AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur

avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Lun 15 Sep 2014 - 9:53

Le soleil faiblard des Erfeydes disparaissait petit à petit derrières les pics imposants de la chaîne d’Adiem. La journée, pourtant, était loin d’être terminée. Du moins, pas pour tout le monde. Car dans les hauteurs montagneuses, non loin du col de Kuldahar, une antre brillait de vie. A l’intérieur, le totem palpitant d’ithilium laissait sa douce clarté éclairer la pénombre de la grotte. Juste assez, pour deviner les parois ciselées et finement sculptées. Les peintures reflétant la lueur. Le claquement des voiles accrochées au plafond, dont la fine brise les secouait longuement. Et autour de cette scène mystique au silence profond, une silhouette agenouillée, près de la pierre du Gardien. Priant.

Le craquement de la neige à l’extérieur tira Céléno de ses pieuses réflexions. Jetant un regard méfiant vers l’entrée de l’antre, elle se redressa lentement, avant de s’approcher. Entièrement de blanc vêtue, ses cheveux semblables à la couleur de ses vêtements de culte, se fondaient dans cette cascade de tissu. Son visage, lui, était recouvert d’une poudre cendrée, rendant sa peau grise, mais sur-lignée par deux cercles noirs dont ses yeux étaient entourés. Le reste de peau visible; ses mains et son décolleté généreux; était bariolée de tracés rouge sang. Un mélange étrange, mais envoûtant.

"Hän Hagen. Bienvenue. En quel honneur votre visite ?"

L’émissaire posa un regard intéressé sur l’homme qui venait d’arriver, toujours charmant malgré son âge qui courait, et accompagné de son aîné qu’elle reconnu. Elle hocha la tête doucement lorsqu’elle prit connaissance de l’objet de sa venue, et masqua un fin sourire. Se déplacer jusqu’ici pour prier en l’honneur de son clan et de sa faction, en période de guerre, révélait une puissante dévotion. Le Gardien ne manquerait pas de le sentir. Et Nivilk d’être au courant. Les Hänek de sa faction étaient de véritables croyants généreux et assidus. Il pouvait être fier. Comme elle.

S’apprêtant à se détourner pour s’approcher du totem central d’où la clarté provenant de l’ithilium n’avait pas cessé, Céléno capta un nouveau regard. Un petit bonhomme. Qu’elle n’avait pas remarqué au début, dissimulé qu’il était par les deux hommes. Un regard interrogateur en direction d’Halfred lui apprit qu’il s’agissait de Grim, son petit dernier. L’émissaire hocha la tête et lui fit signe de s’approcher. Ce dont il ne fit pas de suite.

"N’ais pas peur petit. Ici, tu es chez le Gardien, tu ne crains rien."

Sa voix n’avait rien de maternelle, mais la mélodie de ses mots accrochaient quiconque l’écoutait. Son regard, presque translucide, traversa le garçon alors qu’elle se détournait pour poser une main experte sur la pierre vibrante d’ithilium.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Mar 16 Sep 2014 - 5:36

Grim n'avait pas fait le choix de venir. Son père l'y avait contraint par la force, malgré l'aide qu'il devait apporter au Dispensaire, à Alenoä et à tous les blessés de guerre. Les premières heures, Grim lui en avait terriblement voulu pour son geste, le jugeant bien égoïste et terriblement cruel, d'infliger à la Guérisseuse de son Clan l'absence d'un apprenti. Mais depuis, le temps avait passé et plus la distance qui le séparait du village de Pleyrion s'était agrandie, plus le petit garçon avait compris que même en convainquant son père de l'inutilité de sa présence, il ne pourrait revenir seul en arrière.  Alors il lui avait pardonné. Il s'était également juré de prier pour elle et toutes les victimes de cette guerre insensée.

Ces derniers mois, l'état de fatigue d'Alenoä n'avait cessé d'inquiéter le petit garçon. Il ne lui avait pas été d'une très grande utilité malgré toute la hargne qu'il mettait à l'ouvrage. Les blessés n'avaient cessés d'affluer. Certains portaient des brûlures, d'autres revenaient avec un membre en moins ou un trou énorme dans la poitrine, se vidant malgré eux de leur sang. Il s'agissait de blessures qu'il ne pouvait soigner seul. Des blessures qui le marqueraient toute sa vie, car elles auront, par sa seule faute, tuées bien plus d'homme que n'en tueront jamais les prédateurs Erfeydiens.

Un faible gémissement lui échappa à cette pensée.

Halfred, visiblement très agacé par le comportement de son petit dernier, ordonna à son fils aîné de le traîner jusqu'à l'autel qu'il avait refusé de rejoindre. L'homme se montra peu conciliant avec son petit frère, qu'il espérait voir devenir un homme le plus rapidement possible. A son contact, l'enfant se ravisa de geindre à nouveau et baissa la tête, joignant les mains dans le dos pour cacher le tremblement de ses mains.

Il avait toujours trouvé ce genre de lieu effrayant. L'Antre. Lieu de prière et de dévotion. Un lieu très prisé par le Hön Nilvilk et ses hommes. Il y régnait une atmosphère particulière. Sombre peut-être. Mystique. Il était dans la maison du Gardien. La maison de celui qu'il était censé aimé plus que lui-même, plus que sa propre famille, plus qu'Alenoä elle-même.

- Tu es à peine plus fier que ta Sentinelle... marmonna Halfred avant de présenter ses excuses à la maîtresse des lieux.
- Je suis désolé...
- Céléno. Pouvons-nous commencer ? Plus que pour prier, je suis également venu ici pour enseigner nos usages à mon fils.
avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Jeu 18 Sep 2014 - 1:36

Le Clan Hagen requérait son aide. Bien plus que pour la victoire des leurs, Halfred souhaitait que son petit dernier apprenne les coutumes de leur peuple, notamment en matière de prières. D’un hochement de tête, Céléno approuva cette décision, alors qu’elle s’agenouillait devant le totem central. D’un signe de main, elle fit venir Grim près d’elle et le mit dans la même position, à genoux. Un regard vers le Hän lui confirma qu’elle pouvait le prendre en main le temps de leur présence ici. Alors, sa paume toujours en contact avec la pierre, elle souffla tout en fermant les yeux.

"Alors il apprendra."

Une rapide prière d’introduction fut prononcée en l’honneur du Gardien et par les membres du clan présents. Soulevant les paupières, l’émissaire déposa son regard translucide sur le bonhomme qu’elle avait fait venir près d’elle. Il était tremblant, bien plus de peur que de froid, et ses yeux fuyaient le contact de ceux de la maîtresse des lieux. Un vrai chevrin perdu et farouche, bien qu’il lui semblait même que l’animal soit plus courageux que lui. Il était plus qu’urgent qu’il se forge un caractère d’homme et d’erfeydien, tout simplement.  

"N’aimes-tu pas assez le Gardien pour que te quittes cette peur grotesque en sa maison ?"

Elle ponctua sa question d’une main posée sur l’épaule du garçon. En petit homme bien élevé, il fut obligé de la regarder, et elle lui adressa un sourire chaleureux, bien qu’aux étranges reflets de sévérité et de glace. Le laissant réfléchir à sa réponse, elle se redressa et se dirigea vers le fond de l’antre, avant de s’accroupir devant une petite cage. L’ouvrant, elle en sortit un Duniig vivant qu’elle saisit par la peau du cou, un coutelas sacré utilisé uniquement pour les sacrifices, et revint vers les trois Hagen. La vie d’un animal apportait  chance et victoire aux clans qui se déplaçaient jusqu’ici pour quémander l’intimité religieuse d’une antre et les paroles expertes d’un émissaire. Il était temps de leur donner tout cela. Et de confronter le petit dernier de la famille à la réalité d’un comportement pieux et dévoué.  

"Dis moi Grim, quel âge as-tu ?"

Demanda Céléno d’une voix doucereuse, mais aux intonations presque effrayants de mysticisme pour un enfant. En même temps que sa question, elle lui tendit le coutelas. Aujourd’hui, ce serait lui qui apporterait la gloire à son clan, en ôtant cette petite vie fragile pour la dévouer au Gardien. Et dans un sourire rassurant, elle montra du doigt la gorge du Duniig où il devrait trancher d’un coup sec, tandis qu’elle immobilisait le rongeur à moitié assommé de peur.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Jeu 18 Sep 2014 - 13:41

Certaines personnes, notamment les sages et les guérisseurs, assuraient que sauver la vie de quelqu’un revenait à établir un lien sacré avec lui. D’autres, peu enclins à de telles croyances, parlaient de reconnaissance et de dette. Grim n’avait jamais su faire la distinction entre les deux. Un merci, sonnait à la fois comme un remerciement et une dévotion. Un sourire portait le poids de la gratitude et de l’affection. Une main tendue témoignait tant de l’emprise du guérisseur sur la vie d’un homme que de celle du patient sur son bienfaiteur. Guérir était un don, mais aussi un choix. Tuer, en revanche, était un acte de barbarie sans nom, que Grim ne pouvait encourager.

- J'ai...j'ai huit ans...dit-il, la gorge nouée.

Entouré de l’Émissaire, de son père et de son frère, Grim n'était pas très à l'aise. Son bras tremblait de commettre un tel acte. Il ne s'agissait pourtant que d'un Duuning. Un Duuning destiné à rendre la vie des siens meilleure. Pourtant, il fut incapable de l'égorger. Tuer pour le Gardien n'avait aucun sens, alors que tant d'hommes perdaient la vie sur le champ de bataille. Mettre au monde de nouveaux enfants ; soigner ses blessés ; chasser l'ennemi des terres gelées : il n'y avait pas meilleur moyen pour honorer le Gardien, que de vivre et donner la vie en son honneur.

- Imbécile...cracha Halfred.

Il leva la main sur son fils, prêt à lui donner la correction qu'il méritait pour sa lâcheté. Mais il se retint à temps, prenant conscience qu'il était dans un lieu sacré et qu'il n'était pas bon de se battre au regard du Gardien. Il se jura en revanche de lui enseigner ce qu'était un vrai homme, une fois de retour au village.

- J'aimerais m'occuper du sacrifice, Céléno. En l'honneur de mon Clan, de mes...fils, et des guerriers qui se battent au nom du Gardien et du Clan Hagen. Cet enfant ne mérite pas un tel honneur.
- Je ne suis plus un enfant ! se défendit-il, vexé.

Grim égorgea l'animal. Maladroitement, mais suffisamment fort pour le tuer sur le coup. Le sang gicla sur son visage et coula le long de ses joues blanches. Il ne lui fallut pas longtemps pour prendre conscience de ce qu'il venait de faire et lâcher la petite lame d'un geste brusque. Son cœur s'emballa et ses doigts se nouèrent sur la pierre sanguinolente. Il n'était pas fier de son geste. Il en avait même terriblement honte.

- Tu es bien mon fils...ricana Halfred.
avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Ven 19 Sep 2014 - 11:43

La colère d’Halfred était palpable, tout comme la honte qu’il ressentait d’avoir engendré un petit homme incapable d’accomplir un geste pieux et sacré. Prêt à réparer cette erreur à la place de son fils, Céléno les observa avec attention et sans bouger, s’attardant surtout sur Grim qui, visiblement, digéra mal la remarque de son géniteur. S’interposant, il trancha finalement la gorge de l’animal qui s’immobilisa sans avoir eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Le contre-coup d’un tel geste fut immédiat, et l’enfant lâcha brusquement le coutelas, les mains ensanglantées.

"Tu es peut-être moins peureux que tu n’y parais finalement."

Souffla l’émissaire avec un sourire fin et malin. Se redressant, elle s’éloigna de nouveau dans le fond de la grotte et revint avec un bout de tissu humide. Se penchant vers Grim, elle s’accroupit pour se mettre à sa hauteur, et tout en s’appliquant à lui nettoyer le visage et les doigts, elle lui expliqua :

"Il a trois manières de tuer. La première est celle qu’utilise les envahisseurs contre nous. Ils tuent pour envahir, pour piller, pour le plaisir et pour leurs seuls intérêts. La seconde est celle que nous manions. Nous tuons pour nous protéger, défendre nos familles, nos villages et nos vies. La troisième est celle que les gens comme moi considèrent comme la plus honorable. Je tue pour rendre sacré, pour dévouer un sang innocent au Gardien, enfin qu’il garde celui de nos frères et qu’il l’empêche de couler sur la glace."

Elle baissa la main, terminant sa tâche, et plongea son regard translucide dans celui de Grim. Il était jeune encore, ce petit homme. Mais il était en âge de comprendre. Comprendre que ceux qui protègent les siens n’étaient pas que des combattants féroces et valeureux. Les guérisseurs avaient aussi leur part de gloire, le simple citoyen aussi. Les émissaires tout autant.

"Il n’y a rien de honteux à sacrifier une vie contre plusieurs. Les hommes que tu vois se battent pour notre peuple. Mais ils ne seraient rien sans l’amour du Gardien qui les guide dans leur combat. Et cet amour, comme tous les autres, il faut le stimuler."

Elle concocta un sourire rassurant, et tout aussi chaleureux qu’elle le pouvait, malgré l’étrange maquillage qui ornait son visage et son décolleté. Halfred avait raison, il était temps qu’il apprenne, et surtout, qu’il comprenne. Du haut de ses huit ans, Grim semblait encore vivre dans une réalité utopique où les soldats étaient des héros de guerre et le reste de la population servait à les applaudir à leur retour de bataille. Mais la triste réalité d’un peuple à feu et à sang était plus complexe.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Ven 26 Sep 2014 - 14:46

Aux propos de l'Emissaire, Grim hocha la tête, même s'il n'était pas du tout d'accord avec la manière dont on rendait hommage au Gardien. Curieux de nature, apprendre et faire apprendre était l'une de ses activités préférées. Il aimait rendre service et il était même très apprécié pour ça, tant par ses voisins, ses patients que ses amis. En revanche, à son courage, très modeste, ne s'alliait ni la spiritualité, ni la ferveur. Tuer un animal, un homme, pour satisfaire le Gardien et offrir aux guerriers le courage, n'était pour lui qu'un acte gratuit de barbarie, une conviction chimérique aux conséquences malheureuses.

- Qui est le Gardien, Céléno ? Comment est-il ? demanda l'enfant.

Grim avait déjà interrogé Kataleyah sur cette question, il y a plusieurs mois de cela. Mais, malgré qu'elle soit l'Oracle en personne, elle n'avait pas été en mesure de lui apporter de réponses concrètes. Il avait cette fois l'espoir d'obtenir plus de renseignements. Céléno était une femme proche du Gardien, du moins elle devait l'être plus que n'importe qui pour vivre dans cette grotte sans jamais ressentir le besoin de retourner à une vie normale.

- Pourquoi il ne se montre jamais, alors que tous l’idolâtrent ? L'as-tu déjà vu ?

Joignant les mains dans son dos, il ajouta :

- Peut-être qu'en fait il n'a jamais vraiment exis...

Un bruit violent retenti dans la petite grotte. Halfred, exaspéré par les questions déplacées de son fils, lui infligea sans retenue une gifle rententissante. Ignorant le sang qui coulait le long de la lèvre de son fils, il prononça d'une voix forte :

- Ouvre encore une fois la bouche et Hagen ne sera plus ton nom, gamin.
avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Dim 28 Sep 2014 - 5:28

Il était jeune, très jeune. Et sa foi encore nouvelle, naissante. Ebranlable aussi. A cet âge, que l’on soit erfeydien ou d’un autre peuple, le plus important restait la vie. Pourquoi mourir ? Pourquoi tuer ? Pour qui ? Le plus important était de la préserver. Tuer était forcement mal. Guérir forcement bien. Une réaction normale et enfantine. Mais humaine. Malgré toute la dévotion dont était capable Céléno, elle ne pouvait en vouloir à ce bonhomme. De ne pas comprendre, et de choisir la vie.

Bien que jeune, il était pourtant loin d’être idiot. Remis rapidement de ses émotions après le sacrifice, il s’approcha d’elle et posa une ribambelle de questions. Un sourire s’était dessiné sur les fines lèvres de l’émissaire, avant de disparaître tout aussitôt. Ses yeux s’agrandirent à mesure qu’il formulait sa dernière remarque. Et elle sursauta quand le claquement violent de la gifle retentit et résonna à travers les parois de l’antre. Halfred avait mis fin à des paroles blasphématoires à temps, car il avait beau être un enfant, remettre en cause l’existence du Gardien relevait d’un crime dont était mortellement puni les déserteurs. Et quel dommage de devoir faire subir à un gamin la même chose.

"Je l’ai vu en rêve oui."

Commenca t-elle pour détendre l’atmosphère en s’appliquant à répondre aux questions du petit. Attrapant la main de Grim, elle le tira vers elle et lui désigna le totem central. Guidant ses doigts, elle le laissa toucher la pierre chaude, ressentir les pulsations de l’ithilium qui donnait vie à cette antre, et tout simplement au monde qui les entourait.

"Je ne sais pas à quoi il ressemble Grim, à chaque fois que je le vois, c’est une apparition floue et désordonnée. Un Oracle saurait sans doute mieux te le décrire que moi. Mais ce dont je suis sûre, c’est que s’il n’était pas là, nous n’aurions pas tout ça."

Appuyant ses paroles, elle caressa le sol de la grotte qui se fissura pour laisser passer des racines venant s’enrouler autour des jambes de l’émissaire. Le maillage végétal était si serré que l’on pouvait croire à une peau d’écorce, et en un rien de temps, elle les renvoya d’où elles étaient venues. Tournant un visage paisible et concentré sur l’enfant, elle le couva d’un regard presque maternel et souffla :  

"Ton don s’est-il déjà manifesté ?"

Bien qu’encore jeune, il semblait pourtant en âge d’avoir découvert le cadeau offert par le Gardien. Si c’était le cas, alors elle aurait de larges possibilités de lui expliquer et de lui prouver l’existence du Gardien. Sinon, elle devrait lui apprendre la patience, et tôt ou tard, il en serait récompensé. Tout ce qu’il devait garder à l’esprit, c’était que le Gardien veillait bien sur eux, qu’importe qu’il se montre ou pas.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Lun 29 Sep 2014 - 6:35

- Oui.

Surveillant du coin de l’œil les agissements de son père, Grim n'osa ni montrer ses talents à l'émissaire, ni même bouger le petit doigt. Il n'avait gardé aucun souvenir des circonstances dans lesquelles il avait utilisé le Lien pour la première fois. En revanche, il se rappelait qu'il s'était manifesté alors qu'il était encore très jeune. Il n'avait, s'il en croit les paroles de son frère, pas tout de suite osé montrer à ses proches ce dont il était réellement capable, du moins jusqu'à ce qu'enfin, une occasion unique de rendre le lien utile aux autres le pousse à se montrer moins timides sur ce sujet. Étonnamment, il était lié à l'élément du feu, alors que tout chez lui le comparait à la glace.

Grim haïssait le crépitement des flammes dans la cheminée, la couleur rougeoyante du métal qui sort de la forge. Il craignait cet élément qui, s'il n'est pas correctement maîtrisé, peut détruire toute vie sur son passage. Il ne se sentait pas lié à lui par autre chose que le Lien. Il aurait pourtant aimé être aussi fort, aussi respecté et aussi admiré que la flamme qui dévore la forêt ou fait fondre les épées. Mais la peur, encore très présente chez lui, l'en en empêchait.

- Je...je brûle les pansements et désinfecte les outils que mon Maître utilise pour soigner les blessures des villageois et des guerriers. Et...je pensais pouvoir...

Depuis quelques mois, il avait une idée à l'esprit.

- Je pensais pouvoir arrêter le sang de couler en brûlant...en brûlant les tissus et comme ça...ils ne mourront pas...tous...Mais je n'y arrive pas...
avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Dim 5 Oct 2014 - 5:45

Aussi peureux qu’il en avait l’air, Grim Hagen témoignait d’un esprit redoutable pour son jeune âge. Et si Céléno s’était confié l’intime mission de le convaincre de l’existence du Gardien et de la foi qui l’habitait forcement, elle resta surprise devant la maturité et la bonté de ses paroles. Pour lui, tout n’était qu’entraide et vie. Son Lien n’était pas qu’un cadeau du Gardien, il était ce qui lui permettait de sauver des gens, et il ne le voyait pas autrement. Une idée réduite, certes, mais pouvait-on vraiment le reprocher un garçon qui n’avait même pas vécu dix ans.  

"C’est une idée excellente Grim. Te servir de ton Lien pour cautériser les plaies qui saignent…"

Cette idée était excellente, bien qu’ardue en pratique, elle éveillait une certaine réflexion dans l’esprit de l’émissaire. Peu de gens se servaient de leur Lien directement sur les tissus pour guérir. Ce qu’imaginait Grim était à la fois presque impossible à imaginer, et en même temps, révolutionnaire. S’il parvenait à le mettre en pratique, de nombreuses personnes pourraient le remercier d’avoir la vie sauve.  

"Je suis certaine qu’avec de l'entraînement, tu y parviendras. Le tout est de s’exercer convenablement."

Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas commencer dès maintenant ? Dans un rapide coup d’oeil en direction d’Halfred, elle saisit le coutelat qui avait servit pour le sacrifice et s’entailla la paume de la main. Très légèrement pour qu’aucune douleur n’en subsiste plus tard, ainsi qu’aucune gêne, mais tout de même assez pour que le sang coule généreusement et ne coagule pas immédiatement.

"Tiens."

Déclara t-elle en tendant la main blessée vers le bonhomme. Le sang gouttait avant de s’écraser sur le sol froid de l’antre. Dans un sourire rassurant, elle crocheta son regard angoissé et ne le lâcha plus.

"Essaie de me soigner. Ce n’est qu’une petite coupure, mais imagine que ma vie en dépend."

Il devait y parvenir, croire en la grandeur du Gardien et réussir à refermer cette ridicule plaie. Elle était certaine qu’il en était capable. Le tout était de croire. Et dans son cas, la foi était un peu trop vacillante.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Mer 8 Oct 2014 - 5:54

- Pourquoi vous avez fait ça ?

Inquiet pour la santé de l'émissaire, le petit garçon attrapa sa main, avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait en vérité que d'une petite coupure sans gravité. Soupirant de soulagement, il porta sur la femme un regard sévère, lui reprochant et son geste, et son comportement nonchalant. Beaucoup d'hommes et de femmes, au Dispensaire, luttaient pour survivre. Et cette femme, si puissante et respectée soit-elle, s'entaillait elle-même la main, risquant, pas ce geste modique, d'attraper à son tour une maladie. Si les risques étaient faibles, ils n'en étaient pas moins inexistants.

- C'était stupide !
- Grim ! hurla Halfred.
- Je ne fais que dire la vérité !

Il ne savait pas cautériser correctement. Il s'en savait parfaitement incapable. Il la brûlerait. Il la blesserait plus qu'elle ne l'est déjà. Il était donc hors de question qu'il en face plus. Déchirant un pan de sa cape, le petit garçon en entoura la main de l'émissaire, avant de croiser les bras pour lui faire comprendre qu'il était inutile d'insister. Il voulait progresser, s'améliorer, mais pas au détriment d'autres personnes. Cette femme ne semblait pas avoir pris en considération les effets indésirables que pourrait avoir une telle expérience.

- Je vais vous faire mal...

L'enfant porta un regard à Halfred. Il voulait rentrer. S'éloigner de cet endroit. Ne pas être condamné à pratiquer ici le Lien, ce Lien qu'il craignait tant. Joignant les mains sous sa cape, il détourna le regard et attendit patiemment que son père donne enfin l'ordre ultime ; ou encore que l'émissaire perde patience et les laisse à leurs occupations. Elle semblait pourtant bien déterminée à consolider son amour du Gardien. Quel pouvait bien être la raison qui poussait cette femme à se montrait si dévouée en cette entité méconnue ? La solitude ? La peine ? L'amour ? Le fanatisme...?
avatar
Émissaire

On m'appelle Céléno Thogen


Infos Personnage
RANG: Artiste en sacrifice & Conseillère de l'ombre - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Une antre à proximité de Pleyrion
MON AGE : 30 ans
Féminin
MESSAGES : 97
AGE : 23
INSCRIT LE : 21/08/2014
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 59
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Jeu 9 Oct 2014 - 11:31

"Tu n’es donc véritablement qu’un incapable."

La voix de Céléno, douce et compréhensive jusqu’à présent, venait de claquer, résonnant entre les parois de la grotte, s’agrippant sournoisement à ceux qui étaient présents. Et concernés. Les prunelles quasi translucides de l’émissaire s’accrochèrent au visage fin et naïf qui faisait mine de bouder devant elle. Il n’était pas un homme. Il ne méritait même pas d’être erfeydien et de fouler un sol que tant de sang souillait pour le protéger. Dans un geste méprisant, elle retira sa main et déchira le pansement de fortune qu’il venait de lui confectionner. Elle se redressa, le surplombant de sa hauteur. D’une hauteur tout à coup beaucoup plus effrayante, avec cette peinture corporelle étrangement luisante sous les rayons du totem central.

"Je suis désolée Halfred, je pensais pouvoir t’aider à ôter ce sentiment de honte qui semble te ronger dès que tu poses les yeux sur lui. C’est impossible."

Déclara t-elle tout aussi sèchement, bien qu’elle éprouvait une grande amitié pour le chef de clan. Ses paroles avaient été accompagné d’un geste amical, une main posée sur son épaule robuste. Son regard lui, était dur, et n’accordait même plus une once d’attention à Grim. Il ne valait plus rien que d'être traité comme un animal effarouché ou un simple lâche.  

"S’il ne devient pas déserteur et condamner à périr pour sa trahison, il mourra seul de peur tant il est couard."

Cette remarque ajoutée fit grimacer l’aîné du petit apprenti guérisseur, et retint un rictus de moquerie. Au moins, celui là n’avait-il pas peur des sanctions ou même de la franchise. Une ombre de sourire se dessina sur les lèvres de Céléno lorsqu’elle croisa le regard malicieux de l’adolescent. Le Gardien, elle en était certaine, le protégerait et le mènerait très loin. Redressant le visage, elle s’avança vers l’entrée de l’antre et fit signe à Halfred de s’approcher d’elle.

"Va en paix Halfred, le Gardien veille sur le reste des tiens et les protège en ces temps de guerre."

Sa bénédiction avait été soufflée, comme un songe ou une brise qui se glisse discrètement dans le creux de la nuque. D’un sourire aux reflets mystiques, elle les invita à se retirer. Le chef du clan Hagen avait fait ce qu’il voulait, seul subsistait une tâche ineffaçable dans un décor de détermination aussi ancrée. Se tournant vers le petit garçon qui semblait vouloir fuir d’ici plus vite que son ombre, elle se pencha vers lui, approchant son visage près du sien et murmura, non sans alléger un ton menaçant et froid:

"Quant à toi Grim, tu ferais bien de faire des efforts si tu ne veux pas devenir comme ces étrangers. Un ennemi."

Se redressant sans plus de mots, elle lui adressa un dernier regard dédaigneux avant de composer un visage serein et chaleureux pour les deux autres hommes. Et, dans l’obscurité qui happa les silhouettes des Hagen, Céléno retourna au fond de son antre, guérir une coupure qui n’avait pu sauver la foi d’un homme, et prier pour son salut.
avatar
Peuplade

On m'appelle Grim Hagen


Infos Personnage
RANG: Alenoä Osfrid, Céléno Thogen, ...
VILLE & APPARTENANCE : Village de Pleyrion - Clan Hagen
MON AGE : 8 ans
Masculin
MESSAGES : 116
AGE : 24
INSCRIT LE : 18/05/2013
PSEUDO HABITUEL : Mowiel Solverre
Joyaux : 88
http://www.ile-joyaux.com/t2391-journal-de-bord-de-grim-hagen http://www.ile-joyaux.com/t1587-grim-hagen
Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   - Dim 12 Oct 2014 - 13:17

Quel crime avait-il commis, pour ainsi se voir menacé de devenir comme l’un de ces étrangers ? Il n’était pas très charismatique, mais sa faible constitution excusait assez cette faiblesse. Quant à soigner la main entaillée d’une émissaire...le courage lui manquait. Il avait peur de la réaction de la patiente et des membres de sa famille s’il échouait dans son entreprise. Il avait plus encore peur du jugement du Gardien, alors qu’il opérait au sein même d’un lieu de culte. Et il rejetait l’idée qu’un être vivant, quel qu’il soit, puisse volontairement se blesser dans une entreprise purement égoïste. Sa conscience...n’était-elle pas seulement un prétexte, un alibi, pour échapper à ce qui lui faisait le plus peur ? Sa gentillesse, sa douceur, le mèneraient-elles à une vie de misère et de honte, comme celle des Déserteurs et des étrangers ? Céléno portait-elle la vérité, ou bien ne lui avait-elle dit cela que dans le seul but de l’effrayer ?

- Je ne…
- Ferme-là, Grim, cracha Halfred, tandis qu’il le tirait sèchement par le col, depuis leur départ de la petite grotte. Tu me fais honte. Je devrais te chasser du Clan pour la manière dont tu viens d’agir, mais à quoi bon ? Tu t’enterreras bien assez tout seul.

L’enfant retint ses larmes. Il avait huit ans déjà et n’était ni capable de tenir l’épée, ni capable de mettre en valeur la puissance de son Clan. Tous le voyaient comme un enfant, alors qu’il devrait déjà être vu comme un jeune homme en voie de servir le Clan, le Village et le Gardien. Ses larmes, malgré lui, coulaient dans toutes les situations qui le contrariaient, que ce soit lors de la mort d’un patient, lors de l’attaque d’un animal ou lorsqu’il se retrouvait affublé de paroles blessantes et sévères. Redressant fièrement le menton, il chercha le réconfort dans les paroles que prononçaient souvent son maître, lorsqu’il perdait courage ; dans les sermons, les morales et les remontrances de celle qu’il admirait tant.

Mais plus que tout aujourd’hui, il voulait fuir. Partir très loin du sud, du village et des membres de son Clan. Rejoindre le Nord pour y vivre le restant de ses jours, sans que personne ne puisse le juger sur ce qu’il avait toujours été : un lâche, un faiblard. Une tare.

Citation :
Halfred, son fils aîné et Grim vont à la rencontre de Céléno, l'Emissaire. Halfred vient prier le Gardien pour que ses hommes gagnent contre la menace étrangère et que Grim renforce sa foi. Malheureusement, l'immaturité de Grim va causer un grave préjudice au Chef du Clan Hagen.

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Que le souffle du Gardien réchauffe votre coeur   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum