AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


CHAPITRE 3 : La chute de la Muraille

avatar

On m'appelle Maitre des Joyaux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : n/c
Masculin
MESSAGES : 1007
INSCRIT LE : 27/01/2011
PSEUDO HABITUEL : Dieu tout puissant
Joyaux : 150
Posté dans CHAPITRE 3 : La chute de la Muraille   - Lun 23 Déc 2013 - 3:55


Le Gouverneur était point lié devant ses Conseillers. Les plaisirs de la chair l’attiraient beaucoup plus qu’une réunion avec tous ces hommes si sérieux. Mais devant eux, il se devait de se comporter en homme de pouvoir. Avec l’annonce de la découverte d’une île nouvelle, le gouvernement matroscien avait vue là une opportunité unique d’étendre ses ressources et de s'affranchir de son ancestral commerce de survie. Le Gouverneur Keiron avait tout d’abord annoncé vouloir négocier avec ces sauvages, hélas l’échec des négociations avait fait prendre un nouveau tournant à cette grande découverte.
Suite à la mort d'un Chamane, leurs voisins korruliens avaient déclaré publiquement la guerre à l'île blanche. Le jeune Keiron ne comprenait toujours pas comment un charlatan de mort pouvait autant provoquer la colère de Korrul. Quoiqu’il en soit, cela avait entrainé la fin de longues années d’entente cordiale entre Matroos et Korrul. Chacun des deux états souhaitait conquérir cette nouvelle île pour piller ses ressources naturelles dont ils manquaient affreusement. Lors d’une réunion du conseil, le Gouverneur avait appris que les détecteurs d’ithylium, cette substance si convoitée à Matroos, avaient explosé tant cette matière était présente sur l’île. Ce fut cette découverte qui poussa les hauts dirigeants de Matroos à engager, à leur tour, la guerre contre les barbares.

Le Gouverneur Keiron se gargarisait encore de sa brillante décision. Son père lui-même n’aurait pas mieux fait et du haut de ses 15 années, il savait qu’il resterait dans les mémoires comme celui qui avait mis à bas un peuple de démons et permis à Matroos de retrouver sa splendeur d’antan.
Pour l’heure, il avait laissé au Général Hadmas le soin de prendre les décisions. C’était un homme de guerre et il était fort mieux placé pour comprendre l’art de la colonisation. Le Général avait donc fait en sorte qu’une très grande portion de miliciens partent sur l’île nouvelle. Un effectif de 27000 hommes se tenait prêt à agir au premier ordre venu. De leur coté, les korruliens étaient plutôt désordonnés, et sans l’aide de Matroos, ils ne possédaient pas encore le moyen de rejoindre l’île blanche. De plus, le deuil du désert était encore trop récent et la douleur trop vive pour agir rapidement.

Kadvael Keiron s’enfonça plus profondément dans son divan de plumes et de couvertures et ferma les yeux. Dans son esprit, des images de sa victoire volaient dans tous les sens et un large sourire encadrait son visage.

-----

Matroos était en veine ces derniers temps. Les miliciens venaient d’arriver au sud-est de l’île Blanche. D’un commun accord, le gouvernement matroscien avait décidé qu’il était temps de se détacher de la base d’origine, celle sur la péninsule de Theus. Les miliciens envoyés sur l’île se chargeraient d’installer une toute nouvelle base matroscienne.
A leur arrivée, ils constatèrent avec surprise et joie que l’immense Muraille qui les avaient tant tenu en respect jusqu’à là, comporté une brèche.
Un long tunnel sombre peu engageant, mais un passage quand même.

C'était comme si l’île elle-même les accueillait. Très vite, les troupes armées s’engagèrent dans ce passage et prirent possession des terrains alentours.
Protégés du froid, armés jusqu’aux dents et frémissant d’excitation, ils étaient enfin prêts à passer à l’attaque.
Les premiers groupes qui franchirent le corridor tombèrent une fois de plus dénués face aux dons puissants des autochtones. Invoquant un mur de glace, créant des boules de feu ou encore faisant sortir du sol des racines, les étrangers maitrisaient un art qui fascinait les miliciens. Mais ces derniers n’étaient pas en reste. Leur savoir technologique rivalisait avec cette magie mystérieuse et nombre de démons tombèrent à leur tour au combat.

-----

La Muraille avait toujours été là. Effrayante et rassurante. Symbole de leur puissance, elle avait permis aussi aux erfeydiens de perdurer pendant des siècles. De toute sa hauteur, elle avait absorbé chaque tir des envahisseurs du premier au dernier.
Mais la Muraille avait cédé.
Grisonnant de givre et
e poussière, les puissants cors d'alerte avait retenti dans l'air vibrant de l'hiver. Leur long écho avait atteint chaque parcelle du pays et tous savaient désormais qu'un grand danger menaçait leur espèce. Les rumeurs courraient bon train dans tout le pays. Personne ne savait réellement ce qu’il s’était produit, mise à part qu’un passage s’était mystérieusement ouvert. A la première intrusion, la plupart des clans avaient migré au nord de l’île, près du lieu d’attaque mais désormais les Oracles avaient donné ordre de se déplacer dans le sud afin de protéger les villages de la chaine d’Adiem. Les plus gros clans avaient vite pris possession des lieux et pour la première fois dans l’histoire des Erfeydes, les chefs tâcher de coopérer. La chose était ardue mais l’amour de leur pays était plus fort que tout et les erfeydiens avaient appris à travailler ensemble.

Pendant plusieurs jours, la lutte matro-erfeydienne s’intensifia et redoubla d’effort. Au nord, vers la péninsule, les attaques n’avaient pas cessé mais nettement diminué.

Depuis des siècles, c'était la première fois qu'un envahisseur arriver sur l'île blanche et les erfeydiens ne comptaient pas les laisser s'installer pour toujours.



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum