AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar
Cultivateur

On m'appelle Kezaël Lysereän


Infos Personnage
RANG: Représentant des Cultivateur - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 37 ans
Féminin
MESSAGES : 269
AGE : 23
INSCRIT LE : 09/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 567
http://www.ile-joyaux.com/t934-kezael-lyserean
Posté dans Quand vient l'heure de s'aimer   - Ven 21 Sep 2012 - 10:45

Le soleil commençait déjà à décliner quand Kezaël leva les yeux au ciel pour s'y repérer. Enfin ! La journée de labeur était terminée ! Et le chef de famille pu enfin souffler. Les cultures avaient été subitement envahies de petits insectes nuisibles et il avait fallu d'urgence apporter de l'aide aux ouvriers qui n'avaient jamais vu une telle invasion. Kezaël avait accouru avec son engrais habituel, mais les bestioles s'étaient révélées plus coriaces et il avait fallu doublé les doses. Et donc fabriquer plus de liquide. Le Représentant avait donc passé la journée à courir entre son atelier, mélangeant divers extraits naturels utiles à sa "potion"; et les cultures afin d'y déverser expressement la lotion. Finalement, la fin de la journée était bien vite arrivée et l'intrégalité des arbres fruitiers avaient pu être sauvés.

Transpirant, et épuisé, Kezaël poussa la porte de la demeure principale et s'étira longuement. Il traversa le grand hall et pénétra dans le salon privé, pensant y retrouver son épouse. Personne. Il tourna les talons, et se dirigea vers le bureau de celle-ci, avant de frapper. Aucune réponse. Interloqué, il rejoignit la cuisine où les domestiques s'affairaient à préparer le repas du soir et demanda si quelqu'un savait où était Nirinïa. On lui répondait que Madame était sortie se promener en ville et faire quelques emplettes en compagnie de sa dame de compagnie. Accueillant la réponse d'un geste de tête, il fit demi-tour et emprunta l'escalier pour monter à l'étage. Il était rassuré. Bien que marié depuis seulement quelques mois, il sentait naître une douce tendresse et attirance pour sa jeune femme, qu'il espérait se voir transformer en véritable amour. Et il s'inquiétait souvent pour elle, se demandant si elle était heureuse auprès de lui, si elle trouvait un véritable intêret à l'aider dans l'exploitation, et un tas d'autres questions qui lui trottinaient dans la tête.

La morsure de l'eau froide sur sa peau lui coupa toute envie de réflexion, et il profita de sa solitude pour se prélasser dans son bain. Se nettoyant avec soin, il décida que ce soir, il ferait tout pour séduire sa jeune épouse, qui peut-être, acceptera de lui faire un héritier dans la nuit... Une fois propre, il enfila donc une chemise ample et simple d'un blanc immaculé, sur un pantalon de la même facture. Il descendit, prêt à la recevoir, mais se retrouva de nouveau seul. Il fronça les sourcils. Il commençait à se faire tard, le soleil disparaissait presque derrière l'horizon. Se rassurant comme il pouvait, il rallia son bureau privé, s'installa dans son fauteuil et coucha sur son carnet, quelques mots, comme ilavait l'habitude de le faire. Puis, se tournant, il fit face à une immense fenêtre, donnant une vie remarquable sur les cultures, le ciel, et au loin, le désert. Aspiré par ce décor qu'il appréciait tant, il finit par fermer les yeux, et tomber dans un léger sommeil.





DC : Enaïa Lysean Vara'Da & Azeor Desnolancès & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quand vient l'heure de s'aimer   - Ven 21 Sep 2012 - 12:26

Nirinïa s’était levée avec le soleil, comme tous les jours depuis bien longtemps. En plus d’être pleine de bonne volonté et travailleuse, la blonde avait le sommeil léger et un rayon de soleil tendre suffisait à la réveiller en douceur. Cette habitude n’avait jamais dérangé la jeune femme qui avait toujours eut à faire dans la maison familiale, et plus encore maintenant qu’elle était l’épouse du chef de la famille Lysereän. Il y avait toujours à faire, et quand elle voyait Kezaël qui mettait les bouchées doubles dans les cultures ou les affaires, elle savait qu’elle se devait d’en faire autant !
Ainsi, la jeune femme se lava et vêtit avec son calme habituel avant de descendre vers les pièces principales de la maison où des domestiques s’affairaient déjà. Alors qu’elle s’apprêtait à prendre son petit déjeuné, la jeune femme entendit un des hommes qui s’occupait des cultures venir en sursaut à leur demeure car des insectes étaient en train d’envahir les vergers. Avant qu’elle n’aie pu réagir, Nirinïa avait déjà vu son mari partir en courant vers les cultures.
Cette nouvelle sonna le début d’une nouvelle période d’inquiétude pour la jeune femme. Dans des cas comme ceux-là, elle ne pouvait pas faire grand-chose pour aider Kezaël. S’affairant aux tâches qui lui revenaient et qu’elle devait réaliser dans la journée, la jeune mariée essayant vainement d’y mettre tout son esprit pour ne plus avoir cette boule d’angoisse dans son estomac.. Rien n’y fit…

Alors que la mi-journée avait sonnée depuis un moment, sa dame de compagnie –Ambre- vint la rejoindre et vit l’énervement et l’inquiétude de sa dame. Arrêtant tendrement Nirinïa dans l’occupation qu’elle s’était incombée de faire au plus vite, elle l’entraina dans le salon et lui fit servir un thé brulant pour la calmer un peu. Une fois ceci fait, elle annonça qu’elles allaient toutes deux aller en ville se promener et pourquoi pas en profiter pour acheter quelques petites choses qui lui ferait plaisir. Nirinïa ne put pas refuser qu’Ambre prévenait les domestiques de cette sortie de dernière minute.
Le chemin pour aller en ville ne fut guère long et Nirinïa ne put s’empêcher de songer aux cultures et à son époux qui devait donner de ses forces pour aider ses ouvriers. A tout le travail qui attendait encore et qu’elle avait laissé en plan –bien qu’elle sache qu’elle avait fini tout ce qui était important ou pressant-. Sa dame de compagnie ne l’a laissa pourtant pas songer plus longtemps car elles étaient arrivées. Entrainant Nirinïa, elle se mit à bavasser pour détourner les songes de la jeune femme.

Elles allèrent d’abord se promener le long des rues, flânant et parlant littérature comme deux amies. Et c’était presque le cas. Tout du moins, Nirinïa avait beaucoup d’affection pour la jeune femme qui le lui rendait bien. Souriante, douce et attentionnée, Ambre avait parfois les aires d’une grande sœur qu’elle n’avait jamais eut, et c’était fichtrement rassurant.
Au fur et à mesure qu’elles se dirigeaient vers les quartiers commerçants, les deux jeunes femmes se dirigèrent vers les boutiques. Prenant le temps de regarder, toucher, sentir, elles prirent plaisir à faire ce que toutes les femmes d’un bon rang aimait faire : des emplettes. Et sans le vouloir, la journée passa incroyablement vite. Elles n’en prirent conscience que lorsque le soleil se fit bas sur l’horizon. Inquiète d’être restée si longtemps en ville, Nirinïa décréta qu’il était temps de rentrer.
Alors qu’elles prenaient le chemin du retour, la blonde prit conscience d’une chose : depuis le début de cette sortie, ses pensées avaient presqu’été entièrement tournée pour son époux. Et maintenant qu’elle s’en rendait compte, elle sentit une douce chaleur réchauffer sa poitrine et son ventre. Elle ressentait beaucoup de tendresse pour cet homme qu’elle avait épousée quelques mois plus tôt.

Nirinïa et Ambre arrivèrent au domaine alors que le soleil se faisait vraiment très bas sur l’horizon. Pressant sa suivante de passer par les portes de derrière et non par l’entrée principale, Nirinïa n’écouta pas les domestiques qui lui annonçait que Monsieur était rentré et l’attendait. Montant avec vivacité dans sa chambre, la jeune femme posa sur son lit deux de ses achats et se déshabilla rapidement. Elle enfila avec l’aide d’Ambre la toute nouvelle robe qu’elle avait achetée. Une robe dorée, centrée et près du corps, échancrée au niveau de la poitrine et fendue sur la jambe gauche. Elle y ajouta une paire de talons et un bracelet. Rien de plus. Ses cheveux furent démêlés, coiffés mais elle refusa de les attacher. Elle ajouta simplement une touche d’un parfum que ses parents lui avaient offert, et attrapa une des boites contenant une partie de ses achats.
Ce fut presqu’en volant qu’elle se dirigea vers le bureau privé de son mari –les domestiques lui ayant indiquée qu’il s’y trouvait lorsqu’elle leur avait confié son achat- et frappa doucement avant d’entrer en souriant.

« Mon cher, je vous souhaite le bonsoir. On m’a dit que vous aviez eu une rude journée, je nous ai fais préparé une table dans le salon pour nous restaurer et… »

Elle s’interrompit sans voix lorsqu’elle découvrit Kezaël, éblouissant de sa tenue. Le rouge grimpa légèrement sur ses joues et ses yeux brillèrent d’un éclat un peu plus fort de tendresse. S’approchant lentement de lui, elle vint poser sa main gauche sur sa joue et murmura :

« Vous êtes resplendissant dans cette tenue… »


[HRP: Désolée c'est long mais c'est juste parce que c'est le début T_T]
avatar
Cultivateur

On m'appelle Kezaël Lysereän


Infos Personnage
RANG: Représentant des Cultivateur - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 37 ans
Féminin
MESSAGES : 269
AGE : 23
INSCRIT LE : 09/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 567
http://www.ile-joyaux.com/t934-kezael-lyserean
Posté dans Re: Quand vient l'heure de s'aimer   - Dim 23 Sep 2012 - 10:25

Plongé dans une légère somnolence, les yeux mi-clos, Kezaël eut juste assez de lucidité pour entendre frapper à la porte de son bureau et se lever pour accueillir le nouvel arrivant. Si les traces de ce réveil en sursaut étaient encore visibles sur les traits de son visage, les vestiges de la fatigue restante s'envolèrent dès que ses prunelles brillantes se posèrent sur Nirinïa qui venait d'entrer. Splendide. Il n'y avait pas d'autres mots pour la décrire lorsqu'elle s'approcha de lui, son inébranlable sourire aux lèvres. Une main douce et délicate se posa tendrement sur la joue du Représentant et un frisson le fit vibrer.

" Je vous remercie ma douce. Mais vous êtes bien aise de dire ça, alors que vous venez d'éclairer la pièce par votre beauté. "

Un sourire vint répondre à celui de la jeune femme, et doucement, il posa sa main sur celle de Nirinïa, caressant toujours sa joue. Il la serra doucement dans la sienne, avant d'y glisser ses doigts et de s'approcher un peu plus de son visage. Ses prunelles ambrées disparurent sous ses paupières, et tendrement, il déposa ses lèvres sur celles gourmandes de sa jeune épouse. Le baiser fut échangé avec délice, douceur et tendresse. Il n'en fallait pas plus pour ravir Kezaël qui le savoura autant qu'il lui fut possible. Il n'osait pas s'avancer dans ce genre de geste trop "intimes" d'habitude. Il ne voulait pas brusquer, ni effrayer la jeune femme. Mais ce soir, sa beauté été irrésistible et il ne pouvait pas ne pas céder à la tentation de l'embrasser, de la caresser lentement... Sans qu'il s'en aperçoive, ses mains s'étaient posées sur les hanches gracieuses de Nirinïa, la maintenant dans un étau de tendresse tout contre lui. Et lorsqu'il ouvrit les yeux, une fois leurs lèvres séparées, il sentit son coeur s'emballer. Une vague de désir lui chatouilla le ventre, la bouche et enflammèrent ses yeux dorés d'un éclat luisant qui brillèrent à travers la semi-obscurité de la pièce. Alors que sa main cherchait celle de sa compagne, ses doigts effleurèrent une matière autre que le toucher délicat de la peau. Du bois. Fronçant les sourcils, il baissa les yeux vers la main occupée , - qu'il n'avait même pas remarqué -, de sa femme. Elle tenait une petite boîte en bois. Curieux, il lui adressa un regard interrogateur et souffla :

" Qu'est ce que cela Nirinïa ? Vous vouliez me montrer quelque chose ? Je vous ai accaparé, veuillez m'excuser si je me suis montrer trop ... présomptueux. "

Il ne rougit pas, il était simplement courtois. Mais il savait que ses prunelles contredisaient ses paroles et brillaient de tendresse et de désir.





DC : Enaïa Lysean Vara'Da & Azeor Desnolancès & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Quand vient l'heure de s'aimer   - Dim 23 Sep 2012 - 14:24

Kezaël était vraiment resplendissant pourtant lorsqu’il retourna l compliment à son épouse, cette dernière ne put s’empêcher de rosir légèrement et de lui adresser un sourire tendre et chaleureux. C’était dans des occasions comme cela que la jeune femme comprenait pourquoi elle avait cédé à ses avances. Non pas qu’elle avait besoin qu’on flatte son égaux, mais que Kezaël avait une manière de le dire à la fois douce et aimante qui transpirait la sincérité tendre. Et cela réchauffait le cœur de la jeune femme à chaque fois.
Néanmoins, toutes ces pensées se turent dès que la blonde croisa le regard de son époux. Ses prunelles d’ambres capturèrent ses yeux et l’emmenèrent bien loin. Sans qu’elle ne comprenne vraiment comment et pourquoi ils en étaient arrivés là, la jeune femme se laissait embrasser tendrement par le cultivateur. Des que leurs lèvres s’unirent, elle eut l’impression de fondre à l’intérieur et une joie se diffusa dans son être. Kezaël n’était pas souvent très entreprenant mais ce genre de geste la ravissait à chaque fois, par son côté doux et tendre.

Le contact finit toutefois par se rompre et seule la main qu’il avait toujours posé sur ses hanches continua de réchauffer le cœur de la jeune femme. Une fois de plus, elle se laissa perdre dans son regard et s’en sentit apaisé et heureuse. Ce furent cependant les mots de son époux qui ramenèrent Nirinïa sur terre. La boite qu’elle tenait dans ses mains était source de mystère et elle en fut ravie.
Caressant lentement la joue du cultivateur, Nirinïa profita de quelques instants pour se perdre encore un peu dans l’ambre liquide de ses prunelles puis secoua lentement la tête de gauche à droite. Un sourire doux et pourtant mutin vint égayer ses lèvres alors qu’elle répondait d’une voix claire :

« Je ne trouvais pas cela présomptueux… bien au contraire. » Elle éffleura une fois de plus sa joue puis rajouta en tendant la boite vers son époux. « Ceci est un présent, mon tendre, de ma part. Je pourrais vous dire que la raison à ce cadeau est votre journée prenante et fatiguante, ou pour vous remercier de votre douceur et de vos propres présents, mais cela serait mentir. Je ne le fais pour aucune autre raison que le plaisir de le faire et mon choix a été guidé par mon cœur. »

Elle repensa un instant au fameux cadeau. Un poignard dont le manche avait taillés dans un alliage de métal précieux, où des éclats d’ambre –peut-être était-ce cela qui avait motivé son choix– avaient été incrustés avec beaucoup de précision et de justesse. La lame était fine mais solide, bien équilibrée. Une parfaite arme d’apparat qui, pourtant, pouvait réellement servir pour se défendre ou dans une tâche destinées pour qui saurait s’en servir.
La jeune femme continua de fixer son époux qui venait d’attraper la boite et le regarda faire. Elle espérait de tout cœur que ce cadeau lui plaise car elle l’avait réellement faire avec son cœur. Elle avait comme ‘senti’ que cette pièce était faite pour lui, quelque soit le prix ou la rareté de l’objet !
avatar
Cultivateur

On m'appelle Kezaël Lysereän


Infos Personnage
RANG: Représentant des Cultivateur - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 37 ans
Féminin
MESSAGES : 269
AGE : 23
INSCRIT LE : 09/08/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 567
http://www.ile-joyaux.com/t934-kezael-lyserean
Posté dans Re: Quand vient l'heure de s'aimer   - Mar 25 Sep 2012 - 4:04

Le contact de la main de Nirinïa sur la joue du Représentant dura encore quelques secondes, le temps pour lui d'admirer un peu plus longtemps ce visage que Ruyn avait du modeler lui même et à son image, tellement il était empreint de bonheur, et parfait. Et la réponse de la jeune suite au doux baiser échangé n'arrangea en rien la flamme qui commençait à le dévorer. Il aurait voulu reprendre ses lèvres, et l'embrasser fougueusement, mais il s'abstint, et fut de toute manière devancé par sa souriante épouse qui lui tendait un petit coffret. Surpris par un présent auquel il ne s'attendait pas, Kezaël posa un regard curieux sur sa sublime compagne. Il prit la boîte qu'elle lui offrait, mais ne l'ouvrit pas de suite. Un sourire malicieux aux lèvres, il la regarda encore et souffla :

“ Qu'est ce donc ? Peut-être un cadeau empoisonné ou piégé pour vous débarrasser de votre époux ? ”

Joueur, il lui offrit un clin d'oeil, solidiant de la même manière une certaine complicité qui commençait à s'installer entre eux. Puis, sa curiosité finit par prendre le dessus. S'asseyant à son bureau pour pouvoir ouvrir plus facilement la boîte, il en souleva le couvercle et ne pu retenir un “Oh !” de surprise et d'admiration. Sous ses yeux émerveillés se dévoilait un magnifique poignard subliment ouvragé dont le manche brillait de perles d'ambre incrustées. La lame fine mais à n'en point douter très efficace car acérée, était très joliment faite et donner à l'ensemble un équilibre parfait. Délicatement, Kezaël le sortit de son écrin et le soupesa. Il avait un poids parfait, et ne le gênerait nullement s'il le portait à la ceinture. Ce qu'il ferait très certainement. Habilement, il le mania, le faisait tourner par de petits gestes de poignets experts et finit sa contemplation en le reposant dans sa boîte. Silencieusement, il se releva et se tourna vers sa femme qui semblait attendre son avis avec une certaine impatience, et peut-être anxiété. Il la rassura de suite d'un sourire éblouissant et s'approcha d'elle. Lui saisissant la main, il y déposa un long baiser, et mit un mot sur son bonheur :

“ C'est un présent magnifique, si ce n'est plus. Veuillez m'excuser, je ne trouve même pas les mots suffisants pour exprimer la beauté de cet objet. Vous me faîtes un immense plaisir, et honneur en m'offrant cette arme. Ce cadeau me touche profondement. Je ne sais comment vous remercier... ”

Il avait bien une petite idée de la façon dont il voudrait la remercier, mais il préféra la garder pour lui, au fin fond de ses pensées les moins avouables, et opta pour un doux baiser sur le front. Mais ne pouvant s'arrêter là, il prit possession de ses lèvres pour un court échange, mais plus passionné que le précédent. Puis, reculant son visage, il murmura :

“ Vous êtes la plus parfaite des épouses Nirinïa. Ruyn a du entendre mes prières pour que vous acceptiez de vous unir à moi. ”

Sans honte, il la dévora du regard, comme le ferait tout époux fou amoureux. Bien que pas encore à ce stade, Kezaël savait que l'affection qu'il lui portait ne tarderait pas à devenir quelque chose de plus fort. Mais en attendant, c'était le désir qui le brûlait tout entier, tandis que ses yeux caressaient chaque partie de son corps.





DC : Enaïa Lysean Vara'Da & Azeor Desnolancès & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen & Kaïlindra

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Quand vient l'heure de s'aimer   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum