AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans [RPFB] Un regard suffit.   - Mar 21 Oct 2014 - 9:33

L'isolement était devenue une sale habitude qu'il avait acquise ici même au sein du quartier général des veilleurs pourpres.
Immobile se focalisant sur son entraînement, Wiver, se maintenait dans une position de pompe classique par la seule force de ses bras légèrement au-dessus du sol.
Depuis combien de temps était-il ici ? Voilà maintenant plusieurs heures qu'il s'était mis à l'écart de ses camarades lui qui est si souvent sollicité en cas de besoin pour une patrouille ou faire régner l'ordre au sein de Korrul. Lui qui pensait que l'isolement était une punition à son entrée au sein des veilleurs pourpres voyait aujourd'hui un certain intérêt à se retrouver seul. Face à soit-même.
La chaleur ambiante rendait l'exercice difficile, des gouttes de sueur se formant de part et d'autres du corps du jeune combattant.

On vint alors le sortir de cet  état que l'on pourrait qualifier de méditative. Deux soldats vinrent à sa rencontre engageant d'un signe rapide de la main gauche apposée sur leur bouche en signe de salut la discussion.

Veilleur Wiver nous sollicitons votre présence, si vous voulez bien nous suivre.


Dans un élan maîtrisé il se releva lentement, inspirant profondément il leur rendit dans un geste vif leur signe de salut apposant sa main gauche sur sa bouche puis engagea à son tour la conversation.

Accordez-moi quelques instants...


Les soldats sortirent de la salle sans poser de questions. Le jeune homme souleva un seau d'eau qu'il renversa sur l'intégralité de son corps. L'eau était tiède, ce n'était pas étonnant contenu de la température ambiante du lieu où il se trouvait.
Prenant le temps de se changer, il s’essuya rapidement avant d'enfiler la tenue réglementaire des veilleurs pourpres.
Sortant de la salle accompagnée des deux soldats l'encadrant à sa gauche et à sa droite il les interrogea sur cette fameuse « sollicitation ».  

Qui me demande ? C'est à propos de mon frère ?


Marchant d'un pas assuré et rapide l'un des soldats lui répondit tentant vainement de suivre le mouvement.

Lysean Vara'Da requière votre présence, le bras droit à ses raisons nous n'en savons pas plus que vous.

Un rictus se forma sur le visage de Wiver, cela le frustrait presque de ne pas savoir pourquoi il était convoquer. Non la question la plus importante n'était pas tant de savoir pourquoi mais par qui. Le bras droit en personne des veilleurs pourpres. Il en avait entendu parlé et n'avait encore jamais rencontré en personne celle ci.
Fronçant les sourcils un court instant avant de poursuivre sur le couloir menant aux infrastructures des officiers il ne posa aucune autre question.
Impassible et fier, telle  une statue de pierre Wiver se retrouva face à la porte d'un des officiers les plus prestigieux du corps d'arme auquel il était affecté.
L'un des soldats toqua trois fois avant d'entrer. Se fut ensuite le tour de Wiver laissant le deuxième soldat l'accompagnant sur le carreau la porte se refermant aussi rapidement qu'elle fut ouverte derrière lui.

Je m'avançais à une distance raisonnable fixant mes pieds puis remontant mon regard sur les siens. Mes mains joints derrière mon dos je relevais mon regard sur les jambes, la tunique et enfin le visage qui me fixait.
Elle était plutôt grande, légèrement moins que moi mais pour une femme elle était  déjà plus grande que les autres.
J'observais sans dire mot un court instant ses yeux brillants, d'une pigmentation dorée qui de son teint légèrement mat illuminait son visage.
Je passais respectueusement ma main gauche sur mes lèvres la saluant avant de repositionner ma main derrière mon dos.
Je me risquais de prendre alors la parole moi qui n'était pas du genre à laisser le silence s’éterniser plus de quelques minutes la fixant et l'observant attentivement.

Kri'ndezur Wiver veilleur pourpre au sein de la section exploration à votre service. Vous souhaitiez me voir ?
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   - Lun 27 Oct 2014 - 16:37

Comme tous les matins depuis qu’elle avait pris le poste de Bras Droit des Veilleurs Pourpres, Enaïa se levait à l’aube, dès le premier petit rayon de soleil perçant les nuages. Aucune fatigue, aucune lassitude dans cette routine qui la maintenait éveillée parfois plus de vingt heures par jour. Aucune démotivation et aucune déloyauté dans ce rythme soutenu qui l’obligeait à tenir un poste essentiel dans l’administration des Veilleurs Pourpres. Tantôt en mission, tantôt dans son bureau, sa vie n’avait rien de calme, rien de stable. Et c’est justement ce qu’elle aimait. De l’amour elle ne connaissait rien, seulement celui pour Ruyn. De la famille elle ne regrettait rien, celle des soldats de Korrul en formant une à part entière. Que demandez de plus ? Que se battre pour son pays et son dieu.

Alors, comme tous les matins, elle enfila une tenue légère et disparu dans les couloirs du QG pour s’entraîner au calme, avant de prendre ses fonctions et de rejoindre son bureau. Glissant sous l’eau froide en rentrant dans ses appartements, elle se changea, revêtant la tenue pourpres des Veilleurs et marcha jusqu’à sa pièce de travail, attenante à son lieu de repos. A peine installée derrière les premiers papiers à traiter, un soldat entra sur son invitation et lui apporta de quoi grignoter. Derrière elle, la large baie vitrée donnant sur l’extérieur du QG brillait sous les vrais premiers rayons de soleil. Terminant son petit-déjeuner, elle laissa les consignes à l’homme qui ressortit en hâte pour les exécuter.

Elle n’eut besoin d’attendre que quelques instants, avant que des coups à la porte lui indiquent que sa première volonté de la journée était déjà là. Se levant, elle lissa ses vêtements et faisait le tour du bureau, s’appuya contre tout en détaillant le jeune soldat qui venait de faire son entrée. Ecoutant ses paroles, elle lui rendit son salut et répondit sans plus tarder.

"Soyez le bienvenu soldat Kri’ndezur. Je suis ravie de vous rencontrer enfin. Votre réussite vous a précédé jusque dans mon bureau."

Elle lui adressa un sourire chaleureux, comme il était coutume d’en croiser sur le visage lumineux de la jeune femme. Désignant l’un des fauteuils près d’elle, elle l’invita à venir s’y asseoir alors qu’elle même retournait à sa place, de l’autre côté du bureau. Se servant à boire, elle lui en proposa rapidement, profitant de cette politesse pour l’observer attentivement.

"Je tenais en effet à vous parler. Pour vous féliciter dans un premier temps, vous êtes l’un de nos meilleurs soldats, et je suis heureuse de pouvoir vous compter parmi nos plus hauts-gradés."

Commenca t-elle finalement, après une gorgée de lait de Capri chaud. Elle laissa son regard doré se promener sur le visage sérieux de Wiver, le temps pour lui d’assimiler ses paroles et d’y répondre. Puis, sans perdre de temps, elle reprit d’une voix toujours calme aux intonations chaudes et chantantes.

"Je souhaitais aussi m’informer de votre bien-être, tout simplement. Votre vie de soldat vous convient-elle ? La plupart étant partis aux Erfeydes pour se battre, j’espère que ceux restant sont toujours sur le pied de guerre et prêt à défendre à nos frontières et nos maisons."

Les rapports réguliers de ses soldats lui avaient permis de savoir que Wiver était de loin l’un des meilleurs soldats encore présents à Korrul, et il était nécessaire de pouvoir compter sur lui dès à présent qu’il était capable de mener à bien une mission seule, et de commander un groupe d’hommes.



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   - Dim 2 Nov 2014 - 14:50

La présentation se fit brève et pourtant ce sont ses instants aussi courts soient-ils qui sont les plus importants. Connaissez-vous le principe de « la première impression », certaines personnes en sont intimement convaincues.
Concernant l'état d'esprit de Wiver, celui-ci fonctionnait dans un sens s'y rapprochant clairement. L'observation se poursuivait de l'un vers l'autre, il en était pleinement conscient. Le timbre de sa voix était à la fois doux et empli d'une certaine candeur.
Écoutant attentivement mes yeux cherchaient à tenir face au regard que me rendait cette illustre femme qui en tout point était non seulement ma supérieure hiérarchique. Mais aussi l'une des plus respectées par ses actes passés.

Certaines personnes penseraient à un manque cruel de respect à soutenir le regard d'un haut gradé. Une insulte, une offense bref appelez ça comme vous voulez. L'idée quant à moi, ne m'avait jamais traversé l'esprit.
Ce phénomène rasoir était pourtant facilement constatable entre les simples soldats et les officiers. Ces individus sentant l'odeur d'une crainte serte compréhensible face à une situation ou le malaise règne entre eux et leurs supérieures au point où leurs yeux fuient tout contact visuel avec le visage de leur interlocuteur vers un espace légèrement plus haut tel que le ciel par exemple.
En étaient-ils pour autant plus à l'aise ? À mon avis il s'agissait là de pure lâcheté plutôt que de respect envers autrui.

Je m'attendais à un certain protocole de la part de cette femme empreinte d'un caractère qu'on qualifiait de bien trempé. Mais je ne me faisais pas prié prenant place sur le fauteuil qui m'était destiné je faisais néanmoins attention à ne commettre aucune maladresse m'asseyant après celle-ci.
Je n'avais pas particulièrement soif, l'eau était une ressource précieuse à notre peuple et même si nous n'en étions pas à court je réfléchissais à deux fois avant d’accepter ou décliner son offre.
C'est dans un sourire léger que j’acceptais la remerciant au passage pour le verre d'eau que je buvais sans plus de retenue gardant mes yeux rivés sur celle-ci.
La raison de ma convocation occupait mon esprit, je n'avais obtenu aucune réponse des soldats qui m'accompagnaient auparavant au sujet de mon frère. J'étais à la fois curieux et inquiet. Soucieux de son comportement plutôt « étrange » en tant que frère aîné j'assumais pleinement la responsabilité de celui-ci.

J'étais aux aguets, écoutant et analysant méticuleusement tout ce qu'elle me disait. Je me laissais pourtant distraire, sa gestuelle et sa façon d'être bien que surprenante pour une convocation dégageaient un certain charme et une prestance unique en son genre.
Ayant assimilé toutes les informations qu'elle me dévoilait je fus dans un premier temps surpris puis finalement soulagé.
Ne rien faire paraître sur mon visage me semblait être une tâche difficile et puis tant pis il y avait parfois des moments même avec la meilleure volonté du monde on ne peut pas échapper au regard des autres.
Restant le plus neutre possible j'inclinais respectueusement le haut de mon corps vers celle-ci déclarant.

C'est un très grand honneur que vous me faites... Je ne fais que mon devoir parmi tant d'autres m'employant à servir Korrul et notre tout puissant Dieu Ruyn du mieux que possible.


Je reprenais une gorgée d'eau, remarquant qu'elle me comptait « parmi ses plus hauts gradés ». Perplexe-je n'osais sur le coup reprendre la parole laissant celle-ci poursuivre.
La gorge du soldat aux yeux rouges orangé se nouait subitement. Ses paroles aussi touchantes soient-elles ne rendait pas plus à l'aise Wiver. De nature plutôt discrète et surtout quand il s'agissait de parler de sa condition d'être humain, celui-ci n'était pas avare en parole.
Ne pas répondre et laisser un silence pesant seraient encore plus embarrassant pensa-t-il reposant son verre et ingurgitant l'eau au sein de sa trachée.
Toussant légèrement pour se racler la gorge il déclara de la manière la plus simple possible.

Je ne me plains pas de ma condition de veilleur... Les Erfeydes ne sont selon moi pas ma priorité. Korrul et la sécurité de ses habitants l'est par contre.


Je pensais alors bon de ne pas parler de mon jeune frère mais la question sans réponse me rendait plus nerveux qu'autre chose.

J'ajouterai... Que savoir mon jeune frère près de moi me rassure. Il est... C'est la seule famille qu'il me reste...


Sur ses paroles je reprenais instinctivement une longue et dernière gorgée d'eau me posant déjà d'innombrables questions à son sujet et au fait d'en avoir parlé à Lysean Vara'Da.
Gardant non sans peine mon calme, je tentais d'en savoir plus sur la signification de ma venue et de ce que j'avais pu entendre depuis le début de notre conversation.

Vous disiez... Que je comptais parmi vos plus hauts gradés ?


Soucieux de comprendre véritablement la raison de ma présence au sein de cette pièce je n'osais en dire davantage. Au fond de moi pourtant, je pensais déjà connaître la réponse à cette question.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   - Sam 8 Nov 2014 - 14:50

Discret et presque timide, Wiver répondit sans tarder aux félicitations d’Enaïa, la rassurant sur sa condition de soldat. Dans un hochement de tête significatif, elle nota ses paroles, alors qu’elle croisait les bras sur sa poitrine, dans une position d’écoute attentive. Se reposant contre le dossier de son fauteuil, elle plissa très légèrement le regard, comme elle avait l’habitude de le faire lorsque quelque chose d’intéressant parvient à ses oreilles. Dans le cas présent, les mots du soldat lui plaisaient.

"Votre vision des choses me réjouit, et me rassure."

Déclara t-elle chaudement. Non pas qu’elle n’approuvait pas l’idée que son peuple puisse gagner en puissance et richesses en trouvant de nouvelles terres aux Erfeydes, mais elle trouvait préférable de se concentrer tout autant sur la sécurité des villes qui semblaient pâtir de cette nouvelle source d’attention se trouvant à des milliers de kilomètres d’eux. Et si son amour de la patrie la poussait à tout pour la protéger, elle n’arrivait pas à bannir les maux de sa conscience à propos de cette guerre inutile et simplement faite par intérêt. Plus de terres, plus de tout, mais par le prix du sang d’innocents. Évidemment, elle s’était bien gardée de dire ce qu’elle pensait à son supérieur le Général, tout comme à ses collègues.

"Pouvoir compter sur sa famille est une chose essentielle, et qui s’avère l’être d’autant plus dans un métier comme le notre. Vous avez de la chance de l’avoir."

Ajouta t-elle peu après, changeant de sujet et oubliant les Erfeydes pour un instant. Se levant de nouveau de son fauteuil, elle rassura d’un signe de main Wiver pour qu’il reste assis et fit le tour du bureau pour venir s’y appuyer, face au Lieutenant. Les bras toujours croisés, le visage sévère mais nullement antipathique, elle se reconcentra sur le vif du sujet et ce qui l’avait amené à convoquer le jeune homme.

"En effet, en devenant Lieutenant vous avez intégrés les plus hauts-gradés des soldats, ceux sur qui je dois pouvoir compter à chaque instant."

Commenca t-elle doucement, dardant sur Wiver un regard dur et exigeant, ses prunelles dorées flamboyantes. Sans laisser le temps au silence pesant de s’installer, elle reprit aussitôt.

"Si je vous ai fait venir ici aujourd’hui, c’est aussi pour… vous découvrir, me faire une première impression sur un homme dont j’aurai besoin dès à présent, pour me seconder, mener à bien des missions en dirigeant des groupes d’hommes et en quoi je dois avoir une entière confiance, et vice-versa."

En quelques mots, elle venait de décrire le type parfait de soldat qu’elle attendait s’entourer dès maintenant. Les officiers ne manquaient pas, mais les Lieutenants, grade le plus haut des officiers, étaient rares. Du moins, depuis le départ aux Erfeydes qui avaient privé Korrul de ses meilleurs soldats. Enaïa, restée au pays, devait donc se charger de la sécurité des villes et de ses alentours avec le peu d’effectif qui lui restait. Et pour ça, elle avait besoin d’hommes sur qui compter en toute occasion.

Son regard doré se durcit un peu plus alors qu’elle se concentrait sur celui de Wiver, ne lui laissant pas le choix que de la regarder droit dans les yeux. Sans méchanceté aucune, simplement une féroce détermination. Elle finit par demander, sérieuse :

"Vous sentez vous capable d’être celui dont je parle ?"



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   - Mar 11 Nov 2014 - 5:09

Ses paroles me rassurèrent du moins pour un moment. Je constatais comme certains de mes compagnons que nous avions une vision similaire face au monde extérieure. La priorité restait avant tout la défense de Korrul, de l'Oasis et de ses habitants qu'importe le prix à payer. Je pensais brièvement à notre seigneur et tout puissant Dieu, Ruyn.  Quels étaient ses projets ? Approuvait il réellement cette guerre que nous menions sur une contrée qui nous était en tout point différente et pour laquelle nous n'avions eut auparavant aucun intérêt à allé ?
Cette pensé me rendait mal à l'aise, pour le peu que nos frères et sœurs d'armes allaient combattre et mourir au nom de Ruyn loin de chez eux.

Bien que rassuré j'étais aussi soulagé face à son tempérament qui m'était en tout point chaleureux et avenant. Une chef se souciant de ses compagnons d'armes restait avant tout quelqu'un d'humain, une chose précieuse qui fallait entretenir si vous ne vouliez pas finir entraîner et noyer dans le tourbillon  de la démence et de la violence des conflits auxquels nous veilleurs pourpres sommes confrontés.
Malheureusement beaucoup d'entre nous perdait la notion d'humanité qui les avait habités jadis.
Être veilleur n'a jamais été une partie de plaisir et c'est pourquoi nous étions aussi redoutés de la population. Nos supérieurs avaient pour habitude de dire qu'il valait mieux inspirer la peur qu'être aimé. L'image que dame Lysean Vara'Da renvoyait s'opposait clairement dans mon esprit à ces propos tenus par mes formateurs. Malgré tout il y avait bien  quelque chose chez elle qui la rendait tout aussi destructrice que chacun d’entre nous. Car après tout nous sommes le bras armé de Korrul face à ses assaillants.

J'obtenais enfin la réponse à ma question. J'avais beau essayer de ne pas y penser celle ci accaparait toutes mes pensés.
Lieutenant, ce mot combla un moment mon esprit qui analysait le plus méticuleusement possible les paroles de dame Lysean Vara'Da. Mes mains jusqu'ici apposés contre mes jambes se resserrèrent sur les pans de ma tenue de veilleur pourpre. Je prenais conscience de mon statut et mon interlocutrice jusqu'ici semblait avoir eut l'intention de me préparer à cette nouvelle pour le moins gratifiante mais aussi emplie de responsabilités.
J'inspirais profondément son regard changea sur l'instant ou ses mots avaient frôlés ses lèvres.
Pour ma part je restais impassible me focalisant sur et seulement sur ce qu'elle avait à me dire. Les choses sérieuses pouvaient commencer voilà le dénouement de cette première rencontre qui restait pour ma part courtoise mais  nous savions tout deux le caractère important de la situation dans laquelle nous étions ici.

J'étais honoré de ma promotion au sein de la hiérarchie des veilleurs pourpres bien que le battement de mon cœur se faisait plus rapide par moment écoutant et buvant ses paroles j'attendais le moment propice pour répondre n'oubliant pas à qui j'avais à faire.
Ce qui m’interpellait et qui me poussait à continuer de la fixer était son regard. Ses yeux semblaient avoir pris une teinte plus brillante comme inspiré par les plus pures intentions et convictions qu'une personne peut avoir.
Je comprenais ses intentions, cette nécessité d'être la personne dont l'on a besoin. Je ressentais alors un frisson me parcourant le long du dos et remontant jusqu'à la nuque.
Bien qu'elle m'avait explicitement demandé auparavant de m'asseoir je pris l'initiative de me lever me tenant sur mes deux jambes solide et serein j'apposais mon poing droit serré contre mon torse déclarant animé par une conviction sans pareille.

C'est un grand honneur que vous me faites dame Lysean Vara'Da. Au nom de Ruyn et de Korrul je ne vous décevrai pas.

Si elle m'avait convoqué se n'était pas par hasard. Du haut de mes vingt-deux ans j'avais accomplit bien des choses parmi les veilleurs et il n'y avait aucune coïncidence, aucune manigance quelque qu'elle soit. J'étais profondément convaincu sur l'instant présent au moment même ou nous parlions qu'elle avait fait le bon choix.
Je restais debout laissant mon bras droit retombé sur le côté avant de poursuivre comme galvaniser par ses paroles mais aussi et surtout lui prouver que j'étais prêt et apte à la servir.

Je suis prêt à vous servir comme il se doit quoi qu'il en coûte.


Mon regard se raffermit, j'étais sur le qui-vive attendant la moindre réaction, la moindre parole provenant du bras droit des veilleurs pourpres. Oui si une mission devait m'être confié je serais prêt à l'accomplir sans attendre il en va de mon statut de veilleur, il en va de mon honneur.
avatar
Veilleur Pourpre

On m'appelle Enaîa Lysean Vara'Da


Infos Personnage
RANG: Bras Droit des Veilleurs Pourpres - Admin
VILLE & APPARTENANCE : Penjoie
MON AGE : 28 Ans
Féminin
MESSAGES : 739
AGE : 23
INSCRIT LE : 07/05/2012
PSEUDO HABITUEL : Harrods
Joyaux : 266
http://www.ile-joyaux.com/t750-croire-en-quelque-chose-et-ne-pas-le-vivre-c-est-malhonnete#17230 http://www.ile-joyaux.com/t726-enaia-lysean-vara-da-terminee#16682
Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   - Sam 15 Nov 2014 - 13:55

Sous les yeux quelque peu surpris d’Enaïa, mais tout aussi rayonnants de détermination et de force, Wiver s’était levé pour promettre qu’il serait l’homme de la situation, et qu’il ne la décevrait pas. A vrai dire, elle n’en doutait pas, sachant pertinemment que le rang qu’il occupait à son âge, était le signe d’une compétence certaine, et surtout, d’une organisation et d’une ambition sans faille. Il était un peu comme elle, certain de ce qu’il voulait faire, aimant férocement son pays et son peuple, et prêt à tout pour le défendre. Et qu’importait la difficulté des épreuves, l’humiliation des supérieurs ou tout autre obstacle près à se dresser devant eux, ils étaient de ceux qui parvenaient toujours à leurs fins. Car leurs idéaux étaient emprunts de bonté et de justice.

"Votre détermination et votre dévotion montrent que vous avez mérité votre rang. Je suis fière de pouvoir compter sur un homme comme vous."

Déclara t-elle solennellement, alors que son visage se détendait, tant sous le coup de la confiance, que parce qu’elle était rassurée de trouver face à elle, un homme prêt à se battre pour Korrul, quoi qu’il lui en coutait. Aussi, prenant le temps de boire une longue gorgée de lait de Capri, boisson qu’elle affectionnait tant, elle se reconcentra sur Wiver et reprit :

"J’ai une mission à vous confier."

Poussant sur ses mains pour se redresser du bureau où elle était appuyée, elle fit quelques pas dans la pièce qu’elle traversa et se pencha au dessus d’une large table. Là, une grande carte représentant l'entièreté de l’île trônait fièrement. Du doigt, elle pointa un endroit très précis et expliqua :

"Des soldats postés dans l’une des tours de garde au Nord, en direction de nos frontières avec la contrée matroscienne de Vuulte, ont récemment aperçu un convoi suspect qui se serait arrêté non loin d’eux. Ils craignent une attaque de forban."

D’un large cercle tracé du bout du doigt, Enaïa lui montra la zone dont elle parlait et insista sur la position de la tour et des frontières matroscienne, doublement gardées par la Ceinture de feu. Peu de chances que ces suspects ne parviennent à aller plus loin, mais par prudence et sécurité, mieux valait renforcer la surveillance le temps d’être certain que rien ne pourrait venir troubler un calme déjà instable.

"Prenez cinq hommes avec vous, et assurez-vous que nos soldats postés vont bien, et que ce convoi ne représente aucun danger. Si tel est le cas, neutralisez le."



DC : Azeor Desnolancès & Kezaël Lysereän & Kidjyïa Rijwan & Esheban Ondeluire & Riska les Deux Voix & Eyföhl Aanka'Leï & Céléno Thogen

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] Un regard suffit.   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum