AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Jeux d'argent, jeux de forbans.

avatar
Forban du Désert

On m'appelle Loth de la Vision


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le désert des Murmures
MON AGE : 21
Féminin
MESSAGES : 1635
AGE : 27
INSCRIT LE : 22/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 521
Posté dans Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Sam 4 Aoû 2012 - 14:20

Rappel du premier message :

Festival de Bonne-Entente. Jour 2, à la tombée de la nuit.


Présenté comme un stand de bibelots en tout genre, d'origine korrulienne, l'étale était depuis les toutes premières célébrations du grand troc annuel connu pour son organisation de jeux de hasard. Cartes, dès, quille, roulotte... l'arrière boutique située dans une caverne à même le flanc du Passage Ardent abritait les joies des jeux d'argent. Ici, il n'y avait pas de règles à connaitre à part celle du jeu en lui même. On payait un droit d'entrée, et ensuite, c'était à celui qui plumerait au mieux l'autre. La triche était fréquente. Les règlements de comptes au sabre l'étaient tout autant. Il fallait donc être le meilleur des fraudeurs parmi la crème des arnaqueurs. Parfois, il arrivait que miliciens ou veilleurs fouinent dans les affaires de la pègre du festival, mais tant que l'établissement provisoire ne cachait pas de fugitif dangereux, pirate, forban ou autre sang-mêlé, aucune mesure n'était seulement envisagée à son encontre. Certaines tables de jeux se targuaient de rassembler d'honnêtes participants et attiraient les soldats ou officiers de passage. Il y avait des habitués, même si leur présence était, d'un commun accord, purement professionnelle. Les hommes de loi veillaient à la sécurité de ces concitoyens de jour comme de nuit, sur la place principale comme dans l'encastrement sombre des stands peu fréquentables.

Depuis plusieurs mois, Loth travaillait son terrible accent korrulien. Elle avait réussi à adoucir la rudesse de sa langue natale, et trouver toujours moyen à brouiller l'esprit de ses interlocuteurs par l'alcool ou les herbes. Toujours affublée de sa tenue d'oiseau, elle avait cette fois là caché le tout par une belle cape miel aux finitions vermeil. Un peu élimée en bas, trop longue aux manches, la capuche dissimulait sa couronne d'os et de plume de corbic, derrière création fantaisiste de la jeune forban. Un bracelet fort brillant ornait son poignée, ainsi qu'un horrible collier multicolore qui dégageait une étranger odeur de yellow. Ses poches, quant à elles, étaient remplies d'objets volés plus inutiles les uns que les autres.
En deux journée et une nuit, Loth avait amassé un petit trésor et ce soir, elle mettrait tout sur table.

Le rocher sur lequel elle avait pris place devenait de plus en plus inconfortable. Elle remuait sans cesse sur sa "chaise" ce qui agaçait son voisin de droite. Ce dernier ne cessait de lui lancer des regards biaisés, plein de sous-entendus, et appuyait son mécontentement en sifflant du nez. Le visage pourtant masquait par l'épaisse fumée de son cigare, on ne pouvait s'y méprendre ; son jeu sentait aussi mauvais qu'un lesbos. Loth avait repéré ce petit tic nerveux du pied qu'il opérait dès qu'il tirait une mauvaise carte. Face à lui, le grand brun inexpressif aurait pu tromper la fille corbic s'il ne se trouvait pas dos à une drôle de joueuse accoutrée d'un extravagant chapeau aux facettes en miroir. Préoccupé par ses yeux larmoyant à cause du cigare, l'armoire à glace n'avait rien remarqué de ce désavantage, sans quoi il aurait aussitôt changé de place, ou trancher la tête de la femme au chapeau.

Confiante, Loth mit carte sur table. Les deux autres suivirent. Sans grande surprise, elle remporta la partie pour la quatrième fois. Les gains en jeux avaient peu de valeur, sauf pour Loth et son attrait pour les amusettes, ils se contentèrent donc d'extérioriser leur mécontentement en jetant au loin le bout de bois qui faisait office de plan de table. Calmement, le sourire aux lèvres, elle récupéra son maigre trophée. Elle avait néanmoins perdu deux adversaires, et toutes les tables alentours étaient pleines.

"Quelqu'un pour les dés ?!" fit une voix de baryton vers l'entrée de la caverne.
Sans hésiter, Loth se dirigea vers le demandeur. "Ici, ici ! La place est libre, Loth n'est pas prise ♪" lança-t-elle joyeusement en prenant place. "Qu'est-ce t'as à proposer ? On veut pas de tes babioles parfumées à la pisse de draomas."
Le borgne qui avait parlé porté une cape de veilleur, mais vu son état, il avait du la récupérer sur un cadavre des années auparavant, à moins d'avoir, qui sait, servit dans le corps armé korrulien à une époque lointaine.

Toujours est-il que le regard de Loth fut attiré par le joueur qui se tenait à ses côtés, plus menu et discret. Il comptait les pièces au centre de la table. "J'ai ça !" répondit la forban en jetant sur l'argent une bague ornée d'une sacré jolie pierre. Le borgne voulu la prendre pour l'inspecter de son gros oeil valide, mais Loth lui asséna une tape vif sur le dos de la main. "Tss tss ! Il faut gagner pour ça."
Le jeune homme à sa droite prit le gobelet et le duo de dés en réponse, comme pour lancer la partie. Ses yeux dorés intriguaient Loth de la Vision plus que le tas de pièces scintillantes rassemblées sous son nez.




Forban du Désert

On m'appelle Loth de la Vision


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le désert des Murmures
MON AGE : 21
MESSAGES : 1635
INSCRIT LE : 22/01/2012
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 13 Sep 2012 - 5:05

Il parlait beaucoup, et posait tout autant de questions. C'était Loth qui jouait le rôle de la pipelette dans une conversation d'ordinaire, pas l'inverse. Elle n'aimait pas bien qu'on s'intéresse à sa vie de voleuse et de vagabonde. Toutefois, elle se plaisait à inventer un personnage qu'elle ne serait jamais. Rester à régler l'aspect réaliste de l'histoire, en quoi elle avait encore beaucoup à apprendre...
"Je suis une ancienne Chamane de Penjoie, alors oui je suis plus korrulienne que tous les gens ici présent !" Elle lui adressa un sourire plein d'audace, s'autorisant même un petit rictus.
"J'ai un don pour les jeux en tout genre, héritage des grands pouvoirs chamanique de mon enfance. De ce fait.... je dois reconnaitre que tu as été très courageux d'accepter un défi contre moi. Tu n'aurais pas pu gagner, évidemment, je te l'avais pourtant bien dit. Tu n'en fais qu'à tête. D'ailleurs..."
Elle décala sa chaise pour se rapprocher de lui, soulevant un petit nuage de fumée que le vent envoya voler jusqu'à la table d'à côté et provoqua une série de grognement. Une "terrasse" dans le désert, qu'elle idée aussi ! Elle était d'ailleurs plus remplie qu'en journée, le soir tombant amenait sa fausse fraicheur avec lui.
"Je veux bien t'apprendre comment gagner une partie de pourchënta* korrulienne en échange de ce ravissant manteau que tu portes là." Elle attrapa un pan du dit manteau pour en toucher la matière. "Ce tissu m'a l'air de qualité, il a du coûter cher. Mais la couleur m'irait sûrement mieux. Tu devrais plutôt porter de l'émeraude tu sais, ça ferait ressortir la couleur ambré de tes yeux."
Loth relâcha l'habit, bien tentée de l'arracher tout bonnement au lieu de le demander poliment.


*j'ai inventé un nom mais je vois un peu ça comme du poker xD
avatar

On m'appelle Khasakham Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie / Veilleur Pourpre
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 157
AGE : 23
INSCRIT LE : 01/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Haerith
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t909-kasakham-desnolances
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 13 Sep 2012 - 6:06

Ce que racontait Loth était peu vraisemblable, Khasakham s'en rendait bien compte. Une Chamane, elle ? Ça pouvait expliquer son côté décalé, mais les rares Chamanes qu'il avait eu le loisir de rencontrer -le jeune homme ne s'était jamais vraiment intéressé à la religion- ne lui avaient pas donné cette impression de... folie pure. Des mystiques, d'accord. Pas des fous furieux sans morale.
Pourtant, le jeune homme était bien trop dans ses petits souliers pour oser lui faire part de ses soupçons. Il se contenta d'acquiescer poliment, mais se crispa bien vite quand elle aborda le sujet de la pourchënta. Il n'était pas assez sot pour réitérer la même erreur! Être entourloupé deux fois lui avait amplement suffi.

"Je n'ai plus très envie de jouer", se contenta-t-il de répondre en haussant les épaules, mimant la fatigue. Mais l'intérêt soudain que Loth portait à son manteau lui donna une idée. Sans oser y croire pour de bon, il ajouta en désignant son sabre, sagement posé sur les genoux de la jeune femme, essayant vaille que vaille de dissimuler son espoir juvénile: "Puisque tu aimes tant mon manteau, on peut faire un échange si tu veux. Je te donner mon manteau contre mon... ton sabre." Voyant les yeux de son interlocutrice se plisser, il ajouta en se penchant légèrement en avant, sur le ton de la confidence: "Cette étoffe est l'une des meilleures de Korrul, le sais-tu ? Ce manteau est digne d'un roi. Des marchands seraient prêts à t'offrir d'étonnantes sommes pour le racheter..." Il laissa sa phrase en suspend, osa un clin d'oeil malicieux -mais terrifié- et se recula sur sa chaise, levant le menton d'un air entendu.
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Loth de la Vision


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le désert des Murmures
MON AGE : 21
Féminin
MESSAGES : 1635
AGE : 27
INSCRIT LE : 22/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 521
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 13 Sep 2012 - 6:46

Un simple échange ? Pas de jeux ? Pas de défi ? Pas de pari ? Juste un troc ? Et puis quoi encore, Loth était une ex-chamane, pas une vulgaire commerçante des cités d'ostracisés. Ce qu'elle aimait, c'était jouer. Avec les objets, les gens, la vie. Les bras croisés sur sa poitrine, bien adossée à sa chaise, elle jaugea Khasakam de bas en haut, l'air pensif. Il paraissait sur de lui, et avait repris des couleurs - la pâleur de son visage lui donnait un air malade, la forban ne comprenait toujours pas pourquoi il passait par tous ces états émotifs depuis leur rencontre. Que craignait-il ? Un mouvement attira son regard derrière elle. Les deux hommes de la table d'à côté s'étaient levés brusquement et se dirigeaient vers eux. Loth se pencha précipitamment vers Khasakam pour lui glisser un ultime défi.
"Je n'échange rien sans condition un tant soit peu intéressante. Alors j'accepterai de te donner mon nouveau sabre contre ton manteau qui ne vaut pas autant que tu le prétends si tu parviens à... tremper d'alcool ses deux hommes qui approchent, d'une manière ou d'une autre. De la tête aux pieds !" D'un signe discret du menton, elle désigna la demi-douzaine de baril de vin gernien qui trônait fièrement sous le porche du restaurant chic matroscien situé en face. La façade était déjà alléchante, mais Loth savait que l'intérieur du lieu bâti dans le défilé afin de conserver une température appréciée des Marchands du littoral dégoulinait de luxure. Comment Khasakam les amènerait-il à s'approcher de l'entrée gardée ? La forban n'était même pas sure que les tonneaux étaient réellement emplis du précieux alcool bordeaux. Dur de faire prendre une douche à quelqu'un en plein désert.
Un grand sourire carnassier fendit son visage en deux, ravis du nouveau jeu lancé. La jeune femme espérait seulement que Khasakam accepterai de se décoincer un peu. Il manquait de folie, même si le potentiel y était. Une idée traversa son esprit, histoire de motiver un peu plus le veilleur.
"Tu sais quoi, je suis prête à laisser tomber mon attrait pour tes yeux si tu acceptes ! Bon.... pour un temps. Disons deux semaines."
L'ombre des deux veilleurs recouvrirent Khasakam. Loth se décida à goûter à son breuvage, plus pour masquer l'immense sourire que pour se désaltérer. L'alcool pourtant pas très fort décapa son gosier d'une bonne gorgée. Manquant s’étouffer, elle reposa sa pinte avec une grimace, les yeux larmoyants.


avatar

On m'appelle Khasakham Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie / Veilleur Pourpre
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 157
AGE : 23
INSCRIT LE : 01/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Haerith
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t909-kasakham-desnolances
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 13 Sep 2012 - 14:18

Un soulagement indescriptible s'empara du jeune homme lorsqu'il entendit la réponse de Loth. Ses yeux! Elle acceptait d'abandonner ses yeux! Mais c'était magnifique, mais comme la vie était trop géniale! Comment qu'il avait une chance incroyable! Certes, elle oubliait momentanément son désir de posséder ses prunelles, car cela ne durerait que deux semaines. Mais ça lui laissait grandement le temps de filer en douce, récupérer un peu d'argent, et d'aller vivre à Matroos. Son état de choc lui causait de graves soucis d'imagination, mais il n'y prit pas attention. Après tout, c'était probablement le meilleur moment de la journée!
Tout sourire, il écouta la fin des explications de son interlocutrice, qui faillit s'étouffer avec son hydromel.
Bon, cela ne devrait pas être trop compliqué. Il avisa les deux hommes qui s'approchaient d'une démarche nonchalante. Il reconnaissait bien là la dégaine des Veilleurs pourpres. Ces deux jeunes coqs étaient de sa caserne, et Khasakham connaissait bien leur manière de faire. Avant qu'ils ne parviennent tout à fait à leur table, le jeune homme riva ses yeux mordorés dans ceux, violets, de Loth, et souffla, un étrange sourire plaqué sur le visage: "Chiche."
Aussitôt, il se leva, pointa un doigt accusateur sur la jeune femme et clama d'une voix suffisamment forte pour que toute la terrasse l'entende: "C'est une Forban! C'est elle qui a volé la dot de ma soeur! J'offre son poids en or à celui qui l'arrêtera!"
Bien sûr, Khasakham ne savait pas vraiment si Loth était ce qu'il disait qu'elle était. Mais il supposait qu'elle avait l'air si bizarre que ses dires ne seraient pas contestés. Ses paroles eurent l'effet escompté: une partie des gens présents, pour la plupart des femmes accompagnées d'enfants, se levèrent et prirent leurs jambes à leurs cous: les Forbans était réputés pour être redoutables. L'autre partie, qui était constituée d'hommes ou de soldats se mit également en mouvement. Un vent de panique souffla sur la terrasse, tandis que les hommes d'armes présents bondissaient de leur siège pour fondre dans leur direction. Profitant de la débandade, et se moquant pas mal de comment la jeune femme allait se débrouiller, il vit avec plaisir que même les gardes de l'entrée paraissaient indécis. Ils échangèrent quelques mots, et l'un d'eux rejoignit le centre de la terrasse, là où Loth se trouvait probablement. L'autre regardait la mêlée avec envie. Dans son dos, un brouhaha peu alléchant commençait à enfler. Des coups furent certainement échangés, car un ou deux hommes grognèrent comme si un poing venait de vider l'air de leurs poumons. Ces imbéciles se battaient à coup sûr pour être le premier à mettre la main sur la jeune femme.
Profitant de la distraction du garde, et de sa petite taille (pour une fois que ça lui était utile!), Khasakham évita deux ou trois coups de poing maladroits, et se glissa dans le dos de l'homme posté à l'entrée. Il devait agir vite, avant que ceux à l'intérieur du bistrot ne sortent et ne l'aperçoivent. Rapidement, il tira une dague de sa botte, fine lame qui ne le quittait jamais. Il commença à tailler furtivement la corde maintenant plusieurs tonneaux, quand un bruit l'arrêta dans sa tache: un souffle rauque s'était posé au-dessus de sa nuque. Une main large comme un battoir se posa sur son épaule: "Qu'est-ce que tu viens fouiner là, petit ?" Khasakham leva les yeux au ciel, se dégagea et bondit sur la pile de tonneaux. Le garde tendit son énorme main vers lui, mais le rata de peu. Le jeune homme s'en serait probablement bien tiré si, la corde reliant plusieurs barils entre-eux, la même corde qu'il avait commencé à trancher, n'avait pas cédé. Les tonneaux s'ébranlèrent, tanguèrent sur place, avant que le poids du Veilleur pourpre ne les fasse basculer vers l'avant. L'avalanche fit s'effondrer le baril sur lequel il se tenait, et Khasakham tomba sur le sol sans grâce, étouffant un grognement. Le garde reçut, malheureusement pour lui, un traitement encore pire. Il gisait encore au sol, assommé par la dizaine de tonneaux qui lui étaient passés sur le corps. Khasakham ramassa sa dague, la replaça à sa place et regarda ce qui venait de se produire par sa faute.
Les tonneaux, en percutant la mêlée quelques mètres plus loin, s'étaient en grande partie brisés, si bien que les hommes pataugeaient désormais dans une gigantesque flaque rougeâtre. Sans prendre le temps de réfléchir, Khasakham chercha des yeux ses deux "camarades": il en aperçu un, qui se débattait visiblement avec une brute d'imposante stature. Les vêtements du Veilleur étaient bien imprégnés d'alcool, ça lui en faisait déjà un de moins à tremper. Après un temps qui lui parut interminable, il localisa enfin l'autre. Avec stupeur, il s'aperçu qu'il avait presque rejoint Loth, toujours au centre de la terrasse. Il décida de soulever un tonneau (ça pouvait toujours servir). Titubant sous le poids du baril, il du éviter à nouveaux quelques rustres,dut repousser un barbare, que quelqu'un lui avait envoyé en pleine face. Il le fit sans ménagement et grimaça quand son haleine putride lui arriva dans la figure. Heureux comme un gamin, il vit son ami se ruer sur Loth. Au moment où il passait devant lui, Khasakham tendit son pied, de sorte que le Veilleur pourpre s'effondra sans comprendre ce qui lui arrivait. Ployant sous le poids du tonneau, Khasakham eut le temps de lire le regard d'incompréhension de son compagnon de chambrée, avant que le baril ne bascule vers l'avant. Le vin gicla de toute part, éclaboussant jusqu'au bas de sa tunique. Un silence pesant s'installa sur la terrasse. Le Veilleur pourpre, presque noyé sous le liquide rouge, n'avait jamais aussi bien porté son statut qu'en cet instant. Le vin coulait sur son menton et, bouche-bée, il fixait son supérieur hiérarchique sans comprendre.
Khasakham se gratta la nuque, grimaça un sourire: "Heu... il fait sacrément chaud, hein ? Un peu de fraîcheur, ça fait du bien! Il faut toujours prendre soin de ses soldats." Puis, il jugea plus prudent d'ajouter: "Je t'expliquerai ça une autre fois.". Avant que le reste des hommes présents ne sorte de sa léthargie et ne comprenne ce qu'il venait de se passer -en commençant par les tonneaux explosés et la mare de vin répandue par terre-, Khasakham se tourna vers Loth, déposa quelques pièces sur leur table qui était par miracle restée debout, histoire de payer les hydromels, et lui proposa: "Bon, et si on s'en allait ?"
avatar
Forban du Désert

On m'appelle Loth de la Vision


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le désert des Murmures
MON AGE : 21
Féminin
MESSAGES : 1635
AGE : 27
INSCRIT LE : 22/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 521
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 13 Sep 2012 - 16:24

Spoiler:
 

Un délicieux "chiche !" qui confirma ses soupçons au sujet de Khasakam. Puis, aussitôt, une horrible accusation. La bouche de Loth resta ouverte comme un poisson hors de l'eau quelques secondes, sidérée parce ce qu'elle venait d'entendre. Elle n'eut pas le temps de cogiter plus longuement sur cette annonce qu'un brouhaha de chaises tombées, pas précipités, cris apeurés se joignit aux chants métalliques d'épées qu'on dégainent de leurs fourreaux. Son estomac se noua de peur devant la foule brusquement agitée qui fonçait dans sa direction comme un troupeau de garganflores chassé par des braconniers. Elle chercha Khasakam des yeux, mais il avait déjà fui. Ce constat atterra la jeune forban. Mais plus douloureuse encore fut la réaction des gens. Leur peur avait touché cette partie très enfouie d'elle même qui s'efforçait de lui rappeler sa condition malgré elle. C'était un monstre, une tueuse née parmi des tueurs, une rejeté des dieux. Cette illusion d'une vie commune à défaut d'être banale s'estompa dès lors qu'elle du se préparer à l'assaut de ces hommes qui voulaient sa peau.
L'espace d'une seconde, elle aperçut Khasakam près des barils de vin. Prise d'une étrange soulagement, elle se reprit presque aussi vite qu'elle s'était affolée et bondit sur ses deux pieds, prête à rendre les coups au centuple.
L'homme le plus proche ne lui avait hélas pas offert assez de temps pour paniquer, aussi reçu-t-elle son poing dans le bas de la mâchoire avec toute la violence qu'il avait pu engranger dans son geste. La vue de Loth se troubla momentanément, mais son ossature tint bon. Elle hériterait d'un merveilleux bleu dans les heures à suivre, et peut être d'une dent ou deux branlantes. Alors qu'elle levait son propre poing pour frapper son adversaire, un homme bedonnant déboucha de nul part et fonça tête la première dans les cottes du premier. La forban frappa le vide. Elle baissa les yeux sur les deux hommes qui se battaient entre eux. En y repensant, Khasakam avait promis son pesant d'or contre sa capture. L'idée de se rendre à lui pour avoir la récompense traversa son esprit.
"Aaaarrrhh !!! Mécréaaaaaaaaaant !" Loth glapit un oups tout en esquivant de justesse le tabouret volant vers elle. Une tête passa par là. Elle tapa dans le vide une nouvelle fois. L'aubergiste s'était pris les jambes dans la mêlée humaine au sol.
"Mais c'est pas vrai !!!!" ragea la forban en martelant du pied la terrasse. Un bruit sourd attira son attention. Khasakam dansa sur les tonneaux un instant avant de s'écrouer lourdement dans le sable dur. La petite douzaine de barils roula jusqu'à la cohue puis s'écrasa contre le mobilier de la terrasse dans une explosion de vin rouge. Un vrai feu d'artifice, splendide ! Tout sourire, Loth jubilait du spectacle. Il avait relevé le défi, et il n'avait pas fait dans la dentelle. Elle se retint de frapper dans ses mains mais sautillait presque sur place. La marre étendit ses bras jusqu'à elle, trempant ses bottes limées. Elle grimpa sur sa chaise et s'accroupit. Autour, les hommes étaient tiraillés entre la colère et l'enivrement de l'air. Ce fut le clou du spectacle lorsque Khasakam noya littéralement un veilleur en vidant le contenu du dernier baril intact. Avant qu'il n'arrive à sa hauteur, Loth prit un air faussement furieux - du moins, à demi faux. Il se déchargea de quelques pièces avant de l'éloigner du carnage odorant. Déjà les curieuses Marchandes aux robes bouffantes pointaient leur nez hors du restaurant, attirées par le bazar.

Ils s'éclipsèrent en courant vers les profondeurs du Passage Ardent, dissimulés par la nuit. Derrière lui, Loth pouvait sourire de toutes dents. Elle reprit son masque de mécontentement alors qu'ils s'arrêtaient enfin de fuir comme deux enfants après un mauvais coup et croisa les bras, les sourcils froncés.
"Tu m'as délibérément mise en grand danger ! Te rends-tu compte ? Je suis peut être une ancienne chamane, mais j'ai plus mes pouvoirs !" Elle agita ses mains dans l'air pour appuyer ses dires. En effet, rien de magique ne se produisit. "J'ai eu peur ! Regarde, j'ai même reçu un coup ! Oui là", ajouta-t-elle en collant son menton sous ses yeux.
Et puis, elle ne pu résister à l'envie...
"Mais c'était magnifique !!!! Je t'en pensais bien capable, mais je doutais vraiment que tu acceptes le défi. Tu es de meilleur compagnie qu'on le croit, finalement. Et puis, quand tu es tombée des tonneaux, c'était si drôle ! Pas très agile d'ailleurs, j'aurais beaucoup à t'apprendre dans le domaine. Je connais quelques jeux très amusants pour arranger tout ça, si tu es partant. Un autre jour, bien entendu. Oui, parce que j'ai dit que je te ficherai la paix une semaine."

Avant qu'il ne proteste, elle se pencha pour ramasser le bas de son manteau imbibé de vin. "Hum.... qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de ça maintenant... ça empeste l'alcool."


avatar

On m'appelle Khasakham Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie / Veilleur Pourpre
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 157
AGE : 23
INSCRIT LE : 01/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Haerith
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t909-kasakham-desnolances
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Ven 14 Sep 2012 - 1:25

C'était parfaitement jubilatoire. Depuis son entrée chez les Veilleurs pourpres, Khasakham n'avait eu guère l'occasion de sortir des rangs, et celui lui manquait. Voilà qu'il venait de désobéir aux convenances d'une façon on ne peut plus directe...
Galopant allègrement aux côtés de Loth, qui s'efforçait apparemment d'être furieuse, il savoura tous les détails de ses actes. Cela faisait bien longtemps que ce petit frisson d'inquiétude (qu'allait-il faire en retournant chez les Veilleurs ? Bah, il aviserait bien!) se mêlait à ce sentiment d'extase, de jubilation céleste.
Quand Loth l'arrêta brusquement pour lui dire ses quatre vérités en face, il ne put s'arrêter de sourire comme un benêt. Les réprimandes qui sortaient de la bouche de la jeune femme ne lui faisaient ni chaud, ni froid. La nuit était drôlement belle, tout à coup! Et puis, Loth se mit à glousser au moins aussi bêtement que lui, et il trépigna à son tour, tels deux gamins qu'un secret rassemblait:
"Ouiiiii ça fait un bien fou!"
Ils puaient l'alcool, celui qui des tonneaux bien sûr, mais également celui qui était brusquement sorti de l'estomac de leur adversaires rencontrés dans la cohue. Au fond, Khasakham -même s'il l'avait décidé un peu trop vite- savait que Loth ne risquait pas grand chose. Quand on promet de l'or à un homme ivrogne, rustre et probablement sans morale, d'autres ne tardent pas à rappliquer pour empocher le pactole. Généralement, ça se termine en mêlée générale, et la cible première reste à l'écart des coups échangés: il avait déjà eu l'occasion de participer à ce genre d'évènement dans une ou deux brasseries de Penjoie. Parfois il se battait, et parfois, la cible, et bien c'était lui. Les hommes d'expérience n'appréciaient guère qu'un gamin leur vole leur bourse aux dés. Et honnêtement en plus.
"Pas des jeux d'argent j'espère ?" fit Khasakham en plissant les yeux, l'air faussement mécontent. Il ne tiqua même pas lorsque Loth décida qu'elle le laisserait tranquille non pas deux, mais une semaine seulement. Après tout, Matroos n'était pas le seul endroit qui pouvait le protéger. Il pouvait toujours se faire Forban et disparaître de la surface de la terre. Ou entrer dans la piraterie. Ou se métamorphoser en animal et rejoindre l'élevage des parents de sa cousine Lalah.
Loth bougonna quelque-chose à propos de son manteau imbibé d'alcool pourpre. Souriant toujours, Khasakham lui tendit le sien: "J'ai réussi, non ? Mon manteau contre ton sabre. Entre-nous, tu ne vas pas oser te défiler une nouve... te défiler en disant que le spectacle n'était pas au rendez-vous, pas vrai ?" Il faut dire que Khasakham était particulièrement satisfait de son petit coup d'éclat.




avatar
Forban du Désert

On m'appelle Loth de la Vision


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Le désert des Murmures
MON AGE : 21
Féminin
MESSAGES : 1635
AGE : 27
INSCRIT LE : 22/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 521
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Sam 15 Sep 2012 - 15:44

Loth lui renvoya quand même un bref regard mécontent. Elle ? Se défiler ? Pffff ! N'importe quoi ! Elle lui aurait bien rit au nez, d'ailleurs. Qui avait cherché à fuir les défis jusque là ? Oui bon. Peut être pas Khasakam, mais sans l'attrait du gain, il n'aurait pas pris de risques. La forban se garda bien de lui dire le fond de sa pensée, car malgré tout, elle partagea aussi cette excitation qui suit un moment de folie stupide. Dans le désert, la vie ne laissait pas place à l'amusement, et les forbans étaient d'un sérieux soporifique. Depuis sa naissance, la jeune femme vivait au jour le jour, tâchant de profiter de chaque matin comme s'il était le dernier, chaque après midi, chaque soir et chaque nuit. Elle leva les yeux vers le ciel étoilé, bientôt, le jour passerait au suivant. Ses yeux retombèrent sur le manteau pourpre tendu vers elle. Avec un sourire sincère, elle décida que cette journée là rejoindrait les "bonnes journées", et aurait pu être la dernière.
Elle prit l'habit d'une main et fut surprise par son poids. Le tissu paraissait pourtant si fin, si léger. Il devait être plus résistant qu'il ne laissait croire. Finalement, le gain devenait plus intéressant. Elle jeta au loin sa vieille cape volée quelques jours plus tôt, laissant apercevoir sa bourse pleine et posa le manteau pourpre sur ses épaules. Un peu grand. Tant mieux, ça laissait plus de place pour cacher ses trésors.
"Ton manteau est encore plus saoul que le mien ! Regarde moi tout ce vin... lança-t-elle, sans faire de manières cependant. D'ordinaire, elle aurait négocier le sabre sans son fourreau, pour le dommage de son propre gain, mais le pauvre Khasakam avait suffisamment enduré d'entourloupettes pour un bon bout de temps. Aussi porta-t-elle ses doigts non vers sa ceinture, mais plus bas, où elle arracha une plume fixée dans le cuir de sa jupe. Elle noua la penne au fourreau et détacha enfin l'ensemble de sa taille. Libérée de ce poids qui gênait depuis un moment son habituelle agilité d'escaladeuse, elle tendit l'arme avec un grand sourire.
"Tu l'as méritée ! Prend la donc, et fais en bon usage. C'est une plume de corbic, alors conserve là si tu voyages dans le désert. Ils reconnaissent l'odeur et ne s'attaqueront pas à celui qui l'arbore. Si tu veux mourir, par contre, brûle là sous leur bec, c'est radical, précisa-t-elle en haussant les épaules, comme si elle lui transmettait juste une astuce de cuisinière à cuisinier.
Le temps d'une seconde, elle hésita à le questionner sur la page qu'elle avait ramassé un plus tôt. La une du Daily Jewel affichait une image pour le moins intrigante. Loth ne savait pas lire, mais elle croyait au destin et toutes ces choses. Pour elle, la feuille n'avait pas claqué au vent contre le pied de sa chaise sans raison précise. Elle se ravisa quand même, prise d'une certaine gêne qui d'ordinaire ne l’incommoder pas. Puis elle se dit qu'elle trouverait sûrement quelqu'un dans les cités souterraines pour décrypter tout ce charabia et satisfaire sa curiosité.
D'un bond de gania commun, elle sauta sur un gros rocher comme il en bordait tant les routes du passage Ardent. Accroupie, elle dominait de quelques têtes le veilleur - dont elle n'avait toujours pas établi la relation entre la couleur du manteau et l'emploi - puis lança d'une voix teintée d'amusement : "Si tu veux améliorer ton agilité, oublie les jeux d'argents, et escalade des parois jusqu'à être capable de grimper le long de falaise comme celle-ci."
Loth, qui avait fait de l'escalade son principal loisir, et une discipline dans laquelle elle excellait, avait réussit ce défi, une fois. Là haut, elle avait pu atteindre des lieux jamais foulée. Et fais de merveilleuses rencontres dont elle préservait le secret comme un souvenirs fragile et précieux.


avatar

On m'appelle Khasakham Desnolancès


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie / Veilleur Pourpre
MON AGE : 22 ans
Féminin
MESSAGES : 157
AGE : 23
INSCRIT LE : 01/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Haerith
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t909-kasakham-desnolances
Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   - Jeu 20 Sep 2012 - 4:29

La nuit se faisait plus épaisse, à présent qu'ils s'étaient éloignés des allées animées du festival. Au-dessus de leurs têtes, le ciel d'un noir d'encre étirait ses bras, tapissés de milliers de petits points scintillants. L'avantage lorsque l'on vivait à Korrul, c'était que l'on pouvait admirer les plus belles nuits du monde entier. Les nuages étaient rares, dans les environs.
Khasakham vit Loth ajouter une plume à la garde de son sabre, et récupéra son arme avec un soulagement indescriptible. Pourtant, il ne put s'empêcher de se sentir honoré du présent de la jeune femme, et l'accepta avec humilité, ne sachant trop que répondre. Avec le même ton solennel, Loth lui donna quelques conseils pour développer son agilité et, à nouveau, Khasakhal ne put réprimer un sourire, encore sous le coup de l'excitation, qui laissait peu à peu place à un calme serein. Ses muscles étaient fatigués d'avoir couru sans échauffement, la coupure sur la paume de sa main le faisait souffrir, il était couvert de vin et se poussière. Mais il était bien. Il remercia la jeune femme:

"Je tâcherai de m'y exercer." Un silence pesant s'installa entre les deux jeunes gens. Khasakham savait que la journée était terminée, de même que leurs jeux malhonnêtes, leurs diableries de gamins insouciants. En un sens, c'avait été un rude après-midi mais, au fond, loin d'être désagréable. Le jeune homme respira profondément, inspirant l'air parfumé de la nuit avec délice, sentant la brise tiède sur son visage. La route était longue, jusqu'à Penjoie. Là-bas, il trouverait bien un ami chez lequel dormir, avant de rejoindre la caserne. Il savait qu'il devait faire ses adieux à Loth, et cela l'attristait un peu. Il avait passé le plus extraordinaire après-midi depuis bien longtemps, cela avait rompu cette monotonie infernale. Il avait été roulé dans la farine, humilié, blessé, mais cela ne lui avait pas déplu. Cette fille pouvait bien prendre l'apparence de n'importe qui, se conduire comme une personne qu'elle n'était pas, c'était quelqu'un de sympathique à côtoyer. Oh, pas tous les jours, ça non! Mais quelque-chose disait à Khasakham qu'ils se recroiseraient possiblement un jour ou l'autre. Qui sait, au prochain festival, dans un an ?
Sans cesser de sourire, Khasakham demanda:

"Je vais devoir partir. Que comptes-tu faire, à présent ?" Il écouta la réponse de Loth, à peine troublé. Il commençait à s'y habituer. Sans se presser, il plaça son sabre dans son fourreau, puis rattacha sa ceinture autour de ses hanches. Chaleureusement, il tendit la main, comme il l'avait fait quelques heures plus tôt: "Je suis content d'avoir fait ta connaissance, Loth. J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir. J'ai une revanche à prendre, ne l'oublie pas. En attendant... prends soin de toi, et essaie de faire attention quand tu ruines tes adversaires. Il se pourrait que tu tombes sur un os, un jour. Et heu... désolé, hein, pour le vin et... la bagarre. Ce n'était pas très gentleman, j'en suis désolé. Enfin bref." Il déplaça le poids de son corps sur son autre pied, ne sachant pas trop quelle marche suivre à présent. Au final, il dit simplement: "Bon ben... à bientôt."
Après quelques secondes, il récupéra sa main, voulut rajuster son sac sur son épaule mais se rappela qu'il l'avait laissé au pub, avant de prendre la fuite. Boarf. Cela n'avait pas une grande importance, au fond. Il inspira un grand coup, et se mit en marche vers le centre du festival, plus précisément vers l'écurie où il avait laissé son draoma. Au bout de quelques mètres, il se retourna pour faire au-revoir de la main à Loth, mais il ne vit que de l'obscurité. Immobile, il fouilla les ténèbres des yeux mais, incapable de discerner quoique-ce soit, il haussa une épaule. Il faisait sombre, après tout, ou peut-être était-elle déjà partie.
Un sourire amusé étira ses lèvres, et il se remit à marcher d'un pas léger, songeant au détour qu'il devrait faire pour ne pas rencontrer les hommes du pub. Tout de même: c'était vraiment une drôle de fille!

Spoiler:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Jeux d'argent, jeux de forbans.   -

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum