AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Au hangard du QG   - Mer 29 Aoû 2012 - 10:43

Yaril était dans le hangar, elle était la première arrivée et elle admirait. Cherchant une pomme dans son sac, mais par malheur elle n’en avait plus. Elle jeta un œil, aux alentours. Il était très grand avec plusieurs vaisseaux. L’odeur qui flottait était mélanger avec celle des moteurs neuf et usé. Le tout parsemé d’une odeur de … sueur. Cependant, ce n’était pas di désagréable que ça. C’est l’esprit et le facies complétement hors du temps qu’elle aperçut sa camarade d’il y a quelques heures auparavant. Elle alla à sa rencontre en titubant.

« Inaya, tu crois qu’on va mourir ? »

Totalement en fitness, oui, mais c’était une question qui la préoccupé assez longuement. Elle n’avait pas spécialement envie de mourir, mais si c’était pour la bonne cause … Cependant, il fallait bien faire la discutions au lieu de resté planté là chacun dans son coin à attendre le général patiemment. Elle avait le bout des doigts entre ses dents, se les mordant en attendant la réponse de sa partenaire.
Il y avait d’autre veilleur, mais elle ne les connaissait pas plus que ça et la seule personne avec qui elle avait fait connaissance était juste devant elle. Bon, avouons le, la question n'était peut-être pas à posé, mais ça elle l'ignorait.

[HRP : Vous m'excuserez pour l'effroyable retard que les choses ont prisent.]
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Anzû Der Hayr


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish - Fils du Milieu
MON AGE : 28 ans
Masculin
MESSAGES : 272
AGE : 27
INSCRIT LE : 05/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 400
http://www.ile-joyaux.com/t698-anzu-der-hayr-force-passe-droit http://www.ile-joyaux.com/t374-anzu-der-hayr
Posté dans Re: Au hangard du QG   - Mer 29 Aoû 2012 - 13:37

L'étage du QG correspondant à celui des hangars était on ne peut plus en effervescence. Tandis que quelques volontaires papotaient déjà devant le vaisseau qu'ils allaient emprunter, d'autres Veilleurs chargeaient ce dernier d'armes, de vivres mais aussi et surtout de vêtements confectionnés à l'attention de l'équipage pour parer au mieux le froid qu'ils connaissaient encore bien mal. Ne restait qu'à espérer que ces accoutrements seraient suffisants.

Accompagné de sa fidèle garuda dénommée Farah, Anzû se dirigeait lui aussi vers ce hangar immense où étaient déjà rassemblés ses partenaires. Il salua les hommes de la troupe d'un hochement de tête, et s'avança un peu plus vers le vaisseau dans lequel il comptait bien faire une petite sieste avant le retour du Général. Une question cependant le fit s'arrêter, et bien qu'elle ne lui ait pas été destinée, il laissa tomber lourdement son paquetage au sol et se retourna vers la Veilleuse encore bien jeune à ses yeux.

- Si tu commences déjà à te poser cette question, tu risques fortement d'y passer, ou pire. il sortit nonchalamment de son sac une machète, dont on devinait l'aiguisage récent, qu'il remua comme on remue un hochet avant de la lancer afin qu'elle se plante à quelques pas de son interlocutrice. Prend ça, t'en auras sûrement besoin. Fais attention avec, ce serait dommage que tu commences la mission avec des doigts en moins.

Il s'accroupit finalement au dessus de son sac pour en vérifier le contenu, non sans avoir avant adressé un clin d'oeil moqueur à la donzelle une fois qu'il s'était bien payé sa tête.


  
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Ven 31 Aoû 2012 - 4:55

Inaya faisait le tour d'un vaisseau après avoir jeter un œil aux paquetages lorsqu'elle aperçut Yaril qui avait elle aussi rejoint le hangar. Une certaine excitation commençait à poindre à l'idée de la mission qui les attendait et c'est avec enthousiasme que la Veilleuse alla à la rencontre de sa collègue. Enthousiasme qui disparut à la seconde où Yaril posa sa question.
Allaient-ils mourir? Peut-être. Probablement. En tout cas, il y avait très peu de chances pour qu'ils reviennent tous vivants, c'était statistique. Inaya n'avait pas vraiment peur de la mort et ne s'en inquiétait donc pas trop. (Par contre, la douleur de la mort était une autre histoire...) La plus jeune avait-elle peur de la mort? C'était fort probable, après une telle question.

Toutefois, celui qu'Inaya reconnut comme étant la grande gueule d'Anzu répondit avant elle et la Veilleuse le fixa quelques instants avant de poursuivre.
- Il n'a pas tord… Ce genre de questions ne fera que te déconcentrer de ta tâche. N'y pense pas, ça vaut mieux. A nous d'essayer que ça n'arrive pas.
Elle adressa à Yaril un doux sourire qui semblait un peu déplacer sur ses traits sévères lorsqu'Anzu reprit la parole.
Décidément, celui-là n'allait pas être facile à gérer. Imaginer que Yaril pourrait se préparer à une telle mission sans être armée était soit provocateur soit stupide. Elles étaient peut-être très jeunes toutes les deux, (et des femmes, de surcroit, si elle suivait le raisonnement du Veilleur) mais elles avaient suivi le même entrainement que la tête de bois qui fouillait à ce moment-là dans son paquetage.

Au moins Yaril et elle seraient encore utiles à la mission avec des doigts en moins, puisque ce n'était clairement pas pour leurs aptitudes physiques qu'elles avaient été choisies. On ne pouvait pas en dire autant de la brute moqueuse.
Inaya jeta donc un œil à Yaril et haussa les épaules avec un air blasé. La plus jeune pouvait répondre, si ça l'amusait, mais Ina avait juste envie de planter Anzu là et de l'ignorer royalement. Avec un tel comportement, il ne méritait pas beaucoup mieux.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Lun 3 Sep 2012 - 7:22

Yaril fut assez bouche bée quant aux actions peu convenable du jeun veilleur qui venait à l’instant d’interrompre une conversation qui ne lui était absolument pas destiné et ne le concevrait certainement pas. C’est une question qu’elle se posait afin de savoir à quoi s’attendre. La mort lui faisait peur, certes, mais elle était prête à mourir. Elle n’allait pas vraiment répliqué à la remarque d’Anzu, mais son dernier geste la fit bondir. Il se prenait pour qui à donner des leçons comme celle-là. Elle n’avait certainement pas besoin qu’on la prenne pour une gamine, son jeune âge y contribue, mais si elle était là, parmi les veilleurs c’est qu’elle avait des qualités.

Elle fixa la machette, jeta un œil à l’énergumène assis devant son sac. Elle aurait bien prit la machette et lui balança juste devant lui, mais, ce n’était pas vraiment son genre. Elle se contenta simplement d’aller vers Anzû, machette en main et de la lui rendre, disant qu’elle n’en avait pas besoin et qu’elle se passerait volontiers de ses conseils à l’avenir. Elle partit de nouveau en direction de sa camarade, un peu étourdit.

« Tu as eu le temps de dire au revoir à ta famille ? »

Questionna Yaril, curieuse et puis elle voulait un peu mieux connaître Inaya.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Lun 10 Sep 2012 - 11:13

Cela faisait maintenant plusieurs heures que le Vivenef matroscien s'était amarré au hangar n°3 afin que les hiérarchies de chaque armée puissent s'entretenir au sujet des perspectives à venir. Ant Mohok était à bord, ce pour convoyer le bras droit de la Milice mastrocienne : Abysse Yclette. Simple et plutôt jeune soldat, il avait été, une fois les moteurs coupés, assigné aux corvées que les plus anciens refusaient de réaliser. Cependant, le jeune homme ne broncha pas et s’exécuta, malgré la chaleur étouffante qu'il éprouvait, pour la première fois. En effet, il n'avait jamais voyagé à Korrul et n'avait d'ailleurs jamais quitté Matroos jusqu'alors. Ant avait l'impression de n'avoir jamais eu aussi chaud, même durant les étés de fortes chaleurs qu'il avait pu connaître plus jeune. Sa tenue de soldat n'arrangeait rien à son confort. Elle lui collait à la peau, mais il ne se plaignait pas.

Après les corvées les plus ingrates, on lui donna l'ordre d'inspecter le vaisseau. Apparemment, la Milice ne prenait pas en compte son infirmité et le considérait comme un homme normal, ce qu'il avait toujours souhaité et obtenu de la part de son entourage. Toutefois, lorsque l'on était aveugle, contrôler un vaisseau pouvait parfois être compliqué. Les détails qui n'étaient pas à sa portée passeraient sûrement inaperçus. Mais heureusement, il n'était pas seul et il pouvait se fier à son ouïe et à son odorat, ce dernier déjà bien sollicité par les odeurs exotiques du désert et celles des différentes machines. Bref, il était dans un environnement qu'il ne connaissait pas et sa progression était plus lente que celle des autres, car il avait à analyser chaque senteur, chaque son et chaque matière pour se faire une idée d'où il se trouvait exactement.

Maintenant qu'il s'était mieux accoutumé à cette nouvelle atmosphère et qu'il avait terminé de vaquer à ses travaux, il décida d'explorer davantage les hangars, sans pour autant s'éloigner trop du Vivenef si on l'appelait. Quelque chose, depuis quelques minutes déjà, intriguait son oreille, quelque chose qu'il ne connaissait pas, une sonorité étrange, gutturale par moment et chantante à la fois. Des personnes discutaient entre eux, dans une langue que le soldat de la Milice ne connaissait pas, mais qu'il déduisit comme étant le korrulien. Et ceux qui étaient en train de l'articuler, plutôt celles, devaient être des Veilleurs Pourpres, l'armée de Korrul.

Intrigué par tous ces détails qu'il percevait, il décida de se rapprocher. Équipé de son bâton renforcé, il tâta le le sol pour ne pas se prendre les pieds dans quelque chose. Il s'arrêta quelques instants à hauteur des deux femmes, apparemment de son âge s'il en jugeait par le timbre de leur voix. Par ailleurs, il devait incliner la tête pour mieux les entendre, il en conclut que celles-ci étaient plus petites que lui, ce qui n'était pas difficile.

Ses yeux blancs et opaques se tournèrent ensuite vers les positions estimées de chacune d'elles, et il décida de s’immiscer dans leur conversation.

« Bonjour mesdemoiselles, il fait bien chaud dans votre pays... »

Le jeune soldat n'avait que vingt ans et n'avait pas eu beaucoup d'expérience avec les femmes jusqu'alors, il fallait lui pardonner son éventuel manque de tact... Le jeune soldat n'avait par ailleurs pas songé à ce que ses interlocutrices puissent ne pas parler la même langue que lui.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Ven 21 Sep 2012 - 9:41

Le pilote Walter sortit du Vivenef. Son petit sommeil lui avait fait manquer le débarquement. C'était dommage car il était ravi de découvrir un nouveau lieu. Et quel lieu !? C'était une sorte de jumeau au QG des miliciens. Différents bien sûr, mais l'odeur, le bruit, l'ambiance étaient de même.

Il s'arrêta donc un instant au pas de la porte, un blaster dans le dos et un sac en toile sur l'épaule. Il avait les cheveux longs attachés en queue de cheval, une légère barbe, et un sourire en coin non dénué d'un certain charme. Ses habits étaient poussiéreux, sablonneux, lui donnant un air de vagabond. Alors il prit le temps d'observer le spatio-port, de s’imprégner de cette ambiance si commune à son chez lui, Des veilleurs Pourpre s'affairaient pour le futur voyage, quelqu'un préparaient leurs sacs et d'autres encore prenaient un peu de temps pour discuter. D'un autre côté, il y avait aussi des miliciens, moins habitués à la zone qui cherchaient leur marque et préparaient le voyage tant bien que mal.

Il sourit en secouant la tête, comme amusé. Il prenait plaisir ici. Et c'était rare.
Plus amusant encore, il vit qu'un milicien au moins tentait de communiquer avec des Veilleurs Pourpres. Comme quoi, il n'était pas tous fermés d'esprit. L'allure et surtout le bâton du soldat lui laissa penser que ce devait être l'aveugle... Il ne savait plus son nom. Après tout, il ne connaissait pas tous ses collègues.

Ravis par ce début de journée et prêt à toute folie, il le héla, ravi de discuter.

"Hé ! L'Aveugle ! Lança t-il sans aucune moquerie et plutôt amicalement. On essait de tisser des liens avec les Korruliens ?"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Sam 22 Sep 2012 - 9:55

Heureusement pour le jeune soldat, il n'eut pas à attendre une éventuelle réponse des deux Korruliennes, grâce à l'intervention d'un autre Milicien. Même si la perspective de discuter avec deux charmantes étrangères lui aurait fait plaisir, il s'évitait par là un possible gêne dû à sa possible gaucherie à l'égard des deux demoiselles.

Alors, Ant se retourna vers la voix qui l'avait hélé. C'était une voix d'homme de son pays, enjouée, et elle appartenait à un individu pas bien plus vieux que lui à juger par la faculté qu'il avait à analyser les détails de ses interlocuteurs. Cependant, ce n'était pas une voix qu'il connaissait parmi ses autres confrères, simples soldats. Il devina qu'il s'adressait à quelqu'un de plus haut placé que lui. Malheureusement pour le jeune homme, il lui était impossible de connaître la relation hiérarchique exacte qui le séparait de son interlocuteur. Il ne pouvait donc pas lui répondre d'un docile « lieutenant » ou bien d'un « sergent » par exemple.

Mais comme le ton utilisé était plutôt amical, le jeune aveugle se dit qu'il pouvait rester sur cette lancée. Après tout, personne n'était en mission et les préparatifs ne nécessitaient pas de rester sur le qui-vive continuellement, même si la Milice n'était pas à domicile.

« À vrai dire, c'est avec des Korruliennes plus exactement. Et apparemment, nous allons tous devoir faire équipe assez bientôt. Pour cela, autant faire connaissance pour pouvoir tâter le terrain de manière plus efficace. N'est-ce pas ? »

Ant hocha la tête. Il lui semblait avoir affaire avec quelqu'un de plus petit et de moins imposant que lui. Peut-être discutait-il avec quelqu'un de la logistique qui avait peu souvent l'occasion d'être sur le terrain, ou quelqu'un d'autre...

« Ant Mohok, soldat de la Milice. Je viens de Vuulte. »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Sam 22 Sep 2012 - 14:10

En se retournant, on ne pouvait s'y tromper. C'était bien l'aveugle. Le seul et unique aveugle de tous les soldats de la Milice. Ce n'était pas pour rien que Walter se souvenait de lui.

« À vrai dire, c'est avec des Korruliennes plus exactement. Et apparemment, nous allons tous devoir faire équipe assez bientôt. Pour cela, autant faire connaissance pour pouvoir tâter le terrain de manière plus efficace. N'est-ce pas ? »

L'expert-pilote ne put retenir un sourire amusé. Cachait-il une espèce d'approche pour des liens plus qu'amicaux avec les dames ou n'était-ce que ce qu'il disait être ? Peu importait après tout. Le simple fait de communiquer était une bonne chose.

L'aveugle se présenta comme étant un certain Ant Mohok et Walter se promit de s'en souvenir à l'avenir. Il posa son sac en toile et s'approcha de lui.

"Et je suis l'expert-pilote Délys. Walter, pour vous."

Il sourit à nouveau et toucha l'épaule du milicien afin de remplacer la poignet de mains habituelles (laquelle il supposait difficile pour quelqu'un qui ne pourrait pas voir sa main).

"Veuillez pardonner ma question qui, d'une part doit vous être commune, et qui d'autre part manque peut-être de tact, mais comment êtes-vous devenu milicien malgré votre infirmité ?"

Il prit un instant avant d'ajouter..
"A moins que vous ne soyez pas un milicien de terrain ?"
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Dim 23 Sep 2012 - 9:16

Ainsi, Ant s'adressait à un pilote, et cela lui insuffla un profond respect à l'égard de son interlocuteur. En effet, lui-même désirait, toutefois avec lucidité, devenir pilote dans un futur plus ou moins lointain. Et il savait que c'était difficile, même pour quelqu'un de voyant. Il sentit l'homme se rapprochait de lui pour se présenter, et avant que le jeune soldat aie eu le temps de présenter sa main, il sentit une pression sur son épaule. Il avait donc affaire à quelqu'un doté d'un certain discernement et qui le respectait, malgré son infirmité.

Alors vint la question que beaucoup lui posaient, curieux de cohabiter avec quelqu'un qui ne voyait pas, dans un métier où tous les sens devaient être en alerte lors des moments les plus importants.

« Je suis un milicien de terrain. Je le suis devenu par nécessité, mais j'avais déjà, avant de rejoindre la Milice, de certaines aptitudes sur le plan physique. J'ai dû m'entraîner comme les autres, peut-être davantage à cause de mon handicap, mais j'y suis parvenu. J'aime mon métier, il m'a accepté, même si beaucoup de choses me sont écartées pour l'instant. »

Le jeune soldat s'arrêta un instant. La température du hangar semblait jamais ne vouloir s'abaisser, et il se demandait si dehors l'atmosphère était plus respirable qu'ici, enfermés dans les vapeurs des engins.

« Ainsi, vous êtes pilote ? »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Dim 23 Sep 2012 - 10:16

Walter imagina un instant les épreuves qu'il avait pu endurer et se dit que celui-ci devait être un grand malade pour entrer dans la Milice malgré son infirmité. Il était intéressant d'essayer de deviner ce qu'il l'avait pousser à faire une telle chose... Un orphelin en recherche de famille ? Un besoin de compenser ses yeux ?

« Ainsi, vous êtes pilote ? » dit l'aveugle en coupant court à ses réflexions. Sans doute voulait-il relancer la discussion..

"En effet, Ant. Expert pilote. Sans vouloir me vanter, je fais parti des rares sélectionnés dès leurs plus jeunes âges, dit-il tout en s'éloignant légèrement pour reprendre son sac précédemment posé. Dites-moi, voudriez-vous m'accompagner ?"

Il s'approcha de lui afin de lui toucher à nouveau le bras.

"J'aimerais m'approcher d'une sortie afin d'admirer un peu le paysage..."



Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Lun 24 Sep 2012 - 3:04

Ant en apprit davantage sur son interlocuteur. Ainsi, son recrutement prématuré expliquait la relative jeunesse de Walter Délys, du moins pour un pilote. À vrai dire, le jeune soldat n'était pas tout à fait calé sur les différents organes de la Milice et leurs fonctionnements respectifs. Pourtant, il s'y intéressait, mais certains points étaient le plus souvent cachés aux hommes du bas de l'échelle, du moins rarement communiqués. Ses camarades et lui exécutaient et ne discutaient par les ordres qui leur étaient donnés.

Le pilote proposa qu'Ant l'accompagne, et ce dernier ressentit une nouvelle pression sur son épaule avant qu'il lui propose de sortir à l'air libre. Ce, afin d'admirer le paysage. Par ces derniers mots, l'aveugle ne sut à quoi s'en tenir. Soit en effet son interlocuteur le considérait apte à apprécier un cadre visuel par ses autres sens (ce qui était en partie possible), soit il le provoquait. Pour autant, Ant ne penchait pas pour cette seconde alternative. Il parlait à quelqu'un qui le respectait, et le soldat se mit à suivre les pas de son confrère.

« J'espère seulement que l'air circule mieux à l'extérieur. Notre uniforme n'est vraiment pas fait pour ce genre de pays : sec, poussiéreux et chaud. »

Se guidant grâce à son bâton, il semblait à Ant qu'une sortie était bientôt à leur portée.

« C'est une première pour moi, Matroos. Et vous ? »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Lun 24 Sep 2012 - 4:15

Ainsi, la sueur qui perlait un peu du front de l'aveugle n'était pas une simple illusion. Sa remarque fit sourire Walter. Il était vrai que les uniformes Milicien pouvaient avoir cette fâcheuse tendance à cuire son porteur.

"Je crains malheureusement pour vous que même là-bas, vous aurez du mal à respirer. Un brin de vent chaud tout au plus, lui lança t-il amicalement tout en le dirigeant tranquillement jusqu'à l'ouverture la plus proche.

A vrai dire, le pilote n'aidait pas tellement ce jeune aveugle. Il lui indiquait un peu la direction, mais il préféra le laisser faire. Après tout, il semble tout à fait apte à faire tout sorte de chose. Le guider, le soutenir, ou l'aider reviendrait sans doute à manquer de respect envers sa débrouillardise.
C'est donc ainsi qu'ils approchèrent d'une large sortie, et que le paysage se dévoilait à eux.
C'était le désert. Le désert dans toute sa splendeur. Le vide, le sable, la chaleur... et pas grand chose finalement. Mais c'était beau à qui savait l'apprécier. On pouvait noter néanmoins de l'activité près des tourelles de défense qui s'élevaient haut dans le ciel, illuminées par le bleu de l'ithylium. Mais la chaleur entourait, enserrait, étouffait. On pourrait croire que le vent permettait de se sentir mieux, mais c'était bien pire évidemment. Ce n'était qu'un vent chaud qui ne faisait que vous rappelez dans quelles conditions vous vous trouviez. Le pauvre aveugle serait sans doute déçu de ne pas y trouver un moyen de se rafraîchir..

Ant parla le premier, avouant que c'était son premier voyage ici, puis lui demandant s'il en était de même pour Walter.
"Certainement pas non, dit-il en replaçant mieux le sac sur ses épaules sans quitter le paysage. Mon travail demande d'être constamment dans le désert. Je parcours des kilomètres au travers de territoires infiniment longs et... , il s'éclairicit d'un sourire. Et j'aime ça !"

Il prit une grande bouffée d'air chaud, se plaisant près du désert. Après tout, c'était là qu'il passait le plus clair de son temps, et sans aucun doute l'endroit où il ressentait le plus de choses...

"Sur la droite, se trouve une grande tour de Veilleurs Pourpres. Elle monte haut dans le ciel et est parcouru par des filaments bleutée par l'ithylium. C'est tout en haut qu'il y a des canons afin de protéger le QG. Elle prend place sur ce territoire désolé, chaud, plat... Il y a du sable à perte de vue et mis à part quelques véhicules Korruliens, il n'y a rien. Le ciel est bleu aujourd'hui, ce qui marque joliment l'horizon, séparant le jaune-orangé du bleu clair."
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Ven 28 Sep 2012 - 9:22

Walter Délys était donc un habitué du désert et de Korrul en général. Il appréciait ce territoire qui semblait pour Ant très hostile par rapport aux conditions qu'il connaissait chez lui, à Matroos. La chaleur ne semblait pas indisposer le pilote, il souriait même, alors que le jeune soldat peinait sous ce climat étouffant. Bref, il avait fait de passion son métier, apparemment.

Alors le pilote se mit à décrire ce qu'Ant ne pouvait qu'imaginer dans sa tête. Il faisait cela avec beaucoup de précision et le jeune soldat put donc se situer dans l'espace qu'il occupait actuellement. Cependant, son discours était tellement rigoureux que l'aveugle ne pouvait tout concevoir. Même si on lui avait dit que le ciel était bleu, que les feuilles des arbres étaient vertes, pour lui, les couleurs n'existaient pas. Pour Ant, tout était formes, textures, odeurs et goûts.

« Je ne sais pas comment vous supportez cette aridité. Et je me demande également à quoi va nous mener toute cette affaire. »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Lun 1 Oct 2012 - 2:00

"C'est une bonne question. L'une comme l'autre, lui souria t-il. D'abord, j'ai été entraîné depuis mon plus jeune âge. J'en suis au point de résister presque aussi bien que n'importe quel Korrulien."

Il tourna la tête vers l'intérieur du spatio-port afin d'observer un peu les avancements. Il y avait autant d'agitation mais l'air laissait présager que le départ n'allait pas tarder. Et pour cause, il put voir le bras droit Yclette revenir dans l'hangar.

"Quand à l'autre question, continua t-il, et bien, nous ne devrions pas tarder à le savoir. Le bras droit vient d'arriver et il semble que le voyage retour se prépare. Venez donc."

Ils se dirigèrent donc tout deux vers le vivenef. Walter était curieux de savoir ce que les hautes sphères avaient manigancer. Allait-on devoir entrer sur l'ïle Blanche par la force, les armes, et le sang, où allait-on tenter la manière pacifique ? D'une certaine manière, il préferait la seconde. Non pas qu'il soit d'une habitude amicale, mais plutôt par curiosité de découvrir ce nouveau monde. De le découvrir sur son allure "normal" et non sous les lasers.

"Si je puis m'permettre, demanda t-il en marchant jusqu'au vaisseau, comment se fait-il que vous preniez place parmi le futur voyage vers le nouveau monde ? Après tout, vous ne pourrez pas profiter de sa beauté."

Walter était sans doute un peu cinglant dans ses propos. Mais disons plutôt qu'il ne se rendait pas spécialement compte de ce que cela pouvait faire. Il le disait de façon tout à fait courtoise et sans y voir là une insulte. La curiosité et son manque évident de tact semblaient parler à sa place.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Mer 3 Oct 2012 - 9:54

Le pilote avec qui Ant avait donc affaire à un pilote émérite et surentraîné, du moins par rapport aux conditions climatiques de Korrul, mais le jeune homme ne doutait pas que ses capacités s'en arrêtaient là. Déjà que sa position hiérarchique lui inspirait une certaine ferveur, imaginer ce que son interlocuteur avait pu endurer pour en arriver là lui insufflait davantage de respect. Infime ou non, l'humanité était toujours un enchevêtrement d'épreuves.

Ant perçut également l'agitation qui commençait à poindre au niveau du hangar. Les choses allaient bientôt bouger et ils allaient tout deux avoir à regagner leur poste. Mais c'est lorsque les deux hommes se mirent dans la direction du vivenef que quelque chose troubla l'aveugle. La dernière remarque du pilote n'était pas du tout en adéquation avec l'image qu'il s'était fait de celui-ci au cours de leur conversation précédente. Le respect d'il y a quelques instants s'estompaient aussi vite qu'il était venu et le jeune homme se mit sur ses gardes. Alors, de manière sèche, il rétorqua.

« Je sers la Milice comme vous. Ni vous ni moi sommes là pour profiter du pays, ce n'est pas la philosophie qui nous a été enseignée. Maintenant, nous allons devoir regagne nos postes respectifs, au revoir. »

Susceptible, Ant n'aimait pas les commentaires de ce genre et il le faisait savoir. Ce pilote avait la grosse tête, et lui, l'aveugle, avait d'autres préoccupations que de tenir compagnie à cette fausse âme charitable.

HRP : Libre à toi de continuer ou pas, mais je crois que tu as quelque peu agacé Ant... Ma foi, c'est intéressant!
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Au hangard du QG   - Mer 3 Oct 2012 - 12:35

Spoiler:
 

L'aveugle s'en alla, un brin vexé. Et mis à part levé un sourcil intrigué, Walter ne réagit pas plus que ça. Il n'avait pas vraiment compris ce qui venait de se passer...

Tant pis. Il haussa les épaules et s'en alla vers le vivenef, se promettant de rattraper le coup un autre jour. Après, cet aveugle, cet Ant, était des plus sympathiques.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Au hangard du QG   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum