AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[HOT] Un voyage au goût de Vanylle.

avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Mer 7 Nov 2012 - 1:34

Rappel du premier message :


Amour et tendresse ont-ils hâté la course des jours ? Assurément ! En effet, les semaines se sont succédé à une allure vertigineuse. Les tourtereaux sont allés de découvertes en redécouvertes. Au bras du gentilhomme, lui servant de guide particulier, Jana a pu admirer chaque parcelle du domaine des Vitis, et chaque recoin de cette énorme bâtisse où les couloirs et les escaliers s'entrecroisent en un somptueux dédale de marbre blanc. Tibor, lui, a revisité assidûment, inlassablement, les courbes délectables du corps couleur cacao de la Vanyllienne. Des heures entières, il a sillonné de ses lèvres les méandres interminables et savoureux de ses tatouages, jusqu'à les apprendre tous par cœur, et à parcourir leurs savantes arabesques, d'une extrémité à l'autre, les paupières closes, sans s'en écarter d'un pouce.

Malgré les rires et les protestations enjouées de la belle, Tibor lui a offert suffisamment de robes pour qu'elle puisse se changer dix fois par jour. Sans doute était-ce là le but du filou, de la contempler, de l'aider à se dévêtir et à se rhabiller afin de poser les mains partout ! Maryza, la secrétaire, paraît avoir rangé son hostilité envers la maîtresse de son patron. Simulation ou renonciation ? A vrai dire, la brunette et son chevalier servant ne s'en soucient guère.

Les mois se sont donc écoulés trop vite, les amants repoussant plusieurs fois la date de leur départ vers Vanylle, prolongeant au maximum tendres câlins, jeux frivoles et balades romantiques. Mais les clients de Jana se sont faits soudain plus pressants, réclamant à cor et à cri les canons achetés à la Maître-armurier. Le Romanz étant toujours bloqué au spatioport, sous la garde de Xander et de tonton Isaac, la solution envisagée précédemment, c'est-à-dire le transport terrestre par charrette et triqueballes, devint l'unique possibilité de rejoindre la ville des pirates.

Le chargement de l'ancienne carriole ne fut pas une mince affaire. Tout le personnel du domaine des Vitis fut réquisitionné, ainsi que l'équipe de Xander Bioul. Et l'heure du départ survint, la Vanyllienne revêtant discrètement, après quelques lieues parcourues, ses habits de marchande d'armes, ceux qui dévoilent généreusement son nombril et font sourire le gentilhomme. Pour sa part, ce-dernier se débarrasse de sa redingote et de sa chemise en soie, en faveur de frusques plus anciennes et plus sobres, mais aussi beaucoup plus pratiques.

Et les voilà. C'est le grincement des essieux du véhicule qui annonce leur approche, ainsi que la lente rotation des roues qui gémissent et concassent sous leur masse les cailloux et les branchages jonchant les sentiers. Les triqueballes soufflent puissamment, et les sangles qui les harnachent crissent douloureusement, tant l'effort des deux colosses est intense. De toute évidence, le retour à Vanylle ne sera pas une partie de plaisir, car ils devront emprunter des chemins difficiles et tortueux. Cette appréhension, ce sombre pressentiment, ramènent Tibor à cette foule de questions à laquelle Jana n'a répondu jusque là qu'à demi-mots. A présent que l'entreprise débute, sa curiosité se réveille de manière encore plus pressante. A quoi doit-il s'attendre ? Des routes abruptes et dangereuses ? Et ce mystérieux passage secret vers la ville des pirates ? Est-ce une grotte, un labyrinthe, une faille entre des rochers, gardée par une troupe ? Le gentilhomme a compris que les pirates sont censés protéger cet accès secret, mais il brûle de savoir. A l'allure où ils progressent, il a tout le loisir de dévisager sa compagne ... Dis-moi mon ange, elle va ressembler à quoi, notre balade ?

Sa question est volontairement imprécise, mais tout éclaircissement sera le bienvenu. C'est que notre gentilhomme a acquis prudence et sagesse au cours de ses aventures, et qu'il aime savoir à l'avance où il va poser les pieds ...




On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
MESSAGES : 240
INSCRIT LE : 02/05/2012
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Ven 30 Aoû 2013 - 9:02


Est-ce leur cri de commune extase qui a interrompu la rage des éléments, alors que leurs corps enchevêtrés s'affaissaient lentement et semblaient mourir de la plus délectable des morts ? Ce n'est pas impossible, tant il a jailli puissamment des tréfonds de leur âme. Pirate brune aux mirettes de topaze et fier aristocrate reconverti en aventurier dur-à-cuire, toujours réunis dans la même étreinte, gisent désormais face aux flammes rubescentes qui éclairent la grotte de leur trémoussement saccadé. Superbe tableau que ces deux silhouettes nues et rivées l'une à l'autre, allongées face à cette incandescence aussi vive que leur passion, mais la réalité est toute autre et elle les rattrape au grand galop. Mille questions se posent désormais, et une inquiétude manifeste vient sournoisement s'immiscer dans la distinguée caboche de Tibor, y plantant avec délice ses crocs blancs et acérés. Tout en caressant presque inconsciemment les hanches à la fois fines et solides de sa farouche maîtresse, le maître des Vitis se décide à rompre le silence ambiant pour lui faire part de ses préoccupations, qu'elle partage d'ailleurs, il ne l'ignore nullement. Son ton n'exprime cependant aucun émoi particulier, l'aristocrate désirant se montrer plus serein qu'il ne l'est réellement.

- Et si nous faisions le point après nos acrobatiques étreintes, ma chérie ? ... suggère t-il en offrant à Jana son sourire le plus rassurant et le plus lumineux. Apparemment, il ne pleut plus guère, et le tonnerre s'est éloigné, mais je pense que nos triqueballes ont été bien ébranlés par ces bourrasques inattendues. Ce serait criminel de notre part de les renvoyer déjà à travers la campagne. Ils ont besoin de souffler, de récupérer, et je t'avoue volontiers que c'est mon cas aussi. Comment te le dire en sauvant la face ? Tu m'as mis sur les rotules, mon exquise fleur de Vanylle. Tu as le feu en toi, mon trésor, et j'adore ça, mais mon corps demande grâce, il réclame un peu de repos sinon tu devras le porter sur ton dos jusqu'au bout de notre escapade ...

Après un sourire gouailleur et un clin d’œil résolument égrillard, indigne du respectable gentilhomme qu'il est le plus souvent, mais aussi après un long baiser sulfureux au milieu du ventre brun et ferme de la belle, il poursuit, tournant la tête vers les bûches empilées à portée de leurs mains. Je vais nourrir notre feu de camp, et nous dormirons jusqu'aux premières lueurs de l'aube. J'espère que l'orage se sera définitivement éloigné et que nous pourrons reprendre la route sans problème. En démarrant très tôt, nous éviterons les éventuelles patrouilles motorisées, comme celle qui nous a interceptés ce matin. Et nous nous glisserons en douce vers le passage secret menant vers Vanylle en contournant les tours de garde et en profitant de la pénombre de l'aurore. Que penses-tu de mon plan, ma tendre naïade ? Mes aristocratiques neurones sont-ils à la hauteur des désirs de la plus fabuleuse des pirates ? ... demande t-il en se moquant un tantinet de lui-même, et, accessoirement, de sa maîtresse.

- Et je vais faire un geste qui te rendra encore plus folle de moi, mon trésor ! ... poursuit-il en souriant de toutes ses dents. Cette fois c'est moi qui m'adosserai aux cailloux de la grotte, et Son Altesse Sérénissime la grandissime et superbissime Janalya Hermontrick pourra bénéficier ainsi de la plus moelleuse couchette qui soit : le buste de son amant. Viens, ma redoutable flibustière, installons-nous, et pose là tes charmants tétons au goût de pain d'épice afin que je puisse les surveiller durant la nuit... ajoute t-il malicieusement en désignant son propre torse et en empoignant la couverture pour les couvrir tous les deux.
avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Dim 22 Sep 2013 - 8:22

La tempête s'est apaisée, même si la pluie tombe encore tel un rideau opaque qui obscurcit le ciel et l'horizon. Repartir tout de suite serait de l'inconscience, de la folie. Jana n'en a ni la force, ni la volonté. Elle est aussi épuisée que Tibor. Allongée sur la couverture, elle admire en silence sa somptueuse silhouette dessinée par les flammes, alors qu'il réapprovisionne le foyer, tout en essayant de dresser le programme de leur journée du lendemain. Le feu craque, et dévore aussitôt les nouvelles bûches qui diffusent une douce chaleur, chassant l'humidité ambiante de leur refuge. Leurs braves triqueballes se sont calmés, et prennent un repos bien mérité, roulés en boule sur le sol. Ils n'ont plus qu'à en faire de même.
La pirate accueille avec un grand sourire espiègle la proposition de son compagnon, et se pelotonne aussitôt contre son flanc. Elle niche son visage dans son cou, et enroule sa jambe aux siennes, couvrant à demi son corps superbe avec le sien. Sa main joue avec les boucles blondes encore humides, alors que ses lèvres cheminent sur la peau râpeuse de la gorge de Tibor. Sans vergogne, elle savoure avec bonheur le confort douillet de l'aristocratique couchette. Entre les flammes qui dansent sur les murs, la couverture qui les enlace et la peau délicieusement chaude de son amant, elle est divinement bien installée. Que rêver de plus ?  

- Tu as raison, reposons-nous tant que nous le pouvons. Qui sait quand nous aurons la chance de nous retrouver au sec. Ce n'est pas une sinécure qui nous attend ... Ton plan est parfait, je n'aurais pas fait mieux, on dirait que l'aristo de la capitale prend goût aux aventures et aux campements de fortune ... le taquine-t-elle, entre deux baisers aussi ardents que son regard topaze qui se fond aux prunelles myosotis.
- Essayons de dormir un peu, je suis fourbue, par ta faute ! J'ai l'impression d'être passée à la moulinette! Tu me tues, trésor, tu n'es qu'un vilain débauché, un sacré vaurien ! Mais ne change rien, je t'aime comme ça, mon aristo-polisson ! Et elle ponctue d'un dernier long baiser, ses tendres lutineries, puis clôt ses yeux d'azur. Habituée à dormir n'importe où, et surtout dès qu'il le faut, elle sombre rapidement dans un sommeil réparateur.

****.
Incertaines, les premières lueurs de l'aube caressent les épaules dénudées de la flibustière, étroitement entremêlée à son amant, comme ces plantes grimpantes qui s'enroulent en volutes légères autour des arbres, ou des colonnades. Des rayons blafards effleurent sa joue, agacent les longs cils sombres qui ornent ses paupières, s'insinuent jusqu'aux iris clairs pour l'éveiller enfin. Une Jana ensommeillée, encore dans les brumes de ses rêves, ouvre les yeux sur les braises rougeoyantes de leur feu de camp. Sans éveiller son compagnon, elle se libère précautionneusement de son étreinte, pour ranimer le feu, en frissonnant.
Un instant, elle hésite à se recoucher près de son amant, au chaud sous la couverture. Mais ils ne partiront jamais à l'aurore, si elle se glisse à nouveau dans ses bras ! Alors elle cherche parmi les vêtements qui jonchent le sol autour du foyer. Bustier, corsaire et veste sont secs et encore tièdes de leur séchage près des flammes. Elle les passe rapidement avant d'enfiler ses cuissardes. Puis elle se décide à réveiller Tibor, qui, la bouche entrouverte, ronfle doucement. Quelques baisers plus tard, ainsi qu'un en-cas avalé debout près des dernières flammes, ils attèlent leurs géants poilus, ragaillardis par cette nuit de repos.

- Avant de quitter la grotte, nous devrons regarnir de bois la cachette, et nettoyer les traces de notre passage. Les Miliciens ne doivent surtout pas trouver d'indices qui pourraient les conduire sur nos traces. Même si notre chariot en laisse sûrement ... Les hautes herbes finiront par les recouvrir, inutile de leur laisser d'autres indications de notre passage.

Le ménage est vite fait, ils quittent leur caverne et s'engagent dans la plaine vallonnée qui les conduira à Vanylle. Bonne nouvelle, la pluie a cessé, et même si les nuages ternissent toujours le ciel, ils voyagent au sec. Les Tours de Garde, sentinelles de la Milice se dressent, menaçantes, mais elles surveillent principalement les airs, craignant toujours des attaques aériennes des pirates. Avec un peu de chance ils passeront au travers des rares patrouilles terrestres.

Malgré la piste qui disparaît peu à peu sous leurs sabots, les triqueballes ont trouvé leur allure de croisière et avancent d'un bon pas. Bientôt aristocrate et pirate auront contourné les Tours, avant-derniers obstacles à la réussite de leur périlleux périple. Sur le banc de leur chariot, Jana s'est lovée confortablement contre Tibor. Elle espère que ses souvenirs d'enfance seront assez nets pour qu'elle reconnaisse les prochains jalons de la fameuse route secrète vers Vanylle. Le fait de tomber sur la grotte, malgré la pluie battante, l'a bien un peu rassurée, mais qui sait ce qui les attend à présent ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Mar 24 Sep 2013 - 1:07


Le contournement des tours de garde se déroule sans la moindre anicroche. Ainsi que le supposait Jana, les guetteurs de la Milice ont manifestement le nez tourné vers le ciel. En toute logique, c'est là, selon eux, que se circonscrit le danger d'une apparition hostile.  Leurs instruments sophistiqués délaissent bien évidemment cette plaine ô combien inutile, qui s'étend à perte de vue et qui ne mène nulle part. Qui donc serait assez écervelé pour aller se perdre dans ces landes désertiques qui n'offrent aucun intérêt particulier ?

Oui mais voilà, contre toute attente, ces écervelés existent pourtant, et ils traversent en carriole cette aurore tiède et moite, où la terre exhale cette odeur caractéristique de l'après-orage, mélange d'herbe fraîche, de végétaux en décomposition, de fleurs encore mouillées. Ces parfums qui se mêlent, ce réveil de la nature, cet air plus vif, c'est le bon côté des choses. Il y en a un autre, beaucoup moins agréable : la monotonie du décor uniformément plat et vert, la distance à accomplir, la rareté des sentiers qui s'évanouissent soudain au cœur de cette steppe sauvage où rien n'attire le regard.

Blottie contre l'épaule de son gentilhomme, la pirate semble pensive. Sans doute cherche t-elle au fond de sa mémoire un reliquat de son passé qui les mènera à bon port, ou bien guette t-elle un indice au creux de ce paysage morne et insipide, un indice qui leur donnerait l'assurance d'être sur le bon chemin, car la carte dépliée sur leurs genoux joints ne leur offre bien entendu aucun renseignement précis quant à ce qui les attend. Au loin, l'horizon paraît immuable, seul un soleil timide et matinal l'agrémente un peu en se glissant entre quatre nuages dodus qui courent vers le centre de l'île en enjambant quelques collines rachitiques. Sans l'avouer, Tibor est inquiet. Il a toute confiance en sa maîtresse, certes, mais les souvenirs sont souvent fugaces et capricieux, et rien ne ressemble plus à un brin d'herbe qu'un autre brin d'herbe.

Les triqueballes avancent vaillamment, répondant parfaitement aux injonctions de leur propriétaire. Le sol, aussi plat qu'une planche à pain, leur permet de progresser à bonne allure, à peine freinés par l'attelage et le poids des canons. Il est dommage d'interrompre un si bel élan, mais le gentilhomme se sent tout courbaturé après leur nuit dans la grotte, et il décide d'une courte pause. Mon ange, j'ai bien envie de me dégourdir les jambes trois minutes. Une petite halte est même nécessaire, je pense, sinon mes fesses vont être toutes bleues à force de rebondir sur la banquette ! ... ajoute t-il en adressant à sa compagne un clin d’œil amusé.

Déjà, Tibor fait stopper le couple de mastodontes, à l'abri d'un buisson décharné, qui leur procurera un peu d'ombre malgré tout. Il aide Jana à descendre du véhicule, la soulevant par la taille et la posant dans l'embryon de sentier, après un baiser sur le nez, puis il s'étire un instant les bras et les jambes, qui craquent comme du bois sec jeté parmi les flammes d'un feu de camp. Ce n'est plus de mon âge, toutes ces aventures ! ... constate t-il en riant ... quand soudain une pétarade bizarre se fait entendre non loin d'eux, couvrant leurs paroles. Hop ! Sans réfléchir davantage, brunette et aristo se plaquent au sol, côte à côte, le nez dans la prairie. Prudemment, découvrant qu'ils ne sont pas repérés, ils se mettent à ramper vers les échos d'une conversation animée, qui succède au vacarme. Écartant prudemment quelques-unes des herbes sauvages et grasses qui les abritent, ils observent la scène. Quatre miliciens entourent autant de motos, de fortes cylindrées, dont l'une paraît avoir rendu l'âme et gît sur son flanc, et le quatuor s'explique bruyamment quant à la conduite à tenir. Morbleu, l'un des patrouilleurs est celui qui les a interceptés au début de leur voyage, à qui ils ont déclaré ne pas aller au-delà des rives du lac Vama. S'ils sont découverts, leur présence sera totalement impossible à expliquer, et les miliciens les embarqueront sans doute pour un interrogatoire plus approfondi.

- Tu l'as reconnu aussi, notre motard ? Ne bougeons plus, mon trésor, ne prenons pas de risques superflus ! Ils ne vont sans doute pas s'éterniser là ... chuchote t-il à l'oreille de Jana, qui, tout comme lui, retient son souffle et demeure immobile.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Mar 8 Oct 2013 - 2:27

La large vallée dans laquelle le chariot s'est engagé, déroule son long ruban monotone d'herbes folles, juste interrompu ça et là par de gros bosquets plus ou moins malmenés par le vent, qui ne cesse se souffler. Fort heureusement la pluie a stoppé, favorisant la bonne allure des triqueballes. Jana scrute chaque modification du paysage, chaque repli de terrain avec attention. Elle cherche la prochaine balise qui lui assurera qu'ils sont sur la bonne voie. Dans ses souvenirs d'adolescente, il lui semblait qu'elle était assez voisine de la grotte, où ils ont passé la nuit. Mais elle doute soudain, se demandant si ce voyage périlleux n'est pas une folie, si elle ne conduit pas son complice et cette cargaison à l'aveugle, vers nulle part, vers une mort certaine dans ce dédale de collines et de vallées qui se ressemblent toutes ... Puis elle redresse les épaules et se reprend aussitôt, pas question de se décourager, elle est une pirate de Vanylle, que diable ! Ils vont trouver ce fichu passage et vendront ces fichus canons au prix fort !

Tibor décide d'une halte bienvenue pour le postérieur de la jeune femme qui commence à devenir douloureux à force de cahots et de rebonds sur la planche qui leur sert de siège. Leurs braves géants ont besoin de souffler, et d'une main sûre, son aristo-pirate les dirige droit vers un groupe d'arbustes qui a le mérite d'être juste assez grand pour les abriter et leur fournir de quoi paître. Alors que Jana cherche de l'eau à l'arrière du chargement, un bruit ronflant de moteur déchire la sérénité de la vallée. Des Miliciens ? Pas le temps de vérifier, ils plongent dans un bel ensemble, au milieu des hautes herbes en se faisant tout petits, bien qu'ils soient derrière une éminence de terre. La brune suit Tibor en rampant le plus discrètement possible pour parvenir au sommet du dôme, et observer la scène, larvés dans les hautes herbes.

Les hommes sont en cercle autour d'une Filante en panne, couchée sur le flanc. Et ils sont bien trop occupés à débattre de ce qu'ils doivent faire pour les repérer. Zut ! L'un d'eux est le grand rouquin qu'ils ont croisé, l'autre jour près du Lac Vama. Si jamais ils sont découverts, aucune explication ne pourra les sauver d'un interrogatoire musclé ... Bon sang ! Par Vama et Ruyn réunis, ces abrutis n'ont pas l'air décidés à lever le camp !

- Tu as raison, mais il faut espérer qu'ils dégagent rapidement. Si nos gros amis se mettent à meugler, ou je ne sais quoi, nous sommes dans de sales draps ! Nous battre ne me fait pas peur, ni en zigouiller un ou deux, mais à deux contre quatre soldats entraînés nous ne faisons guère le poids ... murmure-t-elle en réponse à Tibor, alors que sous leurs yeux attentifs, la moto est relevée et inspectée sous toutes les coutures. L'un des Miliciens s'agenouille devant le moteur et trifouille un long moment avant de trouver le hic, il réussit à faire rugir la Filante, au grand soulagement de ses collègues qui le congratulent, mais surtout des deux espions ...

Cependant ce bruit infernal inquiète les triqueballes qui s'agitent derrière leur paravent de verdure. Heureusement, les deux aventuriers ont pris soin de les attacher, mais Jana juge plus prudent de revenir en arrière pour calmer les deux mastodontes. Inutile qu'ils se mettent à brailler ou qu'ils prennent la poudre d'escampette, affolés. Le coeur battant à tout rompre, elle parvient près d'eux. Se glissant entre les deux gros animaux, à l'abri d'éventuels regards inquisiteurs, elle caresse longuement leurs mufles, en leur chuchotant une litanie rassurante.
Elle perçoit encore les bruits de voix, mais rien d'alarmant, les soldats sont focalisés sur leurs machines, et surtout ils ne s'attendent pas à croiser des voyageurs. Personne ne s'aventure au-delà des Tours de Garde ... Enfin personne de sensé ...

Soudain les moteurs vrombissent, la vallée et son labyrinthe de cuvettes et de replis sont envahis par ce bruit tonitruant. Fébriles, les triqueballes piaffent, l'un d'eux finit même par meugler, mais son cri d'angoisse est opportunément couvert par les Filantes qui s'éloignent à toute vitesse vers les Tours. Après cette chaude alerte, les deux amants voyageurs vont devoir se montrer plus vigilants ...

- Voilà c'est fini, mes jolis, vous pouvez brouter à votre aise ... Jana abandonne les deux colosses et se coule aux côtés de Tibor qui est resté allongé dans l'herbe. Posant sa tête sur son épaule, elle soupire de soulagement.

- On a eu chaud ! Avec ces motos ils peuvent aller partout, encore plus facilement que notre lourd chariot. Moi qui pensais que cette étape serait plus tranquille ... Nos bons gros amis n'aiment pas le bruit des moteurs, j'espère qu'à notre retour à la capitale, ils supporteront d'être transportés dans le Romanz. Je n'aimerais pas les laisser à Vanylle, ils finiraient en grillades et en ragoût ... Et puis ils n'auraient pas grand chose à brouter, l'herbe est rare ...

Prenant appui sur son coude, Jana regarde Tibor d'un air grave, elle n'hésite que quelques instants à lui faire part de ses inquiétudes : - Je n'ai pas encore repéré le jalon suivant, il me semblait proche de la grotte, mais nous ne sommes partis que depuis quelques heures, de plus nous étions sur des chemanoirs, qui vont plus vite ... J'ai hâte de l'apercevoir, ça me rassurera ... Je dois t'avouer que je me demande si nous parviendrons au bout de ce périple ... Je n'aurais jamais du t'entraîner là-dedans ... On décolle ?  


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Mer 9 Oct 2013 - 12:46


Une fois de plus, l'aide de Jana se révèle excessivement précieuse pour le gentilhomme. En effet, c'est la sculpturale maître-armurier qui prend l'initiative de s'occuper des deux triqueballes, que les vrombissements des moteurs rendent particulièrement nerveux. Et la belle ne se débrouille pas mal du tout, réussissant à calmer progressivement les mastodontes, dont les rares protestations sont finalement étouffées par le vacarme assourdissant des échappements des quatre bolides.

Lorsque sa pirate préférée le rejoint, et s'allonge à ses côtés, posant sa joue sur son épaule, les miliciens et leurs machines disparaissent déjà à l'horizon, dans une pétarade effroyable qui se prolonge encore un moment, comme pour rappeler aux amants que le danger est continuel. Tu as eu un excellent réflexe, ma chérie. Te voilà la femme qui parle à l'oreille des triqueballes. Si un jour j'écris nos aventures, ce sera le titre de mon roman ... murmure Tibor en souriant de toutes ses dents.

Leurs soucis ne sont cependant pas terminés, car Jana profite du calme revenu pour faire part de ses inquiétudes. Et voici notre gentilhomme plongé dans un abîme de perplexité, car la situation lui échappe totalement, une fois encore. On ne s'improvise pas aventurier ou flibustier du jour au lendemain, voilà l'amère conclusion de ses réflexions. Ni même tout simplement convoyeur de canons ! Fichtre ! Sans Jana, il serait complètement perdu. A Matroos, il est un personnage important, du fait de son lien familial avec le gouverneur, mais ici, au milieu de nulle part, qu'est-il exactement ? La réponse est simple. Il n'est rien, que dalle, juste un aventurier de pacotille, un pirate d'eau de vaisselle ! Aaahh il est beau, l'élégant et fier Tibor Keiron, la coqueluche de ces dames en jabot de mousseline et voilettes de dentelles, qui viennent papillonner autour de lui. Et notre insouciant gentilhomme, l'indécrottable optimiste, se met à douter pour la première fois de la réussite de leur entreprise, face à toutes ces difficultés qu'il n'imaginait pas.

Néanmoins, il veut se montrer rassurant, et se fait fort d'y parvenir, habitué qu'il est à cacher sa véritable personnalité et à charmer son entourage. Il se tourne donc vers Jana, prend délicatement son visage entre ses mains, repousse d'un souffle une boucle rebelle qui s'amuse à voleter entre eux, puis il l'embrasse tendrement, longuement, ce qui lui donne le temps de trouver les mots adéquats. C'est qu'il est diablement rusé, notre aristocrate.

- Mon amour, je suis certain que tu vas nous tirer de là. J'ai toute confiance en toi. Tu as déjà trouvé la première grotte, celle où nous avons passé la nuit, alors pourquoi ne retrouverais-tu pas les repères suivants ? Et tu nous mèneras à bon port, j'en suis convaincu. Et puis ne dis donc pas de bêtises, crois-tu vraiment que je t'aurais laissée partir sans moi ? Par Vama, veux-tu que je t'étrangle pour avoir eu une telle idée ! Sapristi ! Cornegidouille ! ... dit-il en riant de bon cœur, entourant délicatement le cou de sa maîtresse de ses deux mains, et caressant de ses pouces sa gorge fine et brune. Persuasif, non ? Redevenant plus sérieux, il poursuit. Quant à nos triqueballes, c'est effectivement un problème auquel je n'avais pas pensé. S'ils ne peuvent survivre à Vanylle en raison du manque de nourriture spécifique, il nous faudra bien les rapatrier à Matroos. D'ailleurs ça me ferait du mal de les abandonner là-bas, même si nous ferons fatalement la navette de temps en temps entre chez toi et chez moi. Entre nos deux chez nous ... rectifie t-il en souriant de nouveau. J'espère qu'ils accepteront de grimper dans le Romanz et qu'ils ne passeront pas au travers des cloisons de ton cercueil volant ! ... ajoute t-il, hilare, alors qu'au fond de lui il est toujours aussi inquiet.

Après un dernier baiser déposé sur l'adorable museau hâlé de sa compagne, Tibor se redresse et entraîne la belle vers la carriole. Leurs deux colosses velus tournent vers eux leurs gros yeux candides, et le gentilhomme a compris qu'il aurait du mal à les abandonner, s'il s'avérait impossible de les ramener à Sant Poséinos. Mais il ne peut pas non plus renoncer à son domaine des Vitis et à ses occupations, surtout les clandestines, celles qui lui permettent de bénéficier d'un train de vie somptueux. Alors ?

Bah, inutile de se morfondre à l'avance. Au pire, une vie entière à Vanylle, avec sa pirate, ça pourrait être épatant, non ? En définitive, il y a une solution à tout problème, et cette solution est plutôt séduisante, voilà donc qui redonne confiance au gentilhomme, lequel retrouve aussitôt un moral d'airain mais aussi son entrain habituel. Allez, en route, ma jolie ! C'est tout droit, on ne peut pas se tromper ! Fouette, mon beau cocher ! dit-il en tendant les rênes à Jana, et en passant un bras sur ses épaules. Vanylle, nous voilà ! ... hurle t-il à l'intention de quelques collines desséchées qui traînent leur bosse dans un coin de ciel bleu, alors que le lourd convoi s'élance dans cette direction.



avatar

On m'appelle Janalya Hermontrick


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Vanylle
MON AGE : 23 ans
Féminin
MESSAGES : 339
AGE : 45
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 5
http://www.ile-joyaux.com/t703-janalya-hermontrick#16309
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Sam 2 Nov 2013 - 2:17

La vallée a retrouvé son silence, troublé par les encouragements que Jana adresse aux deux braves triqueballes qui se remettent en route laborieusement. Les hautes herbes ont avalé depuis longtemps le semblant de piste qui existait et désormais, la pirate doit s'orienter grâce aux différents repères naturels qui lui ont été enseignés lorsqu'elle était adolescente, par son oncle Isaac. Alors, si la confiance de Tibor la réconforte, elle est à double tranchant, car c'est sur ses épaules que repose la lourde responsabilité de les mener à bon port.

- Tu as raison, trésor, continuons notre route, de toute façon, nous n'avons pas le choix. Cette fichue balise ne doit plus être bien loin. Gardons les yeux bien ouverts ! Et dans quelques jours, je te ferai visiter Vanylle, et surtout mon chez moi ... et mon labo. Ne t'attends surtout pas au luxe de tes chers Vitis, mon bel aristo, je crains même que tu sois très déçu par Vanylle. C'est loin de ressembler à la capitale, et même à une ville telle que l'entendent les Matrosciens. Les pirates manquent d'argent pour arranger les choses, et celui qu'ils ramènent de leurs sorties, termine le plus souvent dans les tavernes ... C'est chacun pour soi ! Je ne suis pas sûre que tu serais heureux d'y vivre en permanence, mon ange ... Enfin, le tout c'est d'arriver ! Allez, mes jolis, courage ! termine-t-elle en claquant de la langue plusieurs fois, comme elle a vu son amant le faire.

Les deux mastodontes ont fini par trouver leur rythme, comme le suggérait Tibor, la carriole tressaute bien un peu, mais ils avancent d'un bon train. Jana continue de scruter l'horizon à la recherche de l'"Aiguille Creuse", sorte de pierre plantée, qui semble avoir poussé au milieu de la plaine. Ce n'est pas à proprement parlé un abri, juste une cachette où elle trouvera sûrement de quoi faire un feu, peut être même des provisions, mais dans quel état ? Et puis ils ont encore largement de quoi se remplir l'estomac.

Après plusieurs minutes d'hésitation, Jana finit par expliquer à son co-pilote ce qu'elle cherche exactement. Elle a entièrement confiance en lui, mais la méfiance atavique des pirates est ancrée si profondément en elle. En révélant cet indice à Tibor, c'est comme si elle trahissait sa "famille", mais désormais son foyer, son avenir, c'est lui, non ? Les pirates ne lèveraient pas le petit doigt, si elle avait besoin d'aide. Tibor, lui, est là, à ses côtés dans cette épreuve, ça vaut bien qu'elle soit franche avec lui, non ?

- Nous tâcherons de ne pas rester trop longtemps à Vanylle. Dès que j'aurai livré les canons, nous pourrons préparer notre retour, sans oublier les explosifs que je t'ai promis, je sais que tes projets te tiennent à coeur, et je serai ravie de t'aider. Nous trouverons une solution pour nos gros amis. Moi aussi je les aime bien, tu sais. Pas question de les abandonner ...

Leur périple se poursuit, monotone à souhait, lénifiant. Jana n'en voit pas le bout, ils laissent dans leur sillage plusieurs collines, mais d'autres s'élancent vers le ciel devant eux, encore et encore ... Ils s'enfoncent dans cette zone déserte, longée par la Ceinture de Feu, que les matrosciens se refusent à habiter, tant les conditions météorologiques sont capricieuses. D'ailleurs un vent frais les accompagne depuis une bonne heure, mais pas d'averse, ce qui facilite grandement leur progression.
Jana a laissé les rênes à Tibor, et s'est blottie contre son aristo-pirate.  Quand, soudain, elle se redresse, et observe le bout de plaine qui se révèle après une énième colline. Plusieurs rochers reposent dans les graminées que couche le vent. D'ailleurs s'il ne soufflait pas si fort, les aventuriers seraient probablement passés à côté sans les apercevoir ...

- Attends, Tibor, ralentis, regarde ça ! Arrêtons-nous, je sais qu'on cherche une pierre dressée, mais celles-là, je n'sais pas, c'est bizarre, on dirait  ... Il faut que j'en ai le coeur net ...

La flibustière saute de la charette avant même qu'elle ne soit à l'arrêt, elle court vers les morceaux de rocs qui reposent alignés dans les herbes. Instinctivement elle se dirige vers le plus gros, et contourne les premiers qui sont noircis par la foudre sûrement, la mousse en prend déjà possession, signe que l'aiguille a été foudroyée depuis longtemps. La crevasse qui faisait office d'entrée, s'ouvre béante, comme une blessure mortelle, sur l'intérieur de la pierre. Fouillant dans la végétation qui a envahi le petit espace, Jana finit par mettre la main sur un petit paquet de toile huilée, fermé par une ficelle rongée par l'humidité.

- Nous sommes sur la bonne route ! crie-t-elle en s'extirpant de l'aiguille fauchée par un éclair. Dans sa main levée, elle tient victorieusement le petit colis. Nous avons bien failli passer sans la voir ... Elle s'avance vers Tibor, tout en tentant de dénouer la cordelette. Je me demande ce qu'on va trouver dans une si petite enveloppe ... Je devrais signaler que l'Aiguille Creuse n'est plus, lorsque nous arriverons à Vanylle ... Voilà, installons-nous ici, pour découvrir ce qu'il y a là dedans.

Jana déplie précautionneusement les pans de toile, raidis par le temps. Apparaissent alors sous leurs yeux curieux, de la poussière de biscuits, un briquet tout rouillé, et de la viande séchée si vieille qu'elle ressemble à une semelle de botte ...


Angélyne Montaigu, Hors la loi / Calyth Montivelle, Pilote / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice
Avatar de Thélador, merci Wink
avatar

On m'appelle Tibor Keiron


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Sant Poseinos
MON AGE : 27 ans
Masculin
MESSAGES : 240
AGE : 46
INSCRIT LE : 02/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Promor, Yannick, Janos et Raffaella
Joyaux : 3
Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   - Lun 4 Nov 2013 - 9:21


Les lieues et les heures se succèdent, toutes pareilles, immuables, interminables. Combien devront-ils encore en franchir, de ces petits fragments d'éternité, avant d'atteindre Vanylle la secrète, Vanylle la cruelle, cité inexpugnable dissimulée à l'abri d'une barrière de rochers ? Mystère. Et le vent frais qui souffle dans leurs chevelures ébouriffées ne leur apporte aucune réponse à cette question. Il se contente de leur servir d'escorte, de faire ployer herbes folles et arbrisseaux hirsutes poussant en pagaille, selon leur humeur, de louvoyer entre les collines en serinant sa chanson monotone, en écho au couinement plaintif des roues de la lourde carriole.

Au fil de cette longue après-midi languissante, la belle pirate a tout le temps d'expliquer à son compagnon ce qu'elle recherche en vain dans ce décor morne et fade : un rocher caractéristique, dont les contours sont gravés dans sa mémoire depuis son enfance. Un rocher, tel un index pointé vers l'azur grisâtre, et dont la silhouette de gigantesque sentinelle veillant sur ces plaines immenses leur confirmera qu'ils vont dans la bonne direction. Cependant, Tibor a beau y mettre du sien pour seconder au mieux sa fleur sauvage, à reluquer dans tous les sens, à scruter attentivement l'horizon qui les cerne et les accompagne, il ne détecte rien de tel. Jana non plus, visiblement. Les topazes de ses yeux clairs, d'ordinaire déterminés ou envoûtants, demeurent cette fois bredouilles. Longtemps. Jusqu'à cette exclamation qui fait soudain sursauter le jeune aristocrate, lequel commençait à désespérer, sans l'avouer à sa sculpturale maîtresse.

En effet, la physionomie particulière d'une kyrielle de rochers éparpillés parmi les herbes recourbées par le vent intrigue tout-à-coup la flibustière. Sans doute n'existaient-ils pas sous cet aspect dans les souvenirs de la belle. Elle s'en approche donc, et constate que la foudre a frappé à cet endroit précis et qu'elle a fracassé l'aiguillon rocheux qu'ils s'escrimaient à retrouver depuis un bon moment. Pour preuve de ses dires, Jana se glisse dans une faille étroite, à-demi dissimulée par la végétation, et elle en ressort en exhibant triomphalement un paquet plutôt modeste. Voilà enfin la confirmation dont ils avaient grand besoin. L'enveloppe, qu'ils examinent tous les deux, ne contient que des broutilles, notamment un reste de nourriture désormais non comestible, mais c'est sans importance, car c'est indubitablement un présent abandonné là par d'autres pirates, à l'intention d'éventuels acolytes vanylliens qui useraient également de ce passage terrestre menant à leur cité. Et voilà qui réjouit le gentilhomme !

- C'est formidable, ma chérie ! Nous sommes sur la bonne voie, grâce à ton excellent sens de l'observation ! Ainsi que je te le répète souvent, tu es bien trop parfaite pour t'acoquiner avec un aristocrate stupide et borné tel que moi ! ... lance t-il joyeusement ! Viens vite chercher ta récompense, avant que je ne change d'avis ! ... ajoute t-il en l'emprisonnant dans ses bras et en la bécotant avec une fougue et un enthousiasme débordants ! Je suis tellement soulagé et content que je t'offre volontiers l'entièreté de ce festin de reine ! ... s'exclame t-il d'un ton rigolard en lui rendant les miettes de biscuits et le quartier de bidoche, qui paraît aussi dur que les selles de cuir de leurs chemanoirs restés à Matroos.

Après un coup d’œil rapide en direction de la faille dans le roc, qui se révèle minuscule mais apparemment saine et sûre, Tibor retrouve un brin de calme et de bon sens. L'après-midi est bien avancée, et malgré leur hâte de se rapprocher de Vanylle, il est sans doute plus raisonnable de passer la nuit dans cet abri de fortune. D'un commun accord, ils détellent les triqueballes, pour les attacher ensuite à un tronc d'arbre, à proximité de l'étroite crevasse. Il ne faudrait pas que leurs bestiaux disparaissent pendant la nuit, cela contraindrait les deux aventuriers à abandonner là leur carriole et leurs précieux canons, et à poursuivre la route à pied.

Puis ils s'installent, dans les bras l'un de l'autre, emmitouflés dans une épaisse couverture de laine, car le vent s'est renforcé et balaie la plaine par vagues successives, en mugissant comme un animal blessé. Pirate et gentilhomme s'endorment alors que paraissent les premières étoiles.

Suite aux "Alentours de Vanylle" : Avanies à Vanylle


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [HOT] Un voyage au goût de Vanylle.   -

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum