AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Lun 31 Déc 2012 - 8:24

Le ciel était déchaîné ce soir là, le Moonacre revenait péniblement d'une descente à Vuulte. L'équipage faisaient son possible pour tenir et mener à bien leur vaisseau à bon port. La fatigue et la faim avaient affaiblis leur corps mais le fait de rentrer à la maison donner du courage à leur cœur et c'est en chantant des chansons grivoises qu'ils se donnaient encore un peu de courage pour tenir et lutter contre les éléments. Les machines sifflaient et les caisses frappaient les parois du vaisseau, néanmoins, le capitaine ne ralentissait pas. Fougueux, le Moonacre luttait contre le vent et la flotte qui lui tombait sur le bec. Sur le visage de son capitaine, un sourire glorieux et un peu diabolique sur les bords. La pêche avait été encore bien bonne et bientôt ses recherches pourraient porter leurs fruits et le collier de Vama serait entre ses mains ! Il était fier de son vaisseau. Fier de son équipage et heureux de retrouver après chaque aventure Vanylle et les joies qu'elle lui apportait. Tirer des casses, faire rouler des tonneaux, tracter des coffres, ceci n'était rien contre l'effort qu'il devait faire pour construire la réputation qu'il voulait offrir au Moonacre. Puis à côté de ça, lorsqu'il avait le blues, ou que son équipage avait le mal du pays, hop. Cap sur Vanylle ! Oui, il n'y avait que ça de vrai. Le retour à la maison.

Une fois le Moonacre posé, direction la taverne la plus populaire du coin. Fatigué et le regard bien heureux, Sven attrapait les épaules de deux membres de son équipage et entrait dans un grand fracas au Goéland qui tousse. Les entrés de Sven était toujours bruyante et malheur à celui qui venait le déranger ou gâcher son entré car celui-ci se retrouvait aussitôt à glisser sur le ventre sur le comptoir. Le Moonacre avait ses habitudes, ils venaient prendre une table au fond de la taverne et faisaient à eux seuls un vacarme grandiose. Cependant, ce soir là, l'équipage semblaient encore plus virulent que les autres fois et pour cause, c'était la dernière fois qu'ils venaient se poser ici. Bientôt la taverne du Groupil Chipeur serait ouverte officiellement. Sven avait déjà trouvé un tavernier, un vieux boiteux qui traînait très souvent au Goeland qui tousse. Il avait plus d'une fois partagée la table de Sven et lui avait raconté la légende du cœur de Vama, ce fameux collier fait d'un diamant bleu énorme. C'était probablement pour cette raison que Sven avait décidé de lui confier sa taverne. Il avait bien vécu et savait pas mal de choses sur le monde et ses trésors. Ce soir donc, en plus que c'était le dernier soir ici pour le Moonacre, Sven venait chercher ses deux favorites. Il venait plutôt leur proposer de venir avec lui. Si elles étaient favorables, il irait alors chercher Aliénor pour débourser le prix fort pour les avoir. Mais Sven n'en avait que faire de cet argent, celui-ci n'était même pas à lui puisqu'il le volait aux autres. Puis si cet argent sale pouvait le permettre d'avoir les deux plus belles femmes qu'il avait vu ici, dans sa taverne, alors qu'importe le prix à payer.

Tout en buvant une choppe avec les autres, il vu la première de ses précieuses et l'invitait à venir s'asseoir sur ses genoux. C'était la belle Véra qui venait s'installer sur les genoux du capitaine et celui-ci la gardait comme un trésor dans ses bras. Au fil de la soirée, elle joua aux cartes avec eux et Sven lui proposait discrètement dans le creux de l'oreille de venir avec lui et de travailler dans sa taverne, jurant qu'elle aurait sa propre toilette, sa propre chambre et qu'elle ne manquerait de rien tant qu'elle faisait ce qu'elle avait à faire. Sans hésiter, Véra acceptait, lui serrant le cou et l'embrassant sans lui laisser le temps de boire une gorgée de son breuvage. Après avoir passé son temps et sa soirée avec elle, il décidait de monter avec elle à l'étage sauf qu'en levant la tête, ses le regard d'une toute autre créature nocturne qu'il vit. L'Ange. Les cheveux légèrement en désordre et la posture droite, se tenant comme un pic en haut des escaliers, fière. Sven avait bu tellement d'alcool qu'il avait bien du mal à marcher sans raser le mur de l'escalier. Néanmoins, la vue de l'Ange suffit à lui donner un tout nouveau souffle et lâchant Véra, il montait quatre à quatre les marches pour presser la taille de cet ange et la faire tournoyer avec un sourire qui en disait loin sur ses envies. La Véra eut beau le rappeler, lui tenir le bras, Sven ne semblait pas quitter les yeux de l'Ange. Véra n'avait pas dit son dernier mot et pour se dépatouiller d'elle, Sven du bien lâcher le petit ange pour faire quelques pas avec Véra et lui faire comprendre à voix base qu'il avait déjà passé pas mal de temps avec elle, qu'il l'adorait, qu'il était très heureux qu'elle vienne au Groupil, mais qu'il avait bien envie de prendre un peu de temps avec la petite qu'il venait de serrer contre lui. Elle ne fut bien évidement pas très heureuse de laisser à Ange son cher Sven, mais en même temps, elle ne pouvait rien faire et décidait de redescendre rejoindre l'équipage du Moonacre, les dents grinçante après avoir fait promettre au capitaine, qu'il passerait sa prochaine nuit avec elle.

Ce qui amusait Sven, c'était qu'il avait beau promettre, il arrivait à chaque fois à reporter cette nuit dès qu'Ange était libre. Celle-ci avait la réputation d'être la meilleure catin de Vanylle. Il aimait son côté rebelle et insoumis. Se frottant les mains, il se retournait vers l'ange qu'il avait laissé un instant auparavant, mais à sa grande surprise, elle avait disparu de son champ de vision. C'était elle faite attrapé par un autre au passage ? Se grattant la tête, Sven se penchait sur la rambarde pour voir si elle était descendue, mais il ne la voyait pas. Où était elle passé ?
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 4:25

Le grincement d'un lit. Le souffle court d'un homme en plein effort. Les quelques gémissements d'une femme semblant apprécier l'instant. Les odeurs musquées de la sueur, de l'alcool et du foutre se mêlant dans un parfait désaccord pour former une répugnance sans nom. Des râles de plaisir se faisant de plus en plus audibles et indiscrets. Une main sur le mur, puis une autre. Un corps courbé se mouvant au rythme des va et vient d'un bassin déchaîné. Derrière les grognements gutturaux du client, quelques petits claquements de peau contre la peau. Puis soudain, plus rien. Un ultime effort. Une ultime jouissance. L'homme s'affale sur cette demoiselle et gémit.

Elle ne fait rien, elle patiente quelques instants. Comme il ne fait rien, les yeux émeraudes de la demoiselle se posent sur lui. Dommage qu'il soit aussi feignant, car il pourrait faire un bon marin se dit-elle intérieurement. Il a le corps qui va avec l'emploi, et les mains fortes. Mais ce n'est pas son travail que d'embaucher de futurs loups des mers. Le sien est terminé. D'une main sûre elle attrape un tissu blanc, et essuie son corps avec attention. Cette première toilette terminée, elle se lève et se dirige derrière le paravent qui occupe la pièce. Au passage elle saisit la petite bourse préparée à son attention et la soupèse avec un sourire.

De l'autre côté du paravent, une bassine remplie d'eau tiède, une serviette propre et des habits de ville. La jeune femme commence donc son petit rituel post-travail. Une toilette minutieuse, un soin particulier à son visage à l'aide d'un petit miroir, et le nettoyage de ses cheveux. Louhane retrouve ici son humanité, sa féminité pure.
Ses petites mains s'emparent d'un lacet qu'elle passe dans ses cheveux et qu'elle noue afin de faire un noeud très coquet. La boucle terminée, elle déplace le lacet, afin que celle-ci se trouve sur le côté de sa tête, ornant ses cheveux d'une couronne de fortune.

Ce rituel terminé, Louhane quitte le paravent, récupère ses affaires de 'travail' et les dépose dans un panier qui se trouve au coin de la chambre. Qu'elle quitte rapidement. Ouvrir la porte la transporte dans un autre univers, beaucoup plus brillant, beaucoup moins intime.
L'Ange traverse le couloir aux multiples portes, menant chacune dans une chambre occupée. Elle s'avance et s'apprête à emprunter les escaliers lorsqu'elle vit le pirate en bas des escaliers. Lui qui appréciait tant sa compagnie et qui ne pouvait s'empêcher de venir la voir à chaque retour de mer. Elle ne sourit pas, elle ne broncha pas, alors que lui s'empressait de grimper les escaliers, lâchant la main de Véra, une autre employée de la taverne. Arrivé à sa hauteur, le grand pirate aux cheveux roux l'enserra dans ses bras et la souleva sans aucune difficulté.
Elle l'enlaça également, souriant discrètement. Cet homme faisait partie de ses habitudes, et bien qu'elle pensait avoir terminé son travail pour l'instant, le voir ici lui redonna vigueur. Tandis qu'il se retournait pour palabrer avec Véra, elle se faufila dans le couloir, au niveau des chambres les plus propres et les plus 'luxueuses' de la taverne.
Arrivée près de l'une d'elle, vérifiant que personne ne s'y trouvait, elle y pénétra et claqua la porte dans son dos. Serait-il assez malin pour la retrouver ? Certainement. Toujours est-il qu'elle approcha du lit, et vérifia sa chevelure. Dans l'obscurité elle gardait son charme, mais une fois à la lumière il se pouvait que sa beauté disparaisse quelque peu.

Le grand pirate arriva finalement, et Louhane l'observa, sans rien dire. Elle n'engageait jamais la conversation. En fait ce n'était pas à elle de le faire. S'il désirait parler, il le faisait, sinon elle se contentait de prendre un peu de plaisir avec lui.
Bien entendu, ce n'était qu'un client, rien de plus. Mais l'accoutumance et l'habitude l'avait attachée à lui, et elle se sentait responsable d'une partie de son bonheur lorsqu'il revenait à terre. C'est pourquoi elle s'appliquait à ce qu'il passe un agréable moment, sans que cela ne semble être une simple partie de jambe en l'air achetée.

Elle le regardait avec insistance, le sourcil relevé, l'air de dire : Et maintenant ? sauf qu'elle ne prononça aucun mot, se contentant de le dévorer du regard en toute discrétion.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 10:31

Alors que Sven s’apprêtait à descendre pour la chercher à même la foule, un claque de porte dans un couloir attira son attention et le poussait à emprunter le couloir plutôt que d'emprunter les escaliers. Rasant les murs d'une démarche mal assurée, il plissait les yeux pour essayer de trouver un peu de lumière sous les portes des chambres, accolant par la suite son oreille contre les portes pour entendre si la chambre était déjà occupée ou non. Toutes semblaient occupées, sauf deux dont l'une d'elle avait pourtant de la lumière. Quand Sven ouvrit la porte, il se rendit vite compte qu'il n'avait pas choisit la bonne porte en trouvant une jeune femme entre les jambes d'un de ses clients. Croisant le regard de celle-ci, il lui fit signe de poursuivre et refermait aussitôt la porte le plus discrètement possible. Avec un petit sourire moqueur, il s’apprêtait donc à entrer dans la dernière chambre, dépourvue de lumière d'après le bas de la porte. Tournant lentement la poignet de la porte, la poussant discrètement en essayant de regarder à l'intérieur si elle était vraiment ici. A sa grande surprise, la chambre n'était pas sombre que cela, il y avait juste un tapis assez grand et épais pour empêcher la lumière de la pièce de s'échapper dans le couloir. Belle dans son vêtement, elle se tenait devant lui comme une enfant sage. Même ivre, il était encore capable de faire quelques compliments et d'avoir un sourire niais sur le visage. Sourire qui ne resterait pas longtemps, quand le naturel était dans l'ombre, attendant le parfait moment pour révéler une sauvagerie pure.

Après avoir refermé la porte derrière lui et après avoir laissé ses doigts vagabonder sur quelques objets, en volant discrètement quelques uns au passage, assez petits pour tenir dans sa poche. Tout en faisant un petit tour des lieux, sans pour autant regarder l'ange, Sven lui faisait la conversation pour empêcher le silence de venir et de s'installer trop rapidement.

- Ange... Ange. Ange. Ça faisait longtemps. Je t'ai manqué ? Non je présume. Tu devais probablement avoir fort à faire ici. Moi aussi d'ailleurs. Malgré tout, je gardais une petite pensée pour toi...

Avec un sourire mesquin il vint se glisser dans son dos et la saisit par la taille, la plaquant avec une certaine force contre lui. D'une main douce, il venait caresser ses cheveux joliment coiffés et dénuait son épaule pour en caresser la peau douce de cette ange de plaisir. D'une voix lente et faible il venait lui susurrer au creux de son oreille, une proposition qu'il n'aurait pas aimé qu'elle refuse tout de suite.

- Ange... Ange. Petite Ange. J'aimerai t'acheter et te garder dans une cage bien plus belle que celle-ci. A vrai dire, tu n'aurais pas ton mot à dire, mais cela me ferait de la peine de ne plus voir ton joli sourire. Dis-moi. Te plairait-il d'avoir pour toi seule une chambre que tu pourrais décorer à ta guise et une toilette de ton goût, pour toi seule ?

Accroché face à eux, en haut d'une commode encombrée, trônait un immense miroir taché et abîmé par les années dans lequel Sven se plaisait à observer de son seul œil encore valide, le magnifique visage de la poupée qu'il avait dans les bras. Tel un serpent, il l'avait entouré de ses bras et laissait maintenant ses mains glisser vers le bas ventre de cette fille de chaud. Malgré le tissu, Sven sentait entre ses mains une douce chaleur, imaginant un corps encore caché.

- Avec une plus belle tenue, tu pourrais obtenir bien plus de clients et te délier de cette situation non ? A moins que celle-ci te plaise...

Comme il était cruel de sa part de lui faire croire qu'elle pourrait aussi facilement se délier de la prostitution. Sven, malgré ses belles propositions, comptait bien la garder pour ses affaires et augmenter son chiffre. En échange de quoi, il se jurait de bien la traiter sans pour autant lui rendre sa liberté.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 10:57

Observant le pirate lui tourner autour, Louhane ne dégage aucune peur, aucune tension. Elle est sereine, comme toujours. Il ne l'effraie pas plus qu'un autre. Il a simplement plus d'argent que la plupart des clients habituels. Sauf que lui avait en plus le mérite d'être beau, élégant et extrêmement attirant..
Sa voix avait quelque chose d'enivrant, comme une mélodie que l'on ne peut que savourer en se taisant. C'est ainsi que Lou resta droite au milieu de la pièce tandis qu'il se déplaçait. Il savait trouver les mots pour l'intriguer. Ce pirate avait quelque chose de plus que les autres, ça se sentait, et il prouvait cela en se montrant capable de la surprendre.

- Ange... Ange. Ange. Ça faisait longtemps. Je t'ai manqué ? Non je présume. Tu devais probablement avoir fort à faire ici. Moi aussi d'ailleurs. Malgré tout, je gardais une petite pensée pour toi...


Une pensée pour elle ? Pourquoi cela ? Comment cet homme pouvait avoir une pensée pour elle ? C'était n'importe quoi.

- C'est me flatter que de dire ça pirate, elle avait presque craché le dernier mot.. Mais je crains hélas de n'avoir fait autant en ton absence.

Il ne fit pas semblant de venir pour autre chose car ses mains la manipulaient déjà, s'amusant avec son vêtement et se promenant sur les quelques parties dénudées de son corps.

- Ange... Ange. Petite Ange. J'aimerai t'acheter et te garder dans une cage bien plus belle que celle-ci. A vrai dire, tu n'aurais pas ton mot à dire, mais cela me ferait de la peine de ne plus voir ton joli sourire. Dis-moi. Te plairait-il d'avoir pour toi seule une chambre que tu pourrais décorer à ta guise et une toilette de ton goût, pour toi seule ?

Quelle idée. L'avoir elle. Ceci dit, posséder une indépendance serait un luxe qu'elle n'a guère ici. Et elle pourrait ainsi profiter différemment. Elle le regardait au travers du fameux miroir, fixant son unique oeil avec détermination alors que ses mains avaient quitté ses épaules. Elles avaient frôlé sa poitrine et se dirigeaient droit vers ses délices.

- Avec une plus belle tenue, tu pourrais obtenir bien plus de clients et te délier de cette situation non ? A moins que celle-ci te plaise...


- Je ne saurais dire non.. A vrai dire je ne dis pas non à ta proposition.

Elle glissa sa main contre la fesse du pirate et la remonta doucement jusqu'à pouvoir attraper ses cheveux avec délicatesse.
- Mais promets moi une chose.

Ses doigts glissèrent dans sa chevelure pour s'agripper à son cou..

- De me visiter plus souvent.

Elle en avait envie en effet. Il semblait s'intéresser à elle avec sincérité. Bien entendu Louhane ne s'attachait pas à ce genre d'hommes, ni à aucun autre à Vanylle, mais voir que quelqu'un pouvait la désirer autrement que sexuellement la rassurait.

- Et si tu me parlais de tes aventures ? Tu le fais à chaque fois.. Et j'aime bien t'entendre raconter les butins que tu as récolté et comment tu les as récolté.

Se retournant doucement, offrant ainsi ses fesses à la vue du pirate, elle entreprit de défaire la tenue du rouquin, l'embrassant par intermittence sur les parcelles de peau se livrant à sa vue.

- Dis moi que tu as tué des Miliciens.. Nombre de miliciens.. Et que tu as pillé ces.. Bourgeois.. Que tu as brulé leurs manoirs..

Tandis qu'elle disait ces mots, elle repensa à l'incendie. Dans sa tête se bousculaient des images violentes. Elle revoyait Sven au bord du lac, jouant comme un enfant. Elle revoyait les Fox en train de rire des pitreries du garçon. Elle voyait le feu se propager dans la maison et les pleurs de Candice.. Elle voyait ces hommes la briser et lui retirer sa dignité.

Sa main hésita un instant, tremblotant contre le torse du borgne, avant de se ressaisir et de continuer son travail d'artisan du sexe.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 12:12

Pendant qu'Ange s'affairait à son devoir, profitant qu'elle ne s'occupait plus de voir son visage, Sven laissait tomber son sourire pour affronter le visage d'un pirate cruel, sans foi ni loi dans le miroir. Avec un calme et une froideur effrayante, il parlait donc à ce miroir, expliquant ce qu'il avait fait pendant son absence, la jeune femme ne devenant alors plus qu'un objet décoratif qui emplissait le lieu. Elle aurait été absente, la narration du Capitaine du Moonacre n'aurait pas changé. Tout en vidant son sac d'atrocités, il ôtait de son doigt la bague que lui avait offert un jour une petite servante du nom de Louhane pour qui il avait eu une grande affection. Une fois le bijou dans sa main, il glissait celui-ci dans la chaîne qu'il avait autour du coup. La bague glissait alors jusqu'à celle qu'il avait voulu auparavant offrir à cette même fille. Étant plus petite que la sienne, elle venait sans trop de mal se glisser plus ou moins dans la bague qu'on lui avait offerte avant de venir reposer sur son torse. Sven l'enlevait toujours quand il venait au bordel, de peur probablement qu'on lui vole à moins qu'il avait une sensation d'infidélité en la gardant au doigt. Qu'importe, lorsqu'il l'avait à son doigt, il avait comme une barrière imaginaire et psychologique qui l'empêcher de coucher avec une autres sans aucun remord. Avec un sourire cruel, sentant sa main nue et comme libéré d'un poids, Sven semblait perdre son humanité. C'est avec fierté qu'il continuait son récit.

- J'ai fait une descente à Errande, là-bas j'ai pillé avec aise et sans aucune gêne les pierreries et les coffres de deux familles bourgeoises. J'ai saccagé avec fureur leurs biens. J'ai tuer chaque enfants que j'ai pu trouver. J'ai coupé les doigts, les langues de chaque bourgeois, ces hommes gras et bien parfumés. J'ai violé leur femme jusqu'à faire couler de leurs cuisses de grosses bourgeoises le sang. Leur infligeant des supplices et des pratiques physiques qui te feraient pâlir.

Manquant une pause dans son résumé, il avait l'impression d'avoir le goût du sang dans sa bouche et avait l'impression de sentir les flammes d'un brasier lui courir sur les jambes. Prenant soudainement conscience qu'il n'était pas là pour raconter les horreurs qu'il avait fait mais plutôt pour jouer avec le jupon de l'une de ses favorites, il attrapait sans délicatesse le cou de cygne de celle-ci et la relevait jusqu'à ce qu'elle puisse voir son visage. D'un pas assuré et rapide il la laissait retomber sur le lit moelleux et grinçant. Sans plus de manières, il ôtait toutes affaires superflus, ne gardant pour l'instant que sa chemise d'un blanc jauni et son pantalon. C'est avec lenteur qu'il défit sa ceinture, fixant la jeune femme d'un air hautain.

- Effectivement... En guise de signature, j'ai brûlé leur corps et leur maison pour que voisins et miliciens tremblent en voyant que j'ai fait escale chez eux.

Tel un chasseur, il montait à son tour dans le lit et la tirait brusquement sous lui. Les mains chacune sur les côtés de la tête de la jeune femme, il la fixait avec envie et fureur, dévoilant un sourire carnassier. Puis après un instant, il radoucit son visage pour lui dire sur un ton plus amusait :

- Leurs pleures et leurs supplications étaient si délicieuses que j'ai demandé que l'on m'apporte une coupe de vin et un siège pour pouvoir profiter du spectacle et de ces immenses feux de joies. Mais... Comment se fait il qu'un si joli oiseau aime entendre mes belles histoires ? Ne serais-tu pas habité par des penchants dépourvu de toutes douceurs ? Si tel est le cas... il te suffisait de me le dire pour que je change ma manière de te monter.

Sans emballage, ni délicatesse, Sven s'amusait d'elle. Ses belles formules douces à l'oreille tombaient très vite à l'eau quand ses buts étaient dévoilés. L'une de ses mains vint prendre le poignet de la gourgandine tandis que l'autre se saisissait de sa main pour lui faire un baise main des plus moqueurs. Mélange étrange entre bonne manière et grossièreté.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 12:50

Les propos du pirate étaient effrayants et même bien plus que cela, ils rappelaient à la prostituée ce qu'elle avait vécu et ce qu'elle avait vécu et avait été forcée de fuir. Elle fermait les yeux pendant qu'il parlait, se remémorant des faits horribles, traumatisants et particulièrement marquants. Elle n'arrivait pas à comprendre comment elle pouvait écouter ça sans broncher, ni même comment elle avait pu demander à ce qu'il lui raconte ces choses.

Il la releva lentement et avec des yeux attristés elle observa son unique oeil. Louhane ne cherchait pas à l'attendrir, elle n'y arriverait pas. Mais à ce moment précis, son corps lui disait intérieurement qu'elle ne pouvait plus entendre ces atrocités. Il parlait de cela comme si c'était naturel, alors qu'il s'agissait pour l'Ange d'une affaire presque personnelle. C'est comme s'il avait raconté exactement ce qu'elle avait vécu plusieurs années auparavant. Elle sentait le souffle de la vérité la frapper sans ménagement. Il parlait de viol sans même paraître gêné. Ce pirate avait tué des enfants sans aucune pitié, sans aucune compassion. Mais elle ne disait rien.

La catin poursuivit son travail jusqu'à qu'il l'allonge et commence à l'embrasser. Ses questions la dérangeaient. Elle ne pouvait pas répondre. Son passé était à elle, et à personne d'autre. Elle n'avait à sans justifier devant personne.

- Ceci ne te regarde pas.. alors qu'elle s'apprêtait à prononcer le mot 'pirate', elle aperçut les deux bagues autour de la chaîne du borgne. L'instant sembla s'éterniser, et elle se revit en train d'offrir une bague à un jeune homme roux, charmant, souriant, doué pour la parole.. Sven.. murmura-t-elle dans un souffle.

Elle fixa le pirate tandis que ses yeux commençaient à s'embuer. C'était impossible. Et pourtant, il ne pouvait exister deux modèles de cette bague. Surtout pas aussi usité que celle-ci semble l'être. Tentant de se reprendre, ou en tout cas de ne pas craquer, elle glissa ses mains contre le torse du forban et les remonta jusqu'à rencontrer le collier.

- Et bien ? Quels magnifiques bijoux.. Ou les as-tu eu pirate ? Sur les cadavres de quelques gens ?

Il pouvait avoir tué Sven.. Avoir trouvé la bague et l'avoir gardé. Mais.. Il pouvait aussi être ce garçon qu'elle avait vu partir. Ne serait-ce que pour deux raisons. Ces cheveux roux et cette bague. Mais rien ne l'assurait de ces faits.

- Dis moi mon beau pirate. T'es-tu un seul jour demandé ce que le viol pouvait être pour une femme ? Ou pour une demoiselle ? Car j'imagine que tu ne montes pas uniquement les grosses femmes de bourgeois.. Que tu te ravis de prendre leurs filles et que tu te sens obligé de leur faire connaître la joie de la chair avant la mort.

Ses doigts dessinant des courbes sur les joues du pirate, elle continua de parler avec quelques petits coups d'oeil pour s'assurer qu'il l'écoutait bien.

- C'est une expérience horrible. Je vais te dire ce que j'ai vécu. Il y a une dizaine d'années. Je servais une petite famille, des bourgeois à vrai dire. J'étais née dans leur manoir comme servante. Ils étaient bons, aimables, honnêtes. Rien que l'on puisse punir à mon sens.. Ils avaient un fils, magnifique, souriant.. Et une petite fille, elle était si mignonne.. Puis un jour tout a volé en éclats. Une bande de malfrats. Peut-être des gens que tu côtoies.. Ils ont fait s'embraser la demeure, et ils m'ont vu. Ils m'ont prise. J'étais une jeune fille à l'époque. Je ne pensais qu'à la beauté de ce garçon et à ses paroles, si douces. Je ne connaissais rien à tout cela. Ils me prirent. L'un après l'autre. J'ai perdu tout ce que j'avais cette nuit là. Mon amour. Mon humanité.. Ma famille.

Le visage si ravissant de Louhane s'était transformé et était devenu sombre, morose, triste. Elle continuait ses courbes sur le corps d'éphèbe du pirate, ses mains descendant peu à peu vers les lacets de son pantalon.

- Et vois-tu. Je suis vivante, mais une part de moi a disparu depuis cette nuit là. Depuis que j'ai découvert la réalité des hommes.

Elle dénoua le pantalon, et sans réel ménagement s'empara du membre du pirate qu'elle caressa avec un mélange entre vigueur et tendresse.

- Je garde à jamais en moi l'image de cette famille. Je me souviens de leur nom à chacun. Et en particulier le sien. S.V.E.N. Sven.. Fox. J'ai toujours trouvé ça drôle que son nom de famille fasse ainsi écho à sa chevelure, même s'il n'avait rien demandé bien entendu.

De sa main libre elle plaqua les lèvres du pirate contre les siennes avant de passer sa langue au dela de la barrière de dents qui séparaient leurs bouches. Un baiser passionné et langoureux. Rempli de remords et de tristesse.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 14:49

D'un air dédaigneux, il écoutait par obligation la catin raconter son histoire. Il avait bien envie de se moqueur d'elle, de lui dire que la vie de toute évidence n'était pas toute rose et qu'il avait ses propres raisons de faire cela. Lorsqu'elle commençait à monter ses mains au niveau de son cou, Sven plissa les yeux, la regardant d'un air noir, il désirait qu'elle se taise et qu'elle ne touche pas à ses bijoux. Ce soir, l'Ange parlait bien trop à son goût et ceci allait de surprise en surprise tellement et si bien qu'elle réussit à l'énerver au plus haut point. Le petit ange eut beau glisser sa main experte dans son pantalon, Sven ne bougeait pas d'un centimètre. Et bien que le moment aurait pu être très agréable, les paroles de la catin semblaient bien plus intéressant au point qu'il fixait sans mot les yeux de la jeune femme. Le baiser qu'elle lui donnait été des plus amers et son estomac ne fit qu'un tour devant ce flot d'information. Brutalement il attrapait la mâchoire de l'ange et la repoussait de toute ses forces. Maladroitement, il essaya de quitter le lit, renversant au passage une table de nuit et un chandelier. Le pirate troublait sentait les vapeurs d'alcool lui remonter et il eut juste le temps de prendre un vase décoratif avant de rendre lamentablement l'alcool qu'il avait ingurgiter pendant la soirée. Le moment fut des plus désagréable et Sven était long de comprendre qu'il n'était qu'au début de ses surprises. L'intégralité de son estomac brûlait et sa gorge semblait garder le goût de l'acide. Malade, il s'adossait contre le mur et la tête basse, cracher sa rage contre l'Ange.

- Sorcière ! Tu m'as empoisonnée sale souillon !

Après avoir reprit ses esprits, plus ou moins, énervé, il réalisé que celle qu'il trouvait bien charmante avant en savait un peu trop sur son compte. Avec une rage effrayante, il fracassa le vase contre le miroir. Tout en regardant le miroir en morceau et les quelques miettes de son reflet sous les résidu de sa propre personne. Soudain, son attention se reportait sur Louhane, son œil se plissant, une haine violente venait de refaire surface. D'un geste rapide il tournait aussitôt les talons pour foncé sur la jeune femme. Lui attrapant la gorge, il la tirait vers lui et d'une voix rageuse mais sans pour autant lui hurler dessus lui répondait :

- Tu veux savoir où j'ai eu ses bagues ? A quoi cela t'avancerais catin ! Sache seulement que je ne les ai pas volé et que j'y tiens ! Essayes seulement de me les voler et je te jure que je te ferais passer l'envie de parler autant en ma présence.

Les vapeurs d'alcool encore présentes, Sven laissait sa tête se poser contre le front de l'Ange, avec un rire glacial il poursuivit.

- Ange... Ange. Ange... Ah ! Quelle blague ! Sorcière ! Dis-moi, où as-tu apprit mon histoire ? Tu pensais que j'allais te croire, comme ça ? On t'as mal renseigné. Tu pensais que j'allais te sortir de ton trou à rat en te faisant passer pour une de mes domestiques ? Ah ! Et quel âge aurais-tu ? Voyons... A peine plus jeune que moi. Ah... Il n'y avait que la petite Louhane pour ça. On peut dire que tu as bon goût. Mais je vais partager mon secret avec toi. Les Fox n'avaient pas que deux enfants. Il avait un fils, oui. Une petite fille, oui. Mais bien d'autres encore, les deux enfants que tu me décris là on été les seuls survivant. La maison à bien brûlée, oui. Mais Louhane est morte !

Élevant la voix sur la dernière phrase, il la prit par les épaules et la mit face à lui en la secouant.

- Morte ! Brûlée ! Alors ne t'avise jamais d'oser prononcer son nom ou bien même de prendre son identité. Je tuerai quiconque ose traîner son prénom dans la boue. Et tu le sais bien... il m'en faut peu pour me donner envie de trancher une gorge.

Se calmant peu à peu, trouvant tout ceci ridicule, il la lâchait et se mit à rire doucement. S’asseyant sur le lit, posant son front sur la paume de sa main, il secouait la tête de gauche à droite. Sa peur de voir un fantôme à ses côtés s'était envolée lorsqu'il avait rappelé comment la fameuse Louhane avait périe. Silencieux, il essayait de retrouver son calme, chose qui n'était pas des plus simples. Lui qui avait pensé son passé bien loin, il venait de se le prendre en pleine face par une femme qu'il pensait être une imposteuse un peu trop maline et curieuse. Sur le coin du lit, il se laissait aller et une fois couché sur le dos il fixa le plafond. De sa main droite, il vient toucher les bagues qui reposaient sur son cœur. Doucement il laissait alors quelques paroles s'évader d'entre ses lèvres. L'Ange l'avait refroidit.

- Comme tu es vicieuse... Te faire passer pour une autre. Oser en plus rappeler un tel moment, la chute dynastique des Fox. Enfin... je suppose que c'est le moment le plus marquant qui a été raconté de mille et une façons... Tu as de la chance que je t'aime bien. Sinon … je ne sais pas ce que je t'aurais fait.

Comme un enfant jaloux, il serrait dans sa main les petites bagues qui étaient si précieuses à ses yeux. Elle était à lui, rien qu'à lui et même morte, il ne voulait pas qu'on lui rappelle son passé ni même ce qui s'était passé ce soir là et encore moins qu'on ne parle de Louhane.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mar 1 Jan 2013 - 15:32

Il l'avait effrayée, brutalisée, apeurée. Louhane n'avait vu venir ni la violence soudaine de Sven, ni les propos à la fois violents et dénaturés de cet homme. Sa haine sortait de sa bouche dans un flot continu. L'homme détruisait tout ce qu'elle avait pu penser pendant des années. Il la rabaissait, et il rabaissait ce qu'elle avait été. Car il savait qu'elle savait.. Et elle comprenait qu'il était celui qu'elle avait aimé il y a des années.
Si elle avait pu voir de l'espoir à un seul moment, elle l'aurait fait. Sauf que Sven détruisait toute possibilité de discuter. Il vomissait ses pensées comme il avait vomi l'alcool de cette soirée. Maladroitement, elle se rehaussa sur le lit et recula jusqu'à toucher le mur, repliant ses genoux jusqu'à sa poitrine et enserrant ses jambes de ses bras maigrelets.
Elle entendait ses propos résonner en boucle dans son esprit. Sale souillon.. Catin.. Elle avait l'habitude, mais pas de sa part à lui. Il était doux d'ordinaire, et là il s'était montré aussi glacial que possible.. Toutefois, elle savait que c'était Sven. il n'y avait plus aucun doute dessus. Il connaissait son nom. Il connaissait l'histoire.

- Non.. Tu te trompes.. Ce soir là elle n'est pas morte. Elle regrettait d'avoir brisé le coeur de son ami. Elle était descendue pour le voir. Sauf qu'ils étaient là. Et ils l'ont vue avant qu'elle ne trouve qui que ce soit. Louhane n'est pas morte ce soir là Sven. Pas au sens propre en tous cas. Elle est devenue une catin. Elle est devenue L'Ange. Rien que ça.

Elle ne relevait pas les yeux, car elle ne voulait pas le voir..

- Je voulais être sûre que tu n'avais pas tué le Sven que je connaissais. Le Sven à qui j'ai offert cette bague pour son anniversaire au bord du lac. Ah ! Je me souviens de son visage lorsque j'ai sorti le bijou de mon tablier. Il m'avait dit que je n'aurais pas du faire ça. Que c'était trop pour mon pauvre statut de domestique.

Le nez coulant, elle passa un doigt sous une narine pour empêcher de devoir renâcler bruyamment.

- Louhane l'aimait. Secrètement. Comment aurait-elle pu faire autrement ? Mais ce n'est pas pour ça qu'elle t'a brisé le coeur.

Le lit se courba un peu lorsqu'elle bougea pour avancer vers Sven et glisser une main contre son coeur.

- Elle pensait que tu rigolais. Que jamais tu n'aurais pu être sérieux en lui demandant de venir vivre avec toi. Louhane ne pouvait pas y croire. Rappelle toi seulement tous ces moments ensemble. Ces courses poursuites dans le manoir.. Les petites attentions qu'elle te faisait. Repense y Sven. Repense y.

Louhane colla son front contre la tête de Sven.

Il y a bien quelque chose que seuls vous deux saviez ? Quelque chose qui me permettrait de te montrer que je ne mens pas. Sven.. S'il te plaît..

Elle commençait à flancher. Louhane pensait être incapable de céder ainsi face à un homme, mais elle ne s'était jamais doutée qu'elle retrouverait Sven. Pas une fois. Comment aurait-elle pu ? Pour elle il était mort ce soir là dans l'incendie. De la même manière que lui la croyait morte. C'était une évidence incontestable.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mer 2 Jan 2013 - 7:33

Passif, ses membres ne voulant plus faire le moindre effort, les sourcils froncés il écoutait l'Ange qui semblait connaître bien plus de choses que lui sur cette fameuse nuit. Plongé dans la torpeur, Sven se voyait replonger dans ce cauchemar. Il se rappelait encore cette porte ouverte qui n'aurait pas du l'être. Ce courant d'air frai dans son dos lorsqu'il avait commencé à monter les escaliers et s'il les avait croisé ? Un frisson faisait dresser les poils de ses bras et de ses jambes. Un étrange sentiment d’effondrement glacial dans sa cage thoracique le paralysait. Plus elle parlait et plus il se sentait mal. S'il n'avait pas été si ivre cette nuit là, il aurait largement eut le temps d'éteindre le feu et d'éviter probablement à Louhane une telle humiliation. Il était évident qu'aujourd'hui, quelques hommes violents ne lui faisait pas peur et qu'il prendrait sûrement un plaisir malsain à les provoquer pour chercher la bagarre, mais quelques années avant, aurait-il eut le courage ? Il était tellement plongé dans ses souvenirs qu'il ne réagissait pas lorsqu'elle commençait à approcher de lui et ne fut pas plus réactif quand elle glissait sa petite main sur son torse. Tuer Sven ? Pas vraiment, il était juste devenu un conquérant, un pirate sans foi ni loi, un enfant de Vanylle. Vivant des biens qu'il volait et profitant des belles de nuit pour se sentir faussement libre, ne quittant pas de vu son seul but, détruire Matroos.

Lentement, il tournait la tête vers la jeune femme lorsqu'elle lui demandait de lui laisser une chance. En tant que Capitaine du Moonacre, ceci allait totalement contre son habitude. Le Moonacre ne laissait jamais de survivant et n'avait aucune pitié. Observant de son œil gris-vert le visage bouleverser de la jeune femme, il crut entendre au fond de lui le gamin qu'il avait été, lui hurlant d'arrêter de la faire pleurer. Elle n'avait rien fait pour mériter ça. Elle avait assez souffert. Il était facile de tuer sans aucune pitié des êtres qu'on ne connaît pas ou que l'on déteste lorsque la rage nous anime, mais une personne qu'on a connu, qu'on a aimé, qu'on souhaitait protéger, il était deux fois plus difficile de ne pas lui laisser la chance de fuir. Lentement il se mit à lui serrer la main, sans lui faire mal, juste la presser dans la sienne. Après une profonde inspiration qui gonflait ses poumons à bloque, il se décidait enfin à se redresser et à se lever, lâchant Louhane et quittant le lit pour se diriger vers la fenêtre qu'il ouvrit aussitôt en grand. Il avait besoin d'air. Cette chambre devenait étouffante et il n'arrivait pas à savoir s'il avait encore envie de vomir ou si c'était le fait d'apprendre tant de choses qui lui faisait tourner la tête. Les mains sur le rebord de la fenêtre, observant les fêtards et les bagarres, il profitait de l'air frai de Vanylle. Une fois que son esprit fut moins embrouillait, il trouvait le petit détail qui lui permettrait de savoir si elle disait vrai ou non.

- Puisque tu persistes... Dis-moi ce qu'elle a offert à ma sœur le jour de sa naissance.

Sven s'en souvenait comme s'il l'avait vécu la veille. Comment aurait il put l'oublier ? C'était aussi son anniversaire, le jour où Louhane lui avait offert cette bague. D'un rapide coup d'oeil, il la regarda un court instant. L'Ange au masque de cire n'était plus, la lumière de la vérité venait de faire fondre ce masque d'une beauté divine pour laisser place au visage d'une femme que Sven savait fatale pour lui. Vama était véritablement étrange, elle lui avait fait croire que sa douce Lou' était morte pour ensuite la planter une nouvelle fois face à lui. Cruelle Vama. En observant les astres, Sven pestait contre cette divinité qui s'était bien moquée de lui. Contrairement à ce qu'il avait cru, elle ne l'avait pas abandonné ni même quitté de vu, elle veillait au grain, s'amusant à faire tomber devant lui des fantômes du passé et des problèmes qu'il n'avait pas envisagé, lui qui était si visionnaire et calculateur.

Plus bas dans la rue Sven entendait la voix de son équipage qui s'amusait et chantait, alors que lui se demandait ce qu'il devrait faire si Louhane était effectivement dans son dos. Devait il faire comme-ci de rien n'était, profiter de sa belle d'une nuit, payer et partir au risque de ne jamais revenir ? Partir maintenant et ne plus remettre les pieds ici ? Ou bien encore, rester avec elle et rattraper le temps perdu ? Qu'importe, au matin il devrait de tout évidence quitter Vanylle pour se diriger vers Gernie. Soudain une évidence le frappa. Lui qui avait tant rêvé plus jeune d'avoir Louhane dans son lit... Ici il l'avait eut plus d'une fois, mais sans les sentiments qu'il avait voulu lui exprimer à l'époque. Lorsqu'elle n'était encore que l'Ange, il la trouvait fort à son goût et probablement que s'ils n'avaient jamais parlé de cette histoire, il aurait fini de tout évidence par la vouloir pour lui seul. Il était parti sur cette voie de toute évidence, en lui demandant de changer de bordel. S'il refusait de croire qu'elle était Louhane, accepterait elle encore de changer ? N'arrivant pas à faire le trie entre les sentiments passés et présents, il préférait se pencher sur le domaine économique. D'un air résolu, il redressait la tête et la laissait retomber en arrière, attendant une réponse fausse qui lui taperait probablement sur le système.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mer 2 Jan 2013 - 8:39

Il lui donnait une chance. Une minuscule chance. Et elle la saisit sans hésiter. En fait elle se rappelait parfaitement de ce jour là, quand la petite fille était née. Elle pourrait même utiliser un fait de plus pour prouver sa bonne foi..

- Bien sûr. Le cadeau que j'avais fait à Candice.. Qui aurait du s'appeler Fabienna.. Si Sven n'avait pas décidé d'intervenir.. C'était un collier, avec un V à l'envers en guise de pendentif.. J'espérais que la petite le porterait toute sa vie.

Elle n'avait jamais revu ce pendentif. De toute façon elle n'avais jamais revu quoi que ce soit qui appartienne aux Fox. Ils n'étaient plus rien. Malgré ça Lou restait attachée à son ancienne vie par cette nuit endiablée. Tout convergeait vers ce moment avant de se diffuser dans son esprit comme la lumière au travers d'un prisme. Tout ce qu'elle était maintenant résultait de cette nuit là, et uniquement de cette nuit là.

Ce garçon était bien Sven. Elle le revoyait beaucoup plus jeune, souriant, taquin. Le garçon qui lui faisait de mauvaises blagues pendant qu'elle travaillait. Celui qui se confiait à elle et qui comptait sur elle pour égayer quelques petits moments de sa vie. Elle n'arrivait pas à imaginer qu'il ait pu devenir ce monstre sans cœur qu'il semblait être devenu. Cet espèce de pirate sanguinaire, cet homme qui se complait dans la mort et la désolation.

Elle pouvait bien parler. Il suffisait de regarder ce qu'elle était devenue. Une prostituée. Une femme que l'on paie pour se vider. Une pauvre catin parmi tant d'autres. Alors certes elle est une des meilleures de la ville. Elle a bien sûr une réputation qui s'étend dans tout Vanylle.. Mais elle reste un sac à foutre, et rien de plus que ça.

- Tu vois. Je ne te mens pas..

Louhane se releva et se déplaça dans la chambre, se dégourdissant les jambes, et s'occupant un peu en cherchant que dire.

- On a tous les deux changé. Tu es.. Différent on va dire. Je n'aurais jamais pu te reconnaître. Je ne connaissais même pas ton nom.

Elle ne s'est jamais vraiment intéressée à ses clients de toute façon. Le pire était que ces derniers la reconnaissent dans la rue et pensent que les heures supplémentaires étaient offertes une fois l'établissement quitté.

- Tu m'as manqué.. Je pensais que vous étiez tous morts, sans exception. Je n'ai jamais pu retrouver quelqu'un. Une fois arrivée à Vanylle, je ne pouvais de toute façon plus repartir.

La jeune femme passait ses doigts dans les plis de sa tenue, fixant ses pieds tandis qu'elle arpentait la pièce.

- Regarde ce qu'est devenue ta petite Lou. Une putain. Elle prononça ces mots avec un sourire amer en direction de Sven. Une putain.. Et ma vie se résumera à ça. Personne ne me prendra pour épouse, je suis bien trop vieille pour ça. Les gens de mon âge sont déjà mariés, ou alors ce sont.. Des tueurs sans âme. Et je ne trouverai jamais mon bonheur à Vanylle.

Les pirates l'effrayaient, et elle ne se plaisait pas ici, elle ne s'y était jamais plu. Sauf que Sven lui offrait une opportunité inespérée de s'en aller.

- Tu ressurgis comme ça.. Tu es la seule personne que je pourrais connaître. Sauf que tu as tellement changé. Le garçon studieux et intelligent que je connaissais a disparu. Tu n'es plus rien que.. Que l'ombre de toi même. Tu es tout ce que tu souhaitais voir disparaître lorsque tu étais enfant. Rappelle toi ce que tu désirais. Tes rêves de grandeur. Tu étudiais la politique à un moment. Tu aurais pu avoir un grand destin Sven.. Un très grand destin.. Sauf qu'on ne devient pas un grand homme en tuant des femmes et des enfants, en pillant des maisons et en semant la terreur.

Ses propres paroles la surprenaient. Elle ne s'attendait pas à éprouver tant de haine à l'idée de le retrouver. Car il avait changé. Et bien qu'elle appréciait le pirate pour sa douceur éphémère à ses côtés, elle était déçue que ce soit Sven qui endosse ce rôle. Car il n'avait jamais était destiné à devenir ce monstre de barbarie. Il n'était plus lui-même.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mer 2 Jan 2013 - 10:52

Surprise ! Elle avait répondu juste ! Lui qui avait rejeté l'idée qu'elle puisse bien répondre, il fut tellement surprit d'entendre cette vérité, qu'il se redressait immédiatement, fit volte face et allait la serrer dans ses bras quand elle brisa le semblant de charme qu'il venait de lui trouver. Néanmoins, Sven ne s'énervait pas, du moins pas comme la première fois. Il l'écoutait sagement, le menton levé, fier de ce qu'il était devenu. Elle n'avait pas besoin de lui pour se rabaisser, elle le faisait elle même et même très bien. Il attendait sagement qu'elle soit à sa hauteur pour saisir brusquement son poignet, se moquant bien de lui faire mal ou non pour le coup, traversait la chambre à grand pas tout en lui répondant sur un ton narquois.

- Bien sûr ! Flattes moi encore mon ange ! Alors comme ça tu n'aimes pas Vanylle ? Ça peut s'arranger ! Je te ramène dès demain dans les beaux quartiers et tu pourras reprendre ta vie de domestique ! Tu n'auras pas grand mal à trouver bon maître ! Belle comme tu es et avec ton expérience... Puis qui sait, je viendrais peut être te rendre visite pour mettre à feu et à sang ta nouvelle maison !


Alors qu'il avait la main sur la porte, il se ravisait de l'ouvrir et préférait y coincer la jeune femme. L'empêchant de s'échapper, le visage tout près du sien avec un sourire aussi noir qu'hypocrite, il poursuivit un ton plus bas.

- Oh ! J'y pense... Peut être même que je viendrais te « visiter » après tout. Ne me l'a tu pas demandé en début de soirée ? Je ferais un bien mauvais gentilhomme si je ne t’accordais pas une telle demande.


Sven la fixait. Il avait laissé tomber son vilain sourire pour laisser un visage neutre prendre le dessus. Se redressant légèrement tout en la gardant prisonnière il poursuivait.

- Ma Dame trouve encore que les villes de Matroos sont parfaites ? Qu'elles sont normales ? Ma Dame espère encore avoir une belle vie là bas ? Je ne vois vraiment pas ce que tu leur envie à ces bouffonnes couverts de rubans. Oui, j'aurais pu être un excellent fou pour sa majesté, mais vois-tu cette vie me convint bien mieux. Ici je suis libre de faire ce que je veux !

Et comme pour lui prouver qu'il avait raison, il lui prit le bras et la conduit jusqu'à la fenêtre, la forçant presque à se tourner pour voir la vu qu'ils avaient d'ici. Seulement, cette fois ci, s'était d'une voix plus douce et plus rêve qu'il lui expliquait pourquoi il préférait cette vie.

- Regardes par toi même. Ici il n'y a pas de classe sociale. Pas de loi, ni d'obligation. Alors oui les méchants traînent dans les rues. Oui, on vole et on tue à chaque coin de rue, mais regardes un peu plus loin que ça. Ici tu peux te marier avec qui tu veux, tu n'ai même pas obligé de te marier si tu as rejeté ta religion. Ici les enfants au sang mêlé sont chez eux. Et c'est encore ici que les gens vivent et profitent de la vie au mieux, car ici ils savent qu'on ne vit qu'une fois.

Lentement et sans la moindre force il la prit par la taille et la tournait vers lui pour qu'elle puisse lui faire face. Une fois cette chose faite, Sven le prit le menton et lui releva la tête pour contempler sa mine.

- J'aime Vanylle. J'ai de grand projet pour elle et je les mettrais en œuvre. Si tu ne fais que regarder tes pieds, c'est sûr que jamais tu ne pourras l'aimer. Maintenant si tu veux partir, je te ferais partir. Je te l'ai dit. Je compte bien t'extraire d'ici, avec en idée de base, te mettre dans un autre bordel, certes... Mais plus confortable et tu pourras même choisir tes clients si tu le souhaites. Si tu ne veux pas, alors je te déposerais à Gernie et nos chemins s'arrêteront là. Il ne te restera plus qu'à prier Vama qu'ils ne se recroissent jamais.


Les astres baignant de lumière le visage de Louhane, Sven ne pouvait lui offrir plus que ce qu'il lui proposait maintenant et ça, seulement en souvenir de leur vie passée.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mer 2 Jan 2013 - 11:40

Tout dans la force et la soumission. Fixant la rue depuis la fenêtre Louhane observait ce qu'elle connaissait depuis de nombreuses années. Pour sûr elle avait vécu à Vanylle une vie douloureuse et peu glorieuse, mais elle y avait été libre de faire ce qu'elle voulait. Sauf que la population qu'elle côtoyait était trop rustre à son goût. Tous violents, tous primitifs et incompétents.. Elle ne trouvait aucun espoir dans cette ville. Et c'est là qu'elle comprenait l'opportunisme de Sven. Lui avait le savoir, l'intelligence.. Il pouvait prendre les rênes de Vanylle et diriger ces idiots d'une main de maître. Serait-elle aussi intelligente de profiter de cette opportunité pour avoir une vie plus aisée ? Rien n'était moins sûr..

- Je ne suis plus ton ange. Tu n'essaies même pas de me mentir. Tout ce que tu vois à travers moi c'est une occasion de t'enrichir un peu plus. Je ne suis qu'une putain à tes yeux, et ce malgré notre.. Enfance commune..

Fixant les étoiles elle avait lâché ces mots tout doucement, sans aucune virulence. Elle laissa ses mains tomber le long de son corps, proches des jambes de Sven, décontractées.

- Sven. Libère moi de cette existence. Amène moi à Gernie. Ou libère moi de ma condition. Mais au nom de.. Nous.. Ne me laisse pas ici..

Elle se sentait faible parce qu'elle n'avait rien tandis que lui avait tout. Si il désirait la laisser là il le pouvait, si il désirait la racheter il le pouvait également. Doucement elle se dégagea de l'étreinte du pirate, les yeux au niveau de ses lèvres. Mais elle observa particulièrement les bagues.

- Je connais cette bague. Parce que je te l'ai offerte.. Pourquoi l'as-tu gardée ? Elle ne représente plus rien maintenant. Et celle-ci ? Pourquoi la gardes-tu à côté ? Tss.. Regarde ça, elle n'irait pas même à un de tes doigts. Tu n'as toujours pas de logique c'est ça ?

Pour la première fois depuis une dizaine de minutes elle sourit en caressant les deux bagues du bout des doigts. Elle réfléchissait en même temps à ce qu'il lui avait proposé.

- Pourquoi persistes-tu dans l'idée de me prostituer ? Tu.. Tu ne voudrais pas juste me garder près de toi ? Est-ce que tu n'aurais pas encore une part d'humanité qui t'empêcherait de me vendre comme objet à ces hommes ? Au nom de ce qui nous liait avant ?

Elle enlaça le beau pirate et posa sa tête à plat contre son torse tout en respirant doucement.. Elle n'avait que sa tendresse pour faire fléchir Sven, rien de plus ne pourrait lui servir. Elle qui rêvait d'aventures et de connaissances.. La voilà en train d'espérer un destin plus enviable à sa condition de catin.

- Je ne veux plus être la meilleure catin de Vanylle.. Il n'y a rien d'enviable à cela. Absolument rien. Je n'ai jamais pris de plaisir à me faire monter par ces hommes. Tu étais peut-être l'unique exception.. Parce que tu semblais prendre soin de moi. Je vais te dire quelque chose.. J'ai souvent passé des nuits devant la porte de ta chambre en essayant de trouver le courage de te rejoindre.. C'est ironique, parce que je n'ai jamais pu t'avoir pour moi lorsque nous étions plus jeunes.. Mais tu m'as prise sans intérêt pendant des années depuis que nous sommes à Vanylle.. Et ça ne me fait rien.. Parce que j'ignorais qui tu étais.. Et que je n'ai jamais partagé la couche d'un homme par envie et par désir..

Une larme coula le long de sa joue, et perla sur son menton avant de rejoindre le torse chaud du pirate borgne.

- Maintenant que je t'ai.. Je ne veux que toi.. Rien d'autre..
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Mer 2 Jan 2013 - 12:45

Une fois de plus l'amour venait frapper à sa porte et Sven n'était pas prêt à le faire entrer. Il avait de nombreux projets et dans ceux-ci, ne trouvait pas la place pour y entretenir une femme ou bien même penser à fonder un semblant de famille. Elle ne savait ni se battre, ni entretenir un vaisseau. L'amener et la garder avec lui aurait été comme la conduire à l’abattoir, puis qu'il ne pouvait garder un œil sur elle. De plus, il ne savait pas s'il l'aimait toujours ou bien si le temps lui avait permis d'oublier ce sentiment. Quant à la bague, plus petite que celle offerte, il ne comptait pas lui dire pourquoi il l'avait autour du coup. Du moins, pas entièrement.

- Ma logique va fort bien, elle est juste plus petite car elle va au doigt de la femme que j'aime. Il est inutile que tu fasses tant ton cirque avec moi. Soit tu acceptes ta condition et les privilèges que je t'offres avec, soit tu retournes à Gernie et tu mènes ta vie sans moi. Qui sait, un gentilhomme pourrait bien te racheter auprès de moi pour te rendre ta liberté et faire de toi sa femme. Ce qui ne serait pas plus mal... Je ne reviendrai pas dessus. Ma décision est prise.


Voyant bien que ceci pouvait être dur à accepter et n'arrivant pas à ne pas craquer devant son air triste. Sven se maudissait déjà de prononcer les paroles suivantes.

- Si tu es chanceuse... Cela ne sera que temporaire. Je finirai par trouver une autre fille pour prendre ta chambre et là tu seras libre comme l'air. Tu n'as ni toit, ni revenu du moins pas assez pour avoir ton chez toi je suppose, sinon tu ne serais pas là. Et je ne peux pas te prendre avec moi, tu ne sais pas te battre et tu es bien trop gentille...

Sifflant comme un serpent, il retrouvait son air taquin en lui disant qu'elle était bien trop gentille pour l'accompagner. Tout en jouant d'une main agile avec ses cheveux à moitié défait, il poursuivait son argumentation en essayant de la convaincre.

- Ici tu es en sécurité même si ton travaille te déplais. Personne ne viendra te faire du mal et si quelqu'un ose le faire, il te suffit de me le dire lorsque je reviens te voir. Je reviendrais aussi souvent que je le peux. Il te suffira seulement d'être patiente...

A force de jouer avec ses cheveux, il finit par défaire le ruban qui les tenait et c'est avec un sourire plus qu'amusé qu'il poursuivit.

- Mon Ange. Quoi que tu dises, tu resteras mon Ange. Tu me vexes quelque peu. Dire que tu te fichais pas mal de nos nuits... Hum. Surtout en sachant qui je suis maintenant. Tu vas devoir te racheter et tu as pour cela jusqu'au levé du jour. Dans le cas contraire, j'annoncerai que tu étais une bien mauvaise charmeuse cette nuit. Ce qui n'est pas faux, vu comment les choses se passent.

Sven pouvait paraître odieux, mais il le disait avec un petit sourire en coin, celui-ci n'était ni vicieux ni mauvais, mais plutôt joueur et amusé. Lentement, il la lâchait pour aller fermer la fenêtre avant qu'elle n'attrape froid et allait se coucher dans le lit. D'un geste las de la main, il fit signe à Louhane d'aller se cacher derrière le paravent.

- Mademoiselle Louhane, allez donc vous nettoyer le visage avant de vous coucher. Vous avez une bien mauvaise mine et je ne souhaite pas faire de cauchemar cette nuit. Profitez de ce moment pour m'apporter de quoi boire, je meurs de soif... Faites vite avant que mon corps ne tombe en poussière. Vous serez un ange.

Tout portait à croire qu'il n'était plus d'humeur à faire la guerre, mais plutôt à profiter de cette nuit comme il l'avait envisagé au départ en jouant les pachas.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Jeu 3 Jan 2013 - 5:58

Ne souhaitant pas contrarie Sven, la jeune femme s’exécuta et alla se cacher derrière le paravent. Là, elle était protégée du regard de son amour d'enfance. Silencieusement elle laissa les larmes couler le long de ses joues tout en passant un peu d'eau sur son visage, retirant le peu de maquillage qu'elle avait mis. La prostituée s'observa dans l'eau claire de la bassine. Son visage était ravissant, bien que marqué par la fatigue, et elle savait qu'elle faisait partie de ces filles qui plaisent et qui attirent les hommes. Si elle n'avait pas été une fille de joie, elle aurait certainement eu de nombreux prétendants derrière elle.
L'Ange détacha totalement ses cheveux et retira sa tenue, entièrement, laissant les tissus rejoindre le sol dans un petit bruit de chute. D'une main elle empoigna un verre propre qui aurait été destiné à étancher sa soif et elle le remplit d'une eau potable.

Doucement, elle quitta la couverture du paravent et s'avança vers Sven, d'une démarche souple, et légère. Le verre à la main, elle grimpa sur le lit et c'est telle une lionne qu'elle se rapprocha du pirate. Avec un sourire elle lui tendit le verre et se mit à califourchon sur le pirate.

- Voici votre eau Sir Fox. susurra-t-elle avec une pointe de défi dans le regard.

Puis, l'air de rien, elle se pencha au dessus du borgne et l'embrassa, ne lui permettant pas de boire. Tandis que ses mains descendaient le long du corps du pirate avec une apparente envie de l'étreindre.

- Qui désirez-vous que je sois ce soir ?

Bien entendu elle lui proposait ici un jeu de rôle.. Louhane ? L'Ange ? Une pucelle ? Une milicienne ? Sur quoi se porterait le choix de Sven le pirate ? Il lui demanderait certainement d'être elle. D'être Louhane.
En attendant une réponse quelle qu'elle soit, la petite poupée aux yeux d'émeraudes entreprit d'effeuiller son amant, révélant son torse marqué par l'encre d'un tatouage. Ce soleil illumina presque son visage en se révélant. Elle n'avait plus à parler, et elle ne le fit pas.. Cet instant était plus intime que professionnel. Et ce soir elle tenterait de profiter de la chair comme toute femme amoureuse..
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Jeu 3 Jan 2013 - 11:10

C'est à Vanylle que les plus belles femmes venaient dévoiler leurs charmes pour quelques pièces de monnaie. Ces belles de nuit aux couleurs envoûtantes étaient de véritables succubes capable de venir à bout du plus infatigable et obstiné des pirates. Louhane était devenue une femme bien belle et sa réputation était probablement du -en plus de ses exploits de couche- à cette beauté éphémère qui lui donnait un air fragile, mais en même temps glacial par moment. C'était probablement cette attitude qui attirait le pirate à venir la voir après chaque descente en enfer. Ici, il pouvait trouver son salut, gagner son paradis et s'abandonner entre les mains de son ange. Avec une attitude d'homme faussement intéresse, il observait la féline s'approcher de lui. Il l'avait apprécié, l'avait détesté et s’apprêtait maintenant à l'aimer. Sa voix douce et lointaine, ses courbes joliment dessinées, ses cheveux sombres retombant sur ses épaules... Il n'y avait aucun doute là dessus, Louhane ou Ange, dans les deux cas, Sven appréciait grandement sa beauté. Lorsqu'elle vint le rejoindre dans le lit, un verre d'eau à la main, Sven tanguait entre l'air du vieil habitué et de l'artiste ensorcelé par sa muse à chaque fois qu'il l’apercevait. La laissant s’installer dans son plus simple appareil sur lui, envoûtait par sa beauté, son parfum ou bien encore sa présence, Sven laisser tomber son masque pour profiter entièrement de cette trouvaille. Ce soir, il n'avait peut être pas était le plus cruel des pirates, le plus malins ou bien encore le plus fous, mais il avait trouvé le plus beau des trésors. Un trésor qu'il avait enterré lui même au plus profond de son cœur et en avait oublié le trajet avec les ans. Dans un murmure il répondait à sa question, laissant ses mains gagner des territoires brûlants qui auraient consumés le plus saint des hommes.

- Pas de masque ce soir...

Cette nuit là, le pirate avait laissé place au jeune homme qui avait disparu en arrivant à Vanylle. Avec Louhane, il n'avait pas besoin de jouer un rôle, d'être mauvais, de jouer les brutes pour se faire respecter. Elle était son havre de paix et ce soir il n'avait plus qu'une envie, le lui faire comprendre sans aucune parole. Recherchant bien plus que son plaisir personnel, il voulait lui donner du plaisir, inversant radicalement les rôles. Elle l'avait plus que méritée. Il n'avait pas été des plus tendre avec elle lorsqu'elle lui avait indiqué sa véritable identité. La nuit lui paru bien trop courte, le soleil était déjà sur le point de se lever, indiquant qu'il devrait prochainement quitter les lieux. Il maudissait cet astre de lui avoir volé sa nuit, son seul moment avec celle qu'il avait tant désiré par le passé. Ses baisers étaient des plus passionnés, ses actions des plus ardentes et sa tendresse des plus appréciables. Du moins, il fit tout pour lui plaire, désireux de se faire pardonner des paroles mesquines qu'il avait pu lui lancer. Traitée en Reine, Sven aurait déposé tout les trésors à ses pieds, aurait orné sa tête du plus beau des diadèmes et aurait pu accomplir plus d'un exploit pour lui plaire. C'est en découvrant ses magnifiques yeux émeraudes, brillants comme des pierres précieuses, qu'il se rendait enfin compte que malgré les années et les périls, son cœur n'avait jamais détourné son affection pour elle.

Légère dans ses bras, la sentant contre lui, il se rendait compte que cela n'avait rien à voir avec les nuits précédentes et l’apogée de ce moment ne fut que plus délicieux à obtenir après tant de retenue et d'envie. Doucement comme un feu sur le point de s'éteindre pour ne laisser plus que les braises pour réchauffer le foyer, Sven trouvait encore la force de la couvrir de baisers avant de l'enlacer pour la garder contre lui. Tant pis, le Moonacre aurait du retard. Le moment était bien trop précieux à ses yeux pour être gâché pour le diamant d'une divinité. Son souffle chaud contre le sommet de la tête de la jeune femme, l'oeil clos, il ne dormait pas encore et son étreinte pouvait montrer. Lentement, son cœur reprenait un rythme normal ainsi que sa respiration, néanmoins, son corps ne semblait pas encore vouloir se refroidir, encore humide de leurs ébats. De son pouce, il caressait la peau de son Ange, en espérant qu'elle trouve le repos et la patience de l'attendre, encore. Leur relation lui paraissait aussi imprévisible que la mer. Tantôt calme. Tantôt agitée. Sans comptait que maintenant, ses projets allaient être bousculés. Il ne pouvait pas la laisser tranquillement ici pendant que lui arpentait les chemins de la gloire. Dans un premier temps parce qu'elle finirait par lui manquer cruellement. Dans un second temps parce qu'il ne voulait pas qu'elle se sente triste. Et enfin, dans un troisième courant, il deviendrait complètement fou s'il la perdait une fois de plus. Mais à côté de ça, la garder à ses côtés, tout le temps n'était pas possible et finirait par les étouffer tous les deux. Ne voulant y songer plus longtemps, il chassait ses idées et promettait intérieurement qu'il reverrait tout ceci en détail après qu'il aurait récupérer le Coeur de Vama.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Jeu 3 Jan 2013 - 11:57

Passé les premiers instants de tension, Louhane s'était laissée aller à un naturel perturbant. La sensualité lui était revenue d'un seul coup. Le corps de Sven lui avait paru soudain plus attirant que le plus beau des trésors. Elle réalisait qu'elle conservait son humanité parce qu'il la considérait différemment des autres, il semblait l'apprécier pour la femme qu'elle était. Bien entendu tout cela était trop récent et trop frais pour qu'un avis objectif soit posé dessus, mais les évènements redonnaient de l'espoir à la jeune femme.

Et Sven avait pris le temps de la combler pendant cette nuit. Pour la première fois elle profita de l'instant pour ce qu'il avait de communion et de passion. Elle prit le temps de savourer son corps, de dévorer du regard le pirate à la longue chevelure s'occuper d'elle. Et lorsque le souffle ardent de leur amour laissa place aux ténèbres de la nuit, elle s'endormit contre lui. Les baisers de son amant la berçaient, elle ne s'était pas sentie aussi bien depuis des années, c'était une forme de soulagement pour elle. Ses rêves furent légers et doux, elle se laissa imaginer un monde parfait, verdoyant et peuplé de magnifiques créatures. Le réveil fut tout aussi doux, car la lumière du soleil la réchauffaient autant que les bras musclés de Sven autour de sa poitrine.

Ouvrant un oeil, puis l'autre, Louhane observa le visage détendu de celui qu'elle aimait, cet homme si fort et si beau.. Elle remonta une main le long de son torse, caressant du bout des ongles ce corps si bien sculpté, et s'arrêta au niveau de ses lèvres qu'elle effleura légèrement, comme le souffle de la mer dans ses cheveux.

- Et maintenant ? Que va-t-il se passer ?

Sa voix avait brisé le silence qui régnait dans la pièce depuis plusieurs longues minutes. Elle était douce, fatiguée et en même temps emplie d'inquiétude et de tristesse.

- Je vais rejoindre ton bordel et.. Y travailler. C'est ça ?

Elle n'espérait pas qu'il réponde positivement à cette question. Même si elle était certaine qu'il le ferait sans ménagement, puisque c'était ce qui allait arriver. Elle se retrouverait seul à Vanylle, en compagnie d'autres filles de joie de 'luxe'. Elle attendrait Sven à longueur de journées en espérant qu'il lui revienne vivant. Intérieurement elle avait un peu d'espoir, car elle souhaitait influer sur le comportement du bel éphèbe, et le ramener un peu vers la voie de la raison. Ce serait certainement très long et très fastidieux, mais elle pourrait certainement y parvenir.

- Pendant combien de temps vas-tu partir à Gernie ? Et que vas-tu y faire ?

Pendant tout ce temps là, elle avait repris une position plus confortable près de Sven, ses jambes s'enroulant autour des siennes, son visage proche du sien, et sa poitrine collée contre son flanc. Ses petits yeux observaient la réaction du pirate avec attention, elle scrutait son visage pour retenir le moindre détail.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Jeu 3 Jan 2013 - 16:16

Pendant que sa belle de nuit s'éveillait, Sven aurait bien voulu somnoler encore un peu voir même s'endormir complètement et pendant de longues heures mais hélas tout semblait lui rappeler qu'il avait du pain sur la planche. Répondant à ses questions par des « Hum » qui ressemblaient plus à des grondement animal plutôt qu'à une réponse. Le pirate émergeait de sa nuit et le fait de s'en souvenir le faisait doucement sourire et le contacte des ongles de Louhane sur son torse ne faisait que l’agrandir. Sachant que la dernière question de la jeune femme ne pouvait seulement se contenter d'un grondement, il fit un petit effort et tout en bougeant pour se mettre sur ses coudes, il frottait son œil en lui répondant d'une voix grave et encore ensommeillée.

- Ton joyellien est sacrément bon et que reste-t-il de ton matroscien ?

Sven avait fait exprès de changer de langue pour retourner à leur langue maternelle. Il se demandait si avec tout ce temps passé à Vanylle, elle savait toujours parler le matroscien couramment. Depuis le début de la soirée et même depuis qu'il la connaissait sous le nom d'Ange, ils avaient parlé en joyellien et c'était de cette façon qu'il su qu'elle n'était pas d'ici. C'était probablement aussi pour cette raison qu'il l'avait favorisé aux autres filles du bordel. Tout en s'asseyant dans le lit, il cherchait ses vêtements en observant la pièce. Tout en enfilant son pantalon et sa chemise, il finit par lui donner une réponse sur la durée de son voyage.

- Peut être un mois. Moins si on n'arrive à faire ça bien et rapidement. Ça fait des années que je recherche le collier maudit que des marchands d'Errande ont offert à la famille du Gouverneur. Enfin maudit, rien est sûr, c'est des légendes de bonnes femmes ! Je reviendrais vite. Je vais te faire un mot pour le gérant du Gloupix, comme ça quand tu iras, tu n'auras qu'à lui donner ça et t'auras aces à ta chambre et tes affaires.

L'observation de l'apprentissage des langues ne s’arrêtait pas là, après le joyellien, le matroscien, il vérifiait bêtement son vanylien. Normalement, elle devait très bien le comprendre lui aussi vu les années qu'elle avait passé à Vanylle.Une fois complètement rhabillé, il posait ses poings sur le lit, le faisant légèrement pencher pour embrasser Louhane et lui dit d'un ton faussement neutre, se trahissant presque à cause de son sourire narquois.

- Je t'aime.

Voyant très bien qu'elle ne comprenait pas cette fois ci, il se redressait détendu, comme s'il était soulagé qu'elle ne sache pas parler le korrulien. Il s'empressait alors d'inventer quelque chose pour ne pas la laisser sur une incompréhension.

- ça veut dire «A bientôt » en korrulien. Trois langues sur cinq, c'est pas mal. Tiens, pour toi. Donnes seulement le prix d'une nuit à la gérante pour ce que tu lui coûte, le reste, garde le pour toi et achètes toi ce que tu veux avec.

Avant même qu'elle ne puisse le retenir, il prit la porte et quittait la chambre d'un pas pressé. Sans gêne, il frappait à la va vite sur les portes voisines en ordonnant aux membres du Moonacre de se presser. Une fois à l'extérieur, il secouait sa troupe pour la réveillait et lorsque le dernier eux quitté la taverne, Sven levait la tête, se demandant si Louhane était à la fenêtre. Pensant la voir, il lui sourit et lui fit une petite révérence avant de partir vers son vaisseau, prêt à partir pour Gernie.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   - Sam 5 Jan 2013 - 4:41

Tandis que Sven se préparait pour son voyage, Louhane l'observait depuis le lit, le dévorant du regard en toute discrétion. Les questions et réponses du pirate dans des langues différentes la déroutèrent quelque peu, mais après avoir compris qu'il testait ses connaissances, elle sourit légèrement. Bien entendu elle maîtrisait les langues les plus importantes.. Et bien qu'elle avait eu du mal avec le vanyllien, elle le parlait couramment.. Quant au joyellien et au matroscien, il était évident qu'elle les parlait encore, mais plus rarement, en particulier le dernier.

Le prince du Grand Vent se décida finalement à quitter la chambre après lui avoir laissé un ultime baiser en guise de présent. Et plus d'argent entre les mains que ce qu'elle oserait imaginé. Toujours était-il que Sven partait en mer, et que rien ne lui assurerait son retour avant plusieurs semaines. Ressassant les conseils du pirate, elle quitta le lit, emmitouflé dans la couverture, et s'approcha de la fenêtre contre laquelle elle s'appuya. La rue était déjà bien animée, et la sortie du borgne et de son équipage ne fit qu'accentuer tout cela. L'assemblée de pirates écoutait son chef et se décida finalement à partir au bout de quelques minutes, le capitaine se retournant une dernière fois et s'inclinant face à elle, ce qui lui soutira un magnifique sourire.

Fraîche comme la rosée du matin, Louhane se rhabilla et se recoiffa avant de descendre déposer sa paye de la nuit à la gérante du Goéland. Puis elle lui annonça qu'un autre établissement l'avait achetée, et que le gérant viendrait très certainement payer dans les jours à venir. En quittant la taverne, la demoiselle aux yeux d'émeraude observa la rue et prit le chemin de la chambre qu'elle possédait dans un quartier reculé de la ville pirate. Elle y récupérerait ses affaires avant de rejoindre le fameux Gloupix et y déposer ses affaires..

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Du Rhum, des Femmmes et d'la bière nom de dieu! [X]   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum