapade bucolique, parenthèse brûlante ... Seul témoin de leur fougueuse étreinte, le soleil caresse de ses rayons dorés, les deux corps enchevêtrés et pantelants. Ils reposent en soupirant d'aise au fond de la voiture, blottis l'un contre l'autre. Doux instants de quiétude sereine, que Jana savoure, découvrant combien elle aime ses longs moments de tendresse qui suivent leurs ébats passionnés. Ce n'est pas le mur de la Whalberg qui va exploser, mais son coeur ... de bonheur et d'amour ...

Trouble-fête, la brise légère qui caracole dans les feuilles qui les surplombent, fait frissonner leurs peaux moirées de sueur. Il est temps de récupérer leurs vêtements éparpillés autour d'eux, de se rhabiller et de rentrer aux Vitis. Jana taquine tendrement son compagnon, ajustant son col de chemise sous sa veste, glissant ses doigts dans son cou pour l'attirer à elle, et l'embrasser encore. Puis elle lui offre son dos pour qu'il ferme sa robe topaze, quelque peu malmenée par leurs mains fébriles, mais elle fera illusion le temps de leur retour.

Au signal de Tibor, les chemanoirs se mettent lentement en marche sur le chemin de terre, évitant tant bien que mal les ornières et les pierres traîtresses qui affleurent. Jana a repris sa place, blottie contre le jeune homme, chaque cahot la projetant encore plus contre lui. Elle s'accroche à son bras, et se décide à relever sa petite pique sur sa façon de traiter ses vêtements. C'est vrai que jusqu'à présent elle n'avait pas eu vraiment à prendre soin de sa garde robe, mais ...

- Tu sais, je n'ai pas besoin de dizaines de robes, Tibor, celle là est magnifique et il me semble bien que c'est toi qui m'en a délestée, et l'a envoyée voler dans les airs. Et puis je ne veux pas être à ta charge, je n'ai pas l'habitude de dépendre de quelqu'un, financièrement du moins. Nous choisirons ensemble le moment venu. Mais raisonnablement ...

D'un coup, Janalya réalise qu'en disant ces mots, elle accepte implicitement de rester aux Vitis, de partager la vie de Tibor pendant quelques jours, semaines, mois ? Qui sait ? Les canons peuvent attendre, le Romanz est en réparation, et l'Armurerie entre de bonnes mains. Alors pourquoi pas ? Elle s'octroie des vacances, une parenthèse sensuelle et tendre dans sa vie de pirate. Ensuite, ils prépareront leur voyage, ensuite et bien ensuite, elle lui fera découvrir Vanylle, et après ce qu'elle vient d'apprendre sur lui, elle ne doute pas un instant qu'il s'adaptera ...
Mais pour l'heure, direction la magnifique demeure de Tibor, dont elle n'a pas encore visité tous les recoins. Le maître de maison lui a montré les jardins paradisiaques et leurs habitants, mais pas encore la maison ...

A suivre ... Ici


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Propriété de Tibor Keiron - L'allée aux Vitis.   -

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum