AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Les illusions perdues sont des vérités trouvées

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mar 28 Jan 2014 - 6:48

Il y a trois jours, Déolin annonça à son épouse la mort de Jack Belfort. De retour de Vuulte, il avait été informé que le malheureux était mort dans l'incendie d'une Auberge d'Errande il y a environ un mois, comme une dizaine d'autres clients. Il y avait parmi eux tout autant de catins, mais elles importaient peu aux yeux des autorités militaires.

Miobë tournait toute seule dans la demeure vide depuis plusieurs heures déjà, soulagée de voir son espace libérée de présences indésirables. Logée à Errande par une amie, elle avait souhaité s'isoler de Gernie pour quelques temps, ne supportant plus les colères de Déolin. Elle toucha la vieille armoire du grenier, et en ouvrit les portes, tremblante. Elle regarda, curieuse, les tableaux de Jack Belfort que Déolin avait tenu à jeter avant son départ pour San Poseïnos, agacé par les pleurs incessants de son épouse. Elle le voit encore portant ses beaux habits, pinceau à la main, tandis que ses boucles blondes s'agitent à chaque mouvement de son visage. Elle entend son rire éclatant. C'est un rire communicatif qui éclaire le monde et sème la joie. Puis soudainement, elle éclate en sanglots. Si elle n'était pas intervenue, son époux lui aurait retiré la seule chose qui lui rappelait son ami.

La mort ne semble pas réelle pour ceux qui perdent un être cher. Les conséquences de leur départ ne peuvent être mesurées quand il y a tant de monde qui s'évertuent à présenter leurs condoléances. Les pleurs durent quelques jours, puis tout le monde oublie, y compris ceux qui se disaient proches de Jack.
Elle, elle n'y arrive pas.

- Dame Shei'Arcath, je peux faire quelque chose pour vous ? demanda timidement une jeune domestique, accablée par le chagrin de sa maîtresse.
- Non. Vous pouvez disposer, Gwën.
- Je sais que vous teniez beaucoup à Jack Belfort, ma Dame, mais il ne faut pas vous laisser aller ainsi. Cela fait plusieurs jours que vous n'avez presque rien avalé.
- Il n'est pas mort ! répliqua Miobë.
- Mais il...
- IL N'EST PAS MORT, VOUS M'ENTENDEZ ? PARTEZ MAINTENANT !

A-t-on formellement reconnu le corps pour affirmer de pareilles choses ? Qui a pu prétendre qu'il s'agissait de Jack, alors que l'Auberge a entièrement brûlée, ne laissant selon les témoins que des poutres carbonisées et de la cendre ?

S'adossant au mur du couloir, Miobë se laissa à nouveau aller à son chagrin. Comment pouvait-elle croire que Jack avait miraculeusement échappé à cet incendie, ou même qu'il n'ait pas été dans l'Auberge lorsque les flammes ont ôté la vie à des dizaines d'individus ? Il n'avait pas répondu à ses lettres depuis plusieurs jours déjà, ni d'ailleurs donné le moindre signe de vie. Personne ne l'avait vu depuis le Bal Masqué. Personne, y compris sa propre famille. Où ses pas l'avaient-ils menés lorsqu'il avait suivi la petite fille dans les jardins de la Demeure Valyssar ?

Décidée à faire la lumière sur toute cette histoire, Miobë se fit accompagner de deux serviteurs et rejoignit les ruines de l'Auberge du Ventre d'Armorie, où Jack avait perdu la vie. Rien n'avait été nettoyé. Les poutres penchaient dangereusement tandis que l'odeur de crasse et de chair prenait le dessus sur les effluves florale du fleuriste du coin. Imaginer son ami souffrant au milieu des flammes eut pour effet de lui retourner le coeur, amplifiant les odeurs les plus désagréables. Elle en eût la nausée.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Jeu 30 Jan 2014 - 16:26

Errande... J'avais beau ne pas être souvent dans cette ville, elle était pourtant celle de mon enfance. Cela faisait depuis ma mésaventure du Bal que je n'avais pas remis les pieds dans le coin. D'une part car je n'avais pas été en état, et d'autre part car je n'avais pas voulu revoir ma mère pour lui expliquer de vive voix mon départ précipité de la fête mondaine que j'avais détesté. Pourtant, le travail m'avait poussé à rejoindre Errande, pour une commande de fleur médicinale... La rencontre fut donc inévitable.

Quelle insouciante j'étais avait-elle dit avant de me faire part de sa peur. Toutefois, l'échange ne s'arrêta pas là Oh non, car lorsqu'elle vit la bague offerte par mon père orner le haut de ma poitrine grâce à une fine chaîne en argent, elle s'insurgea littéralement. Par Vama... Ce fut à mon paternel d'en prendre plein la figure, puis la discussion se termina sur le mariage et les enfants, les familles bourgeoises du coin et les événements qui allaient avec. Choisissant de fuir en l'approuvant d'un air blasé et désinvolte, ce qui ne vint pas adoucir le tout, je quittai sa petite demeure les nerfs en boule. Pourquoi fallait-il qu'elle fasse une fixette sur toutes ces choses futiles ? La vieillesse de l'arrangeait pas... Être seule non plus. C'était pour elle qu'il fallait un homme, pas pour moi.  

Ainsi, je pris le chemin d'une auberge que j'avais bien connu à une époque. Ne souhaitant pas faire la route en pleine nuit depuis toute cette histoire du bal, je préférais faire une halte afin d'éviter de m'angoisser pour rien. Et puis, il n'était pas encore bien tard, un peu de repos et de calme ne pouvait que me détendre après la confrontation qui venait de m'agacer au plus haut point.  Cependant, alors que je m'imaginais déjà dans une chambre avec des écrits à lire pour passer le temps, je fus choquée de voir que mon petit havre de paix avait... disparu.  Au loin j'avais cru à une illusion, pourtant, plus je m'approchai de l'endroit et plus je prenais conscience de la réalité...  

L'auberge avait brûlé. Littéralement. Et il n'en restait plus rien.

Clignant des yeux plusieurs fois en avançant à petit pas, j'étais complètement abasourdie... Comment avais-je pu passer à côté d'une information pareille ? Sincèrement... J'avais l'impression de me réveiller après des jours et des jours de coma...  Tout avait disparu... Et en plus, une petite odeur désagréable venait titiller mes narines... Une odeur qui faisait bien comprendre que le lieu n'avait pas été désert au moment fatidique.  

Approchant d'un petit groupe de personnes qui observait les dégâts, je ne pouvais détacher mes yeux des morceaux carbonisés de toiture. Bordel, comment j'allais faire pour dormir ! C'était la seule auberge du coin dans laquelle je me sentais bien ! Et il n'était pas question que je remette un pied chez l'entremetteuse de service qu'était ma mère.

Soupirant alors en pestant contre le monde entier, je me tournai alors vers la dame qui observait les décombres... Dame que je connaissais de vue pour l'avoir croisée quelque part... oui... quelque part... Au Bal. Ce foutu Bal. Rapidement, les souvenirs vaseux de la soirée me revinrent en tête et je pus replacer le visage de l'inconnue... C'était elle... Oui c'était elle qui m'avait apporté une robe pour me sauver la mise ce soir là.

Un bon mois s'était écoulé depuis cet événement, et pourtant, j'avais beaucoup changé. Arborant des cheveux lâchés mi long qui s'arrêtait en bas de ma nuque, je portais une veste assez longue et féminine, qui couvrait mon chemisier ainsi qu'une étrange robe pantalon dans laquelle je me sentais à l'aise. Autant dire que j'étais méconnaissable, autant pour ceux qui me connaissaient que pour les inconnus que j'avais vu ce coir là... Pourtant, j'étais sûre et certaine qu'elle allait me reconnaître...

De ce fait, poussée pour une envie de la remercier pour ce qu'elle avait fait, je m'avançai vers elle avec légèreté pour faire me faire entendre sur un ton assez doux en dépit de ma voix toujours un peu cassée.  

« Heu... Bonjour.. Excusez moi de... vous... déranger... Je... »

Marquant une pause en raclant ma gorge poliment, je voulus reprendre pour me montrer plus clair en saluant aussi les deux autres personnes qui l'accompagnaient... Cependant, à la vue du visage grave de la jeune femme, je me laissai envahir par l'inquiétude.  

« En fait... je vous... Et.. Mais... Est ce que vous allez bien ? »

Maladroite comme à mon habitude, je pensais clairement passer pour une sorte de psychopathe qui sortait de nulle part en faisant croire qu'elle connaissait tout le monde.  Tout ce que j'espérai alors à cet instant était qu'elle me reconnaisse... juste pour pouvoir la remercier et pourquoi pas pour comprendre ce qu'il s'était passé ici si elle avait la force de me l'expliquer... Chose qui n'était pas sûre du tout pour le coup.  

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Sam 1 Fév 2014 - 3:10

- Cessez de bafouiller, je n'ai pas de temps à perdre !

Sa gorge se serra. Son coeur se comprima si douloureusement qu'elle y porta sa main qui se crispa. Comme lui manquaient les grands rires sincères de son ami ! Et les conseils avisés qu'il lui donnait toujours d'une voix douce, lorsqu'elle souffrait du comportement de son époux. La vie valait-elle encore la peine d'être vécue, maintenant qu'il était parti dans l'autre monde ?

Miobë ne s'était jamais laissée aller à pleurer devant les difficultés de la vie, tout du moins jamais en public. Les larmes lui semblaient si vaines. Pourtant, elle ne lutta pas contre celles qui envahissaient ses yeux et troublaient sa vision, alors qu'elle pensait à son ami le plus cher, qui dormait dans l'obscurité des ruines de cette Auberge. Sans lui, elle n'était nulle part chez elle.

- Vous êtes la femme du Bal Masqué organisé par les Valyssar, n'est-ce pas ?

Sans laisser le temps à son interlocutrice de répondre, Miobë avança doucement parmi les ruines, faisant fi des risques qu'elle prenait en passant en dessous de poutres encore instables et fumantes. Ses deux domestiques, choqués, ne surent quoi lui dire pour la convaincre de renoncer à une telle aventure. Jamais ils n'avaient vu leur Maîtresse faire preuve d'autant d'imprudence et d'audace.

- Nous n'avons pas été présentées. Je suis Miobë Shei'Arcath, l'épouse de Déolin Shei'Arcath de Gernie. Si vous avez pu participer au Bal, j'imagine que vous êtes de noble naissance, n'est-ce pas ? De quelle famille êtes-vous l'enfant ?

Un court instant, elle manqua de vigilance et faillit chuter. Le bas de sa robe ramassait les cendres noires qu'avait laissé l'incendie. L'air était encore irrespirable, malgré les longs jours qui s'étaient écoulés depuis l'accident. Miobë voulait trouver quelque chose qui prouverait que Jack était bien présent dans l'Auberge lorsqu'elle avait brûlée. Un chapeau, une toile, un pinceau. Un petit détail qui lui permettrait de faire son deuil, sans quoi elle resterait persuadée toute sa vie qu'il était en vie quelque part, loin d'elle, et qu'il avait simplement décidé de ne plus correspondre avec elle.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mar 11 Fév 2014 - 10:57


Un passant à l'allure pouilleuse, un peu plus de 40 ans


"Reculez m'dame !"

Le vieil homme faisant fit de toute bienséance se jeta sur la marchande et l'attrapa par le bras pour la tirer en arrière, juste à temps pour lui éviter la désagréable sensation de recevoir une poutre carbonisée sur la tête. Le lourd tronçon de bois noirci par les flammes s'écrasa en soulevant un nuage de cendres qui recouvrit toutes les personnes présentes. Dans sa précipitation l'homme d'âge mur avait trébuché en reculant et avait entrainé Miobë avec lui. Il amortis heureusement la chute de la gente dame et l'aida à se relevé, partagé entre confusion et remontrance.

"M'enfin c'est dangereux d'entrer la dedans, vous devriez faire attention où vous mettez les pieds !"

Il épousseta brièvement la dame avant de réaliser à qui il avait affaire et s'arrêta net.

"Pardonnez ma rudesse madame, vous n'avez rien de cassé?"
croassa-t-il de sa voix grinçante.

L'homme invita la marchande à s'éloigner des décombres d'un geste de la main.

"Mais dites moi, pour quelle folle raison voudriez vous vous aventurer sur ces lieux sinistres?"


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Dim 23 Fév 2014 - 9:42

Je regrettais, oh oui,je regrettais vraiment d'avoir ouvert la bouche pour m'adresser à cette femme. Comment pouvais-je apprécié ne serait-ce qu'un tant soit peu ces bourgeois alors qu'ils agissaient toujours de façon agaçante ? Non mais sérieusement !  

Prenant une bonne bouffée d'air tout en serrant les dents, je contenais les réflexions désobligeantes face aux réflexions de la femme du nom de Miöbe Shei'Arcath. Cependant, entre la remise en place qui m'avait fait passer pour une gamine, et les questions navrantes, je ne pus m'empêcher de répliquer en prenant un ton sarcastique.  

« Oui, en effet. Mon nom est Talis Hadmas, je suis la fille du Général. Fille adoptive d'ailleurs, et pas d'sang noble en plus... Pourtant j'étais bien invitée à ce bal, quelle drôle de situation. »

Aucun rire ne ponctua ma phrase. A vrai dire, j'avais souri, faussement, en arquant un sourcil, agacée. C'est pourquoi je repris, sur un ton plutôt froid.

« Bref, j'ai pas de temps à perdre non plus. Je voulais juste vous remercier de m'avoir aidée, en souhaitant en faire de même en retour en vous voyant chercher je ne sais pas quoi dans cette auberge cramée. Mais je crois que vous vous débrouillez bien toute seule. Sur ce. »

D'un petit salut rapide qui n'avait rien des courbettes bourgeoises à faire vomir, je laissai alors la dame qui chancelait dans les décombres, toujours à la recherche de la chose inconnue. Toujours aussi vexée, et pestant mentalement contre le destin qui allait me pousser à aller je ne sais où pour la nuit à venir, je fus toutefois interrompue par l'arrivée soudaine d'un homme qui n'avait rien d'un riche marchand.  Ayant rattrapé la Shei'Arcath avant qu'elle ne se fasse assommer par une vieille poutre carbonisée dans un acte semi-héroïque qui me fit lever les yeux au ciel, il s'était mis à ramper verbalement devant elle en s'excusant de sa fameuse « rudesse » et en posant la même que moi.  

Occupée à tousser à cause de la cendre qui s'était répandue dans l'air suite à l'effondrement qui aurait eu la peau de la dame,je restai alors sur place un petit moment... Peut-être avais-je envie d'entendre la réponse de la bourgeoise en fin de compte. Ou pas...

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Dim 2 Mar 2014 - 14:39

- Que faites-vous ? s'énerva-t-elle. Ne me touchez pas !

Une poutre s'était écrasée au sol à l'endroit même où elle s'était trouvée. Elle avait bien failli mourir à cause de son besoin irrésistible de réponses et cet homme, malgré le danger, venait de risquer sa propre vie pour sauver la sienne. Le problème, c'était que Miobë ne savait pas quoi lui dire. Jamais elle n'avait été confronté à ce genre de situation jusqu'à aujourd'hui. Surprotégée d'abord par son père, puis par son mari, elle était particulièrement vulnérable dès qu'elle quittait seule les limites du domaine familial. Quelle Marchande aujourd'hui pouvait se vanter d'avoir failli se faire tuer par l’effondrement des poutres d'une  Auberge ?

- Ce que je fais ici ne vous regarde pas, mendiant !

C'était un miséreux, à coup sûr. Sa peau couverte de cendre noire, sa barbe mal entretenue et son regard douteux ne laissaient aucun doute sur ses origines. Que dire de sa tenue vestimentaire, cette tenue informe et sale, qu'elle oserait à peine donner aux Médors qui gardent la demeure Shei'Arcath depuis près d'une dizaine d'années. Elle n'avait pas à lui adresser la parole : il n'était pas de son monde et ne le serait jamais. Sa vie à elle était parmi les faux semblants et les mensonges.

- Quittez les lieux avant que je fasse appeler les Miliciens pour votre comportement insolent, cracha-t-elle en évoquant la chute dans laquelle il l'avait entraîné.

Trop de paires d'yeux étaient posées sur eux. Elle se devait de garder de la contenance, même après ce qu'il venait de se passer. Tandis que ses domestiques lui nettoyaient au mieux le visage et les vêtements, la jeune femme détourna le regard du nécessiteux pour le porter sur Talis Hadmas. Elle était la fille du Général...une personne de haute importance quand bien même le sang ne les liait pas. Et si toute cette histoire s'ébruitait ? Et si le nom des Marchebois et des Shei'Arcath était souillé à cause d'une stupide poutre instable ? Un court instant, la terreur la gagna et elle trembla. Jamais elle n'avait voulu cela...Ça n'était pas censé arriver.

Tout ce qu'elle voulait, c'était des réponses.

Tandis que la foule se dispersait, Miobë interpella l'homme qui lui avait sauvé la vie avant que l'envie de disparaître ne lui prenne.

- Dites-moi...Savez-vous ce qu'il s'est passé ici ? Avez-vous plus d'éléments que nous le donnent les lettres envoyées aux proches des victimes de cet incendie ?

Serrant les poings, elle ajouta une phrase qu'elle n'aurait jamais prononcé en étant dans son état normal.

- Si vous me permettez de trouver ce que je cherche, je vous paierai un bon prix.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Lun 3 Mar 2014 - 1:11


Un passant à l'allure pouilleuse, un peu plus de 40 ans


Si la marchande avait été sa fille, par Vama elle se serait pris une sacré rouste. Bien que leurs âges respectifs l'eussent permis, ce n'était pas le cas. L'ingrate impertinente était une marchande, lui un roturier, aussi calma-t-il sa colère et le tremblement qui avait commencé à agiter le bout de ses doigts, la salua et tourna les talon sans un mot... Fort heureusement, la dame le rappela promptement et il se retourna avec un sourire forcé. Il l'écouta et quand elle eu fini de parler, le sourire du vieil homme paru subitement bien plus naturel.

"Et bien... "
commença-t-il. "Comme vous vous en doutez le feu a pris en pleine nuit, le temps qu'on puisse faire quelque chose, il n'y avait déjà plus personne à sauver... tout a brulé... voilà"

Tout en parlant il jetait des regards inquiets autour de lui et ses yeux se posèrent sur Talis qui était toujours là.

"Mais si ce n'est pas la fille de notre bon général de la milice !" Minauda-t-il à voix basse, feignant d'avoir reconnu la jeune fille alors qu'il l'avait simplement entendu se présenter un peu plus tôt.


"Et bien c'est tout!" conclu-t-il d'un rire gêné.
"Chose promise, chose due, j'attendrais votre généreuse récompense à cette adresse." Il sorti une enveloppe dont il déchira un des pans et la remis à la Marchande, puis il s'avança un peu pour lui parler à l'oreille.


"Si ce qu'il s'est vraiment passé ici vous intéresse à ce point, je pense que la compagnie de cette demoiselle ne vous sera pas de trop..."

Sans rien ajouter à cette affirmation énigmatique il pris congé des deux femmes et disparu dans la foule. Sur le morceau d'enveloppe on pouvait lire:

Citation :
Cordonnerie Grymaud Père & Fils,
3 Allée des Soyasses,
Errande


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mar 18 Mar 2014 - 4:28


Plantée dans le décor peu avenant, je laissais traîner mes oreilles quelques secondes avant d'entreprendre de réellement me sortir de ce merdier. Franchement, pourquoi vouloir savoir ce qu'il s'était passé ici ? N'était-ce pas clair ? Tout avait cramé, et voilà... Sans doute à cause d'une fausse manipulation, d'un pyromane de passage ou d'un fou alcoolisé...  

Pourtant, la façon de parler de l'homme étrange et de cette femme aux attitudes bien bourgeoises me faisait comprendre... tout le contraire. Payer pour savoir comment le feu avait rongé l'Auberge... quel comportement décalé n'est-ce pas ? Surtout que l'homme avait fini par lui donner une réponse toute faite que j'aurais pu faire moi aussi tant elle avait été vague et totalement... idiote. Levant alors les yeux au ciel en me retenant de lancer une réflexion peu conventionnelle, je repris alors ma route... jusqu'au moment où le « voyant » du jour lança une petite phrase pour faire comprendre qu'il m'avait reconnue.

Jouant la carte de l'ignorance de peur de me laisser emporter par le courant de la vulgarité qui aurait a jamais brisé l'image féminine qui était mienne en ce beau jour, je me contentais de soupirer tout en continuant d'enjamber les morceaux de bois calcinés pour  ne pas finir à terre. Je le sentais mal, ce petit élan de curiosité... Surtout que la dernière fois où j'avais voulu jouer la détective, j'avais fini en mission improvisée avec l'ami de le plus proche de mon père pour finir dans un état pitoyable qui m'avait valu de connaître des situations improbables. Et il n'était pas question que cela se reproduise à nouveau... J'avais changé, tout cela m'effrayait un peu désormais...

Enfin oui... juste un peu... car lorsque l'homme décida de prendre congé, il finit par lancer une dernière réplique, pour faire clairement comprendre à la femme aux manières agaçantes qu'elle aurait sûrement besoin de mon aide pour découvrir ce qu'il s'était vraiment passé dans cette auberge. Figée dans les décombres, pas bien loin de tout ce beau monde qui bougeait autour de moi, je me laissai alors aller à baragouiner quelques mots pour exprimer mes pensées.

«Ahaha, ouh la, heu... ouais, heu... non... J'crois pas non... »

Rire nerveux, sarcasmes et compagnie, voilà que je ne trouvais plus rien à redire à l'homme qui prenais la poudre d'escampette. Non mais sérieusement ! Comment pouvait-il affirmer une telle chose hein ? Non, non, non ! Pas question d'aider qui que ce soit !  

« J'pense qu'il ne devait pas avoir toute sa tête hein, tout a brûlé n'est ce pas ? Il n'y a rien à apprendre de plus, et je ne vais pas vous aider en disant ça. »

Oh, par Vama... Je ne le sentais pas... Pas du tout. Bien sûr que toute cette mise en scène laissait penser que ce n'était pas un simple accident... Mais étrangement, et ne souhaitant pas être embarquée dans une histoire de dingues tout en voulant faire éclater la vérité, si vérité il y avait, je m'attendais à une réponse... Une réponse qui viendrait sûrement réveiller la justicière un peu folle qui s'était endormie définitivement après le Bal où tout avait commencé...

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mar 18 Mar 2014 - 7:19

Déterminée, elle fit signe aux domestiques de la suivre. Quel était le problème ? Sa famille avait bien assez d'argent pour payer cet homme, menteur ou non. Le coeur battant à tout rompre, elle marcha jusqu'à Talis Hadmas. L'espace d'un instant, elle manqua de faire demi-tour pour rejoindre le Domaine de son amie. Attention à toi, se répéta-t-elle, persuadée qu'elle prenait des risques pour un espoir vain. Mais c'était tout ce qu'elle possédait. Qu'adviendra-t-il si elle le perdait ? Puis elle pensa au regard de Jack, à toute la tendresse qu'il dégageait et...elle donna sans plus hésiter le bout d'enveloppe à la fille du Général.

Citation :
Cordonnerie Grymaud Père & Fils,
3 Allée des Soyasses,
Errande

- Je vous en prie, Mademoiselle, guidez-moi jusqu'à cette adresse ! Je ne connais pas Errande, mes domestiques non plus, jamais je ne saurai m'y rendre seule !

Comme le silence s'éternisait, elle se saisit d'une de ses mains et la supplia du regard. Elle n'avait qu'elle pour lui venir en aide. Jamais son époux n'approuverait une telle démarche, et quant à demander à son oncle, Varen Shei'Arcath, Miobë n'osait même pas y penser. Il avait bien assez de choses à faire pour sa famille, pour avoir s'occuper en plus du caprice soudain de sa nièce.

- Je sais que mes intentions doivent vous paraître insensées, mais je n'arrive pas à me résoudre à la mort de l'un de mes plus proches amis. Je veux savoir s'il était vraiment présent dans cette auberge lorsque l'incendie s'est déclaré ! Je veux savoir s'il s'agit d'un meurtre ou d'une vulgaire mise en scène ! Je veux croire qu'il est toujours en vie, quelque part, et que pour une raison bien particulière, il n'a pas connaissance que tout le monde le croit mort ici.

Des larmes coulèrent sur son visage. Jamais elle ne se résoudrait à l'idée que Jack Belfort puisse être mort. Il était l'une des dernières personnes qui rendait son quotidien moins difficile. Ses tableaux l'avaient souvent bouleversés, comme ses paroles criantes de vérité. Ce qu'elle lui cachait, il avait toujours su le deviner.


**
*

Pour une raison qu'ignorait encore Miobë, Talis Hadmas avait finalement cédé à ses supplications et l'avait guidé, sans la moindre hésitation, jusqu'à l'adresse indiquée sur le morceau d'enveloppe que lui avait confié le vieille homme.

Vêtue de ses plus beaux habits, la jeune femme ne passait pas inaperçu au milieu de ses petites gens sans le sou. Les domestiques, inquiets pour la sécurité de leur Maîtresse, ne cessaient de s'agiter en surveillant régulièrement qu'aucun homme, quel qu'il soit, n'ait dans l'idée de la dépouiller de ses bijoux et autres richesses. Miobë elle ne portait d'attention qu'aux chemins qu'elle empruntait, impatiente de retrouver l'homme étrange de tout à l'heure pour en savoir plus sur l'incendie de l'auberge. Un simple : "Un homme blond ? Bouclé ? Le peintre Belfort ? Non, il n'ait jamais entré dans cette Auberge" suffirait amplement.

- C'est ici ? demanda la jeune femme, alors que Talis venait de s'arrêter fasse une vieille bâtisse.

Sans entendre les recommandations de prudence de ses domestiques, Miobë entra en trombe, et tomba nez à nez avec l'homme qu'elle recherchait. Soulagée de le revoir, elle appréhendait néanmoins ce qu'il allait lui dire, maintenant qu'ils étaient à l'écart des badauds et autres oreilles indiscrètes. Si l'on en croyait le calme apparent de la Cordonnerie, les clients n'étaient pas bien nombreux à cette heure à se presser à ses portes. Mais pourquoi avait-il tant insisté pour que Talis Hadmas l'accompagne ? Elle n'avait rien à voir avec toute cette histoire et se montrait plus persuadée que quiconque qu'il s'agissait d'un simple accident, un simple incendie comme il y en a tant d'autres.

- Combien...combien vous voulez pour les informations que vous possédez...? chuchota Miobë, la gorge nouée.
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mer 19 Mar 2014 - 13:50


Un passant à l'allure pouilleuse, un peu plus de 40 ans



L'homme l'attendait, une chaussure en cours de rafistolage dans la main. Sa silhouette se perdait dans la pénombre de l'atelier mais on pouvait facilement deviner la confusion qui tordait son visage. Il fit entrer tout le monde et ferma soigneusement la porte derrière lui. La marchande, sa suite et la fille du général, tout ce beau monde se retrouvait à présent un peu à l'étroit.

"Et vous comptez faire quoi exactement une fois qu'vous aurez ces info?"
Il posa la chaussure sur une étagère, se fraya un chemin entre les domestiques pour se rapprocher de Miobe.

"Vous avez apporté combien avec vous ?" Demanda-t-il en se grattant la gorge.

Il ne savais pas vraiment pourquoi il posait la question en réalité, il savait qu'une marchande pouvait le payer au delà de ses besoins avec le fond de son porte monnaie. En fait il lui aurais même dit ce qu'il savait gratuitement mais ce faisant il ne sentait pas en sécurité et il estimait que cette prise de risque nécessitait compensation. C'était un peu ridicule maintenant qu'il y pensait, comme si quelques pièces pouvaient le protéger.

"Ecoutez, je préfèrerais que vous gardiez ce que je vais vous dire pour vous, je ne veux pas avoir d'ennuis vous comprenez? J'crois pas que ça vous rendre vraiment service de vous révéler tout ça, vous n'allez pas vraiment enquêter n'est-ce pas?"

Il prit une longue inspiration et continua.

"Voilà, la nuit de l'incendie, j'étais dehors après une grosse journée de travail j'ai vu et entendu des choses, je n'aurais pas du être là mais bon, puisque vous tenez à le savoir, ce soir là il y a deux hommes vraiment louche qui trainait dans les parages. Il a mis  les voiles en speeder avant que les riverains remarquent le feu mais moi je l'ai vu. Ils étaient habillé en Bleu et noir et avaient une tête d'incendios brodée dans le dos. Je donnerais ma main à couper que ces mecs travail pour des gens vraiment pas net et surement très dangereux..."

Bien sur son explication était plutôt légère, il en était bien conscient mais il savait aussi qu'il était probablement le seul à avoir vu quelque chose.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Jeu 20 Mar 2014 - 12:38


J'avais eu le choix, oh oui, j'aurais pu fuir après ma dernière tirade, comme une malpolie, mais il avait fallu que je reste sur place, pour une raison qui m'échappait encore. La curiosité ? L'envie de savoir ce que le bougre avait marqué sur le papier ? Je n'en savais rien, mais je regrettai bien vite de ne pas avoir pris la fuite lorsque la bourgeoise se tourna vers moi pour me donner le fameux mot. Car avant que je ne puisse avoir le temps de situer le lieu en question qui se rapprochait de l'adresse que j'avais sous les yeux elle me supplia alors de l'y conduire à ma plus grande surprise.

Durant quelques secondes, je restai figée en la contemplant d'un regard lourd. Il était hors que question que je me lance dans cette histoire super louche et elle n'arrivait pas à me faire changer d'avis. Surtout après la façon dont elle m'avait parlé alors que je m'étais avancée gentiment ! Pourtant, j'eus le malheur de la regarder droit dans les yeux lorsque je sentis qu'elle s'était emparée de mes mains...

Un soupir agacé ponctué d'un regard qui voulait clairement dire non sortit de ma bouche avec violence. Non, non et non ! Détournant les yeux sans pour autant bouger, je soupirais, encore et encore, tout en retenant des mots qui auraient sûrement été d'une méchanceté qui ne me ressemblait pas. Nom d'un Mandrilosaure Albinos ! Voilà que je fuyais son regard pour éviter de céder ! C'est alors que j'entendis une voix... une vois paniquée, totalement désemparée et qui n'avait rien à voir avec celle que j'avais déjà entendue. Cette femme était perdue... Elle disait qu'un ami à elle était mort, ici, soit-disant, mais qu'elle n'y croyait pas.  

Durant un instant, je l'avais cru folle... Mais il avait juste fallu que je me tourne de nouveau vers elle en poussant un énième soupir en pensant cette fois ci, dire clairement ma façon de pensée... Cependant, je me heurtai à la vision d'une jeune demoiselle en pleurs... Impassible, dans un premier temps, je laissais une grimace crisper mon visage. Je n'avais pas voulu, mais je ne pouvais pas la laisser comme ça.

Ainsi, j'avais décidé de l'aider, j'avais cédé, en sachant pertinemment que j'allais le regretter...  

Peu bavarde, soupirant toujours et examinant les moindres recoins d'Errande de façon suspecte, j'avais guidé la fameuse Miobë Shei'Arcath vers l'adresse où l'homme lui avait donné rendez-vous. Je n'avais pas donné d'explication à mon aide, je m'étais juste contentée de lui dire avec nonchalance qu'elle devait me suivre, mais qu'il n'était pas question que ça aille plus loin.  Hors, je doutais pouvoir laisser ma « protégée » improvisée se faire tuer si jamais sa piste était bonne. Bordel... pourquoi j'avais fini par lâcher le morceau ?

Je ne devais pas y réfléchir, et agir rapidement tout en gardant un œil sur la bourgeoise. Bien qu'accompagnée, je n'avais pas grande confiance concernant les capacités de défense de ses deux... domestiques. Au moindre soucis, je les imaginais bien fuir en laissant leur belle Maîtresse se débrouiller seule.  

Ainsi, lorsque nous arrivâmes enfin à l'adresse indiquée, je gardais un œil sur elle non sans perdre ma tête de blasée nonchalante... Entrer dans l'antre de l'homme bizarre ne m'avait pas plu, pas du tout, et pourtant je ne m'étais pas vue laisser la Bourgeoise à son sort. Allant dans... un semblant de coin pour observer le beau petit monde qui avait pris place dans la petite pièce, je croisais les bras sans quitter le « propriétaire » du regard. Je ne savais pas pourquoi il m'avait mentionné un peu plus tôt dans la journée, et la question frôlait mes lèvres... Pourtant, j'avais bien envie de savoir ce qu'il avait à dire concernant l'incendie avant...

Vague, tout en étant plutôt explicite dans son récit, il nous fit alors comprendre que l'incendie avait été provoqué... Très bien, oui... très bien, ce n'était pas si surprenant, mais en quoi est-ce que cela avait un lien avec le disparu que connaissait la Sheï'Arcath ? Rien ne nous disait qu'il avait été sur les lieux au moment de leur destruction totale par le feu.   Ne pouvant plus me contenir, je m'exprimai enfin sur un ton peu avenant en arquant un sourcil, blasée.

« Bien, c'est  tout en fait ? Tout ça pour savoir que des psychos avec un uniforme pourri ont foutu le feu à l'auberge ? C'est cher payé comme info, n'importe quel glandu qui se serait trouvé là aurait pu nous le dire ça, hein. »

Pourtant, derrière cette information qui paraissait banale, je commençais à voir un potentiel lien avec le garçon disparu... Soit il s'était trouvé dedans et avait été la cible, donc il serait bien mort... Soit au contraire, tout avait été fait pour qu'il passe pour mort... Mais là, je m'enfonçais clairement dans un délire complètement tordu...

« L'information qui aurait été utile, c'est de savoir pourquoi ils ont fait ça. Il devait bien avoir une raison ces débiles de pyromanes. Une bonne. Mais bon...»

Prise dans un élan de folie, j'imaginais déjà comment retrouver le gang des malades mentaux qui foutaient le feu à des auberges. Fermant alors les yeux un instant pour me maudire intérieurement le côté foufou qui me poussait à vouloir aider d'avantage la Sheï'Arcath, je m'enfermai dans le silence... Je devais trouver un endroit où dormir, et pas faire autre chose. Lutter contre une bande  m'avait déjà valu une belle frayeur une fois d'adrénaline retombée, il n'était pas question de renouveler l'expérience...

Malheureusement, je doutais avoir le choix à présent... J'en savais trop et même si je me montrais beaucoup plus prudente et patiente, je n'allais pas pouvoir laisser mes rencontres du jour pour faire comme si de rien était.

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Lun 24 Mar 2014 - 15:19

Si la situation n'avait pas été aussi délicate, la jeune femme ne se serait pas gênée pour dire sa façon de penser à la fille du Général. Malgré son rang, elle se montrait particulièrement indélicate et grossière, se comportant comme une vulgaire roturière, ce qu'elle aurait pu être si la générosité de son père n'avait pas été mise à l'épreuve le jour où il l'avait pris sous son aile. Ravalant une remarque désagréable, Miobë détourna le regard et se remémora toutes les informations qu'elle venait d'obtenir. Pour connaître la vérité, il lui faudra poser les bonnes questions.

Deux hommes. Deux assassins habillés en bleu et en noir, avec une tête d'Incendios brodée dans le dos. Et à priori suffisamment riches pour avoir en leur possession un speeder. Mais comment avancer avec si peu d'éléments ?

L'Incendios n'était le blason d'aucune famille de sa connaissance. Elle n'avait même jamais aperçu cette créature de toute sa vie, bien qu'elle ait longtemps habité à Midel-Heim. Si elle savait néanmoins à quoi elle ressemblait, aucun élément donné par cet homme ne l'avançait vraiment. Et la perspective de devoir faire des recherches plus approfondies en bibliothèque la lassait déjà : hors de question pour elle d'interroger son entourage, qui n'approuverait pas ses intentions.

Soupirant, Miobë se permit de s'asseoir sur une chaise et prit sa tête entre ses mains. Quelle folie que de partir à la recherche d'une vérité évidente ! Jack était mort dans cet incendie, et elle, telle une stupide femme éplorée, elle ne parvenait tout simplement pas à faire son deuil. Quand bien même cet incendie était criminel, pourquoi les autorités auraient-elles glissé le nom de Jack Belfort ? Elles n'avaient aucun intérêt à fausser la liste de leurs victimes.

- Je suis véritablement désolée de vous avoir ennuyé avec toute cette histoire.

Croisant les doigts, elle se mordit la lèvre jusqu'au sang.

- Mais ces hommes, que vous avez aperçu le soir de l'incendie, vous les connaissez ? Je veux dire, ces incendios brodés dans leur dos, ça ne vous rappelle rien ? Avez-vous parlé aux Miliciens de ce que vous avez vu et entendu ?

Relevant la tête, elle lança un regard lourd de reproches à son informateur.

- Vous auriez au moins pu songer aux familles des victimes. Ils pensent que leurs proches sont morts accidentellement alors qu'il s'agit peut-être d'un meurtre. Je vais finir par penser que vous n'êtes qu'un égoïste, qui ne pense qu'à l'argent et à se remplir la panse ! De quoi avez-vous peur au juste ?
avatar

On m'appelle Joker

MESSAGES : 90
INSCRIT LE : 01/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Joker
Joyaux : 4
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mar 25 Mar 2014 - 9:16


Un passant à l'allure pouilleuse, un peu plus de 40 ans

L'homme réprima un regard mauvais, se souvenant qu'il était en présence de dames... encore que pour l'une d'entre elles il commençait à avoir des doutes. Celle à qui il avait plus ou moins sauvé la vie semblait perdue et chamboulée, lorsqu'il parvenait à faire abstraction de son air hautain, il éprouvait une certaine pitié à son égare.

"Je sais que cette information peut sembler mince mais j'crois pas que d'autre accepteraient de vous la fournir si facilement voyez vous, c'est tout c'que vous pouvez apprendre de simple citoyens, acceptez le. J'vais pas aller risquer ma vie à jouer au détectives, y'a la milice pour ça et si elle fait pas son travail..." il regarda Talis l'air agacé. "ben j'y peut rien moi !"

Il prit une profonde respiration avant de continuer. Tachant de garder son sang froid, même si elles étaient peu agréable, ces dames le payaient pour ce qu'il avait à dire, c'était des clientes en somme.

"Faut m'comprendre, vous m'avez regardé ? y'a rien d'un héros la dedans. Les types que j'ai vu, c'est pas des tendre, c'est l'genre de gars qui vous égorge dans votre sommeil plutôt que de vous laisser parler, tout le monde les crains ici, même si personne ne sait qui ils sont... Moi aussi j'ai une famille, et je veux pas faire partie des victimes !"

L'air de la cordonnerie était devenu lourd, suffocant. Il n'osait presque plus soutenir le regard de ses "clientes" et avait commencé à se ronger les ongles.

"Je... ahem... je connais quelqu'un qui... a déjà plus ou moins eu affaire à ces gens. C'est un vuultois qui travail sur Eyros. Si vous allez le voir, demandez Garand Holdsmith, mais ne le brutalisez pas, il a beaucoup souffert."

Sur ce dernier conseil il retourna à la porte, l'ouvrit et fit signe qu'il était temps de partir. Quand Miobe arriva à sa hauteur il lui intima de le régler et accepta ce qu'elle voulu bien lui donner. Pas un au revoir ni un merci, cette entrevenue n'avait jamais eu lieu, il l'avait déjà oublié.


Pour utiliser ce compte, faites une demande dans ce sujet.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Mer 26 Mar 2014 - 5:48


Je m'étais enfermée dans le silence, pour observer, après mes tirades à la fois cinglantes et sarcastiques. Les bras toujours croisés, le dos collé contre un bout de mur, je tentais de comprendre pourquoi la Bourgeoise était prête à tout pour en savoir plus et aussi pourquoi l'homme louche restait vague. Bon, pour la deuxième partie, je ne fus pas au bout de mes surprises... et regrettai presque d'avoir été virulente car le détenteur des informations nous fit bien comprendre que les gars responsables de l'incendie n'étaient pas vraiment des rigolos et qu'il n'aurait pas risqué sa peau en jouant le héros. D'ailleurs, il ne se fit pas prier pour dire que c'était à la Milice de s'occuper de ce genre de chose... Un détail que je ne pus contrer tant il fut... évident. Les types n'étaient pas des tendres comme il l'avait si bien dit, et personne n'osait s'en charger à cause du climat de terreur qu'ils instauraient rien qu'en montrant leur jolie tête d'Incendios dans le dos. Pourtant une personne avait déjà eu affaire à eux, un traumatisé qui travaillait sur Eyros... Et voilà que cela faisait une nouvelle piste foireuse...

Cela sentait clairement l'affaire dangereuse... Encore plus que celle dans laquelle je m'étais embarquée quelques mois auparavant. Baissant alors la tête en soupirant, je portai mon regard sur la Bourgeoise qui n'avait cessé de poser des questions... Décidément, j'avais l'impression de doser le danger beaucoup plus qu'elle... Cette sotte, à vouloir à tout prix savoir ce qu'il s'était passé pour être fixée sur son ami,  allait finir par mourir aussi facilement qu'un enfant en bas âge... Elle devait s'arrêter là... Ça allait bien trop loin.

Voyant que l'heure de partir était enfin arrivée, je laissai les deux nouvelles rencontres dans la journée régler leur affaire, et me jetai dans la rue en prenant une bonne bouffée d'air. Toute cette histoire m'avait donné le tournis dans cette pauvre petite pièce... Entre les questions, les réponses, l'insouciance de la Sheï'Arcath  et le gang de tueurs, je n'avais plus qu'une envie, mettre les choses au clair rapidement.

Ainsi, j'attendis que l'informateur disparaisse derrière sa porte pour me tourner vers la Bourgeoise qui venait de me rejoindre. Finis les tons sarcastiques et autres façons de parler assez brutales, terminés les petits rires narquois et les vulgarités, voilà que je prenais un air sérieux pour m'adresser à elle d'une façon qui l'était tout autant.

« Écoutez, je sais que vous voulez savoir ce qu'il s'est passé là-bas. Je conçois bien que cette histoire d'Incendios peut vous éclairer, mais sachez que si personne ne les a éradiqué, c'est qu'il y a bien une raison. Si vous suivez cette piste, vous finirez par vous faire tuer, je peux vous l'assurer. »

Lâchant un soupir déconcerté, je repris en croisant de nouveau les bras.  

« La blessure qui m'a malmenée pendant le Bal où nous nous sommes vues, elle n'était pas là par hasard et cela faisait déjà un mois. J'ai moi-même voulu faire justice, alliée à un homme de la Milice pour une simple affaire de braconnage, et j'ai bien cru que la lame qui m'a transpercée allait me tuer.  Et ce n'était que des braconniers. »  

Le ton grave et toujours aussi sérieux, je regardais à présent la jeune femme avec inquiétude. Il y a quelques mois, je me serais sûrement lancée dans cette histoire sans réfléchir, en pensant jouer mon héroïne... mais maintenant, tout était différent. La mission improvisée m'avait changée, je m'étais rangée, et craignais le danger lorsqu'il était trop grand.

« Cette piste est trop dangereuse, surtout si elle est liée à une histoire de meurtres. Ne tentez pas, vous n'en reviendrez pas. »

Jamais je n'avais été aussi solennelle dans mon attitude, tant je voulais me faire bien comprendre.   Il fallait dire aussi que je ne souhaitais pas avoir une mort sur la conscience... Maintenant, il ne me restait plus qu'à savoir si elle m'avait comprise... Et ça, ça me faisait sans doute bien plus flipper que le gang des abrutis avec leur tête d'incendios dans le dos.

avatar
Marchand

On m'appelle Miobë Marchebois


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Gernie
MON AGE : 24 ans
Féminin
MESSAGES : 352
AGE : 24
INSCRIT LE : 27/01/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 187
http://www.ile-joyaux.com/t2388-journal-de-bord-de-miobe-shei-arcath http://www.ile-joyaux.com/t1330-miobe-shei-arcath#35147
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Ven 28 Mar 2014 - 16:37

- Je sais...Je sais bien, Mademoiselle Hadmas.

C’était une mauvaise idée de continuer cette enquête, aussi mauvaise d’ailleurs que celle d’avoir cru aux fabulations du tanneur. C’était fichu d’avance et elle le savait.

Des larmes coulèrent le long des joues de la jeune femme. Toute noblesse et toute grandeur l’abandonnèrent. Elle savait, au fond d’elle-même, que chaque Homme craignait une chose plus que toute autre, que chaque Homme avait ses limites, que ce soit la maladie, la pauvreté ou encore l’échec. Pour Miobë Shei’Arcath, c’était la perte d’un être cher. Toutes les personnes qu’elle avait pu aimer un jour, avaient fini par lui être violemment arrachées, à tel point qu’elle doutait désormais de son irresponsabilité.

D’un geste brusque, elle essuya les larmes qui lui brûlaient les yeux. Elle se sentait lasse, absurde et délaissée, tout ce qu’elle détestait. Tout cela ne lui semblait pas réel, comme un mauvais rêve qui n'en finit jamais. Mais surtout, elle sentait qu'un élément lui échappait, même si elle ignorait encore lequel exactement. Résignée, elle se dit que de toute façon, rien n'avait vraiment de sens dans toute cette histoire, et ce depuis l'instant même où elle avait appris le décès de Jack Belfort. Quelle folie que d'avoir cru un instant qu'il ait pu survivre à un tel brasier ?

- Je suis sincèrement désolée de vous avoir impliqué. Cette histoire ne vous concerne pas et pourtant je me suis montrée insistante, ne pensant qu'à moi.
- Dame Shei'Arcath, nous devrions rentrer. Votre amie va s'inquiéter de votre absence. Et votre époux n'aimerait pas vous savoir dans ces quartiers, qui ne sont pas recommandés aux gens de votre importance,
- Je vous en prie, Thiléon, n'informez pas mon époux que je suis venue ici. Il se mettrait en colère. Je comprends vos inquiétudes, et je vous promets de me montrer plus prudente à l'avenir. Néanmoins...

N'était-elle pas trop naïve, trop imprudente ? Qu'importe. Elle ne voulait savoir qu'une seule chose. Rien qu'une seule. Et pour cela, il lui faudra se rendre à Vuulte.

- Néanmoins je veux savoir si Jack se trouvait dans cette auberge lorsqu'elle a brûlé. Si l'homme que nous allons voir ne me permet pas d'obtenir cette précieuse information, alors...Alors j'abandonnerai, et me ferai à l'idée que je ne le reverrai jamais plus.
avatar
Citoyen

On m'appelle Talis Hadmas


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Errande / Midel-Heim
MON AGE : 21 ans
Féminin
MESSAGES : 139
AGE : 28
INSCRIT LE : 22/04/2013
PSEUDO HABITUEL : Nanaya
Joyaux : 245
Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   - Sam 29 Mar 2014 - 17:44


J'étais persuadée de l'avoir dissuadée de se rendre à la nouvelle adresse indiquée une fois que les larmes s'étaient mises à couler sur son visage si parfait. D'ailleurs, je m'étais même  sentie coupable d'avoir été un peu trop directe dans mes paroles lorsque je l'avais vu sangloter en s'excusant de m'avoir mêlée à tout cela.  Bon, ce n'était pas grave, il n'y avait pas eu mort d'homme... D'ailleurs, c'était bien le sujet de toute cette histoire...  

Malheureusement, contre toute attente, et après une discussion assez... intéressante avec son pot de colle, la bourgeoise Sheï'Arcath avait décidé de foncer sur la piste qu'elle venait d'avoir, juste pour être sûre que l'ami dont elle parlait n'avait pas disparu. Mais par Vama, c'est qu'elle était complètement bornée !  

« Heu... Attendez là... »

Posant une main sur ma hanche tout en portant l'autre à mon front, je me mis à réfléchir à vive allure, la mine aussi blasée qu'agacée. Le Mari ne devait pas être au courant, l'homme disparu se nommait Jack, le Thiléon était saoulant à vouloir jouer le chaperon, et je me trouvais dans une situation que je ne pouvais pas ignorer.  Ou du moins plus...  Ainsi, je finis par reprendre, après quelques secondes de silence.

« Rhhhha J'peux pas vous laisser aller seule là bas. Si jamais on vous tue, Vama me le fera payer, moi j'vous l'dis. »  

Les sourcils froncés de colère, je portais finalement un regard lourd sur la jeune dame.  

« Vous n'irez pas seule. Je viendrais avec vous, que vous le vouliez ou non. »  

Réfléchissant à toute vitesse, je commençais à établir un plan...Il fallait qu'il soit parfait, simple, et qu'il nous permette d'agir en toute discrétion... C'est alors que mes yeux se posèrent  rapidement  sur l'intrus de la soirée .

« Juste vous et moi. Incognito. Je vous en dirais plus... plus tard. »

Prévenir mon Maître, retourner chez ma mère, affronter ses questions, contacter la bourgeoise pour lui transmettre mon idée... Pour une simple sortie, j'avais l'impression d'affronter à nouveau de gang des braconniers. Une bonne chose en somme, car cette fois, je ne me ferais pas avoir par l'engouement trop puissant et la dangereuse insouciance.

Faisant alors demi-tour après un dernier soupir, je levai la main de façon amicale comme pour dire aurevoir à ceux que je laissais derrière moi. Cette soirée m'avait vidée de mon énergie, et je n'avais pas voulu dire un mot de plus juste pour faire joli. Peu m'importaient les convenances, je ne pensais plus qu'à une chose... Me reposer l'esprit pour pouvoir éviter à la Sheï'Arcath de mourir à cause de sa curiosité trop importante.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Les illusions perdues sont des vérités trouvées   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum