AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Grand Deuil et Petit déjeuner

avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 8 Avr 2013 - 14:30

Le transporteur du doyen descendait lentement dans la grand cour du temple d'Arish. Les puissants réacteurs soufflaient un air dense et brulant qui s'écrasait sur les dalles poussiéreuses dans un sifflement qui allait en s'intensifiant alors que la machinerie assurait les derniers mètres de cet approche minutieuse.

Les patins éraflés du train d'atterrissage connectèrent avec le sol puis les turbines relâchèrent leur poussée, le sifflement se tut progressivement et le véhicule s'enfonça sur ses suspensions avec un grincement.

On entendait encore le bruissement des rotors qui terminaient leur course lorsque le comité d'accueil du temple déboula dans la cour en grande pompe. Aucune information officielle n'avait vraiment filtrée mais chacun savait qu'il se tramait au palais une affaire d'une gravité sans précédent, ce n'était d'ailleurs pas pour rien que Mensah avait précipité son retours. Le Doyen allait probablement être d'une humeur massacrante, du moins on le supposait, mettre sa patience à l'épreuve était la dernière chose que l'on pouvait vouloir expérimenter... après décevoir Henja bien entendu.

L'habitacle  s'ouvrit avec un déclique et la lourde portière s'abattit sur le sol; dévoilant le vieux géant qui emboita le pas sans perdre une seconde.  Il identifia instinctivement Karven l'érudit en charge du temple en son absence. Un barbus sec et dynamique qu'il avait choisi pour sa rigueur millimétrée et son sens de l'organisation. L'homme était habité d'une tension notable qui se lisait dans les mouvement désordonnés de ses mains et la sueur qui luisait sur son front. A coté des prêtres qui l'accompagnaient il était toutefois un exemple de sang froid. Le reste du comité était affolé, leurs regards cherchaient à se rassurer les uns dans les autres mais demeuraient toujours confrontés à la même panique. Ils en perdaient leur assurance, se bousculaient maladroitement et manquaient de trébucher à chaque irrégularité du terrain.

*Les incapables...*

"Maitre Kehjao ! Que se passe-t-il ? Les Chamanes sont entrés en conseil, Azaëlle a fait venir le Général Jirkin et le représentant des cultivateurs en pleine nuit ! Nous avons pensé que vous deviez être prév..."



"Je sais !"


Mensah traversa la coure de sa démarche saccadée tachant d'ignorer le groupe d'érudits qui se dandinait dans son sillage, et stoppa brusquement en haut des trois marches qui menait à la colonnade ceignant la coure. Les érudits se percutèrent les uns les autres surpris par la manœuvre, redoutant de toucher le doyen dans leur maladresse. Ce dernier se tourna vers Karven.

"Le conseil doit être terminé à l'heure qu'il est, faites leur savoir que je suis là. Henja doit pouvoir me faire un compte rendu dans les plus brefs délais, je l'attendrais dans la tour d'astronomie."

Il s'apprêta à s'engager dans la colonnade puis se ravisa et fusilla d'un regard les prêtres qui se bousculaient à sa suite.

"Et déguerpissez bande d'inutiles, vous avez sans doute mieux à faire que me trainer dans les pâtes !"

Les érudits firent un ou deux pas en arrière, indécis sur l'attitude à adopter puis Mensah les chassa en agitant les bras.

"Karven ! Je suis rentré en catastrophe et n'ai pas eut le temps de déjeuner. Voit si il reste de la soupe qu'on sert aux apprentis et fait m'en porter"

L'érudit acquiesça et s'en alla aussitôt en direction des cuisines.  L'heure était matinale mais les récents évènements avait mis le temple en ébullition, les précepteurs couraient dans les couloirs à la recherches d'information car s'il était de notoriété publique que quelque chose de grave se tramait, personne ne savait précisément de quoi il s'agissait. A plusieurs reprise Mensah du renvoyer des érudits à leurs devoirs, calmer un groupe d'apprentis dont le maitre parti quémander un éclaircissement sur tout ce tapage demeurait absent. Finalement Karven semblait avoir été incapable de gérer cette simple crise, un constat décevant pour un prétendant à la succession qui semblait pourtant solide. Heureusement le doyen avait encore probablement de longues années devant lui, il avait encore le temps de parfaire la formation de ses hommes clé et des chamanes dont la puérilité de certains représentait un défit au moins aussi important qu'avait été la recherche du nouveau chamane plus d'une trentaine d'années par le passé.

La tour d'astronomie avait été épargnée par la folie matinale, le rez de chaussé quasi-désert n'était occupé que par quelques apprentis semblaient se noyer dans leurs atlas célestes sous la garde d'un érudit roupillant. Mensah Se dirigea sans un mot vers les interminables escaliers et commença à les gravir, marche par marche, à une allure pachydermique.
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 15 Avr 2013 - 15:00

Ysoa Taima étudiait l'instrument avec minutie. Son regard suivait son contour comme pour imprimer sa forme exacte afin de le redessiner plus tard. Elle marqua une pause sur chaque arrête afin de s'instruire sur sa texture, sa forme et la façon dont la lumière s'y reflétait. Puis elle poursuivit son chemin sur une courbe, un creux, patiemment. Lorsqu'elle eut terminé avec le sextant, elle attacha son regard à l'instrument d'à côté, et ainsi de suite, poursuivant sans fin son analyse exigeante et consciencieuse de tous les objets qui peuplaient la tour d'astronomie.
Cela faisait quelques heures, maintenant, qu'elle contemplait les compas et les lunettes, les lentilles et les miroirs, caressant doucement le kaïgho niché dans ses bras.
Le petit animal l'avait trouvé au petit matin, errant sans but dans les grands jardins du Temple. Elle n'avait pas assisté à la réunion, ne s'était même pas rendu compte du temps écoulé. Le regard perdu dans le vague, elle avait tenté de comprendre. Ce sentiment étrange qui l'écrasait, aussi implacable que la chaleur du Désert des Murmures. Ces sensations nouvelles qui l'accaparaient tant qu'elle n'entendait plus les cœurs des animaux battants à l'unisson dans son esprit. Ou plutôt, elle les percevait mais la clameur du Monde était trop forte et déguisait les chuchotements dérobés de ses compagnons de toujours.
Celle qui entend avait compris. Elle discernait le vent chuintant, les clameurs du peuple, le bruit des outils sur l’ouvrage, celui assourdissant des modules, les voix de ses pairs... Et le plus troublant pour elle : les cris des animaux, si stridents parfois. Elle distinguait maintenant le son qui allait avec les sensations qu’elle avait toujours éprouvé. Le ronronnement d’une ézealle, le feulement d’un garuda, le blatèrement d’un draoma. Cela ne se limitait plus à une vibration prenant naissance au creux de l’animal et remontant la cage thoracique jusqu’au larynx où elle explosait en ondulations plus amples d’une intensité incroyable. Ces remous ébranlaient autrefois Ysoa comme une symphonie magistralement orchestrée ébranle celui qui l’écoute.
Désormais, ils n'étaient qu’oscillations et frémissements couverts par l’agitation du Monde.

Ysoa passa à l’instrument suivant, un télescope suranné qui fonctionnait mieux que ses confrères plus jeunes. Il étincelait sous les rayons dorés du soleil de Korrul ; ses quelques traces de rouille répondaient au cuivre ambré de sa structure principale tandis que ses lentilles iridescentes sommeillaient en attendant le maître des lieux.

Le kaïgho remua légèrement contre sa poitrine. La jeune Chamane interrompit un instant son examen afin de le regarder. Elle rencontra ses yeux rouges qui semblaient l’ausculter. Aussitôt le bruit du Monde l’assaillit. Celle qui entend ferma les yeux, ses doigts brossant machinalement les écailles souples entre les deux oreilles de l’animal. Lentement elle rouvrit les yeux et fixa une nouvelle fois son regard sur le télescope flamboyant. Elle reprit son étude, imperturbable, serrant un peu plus le kaïgho qui s’était blottit contre elle dans un geste dérisoire de réconfort.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Mar 16 Avr 2013 - 15:39

Son sang bouillait dans ses veines comme l'eau des réservoirs sous l'assaut du soleil matinal. Les mains jointes devant le menton, Henja contenait sa colère. Depuis la fin de la réunion et les quelques phrases échangées en privée avec le Général Jirkins, la chamane n'avait pipé mot.
Dans le voilier solaire qui la ramenait au temple arishien, les passagers s'agitaient dans un silence cérémonieux. Les privilégiés qu'ils étaient connaissaient leur maitresse. Cette fois là, ils savaient tous que le silence que leur renvoyait Henja présageait l'orage et ses foudres. Un vase qui tombe, un éternuement, un virage trop serré... et ce serait cris et hurlements contre les vermines qu'ils étaient. Jamais ils n'avaient eu à faire face à la mort d'un chamane, aussi spéculaient-ils tous intérieurement sur l'état mental de leur guide ici présente. Allait-elle s'effondrer en larmes ? Allait-elle simplement hurler ? Allait-elle les rabaisser plus bas que terre, les piétiner, leur promettre mille et un supplices pour avoir briser sa méditation ? Ou était-ce là sa manière à elle de porter le deuil ? Emmurée dans le silence, elle effrayait chaque homme et chaque femme présents à bord plus que lors de ses presque habituelles crises de colère.


Le projet n'avançait pas assez vite au goût d'Henja. Les nouvelles de Vaarden à ce propos accentuaient sa mauvaise humeur. Pire que tout pour elle, la mort de son frère chamane la mettais à nue. Jamais elle ne s'était sentie aussi fragile, aussi... mortelle. Quel message Ruyn voulait-il lui transmettre par ce tragique évènement ?
La guerre. La conquête.
Toujours ces mêmes mots qui résonnaient alors dans son esprit. Il n'y avait pas d'autre réponse à cet affront. Le plus dur étant de présenter la chose avec sagesse et intelligence. La guerre. Ce mot effrayait toujours les auditeurs. Pourquoi fallait-il tant de fioritures autour de ce mot juste et implacable ? Cela avait toujours été ainsi, et le serait toujours tant qu'il existerait des ennemis au peuple korrulien. Ruyn méritait le sacrifice de quelques hommes pour sa gloire et l'extension de sa parole.
La première étape consistait à venir à bout de ce fameux vaisseaux.


Le voilier s'arrêta avec une certaine brusquerie, tirant Henja de ses réflexions. Au travers de la vitre, le soleil avait atteint son coude au point de la brûler. Elle y vit là un signe de Ruyn. Il venait de la marquer. Il lui confirmait par l'ardeur de son feu la récente déclaration de Celle qui Sème. Le feu, c'était le symbole de la guerre et du renouveau.

Un vent chaud envahit l'espace abrité du vaisseau lorsqu'on ouvrit le sas principal. Aussitôt, des centaines de grains de sable griffèrent le sol ou se glissèrent dans les recoins du module qu'il faudrait parfaitement nettoyer avant le retour de la chamane. Cette dernière se déplaçait souvent nus pieds, aussi appréciait-elle plus le doux contact de la pierre lisse que celui plus agressif des gros grains. Les petits médaillons qui ourlaient sa robe aux voiles vermeils rompirent le silence pesant quand elle se leva pour sortir. A pas mesurés, mâchoires crispée, on pouvait voir que l'orage menaçait toujours les simples korruliens.
Trois vieux érudits l'attendaient sur le pavillon du temple, à l'ombre des larges feuilles d'un fruitier bourgeonnant. Une dizaine de serviteurs vêtus de blanc les entouraient les bras chargés de jatte d'eau fraîche, de fruits tout juste cueillis, ou bien restaient à disposition pour tout besoin. Était-ce le vent qui les faisait trembler comme des feuilles desséchées et le soleil transpirer à flot ? La chamane ne put retenir une moue de dégoût devant cet amas d'êtres pitoyables. La situation était grave. Les nouvelles pires encore. Mais aucun d'entre eux n'avaient connaissance de la teneur de ces informations. Aucun. Seulement elle. Et pourtant, elle se présentait à eux la tête haute, le visage parfait, et d'une voix maitrisée elle prononça juste un nom ; celui de Junhara.
Très vite, la compagne sortit du petit groupe rassemblait, une jatte en terre cuite entre les mains. A sa vue, Henja réprima l'envie d'attraper le récipient et de le jeter avec violence sur les incapables qui la suppliaient du regard de sa miséricorde. Ce n'était pas vraiment elle qu'ils craignaient tous à ce moment, c'était plutôt son absence totale de réponse à leur question muette : que se passe-t-il ? La chamane n'était pas d'humeur à savourer l'instant. Son esprit était bien trop taraudé et en vérité elle redoutait de quitter cet état d'antipathie extrême devant plus bas qu'elle. C'était le lot des guides, montrer l'exemple à suivre.
Alors suivez le vieux débris mal finis ! jura-t-elle intérieurement. Puis elle se saisit de la jatte et vida son contenu sur un arbuste assoiffé d'un geste brutal.

- Où est Mensah ? demanda-t-elle d'une voix forte en jetant l'objet dans les mains d'un jeune serviteur.
- La tour d'astronomie, avec Celle qui Entend... murmura clairement Jun' au dessus des babillements des érudits. L'un d'eux s'éclaircit la gorge.
- Chamane Henja,nous remiercions Ruyn de votre venue. Le grand érudit est arrivé il y a peu et espère s'entretenir avec vous dans la matinée.

Sur ces mots, il s'écarta de ses confrères qui firent de même, scindant ainsi la petite foule en deux.
- Prépare mes appartements, fit-elle à l'adresse de sa compagne qui allait lui emboiter le pas.

Henja monta les marches blanches du temple, passa devant les érudits et les serviteurs sans leur adresser la moindre attention alors qu'ils inclinaient tous du chef sur son passage, puis s'enfonça dans les hauts couloirs du temple embaumés des fleurs du jardin centrale en direction de la tour d'astronomie. Elle se surprit à ne souhaiter croiser aucun malheureux sur son chemin, auquel cas l'orage se déclencherait pour de bon.

avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Sam 20 Avr 2013 - 10:46

La tour se décomposait principalement en trois niveaux de surface décroissante. Le premier, large et spacieux était d'avantage une salle d'étude. Meublée de bibliothèques et de tables massives, c'était le lieux idéal pour étudier le ciel, la géographie ou la navigation. Le Troisième, le plus élevé et aussi le plus étroit abritait les outils plus spécifiquement propre à l'astronomie. Le grand télescope, à l'instar de la plupart des instruments l'entourant était une pièce ancestrale datant du dernier âge d'or de Korrul. Tout ce matériel pouvait sembler sembler vétuste au premier abord mais en réalité il avait été construit avec tant de soins et de minutie qu'aujourd'hui encore sa précision laissait pantois. Son âge en outre lui donnait à présent une valeur inestimable.

Ces Lieux étaient tous deux soumis à une réglementation plus stricte que partout ailleurs dans le temple ( exception faite des appartements d'Henja ) et il n'était pas question de s'y rendre sans un motif valable. La raison de ce règlement spécial trouvait son explication logique dans le simple fait que le niveau intermédiaire avait été réquisitionné par Mensah Kehjao en personne le jour qui l'avait fait officiellement Doyen du temple. S'y trouvait son bureau et salle d'étude privée.

Arrivé sur le pallier du second niveau, Mensah repris quelques secondes sa respiration. Son corps, solide en dépit de son âge avancé, n'était définitivement pas prévu pour ce genre d'acrobatie.

"Maudite jambe" Maugréa-t-il sans desserrer les dents.

Il fouilla machinalement dans sa besace pour en sortir la clé de son antre, ce faisant il commença mentalement à lister des objectifs à court terme, des vérifications routinières et à les ranger par catégorie avec une méthode rigoureuse qu'il tenait de l'époque où il n'était encore qu'un apprentis. L'objet dans la main, il l'introduisit dans la serrure, toujours plongé dans ses pensées. Le loquet cliqueta, grinça, un pan de la porte bascula révélant un clavier numérique. Mensah entra le code, valida, le clavier bascula à nouveau et la porte coulissa vers le haut comme avalée par le plafond. A ce moment précis un bruit sourd et résonnant ébranla la tour.

Sous la surprise son premier réflexe fut d'écarquiller les yeux en fixant la rainure formée par le bas de la porte incrusté dans le linteau puis immédiatement la solution lui apparut, claire comme de l'eau de roche. Sa tête pivota pour s'aligner dans l'axe de l'escalier qui donnait vers le niveau supérieur, il perçu du mouvement au dessus de lui et soupira avec colère avant de reprendre son ascension avec la ferme intention de passer un savon à la personne qu'il désignerait comme responsable de ce tapage et des dégâts occasionnés.
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Jeu 25 Avr 2013 - 9:27

Lorsqu'on n'en a pas l'habitude, on n'associe pas systématiquement un son à la personne ou l'objet qui l'a produit. Aussi Ysoa n'avait-elle pas tout de suite compris ce qui était arrivé.

Elle était assise à même le sol, le regard perdu sur les instruments délicats de la pièce. Ils étaient beaux et fascinants ; elle ne se lassait pas de les contempler. Dans ses bras, le petit kaïgho était silencieux. Il bougeait à peine et sa présence apaisait tant la jeune Chamane.
Cela faisait quelques heures, pourtant, qu'elle était là, à attendre que quelqu'un vienne, et son dos commençait à la faire souffrir. Alors, machinalement, elle se laissa aller doucement en arrière, s'appuya sur le meuble en bois chauffé par un rayon de soleil et ramena ses jambes contre elle, poussant le petit animal vers son cou où il se nicha avec bonheur. Cependant, il n'y resta pas longtemps.
Celle qui Entend sursauta. Le kaïgho lui avait envoyé une décharge émotionnelle intense à laquelle elle avait répondu de la même façon que lui. Brutalement soustraite sa rêverie, elle se concentra sur lui pour ne pas être assaillie par le bruit du Monde. Son cri, très désagréable à l'oreille inexpérimentée de la Chamane, vrombit dans sa petite poitrine et roula dans sa gorge. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas perçu un telle sensation si distinctement que la jeune femme sourit béatement pendant un court instant. Mais elle fut vite rattrapée par la peur du Kaïgho, désormais tapi contre sa nuque. Ysoa tenta alors de comprendre ce qui l'avait effrayé mais ne voyait rien dans la pièce qui puisse expliquer sa réaction instinctive.
Elle leva une main pour le caresser mais suspendit son geste à mi-course. Là, par terre, au coin de la commode, brillait quelque chose. Un objet tout petit qui captait pourtant un rayon de soleil avec force. Elle avança à quatre pattes jusqu'à lui... Alors elle comprit.
Effarée, elle tendit des mains tremblantes vers les éclats irisés de plusieurs lentilles. Leur support gisait à côté, entouré de trois lentilles intactes de différentes tailles. Mais combien s'était brisées dans la chute ? Impossible à dire. Beaucoup. Cinq ou six, probablement. Fébrile, Ysoa essaya de rassembler les morceaux mais pour un œil non averti, il aurait pu s'agir d'une lentille comme de mille. Sans compter les éclats minuscules qui brillaient comme une multitude de petites lanternes. C'était une catastrophe.
Une grande force vint étreindre la gorge de la Chamane. Ces bris de miroir ne renvoyaient pas seulement l'éclat du soleil ; ils renvoyaient tout ce qui n'allait pas dans le cœur d'Ysoa Taima. Un cœur aussi fragmenté que ces lentilles depuis la mort de Celui qui Sait. Savait-il qu'il allait mourir ? Sans aucun doute. Il n'avait prévenu personne. D'une certaine manière, elle l'admirait d'être allait ainsi au devant du destin tracé pour lui. Mais elle lui en voulait d'être parti sans un mot pour eux, ses frères et sœurs.
Aujourd'hui, c'est la peine des Chamanes qu'Ysoa voyait dans les débris scintillants. Ruyn essayait-il de lui dire quelque chose ?

Un mouvement du kaïgho attira son attention et Ysoa releva la tête, juste à temps pour voir Mensah atteindre le seuil de la salle d'astronomie. A la fois soulagée de le voir et terriblement coupable d'avoir abîmé ses précieux équipements, elle se releva aussitôt et courut à sa rencontre. Sans lui laisser le temps de dire ou faire quoique ce soit, elle se jeta contre lui comme une enfant en faute et se pressa avec force contre sa poitrine.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Dim 9 Juin 2013 - 13:24

A quelques mètres de l'arche qui marquait l'entrée du hall de la grande tour, Henja pu entendre l'éclat fracassant de millier de petites choses fragiles qui se brisent sur le sol. Une fenêtre ouverte porta directement le son dans la cour intérieure réputée pour son silence serein propice à la réflexion et se répandit en écho dans le dédale de corridors qui transformait le temple en un vrai labyrinthe. Aveuglée par le reflet du soleil sur les parois nacrées du lieu, la chamane ne pu distinguer clairement ce qui se tramait dans la salle d'astronomie. Elle attendit quelques secondes les cris du vieil érudit, un sourire presque sournois au coin des lèvres à l'idée de la punition que recevrait le maladroit qui s'était risqué là haut. Rien ne vint.
Avec une certaine déception noyée sous la curiosité, Celle qui Sème accéléra le pas jusqu'à sa destination. Elle monta les marches quatre à quatre et déboula à peine essoufflée sur le seuil de la salle.
Non sans surprise, elle découvrit Ysoa blottie dans les bras de son ainé comme le petit animal effrayé qu'elle tenait un peu plus tôt dans les siens. Ce dernier était désormais caché sous une bibliothèque encore intacte.
Un coup d’œil suffit à Henja pour évaluer les dégâts. Les nouvelles perceptions sonores de sa sœur étaient plus handicapantes que ce qu'elle avait pensé. Comme pour chacun des enfants aux yeux noirs, Celle qui Sème avait vu son pouvoir étrangement accrut depuis la mort de... l'un d'eux. Sa gorge se serra. Était-ce le grand état de faiblesse d'Ysoa qui mettait tant à mal la redoutable chamane ? Elle ne voulait laisser la peine qui germait dans son cœur s'étendre plus et partager les émotions misérables des sous-hommes. Jamais elle ne s'abaisserait à leur niveau. La perte de Muraco n'était que partielle. Grâce à Ruyn, elle pouvait sentir sa présence. Il servait à présent leur Dieu avec une toute nouvelle proximité que seule la mort offrait. C'était là la seule pensée qui devait résonner dans sa tête dès qu'elle songeait à Celui qui Savait.
Non, cette scène l’écœurait.

- Ysoa... ne te mets pas dans un tel état pour quelque bibelot cassé. Nous les remplacerons et confierons leur réparation aux jeunes apprentis, fit-elle en évitant soigneusement les brisures de verre pour rejoindre sa sœur.

Elle s'éclaircit la voix pour la raffermir, dégoûtée par le ton lamentable qu'elle venait d'emprunter.
- Ne restons pas là, nous ne gagnerons qu'à nous blesser alors que des affaires urgentes nous demandent.

D'un signe de tête, elle salua Mensah, toujours empêtrée de la Celle qui Entend.

Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Mer 12 Juin 2013 - 5:21

L'espace d'un instant, la colère froide du doyen laissa place à la surprise puis à une douce tristesse. Il senti les larmes lui monter aux yeux puis se ressaisit et repoussa Ysoa, lui tenant fermement les épaules entre ses larges mains.  Le visage de Mensah affichait sa sévérité habituelle mais pour peu qu'on ose soutenir son regard qui semblait reprocher à quiconque tous les maux de l'univers, on pouvait deviner au fond de ses yeux orangés l'ombre ténue d'un immense désarroi.
Il s'était préparé à réprimander la chamane, lui rappelant qu'il ne voulait pas voir d'animaux dans les salles d'études - et il avait déjà été très clair sur ce point - même s'il n'avait pas identifié la créature il avait deviné sa présence et cela lui suffisait. Aucune situation, aussi exceptionnelle fut-elle, ne justifiait une entorse aux règles établies, son intransigeance était absolue, c'était ainsi. Le sermon ne demeura cependant qu'au stade d'intention dans l'esprit de Mensah, le fil de ses pensé interrompu par l'arrivée d'Henja.
 
Celle qui sème faisait visiblement un effort pour sembler imperturbable mais pour Mensah qui avait vu la chamane grandir et qui lui avait enseigné la partie la plus importante de son savoir, les émotions d'Henja transparaissaient autant dans le ton de sa voix que sur son visage ou le rythme de ses pas. L'assurance de sa protégée lui apporta tout de même un certain soulagement, le simple fait d'imaginer Henja se livrer au même cirque que celle qui entend lui hérissait les poils de la barbe.
 
"Henja, je désespérais de trouver  quelqu'un qui ait encore la tête sur les épaules dans ce temple !"
Il soupira, regardant tour à tour les deux chamanes. Comment deux personnes ayant reçu une éducation similaire pouvaient être si différentes ? Etait-ce la surdité de celle qui entend qui avait altéré à ce point son apprentissage? Ou la nature de son pouvoir qui jouait sur ses émotions? Puis l'image d'Azaëlle ou de Denken lui vint à l'esprit, il ne les avait pas revu depuis son retour mais il n'eut pas de mal à imaginer les débordement qu'ils avaient pu causer confronté à la perte d'un des leurs.
 
" Comment s'est passé le conseil en mon absence? J'espère qu'il n'a pas été pris de décision irréfléchie, je sais que tu auras fait les bons choix mais je m'inquiète d'avantage des réactions de tes ... frères et sœurs  ...  Qu'a-t-il été décidé? Que s'est-il dit?"
 
L'impatience pointait dans sa voix, poussée par une crainte viscérale. La situation était déjà critique mais de mauvaises décisions pouvaient encore faire empirer les choses. Puis il se rattrapa.
 
"Pas ici" déclara-t-il en prenant la direction des escaliers.
 
Il avait déjà descendu quelques marches quand il s'adressa à Ysoa, tournant la tête dans sa direction pour être sur qu'elle puisse déchiffrer son message:
 
"Ysoa, ton ainée a raison, il y a des sujets qui requièrent notre attention et qui te concernent également. Il est temps que tu prennes une part plus active à la vie du temple..."
 
Sur ces mots il dévala l'escalier, se rendant vers son bureau.
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 24 Juin 2013 - 14:17


Lorsque Mensah repoussa doucement Ysoa, la jeune Chamane put lire, l’espace d’un instant, les remontrances qui s’apprêtaient à franchir ses lèvres. Pourtant rien ne vint. Au lieu de cela, le vieil érudit se tourna vers la porte où s’encadrait Celle qui Sème.
Celle qui Entend avait beaucoup de respect et d’admiration pour son aînée, elle qui se montrait toujours si digne de son rang, si maîtresse de ses émotions. Il arrivait à Ysoa de l’envier tandis qu’elle-même ne parvenait qu’à grand peine à maîtriser les siennes. Combien de fois s’était-elle interroger sur ce point ? Cela venait-il des animaux ? Les plantes qu’Henja faisaient pousser ressentaient-elles quelque chose ? Depuis son plus jeune âge, son cœur hésitait mais elle n’avait jamais osé poser la question, de peur de découvrir qu’il n’en était rien. Car après tout, à sa connaissance, toutes les créatures de Ruyn étaient capables d’émoi. Pourquoi la végétation serait-elle exempt de cette sensibilité ? Celle de l’Oasis était si belle qu’aux yeux d’Ysoa, il fallait qu’elle soit aussi animée que n’importe quel être mortel.

Plongeant son regard dans celui d’Henja, elle perçut ses mots plus qu’elle ne les lut sur ses lèvres. Elle chercha au fond des perles sombres de la Chamane, la fragilité qui l’envahissait depuis peu et qui l’empêchait d’avancer correctement. C’était comme d’enlever une canne au vieillard qui trébuche. Ysoa se sentait vacillante mais l’assurance qu’elle vit sur le visage de Celle qui Sème, à défaut de trahir une faiblesse, lui apporta le courage dont elle avait tant besoin. Elle ne savait pas toujours si sa sœur était sujette à la vulnérabilité - elle le soupçonnait parfois au détour d’un clignement de cil ou d’un mouvement subreptice de ses lèvres mais elle ne l’avait jamais vu – et dans un sens c’était sécurisant. A cet instant précis, elle fut sa canne qui l’aida à se redresser.

Ils s’engagèrent dans l’escalier interminable de la tour d’astronomie mais n’en avaient franchi qu’une volée lorsque Mensah se retourna pour lui parler. Elle perçut le roulement sourd de sa voix tandis qu’il sollicitait une plus grande attention de sa part sur les affaires du pays.
Il avait raison. Longtemps elle s’était comportée comme une enfant lorsqu’il s’agissait de politique. Elle n’aimait pas les réunions, fuyait certaines obligations, toujours assurée que d’autres s’en chargeraient pour la communauté. Ce n’était pas digne d’une Chamane et elle le savait mais inconsciemment, elle avait peut-être profité de sa surdité pour se soustraire à quelque pensum. Elle ne l’avait jamais fait contre son peuple et ne s’était pas non plus montrée dédaigneuse envers ses pairs. Pourtant, nombre de ses absences et retards avait pu passer pour de la désinvolture. Avec les évènements récents, pourtant, elle se rendait compte à quel point son attitude avait dû être un poids pour certains. Elle lut chaque syllabe avec révérence et adressa un signe de tête opiniâtre au vieil érudit. Elle comprenait l’importance de ses doléances et s’efforcerait d’y répondre comme il se doit.

Pendant leur descente, Ysoa concentra son esprit sur lui. Elle fit bientôt le parallèle entre son pas cadencé et le bruit sourd et régulier qu’elle percevait. C’était comme le battement de cœur d’un omni’hoc au travail. Chaque animal avait le sien, c’était comme une signature, une empreinte. Ysoa découvrait à l’instant qu’à sa manière, chaque être humain avait le sien également. Curieusement et bien que par la force des choses elle ait toujours été observatrice, ce détail ne lui était jamais venu à l’esprit. Aujourd’hui c’était une évidence. Le long de cet escalier, elle eut l’impression, plus que jamais, de sentir Ruyn à leurs côtés, rythmant leurs pas de Sa présence bienveillante. C’est drôle comme Il se rappelait à elle dans les moments les plus inattendus. Elle se demandait parfois s’Il ne le faisait pas exprès, comme par jeu. Et l’harmonie était parfaite. C’est ce qui frappa le plus la jeune Chamane, d’ailleurs. Elle constata inopinément que le refrain qu’elle percevait autrefois dans les mouvements, existait aussi dans le monde bruyant qui s’ouvrait à son esprit. Et il pouvait être remarquablement beau et apaisant, lui aussi.
Ruyn ne cesserait donc jamais de la surprendre. Sa générosité envers ses serviteurs était inestimable.

Émoustillée par ce bruit qui doucement devenait son, Ysoa se concentra sur Henja alors que tous trois longeaient un grand corridor drapé de rouge, d’orange et d’or. Malgré sa concentration, elle n’entendait pas le cœur en mouvement de Celle qui Sème. Les Chamanes glissaient-ils sur le monde au point qu’on ne puisse percevoir l’accord de leurs pas ?
Intriguée, Ysoa fixa son regard sur sa silhouette et se dit que certaines choses appartenaient peut-être au silence, Ruyn les gardant sans doute pour son seul enchantement.

Elle remarqua à peine qu’ils étaient arrivés lorsqu’elle s’arrêta aux côtés de sa sœur dans le bureau du maître des lieux.

Spoiler:
 



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 1 Juil 2013 - 13:08

Le vieux maitre ouvrit la porte de son bureau et précéda les deux chamanes à l'intérieur. La pièce ronde ressemblait beaucoup au sommet de la tour où les instruments trônaient jadis dans un désordre impeccable. Quel triste gâchis ! Ces reliques avaient toujours représenté un environnement familier, agréable pour Celle qui Sème. Elle ne pouvait en vouloir à sa cadette. De toutes, les transformations de son don étaient les plus difficiles à intégrer.
Henja n'avait pas eu encore le temps de se perdre dans son oasis afin de découvrir la nouvelle facette du cadeau que lui avait fait Ruyn à sa naissance. A la pensée de ce pouvoir grandissant, son cœur de pierre fissuré par la mort de Muraco s'animait.
Pas de ce que les politiciens et grands hommes du monde poursuivaient avec un acharnement exponentiel, plutôt "le" pouvoir. Celui des dieux. Celui d'un Dieu.
N'était-il pas fascinant d'observer un chamane en pleine exécution ? Commander à toute bête vivante, guérir les blessures incurables dans un halo de lumière, réconcilier roche et graine, prendre possession d'un esprit étranger... Communiquer avec ceux de l'autre monde. Imaginez donc la sensation que pouvait créer la possession d'un tel pouvoir. Il s'enracinait dans le corps à travers chaque veine, chaque os, chaque souffle.
C'était plus beau de l'intérieur que ça ne l'était de l'extérieur. Les chamanes auraient été incapables de décrire leur état si on le leur avait demandé. Peut être pas pudeur, ou bien par honte car c'était si merveilleux que Celle qui Sème n'avait jamais laissé entendre la moindre envie de mégalomanie. Pourtant, c'était bien de cela qu'il était cas pour Henja.

- Le Conseil perd en efficacité, lâcha la chamane en tombant dans l'unique fauteuil de velours usé avec une légèreté habillement simulée. Les pans des voiles de soie carmin de sa robe s'éparpillaient autour de ses jambes croisées lui donnant une allure de souveraine. Tout dans ses gestes abondaient volontairement vers cette image. L'éloignement de Celui qui Insuffle, ton absence - elle esquissa un vague geste vers Mensah - et tous ces jeunes esprits pour les remplacer vont conduire Korrul à sa perte. J'ai trop lutté pour sa survie pour la laisser ainsi sombrer.

Lasse était sa voix, lasses étaient ses traits. Le travail de Celle qui Sème avait sauvé Korrul de la famine et de l'esclavagisme matroscien. Les korruliens oubliaient trop aisément à son goût qui avait fait du petit oasis de leur ancêtre une jungle florissante, dense et étendu à l'origine de toute prospérité. Elle reconnaissait la participation complémentaire d'Ysoa et c'était certainement pour cela que les deux chamanes s'entendaient si bien.
Durant toute sa vie de trentenaire, Mensah avait veillé sur l'hégémonie religieuse incarnée par les élus. Il semblait à Henja que cette emprise s'estompait, à son plus grand damne. Parfois, l'idée mauvaise d'une petite piqûre de rappel s'esquissait dans son esprit.

- L'île Blanche est une nouvelle épreuve de notre créateur. Un obstacle qu'il ne faut ni franchir, ni contourner et encore moins plier devant. Il faut l'absorber, déclara-t-elle de sa voix de pierre, forte mais sereine, claquante mais mélodieuse. J'ai lancé la colonisation de ce pays. Les richesses qu'il a offrir sont notre salut.

Devant une telle promesse de puissance et de sureté, les yeux d'Henja étincelaient de désir. Toutefois, la personnalité qu'elle était savait mesurer ses émotions pour ne laisser paraitre que l'essentiel.
avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Dim 7 Juil 2013 - 13:15

"Bien, bien"
 
Mensah s'était installé derrière son bureau et avait ouvert l'épais recueil où il consignait chaque jour les évènements les plus importants. Son bureau croulait sous les parchemins et les manuscrits. Dans sa quête désespérée et folle du savoir le plus parfait et absolu ses notes étaient d'une aide précieuse et salvatrice. Il prit une plume et note la date du jour, puis releva la tête pour écouter ce que la chamane avait à dire. Mensah lui avait enseigné la  droiture et la sévérité autant en politique qu'au quotidien et elle avait assimilé ces notions avec une aisance et un naturel presque inquiétant.
 
Le conseil perd en efficacité, l'affirmation lui arracha un rire jaune, il n'avait pas imaginé ce ramassis d'incapable en position de faire pire qu'à son habitude, et ben au dire de celle qui sème, si, c'était possible. Décidément ces pantins étaient bien capable des pires idioties lorsque leurs aînés n'étaient pas là pour leur enseigner la droiture. Quelque part cela avait un caractère vaguement prévisible, n'ayant pas connu par eux même les temps les plus durs, ils n'avaient sans doute aucune idée de leurs faiblesses, et comment progresser efficacement lorsque l'on ne sait pas ce qu'il faut améliorer? Un petit cours d'Histoire ferait indubitablement le plus grand bien. Et si cette petite chamane aux airs de raine n'avait pas été là? Il en frémi rien qu'à y penser. Ce qu'il voyait au delà de ces courbes, certes alléchantes pour la plupart des hommes, ce n'était pas une humaine - à supposer que l'on puisse catégoriser ainsi un chamane - mais un rempart. C'était ce mur de pierre et de sable qui protégeait les habitations et les cultures des tempêtes de sable, en une seule et unique personne, se concentraient tous les espoirs et l'avenir d'une nation tout entière. A supposer qu'un coup malheureux du destin la leur enlève et ils étaient probablement tous voués à un avenir sec et misérable. Non définitivement, cet être fragile n'était pas à considérer avec légèreté.
 
"Tu as trop lutté dis-tu..."
 
Il n'avait encore rien noté, Henja avait ouvert son rapport sur des banalités sans grande importance, bien sur l'incompétence des hautes sphères du pouvoir Korrulien était un problème inquiétant mais Mensah était précisément affairé à arranger cette situation délicate. C'était d'ailleurs précisément la raison de son déplacement. Après tout, si Arish ne leur donnait pas successeur valable, il en serait peut-être autrement d'Ofagar et Penjoie, aucune piste n'était à négliger.
 
"Moi je pense que tu n'en es qu'au début de tes peines, tu es encore jeune et vivace, les obstacles que tu rencontres maintenant t'apparaitront sous une toute nouvelle perspective lorsque tu auras vingt ans de plus."
 
Il ne cherchait bien évidement pas à la provoquer mais puisque la chamane avait décidé de parler du futur, peut-être qu'il était bon de lui rappeler la seule certitude qu'il avait concernant la vie d'Henja: Jamais, quoiqu'elle fasse, jamais elle ne trouverait le repos. Si elle bel et bien la gloire et la richesse de son peuple, elle se donnerait corps et âme jusqu'à son dernier souffle. Un doyen plus pragmatique aurait sans doute considéré celle qui sème ni plus ni moins que comme une ressource périssable. Une fois qu'elle aurait donné tout ce qu'elle avait à donner, elle retournerait auprès de Ruyn. La vie qu'il lui restait s'écoulait comme le contenu d'une outre et, en plein désert, le sage économise son eau.
 
"L'île Blanche."
 
Repris-t-il en notant quelques mots.
 
"Je me demande bien comment quelqu'un a pu avoir l'idée de chercher à négocier avec ces sauvages. Les premiers rapports qui on été faits font état d'un peuple primitif et bête, doté de pouvoirs surnaturels. Leur sort ne mérite même pas notre attention, à aucun moment nous n'avons été tenu de devoir négocier avec ces animaux, nous leur sommes supérieurs en tout point, leur accorder de l'intérêt fut une preuve de générosité inutile et malavisée, puisqu'ils l'ont rejeté, ils n'ont plus qu'à servir Ruyn attachés et trainés dans la boue comme les bêtes qu'ils sont."
 
Les jugements hâtifs n'étaient pas l'apanage du doyen mais a peine avait-il commencé à parler que les mots s'étaient extraient de sa bouche, se forçant un passage à travers sa gorge. Ils transportaient une colère profonde et froide, pleine de rancœur.  Il réalisa alors la présence d'Ysoa qui ne devait pas l'avoir vu très souvent proférer un discours si véhément. Posant sur elle un regard plus calme, il chercha dans ses yeux un peu d'approbation. Après-tout ces hommes avaient tué son frère, venu leur porter un message de paix. Si Muraco n'avait pas su trouver leur cœur, c'est probablement qu'ils n'en avaient tout simplement pas.
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 8 Juil 2013 - 13:25

Les derniers mots de Mensah s’imprimèrent dans l’esprit d’Ysoa comme des marques au fer rouge. Pourtant, d’autres fers étaient déjà passés avant et les traces qu’ils avaient laissées étaient encore vivaces.
Comme tout bon Chamane, Ysoa n’avait pas d’estime pour les manants dépourvu de foi en Ruyn. Elle en avait encore moins pour ceux qui avaient assassiné son frère avec plus de cruauté qu’un être doté d’une âme ne peut l’imaginer. Sa conclusion concernant cet acte odieux était simple : ils ne méritaient aucune clémence, aucune mansuétude, aucune humanité. Elle n’était pas de nature belliqueuse mais n’avait pas de peine à s’imaginer bourreau de n’importe lequel de ces pourceaux meurtriers. La mort de Celui qui sait était encore une plaie béante qui qui ne demandait qu’à laisser échapper sa colère et sa souffrance. Elle n’avait jamais connu deuil plus grand, pas même lorsqu’Auren l’avait quitté et Ruyn savait combien sa disparition l’avait éprouvée.

Le regard du vieil érudit glissa sur elle et bien qu’elle ne se soit jamais intéressée de prêt aux réunions officielles auxquelles elle accordait sa présence et tout juste, parfois, quelques attitudes concernées, pour la première fois de sa vie, elle se sentait impliquée. Inconsciemment, il venait de réveiller un esprit belliciste qu’elle ne soupçonnait pas de posséder.
Malgré cela, un mot la gênait profondément dans son discours. Elle savait qu’il ne l’avait pas fait exprès ; nombre d’expressions l’utilisaient à tort. Aussi, elle attrapa vivement un morceau de papier sur son bureau sans se soucier de son accord et griffonna frénétiquement quelques mots à la plume de holipus.
« Ce ne sont pas des bêtes. Ce sont des moins que rien. La seule chose qui les rend dignes de notre attention réside dans la barbarie dont ils ont fait preuve. Si nous les attachons, ce sera pour qu’ils souffrent comme nous avons souffert.

Ils ne serviront Ruyn que par la mort après une longue agonie. »
Jamais encore elle ne s’était montrée si transparente. Elle n’était pas elle-même capable d’expliquer la rage qui l’habitait, elle qui s’était toujours montrée douce et calme, curieuse et désireuse de mener chaque âme sur le chemin qui mène à l’amour de Ruyn. En d’autres circonstances, elle aurait peut-être cherché à les comprendre et à les convertir. Pour l’heure, elle ne pensait qu’à se venger. Car il s’agissait bien de vengeance. Elle se fichait de politique : elle voulait la guerre.

Fébrile, elle posa le papier bien en évidence sur le bureau afin que ses deux interlocuteurs puissent le lire.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Jeu 29 Aoû 2013 - 14:09

Henja s'étira pour se saisir du parchemin, habituée à ce moyen de communication utilisée par sa soeur muette. Néanmoins, elle fut pris d'un certain choc à la lecture des propos brefs et violents de la douce Ysoa. Un vive regard coulé dans sa direction appuya ces mots. Si la chamane était capable de discerner l'aura d'un humain, celle d'Ysoa hurlerait vengeance à tu-tête.
C'était une véritable surprise. Pourtant, cet état révélait ce qui animerait tout Korrul sous peu.

- Un Chamane est mort, murmura Henja comme pour elle même mais sa voix brisa le dur silence qui s'installait. C'est la première fois dans notre histoire qu'un tel évènement se produit. La première fois depuis l'arrivée des matrosciens que nous sommes confrontés à un peuple étranger.

Elle s'adossa lourdement dans le dossier moelleux de son fauteuil. Ses épaules s’affaissèrent avec un mouvement étrangement sincère. Tout le poids du monde semblait soudain s'abattre sur elle, ou du moins l'avait-il toujours été et Henja ne se cacha plus l'espace d'une minute. Elle sentait le regard inquisiteur de Mensah et de Celle qui Entend à la recherche de ses yeux égarés.
Par la fenêtre entrouverte, le bourdonnement des insectes et le clapotis de la fontaine montait envahir le bureau encombré. Des effluves florales mais aussi des odeurs plus lointaines de viande cuite accompagnées cette mélodie. Celle qui Sème fronça du nez en relevant le menton pour faire face à Ysoa.

- Ta vengeance est l'annonce de celle qui va bientôt courir nos rues, entama-t-elle d'un ton qui se voulait condescendant. Mais Ruyn brille sur nous et nous guide. Sa parole est la plus grande merveille de notre monde. C'est de la peine que nous devons ressentir à l'égard des pauvres créatures qui vivent dans l'ombre et l'ignorance, loin de Sa sagesse et de Son amour.
La guerre n'est pas une solution
- elle leva prestement une main pour faire taire son vieux mentor (et sa soeur si elle avait pu alors parler). C'est la raison pour laquelle nous allons coloniser ces barbares. Nous les éduquerons et étendrons Son rayonnement. Pour ce faire, j'ai missionné Kezael Lysérean à la collecte des fonds. Je partirai à la rencontre des autorités matrosciennes avec la jeune Azaëlle pour prendre la température et veiller au maintien de notre traité de paix le temps d'engranger assez de pouvoir pour laver ces miséreux des bêtises de leur fausse déesse. Concernant le général Jirkin, il ne saurait conserver sa place encore longtemps. Dans l'espoir vain de se faire pardonner, il conduira l'expédition des veilleurs en terres sauvages.

Elle marqua une légère pause avant de reprendre d'un ton qui exprimait tout son mépris à l'encontre du soldat.

- Il rentrera au pays victorieux, ou il ne rentrera pas. Son échec nous a coûté cher. Korrul a besoin d'un responsable.

Mensah gratta quelque chose sur ses feuilles. La chamane s'assura d'avoir toujours leur attention pour poursuivre sur un chemin plus accidenté.

- Maintenant que je vous ai fait part des décisions du Conseil, il faut que nous parlions de l'Hypérion, fit-elle un ton plus bas. Le premier vaisseau sera opérationnel à la fin du mois. Je crains que la Milice n'ait déjà renforcé ses troupes et lancé l'assaut à ce moment car il est évident que nos chers voisins ont autant besoin que nous des ressources qu'ont à offrir ces terres blanches. Leur comportement me répugne autant qu'il est prévisible. Malgré l'amitié qui semblait nous lier, ils nous dérobent notre vengeance ! Nous ne sommes pas assez fort pour leur opposer une quelconque résistance. Alors nous frapperons bientôt à notre tour, et nous frapperons fort. L'île Blanche est à Ruyn.
Les neufs... les huits devront travailler dur dans les semaines à venir. Nous allons devoir faire face à la colère du peuple, un sentiment d'insécurité croissant entrainant quelque désordre et un nouveau souffle pour alimenter les rebelles des cités ostracisées. Les forbans ne sont plus les seuls dangers qui nous tourmentent désormais. Les sangs-mêlés de Vanylle s'intéressent à l'oasis de Ruyn ! Et Matroos profitera surement, tôt ou tard, de notre état pour satisfaire son éternel curiosité sur nos rares richesses. Jusqu'à présent, le projet hypérion demeure secret et il doit le rester jusqu'à son lancement.
Plus que jamais, il nous faut veiller sur le feu de Ruyn. La foi des korruliens ne doit pas chavirer. Comprenez-vous cela ?


Cette dernière question semblait presque désespérée tant l'urgence de la situation avait paru sous-estimée par les membres du Conseil. En tant que protectrice de Korrul, désignée par Ruyn, Henja s'assurait que ceux qui avaient un rôle à jouer saisissent toute l'envergure du désarroi korrulien.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Jeu 29 Aoû 2013 - 20:40

Spoiler:
 

Jacen n'attendit même pas que le transporteur se stabilise pour en descendre, l'air furibond. Sans s'attarder, il se dirigea vers sa compagne. On l'avait informé en vol que, comme il le pensait, un conseil s'était réuni en urgence. Prête à lui faire part des rumeurs qui courraient déjà dans le Temple, Lyria emboîta le pas du Chamane.

- Nous n'avons pas une seconde à perdre, je t'écoute, parle ! ordonna Jace en se dirigeant vers l'immense bâtisse qu'était le Temple d'Arish.
- C'est la guerre. Du moins c'est le mot que chaque bouche semble prononcer. Le Représentant des Cultivateurs et le Général étaient là ainsi Celle qui Dépossède, Celui qui Songe et Celle qui Sème pour les Chamanes.
- Mensah et Ysoa ?
- Absents. Tous ont respectés la procédure. En l'absence de Malhek, l'entièreté des décisions a été prise par Henja. La nouvelle ne sembla pas surprendre le Chamane.
- Des détails sur ce qu'il s'est dit ?
- Très peu, malheureusement, répondit la femme en accélérant un peu la cadence pour suivre celle de son Chamane. Mais, on murmure qu'Azaëlle voudrait se rendre à Matroos ou sur l'Île Blanche, peut-être les deux. Je n'ai rien entendu qui vienne confirmer l'une ou l'autre de ces possibilités.
- En soit ce n'est pas très important, jamais on ne la laissera partir sur l'Île Blanche. Qu'ont-ils dit sur Muraco ?
- Certains préparent déjà leurs dispositions pour accueillir la dépouille et organiser les funérailles. Le corps sera rapatrié incessamment sous peu.
- Autre chose à savoir ?
- Matroos a fait savoir qu'ils entrent en guerre contre l'Île Blanche.
- Prévisible. Où est Henja ? Si il y en a bien une que je dois voir en priorité, c'est elle.
- Je l'ai vu se diriger dans la tour d'astronomie.
- Elle va voir le vieux.
- Visiblement.
- Bien. Je ne vais pas avoir besoin de toi dans les prochaines heures, alors vaque à tes occupations. Et tâche...
- De garder mes deux yeux et mes deux oreilles ouvertes, je sais, l'interrompit-elle, souriante.

Dans son dos, Jacen entendit sa compagne s'arrêter. Pressant le pas, il ne ralentit qu'à portée du bureau du doyen des Érudits. La voix du vieil homme portait, aussi le Chamane se retint-il d'entrer tout de suite pour écouter ce que l’ancien avait à dire. Puis ce fut au tour de son aînée de parler. Lorsque Henja eut terminé sa tirade, Jacen poussa la porte et se mit à applaudir, lentement, chaque clappement des mains étant bien marqué. L'entrée en était presque théâtrale.

- Voilà de bien sages paroles, Henja... N'est-il pas dommage que tu ne les ait pas prononcés pendant le conseil ? L'ancien et Celle qui Sème étaient assis. Jacen resterait donc debout, en position dominante. Il ne pouvait les faire plier à sa volonté, ce n'était pas l'aîné. Mais il pouvait les faire se ranger de son côté. Je ne peux que te donner raison sur un point. La guerre n'est pas une solution. Pas pour le moment. Korrul n'est pas prête. Et nous ne pouvons priver la nation de son deuil. Oh bien sûr, Matroos ne nous attendra pas, ils convoitent les richesses de l'Île Blanche tout comme nous. Et pendant que nous pleurerons notre frère, leurs hommes débarqueront en masse sur l'île. A cela je dis : Laissons les donc faire ! Je ne sais pas pour vous, mais je me souviens des enseignements de la fable : Celui qui se hâte ne gagne pas forcément la course. Matroos veut partir en guerre ? Soit. Qu'ils y aillent. Ils se feront briser. Ils ne savent même pas ce qui se trouve derrière le mur. Leurs vaisseaux sont incapables de voler pour le moment et le climat joue en leur défaveur. Les barbares ont leurs magies, ils connaissent le terrain et sont habitués au climat. Croyez-vous vraiment qu'ils attendront sagement que nous arrivions et que nous venions les soumettre ? Ils ne sont pas si barbares que ça, et là-bas nous ne leur sommes en aucun cas supérieur. Je te savais l'esprit un peu étroit mais je ne savais pas que tu étais devenu aveugle à ce point, le vieux, dit-il directement à l'adresse du doyen de l'Ordre de Ruyn. Si nous y allons maintenant, nous aussi nous nous ferons écraser et le deuil de la mort de Muraco ne sera pas le seul que nous aurons à porter.

Jacen se tut quelques secondes, le temps de lire le mot que sa cadette avait écrit, avant de reprendre de plus belle.

- Ma chère Ysoa, reprit Jace en posant sa main droite sur l'épaule gauche de sa cadette, ces paroles bien véhémentes ne te siéent guère. Je comprends ta douleur et ta colère, je les ressens aussi, mais le temps de la vengeance n'est pas venu. Pas encore. Nous ne gagnerons rien à partir là-bas trop tôt. Il fit quelques pas  de façon à faire face à Henja et Mensah. Je sais à quel point vous aimez le mot patience mais le fait est que nous ferions bien d'en faire un peu preuve. Il faut attendre, se préparer, se renseigner. En l'état, nous ne savons que trop peu de choses sur l'adversaire. Nous ne les soumettrons pas comme ça. Croyez-vous vraiment qu'ils embrasseront la lumière de Ruyn en un claquement de doigts comme si ils n'attendaient que ça ? Nous ne savons quasiment rien de leurs croyances, de leurs coutumes, hormis qu'ils ont leur propre dieu et qu'ils semblent y être aussi attachés que nous à Ruyn. Nous ne sommes même pas sûr que la force leurs fera courber l'échine. Mais si c'est bien le cas, alors ce n'est pas une armée lambda qui pourra les dominer mais une armée de conquérants. Ce que l'armée korrulienne n'est pas pour le moment, peu importe que l'Hypérion soit en mesure ou non d'aller là-bas.
Nous ne sommes pas prêts pour nous lancer corps et âme dans cette campagne,
conclut-il enfin en prenant soin de regarder chacun de ses interlocuteurs.

Il avait préféré ne pas répondre à toutes les interrogations de son aînée afin de garder des munitions pour la suite de l'entretien, qui serait houleux assurément. Mensah ne se laisserait certainement pas bousculer comme ça. Faire entendre raison à Henja ne serait pas non plus chose aisée. Pas tant que le vieux agiterait la queue et japperait à chacune de ses paroles en bon petit neftix. Quant à Ysoa, il y avait fort à parier que sa présence calme un temps soit peu les esprits et les empêche de partir en vaines querelles.
avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Sam 31 Aoû 2013 - 5:55

Étrangement, les rôles s'étaient inversés. Ysoa avait proposé, sous l'impulsion d'une rage non dissimulée, la solution la plus extrême et radicale. Henja, elle, s'était faite la porte étendard de la modération et d'une approche plus fine. En outre elle avait abordé un point intéressant à savoir la réception de la nouvelle par le peuple Korrulien. Selon la formulation de l'annonce les résultats pouvaient être extrêmement bénéfique comme tout à fait catastrophique. Bien sur dans le cas le plus problématique l'information échapperait à leur contrôle - à en juger par les bruits de couloir du Temple c'était bien sur une hypothèse valable et inquiétante - dans ce cas il se pouvait tout à fait que le gouvernement soit tenu responsable de cette tragédie, les répercutions en seraient alors nécessairement néfaste. A contrario l'assassina d'un chamane était un motif, une provocation assez grave pour insuffler la rage dans le cœur de chaque korrulien, et, bien canalisée, cette rage pouvait devenir un moteur plus puissant que tout ce dont ils auraient pu rêver. L'inquiétude d'Henja qui ne voyait que les retombées funestes reflétait ainsi sa propre panique et elle insistait sur la responsabilité du général comme pour se pardonner sa propre impuissance.

*Personne ne peut donc garder la tête froide dans ce bureau... voilà ce qui arrive quand je ne montre pas l'exemple...*


Mensah avait commencé à poser sur le papier les grands axes du discours qu'il tiendrait au peuple Korrulien, saisissant les idées au moment où elles germaient. Cependant son inspiration avait fini au moment où sa faim s'était rappeler à lui et les dernières paroles d'Henja avaient été atténuées par l'appel de son estomac.

Quand la porte s'ouvrit pour laisser entrer Jacen il avait d'abord cru à la providence et pensa une fraction de seconde que c'était la soupe qu'il avait demandé qui débarquait. En fait cette hypothèse avait été invalidé dés les premiers instants, personne au Temple, en dehors de ce beau parleur de Jacen - et Denken dans ses plus âpres moments de rébellion - n'avait l'effronterie d'entrer chez le Doyen sans frapper. La vue, déplaisante au possible, de ce fanfaron irrespectueux arracha une grimace de dégout à Mensah. Il hésita à lui faire faire demi-tour et repenser son entrée de façon à y intégrer la politesse la plus élémentaire mais à la place des mots s'éleva un gargouillement sonore.

Il lui fallu faire preuve d'un effort considérable pour encaisser les paroles de Jacen jusqu'à ce qu'il en ai terminé, et ce, sans lui couper la parole. Le moment était plutôt mal choisi pour la provocation : en dépit de toute sa prétendue clairvoyance le nouveau venu n'avait visiblement pas compris cet état de fait, son comportement ostentatoire prouvait en soit qu'il n'appliquait pas lui même les conseils qu'il dispensait.  
Mensah posa alors les mains à plat sur la table et dardant celui qui erre d'un regard glaciale, il parla d'une voix plus posée; millimétrée et péremptoire.

"En voilà un sacré tissus de présomption et de mauvaises manières. Avant de me traiter d'aveugle tu ferais bien de t'assurer que tes yeux et tes oreilles fonctionnent correctement. Ceci sera mon seul avertissement, au prochain tu quittera ce bureau, et tu attendra à l'entrée que nous en ayons terminés ici. Je suis encore votre tuteur, à chacun de vous et je vous prie de croire que votre formation n'est nullement terminée ! Vous êtes invités à vous exprimer mais seulement avec le respect que vous devez à vos ainés !"


Il se détendit ensuite quelque peut afin de clarifier la situation, le tout en combattant le vide qui s'emparait peu à peu de son imposante bedaine.

"Je n'ai jamais parlé, ni moi ni personne ici, de se lancer tête baissée dans une guerre totale contre les indigènes de cette île. Ne pas négocier ne signifie pas se jeter dans un combat sans connaitre son ennemi mais ce sont des principes de base de stratégie militaire que nous n'aborderont pas ici, aucun de vous n'est vraiment fin stratège, encore que j'ai pu vous en enseigner les bases, nous avons des conseillés militaires bien plus expérimentés et talentueux qui se chargeront de déterminer la meilleure marche à suivre et soyez bien assurés que celle-ci inclura un temps d'observation et d'adaptation."

Il pris une profonde inspiration avant d'ajouter:

"Et non, je ne parle pas là du général Jirkins !"

Cette dernière exclamation fut ponctuée par l'arrivée de la soupe, le jeune apprenti qui la portait ayant eu l'intelligence, lui, d'annoncer sa présence en toquant, il fut accueilli, une fois n'est pas coutume, avec un sourire.

"Je vous prierais d'excuser la rudesse de mes manières mais mon dernier repas remonte à plus longtemps que mon corps peut le supporter et cette maigre pitance aura au moins le bienfait d'apaiser ma tension. Je vous conseil d'en faire de même si vous en ressentez le besoin, l'apprenti ici présent se fera une joie de vous apporter une assiette."

Il but une partie de ce léger repas - plus un en-cas à vrai dire, compte tenu de la taille de l'assiette, de la nature de son contenu et des besoins nutritionnels de Mensah - pendant que l'apprenti s'informait des besoin des trois chamanes présents. Mensah reprit d'une voix plus claire.

"Bien, laissons un peu l'île blanche de coté. Il est en effet de notre ressort, et la tâche n'est pas mince, de faire en sorte qu'une affaire aussi grave soit reçue convenablement par le peuple, Henja tu as été inspirée de porter la discussion sur ce sujet. En revanche ta vision est légèrement embrumée, souviens toi que notre peuple peut en effet être une source de colère et de révoltes, mais c'est aussi un moteur. Nous pouvons essayer de faire plier leur volonté par la force mais nous avons maintenant un levier bien plus puissant. La mort de Muraco. Cet évènement, cette information, comme tu l'as deviné peut avoir des répercutions incontrôlables. Plutôt que de perdre notre temps à vouloir en maitriser les vagues, il serait sage de vérifier à ce que cette information n'échappe pas à notre contrôle, ainsi nous pourrions nous en servir avec efficacité. L'ennemi est officiellement, il ne faut pas l'oublier, l'île blanche. Pour nos sujet ils sont les seuls responsables de ce qui arrive et nous devons nous montrer soudés face à cet ennemi. Ce dernier point est primordial, c'est de là que nous tirerons notre force !"
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Dim 1 Sep 2013 - 10:10

« Colère », « vengeance », « négocier », « ennemi », « stratégie militaire »... Autant de mots qui ne trouvèrent pas résonnance dans le cœur de Celle qui Entend. Du moins, pas comme elle s’y attendait. Le bouillonnement intérieur qui l’avait saisi quelques minutes plus tôt se muait déjà en une honte déloyale et perfide.

Lorsque Mensah reçut sa collation, Ysoa se sentit comme une drakarose vide, toutes les promesses de sa coquille évaporée lorsqu’on l’ouvre pour s’abreuver ou pour s’assurer un avenir parfait. Sa colère était toujours là, grondant dans les profondeurs de son cœur. Cependant, à l’évidence, elle ne maîtrisait plus rien. Elle perdait pieds, déchirée entre son amour pour Ruyn et son chagrin. Au fond – elle commençait à le comprendre –, elle en voulait à Muraco de l’avoir abandonnée. Lui qui regardait la vie comme on regarde une pièce de théâtre pour la centième fois, s’était rendu à sa propre représentation sans un mot. A l’instar du tandem formé par un Chamane et son compagnon, le chagrin n’était pas seul à l’œuvre. La culpabilité, insidieuse et sévère, la rongeait si fort qu’elle la persuadait presque que Celui qui Sait aurait pu survivre à son destin. Il lui avait appris, mieux que personne au Temple, à quel point rien n’était dû au hasard. Pourquoi avait-il fallu qu’il meure ?
Deux perles irisées caressèrent ses joues et roulèrent sous son menton. Sa propre violence la couvrait de honte et un instant, elle fut reconnaissante à Mensah, Jacen et Henja de lui ouvrir les yeux sur ce fait. C’était tout ce qu’elle retenait de leurs discours.

Elle regarda le vieil érudit prélever sa soupe d’une main fatiguée. Elle, ne pouvait rien avaler. Elle avait décliné l’offre du petit commis d’un bref regard inexpressif. Et elle n’avait pas écouté Mensah jusqu’au bout. Le regard baissé sur le bois chaud du sol de son bureau, elle s’était refermé sur elle-même quelques instants. Le temps nécessaire pour faire le vide en elle. Sans même en avoir pleinement conscience, son esprit s’était étiré sur le Temple à la recherche des animaux présents. Elle s’enivra de leurs sens, primaires et apaisants. Les choses paraissaient si simple pour eux et elle se prit à regretter le temps où elle faisait peu de cas de ses obligations de Chamanes. A tort, elle le savait, mais il était si bon de courir l’Oasis sans se préoccuper des hommes. Jouer avec les insectes ou les rares rayons de soleil perçant l’épaisse frondaison lui apportait tant qu’elle ne s’étonnait pas d’avoir si longtemps négligé ses fonctions et ses devoirs envers son peuple. Elle se rendait compte aujourd’hui à quelle point elle était humaine, et difficile était à accepter cette nature fragile. Être une élue de Ruyn ne l’absolvait pas des faiblesses intrinsèques dont elle était faite. A présent plus que jamais, elle en ressentait le joug. La sensation était insupportable.
Elle inspira profondément et sans se soucier des occupants de la pièce, saisit une nouvelle feuille de papier. Délicatement, elle pinça la rémige colorée et trempa son bec ouvragé dans l’encrier. Posément, elle s’installa au bord du second fauteuil, comme en équilibre entre le monde tangible et celui de ses pensées profondes. Lentement, elle écrivit, prenant son temps, raturant de temps à autre, concentrée sur son ouvrage et ne prêtant plus aucune attention à ce qui l’entourait. Si ses pairs ou le doyen des érudits s’exprimèrent pendant qu'elle rédigeait, elle n’en sut rien.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Jeu 5 Sep 2013 - 13:25

Spoiler:
 


Les deux larmes jumelles qui avaient tracé leur sillon sur le visage tiré de la chamane aux animaux ne manqua pas d'effacer aussi efficacement qu'une éponge sur un tableau la colère bouillante de Celle qui Sème. Elle les vit rouler. Elle vit les pierres noires d'Ysoa se voilaient alors qu'elle se laissait aller à son don. C'était si rare de bénéficier de l'opinion de la chamane ou seulement son attention que Henja voulut se lever pour la ramener vers le monde des Hommes.
Elle n'eut pas le temps d'esquisser le moindre geste que Celle qui Entend s'attela à l'écriture de son message. Pendant quelques secondes, plus personne ne parla, patient. Mais la note ne vint pas.
Henja renvoya avec agacement le jeune commis aux cuisines.
Elle avait eu l'intention de réprimer l'attitude arrogante de Jacen. Cette entrée, cette intervention, ces paroles. N'avait-il donc rien écouté ? N'avait-il donc rien ressenti ? La mort de son frère devait avoir atteint son sang-froid pour réagir si impulsivement. Et en sus, il se permettait des remontrances à ses aînés. Henja appréciait Jacen, habituellement, mais il y avait des limites à son irrespect.
On insinuait pas la bêtise de Celle qui Sème, car s'il était bien un sujet où elle n'en avait point, c'était celui-ci. Elle saurait se rappeler cette erreur de la part de son cadet et de son vieux maitre... dont l'appétit soudain afficha un dégoût manifeste sur son visage sévère.
Avec un effort surhumain, Henja ravala les répliques cinglantes qui brûlaient ses lèvres.
- Décidons par étape, au lieu de discourir sans fin sur ce sujet aussi vaste que le désert ! Contentons nous déjà de nous accorder sur la marche à suivre pour l'annonce du décès de Muraco et l'organisation de ses obsèques. Je propose qu'une soirée de recueil et d'offrande à Ruyn lui soit instaurée, afin qu'Il guide notre frère jusqu'à lui et veille sur son esprit. Ce serait également l'opportunité pour nous tous de communiquer avec le peuple à travers quelques mots dont il faudra définir la finalité. L'annonce à venir ne doit pas ébranler leur foi en nous.


Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Jeu 5 Sep 2013 - 21:30

Spoiler:
 

Jacen ne put s'empêcher de rire intérieurement lorsque le doyen le menaça de lui faire quitter le bureau. L'avertissement aurait pu faire effet sur à peu près n'importe qui dans le pays mais il ne fit que glisser sur ce Chamane. N'était-il pas Celui qui Erre ? Comment Mensah comptait-il le faire attendre à la porte ? Il n'aurait qu'à se projeter et rien de ce qui pourrait se passer dans ce cabinet ne lui échapperait. Un instant, il songea à rappeler ce fait à l'ancien. Le titiller et lui montrer ses torts avait toujours été un doux plaisir, mais cette fois-ci, même aux yeux de Jacen ça n'en valait pas la peine.

Le vieux se mit à évoquer d'éventuels préparatifs pour la guerre et le nom de Jirkin vint immanquablement sur le tapis. Bien que le mépris dans sa voix fut habilement contenu, son existence était limpide pour qui connaissait un minimum le doyen. Jace serait bien revenu encore une fois sur ses fameux préparatifs mais, tout comme Celle qui Sème, les préoccupations du fossile se dirigeaient sur les Korruliens. Un mot dans le discours de l'ancêtre fit cependant tiquer le Chamane : levier.

Levier. Ce qui le dégoûtait le plus dans tout ça, c'est qu'il savait que Mensah avait raison. La mort de Muraco était un point de départ bien malheureux mais ô combien opportun pour unifier le peuple derrière une cause commune. Ce décès pourrait être instrumentalisé si les Korruliens ne les suivaient pas d'eux-même. Jacen espéra en son for intérieur que le Conseil n'en soit pas réduit à de telles extrémités.

Sans mots dire, l'envoyé de Ruyn regarda un bref instant sa cadette se lancer dans la rédaction d'un mot qu'il leurs faudrait attendre, puis ce fut au tour de Henja de prendre la parole.

- Si le contenu du message que l'on transmettra est important, ne perdons pas de vue que la présentation l'est tout autant, si ce n'est plus. Nous ne pouvons nous permettre de paraître désunis par de quelconques querelles. Cela vaut pour toute les parties du Conseil. Que ce soit l'Ordre, les Cultivateurs, les Chamanes ET les Veilleurs, fit Jacen en insistant bien sur les derniers mots. Et oui, je parle là du Général Jirkin. Une chose était sûre à présent, quelques oreilles dans ce bureau n'allaient pas apprécier ce que le Chamane s'apprêtait à dire. Muraco est le seul architecte de sa mort. Il est parti sur l'Île Blanche en son âme et conscience. Ce pauvre Vaarden n'y est pour rien. On ne peut se permettre de jeter l’opprobre sur l'un des nôtres, surtout pas celui qui dirige et dirigera l'armée korrulienne pour les mois à venir. Si la direction des Veilleurs s'avère catastrophique il nous faudra agir mais pour le moment l'heure n'est pas à la discorde.
avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Ven 6 Sep 2013 - 2:55

La chamane, clairement visée, exprima une nouvelle fois son profond dégoût à l'encontre du général d'un claquement sec de la langue. Toutefois, elle convint que Jacen avait raison. La forme compterait autant que le fond. Henja jouait la comédie à son monde depuis des années, cet avertissement était seulement insultant.
avatar

On m'appelle Mensah Kehjao


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 62 ans
Masculin
MESSAGES : 42
AGE : 27
INSCRIT LE : 28/02/2013
PSEUDO HABITUEL : Moda
Joyaux : 20
http://www.ile-joyaux.com/t1425-mensah-kehjao
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Sam 21 Sep 2013 - 4:34

Les axes principaux du discours était déjà sur la feuille du doyen alors que Jacem et Henja proposaient encore des directives. Les deux Chamanes s'exprimaient avec une certaine justesse en dépit de leur inexpérience, peut-être serait-il intéressant de les laisser débattre par eux même pour un temps. Le doyen pourrait toujours corriger les égarements et compléter les propos par la suite. Oui, il nourrissait définitivement une curiosité vis à vis de ce qui allait suivre. Une curiosité narcissique qui se résumait en une question. "Jusqu'à quel point son enseignement avait-il été complet et efficace?"

hrp - absence:
 
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Sam 21 Sep 2013 - 14:46

HRP:
 


Lorsqu’elle fut enfin satisfaite, Ysoa déposa la plume dans son écrin et calmement, laissa glisser ses mots sur le bord du bureau, comme une feuille terminant sa course dans la brise.
Puis elle se redressa, bien droite dans son fauteuil, et détailla les visages penchés au-dessus afin d’en prendre connaissance. Elle les regarda tour à tour, d’un regard baigné d’une étrange sérénité, brusquement apaisé ; Mensah, Jacen et enfin Henja. Henja dont elle cherchait toujours l’approbation.

« Même si nous ne le comprenons pas encore, Celui qui Savait, parfaitement éclairé sur sa destination, a accompli la volonté de Ruyn en se rendant sur cette île. Aucun Korrulien ne peut mettre en doute cet acte de foi et c’est à nous, Chamanes, de faire comprendre à notre peuple que ce sacrifice a un sens, un but, une fin.

Nous devons nous rassembler, ne faire qu’un aux yeux du monde, montrer que nous sommes forts.
Nous ne vacillons pas, nous ne faiblissons pas, nous ne ployons pas. Nous existons et nous demeurons.

Muraco est un héros.
Les Korruliens doivent être fiers !
»

Celui qui Savait n’avait sans doute plus de visions nouvelles depuis longtemps, songeait-elle désormais. Il s’en était remis à Ruyn avec une loyauté et un dévouement exemplaire.
Oui, le peuple Korrulien avait de quoi être fier. Car Muraco était et resterait à jamais un modèle de constance.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Mar 24 Sep 2013 - 6:39

- Ysoa a raison, déclara simplement son ainée après que tous eu lu et ressassé quelques instants les sages paroles de Celle qui Entend.

Henja s'approcha de la fenêtre ronde entrouverte. Dans le jardin en contrebas, un groupe de jeunes oöhprus s'agitaient autour d'un emedicus benjamina, plus connu sous le nom d'arbre bourdonnant en raison de la multitude de petits insectes volants qui élisaient domicile entre ses feuilles dentelées aux couleurs de valerïa. Ils étaient silencieux, attentifs et transpirants sous le soleil de midi. Malgré leur calme apparent, l'air vibrait de la tension qui animait peu à peu le temple.
La nouvelle de la mort d'un élu de Ruyn se répandait déjà. Lentement, comme une trainée de boue sur un champs prêt à la moisson. Cette terre humide n'aurait d'utilité que si on la guidait vers une parcelle aride. La colère qui s'éveillait dans le coeur de ces enfants tout comme celle qui résonnerait chez leurs parents servirait le dieu du feu ou serait étouffée.

- Il semble que nous soyons tous d'accord...


Il y eu encore quelques échanges de parole sur les détails du discours. Afin d'appuyer leur douleur, le silence serait plus parlant pour les chamanes aussi ce serait la voix Mensah qui chercherait à atteindre le coeur des korruliens.

Cette affaire convenue, les quatre fidèles de Ruyn se penchèrent sur la question plus délicate des objectifs à suivre lors de la prochaine expédition en terres boréales. Celle qui Sème n'en démordrait pas facilement : il fallait fournir aux veilleurs une main d'oeuvre importante pour l'établissement d'une base conséquente sur les rivages blancs et le maintien des différentes zones conquises. L'armée korrulienne ne suffirait pas et ne pouvait laisser Korrul à la merci des forbans.
- Les ostracisés pullulent à nos portes. Ils vivent de notre bonne foie et n'apportent rien au peuple ! Ce sera là l'opportunité pour eux d'attirer à nouveau le regard du Protecteur. Ceux qui s'en sortiront seront récompensés, si Ruyn le veut.


Spoiler:
 
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Ven 27 Sep 2013 - 19:19

- Henja, loin de moi l'idée de critiquer chacune de tes propositions, mais cela ne te paraît pas un peu risqué ? demanda le Chamane. Les ostracisés pourraient en effet venir grossir les rangs des Veilleurs mais ils sont mis à l'écart depuis des générations et des générations. Trop peu ont encore la foi, malheureusement. Je ne suis même pas sûr qu'obtenir l'attention de Ruyn les intéressent encore. Qui plus est, les envoyer sur l'Île Blanche sans formation militaire ne servirait à rien d'un point de vue stratégique. Et si jamais on leur donnait ce savoir, je crains qu'on ne finisse par se brûler les doigts. Rien ne nous garantit qu'ils ne finiraient pas par s'unir avec les forbans pour anéantir ceux qui les ont opprimés, c'est-à-dire nous, les gens de la ville, les sang-purs... Jacen marqua une courte pause. Cela dit, je concède que rien ne dit que ça arrivera. M'est avis que s'engager dans cette voie est un véritable coup de dés...
avatar
Chamane

On m'appelle Ysoa Taima


Infos Personnage
RANG:
VILLE & APPARTENANCE :  Arish (originaire d'Ofägar)
MON AGE :  23 ans
Féminin
MESSAGES : 1160
AGE : 39
INSCRIT LE : 17/05/2011
PSEUDO HABITUEL : Alyaa
Joyaux : 566
http://www.ile-joyaux.com/t592-s-envoler-comme-un-souffle-aux-voutes-eternelles http://www.ile-joyaux.com/t146-celle-qui-entend
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Dim 13 Oct 2013 - 14:40

HRP :
 

Ysoa suivait la conversation avec attention. Pour elle qui s'intéressait à la politique pour la première fois, c'était comme d'assister à la dernière partie d'une représentation théâtrale sans en avoir suivi les premiers épisodes : elle se sentait perdue. Bien sûr, elle avait un avis sur les ostracisés dont les rangs grossissaient inexorablement chaque semaine mais avait-elle toutes les cartes en main ? Telle une filette au milieu des adultes, elle préféra donc se taire. Avant de s'exprimer, elle devait assimiler tout ce qu'elle avait délibérément ignoré jusque là. Qui plus est, en restant silencieuse, elle donnerait peut-être une image studieuse car en vérité, elle était terrifiée à l'idée de se ridiculiser devant ses aînés, une en particulier.
Elle les laissa donc parler, concentré sur chaque mot prononcé.



Fiche de présentation ~ Journal de bord
__________________________________________________________________________
Doubles Comptes :
Ly Fishbone - Futur Pirate
Crevette à Google
Chilali - Éclaireuse
Clan Kohanakishi

avatar
Chamane

On m'appelle Henja


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Arish
MON AGE : 31 ans
Féminin
MESSAGES : 338
AGE : 27
INSCRIT LE : 20/12/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 85
http://www.ile-joyaux.com/t1228-henja-celle-qui-seme#33297
Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Mar 19 Nov 2013 - 13:54

« Quand ais-je parlé de savoir militaire, Jacen ? » s'exclama Henja en levant les yeux au ciel.

Malgré elle, son jeune frère parvenait à l'agacer plus vite que d'ordinaire. Il fallait dire qu'Henja n'était pas tout fait elle-même depuis la mort de son ainé. Désormais, sa place dans la "famille" avait pris un échelon. Seconde, des décisions plus importantes lui revenaient. Elle ne craignait pas les responsabilité, mais vis à vis des autres chamanes, l'affaire était toujours plus délicate.
D'un autre côté, Ysoa s'intéressait enfin à la politique. C'était presque inespéré de la part de la cadette. Henja avait parfaitement connaissance de l'admiration que lui vouait sa soeur et son esprit mégalomane  songeait déjà à former le sien dans sa voie. Une alliée n'était jamais de trop, surtout quand cet allié pouvait ranger toute la faune à vos côtés.
Celle qui Sème jeta un regard à sa gauche, vers le bureau du doyen. La tête baissée sur un parchemin, Mensah rédigeait son discours. Pourtant, ses oreilles ne perdaient pas une miette du dialogue. Devait-elle se charger du cours d'Histoire ? Aucun signe du vieil érudit ne semblait contredire ce fait. Après un bref soupir, Henja reprit posément :
« Ysoa, Jacen, vous connaissez tout deux la raison de l'existence des ostracisés. Il n'y a pas assez de place pour tous les korruliens derrière les remparts de nos cités. Pas assez d'eau, pas assez de vivres ni de matériaux pour leur maison. C'est la sélection naturelle de Ruyn qui décide qui bénéficiera de son oasis et qui tentera sa chance dans le désert. Ces gens s'agglutinent depuis des siècles à nos portes. Tu as raison, Jacen, ils sont de plus en plus nombreux, en colère, criant à l'injustice - le temps d'un claquement de doigt, elle esquissa une grimace à l'énoncé de ce qu'elle considérait comme une hérésie - chaque fois plus persistant dans leur tentative de pénétrer notre enceinte. Il ne faut pas faire d'eux la piétaille des premières lignes, je parlais de main d’œuvre dans la construction de notre première colonie. Nos soldats auront bien assez à faire avec la défense du terrain acquis, l'exploration et cette maudite muraille à faire tomber.
« Ce que je propose, c'est un recrutement massif dans les cités extérieures pour fortifier la base actuelle en territoire ennemi. Engageons les hommes forts, qui sauront résister aux conditions difficiles de cette île. Ces citoyens de Korrul recevront une solde pour chaque semaine passée à servir leur pays. Cet argent sera distribué à leur famille, sous forme de nourriture et d'eau car je doute que l'argent sonnant leur soi d'une réelle utilité dans leur trou de souris ! Peu importe, ils n'ont aucune raison de s'y opposer. Pourquoi le feraient-ils ? C'est le manque de ressource qui les a conduit dans ces crevasses, la colonisation de l'île Blanche palliera cette absence.
»

La Chamane décida ne pas en dire davantage. Elle ne manquait pas d'arguments mais espérait qu'enfin ses paroles prennent sens aux oreilles de Jacen et Ysoa. Son vieux mentor partageait sa pensée, elle le savait bien qu'il soit préférable qu'il n'en rajoute pas cette fois-ci : le plus réticent du groupe n'était pas le plus grand ami de Mensah.
Invité

On m'appelle Invité

Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   - Lun 2 Déc 2013 - 12:27

Jacen écouta avec attention ce que son aînée avait à dire et bien que sa pensée semblait cohérente, il ne put s'empêcher de remarquer ce qu'il considérait comme des failles dans le discours de Henja. Tout deux espérait un avenir resplendissant pour Korrul et pourtant une chose sur laquelle le Chamane n'arrivait pas à mettre le doigt les avait éloignés. Il était conscient de cette divergence, mais jamais avant ce jour elle n'avait paru si concrète.

- Encore une fois Henja, j'aimerai te donner raison, mais je ne suis pas sûr de pouvoir le faire. Bien sûr, les ostracisés feraient une excellente main d’œuvre. Sans doute me suis-je mal exprimé quand je parlais de les former, je ne parlais pas nécessairement d'en faire de la piétaille, pour reprendre tes mots, mais d'en faire des hommes capables de s'organiser rapidement et de se défendre. Comme tu l'as dit, les Veilleurs auront déjà beaucoup à faire. Protéger les ouvriers-colons en cas d'attaque est un autre fardeau que nous pourrions éviter de mettre sur leurs épaules si nous offrions une entraînement militairement aux ostracisés avant qu'ils ne partent. Établir une base durable prendra du temps et les autochtones ne nous laisseront certainement pas faire. Si les ostracisés peuvent participer à la protection de la base et veiller sur eux-mêmes, cela faciliterait la tâche des Veilleurs, m'est avis. Jacen se tut quelques instants avant de reprendre. Même si comme je l'ai dit plus tôt, cela pourrait finir par nous retomber dessus.
Quant au solde, ton idée semble rationnelle.
Mais simpliste, songea-t-il. Nous leur fournirions ainsi ce dont ils ont toujours manqué. Des vivres. Cela dit je doute que le message transmis soit des plus positifs. Si nous avons la capacité de les nourrir, pourquoi ne pas l'avoir fait plus tôt ? questionna-t-il de manière rhétorique. Oh évidemment, on a rien sans rien. Leur statut d'ostracisé est ce qu'il est et nous n'allions pas les entretenir sans rien en retour, simplement pour leurs beaux yeux, alors que nous ne croulons pas non plus spécialement sous les ressources. Il n'empêche que je ne pense pas qu'ils verront la chose comme tu la vois. Ce n'est pas une faveur que nous leur rendront. Ce qu'ils verront c'est que nous avons les moyens de leur fournir de quoi vivre et que nous ne l'avons pas fait.
Je te rejoins sur le fait que les Veilleurs ne suffiront pas à nous établir sur cette île. Je suis prêt à te suivre sur les ostracisés mais,
insista-t-il, nous risquons de devoir les appâter avec autre chose que de la nourriture et de l'eau...

Céder du terrain. Lâcher du lest. Les concessions. Voilà une chose que Jacen détestait faire. Mais s'il voulait que la discussion avance, il n'avait pas le choix. D'après lui, conforter Henja dans son idée était toujours risqué. Il estimait qu'elle avait rapidement la folie des grandeurs. S'il était prêt à donner de la main gauche, il lui faudrait prendre quelque chose de la droite en retour. Mais quoi ?

Le Chamane se tourna vers sa petite sœur.

- Ysoa, je sais que tu n'es pas accoutumée à ce genre de discussion, mais ton avis compte autant que le notre. Quel est ton point de vue à ce sujet ? Après tout, peut-être suis-je le seul ici à penser que s'appuyer sur les ostracisés risque d'être délicat...

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Grand Deuil et Petit déjeuner   -

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum