AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Le miroir de Cassandra

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Le miroir de Cassandra   - Ven 28 Sep 2012 - 13:12

--- PREMIER MESSAGE ----


Cassandra





La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu’on veut, mais ce qu’on doit.











Age : 15 ans
Rang : Domestique
Particularité : aucune


C’est une histoire simple et sans vague que le commencement de ma vie. Une succession de jours, de mois et d’année où chacun de mes faits et gestes auraient puent être prévus à ma naissance.

Et je n’en demandais pas plus. Un travail pour occuper mes journées, une famille pour remplir mon cœur, des amis pour animés mes soirées, … Le minimum pour vivre. Peut-être pas assez pour profiter de ma jeunesse, mais suffisamment pour me faire espérer à une vie meilleur.

Pas courageuse, pas surdouée intellectuelle, pas affolantes de courbes généreuses, pas grande, pas forte, pas grande gueule, pas …. Mais avec cette petite flamme d’espoir je tiens le cap. Bien dosé il me donne la force d’avancer sans désespérer. De rêver.

Je le connais l’espoir des Grands, de ceux qui rêvent de grands changements, de ceux qui veulent devenir nobles et bouleverser leur destins. Je le vois trop souvent cet espoir qui détruit des vies. Sur 100 hommes qu’il touche, un seul réalisera son rêve. Les 99 autres deviendrons des alcooliques, des mendiants, des filles de joies, … Je ne veux pas de cet espoir. Maman me dit souvent que j’ai une étincelle dans les yeux alors que mes frères ont des grandes flammes. Et ça me va.

Ma maman elle est grande, forte, autoritaire, bien ronde, … « Une vraie femme » dit mon père. Elle à travailler longtemps chez les Maitres et puis quand mon dernier frère est nés, elle a décidé de revenir a la maison. On gagne moins mais notre foyer est redevenu un lieu de vie agréable. Ma mère donc, une femme bien, solide et courageuse.

Mon père lui aurait plutôt tendance à dire que mes yeux devraient s’activer plus souvent. C’est vrai, je rêve beaucoup. Dès la première occasion mes pensées s’envolent dans un autre monde que l’on nomme Imagination. Un monde fabuleux, magique, doux où l’amour et la joie rythment les journées. « Un monde qui ne nourrit personne ! » s’exclame mon père quand je tente de le convaincre de l’utilité de ses moments de rêves. N’allez pas croire que c’est un horrible géniteur sans cœur. Il en a un de cœur, le plus grand que je connaisse. Mais il sait, ou il croit, que l’on n’a pas le droit de le montrer si on veut survivre, et il essaye de me faire rentrer ça dans la tête pour pas que je devienne « une de ces rêveuses douce, faible et naïve. Seules les dames nobles peuvent se le permettent ! ». Et petit à petit ça rentre et je m’endurcie. Ou du moins j’essaye.

Après il y a mes 6 frères. C’est simple, Auguste, Antoine et Ambroise sont plus âgés que moi alors qu’Anat, Adrien et Aubran sont plus jeunes. Grandir avec des garçons n’est pas forcément les comprendre… Ils aiment quand je cuisine et j’aime leur sourire quand ils voient arrivés les plats que je leur aie préparés. Ils aiment courir partout et revenir taché et j’aime aller laver leurs vêtements et les mètres à sécher. Ils aiment chanter haut et fort et j’aime rire à leurs bêtises. Ils aiment se liguer pour venir me jeter dans la rivière et j’aime hurler en me débattant. Ils aiment se taper fort les uns sur les autres et j’aime aller me blottir dans les bras des ainées et prendre les plus jeunes contre moi en les berçant. Je les adore mais ça reste des frères et par principe on se dispute souvent. Euh ils sont tantôt hyper protecteurs envers moi, tantôt très amusés à l’idée de me trouver un mari. Tout dépend du jour…

Et oui, pour moi le mariage s’approche. Très honnêtement, ça fait peur. Je sursaute dès que quelqu’un vient frapper à la porte, je vais le moins possible en ville, je me cache, … Je très bien que tout ça est vain et que j’aurais beau me cacher cela n’empêchera pas mon père de parler de moi a ses connaissances et de rencontrer leurs fils mais par principe quand j’ai peur, je me cache.
Quoi ? Mais non, bien sûr que je veux une famille, un mari, des enfants ! Mais bon, qui n’a jamais rêver d’une histoire d’amour. Je vous vois déjà venir « Cassandra, l’amour on en rêve quand on est jeune, pas à ton âge ! » Au diable ! Je n’ai que 15 ans et encore plein de choses à vivre avant d’aller me marier. Et qui sait si d’ici là un bandit vagabond, à l’esprit libre et sauvage, au cœur pur et amoureux ne m’emmènera pas loin d’ici vivre des aventures dangereuse et interdite ? Ça vas, je plaisante, je n’ai aucune envie de partir d’ici ! Ma famille, mes amis, mes repères sont ici. Mais je ne dis pas non à un étrange et mystérieux amant qui viendrait briser le court de mon existence et que je pourrais aimer de tout mon être.


Et puis pour finir il y a le travail. Depuis mes 10 ans les Maitres acceptent que je travaille chez eux. Au début c’était des choses simples et répétitives, en cuisine ou dans la buanderie, mais je m’amusais à faire comme les grands. Et puis, au bout de trois ans, ils m’ont jugé digne de confiance et comme Maman qui a longtemps travaillé chez eux leur a demandé de me donner plus de travail j’ai eu accès à leur lieu de vie plus privés. Je fais les lits, j’aide Madame à s’habiller quand ses suivantes ne sont pas là, je prépare les bains, je range, j’aère, … Monsieur aime souvent se plaindre de ses clients, de sa femme, de ses enfants, de ses employés et j’approuve de la tête. Madame me raconte les commérages de son milieu et les hommes auxquels elle s’intéresse, leurs deux filles aiment être peignées pendant des heures avec douceur tout en se chamaillant, …

Je les respecte, je les admire d’être aussi sûrs d’eux. Et ils m’acceptent, il leur arrive de parler avec moi pendant de longues minutes et puis soudainement d’oublier mon existence pour vivre leur vie de famille, accueillir des amis, ... Ils sont… naturels avec moi. S’ils sont de bonne humeur ils l’exprimeront. S’ils sont fatigués ils ne feront pas d’effort. Quand ils sont énervés ils s’énerveront contre moi. C’est comme ça que j’ai eu ma cicatrice.

Madame était en voyage avec les filles. Le Maitre avait un peu trop bu lors d’une soirée de négociation, et il venait de perdre un contrat de haute importance. J’ai tenté, erreur que je n’ai plus jamais refaite, de le tempérer en lui, rappelant son dernier succes. Après, je ne sais plus trop. J’ai atterrit par terre, il y a eu le bruit d’une lame dans son fourreau, de cris de colère, le passage brulant de l’acier qui monte et redescend dans mon dos en déchirant ma robe. « Je marque ce qui m’appartiens ! » S’était exclamé l’homme, apaisé. La peur et la douleur ont eu raison de moi et j’ai perdu conscience quelques heures.

Rien n’a changé après ce jour et je ne pense pas que le Maitre se souvienne de ce jour. Maman s’est contenté de pincer les lêvres, Papa a detourné le regard et il est partis s’isoler pour la journée, mes frères se sont tus et j’ai compris que rien ne s’était passé. Aucune importance.

Voila ma vie. Rien qu\'avec ces quelques mots on pourrait écrire la suite. Un mari choisit par les adultes, des enfants, le travail qui reste le même, la vieillesse qui vient trop vite et lnea mort qui est trop lente.
Une dont on se contente a défaut de mieux.
[/font]





La jeune femme lève la main. Sur le papier abimé une multitude de caractères par lesquelles elle a essayé de transcrire son histoire s’aligne. Des dessins, des sons, des flèches, … Rares sont ceux qui parviendrait à déchiffrer cette écriture improvisée.

Elle soupire. Qu’est ce que sa vie ? Rien, une suite de petits mots qui n\'intéressent personne. Elle se lève, attrape les feuilles et s’étire.

« Clé ! Viens, viens vite on a trouver un poisson immense ! Et même que Ambroise il a dit que tu aurais peur ! »

Cassandra sourit, descend rapidement les escaliers, passe devant le feu qui brule dans le foyer. Une hesitation et elle lance les feuilles dans les flammes.
« Quand bien même elle sera banale, personne ne peut prédire ce que sera ma vie »
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Le miroir de Cassandra   - Ven 28 Sep 2012 - 13:14

On n'oublie jamais certaines rencontres



Miss Tick
Habitant de l\'île

A suivre...

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Le miroir de Cassandra   - Ven 28 Sep 2012 - 13:15



Ces jours que l\'on oublie pas...


RP avec Miss Tick, Alban à Gernie, Marché.
Lire le sujet

En cours...

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Le miroir de Cassandra   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum