AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


/!\ Chef de clan méchant ! /!\

avatar

On m'appelle Almarik Thorleif


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 38 ans
Masculin
MESSAGES : 102
AGE : 27
INSCRIT LE : 26/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Vanou
Joyaux : 50
Posté dans /! Chef de clan méchant ! /!   - Jeu 5 Juil 2012 - 3:48

Le nord, depuis que les étrangers avaient pénétré nos terres j’étais terré ici avec le gros du clan. J’avais raté la première invasion et j’espérais sans trop le demander être présent la prochaine fois qu’ils reviendraient. Nous pensions être seuls, que nos ancêtres nous avaient offert une île sans plus aucuns ennemis notables. Visiblement cela n’avait duré qu’un temps. Et aujourd’hui c’était à nous de nous dresser fièrement contre l’envahisseur, cette pensée me donnait des frissons d’excitation dans le dos et faisait bouillir mon sang. Aussi l’inactivité à laquelle me condamné l’attente d’une nouvelle manifestation me rendait fou. S’entrainer avec mes p’tits gars allait un temps, mais l’entrainement on ne le pousse jamais assez pour qu’il en devienne quelque chose de divertissant. Et je ne pouvais pas non plus user de ce que j’avais de meilleur contre eux, certes certains d’entre avaient surement en eux la force de me surprendre…Mais qu’ils gardent donc cette force pour l’envahisseur.

Alors je chassai la plus part du temps seul, ou alors juste avec quelques bras de plus pour ramener mes prises. Ca on ne pouvait pas dire que je n’avais pas comblé le village que j’avais choisi de viande. Et d’un autre coté ce que je leur apporté en viande je le consommé en alcool le soir venu. J’ai pu en observer des hommes et des femmes boire, et il me semble que la vitesse avec laquelle ils se saoulent dépend surtout de leur carrure. Autant dire qu’il me fallait forcer pour partager l’état d’ivresse de mes camarades, mais encore une fois cela forçait leur respect leur chef qui buvait des quantités inhumaines d’alcool avant d’être rattrapé par ces dernières. Et bien souvent cela devenait épic, les histoires fusaient des histoires dont personne ne devait se souvenir le lendemain mais qui sur le coup étaient assez outrageuse pour finir en pugilat. Mais personne ne disait rien, car tout le monde connaissait le clan et son travail. Le lendemain en insistant j’obligeai mes hommes et moi-même à tout remettre en état, bien souvent devant les visages crispés par la colère des aubergistes. Les plus courageux ne nous disaient pas merci pour cela, quant aux autres et bien il me donnait envie de rire en s’écrasant de la sorte. Bien que je me rappelle aussi la fois ou une femme nous avait chassé de chez elle à coup d’ustensiles de cuisine, cette dernière avait gagné mon respect à tout jamais.

[i]Pourquoi pensais-je à tout cela maintenant…Peut être la pinte d’hydromel vide devant moi me donnerait la réponse une fois qu’elle serait pleine. J’étais avec cinq ou six…Peut être même sept de mes hommes difficile à dire tellement nous étions bien attaqués, il me semblait que nous étions ici à partager de l’alcool car la chasse d’aujourd’hui avait été particulièrement fameuse et avait failli nous couter la vie. Et comme à chaque nous fêtions le droit que nous nous étions offert de vivre un jour de plus sur cette terre amoureusement hostile. Nous chantions et peut être un peu fort car il me semblait que ma voix c’était brisée depuis un petit moment. Nous avions totalement oublié la présence des autres personnes de la taverne, surement une très mauvaise habitude. Leur présence nous revint en mémoire en même temps qu’une coupe de vin à l’arrière de mon crane.

-Tu vas la fermer espèce de braillard !

Je me lève d’un bond, manque de peu de retomber sur ma chaise le temps de reprendre mon équilibre. Me retourne pour voir qui était l’espèce de bouse de Yagocks qui venait de me lancer quelque chose. Il se tenait droit devant moi, fier d’avoir enfin pu nous la fermer même s’il se tenait à l’autre bout de l’auberge. Je pris ma pinte fraichement remplie pour la lui jeter à mon tour.

-Alm…

On avait tenté de me prévenir pour la pinte et il me fallut un temps fou pour prendre conscience de mon idiotie, pour commencer j’avais raté le type d’un bon mètre, mais par contre je n’avais raté personne sur le trajet en ce qui concernait l’hydromel. Un silence lourd de signification venait de s’abattre sur la taverne alors que des regards convergeaient soit vers lui…Soit vers une femme toujours de dos les cheveux encore luisant de l’alcool qui venait de couler dessus. Avec moins d’alcool dans le sang il aurait surement reconnu cette femme plus vite…Mais il avait déjà du mal à la voir en un unique exemplaire, alors pour la reconnaître !


Spoiler:
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Jeu 5 Juil 2012 - 14:32

-Ta garde est trop haute et tes pieds ne sont pas assez ancrés au sol.

Elle illustra ses remarques en assénant un coup de pied dans le ventre de la jeune fille, qui tomba immédiatement sur le derrière. Fjölan eut un soupir exaspéré et se tourna vers un guerrier derrière elle :

-Ludwig, entraîne encore cette gamine. Elle a plus l’étoffe d’une danseuse que d’une combattante. Je me demande comment elle a pu survivre au Labyrinthe.


Le factionnaire hocha la tête, et il n’en fallut pas plus pour que la jeune femme s’éclipse.
Elle essayait de se charger elle-même de la formation de quelques nouvelles recrues, mais la plupart du temps, les jeunes gens décevaient ses attentes. Soit elle était trop exigeante, soit les Erfeydiens étaient de moins en moins vigoureux. Et inutile de préciser qu’elle ne songeait pas une seconde à la première probabilité. Tout cela la fatiguait, et l’exaspérait. Elle se donnait beaucoup en ce moment, mais voyait peu de résultats immédiats, ce qui malmenait grandement sa patience. Tout ce dont elle avait besoin c’était se changer les idées. Cela faisait un bon moment que la demoiselle ne s’était pas accordé de temps libre. A vrai dire, elle y pensait rarement, mais quand le besoin se faisait sentir, elle disparaissait rapidement pour une partie de chasse ou pour prendre un verre dans une taverne.
Et malheureusement, ce soir-là, elle avait choisi la taverne.

Il y’avait beaucoup de monde, notamment des factionnaires d’un autre clan qui buvaient et chantaient comme tout bons ivrognes qui se respectaient. Fjölan elle, n’avait emmené personne, n’ayant pas songé qu’elle resterait plus longtemps que prévu. Bien qu’elle s’était mise dans son coin, sur une petite table près du comptoir, pour siroter son hydromel, il était dur de rester complètement imperméable à l’ambiance festive et bruyante. L’alcool était bon et fort, et elle ne se fit pas prier pour enchaîner les chopes. Elle était plutôt résistante la demoiselle, mais son sang commençait à chauffer un peu. Après cette dernière rasade, elle rentrerait probablement aux camps, légèrement titubante, mais pas inoffensive pour autant.
Or, les péripéties survenaient fréquemment lorsqu’on s’y attendait le moins. Un peu embrumée, mais toujours lucide, elle entendait les gros costauds chanter, ou plutôt hurler, de plus en plus fort. Un type devant elle avait lancé son verre sur la tête d’une armoire à glace. Elle haussa un sourcil et retourna à sa chope, mais c’est sans tarder qu’elle senti un lourd objet métallique frapper son crâne, suivi d’une désagréable sensation de liquide alcoolisé s’écoulant lentement sur sa tête. Un silence s’imposa, presque aussi pesant que ceux qui précèdent une bataille. En temps normal, elle aurait calmement et proprement assommé le fautif, avant de partir se laver. Mais la boisson jouant, sa réaction fut nettement plus théâtrale.
Fjölan serrait les poings et les dents, ses cheveux trempés recouvrant sa face livide mais aux pommettes étrangement rougies. Avec un mutisme douteux, elle s’était levée avec lenteur. Presque tous savaient qui elle était, mais visiblement pas l’abruti qui lui avait lancé sa pinte sur le crâne. Après quelques secondes d’immobilité, elle fit volte-face pour faire face au fautif. Elle l’analysa quelques secondes avant de le reconnaître, rejetant violemment ses cheveux en arrière pour mieux voir le coupable, découvrant à tous sa moitié de visage balafrée et borgne, habituellement dissimulée.

-J’aurais dû m’en douter ! Y’a bien qu’un Early-Dawn pour être aussi malhabile et soûlon ! Alors, Thorleif, boire te rend incapable ?


La jeune furie eut un large sourire carnassier, qu’elle arborait rarement quand elle était sobre. Elle joua avec la garde de son épée un instant, hésitant à dégainer quelques secondes avant de se rétracter. La femme se contenta d’avancer, un peu de travers, vers le chef de clan. Sans prévenir, elle s’était emparé de la bière d’un pauvre bougre et versa le contenu sur la tête du factionnaire. Sur le moment, elle parut satisfaite, mais elle s’était par la suite mise à gueuler comme un putois un chapelet d’injures, d’une voix claquante et roulante. Les clients de la taverne commençaient à s’agiter, sentant une bagarre venir. De plus entre factionnaires, ce qui promet de pimenter le spectacle.
Fjölan se redressa, prenant une posture plus menaçante. Enfin qu’elle voulait menaçante, car sur l’instant, son potentiel charisme prenait un petit coup dans les dents à cause de l’hydromel. Mais elle s’en sortait bien pour quelqu’un aussi imbibé à l’extérieur qu’à l’intérieur.

-Alors pendard, t’as perdu ta langue ? T’as plus de verre à me lancer à la tête ? Tu sais à qui tu t’frottes là ?


Il devait faire au moins trois fois son poids, mais il ne l’impressionnait pas pour un sou. Elle en avait mis à terre des plus gros que ça. Elle connaissait aussi sa réputation de brute, mais ça ne suffisait pas non plus à l’effrayer. Elle avait peut-être un léger problème pour envisager l’ampleur des dangers, mais elle n’en avait rien à faire. Il l’avait humiliée et elle voulait une vengeance comme on en fait si bien ici. Pour elle tout se payait au prix du sang, surtout quand le sien bouillonnait.





avatar

On m'appelle Almarik Thorleif


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 38 ans
Masculin
MESSAGES : 102
AGE : 27
INSCRIT LE : 26/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Vanou
Joyaux : 50
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Dim 22 Juil 2012 - 3:39

Evidemment de toutes les furies voir même de tous les hargneux qui vivaient sur cette terre gelée avec moi, il avait fallu que ce soit elle qui prenne cette coupe malhabilement jetée. Les chefs de clans ne sont généralement jamais en bon terme. Je n’avais pourtant jamais réellement compris pourquoi il ne nous été pas possible de nous entendre. Peut-être parce que mon clan était-il l’un des plus vieux et des plus grands et donc il m’était difficile de comprendre la rivalité que me vouait les plus petit. Néanmoins celle qui venait de se lever et qui marchait d’un pas lent et menaçant vers moi n’était pas le leader d’un petit clan. Il ne me fallut guère de temps pour remettre un nom sur son visage une fois ce dernier tourné vers moi. Et la comme presque à chaque fois, une petite voix dans ma tête se mit à raisonner dans ma tête.

« Bien joué encore une fois »

Ma barbe s’étira en un petit sourire nerveux cette fois ci j’allais visiblement en prendre plein la gueule. Je connaissais la jeune fille, elle était devenue chef de clan assez jeune et cela forçait une certaine forme d’admiration et de respect. Malheureusement vu comment elle était partie peu de chance qu’on puisse régler cela avec de flatterie. Elle avait dans l’œil cette petite lueur que j’avais chez tant d’hommes et femmes, et j’aurai été mal avisé de ne pas lui donner ce qu’elle était venue chercher. J’avais entendu dire que son visage avait souffert, je ne l’avais jamais vu…Mais les balafres n’étaient pas choses rares quand on faisait un métier comme le nôtre et je n’y fis même pas attention, tout en espérant que mes p’tit gars derrière auraient la même présence d’esprit.

-J’aurais dû m’en douter ! Y’a bien qu’un Early-Dawn pour être aussi malhabile et soûlon ! Alors, Thorleif, boire te rend incapable ?

Le sourire sec que j’avais sur le visage se fit plus large, elle avait des tripes la petite il fallait bien le reconnaitre. Elle était seule, elle avait bien vu que je ne l’étais pas, et si elle était en position de force dans le nord là ou son clan était le mieux implanté une guerre entre clan ne lui aurait pas été profitable. Je me passais une main dans la barbe en réfléchissant à ce que j’allais faire maintenant, en tant que chef de clan le mieux aurait encore été que je ne fasse rien voir même que je m’excuse de ma maladresse. Mais j’étais aussi un chef de clan, et depuis lors plus personne n’avait osé s’en prendre à moi-même de manière mérité. Bien entendu certain plus ivre que je ne le serai jamais avait tenté leur chance, mais rien de bien bien excitant. Et je n’étais pas sans ignorer que si la force de mon clan était dans son nombre, la sienne était dans la hargne de ses guerriers. Elle me rendit au centuple la douche à l’alcool que je lui avais donné. Mon sang commençait à chauffer alors qu’une veine commençait à palpiter dangereusement sur ma tempe. Cette même veine que mes hommes savaient porteuse de grosses colères. Ce petit bout de femme qui ne m’arrivait même pas aux épaules se mit à m’insulter copieusement, j’en vis passé que je n’avais même jamais entendu et qui aurait fait rougir les oreilles de n’importe quelle mère de famille. Il y eu un nouveau blanc lourd de signification avant que finalement je ne finisse par éclater de rire. Un rire puissant mais qui ne suscita l’hilarité de nul autre, car dans ce rire raisonnait quelques envies de violences bien mérités.

-J’ai pour habitude de ne jamais interrompre une femme qui me fait la cour. Et pour répondre à ta dernière question jeune fille oui je sais qui tu es. Mais vois-tu, j’en ai vu défilé des plus effrayants et seul un idiot et un lache tremble devant un nom.

J’étais dressé de toute ma hauteur et il me fallait baisser ma tête pour la voir. J’avais la force de briser ses membres un par un. Et j’avais aussi et surtout avec moi mon marteau. Notre lien ne nous serrait d’aucune utilité vu que nos maitrises réciproques s’annuleraient. Néanmoins je m’étais juré de ne jamais user de cette arme contre un de mes frères erfeydiens à l’exception d’un déserteur. Je sortis l’arme de son fourreau pour la donner à l’un de mes hommes. Et comme j’avais aussi dans l’idée qu’il ne serait jamais dit de moi que j’avais frappé une femme, autrement que parce que cette dernière avait fait le premier pas.

-Sortez les garçons, je vais avoir une petite discussion de chef de clan à chef de clan.

Je n’avais aucune idée de la force qu’elle avait, mais je ne tenais pas à devenir berserk mes hommes à mes côtés, mes hommes partir ainsi que d’autres personnes finalement ne restèrent que les plus téméraire ou ceux qui pensaient peut être pouvoir participer d’une manière ou d’une autre…Ou tout simplement pensant pouvoir s’en sortir avec une belle histoire à raconter.

-Bon alors gamine…Tu comptes aller jusqu’au bout de tes paroles, ou tu t’es juste levée pour brasser de l’air ?


Spoiler:
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Mer 1 Aoû 2012 - 18:14

Fjölan le fixait d’un air féroce, dans un silence de glace qui dura un bon moment, très légèrement troublé par les chuchotements des curieux. Alors qu’Almarik semblait perdre patience fasse à ses provocations, l’absence de bruit fut brisée par son rire tonitruant. Ce n’eût pour effet que d’irriter la jeune femme, exécrée lorsqu’on ne la prenait pas au sérieux. Et elle n’allait pas apprécier la suite des choses. Pas du tout.

-J’ai pour habitude de ne jamais interrompre une femme qui me fait la cour. Et pour répondre à ta dernière question jeune fille oui je sais qui tu es. Mais vois-tu, j’en ai vu défilé des plus effrayants et seul un idiot et un lâche tremble devant un nom.


L’Erfeydienne retroussa sa lèvre, comme pour grogner. Elle sentait son sang pulser de plus en plus brutalement dans ses veines, comme au rythme d’un tambour de guerre. Ses mains se crispaient et décrispaient dans un mouvement nerveux, presque un tic. Elle le regardait se faire de plus en plus menaçant, semblant grandir doucement face à elle. Cela ne fit que l’encourager encore plus à se montrer agressive pour s’affirmer. Mais c’était bien loin d’être une bonne idée.
Thorleif était connu pour être un chef de clan clément et apprécié. Elle n’avait jamais entendu de sombre histoire à son propos et tout le monde parlait de lui avec une positivité écœurante. Mais cette fois-ci, il semblait qu’elle avait réussi à attiser sa colère, ce qui était visiblement chose assez rare. Fjölan ignorait très probablement qu’il n’y avait rien de plus à craindre que la fureur d’un homme débonnaire.

Alors que la tension s’amplifiait, il demanda à ses hommes de partir en emportant son marteau avec eux. Surprise, elle haussa un sourcil. Mais soit, cela annonçait un duel à mains nues, et non pas une bagarre qui commençait dès le début en un fouillis sanglant et désorganisé. Elle était certes légèrement moins douée avec ses poings qu’avec son arme mais n’avait cependant pas négligé ce genre d’entraînement. Et son agilité restait son plus grand point fort, lui assurant des coups de pied bien placés. Du moins lorsqu’elle n’avait pas deux trois pintes d’hydromel dans le nez.

-Bon alors gamine…Tu comptes aller jusqu’au bout de tes paroles, ou tu t’es juste levée pour brasser de l’air ?


Une ombre de sourire se dessina sur ses lèvres et elle dénoua le fourreau accroché à sa ceinture, pour lancer son épée à l’aubergiste. Le pauvre bougre craignait déjà les dégâts qu’allaient faire les deux monstres dans sa pauvre taverne. Il pria un instant le Gardien et rangea soigneusement le sabre sous son comptoir. Quant à notre ombrageuse chef de clan, elle faisait doucement tourner ses épaules, avant de craquer sa nuque et ses poings. Elle se concentra, rassemblant un maximum ses esprits embrumés.
Alors que son visage s’était presque détendu, elle eût soudainement un geste d’une extrême violence. La jeune femme s’était saisit d’une chaise à côté d’elle, pour assener un coup brutal dans la tête du massif Almarik. Ce dernier avait beau être une véritable montagne, du sang coulait tout de même sur son visage. Des premières exclamations des spectateurs se firent entendre. L’assaut avait enfin commencé.

-Ça c’est pour m’avoir sous-estimée.

A peine eût-elle fini sa phrase qu’elle projeta le reste de chaise ; qui semblait d’ailleurs plus avoir pris un Erfeydien dans la figure que d’avoir été balancée dans la face d’un factionnaire tant elle était encore plus amochée que Thorleif; jusqu’à l’autre bout de la taverne. Les badauds commencèrent à s’agiter, pariant bruyamment sur qui tuera qui et s’attroupant un peu plus autour des deux adversaires, en gardant tout de même une bonne distance de sécurité. Ils braillaient des encouragements ou au contraire des remarques quelque peu misogynes, mais rien de bien méchant. Il fallait se méfier des femmes dans le coin, surtout les factionnaires, certaines étant plus brutales que des ourses enragées. Et Œil de Glace, un surnom qu’ils utilisaient beaucoup dans cette partie du territoire, étant cent fois plus à craindre que la majeure partie des habitants des Camps du Nord-Est.
Profitant de la surprise et peut-être même de l’étourdissement provoqué par son assaut, elle enchaîna sans plus tarder avec un vif crochet du droit dans la mâchoire de son rival. En temps normal, elle n’aurait pas renchérit et se serait contenté de sa première attaque pour ensuite partir tête haute, presque méprisante. Mais la tentation avait été trop forte, distribuer des salades de phalanges, c’était tellement jouissif.

-Et ça c’est pour m’avoir appelée gamine. T’as les idées plus claires maintenant ?

Après cette dernière subtile « clarification », elle se massa discrètement la main, et recula de quelques pas, surveillant le moindre de ses gestes, un feu de glace luisant dans ses yeux. L’alcool avait beau la rendre beaucoup plus tête brûlée et imprudente, elle gardait la majeure partie de ses réflexes guerriers. Mais vu le mastodonte qu’elle avait en face d’elle, Fjölan avait grand intérêt à retrouver un peu ses esprits et beaucoup de jugeote si elle ne voulait pas finir en tapis pour l’auberge.





avatar

On m'appelle Almarik Thorleif


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 38 ans
Masculin
MESSAGES : 102
AGE : 27
INSCRIT LE : 26/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Vanou
Joyaux : 50
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Mar 7 Aoû 2012 - 13:46

Gamine…C’était tout moi ça, j’étais déjà très paternaliste avec mes hommes, enfin pour les plus jeunes. Aussi beaucoup avait pris l’habitude de se faire appeler « gamin » ou « gamine » sans en prendre mouche. Et quand on a autant d’homme que moi sous ses ordres, on finit toujours par entrer dans une forme de déformation « professionnelle » et cette fois visiblement c’est moi qui allait en payer en prix. La colère chez une femme avait toujours fasciné l’erfeydien, car cette dernière chez un homme est naturelle. Tout chez l’homme est fait pour qu’il se mette en colère, chez la femme la transformation était tellement plus frappante que chez l’homme. Peut-être était-elle surement plus vive chez la femme.

Effectivement j’étais bien alcoolisé assez pour ne pas voir venir, ou bien trop tard cette chaise m’arriver dessus. Elle n’aurait jamais réussi à frapper ma tête de toutes ses forces tant que j’étais toujours debout, alors elle avait usé d’un accessoire improvisé. La chaise explosa littéralement sur mon crane et je pouvais en remercier le gardien, l’alcool avait atténué ma perception de la douleur. Et ce que j’avais perdu en ressenti je l’avais aussi perdu en équilibre, et alors que je m’écrasais lourdement au sol, elle se rua sur moi pour m’asséner un bon crochet cette fois directement dans la mâchoire. Bah pour tout dire je préférai qu’elle s’acharne sur moi de ces petits poings qu’à coups de chaise. Car si ma tête était belle est bien partie de côté pour amortir la puissance du coup, la douleur causé par le coup de poing ne fut pas suffisante pour effacer la douleur causé par la chaise.

Elle avait parlé à deux reprises, mais je n’avais pas entendu grand-chose. Le coup sur la tête avait il était à ce point si rude ? Ou étais-je comme à chaque fois que mon sang se met à bouillir en train de perdre la tête ? Que faire ? Pouvais-je décemment me laisser aller à la douce tentation de me laisser emporter par l’élan de violence qui s’efforçait de prendre possession de moi ? Après tout elle était aussi chef de clan, elle devait être solide…Mais dans le cas contraire j’aurai son sang sur les mains pour juste une dispute entre ivrognes. Je me relève doucement en faisant craquer mon cou à droite, puis à gauche. Avec ce qu’elle venait de me mettre plus question de partir sans riposter, je serai passé pour un lâche. Elle n’était pas bien puissante, mais visiblement elle comptait sur sa rapidité et son agilité. J’étais toujours amusé de voir comment les gens me jugeaient toujours balourd et empoté tout juste bon à frapper avec une force extraordinaire. Comme si le chef du plus vieux et plus grand clan de l’île pouvait garder sa place uniquement avec de la force brute. Comment les gens peuvent-ils être idiots au point de croire que quelqu’un à la tête d’un clan de plusieurs centaines de milliers d’erfeydiens, et cela depuis des années, peut tenir tous ces guerriers uniquement par la force brute. Certes cette dernière y était pour beaucoup, mais j’étais plus agile et rapide que j’en donnais l’impression surtout sobre. Et en parlant de cela le coup sur la tête combiné à la colère sourde qui venait de s’emparer de moi venait de faire disparaitre les effets de l’alcool.

-Une chaise…J’ai bien peur qu’il te faille voir plus grand si tu veux arriver a quelque chose avec moi.


J’agrippe une table juste a côté de moi, une taille raisonnable six personnes auraient pu manger dessus sans soucis. Je rectifie la position de mes mains sur cette dernière comme s’il s’agissait d’une lance, que je m’empresse de jeter grossièrement sur elle. Le but n’avait jamais été qu’elle se la prenne en pleine tronche, juste qu’elle se déséquilibre pour l’esquiver. Et le temps qu’elle se remette bien droite sur ses jambes j’étais sur elle, et comme le dit le vieux dicton un prêté pour un rendu, cette fois c’est mon poing droit qui vient s’écraser avec la lourdeur d’un marteau frappant un morceau de fer à forger, sur son visage. Non pas une frappe d’ivrogne, un coup donné avec tout le poids du corps si bien qu’ils furent plusieurs à tomber avec elle. Je titubes légèrement déséquilibré par mon propre coup et mon taux d’alcoolémie.

-Tu vois…Je pensais à quelque chose un peu plus dans cet esprit.

Maintenant il allait falloir espérer qu’elle comprenne qu’elle n’avait pas affaire avec un gros lourdaud tout juste bon à frapper fort et sans réfléchir. Sinon…Elle n’offrirait même pas un bonne échauffement.


Spoiler:
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Jeu 23 Aoû 2012 - 17:07

Après qu’elle eut frappé Thorleif, il y eut un instant de flottement, le temps qu’il réfléchisse ou bien qu’il se remette de ce qu’elle lui avait enchaîné plutôt vite. Il n’y avait pas un chuchotement dans l’auberge, comme si tout n’était devenu qu’un tableau figé. Puis, en voyant que la montagne reprenait ses esprits, tout recommença à s’animer, doucement, puis prenant une cadence de plus en plus effrénée. Les spectateurs s’échauffaient devant la scène, au rythme des gorgées d’hydromel et au moindre mouvement, même furtif, des deux adversaires.

-Une chaise… J’ai bien peur qu’il te faille voir plus grand si tu veux arriver a quelque chose avec moi.


La jeune femme haussa les sourcils, plissant légèrement les yeux. Elle mit un instant à comprendre qu’il ne lui envoyait pas n’importe quoi à la figure, mais une bonne grosse table. Cette lenteur d’esprit due aux conditions lui fut presque fatale puisqu’elle esquiva bien mal l’objet qui filait à une vitesse monstre vers elle. Elle s’était contentée de se baisser, presque maladroitement, sous les hurlements de surprise et de rire des autres clients de la taverne. La table frôla sa tête, ne lui fit aucun dégât, mais la déconcentra fortement. A peine qu’elle s’était relevée qu’un poing qui faisait presque la taille de sa figure vint s’écraser contre sa mâchoire pour punir son manque de vivacité.

-Tu vois… Je pensais à quelque chose un peu plus dans cet esprit.

Elle n’avait pas écouté un seul de ses mots, bien que l’assemblée ait bu ses paroles, se gaussant de la situation, bien comique pour certains des guerriers présents. Elle, sa nuque était partie brutalement en arrière et elle resta immobile un bon moment. Ce coup aurait bien pu lui briser la colonne vertébrale si elle avait été simplement une petite idiote en mal de sensations fortes, voulant se confronter à un type qui faisait presque trente centimètres de plus qu’elle. Mais elle n’était pas n’importe qui. Les plus facilement impressionnables avaient donc cru durant quelques secondes qu’elle avait été foudroyée debout par la mort, mais ils remarquèrent bien vite qu’elle était agitée de petites secousses régulières. Elle ricanait.

Puis, Fjölan éclata d’un rire sans joie, sa bouche dégoulinant d’un sang épais qui avait coulé jusque son front et qui maintenant peignait son menton de rouge. Une de ses molaires du haut était très certainement explosée, mais ses autres dents étaient intactes par Dieu sait quel miracle.
Un vilain bleu s’était formé sur sa pommette, s’étendant jusque sur le côté de son œil. Sa tête tournait un peu et son oreille sifflait. Mais hors de question pour elle de prendre garde à ces détails futiles. Conservant un air fier, elle se redressa de toute sa hauteur, lui lançant d’un ton fort et presque ironique :

-Enfin un adversaire à la hauteur. Ça faisait bien des années que j’attendais ça.

Sa voix était teintée d’un étrange mélange d’émotions, entre la colère, la poussée d’adrénaline et la volonté de cacher la honte qu’elle avait à s’être prit si facilement son poing.

La chef de clan cracha à ses pieds une gerbe de sang, avec toute l’élégance et la délicatesse que se devait d’avoir une dame. Autant vous dire que même avec toute la grâce dont elle était capable, ça ne restait pas très beau à voir.
Elle aurait soudainement préféré un duel armé, ce qui l’aurait rendue plus à l’aise. Elle dû alors se contenter d’une garde souple, ses poings très légèrement fermés. Oscillant lentement, la factionnaire essayait d’analyser le plus rapidement possible chacun des points de son adversaire. Elle remarqua alors qu’il s’appuyait plus d’un côté, et que le faucher aux pieds lui serait fatal. Elle ne put retenir un léger sourire carnassier et brutalement, elle s’était accroupit, balayant le sol avec sa jambe, Almarik dans sa trajectoire. Il avait atterrit sur le dos et sans lui laisser une seconde de répit, Fjölan s’était jetée sur lui comme une furie, s’asseyant brusquement sur sa poitrine. Elle enchaîna alors des coups de poings, plus brutaux les uns que les autres, avec une rapidité monstrueuse. En temps normal, elle ne s’autorisait pas à savourer la violence telle quelle, mais l’alcoolémie jouant, elle prenait un plaisir malsain à défoncer le visage qu’elle avait à sa merci. Elle dû cependant s’arrêter plutôt rapidement, lorsqu’il ne lui laissa pas la possibilité de continuer le massacre. Et fort heureusement pour lui car d’elle-même, elle n’aurait cessé qu’au moment où elle n’aurait eu plus qu’une bouillie informe et immonde entre les mains.





avatar

On m'appelle Almarik Thorleif


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 38 ans
Masculin
MESSAGES : 102
AGE : 27
INSCRIT LE : 26/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Vanou
Joyaux : 50
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Dim 26 Aoû 2012 - 15:05

En temps normal j'aurai sûrement été fier de moi à vrai dire le regard effrayé des gens quand j'avais saisi puis lancé la table m'avait ravis. On avait beau s'en cacher devant certain, j'avais beau raconter que si j'avais tant chercher la force et la puissance c'était pour protéger les autres, et ca n'était pas faux non plus, mais ca n'était pas non plus la seule ni la première raison. A vrai dire la raison était plus narcissique et plus puéril jamais je ne me l'étais caché, mais il me plaisait de me croire le plus fort. Il me plaisait de croire que ce que ces bras, qui étaient les miens, étaient capables de prouesses de puissance que j'étais le seul à réaliser. Alors oui j'étais toujours heureux de voir la peur dans le regard des gens quand ils découvrent qu'ils sont visés, oui j'étais toujours heureux de voir une forme d'admiration voir d'envie de la part de mes semblables. Néanmoins cette fois j'avais peut être frappé trop fort. Je m'étais comme à mon habitude emporté et j'avais cogné comme un sourd, et quelques secondes après la sensation de mon poing sur son visage l'horreur de la situation me revint. Et si son cou n'avait pas résister à la force du coup ? Je n'avais jamais tué un des miens de cette manière et je m'en étais toujours défendu.

Néanmoins j'avais sous-estimer encore une fois la personne en face de moi, en plus d'avoir encaissé le choc la voilà qui c'était mise à rire. Je me doutais bien qu'elle ne devait pas trouver la situation bien drôle, mais le message était claire. Si elle devait faire mieux pour m'atteindre, je devrais faire mieux moi aussi. Un sourire illumina mon visage, je savais les erfeydiennes fortes, je n'avais pourtant pas imaginer un seul instant en voir une rire d'une de mes droites. Et cela m'emplissait de bonheur, quelqu'un pouvait encore me regarder en rigolant mon objectif n'était pas encore atteint. Elle lève vers moi un visage salement touché, je ne devais pas me sentir coupable d'avoir frappé plus fort qu'elle après tout n'avait elle pas commencé ?

-Enfin un adversaire à la hauteur. Ça faisait bien des années que j’attendais ça.

Je ne répond que d'un sourire signifiant que j'étais d'accord avec cette affirmation. Je n'avais jamais croisé le fer avec un autre chef de clan de peur des répercutions. Et aujourd'hui que je le faisais je regrettais de ne l'avoir jamais fais avant ; Le monde est vaste et plein de bons adversaires finalement. Elle prend une posture de combat défensive, levant les poings vers sont visage pour se protéger. Je ne fais pas de même pour l'inciter, la provoquer lui montrer que si elle a peur de prendre un nouveau coup, ça n'est pas mon cas. Avec le recul j'aurai peut être du me protéger un peu aussi. Je suis quelqu'un d'assez pataud en combat et j'ai toujours confiance dans mes appuies. Néanmoins je combats bien souvent dans la neige, et dans la neige on ne peut pas faucher de jambe. Ce qu'elle ne se gène pas de faire ici. Le haut devient le bas, droite et gauche se mélange un moment, je jure grossièrement de m’être fait avoir par une ruse sûrement aussi vieille que la terre que nous foulons. Elle se jette sur moi en s'asseyant sur ma poitrine pour m’empêcher de me relever, et à vrai dire même si son poids ne me retiendra pas, ses coups c'est une autre histoire.

Un véritable déluge, elle ne visait pas véritablement mais qu'importe elle pilonnait sans pitié aucune le moindre centimètre carré de mon visage. Je fis ce que je pus pour me protéger de mes bras mais l'absence de garde que j'avais préféré, je la payais maintenant. Ma tête allait de droite à gauche au rythmes de ses coups pour en atténuer autant que possible la force, jusqu'à ce que je croise son regard. Jusqu'à ce que je comprenne, que je comprenne qu'elle était en train de prendre un plaisir malsain à me démonter. Quelque chose se mit à monter en moi, quelque chose que je connaissais bien et que je m'étais aussi juré de ne jamais montrer en public. Malheureusement j'étais comme un noyer qui après quelques minutes apnée sent venir l'inspiration létale. J'aurai voulu lui dire d'arrêter mais à force de prendre sur le visage ma mâchoire était devenue cotonneuse. Une nouvelle droite, dans une gerbe de sang je ferme les yeux. Le reste n'allait plus véritablement dépendre de moi. Je sens que je me met à respirer lourdement, comme un râle, un râle profond est rauque. Il n'était même pas dit que j'allais me rappeler ce qui allait se dérouler à partir de maintenant.

Je ne pouvais pas protéger mon visage à cause de ses frappes rapprochées, alors autant l'attaquer elle, aussi fort qu'il m'était possible de le faire, mes mains grandes ouvertes dans un mouvement ample virent s'écraser contre ses oreilles. Le but de la manœuvre étant de lui vriller les tympans avec l'air sous pression déplacé pour l'occasion. Et sans son oreille interne, la gazelle allait se retrouver titubante pour un très long moment. Mes mains viennent ensuite glisser contre ses cheveux pour les empoigner et venir brutalement fracasser nos crâne l'un contre l'autre. Je pousse un cris bestial alors que je peux sentir sa respiration contre ma peau avant de la repousser et par la même occasion me libérer. Cette fois si c'est à mon tour de me saisir d'une chaise que je lève haut au dessus de ma tête, la folie brille dans mes yeux et le visage d'un animal enragé. Quelqu'un par derrière tente de se saisir de la chaise alors qu'un autre vient m'attraper par le torse pour m’empêcher d'avancer vers elle. Je recommence à crier alors que je lâche la chaise écrase à trois reprise mon genou sur le plexus solaire du pauvre malheureux, sans pour autant lâcher des yeux la chef de clan.

Les hommes de la taverne ne manquaient pas de courage il faut bien le dire, je fus rouer de coups mais sentait la douleur de très loin. Comme si j'étais juste l'observateur lointain de ce que faisait mon corps. Les cris de douleur se mêlaient à mes cris de fureur alors que tout commençait à se retourner ici bas. Un type se retrouva même accrocher à l'une des poutres de la charpente. Je pris de l'élan pour me jeter à nouveau sur elle et nous faire traverser la porte, faire plusieurs rouleaux. Et inverser nos positions. Je pris un instant pour reprendre mon souffle je n'allais pas frapper comme elle à coups de petite frappe rapides, non, j'avais joins mes deux mains au dessus de sa tête. Et quoi qu'elle fasse elle ne pourrait pas empêcher cette masse de s'écraser de toutes mes forces sur son visage.

Quoi qu'elle fasse, néanmoins ceux de mon clan en qui j'avais le plus confiance était conscient de mes pertes de contrôle. Et c'était pourquoi même en leur disant de partir ils ne partaient jamais bien loin. Et l'un d'eux avait toujours avec lui un bâton de belle taille, je leur avais appris ou frapper pour mettre K.O de manière net et instantané. Et d'ailleurs je les soupçonnais de prendre un plaisir monstre à chaque fois que venait le moment de s'en servir. J'entendis à peine le cris que poussa l'erfeydien ni même le bruit que fit le bâton en explosant sur mon crane. Tout redevins noir alors que le deuxième me rattrapait avait que je ne tombe sur Fjölan.

-Pas mal, pas mal...Cette fois on l'a pas raté le chef. On va encore en prendre plein la tronche à son réveil.


Ce à quoi ils réagirent par une bel éclat de rire. Il dégagèrent mon corps inanimé de celui de l'erfeydienne. Et s'excusèrent le plus sincèrement du monde.

-Désolé d'avoir interrompu votre combat, mais les ordres sont clairs nous devions l’empêcher de rester dans cet état. Nous serions d'ailleurs très honorés si vous acceptiez de nous suivre pour fêter votre victoire avec nous, et notre chef quand il aura repris connaissance.


Spoiler:
 
avatar
Peuplade

On m'appelle Fjölan Kallhjärta


Infos Personnage
RANG: Peottre, Nivilk, Agazhar, Dhungaärd, Hermine, Alenoä, Edörja, Niklas, Oönvüla.
VILLE & APPARTENANCE : Ystenhaim, Shaas d'Argent, Clan Kallhjärta
MON AGE : 26 ans
Féminin
MESSAGES : 1002
AGE : 23
INSCRIT LE : 05/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Sumire
Joyaux : 7200
http://www.ile-joyaux.com/t732-fjolan-kallhjarta#16739 http://www.ile-joyaux.com/t2021-faction-erfeydienne-les-shaas-d-argent
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Jeu 20 Sep 2012 - 18:00

Fjölan avait commencé à rire au fil des coups qu’elle portait. Le sentiment de supériorité sur un guerrier aussi massif la grisait. C’était quelque chose d’impensable en temps normal, en vue du sérieux dans lequel elle concentrait chacun de ses combats. La soif de victoire lui faisait perdre la tête mais Almarik la rappela bien vite à l’ordre et d’une manière assez spéciale.

Elle perdit un peu d’attention en le voyant cracher une gerbe de sang. Lorsque le chef de clan avait rouvert les paupières, elle ne reconnut pas le regard moqueur et débonnaire qu’elle avait précédemment croisé. Ses yeux et sa respiration étaient semblables à ceux d’une bête. Fjölan n’eut le temps de s’étonner qu’une fraction de seconde, haussant un sourcil interrogatif. Elle vit arriver les deux bras massifs qui virent frapper avec force les côtés de sa tête. Le bruit généré et résonnant fut tout simplement insupportable, presque monstrueux. La jeune femme émit un hurlement court, les mains portées à ses oreilles, en se tordant comme un wyrmide éventré. Alors qu’elle tentait de se relever, oscillant dangereusement même posée sur ses deux genoux, elle sentit qu’on lui tira les cheveux, et vit ensuite le visage du factionnaire se rapprocher brusquement. Le bruit sourd du choc des deux crânes fut écœurant mais cette fois-ci, elle ne poussa aucun cri, se contentant d’une immobilité absolue. La taverne tournait autour d’elle et elle ne savait si elle allait s’écrouler ou vomir en premier. Les yeux fermés, elle entendit un bruit de lutte, qui lui permit de reconcentrer son énergie le temps d’un infime répit. Sa tête était encore très douloureuse, mais son équilibre était à peu près rétablit. Quand elle put enfin analyser de nouveau ce qu’il se passait autour d’elle, la chef de clan pu voir le colosse se battre à dix contre un. Il se débrouillait presque avec trop de facilité et elle aurait pu prendre le temps d’admirer cet exploit dans un autre contexte. Dans ce cas, il s’agissait d’une aubaine que lui offraient ces imprudents. Elle profita de cette diversion pour se diriger lentement jusqu’au comptoir ou se trouvait son précieux sabre. Si elle le récupérait, elle pouvait faire face à n’importe quoi.

Malheureusement, elle ne fut pas assez rapide. Il s’était jeté sur elle avec la puissance d’un wédo enragé, l’envoyant bouler avec lui et détruire plusieurs meubles au passage. Durant ces roulades, sa jambe s’était douloureusement tordue, au point qu’elle s’en était mordue la langue pour ne pas montrer plus de signes de faiblesse. Il s’était retrouvé au-dessus d’elle, ne lui laissant aucune possibilité de s’échapper. Elle se contenta alors de lui cracher au visage et de lui lancer difficilement de nombreuses injures de son cru depuis ses poumons compressés. Mais elle se tut bien vite, sa respiration se coupant soudainement.

La jeune femme vit ses deux poings qui réunis étaient plus gros que sa tête. Il allait lui exploser littéralement la cervelle.
C’était la fin. Elle savait que son orgueil et sa témérité l’amèneraient à sa perte. Plus terrible que cette sensation létale que tout allait se terminer, ce fut l’impuissance qui la désespéra. Crever dans une bagarre de taverne, quelle mort pitoyable.
C’est alors qu’elle vit Thorleif perdre conscience et s’effondrer.
La factionnaire regardait partout autour d’elle, l’air hagard, son regard balayant les badauds devenus mobiles et muets. Elle mit un certain temps à comprendre la situation. Fjölan fixa le colosse assommé, puis ses subordonnés qui avaient fait proprement le boulot et retenait le poids qui avait menacé de s’écrouler sur elle.

-Désolé d'avoir interrompu votre combat, mais les ordres sont clairs nous devions l’empêcher de rester dans cet état. Nous serions d'ailleurs très honorés si vous acceptiez de nous suivre pour fêter votre victoire avec nous, et notre chef quand il aura repris connaissance.


Elle se releva doucement, réfléchissant avec difficulté après le sort qui l’avait frôlé. Il était bien rare qu’elle se retrouve dans un tel état, puisqu’elle ne rencontrait que très peu des Erfeydiens capable de lui tenir tête avec autant de brutalité. Elle avait bien faillit y passer et avait grand mal à se faire à cette idée. Sa tête tournait légèrement, peut-être aussi à cause des restes d’hydromel, et elle se sentait un peu perdue. Le plus gros de l’évènement ayant été digéré durant ces dizaines de secondes de rétablissement, elle souffla un grand coup avant de demande, avec un air déboussolé qui ne lui ressemblait que très peu :

-J’aurais bien besoin d’un verre pour faire passer tout ça. Mais vous voulez dire que c’est pas la première fois qu’il se met dans un tel état ?

Elle écouta d’une oreille la réponse, tandis qu’elle vint s’appuyer sur l’épaule d’un des deux guerriers pour soulager sa jambe meurtrie. Elle lui demanda l’autorisation d’une manière bien à elle, c’est-à-dire en lui demandant d’arrêter de rire bêtement et de l’aider sur le champ. Ce qui marchait en général plutôt bien, mais dans ce cas il s’agissait plus de compassion que d’obéissance.
L’Œil de Glace avait beau compter bon nombre de factionnaire brutaux dans le Clan des Shaas d’Argent, les berserks restaient un cas assez rare dont elle avait pu assister à bien peu de cas. Le dernier qu’elle avait combattu, ce fut lorsqu’elle était devenue chef : Björn Baranegla. La différence était grande durant cet affront, car elle s’y attendait et elle n’était pas seule. Là, elle devait avouer qu’Almarik lui avait fait une sacrée mauvaise surprise.

Fjölan s’était installée à la table des Early Dawn, qui contrairement à ses attentes, la traitait avec respect et camaraderie. Ils semblaient impressionnés par la férocité au combat dont elle avait fait preuve. Mais pour elle, cela restait un échec. Elle s’était laissée être débordée par la situation et avait eu besoin d’assistance, c’était donc loin d’être une victoire. Les factionnaires ne semblaient pourtant pas prendre en compte ce point, répétant qu’il était assez dur de le pousser à bout. Le clan remonta bien vite dans son estime, surtout au fil des pintes. En tout cas, elle était sûre qu’elle ne défierait plus jamais Thorleif de la sorte.

Spoiler:
 





avatar

On m'appelle Almarik Thorleif


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : 38 ans
Masculin
MESSAGES : 102
AGE : 27
INSCRIT LE : 26/06/2012
PSEUDO HABITUEL : Vanou
Joyaux : 50
Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   - Mar 25 Sep 2012 - 15:15

-J’aurais bien besoin d’un verre pour faire passer tout ça. Mais vous voulez dire que c’est pas la première fois qu’il se met dans un tel état ?

Celui qui l'avait ouvert pris un air affolé durant une petite seconde avant que son acolyte lui mette une claque derrière la tête en fulminant.

-Crétin ! Tu sais bien que le chef n'aime pas qu'on parle de ça...

C'était tabou et même dans leur propre clan très peux étaient au courant des pertes de contrôle de leur chef. Un spectacle terrifiant qui ne devait pas être ébruité, ils savaient tous que leur chef n'était pas un mauvais bougre et encore moins une homme prenant un plaisir malsain dans la violence. C'était quelque chose qu'il ne pouvait pas contrôlait et qui le prenait irrémédiablement une fois que la fureur du combat atteignait son paroxysme. Et tous comprenait que leur chef ne voulait pas que s'ébruite la rumeur selon laquelle il ne serait plus capable de discerner amis d'ennemis quand il se bat. Ce qui n'était finalement arrivé qu'une poignée de fois uniquement quand le combat était d'une rare violence et l'ennemi d'une rare endurance.

-Faudra aborder le sujet avec lui...Il aime pas beaucoup qu'on parle de ça sans sa permission.

Puis il aida la chef de clan à se relever, il l'aurait fait sans qu'elle eu besoin de le demander et encore moins de cette manière. Et pour bien lui montrer qu'il n'avait pas d'ordre à recevoir d'elle, il mit un petit temps à s’exécuter. Mais irrémédiablement elle avait gagné le respect des deux hommes, leur chef ne perdait rarement voir jamais dans des combats d'ivrognes mais jusqu'à maintenant il n'avait jamais perdu l'esprit. Elle avait du le pousser dans ses derniers retranchement ou l'énerver...Qui sait peut être même l'avait elle mit en difficulté. Peut être l'absence de son marteau y était pour beaucoup.

-J'ai juste le droit de te dire bravo...Y'a pas beaucoup de gars a avoir réussi à provoquer ça.

Et sur ces bonne paroles ils l’emmenèrent à leur campement le temps qu'elle reprenne des force et l'intégralité de ses esprits.

_____________________


C'était toujours le même rêve totalement idiot. J'étais nu comme au premier jour, les pieds dans la neige mais elle n'était pas froide. J'avais mon marteau dans les mains mais lui à l'inverse me paraissait bien plus lourd qu'a l'ordinaire. Et je n'y voyais pas à plus de deux mètres devant moi. Pourtant j'étais sur d'être observé des cris me parvenais de manière étouffé. Tout était noir et je n'avais pas le moindre repère, juste une envie...une besoin, celui d'avancer droit devant moi. Je me mis à marcher les ténèbres semblant bouger en même temps que moi. Plus je m'approchais de la source de mon désir d'avancer et plus les cris se faisaient distincts. Visiblement des cris de rage et de douleur, encore et toujours ce genre de cris. J'avais la nette impression de savoir ce qui m'attendais comme une impression de déjà vu, mais impossible de se rappeler quoi. La neige avait pris une drôle de consistance, comme la neige à moitié fondue.

Même en ne bougeant pas je pouvais entendre le clapotis de bruit de pas dans de l'eau. Je tenais mon marteau serré contre moi, non plus comme une arme plutôt comme une protection ou comme un porte bonheur. J'étais à vrai dire terrifié, terrifié par cette chose dont les pas raisonné dans tout les sens, je ne pataugeais non plus dans la neige mais dans l'eau...Enfin c'est ce que je pensais jusqu'à ce qu'on me projette dedans. Mué par un réflexe d'auto-défense je me mis sur le dos pour envoyer mon marteau décrire un arc de cercle au dessus de moi, mais je ne fis que brasser de l'air. Tout autour de moi les clapotis étaient devenus frénétiques, comme si non pas une mais plusieurs personnes tournaient autour de moi. De noir le monde extérieur avait viré au rouge, l'eau été devenus sang et même si j'avais beau crier pour qu'il se montre j'étais toujours remis à terre par derrière par quelque chose que je ne voyais pas. A chaque fois que je me relevais, j'y retournais mais je m'obstinais à me relever sans même savoir pourquoi. Sûrement l'envie de savoir qui pouvait bien me tourmenter à ce point jusque dans mes rêves.

-Chef ! CHEF !

Une bonne paire de claques rien de tel pour vous sortir d'un rêve qu'il soit bon ou mauvais. Je me redresse comme frapper par la foudre puis retombe en maugréant en même temps que la personne m'ayant réveillé. La raison, je m'étais tout bonnement si vite relevé que nos têtes étaient entrées en collision. J'avais l'impression que tout les erfeydiens vivants et morts m'étaient passés dessus durant mon sommeil. Je me mis debout sans même faire attention à la petite chochotte qui se frottait la tête en gémissant, qu'aurait-il fait s'il avait été à ma place, aurait-il demandé à être achevé ?

Je me mis à chercher des yeux les deux a qui j'avais donné la permission de me donner un coup sur la tête si jamais il arrivait quelque chose de malheureux. Car certes j'avais donné mon autorisation pour être neutralisé mais je n'avais pas signé pour me faire détruire la tête. Je n'eus pas à chercher bien longtemps les deux fautifs assis à un banc en train de boire avec celle qui était la dernière responsable indirecte du coups que j'avais pris sur la tête...Et de sûrement tout ceux dont j'avais le vague souvenir pour l'instant mais les douleurs commençaient à refaire surface. Je pris place sans demander la moindre autorisation ici j'étais chez moi. J'étais quand même soulagé de voir qu'elle était encore en vie, bien souvent c'est avec des morts ou des bouts de morts dans mes bras que je me réveil.

-Fjölan Kallhjärta...Des Shaas d'argent. Il est rare que quelqu'un d'aussi jeune se fasse une telle réputation.


Je fis craquer mon cou tout en me passant une main sur ma mâchoire douloureuse. Elle n'était pas cassé, mais je devais bien avoir les os fragilisés ou félés.

-Mais il n'y a visiblement rien d'usurpé.

Je savais que les deux à notre table mourraient d'envie d'appuyer ce fait par leur approbation, mais si j'avais moi décidé de reconnaître à ma manière que j'avais passé entre ses mains un sale moment je leur fis comprendre du regard qu'il valait mieux pour eux éviter d'insister. Et d'ailleurs pour en finir.

-D'ailleurs allez me chercher un truc à boire, j'ai l'impression que la moitié de l’île vient de me tomber dessus. Un truc léger j'ai pas envie d'ajouter à ma gueule de bois. Et je transforme en tapis le premier qui me ramène de la tisane ou une boisson du même genre !

Je repris mon sérieux en posant mon regard sur elle. Les femmes de notre île sont certes des femmes pleines de surprises, mais de la à déployer une telle violence et surtout y prendre goût. J'étais maintenant intrigué, quel genre de femme elle pouvait être, quel genre de chef elle pouvait être. Comment arrivait-elle à tenir ses hommes ?

-Sacré affrontement...Je pense que j'peux m'excuser pour t'avoir sous estimé.


Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: /!\ Chef de clan méchant ! /!\   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum