AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Le prix du pouvoir   - Mar 13 Mai 2014 - 14:47

Moda l'imposteur (citoyen)

Solomon Valyssar était attendu dans une demeure dont il ignorait tout. Il y avait été conduit les yeux bandés par une escorte d'hommes à l'apparence la plus commune qui soit. Des gens propres à la mine avenante et aux vêtements modestes mais toutefois élégants. L'exacte opposé de l'image que l'on pouvait se faire de hors la lois sanguinaires. On avait fait au mieux pour le désorienter, le chemin qu'ils avaient parcouru semblait avoir traversé places, ruelles, traboules, entrer dans un bâtiment, prendre un escalier pour finalement arriver à nouveau à l'air libre puis descendre une échelle, monter à bord d'une embarcation, le clapotis des vague se mêlant aux cris d'enfants qui jouent juste à côté... Au dessus ? En dessous ? tout autour ? Lorsque tout sembla ne plus avoir de sens, l'itinéraire improbable avait fait son office. Le politicien était prêt à rencontrer son interlocuteur.

Lors qu'on l'autorisa à user de sa vision à nouveau, il se trouvait dans un corridor sans fenêtres tapis d'une moquette rouge sombre qui se prolongeait dans les ténèbres. Les hommes qui l'entouraient étaient différents des premiers; plus massifs, hirsutes, totalement dénués de leur apparence citadine classieuse.

"Le maitre vous attend" chuchotèrent-ils à l'unisson. Aussitôt dit, ils s'en allèrent. Une lourde porte claque derrière Solomon.

Devant lui le corridor s'étendais sur une distance difficile à évaluée, assez long pour que l'obscurité ambiante en masque l'extrémité. Le long de ses murs de briques inégales et tachés de suie étaient aménagées de petites alcôves renfermant des pièces mécaniques en bronze, des enchevêtrements complexes de roues dentelées imbriquées les unes dans les autres. Juste en dessous de la voute s'alignaient des horloges de toutes sortes. En raison de leur hauteur il était facile de les manquer pour peu qu'on ne lève pas les yeux . Aucune d'elle ne marchait; Elles indiquaient toutes onze heure précise. Leurs détails extravagants projetaient des ombres fantasmagoriques au plafond et leurs coucous pendant au bout de bras mécanique inanimés finissaient d'illustrer ce paysage macabre par leur sinistre augure.  

Le corridor se finissait par un gouffre béant. Un puis large de plusieurs mètres qui se perdait dans le noir autant en haut qu'en bas. Pas d'escalier, d'échelle, de corde, de corniche simplement des murs lisses, sans aspérités. Juste en face, trop loin pour pouvoir l'atteindre d'un saut ( ou même de deux ) une ouverture plongée dans le noir.

Moda détestait l'idée qu'on puisse le retrouver, c'était sa nature et, pensait-il, les efforts qu'il fournissait pour demeurer inexistant aux yeux du monde en dépit des quantité phénoménales d'or qu'il brassait chaque jour, étaient la seule chose qui le maintenait activement en vie. En quelque sorte, il n'avait pas tort. Quand on lui avait dit qu'un politicien cherchait à lui parler, quand on lui avait dit que cet homme voulait s'adresser à Allain Grandsabot et pour les mêmes raisons que celles qu'invoquaient hors la lois, mandiants, parias et pirates; son corps s'était figé, saisit d'une panique soudaine. Comment un tel homme pouvait-il avoir eu vent d'Allain? Qu'allait-t-il se passer si la milice décidait d'y mettre son nez elle aussi? En réalité, il n'y avait pas vraiment de quoi faire un flan, Allain avait gagné une notoriété incontrôlable, il était devenue une figure insaisissable, fantasque, redoutée et prisée. Cela le dépassait un peu à présent.

Hors de question cependant de laisser la moindre parcelle de hasard dans cette rencontre. Cette mise en scène millimétrée et théâtrale était réservée aux invités de marque, les chefs de gang un peu trop téméraires, les capitaines pirates trop imbus de leur autorité, les riches négociants un peu trop riches... et maintenant les politiciens.


Surprise, surprise:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Ven 11 Juil 2014 - 6:05

Solomon Valyssar (politicien)

Au même titre que les "aimables" malandrins qui l'avaient escorté depuis la ruelle où Duncan l'avait laissé - non sans s'incliner, avec une fausse décontraction -, le Politicien ne portait rien qui le distingua du commun. Pour la simple et bonne raison que son serviteur était aller piocher dans le linge des domestiques pour habiller son maître. Le Valyssar s'était permi pour seul ornement une canne discrètement ouvragée... Se laissant guider sans un mot, il avait perdu le fil des détours. Puis livré à lui dans un endroit bien atypique, il avait remonté un mystérieux couloir. Que de manières.. Me craindrait-il alors que je suis à sa merci ? Songea-t-il avec un sourire acide, au rythme souple de sa troisième jambe raide. Folie était un nom convenant à la situation. Folie que de laisser un hors-la-loi tirer les ficelles... Mais il fallait bien cela pour que l'un d'entre eux acceptent de se révéler un tant soit peu. Et s'il était une chose qu'il avait appris du Boon à son service depuis des décennies... C'était qu'il était malvenu de négliger les habitants des bas-fonds. Oeuvrant là où tous les Bien-nés jugent indigne de regarder.

La folie l'avait donc pousser à rencontrer, grâce aux anciennes relations de son serviteur, un certain Allain Grandsabot... Un nom qui, une fois que l'on cherchait à se renseigner à son sujet, n'en paraissait que plus indistinct, flou, légende parmi les petits... Légende dont le service avait un prix élevé.

Tant de poudre aux yeux... Tout ce dont Marchand & Borgeois se régalent. Et dont le Valyssar s'était lassé depuis longtemps.  Et voilà qu'il rencontrait enfin son hôte. Le Politicien se tint droit, appuyé sur sa canne, vêtu comme un serviteur, posant sur l'individu un regard clamant sa haute naissance... Ainsi était les Valyssar. Ainsi était son engeance.

Salutation, messire. Dit-il froidement, mais cordialement. Êtes-vous un énième pantin ?

Ainsi usait-il de la langue des nobles, pour évaluer son vis-à-vis. Méritait-il ses atours, ou n'était-il que vantardise et richesse grossièrement affichée ?

HRP:
 
avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Mar 29 Juil 2014 - 12:04

Le politicien avait du apercevoir sa silhouette dans l'alcôve ténébreuse de l'autre côté du gouffre, mais, s'il avait deviné que son intermédiaire était là, la vision qu'il avait du en avoir tenait probablement autant de son imagination que de l'image que ses yeux discernaient réellement car même les créatures les plus nocturnes n'auraient perçu d'avantage qu'un entrelacs de taches sombres sur fond noir. Moda se déplia lentement, sortant de son fauteuil avec une paresse feinte et s'avança presque jusqu'au bord du gouffre, pénétrant dans un cône de lumière ténue, juste suffisante pour délimiter ses épaules, sa tête, la forme des sourcilles de son masque. Le tout était noir. Son image apparu dans l'alcôve en face de Solomon mais inversée, les pieds accrochés au plafond et la tête pendant dans le vide.
Une voix, sifflante comme un murmure se faufila dans le dos du politicien tel un courant d'aire, et rebondi dans les tréfonds de la terre pour l'assaillir à nouveau.


"K... k... Kss, que tient, tient, une question qui a du sens, guignol ou tireur de ficelles ? Qui est quoi, qui ordonne et qui endure ? Et toi ... f... alyssar, que crois-tu être ? Toi qui entend s'adresser à la tête, énonce ta requête et j'annoncerais le cout."


La silhouette dans l'alcôve resta immobile, statue de ténèbres dans un replis d'obscurité, attendant les paroles de Solomon.



Surprise, surprise:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Mer 30 Juil 2014 - 5:29

Tel un acteur s'avançant sur la scène... Aidé d'un miroir ? L'agacement montait doucement devant les nouvelles facéties de son supposé hôte. Qu'il s'agisse de mise en scène ou de texte, l'individu s'y tenait. En tout cas, les intonations dénotaient une maîtrise certaine de la langue. La question pouvait donc se poser : où avait-il appris ? Les réponses en étant nombreuses. Le scélérat restait cacher... Y avait-il une autre raison que l'anonymat ? ... Mais là n'était pas la raison de sa présence.

Un homme occupé, comme vous-même. commença-t-il. Un homme qui sait beaucoup de choses, et qui a jugé de rigueur de savoir ce qu'en penseraient d'autres. De ces têtes qui ne tomberont pas, et pèseront encore dans la balance.
avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Sam 9 Aoû 2014 - 7:11

"Ah..."

Sa voix se perdit un moment dans la rumeur des sous-sols, où les échos de tout ce qu'il se passe dans et en dessous de la ville se fondaient en une parodie de mélodie à la fois froide et moite.

"Les connaissances, atout de force. Cela dit,  je doute que tu sois là afin de gagner quelques conseils hein?"


Le politicien ne semblait pas impressionné, mais son assurance ne venant définitivement pas de sa forme physique, il devait plutôt témoigner d'une certaine clairvoyance, une rationalité à l'épreuve des fourberies de Youeust, du moins temps qu'il était en mesure d'expliquer ce qu'il voyait. Le sang mêlé regretta à moitié de ne pas lui avoir préparer les petites blagues qu'il réservait à ses subordonnés trop indiscipliné ou aux chefs de gang un peu assoiffés de pouvoir - La technologie permettait des choses facilement attribuable au surnaturel - mais la partie la plus rationnelle de son esprit était résolue à ne pas envoyer ses interlocuteurs à l'hôpital ou la morgue sans une bonne raison.

"Alors, Aristocrate, énonce sans détours ce que tu attends temps que je suis enclin à t'écouter."


Surprise, surprise:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Dim 9 Nov 2014 - 12:15

Le Politicien se permit l'ombre d'un sourire amusé. Assez de ces jeux ? Le ton de son mystérieux interlocuteur avait gagné un peu de naturel, avec sa remarque narquoise. Tout en gardant des réserves, il apprécia sa franchise. En venir aux faits...

Il ne faut donc pas mettre à l'épreuve ta patience, homme de l'ombre et des murmures. Susurra le Politicien. L'information allait être lâcher. Ces quelques mots, qui pourraient lui valoir une chute - mortelle ?... - si ils venaient à être entendus par les mauvaises oreilles. Je ne t’ennuierai pas avec ce qui est dit sur ton compte. J'en ai simplement retenu que tu es personnage dont les propos ont du poids auprès des communs. Qu'ils s'agissent de simples citoyens comme de ceux dont les affaires sont régies par des lois... Différentes. Un simple silence. Un dernier instant de retenue. L'ordre en place va changer, pour notre bien à tous. L'appréciation rapide du plus grand nombre serait la bienvenue, car toute tentative de retourner en arrière ne serait que perte de temps et de moyens. La campagne en court ne saurait souffrir... Des troubles pouvant nuire au ravitaillement de nos troupes.

Les mots "guerre civile" n'avaient pas été prononcés. Et pourtant... Solomon sentit le poids sur ses épaules s'alourdir. Peut-être était-ce du au fait que par sa venue, il mêlait aux changements à venir une part de la population que l'investigateur de tout semblait avoir omis ?
avatar
Citoyen

On m'appelle Moda l'Imposteur


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (Sant - Poseinos)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 305
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 25
http://www.ile-joyaux.com/t1247-moda-l-imposteur
Posté dans Re: Le prix du pouvoir   - Sam 6 Déc 2014 - 16:12

Voilà, on y arrivait, mais le politicien restait toutefois frileux. A se trouver dans ce sous-sol à parler de coup d'état il avait peut-être de quoi se voir déjà se balancer au bout d'une corde. Si la menace était bien réelle, peut-être la requête était-elle honnête. Il y avait de quoi marchander mais il fallait rester sur ses gardes. Le sang mêlé avait plus ou moins eu des échos d'une rumeur qui prétendait des choses mais la précaution maladive de son vis à vis transformait toute ces spéculations folles en donnée infiniment plus concrètes. Un  dangereux jeu de pouvoir s’appétait à remodeler la face de Matroos et ce personnage de l'ombre qu'incarnait le sang-mêlé avait finalement gagné assez de poids pour être considéré dans cette balance instable. La proposition était toutefois à considérer avec recul. Même si Solomon ne l'avait encore pas énoncé très clairement, on attendait du meneur hors la loi une forme de soutient or, en prenant part à une telle mascarade il pouvait autant en tirer un immense profit que perdre jusqu'à sa vie. En collaborant il s'ouvrirait à des personnages aux pouvoirs effrayants qui pourraient se débarrasser de lui dés que l'ordre reviendrait et qu'on jugerait ce pseudo chef de l'ombre trop gênant. Bien sur il pourrait leur échapper en se réfugiant dans le personnage d'Errol Parhelion mais ce qu'il perdrait avec l'identité d'Alain Grandsabot n'avait pas de prix.

"Et qu'est ce qui te dis que je souhaite risquer mes forces dans ce conflit ? hein ? Quel gain?"

Si le politicien prenait son interlocuteur pour un chef, qu'il continue de penser ainsi mais à la vérité ce personnage mystérieux n'était ni plus ni moins qu'un employeur. Il avait un réseau vaste, efficace et bien organisé mais dont le seul ciment était la paye généreuse qu'il pouvait octroyer à ses hommes de main, en outre les intermédiaires qu'il disséminait stratégiquement le long de la chaine de commandement brouillaient volontairement le tableau si bien que personne ne pouvait être sur de savoir qui travail pour qui. Ce système finalement peu malléable, puisque inutilement complexe, fonctionnait principalement grâce à la routine instauré entre lui et ses principaux agents mais ne permettait pas d'action à grande échelle. Pour réunir les dizaines, voir centaines de groupe parfois constitué de seulement deux personnes, et les faire agir ensemble sans trahir la corrélation, le point de départ de tout le commandement,  nécessiterait une ingéniosité qui n'était pas de ce monde. Si le politiciens voulait simplement que ses hommes se tiennent à carreau pendant la durée du changement de pouvoir, il y aurait bien sur beaucoup moins de problèmes logistiques mais cela aurait un prix, et si la situation s'éternisait, il ne pourrait tout simplement pas forcer les centaines de hors la lois à se tourner les pouces pendant que le chaos s'emparant de Matroos offrirait des possibilités de pillage inespérées. Le plus simple serait de canaliser cette force vers des objectifs précis et multiples et apparemment sans liens, mais là venait encore un autre problème. Pour que ces actions soient bénéfiques aux comploteurs dont faisait partie Solomon, ne faudrait-il pas que ces mêmes comploteurs en désignent les cibles ? Et si ces homme dont Moda lui même ne connaissait peut-être pas l'identité n'étaient pas digne de confiance, ne risquait-il pas simplement d'envoyer ses propres hommes dans des pièges dressés à son encontre ?

"Et quelles... garanties ? "


Surprise, surprise:
 

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Le prix du pouvoir   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum