AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[RPFB] L'aube de notre saison

avatar
Peuplade

On m'appelle Snjór Úlfbróðir


Infos Personnage
RANG: Thørstein Hürþleif, Erhenyce Khar'ayn
VILLE & APPARTENANCE : Clan Vedskygge (Faction Shaas d’argent)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 60
AGE : 29
INSCRIT LE : 11/01/2015
PSEUDO HABITUEL : Fraz ou Ben Roberts
Joyaux : 15
http://www.ile-joyaux.com/t2721-snjor-ulfbroir
Posté dans [RPFB] L'aube de notre saison   - Sam 9 Mai 2015 - 10:03

‘’Où vas-tu Snjór
-Pas bien loin, pourquoi
-N’oublie pas ton arc, on ne sait jamais
-D’accord mère
’’

Quelques paroles échangés en cette douce journée de Kinos   Notre jeune chasseur était devenu un homme en tentant de retrouver l’honneur de son nom, l’honneur souillé par son frère devenu rien de plus qu’un vulgaire déserteur.   Il s’agissait d’une excellente idée de traîner son arc avec lui… au cas où il un déserteur se dressait sur son chemin, il allait être en mesure de l’abattre tel le vulgaire animal qu’ils étaient tous!   Le cœur de son paternel avait été brisé, son fils aîné avait souillé le nom de ses ancêtres et malgré les efforts de notre protagoniste la tâche était profonde encré dans l’histoire.  Rien ne pouvait changer ce fait et il pouvait toujours ressentir les regards sur son être des gens ne voyant pas ici les propres exploits du chasseur, mais tout simplement la honte qu’avait apporté son aîné.  

Il avait quitté le village en solitaire, arc en main, afin de tout simplement s’évader un peu.   Il avait besoin d’air différent, d’un air loin du village et des gens, même si ce n’était que pour un moment.   Ainsi seul, il était en mesure de mieux se recueillir, de se retrouver en tant qu’individu au sein du groupe.  Ce genre de balades n’était pas un phénomène bien rare avec ce dernier et était de plus en plus fréquent depuis la désertion de Leifr.  D’abord, ses balades étaient dans l’espoir de le retrouver, de recevoir une explication de sa part pour cette désertion.  Il avait eu du mal à accepter ce fait et n’arrivait pas à croire qu’il s’agissait de la vérité.  Une raison plus profonde devait exister, l’homme qu’il avait connu n’avait rien d’un couard, rien d’un déserteur!  Pourtant, était le cas…

Ses bottes s’enfonçaient dans la neige devenu molle, laissant derrière chaque pas des profondes pistes,  avec la température des plus douces de la saison.  Le vent caressait son visage encore jeune et la brise trouvait son chemin entre les mèches de sa crinière. Ses prunelles azurent posés sur l’horizon, il n’y avait aucun bruit sauf les murmures de la nature et son propre souffle.  Il s’agissait du monde qu’il avait toujours connu, le monde sur lequel le Gardien veillait. La terre de ses ancêtres et qui sait… un jour ses propres enfants.  Ah la pression de fonder une famille… si ses parents de na lui mettait pas sur le dos, son propres cousin tant qu’à lui avait une vilaine tendance à tenter de le présenter à toute les filles du village.   Toutefois, ce cher Snjór semblait posséder un manque de charmes, ou plutôt un manque de désire.  Oh, il n’était pas indifférents à celle-ci, quelques-unes semblaient bien intéressante à première vue, mais au second regard les choses étaient parfois un peu différente.  Enfin, il avait toute une vie devant lui !   Et puis, le Gardien ne lui a pas encore présent celle qui lui était destiné…. Elle pouvait être à l’autre bout des Erfeydes !  À quoi ressemblait-elle ? Quel était la couleur de ses yeux, ses cheveux, le son de son rire ?  Seul le temps allait lui offrir une telle réponse et il s’avait se montrer patient.

Il ne faisait que prendre le temps d’apprécier le moment présent et la solitude afin de pondérer.  Regardant son arc en main, le jeune chasseur se laissa se perdre dans ses songes, du moins jusqu’à ce qu’il crut voir une petite silhouette de déplacer rapidement non loin de lui.   Une petite créature, sans doute un Jölglat, même si le chasseur aurait souhaité en faire sa proie, avant même qu’il aurait pu prendre une flèche, la petite bête serait déjà parti… ces créatures, mieux vaut utiliser un piége, mais cette silhouette n’était pas tout ce qui avait attiré son attention, il avait cru voir l’ombre d’une personne au loin, mais cela pouvait être que son imagination.



avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   - Mer 20 Mai 2015 - 14:21

- Où est-elle passée encore ?

Arnbjörn foulait le sol boueux qu'avaient labouré bien des bottes depuis que les grandes neiges étaient tombées. Le temps s'était calmé depuis plusieurs jours, permettant à chacun de reprendre ses activités extérieures et, accessoirement, à Inge de retrouver son passe temps favori.

Tapie au sommet de l'éternelle botte de paille qui était devenu sa vigie, elle épiait le moindre mouvement, les moindres entrées et sorties des habitations voisines et surtout de celle de l'Úlfbróðir. Qu'allait-il donc faire aujourd'hui ? Trancherait-il ce bois entassé devant sa chaumière ? Irait-il commander un arc à Helgi ? Par le Gardien, Inge en rêvait depuis bien longtemps, mais jamais elle ne l'avait encore vu franchir le pas de l'atelier familial. Toute à ses rêverie, la rouquine redescendit bien vite sur terre lorsque la porte de l'habitation s'ouvrit pour découvrir la puissante silhouette du jeune chasseur armé d'un arc. Les dents de la gamine se découvrirent dans un sourire admiratif et ses joues auraient bien rosi si le froid n'avait pas déjà fait son office. Il allait chasser !

- Inge ! Inge, viens là, 'faut qu'on découpe les peaux pour Mirdred !

Diantre, ce satané grand frère allait la trouver et la faire repérer à coup sûr. Pestant intérieurement, la rouquine glissa du tas de paille et se faufila à l'angle d'une chaumière, juste à temps pour que le chasseur ne la remarque pas en lui passant devant. La jeune fille le suivit du regard pour le voir disparaître, avalé par l'obscurité des bois.

- Inge ! Arrive ou je te promets que je te...

L'intrépide n'eut pas l'occasion d'apprendre le châtiment que lui réservait son aîné, puisque ses jambes l'entraînaient dans une course folle en direction de la forêt obscure qu'elle connaissait encore trop peu. Mais sa curiosité s'était faite trop pesante et l'envie de voir Snjór chasser la brûlait de l'intérieur. Une fois à l'abri des cimes enneigées, elle mit un certain temps avant de décider d'une direction à prendre et c'est la boule au ventre qu'elle s'enfonça davantage dans la sylve grinçante, vivante. Comment faisait-t-il donc pour s'y aventurer si régulièrement, et sans crainte ? Quel courage il avait...

Sursautant au moindre hululement, retenant sa respiration au moindre bruissement, Inge avança lentement jusqu'à trébucher dans l'empreinte profonde d'un pas d'homme. Sa peur s'évanouit soudainement alors qu'elle espérait qu'il s'agisse de celui de Snjór et elle suivit sa piste, se plaisant à l'imaginer lui-aussi pister un quelconque gibier. Elle accéléra, craignant qu'il ne la distance, et parvint bien vite à le retrouver immobile au milieu des bois. L'avait-il repérée ? Dissimulée derrière un buisson dense, la jeune fille sentait son cœur battre à tout rompre, les yeux fermés des fois qu'elle en devienne invisible. Les pas du chasseur s'éloignèrent enfin, laissant le temps à la curieuse de reprendre son souffle avant de repartir à la suite de l'Úlfbróðir. En toute discrétion, du moins l'espérait-elle, elle le guettait de loin en se faufilant entre les troncs d'arbres, sa silhouette fluette le lui permettant aisément. Elle se voyait elle aussi chasseuse aux côtés du centre de toute son attention, pistant avec lui et faisant sa fierté, mais encore aurait-il fallu qu'elle soit armée...

Un grognement sourd lui glaça soudainement l'échine. Hésitante, Inge se retourna lentement pour découvrir derrière elle un lupien efflanqué aux défenses usées et au poil terne. Nul doute qu'il ait s'agit d'un individu âgé et isolé du reste de sa meute, peu impressionnant pour tout adulte assez assuré mais effrayant aux yeux d'une enfant qui faisait une proie facile pour la bête affaiblie. Les yeux de la Hardinvast s'écarquillèrent et sa bouche s'ouvrit dans une expression de surprise, laissant échapper un cri perçant. Sa tête lui criait de fuir mais ses jambes se mouvaient bien trop lentement, jusqu'à se prendre dans une racine et l'entraîner à terre. C'en était fait d'elle, Inge le lisait dans les yeux voilés de la créatures qui se penchait déjà sur elle, la humant en salivant d'avance. Quelle idée avait-elle eue de se perdre ainsi dans les bois ?




avatar
Peuplade

On m'appelle Snjór Úlfbróðir


Infos Personnage
RANG: Thørstein Hürþleif, Erhenyce Khar'ayn
VILLE & APPARTENANCE : Clan Vedskygge (Faction Shaas d’argent)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 60
AGE : 29
INSCRIT LE : 11/01/2015
PSEUDO HABITUEL : Fraz ou Ben Roberts
Joyaux : 15
http://www.ile-joyaux.com/t2721-snjor-ulfbroir
Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   - Dim 31 Mai 2015 - 20:04

À l’aube d’une saison, le retour d’un temps un peu plus doux apporté non seulement l’ombre d’un renouveau et avec cette ombre, un peu d’espoir après un long hiver que l’on aurait cru éternel. Les parfums de la saison envahissais les narines du jeune chasseur, il pouvait déjà imaginer la prochaine réserve d’hydromel être créé par les maîtres de l’art, le parfum iodé de la teinture sur les nouveaux vêtements que l’on laissait sécher à l’extérieur, le retour des quelques couleurs dans ce portrait si monochrome. Mais avec cette nouvelle saison, tout n’était pas magnifique, non. Car en cette saison il s’agissait de l’anniversaire de son frère… ou plutôt l’anniversaire de celui qu’il, jadis, appelait ainsi. La naissance d’un traitre… d’une honte sur le nom familiale. Il s’agissait d’un lourd fardeau, tout ce qui restait de l’honneur de sa famille reposait sur les membres existant. Les accomplissements de ses ancêtres avaient presqu’été oubliés… et l’avenir… voilà ce que sur ses épaules reposer la possibilité d’offrir un second souffle au nom des Úlfbróðir. Certes, le patriarche ne le mentionnait point, mais le jeune homme savait que trop bien lire le regard de son père. Alors qu’il appréciait ce moment, alors qu’il tentait de délaisser tous sombres songes derrière lui si ce n’était que pour un instant, ses pensées ne pouvaient s’empêcher de retrouver leur chemin vers la possibilité d’un avenir si incertain. Sans doute devrait-il se compter heureux que le mal de l’un n’ai point poussé la famille à l’exil forcé.

Bien que peu probable, cela aurait été une possibilité. Et puis, l’exil ne signifie pas toujours le voyage. Une famille peut être poussée à l’exil social… ce qui fut presque le cas durant un certain temps. Si ce n’était pas de quelques loyaux amis de la famille, capable de se remémorer l’honneur qu’avait apporté le nom d’Úlfbróðir aux Erfeydes! Bien entendu, avec leur association est venu le stigma… et c’est là qu’il nous est possible de reconnaitre les véritables amis… des amis, cela le jeune Snjór en possédait très peu. Ses cousins, puis quelques autres. Toutefois, il avait su remarquer les regards qui lui était lancé… les gens l’observaient, s’attendant à tout moment d’y voir un autre déserteur. Il avait remarqué les regards… de surtout cette gamine… son nom, il n’arrivait pas à s’en souvenir, mais il l’avait remarqué. Toujours là à épier les mouvements de notre jeune homme… à le voir comme s’il était cette espèce de bête de foire. Olav lui avait dit qu’il était complètement fou et qu’il se faisait des idées, c’était peut-être le cas, mais il était certains de l’avoir remarqué à quelques reprise en train de l’espionner. À chaque fois qu’il tournait le regard vers elle, il pouvait la voir se cacher, tout comme si elle avait peur qu’il soit capable de dévorer son âme.

Alors qu’il s’était laissé un peu trop bercer dans ses pensées, après avoir laissé le Jolgalt s’échapper, son attention fut attirée par un bruit un peu plus loin. Le bruit des pas qu’il avait entendu était un peu trop maladroit pour être ceux d’un homme, une bête sans aucun doute. Laquelle, il n’aurait su dire sans piste, mais par les bruits qu’elle faisait… il ne s’agissait pas d’un petit gibier. Le chasseur de dirigea alors d’un pas calme et discret vers la source, mais il se vit rapidement accélérer le pas lorsqu’il entendit le cri d’une jeune fille. Les yeux de celui-ci s’agrandir afin de ne rien manquer, et son rythme cardiaque fut accélérer suivant la montée d’adrénaline. Son pas jadis lent s’était alors transformé en une course. Son arc en main, il ne perdit pas une seconde avant d’encocher une flèche. Passant à travers les branches, se penchant afin d’en éviter une et sautant ensuite par-dessus un tronc, le chasseur de faufila agilement à travers les bois avant d’y apercevoir un Lupien

Sans y penser deux fois, d’un geste fluide il étira la corde de son arc avant de la relâcher entre deux battements de cœur. La flèche siffla dans l’air avant d’atteindre la cible, s’enfonçant profondément dans la bête. Cela eut pour effet d’attirer l’attention de l’animal, mais une telle créature n’était pas si facilement abattue. C’est pour cette raison qu’une seconde fut tiré. Celle-ci caressa la mâchoire de l’anima avant de s’enfoncer dans son cou. La bête s’élança vers notre chasseur… un pas, puis deux… trois et puis quatre… mais bientôt elle vit ses pates avant devenir faible avant de s’écraser dans la neige. S’en approchant, il pouvait encore voir le souffle chaud s’échapper de ses narines, un regard remplir de peur et de colère dans ses yeux. Elle tenta de se relever, mais en vain. À moins d’un pas d’elle, le chasseur déposa son arc et sorti son couteau afin d’égorger l’animal mettant fin à ses souffrances.

Suivant ce dernier geste, les lèvres du jeune chasseur se mirent à murmurer quelques mots pour la bête… nulle autre que lui et l’animal aurait pu entendre les paroles de celui-ci. Appuyé sur un genou dans la neige, il essuya la lame avant de replacer le couteau à sa ceinture, puis se redressa. Notre jeune blondinet se dirigea alors vers celle qu’il avait entendu.

‘’Tout va bien?’’ demanda-t-il doucement.

Cette crinière de feu… l’avait-elle suivi jusqu’ici ?





avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   - Jeu 4 Juin 2015 - 8:33

Le seul et unique œil valide de la bête reflétait le visage pétrifié de l'enfant qui avait trop peu vécu pour mourir. L'autre orbite abritait elle aussi un globe oculaire, mais celui-ci était blanc de marques témoignant du passé difficile du lupien soulagé d'avoir trouvé un met de choix, pour une fois.

Mais la créature s'arrêta net dans un grognement de douleur avant de se retourner vers une silhouette élancée mais massive qui avait surgi de nulle part. Voilà qu'on voulait le priver de son gibier, pourtant légitimement acquis ? Malgré la douleur, le lupien trouva la force de se tourner légèrement vers l'adversaire qui, déjà, lui portait un second coup. Hors de question qu'il lui laisse sa proie... Le félin feula et s'avança vers l'inopportun dont la silhouette se troubla à sa vue, jusqu'à se fondre avec l'obscurité qui l'envahit. La bête s'effondra enfin dans un bruit sourd que la neige avait étouffée, acceptant la délivrance que lui apporta la lame du chasseur lorsqu'elle lui caressa la gorge.

Inge était toujours au sol, mais tournée vers l'homme penché sur le prédateur à qui il offrait le plus digne des départs. Si elle réalisait tout juste qu'elle avait manqué de perdre la vie en cette forêt, elle avait bien plus de mal à se rendre compte que c'était cet homme là qui lui était venu en aide. Par le Gardien, Snjór ! La bouche entrouverte, elle le regarda se relever pour s'approcher d'elle. Un héros, c'était un héros lui aussi, comme dans les contes ! Ses lèvres se refermèrent aussitôt que le chasseur s'adressa à elle pour la toute première fois. Après un instant d'hésitation, la crinière rousse tressauta dans un hochement de tête de l'enfant encore loin d'avoir les pieds sur terre.

- Ou... Oui ! Balbutia-t-elle alors que ses yeux noisette allaient du chasseur à l'animal, puis de l'animal au chasseur. Comment tu l'as torché ! Son regard exprimait une excitation certaine qui prit soudainement le corps de la gamine qui se retrouva brusquement sur ses deux pieds écartés, jambes fléchies, les bras grand ouverts pour mimer ses paroles. Gros comme ça le bestiau ! Et toi... PAF PAF ! En deux coup ! La voix aigüe de la fillette coulait dans un flot de paroles inarrêtable et déchaîné alors qu'elle se mettait à revivre la scène en prenant, tour à tour, les rôles du prédateur et du héros. RRrraaaaoooor ! Grognait-elle, bras en l'air en prenant un air menaçant avant de se glisser dans la peau de son héros, un arc imaginaire brandi devant elle. Pas si vite, maraud ! Tu vas tâter de mes flèches et, je te préviens, j'les économise ! PAF PAF ! Ses mains s'emparèrent de sa gorge et sa langue sortit dans une expression d'agonie largement exagérée... AAAaaaaargh... avant qu'elle ne se laisse mollement tomber sur les genoux.




avatar
Peuplade

On m'appelle Snjór Úlfbróðir


Infos Personnage
RANG: Thørstein Hürþleif, Erhenyce Khar'ayn
VILLE & APPARTENANCE : Clan Vedskygge (Faction Shaas d’argent)
MON AGE : 31
Masculin
MESSAGES : 60
AGE : 29
INSCRIT LE : 11/01/2015
PSEUDO HABITUEL : Fraz ou Ben Roberts
Joyaux : 15
http://www.ile-joyaux.com/t2721-snjor-ulfbroir
Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   - Dim 21 Juin 2015 - 12:54

En un instant, ce qui s’était annoncé comme étant une balade des plus monotones avait pris un détour vers une toute autre avenue. Certes, il avait apporté avec lui son arc, mais cela dit il ne s’attendait pas à nécessairement devoir s’en servir. Heureusement qu’il l’avait apporté avec lui, car sinon qui sait comment les choses auraient tournées ? Pour la rouquine, pour lui et même pour la bête qu’il venait d’abattre? Aurait-il été en mesure de l’affronter sans son arc ? Sans doute, mais le combat sans doute été bien différent, sans savoir s’il aurait pu attirer son attention avec que le pire se produire pour la jeune fille. Ah celle-là! Comment avait-elle réussi à se mettre dans une telle situation ? Que faisait-elle ici ? Cette jeune Hardinvast! Oh il la voyait régulièrement, habitant le même village, toutefois il ne s’attendait pas à la croiser ici… du moins pas seul. Enfin, peut-être un peu tout de même… car là ne serait pas la première fois qu’elle semblait avoir suivis ses traces. À vrai dire, ce fut son cousin qui lui avait d’abord fait remarquer ce fait, puisque notre jeune chasseur ne lui avait aucunement porté plus d’attention qu’il le fallait. Il s’agissait là d’une gamine, de la fille d’une maison voisine, rien de plus, rien de moins pour lui.

Avant même qu’il puisse la sermonner un peu pour son imprudence, voilà qu’il avait droit à un spectacle haut en couleurs ! Non, non il n’avait pas eu l’occasion de dire le moindre mot après s’être assuré qu’elle allait bien qu’elle lui offrit une performance des plus… particulière. Oui particulière est sans doute le terme juste, puis si ce ne l’était pas, notre jeune blondinet n’aurait pas su en trouver un autre en ce moment même. Face à ce spectacle, notre jeune homme fit d’abord un pas en arrière. Ses yeux étaient devenu rond comme la lune, affichant un air un peu bouche bée. Que dire, que faire ? Oh il n’y avait rien à dire, ni même quoi que ce soit à faire, elle était parti pour la gloire et rien n’allait l’arrêté. Il la laissa donc faire, jusqu’à ce qu’elle termine dramatiquement sa reconstituions de la scène à laquelle il avait lui-même assistez… l’avait-elle déjà oublié ?

Que faire maintenant ? Que faire d’autre qu’éclater de rire ? Débutant par un petit rire amusé, le tout pris de l’ampleur assez rapidement. Il rit, haut et fort, pas nécessairement de la jeune… Hardinvast, mais de sa façon d’avoir vu la chose. Ne réalisait-elle pas qu’elle aurait pu y laisser sa peau ? Comment la sermonner après une telle performance ? Il devait reprendre ses esprits et ne pas laisser ça l’emporter sur son devoir en tant qu’ainé au sein du clan. Il frotta alors son front avec sa main droite, laissant ses doigts glissés le long de son visage tentant de reprendre son sérieux. Il dû conserver ses doigts sur ses lèvres durant un moment avant que son sourire s’efface de ses lèvres et qu’il puisse reprendre un air un peu plus sérieux.

‘’Écoute… euh…’’

Euh… s’était quoi déjà son nom ?

’Écoute... Hardinvast… t’aurais pu y laisser ta peau si je n’étais pas intervenu… qu’est-ce que tu faisais ici seule ? ‘’ Il avait jeté un regard aux alentours et il ne semblait pas avoir qui que ce soit d’autres dans les environs. ‘’Peu importe… tu vas bien… c’est ce qui est important…’’ dit-il avant de détourner son regard vers la bête étendu dans la neige. Il n’allait pas la laisser là. ‘’Aussi bien la ramener au village…’’ termina-t-il avant de faire quelques pas vers l’animal.

L’observant, il s’avait qu’il n’allait pas être en mesure de facilement la trainer jusqu’au village et il était hors de question que la gamine puisse vraiment l’aider à tirer la bête. Peut-être improviser une luge avec quelques morceaux d’arbre trainant dans les environs. Comme si quelque chose avait su attirer son attention, il jeta un coup d’œil rapide sur sa main droite. C’est alors qu’il se rendit compte que celle-ci était recouverte pas le sang de la bête…ce qui signifiait que son visage devait l’être aussi… quel spectacle charmant en effet. Il se mit donc à genoux et pris une poignée de neige afin de la faire fondre et tenter de laver sa main… puis par la suite de façon un peu rudimentaire son visage. Tout en faisant cela, il détourna son regard vers la jeune fille qui se trouvait non loin de lui. Il lui aurait bien dit que ce n’était pas bien malin ce qu’elle venait de faire, mais sa famille allait sans doute suffisamment la discipliné… pas besoin de le faire lui-même.



avatar
Déserteur

On m'appelle Inge Hardinvast


Infos Personnage
RANG: Vardøn ; Zoey ; Snjór ; Jorgga ; Fjölan ;
VILLE & APPARTENANCE : Murmures de la Sylve ~ Travailleuse du bois
MON AGE : 25 ans
Féminin
MESSAGES : 199
AGE : 27
INSCRIT LE : 16/10/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 478
http://www.ile-joyaux.com/t1084-inge-hardinvast-l-affranchie
Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   - Lun 27 Juil 2015 - 12:50

Agenouillée et essoufflée après sa magnifique performance, Inge tourna la tête vers le chasseur, à l'affût d'une réaction quelconque. Et de réaction, elle n'aurait pu en rêver de mieux. D'abord, ce fut la première fois qu'elle le vit sourire, elle qui l'avait toujours vu sombre et réfléchi. Puis ce rire... Les dents de la Hardinvast se découvrirent dans un rictus satisfait et amusé de voir cet homme, SON héros, rire de SON fait, faisant rosir ses joues d'une fierté certaine plus que du froid environnant.

Son sourire ne s'affaiblit pas lorsque le blondinet s'étala inconsciemment le sang de la bête sur le front, la joue et les lèvres. Non, ça lui donnait l'air d'un vrai dur, un vrai héros, comme dans les histoires que son père lui racontait le soir. À présent, elle voyait Snjór entouré d'une aura dorée, et le moindre courant d'air soulevant ses mèches blondes le rendait encore plus héroïque. Cet instant, elle l'avait déjà gravé dans sa mémoire et savait qu'elle ne s'en déferait jamais, l'acte du chasseur ayant fini de le propulser au sommet de l'estime et de l'admiration de la rouquine qui s'était relevée pour trottiner vers lui.

Ses lèvres perdirent de leur enthousiasme lorsqu'il en vint enfin à lui demander ce qu'elle faisait dans ces bois. Quoi, il raisonnait comme les grandes personnes ? Par le Gardien ! Non, pas Snjór ! Des milliers d'alibis possibles se bousculèrent dans l'esprit de la jeune fille qui ne put retenir un soupir de soulagement lorsque l'Úlfbróðir choisit de ne pas en savoir plus. Ah ! Elle le savait bien qu'il était le meilleur !

Sans trop savoir ce qu'il se mit soudainement à chercher alors qu'il comptait ramener la bête au village, Inge l'imita tout de même, s'y appliquant plus que de raison, ramassant brindilles et petites roches alors que le chasseur se débarbouillait. Quand Siga saurait ça ! Vite, vite, ils devaient rentrer au village... Mais avant ça, trouver un nom pour sa légende.

- Snjór, le massacreur de bêtes féroces. Snjór, le bouillaveur de gros lupien baveux. Snjór qui fait de la poutrouille de vilains monstres...




On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [RPFB] L'aube de notre saison   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum