AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Lun 12 Mar 2012 - 4:40

Deux jours. Deux jours étaient passés depuis le Conseil du Gouverneur. « Si ce petit con pense pouvoir fourrer son nez dans nos affaires, il se fout le doigt dans l’œil, et jusqu’au coude. L’armée, c’est moi. » À cet instant, le bureau aurait pu gémir s’il avait eu un semblant de vie car Vadyn abattit violemment son poing sur celui-ci. Il contourna le meuble meurtri, faisant virevolter sa cape verdâtre dans un bruissement de tissu, pour venir ouvrir la porte en bois massif d’un geste sans retenue. Il traversa les quelques mètres menant aux quartiers de son bras-droit. Il entra dans son bureau sans s’annoncer, comme à son habitude. Abysse avait le nez dans différents dossiers et jonglait avec la paperasse. « Lâchez ce que vous faites et convoquez sur-le-champ les gradés de l’État-major et l’Officier Schroeder. Quand ce sera fait, retrouvez-moi dans le hangar de rassemblement. Nous avons plus urgent à régler que ces histoires d’administration. » Dit-il en montrant d’un geste du menton les piles de dossiers avant de sortir sans refermer derrière lui. Il prit seul le chemin du hangar, traversant le long corridor qui débouchait sur le hall d’entrée. Les hautes bottes de cuir de Vadyn martelaient le sol dallé d’un rythme soutenu, annonçant sa venue aux quelques gardes en poste. Des saluts protocolaires que le Général ne prit pas le temps de regarder, bien trop occupé à réfléchir. Non seulement deux soldats étaient portés disparus, mais en plus le Gouverneur cherchait la moindre petite bête pour faire sortir le Lord Saaris de ses gonds. Un comportement qui exaspérait le grand Ponte au plus haut point tant il détestait ce morveux. Abysse arriva bientôt en courant pour le rattraper et marcher à ses côtés, silencieuse comme à son habitude. « Si l’occasion se présente un jour, laissez-moi me charger de lui botter le cul à cet adolescent pré-pubère. » Sa conseillère savait à qui il faisait référence. Sa rancœur n’avait plus de secret. Il tâchait simplement de se montrer d’une infinie sagesse en publique ou lors des rencontres officielles.

Le Général croisa les bras, montrant davantage sa carrure imposante par ses épaules puissantes et carrées, mises en valeur par les deux écussons en or de chaque côté représentant des têtes de loup (x). Il s’engouffra dans l’immense hangar vide où généralement s’alignaient des pelotons entiers de miliciens prêts à recevoir leurs ordres de missions. Cette fois-ci, ce rassemblement attendra, tant il était important de convoquer les têtes pensantes de l’armée pour définir le plan d’action des prochains jours. De nombreuses questions taraudaient l’esprit expérimenté du Général. Comment récupérer ces deux soldats ? Comment endiguer cette nouvelle menace ? Comment agir face aux Korruliens ? Les réponses devaient être trouvées rapidement. Matroos devait briller.

Les membres de l’État-major firent bientôt leur apparition dans le hangar, suivis par l’Officier Schroeder. Tous se mirent en cercle, conscients que cette réunion précipitée n’avaient rien de protocolaire et que les enjeux étaient beaucoup trop importants pour s’emmerder de vétilles. Seulement, alors que le Général allait présenter l’ordre du jour improvisé, un soldat déboula en trombe. « Le soldat Vaeril, matricule P6804, est de retour. Elle apporte un message. Elle est vraiment mal en point. » Un silence de plomb s’installa dans la petite assemblée. La dizaine de personnes présentes se regarda tour à tour. « Emmenez-la à l’infirmerie, immédiatement. Nous arrivons. »

Quelques minutes plus tard, les gradés, Abysse, Jens et Vadyn avaient investi l’infirmerie pour rencontrer la rescapée.
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Sam 17 Mar 2012 - 9:00

Jamais les heures ne lui avaient paru aussi longues. Cloîtré dans ses appartements depuis son retour de Sant Poseïnos, Jens était penché sur son bureau à lire, écrire, réfléchir à toutes les stratégies possibles et imaginables que les miliciens pourraient mettre en place une fois retournés en terre inconnue.

Un bruit sourd le tira de ses réflexions en ce matin là. Une recrue avait frappé à la porte, et se risqua à l’entrebâiller pour y passer la tête.

- L'officier Ac'trian vous prie de rejoindre le hangar au plus vite monsieur.

Sans même lever la tête à l'attention du soldat, l'officier se saisit d'un pot d'encre qu'il envoya voler dans sa direction. Ce fut finalement la porte qui fut teintée de bleu, le jeune homme ayant jugé qu'une esquive était une idée pour le moins intéressante.
Jens se leva, ouvrit grand la porte, et passa devant le milicien sans lui adresser un seul mot. Beaucoup au sein du QG avaient remarqué le brusque changement dans le comportement de l'officier, et préféraient l'éviter cordialement en attendant qu'il revienne à la normale. Aussi n'eût-il droit qu'à quelques saluts courtois, et à des bruits de pas pressés s'éloignant de sa position.

Jens pénétra dans le hangar, déjà peuplé de tous ses supérieurs, sans exception. L'heure étant grave, aucun d'eux n'avait pu trouver quelque excuse pour ne pas s'encombrer d'une réunion. Tous côte à côte, ils se lançaient des regards les uns aux autres, sceptiques ou enthousiastes, attendant les paroles de lord Saaris. Ce fut lorsque ce dernier eût pris une inspiration annonçant le début des hostilités que le même soldat ayant tiré Jens de ses quartiers vint apporter un message. À croire qu'il avait été désigné comme colporteur de nouvelles pour la semaine. Aux dires de la recrue, l'officier von Schroeder resta sans voix. Le soldat Vaeril était de retour.

Jens porta immédiatement son regard sur Vadyn, n'attendant que son autorisation d'aller se renseigner sur l'état de la revenante. Prenant un itinéraire différent du groupe, il courut jusqu'à l'infirmerie, satisfait d'y être le premier arrivé. Il se plaça au pied du lit et fixa la milicienne mal en point, et c'était peu dire.

- Soldat, mais comment ? Qu'avez-vous appris ?

Les questions se bousculant dans son esprit, l'officier, bien que soulagé du retour du soldat Vaeril, en avait oublié de s'inquiéter de sa santé. La troupe officielle ne tarda pas à les rejoindre et laissa pas le temps suffisant pour une réponse constructive. La situation et les bonnes manière soudainement revenues ne le lui permettant pas, il se retint de harasser la milicienne d'autres questions et de s'inquiéter doublement pour le soldat Lewis. À nouveau, il leva les yeux vers ses supérieurs, le protocole aimant leur laisser la main dans ces moments là.



AVATAR ©SKYE ♥

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Sam 17 Mar 2012 - 12:15

Tirée sans vergogne de ses tâches administratives, Abysse talonnait le Général. Intérieurement, elle le remerciait de l’avoir convoquée ainsi, lui permettant d’échapper à l’ennui des papiers officiels et autres missives. Le Général ne cessait de pester à propos du nouveau Gouverneur. En revanche, il restait muait sur la raison de la convocation de la jeune femme. Patiente, elle restait comme à son habitude silencieuse. Elle suivait le Général à travers les défilés de couloirs. Elle savait qu’il ne tarderait pas à lui révéler les raisons de ce nouvel imprévu.

Abysse rassemblait ses esprits, cherchant une quelconque raison à sa convocation. Les temps étaient de plus en plus troublés. Un nouveau Gouverneur, trop jeune, trop expérimenté et par-dessus le marché trop méprisant avait pris les rênes du pouvoir tandis qu’une nouvelle terre pour le moins hostiles avaient été découverte. Depuis l’annonce de cette dernière nouvelle, Abysse n’avait cessé de jongler entre les divers corps de la Milice pour mettre au point l’esquisse d’un plan d’expédition. Et rien de semblait achevé, loin de là.

Reconnaissant les lieux où l’emmenait le Général, Abysse ralentit légèrement l’allure. Ils se trouvaient à quelques mètres de l’infirmerie. Ni le Général, ni son bras droit étant blessé, la jeune femme en conclut que l’on rendait visite à un soldat. Vadyn Saaris n’étant guère un homme à s’encombrer de visites et d’actes inutiles, le blessé devait sans doute recouvrir une importance capitale. Alors qu’ils approchaient d’une chambre, a jeune femme aperçut une infirmière qui s’apprêtait à en ouvrir la porte, chargée d’un lourd plateau.

D’un pas vif, Abysse devança le Général et se présenta à l’infirmière.

- Laissez, je me charge de ceci.

Elle rendit un sourire aimable à l’infirmière tandis qu’elle se saisissait du plateau. Cette dernière la remercia rapidement. Elle s'apprêtait à disparaître lorsqu'Abysse ajouta :

- Veillez, s'il vous plait, à ce que personne ne vienne nous interrompre.

L'infirmière aquiesça avec véhémence et s'effaça discrètement. Abysse poussa avec douceur la porte de la chambre et céda le passage au Général. Les informations qui allaient être divulguées dans cette chambre ne devaient pas être entendues par des oreilles indiscrètes. Ainsi, Abysse avait jugé bon de devancer l’infirmière et de la délester de ses tâches.

Tandis qu’elle entrait dans la chambre exiguë, Abysse fit un tour rapide du regard de la pièce. Une odeur âcre vint lui attaquer les narines. Elle avisa un lit occupé par un soldat blessé et un officier à son chevet. La jeune femme reconnu l’officier qui avait fait son rapport au Conseil Ministériel. C’était également lui qui avait eu en charge l’expédition qui avait découvert les nouvelles terres. Abysse détailla ensuite le soldat blessé qui se révélait être une jeune femme. Malgré ses traits émaciés et tirés par la douleur, Abysse crut reconnaître un des pilotes qui avait été abandonné en terres inconnues.

Ainsi, le Général l’avait convoquée pour une raison extrêmement urgente. Nul doute que la jeune blessée n’avait été interrogée au préalable depuis son retour. Abysse ignorait cependant depuis combien de temps elle était rentrée en terres mastrociennes. Etant généralement rapidement au courant des évènements les plus importants, la jeune femme jugea qu’elle devait être arrivée récemment. Chassant toutes les interrogations qui l’assaillaient, Abysse posa le plateau contenant un repas frugal au chevet de la blessée et se dirigea ensuite rapidement vers l’unique fenêtre de la pièce.

Elle tira rapidement les rideaux et entre ’ouvrit la fenêtre pour laisser entrer un filet d’air frais. L’atmosphère de la pièce était étouffante. Elle sentait la mort, et la peur. Abysse retourna ensuite au chevet de la jeune femme, le regard grave. Elle salua d’un geste muet l’officier qui s’était déjà redressé à l’approche de ses supérieurs. On pouvait lire dans ses traits une inquiétude et un remord infinis. Abysse reporta ensuite son regard sur le Général, demeuré jusque-là silencieux. L’enjeu de cette réunion apparaissait désormais capital aux yeux de la jeune femme.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Lun 2 Avr 2012 - 11:50

Ambiance Musicale : Two Steps from Hell - Fire Nation


Alors que ses geôliers l'avaient libérée, ils mirent aussitôt un sac sur la tête de Savanah qui protesta vivement, tentant vainement de se libérer sans succès. Il fallait qu'elle garde des forces encore. Elle n'avait absolument aucune idée de ce qui allait lui arriver par la suite. Elle entendait des voix autour d'elles, puis on la poussait et trainait dans les escaliers. Elle lâcha un cri de douleur alors qu'elle retomba mal sur sa cheville. L'homme qui la retenait la tira vivement avec la chaine qui l'attachait. Alors, ils sortirent à l'extérieur. Le vent glacial mêlé à la neige transperça la jeune Pilote déjà transie de froid. Puis ils marchèrent. Ils marchèrent encore et encore dans la neige et le vent. Elle ne sentait plus ses membres et chaque pas de plus était un véritable exploit dans cette neige si épaisse. Savanah n'aurait jamais su dire combien de kilomètres, ni combien de temps ils mirent avant de s'arrêter enfin.

Exténuée, elle s'effondra dans la neige, tremblant comme une feuille morte. Elle s'était recroquevillée en position foetale à même le sol. Elle entendait toujours les voix sans rien voir. Elle était totalement désorientée. Elle resta ainsi pendant un très long moment. Elle était déjà en état d'hypothermie. Si elle restait ainsi encore quelques instants, elle allait probablement mourir de froid. Pour la première fois de sa vie, elle s'était mise à prier. Ne pouvant plus parler, elle se répétait les prières qu'elle avait apprise toute petite à l'école. Peut être que Vama l'entendrai et lui donnerai une chance de survivre.

C'est alors que l'un des homme l'empoigna et la releva fermement. Savanah chancela, mais la poigne de fer de l'homme la retenu. Il défit ses liens et la traina par la main. La jeune Milicienne sentait son heure arriver. Elle l'accepta, prête à rejoindre ses ancêtres. Elle avait toujours voulue ça, mourir en mission et avec honneur. Ce qui l'inquiétait le plus, c'était le sort de Skye. Qu'allaient-ils lui faire encore ? Elle espérait que son calvaire ne sera pas long et douloureux.
Savanah fut balancée dans une sorte de trou dans la neige, elle tomba la figure la première contre le sol dur en gémissant de douleur. Quelque chose de bizarre se passait. Quand l'homme lui retira le sac de la tête, tout le sol était éclairé d'une pâle lumière bleue. Visiblement le guerrier aussi avait l'air d'être étonné. Il ne mit pas longtemps avant de remonter.

Savanah sentait une puissante force émaner de ce sol bleu. Terrifiée, son regard allait dans tous les sens. Elle n'avait plus assez de forces pour se relever et s'échapper de ce trou. Et alors cette puissance s'accrut, jusqu'à la baigner totalement dans cette lumière. Savanah se sentait léviter à l'intérieur. Mais que faisaient-ils !? Elle sentit alors que des proies s'étaient formés tout autour d'elle, comme un cocon. Et puis plus rien, la jeune femme perdit connaissance...


Beaucoup plus loin, sur Matros à plusieurs kilomètres au sud du QG de la Milice :

Ambiance Musicale : Two Steps From Hell - A Hero's Return


Au bord du rivage Matrosiens, à la nuit tombée, deux cavaliers de la Milice patrouillaient tranquillement, las de leur tournée routinière.

"Haha ! Et donc c'est comme ça que j'ai pu conclure avec cette catin ! Et puis tu vois comment elle est ! Je peux te dire que je ne me suis pas ennuyé ce soir là ! Hahaha ! Et elle en redemandait encore ! Hahaha ! J'te jure les femmes ! Toutes pareilles ! Elles en veullent plus à chaque fois !"

"Ha ! C'est bien vrai ça ! Tu te souviens lors de notre dernière perm' celle qui dansait sur le comptoir !? T'aurais vu ce que je lui..."


Perçant le ciel étoilé, un trait vif d'une lueur bleutée, fila juste au dessus des Miliciens en pleine discutions et s'écrasa dans un lourd fracas non loin de leur position. Les chevaux étaient terrifiés et ils mirent quelques instant pour les calmer avant de prendre au galop la direction ou s'était écrasé cette étrange chose lumineuse.

"Par Vama ! C'était quoi ce truc !? Un vaisseau qui s'est écrasé !?"

"J'crois pas ! Les anciens parlent de boules de feu volantes qui s'écrasent. En tout cas ça c'était pas une boule de feu ! Il faut qu'on y aillent voir de plus près, même si ça ne m'enchante pas trop..."

Après quelques minutes de course, les cavaliers arrivèrent sur le site du crash. La chose avait laissé une longue trainée fumante. Dans la pénombre, les cavaliers ne distinguaient pas grand chose. L'un d'entre eux descendit de son cheval et s'approcha. Il posa la main au sol et la retira directement. C'était glacé ! Stupéfait, l'autre Milicien suivit son compagnon et examina ce qu'il se trouvait autour. La main sur leur pistolets lasers, ils scrutaient les moindres recoins du crash. C'est alors qu'ils virent une forme bouger au fond du cratère, puis gémir. Les Miliciens activèrent leur arme, prêts à tirer au moindre mouvement suspect. Après quelques secondes l'un d'entre eux s'approcha de cette forme.

"Merde ! C'est une femme ! Par Vama ! Viens vite et aide moi à la soulever ! Putain qu'elle est gelée !"


Le second Milicien baissa son arme et se rapprocha de la femme et aida son compagnon à la soulever.

"Non mais attend ! Regarde ! C'est l'une d'entre nous ! Elle a un uniforme !"

"Putain ! Je la reconnais ! C'est la Pilote qui a disparut dans le nouveau monde !! C'est la Pilote Vaeril !"


Les deux Miliciens n'en croyaient pas leurs yeux. Elle était inconsciente et ils ne mirent pas bien longtemps pour deviner qu'elle était morte de froid. L'un d'eux prit une couverture sur son cheval et la passa sur la jeune femme. Ils remontèrent Savanah et ils la sellèrent sur l'un des chevaux. Ainsi, ils retournèrent au QG au triple galop et l'emmenèrent immédiatement à l'infirmerie.

La nouvelle de son retour ne mit pas longtemps à arriver aux officiers puis au Général. Savanah était déjà à l'infirmerie depuis plusieurs heures. Elle avait demeuré inconsciente pendant tout ce temps. A son réveil, totalement désorientée et surprise de se trouver ainsi dans un lieu familier, elle prit peur. Elle se voyait déjà arrivé dans l'autre monde avec ses ancêtres. Alors une infirmière s'approcha de son lit et la calma pendant de longues minutes. Quand la Pilote réalisa bel et bien qu'elle était de retour au pays, elle s'effondra en larmes.
C'est alors que l'officier Von Schroeder arriva dans la pièce à toute allure. Il s'avança jusqu'au lit de Savanah et se porta à son chevet. Les yeux encore imbibés de larmes La pilote craqua de nouveau pendant quelques instants. Alors, avec le restant de forces qu'elle avait elle envoya des coups de poings à l'Officier sur son torse, sans lui faire bien mal.

"Pourquoi !? Pourquoi !? Pourquoi !?"


Savanah s'arrêta de le battre, interrompue par une violente quinte de toux. le souffle court, elle se re détendit, le regardant fixement dans les yeux.

"Je... Je... Vous..."

Avant qu'elle ne puisse terminer sa phrase, deux autres personnes entrèrent dans la chambre. C'était le Général de la Milice Saaris, ainsi que son bras droit Abysse. Savanah, surprise de cette visite, tenta de se relever pour les saluer comme il se doit. Mais il lui était impossible, elle était encore trop faible. Visiblement elle allait subir un nouvel interrogatoire et elle n'en avait vraiment pas envie. Ce qu'elle voulait en ce moment même, c'était savoir comment allait Skye...


HRP : Désolé pour le retard ! J'étais à l'infirmerie ! x)
Et pardon pour le pavé mais j'étais lancé !^^
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Sam 14 Avr 2012 - 14:21

Abysse n’avait eu pratiquement aucune information sur le soldat Vaeril. Elle ne savait même pas comment elle avait pu rentrer en terres mastrociennes. Prenant son mal patience, la jeune femme se contenta de se retirer dans un coin, observant le réveil de la milicienne blessée. Elle revint rapidement à elle et dévisagea longuement l’officier Shroeder. Ce dernier était son supérieur direct et le commandant de la flotte qui avait atterrie dans ces terres inconnues. Il représentait également l’ordre qui avait laissé les pilotes Vaeril et Lewis aux mains des étrangers hostiles. Abysse ne doutait pas un instant que ce choix avait déchiré le jeune officier. L’incompréhension, pourtant, brûlait dans le regard de la milicienne.

Et sa perplexité mua rapidement en colère. Bien qu’affaiblie, elle trouva la force de lever la main sur son supérieur. Ses coups manquaient pourtant de conviction et se tarirent presque aussitôt. Sa voix se brisa et elle détourna le regard. Cette jeune femme avait été blessée, sans doute torturée et se sentait trahie par les siens. Sa douleur devait être sans pareil. Abysse conserva pourtant une expression calme et sereine. Seul un léger creux causé par la crispation de ses mâchoires trahissait les efforts qu’elle faisait pour se contrôler. Abysse posa un regard inexpressif sur la blessée. Elle la connaissait à peine et elle n’aurait certainement jamais entendu parler d’elle sans cette idée de terres inconnues et d’abandon. Bien sûr, elle avait déjà vu son nom sur quelques papiers officiels mais que cela représentait-il ?

La jeune femme avisa le général du regard. Ce dernier se tenait encore en retrait, visiblement plongé dans ses pensées. Abysse s’avança de quelques pas et posa un regard calme sur les soldats Shroeder et Vaeril. Elle se promit de se renseigner davantage sur eux afin de mieux les cerner par la suite. Pour le moment, elle se devait de jouer la carte de la diplomatie avec ce qu’elle possédait. Abysse vint se placer de l’autre côté du lit, en face de l’officier Shroeder. Elle voulut poser sa main sur l’épaule de Vaeril pour chercher un contact rassurant. Elle se ravisa cependant au dernier moment, de peur d’éveiller de nouvelles douleurs et se contenta donc de poser sa main sur le lit, tout près de la jeune milicienne. Elle plissa légèrement les yeux et s’exprima d’un ton doux.

- Nous ramènerons le soldat Lewis, elle gardait ses yeux rivés dans ceux de Vaeril. Je vous le promets.

Elle retira rapidement sa main et esquissa un léger mouvement de recul. Abysse était sincère. Elle mettrait tous les moyens en œuvre pour parvenir à sa promesse. L’unité faisait la force. Une armée n’était rien sans ses soldats, sans leur loyauté. Alors que son regard allait tour à tour vers la pilote et son officier depuis un moment, Abysse reporta son attention sur le Vadyn. Il était resté jusque-là silencieux. Il lui rendit un regard préoccupé. Perplexe, la jeune femme ne savait comment l’interpréter. Elle n’eut toutefois pas tout le loisir de l’analyser, une main que l’on venait frapper à la porte l’interrompit. Abysse grimaça et le Général autorisa l’entrée. Ils avaient pourtant formellemen interdits qu’on vienne les déranger.

Un jeune homme vint se présenter. Abysse l’avait déjà aperçu à quelques reprises. Elle connaissait sa silhouette efféminée et son regard timide qui allait sur toute chose sans jamais réellement se poser. Il s’agissait du lad du Général Saaris. Bien que la jeune femme ne connaisse pas la profondément du lien entre eux, elle savait que le général accordait une réelle importance à ce jeune homme. Il glissa quelques mots tout bas au général de la milice. Ce dernier prit une moue inquiète et acquiesça d’un grommellement. Il demeura un instant silencieux, visiblement plongé dans ses pensées, puis se tourna vivement vers Abysse. Son ton était sans appel.

- On dirait que ce gamin de Gouverneur a trouvé encore quelques raisons pour me déranger. Abysse, continuez cet entretien. En mon absence, vous êtes la responsable de cette affaire. Vous me ferez un rapport détaillé à mon retour.

Abysse se mordit l’intérieur des joues pour ne pas retenir son supérieur d’une question. Elle ne voulait pas rester seule, en cet endroit, en compagnie de ces parfais inconnus. Elle doutait de pouvoir se montrer aussi efficace que le Général. Elle était simplement capable de l’épauler, pas de le remplacer. La jeune femme fit cependant taire ses objections et acquiesça d’un signe de la tête. Le général s’en était déjà retourné et quittait la pièce suivi de son fidèle lad. Abysse resta un moment à regarder la silhouette de son supérieur s’effacer et la porte se fermer. Elle voulait retarder autant que possible l’échange à venir. Elle craignait tellement de ne pas être à la hauteur.

Carrant les épaules et se redressant de sa haute taille, elle fit volte-face et dévisagea les deux soldats qui se trouvaient dans la chambre d’hôpital. Son visage n’exprimait rien. Elle finit par esquisser un léger sourire.

- Excusez le Général, beaucoup d’affaires le retiennent en ce moment.

Ses mots sonnaient tellement creux dans sa bouche. Abysse se sentait tout simplement abandonnée en terres inconnues, sans autre arme que son intelligence. Elle secoua imperceptiblement la tête, chassant ces dernières pensées. Il était injuste de considérer la situation sous cet angle. La seule personne qui devait se sentir véritablement trahie, c’était Savanah Vaeril. Il ne serait d’ailleurs guère étonnant qu’elle vienne à remettre en doute son serment à la milice à la fin de toute cette histoire. Abysse reporta son attention sur la jeune femme blessée. Les mots qu’elle allait lui tenir lui arrachaient le cœur mais elle n’avait plus le choix.

- Je…elle hésita un instant puis se reprit. Je sais que ce que je vous demande est pénible, Soldat Vaeril, mais nous n’avons pas le choix. Je veux que vous me fassiez un rapport détaillé de ce qui s’est passé. Sa voix était apaisante mais restait ferme. Depuis le jour où la flotte a abordé les terres inconnues.

[Excusez mon temps de réponse, j'attendais les instructions du général What a Face en son absence, je me suis permise de prendre un peu la situation en main, faites moi savoir si quelque chose ne va pas]
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Mer 18 Avr 2012 - 14:43

Savanah regardait à tour de rôle ses supérieurs qui étaient entrés dans la chambre. Le silence était total, aussi froid que dans ces contrées glacés. Puis, après quelques instants, Abysse alla s'installer à côté d'elle sur son lit. Savanah voyait bien qu'elle se sentait mal à l'aise. Et pour cause ! il était toujours difficile de savoir comment s'y prendre dans ce genre de cas. Mais elle ne lui en tenu pas grès. Alors elle lui dit qu'ils allaient ramener Skye au pays. Son ton était sincère, mais que savait-elle de ce qui se passait là bas !? Ce nouveau monde si inhospitalier semblait receler tant de mystères et de dangers...

"Aidez-moi à me redresser s'il vous plait..."

C'était tout ce que Savanah trouva à dire. Maintenant en position assise, elle se trouvait à meilleure hauteur pour voir ses interlocuteurs et elle n'avait plus à se tortiller pour voir quelqu'un. c'est alors qu'un garçon entra à son tour. Intérieurement Savanah se demandait quand es-ce que tout ce manège se terminerait. Le Général s'excusa et s'éclipsa alors de la chambre d'hôpital. Enfin non, c'était Abysse qui s'excusa à sa place. Ouf, un de moins. Et ce fut de nouveau le silence dans la pièce. C'était Abysse, qui encore une fois le brisa. Avec un peut de difficulté et avec hésitation, elle demanda à Savanah un rapport détaillé de ce qu'elle avait vécue dans le nouveau monde. Savanah fronça les sourcils et baissa le regard. Elle avait aucune envie d'en parler. Mais de toute façon il fallait qu'elle y passe. Et puis de l'autre côté de Grand Vent, la vie de Skye était en jeu ! Chaque minute comptait.

"Je peux avoir un verre d'eau ?

Je pense que l'officier Jens a tout dit du déroulement du débarquement... Lors de l'attaque de nos troupes, je me suis trouvée en retrait par rapport aux autres. Erreur stratégique je sais bien. Et puis dans cette poudre blanche glacée et ce brouillard, on n'y voyait rien. nos ennemis était invisibles. Des explosions colorés détonnaient de partout. Le feu et la glace étaient mélangés pour former des choses monstrueuses. Quand Jens a ordonné la retraite, j'étais enlisée dans cette purée blanche et j'avais du mal à progresser. C'est Skye qui vint à mon secours et qui m'aida à m'en sortir, mais trop tard.
Des flammes nous avaient encerclées ! Vous les avez bien vues monsieur Von Schroeder ! Et vous avez continué votre retraite sans même essayer de nous tirer de là...

Jamais on abandonne un frère ou une soeur de la Milice ! C'est ça que vous nous dites tout le temps !? C'est beau...
Donc, ils sont arrivés, ces hommes et ces femmes étranges vêtus de fourrures et d'autres babioles. On a essayés de se défendre Skye et moi, mais nos armes ne pouvaient rien contre leur magie. Oui, ils maitrisent les éléments ! Alors, ils nous ont assommées."


Savanah marqua une pause, le souvenir de tous ces événements était dur. Elle but d'une traite son verre d'eau avant de continuer.

"Nous nous sommes réveillés dans une prison, pieds et poings liés. Nous étions dans le froid glacial. Nous pouvions à peine bouger tellement nous étions frigorifiées. Je ne sais pas exactement combien de temps nous y sommes restées dans ce cachots. Le temps était figé.
Peut après, nous subissions un interrogatoire avec une femme guerrière. Nous ne comprenions absolument rien à ses dires. Elle parlait une langue rugueuse, du vrai charabia. Skye et moi n'avons pas parlées. Puis vous nous connaissez, on les a plus fait souffrir qu'eux à nous.

Enfin, à ce moment là, on ne savaient pas ce qui nous attendaient encore... Une autre femme arriva. Celle là était peut commode et elle semblait être leur chef. Personne ne disait quoi que ce soit devant elle. Et le plus étrange, c'était l'aura qu'elle dégageait. C'était étrange, presque terrifiant. Et le plus surprenant était qu'elle parlait Korrulien ! Elle ne le parlait pas très bien, mais assez pour se faire comprendre. Elle nous posa des questions aux quelles nous n'avions rien répondues, ou rien qui ne mettrai en péril quoi que ce soit. Et puis, elle nous demanda alors, la quelle d'entre nous voulait rester ou partir. Avant que je puisse répondre quoi que ce soit, Skye avait dit qu'elle allait rester là bas... Je me sens coupable de l'avoir laisser dans ce sale trou glacial...

Alors moi, on me fit sortir dehors. Il y avait une épaisse tempête de glace. J'étais très faible à ce moment là. Je ne me souviens de pas grand chose. Sauf que les hommes qui était avec moi creusaient dans la neige un trou, et que la femme qui parlait le Korrulien donnait des ordres. Je croyais que ce trou était destiné à y enterrer mon cadavre lorsque je me serai faite exécutée. On me balança à l'intérieur et quelque chose d'étrange, de terrifiant de produisit. J'étais aveuglée par un flash bleu et je sentais cette force croître autour de moi. Et alors plus rien, je me retrouvais à Matros. Vous connaissez la suite..."


Savanah soupira. Ca y est, c'était sorti ! Elle avait sans doute oublié un ou deux détail, mais elle en avait dit assez pour le moment. C'est alors que sa mémoire lui revint. Elle se retourna vers Abysse et elle ajouta.

"Avant de me retrouver à Matros, la femme m'a donné un message à transmettre..."
avatar
Milice

On m'appelle Jens von Schroeder


Infos Personnage
RANG: Déserteur de la milice, ancien capitaine
VILLE & APPARTENANCE : Errande ; fils de bourgeois
MON AGE : 32 ans
Masculin
MESSAGES : 735
AGE : 27
INSCRIT LE : 02/01/2012
PSEUDO HABITUEL : Jezibaba
Joyaux : 1434
http://www.ile-joyaux.com/t554-jens-von-schroeder-ou-le-mythe-d-icare http://www.ile-joyaux.com/t368-jens-von-schroeder
Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Dim 10 Juin 2012 - 8:17

Je me permets une relance de ce sujet, ce serait dommage de le faire tombeer à l'eau 🤡

Spoiler:
 

Les coups du soldat laissèrent un air surpris sur le visage de l'officier. Elle lui en voulait donc à ce point ? Jens n'était pas fier de lui, mais restait persuadé que sa réaction avait été la bonne. Sauter dans les flammes pour sauver deux miliciennes aurait pu coûter la vie de beaucoup d'autres et peut-être même de toute l'escouade, et Matroos n'aurait toujours pas eu vent de l'existence de cette contrée.

Le milicien pourtant plein de remords se retenait d'exprimer quelque excuse que ce soit, de par sa place. Trop gradé pour demander le pardon à un soldat, et trop peu pour entamer la discussion alors que le Général et sa seconde étaient arrivés. Saaris ne tarda d'ailleurs pas à s'éclipser aussi promptement qu'il n'était arrivé et manqua le rapport détaillé du soldat Vaeril sans même que l'officier ne tente à un seul instant de la contredire quant à leur abandon. Après tout, dans les faits, c'en était très proche. À la fin du récit, Jens retint un soupir et baissa la tête, serrant les barreaux du lit de la milicienne. Le sort du soldat Lewis l'inquiétait d'autant plus à présent qu'il avait eu des détails sur les individus auxquels ils avaient eu affaire. Il fut ensuite question d'un message qui le tira immédiatement de ses pensées. Qu'est-ce que ces brutes épaisses auraient à leur dire dans de telles circonstances ? Relevant les yeux vers la rescapée Jens retenait son impatience, frustré de cette phrase laissée en suspens.

[Vas-y accouche-le ton message, j'vois pas quoi lui faire dire xD]



AVATAR ©SKYE ♥

Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Jeu 14 Juin 2012 - 2:26

[ Erf j'avais demandé à Savanah d'enchaîner direct sa réponse, n'ayant rien à dire avant qu'elle pose son ultimatum. Tant pis je ponds une réponse mais elle n'avancera en rien le rp. ]

Les bras croisés sur sa poitrine, le dos appuyé contre le mur, elle écoutait. Ne perdant pas un mot du triste témoignage de la jeune milicienne, Abysse la fixait intensément. Son esprit analysait sans relâche les informations qu'on lui offrait. Déjà, elle mettait au point toutes les alternatives et choix tactiques possibles. La situation avait pris un tour dramatique, et ce, à une vitesse déconcertante. Il fallait réagir, et vite, car le temps n'attendait pas les indécis. Et c'est ce que redoutait le plus la jeune femme. La milice s'était lentement enfoncée dans une hiérarchie bureaucratique bien huilée. Elle manquait cruellement de répondant et surtout d'imagination. Les vieux dirigeants se reposaient essentiellement sur leur expérience. Il se confiait au passé sans prendre la mesure du présent et des jours à venir.

Abysse secoua légèrement la tête, repoussant ses dernières pensées. Elle devait conserver l'esprit clair, rester attentive aux paroles de Savanah. Les directives à prendre, elle y réfléchirait plus tard. Un sourire triste étira les lèvres de la jeune femme tandis que la milicienne terminait son récit. Elle devinait sa souffrance bien qu'elle ne pouvait l'imaginer dans son ensemble. Cette jeune femme avait souffert. Et c'était loin d'être terminé. La milice ne la lâcherait pas et chercherait à lui arracher toutes les informations qu'elle détenait. Non, Abysse n'enviait certainement pas sa position. La sienne paraissait de loin plus commode.

- Je vous écoute, soldat Vaeril.

Les mots, à peine murmurés, n'avaient aucun sens. Ils rappelaient simplement ce qu'elle était et le rôle qu'elle avait à jouer. Un pion de plus sur l'échiquier.
avatar

On m'appelle Maitre des Joyaux


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : (ex : Muertiga - Les Gargans
MON AGE : n/c
Masculin
MESSAGES : 1007
INSCRIT LE : 27/01/2011
PSEUDO HABITUEL : Dieu tout puissant
Joyaux : 150
Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   - Ven 22 Juin 2012 - 15:25

On frappa à la porte. Doucement mais avec fermeté. Une femme en blouse arborant un insigne sur la poitrine la désignant comme médecin de haut rang dans le corps médical ouvrit la porte sans attendre l'autorisation. Après tout, l'établissement était comme sa maison, peu importe qui y séjournait, elle conservait toute autorité. Sans lever les yeux de son rapport, le Dr. Cherliz s'approcha de sa patiente. La jeune milicienne était arrivée dans un état épouvantable et en hypothermie. Son diagnostic vital n'était plus engagé à l'heure actuel mais sa stabilité mentale ne tenait qu'à un fil. Impressionnant !

"Pardonnez mon irruption, ceci n'est qu'un contrôle..." le Dr. Cherliz s'interrompit. Le nez hors de sa paperasse, elle venait de s'apercevoir de la présence des deux officiers, dans l'un hautement gradé. Mais ce fut l'état de Savanah qui l'interloqua, plus que le statut de ses visiteurs - il faut dire qu'elle n'en attendait pas moins de la situation actuelle.
"Officiers, je vous en prie cessez immédiatement cette interrogatoire ! J'ai pourtant été formelle quand à l'état très instable de ma patiente. Mais enfin regardez là !" Le docteur perdit le peu de patience que Vama la toute puissante lui avait donné. Le ton perché, les lunettes branlantes au bout de leur chaîne, les sourcils froncés et les lèvres pincées elle tendait une main en direction de la pilote aussi pâle que la mort, ou plutôt la neige qu'elle avait affronté. Elle semblait figée dans un état second, perdue dans ses sombres songes, comme si elle cherchait au fond de sa mémoire une information capitale.

"Sortez de cette pièce s'il vous plait. Avec tout le respect que je vous dois, je vous rappelle que je suis au dessus de l'autorité milicienne dans cet établissement. Je vous demanderez donc de ne pas chercher à revoir l'officier Vaeril sans mon autorisation. Autrement je ne puis vous garantir que vous retrouverez un être en état de parler !"

Sur ces mots, le Dr. Cherliz tint position aux côtés de Savanah et soutint le regard des miliciens. Ce n'était pas la première qu'elle devait affronter leur arrogance. Au moins ne lui avait-on pas imposé les bons soins du Gouverneur...


[HJ : petite intervention pour débloquer tout ça. Je crois qu'il y a eu un malentendu pour le message que doit transmettre Savanah. Il est destiné au Gouverneur. En soi, il n'a pas d'importance, c'est plus une provocation/avertissement. Du coup, ça serait bien Abyss si tu pouvais aller RP avec Vaarden au sujet des Erfeydes. Enfin, je prépare un mp pour vous expliquer]

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [Infirmerie] Briefing {Abysse, Jens, Savanah}   -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum