AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


Commande à la Tour Nord

avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Commande à la Tour Nord   - Lun 18 Juin 2012 - 13:44

Rappel du premier message :

Des oiseaux obèses, des bruits de lames qui s'entrechoquent, un souffle long et profond comme celui d'une créature assoupie. Des mots, rien que des mots mais qui faisaient pâlir les enfants et taire les femmes. Les étrangers venus du Ciel n'avaient pour monture que ces récits, aussi flous et peu fondés qu'une légende. Allaient-ils seulement revenir ? Elijah scrutait le ciel à la recherche d'une ombre qu'il ne connaîtrait pas, ses oreilles guettant le moindre bruit. Un souffle long et profond ? A part le vent qui sifflait, il n'entendait rien. Tenter de s'imaginer à quoi ces volatiles aux ailes de métal et en surpoids pouvaient ressembler était une tâche ardues, à chaque tentative d'innovation le Yagock revenait se placer devant l'esprit de création du Factionnaire. L'imagination, qu'est ce que c'est si ce n'est qu'une combinaison de choses que l'on connaît déjà, il n'y a que les enfants qui en ont, les adultes pensent tout connaître et à trop connaître on fini par ne plus inventer. Elijah était un adulte.


Son tour de garde se termina tout aussi vite, un autre irait scruter le ciel à sa place. Le cor passa d'une main à l'autre, ce n'était pas parce que l'aîné Sölk était Second du Clan qu'il était exempt des missions les plus pénibles. Ca tombait bien, pour lui être seul à regarder les cieux ça n'avait rien de pénibles ni d'ennuyant, au contraire, croire entrevoir une silhouette à travers quelques nuages constituait pour lui un divertissement et une mise en haleine sans égale. Si aujourd'hui son tour de garde avant été écourté c'était pour une bonne raison : il s'était porter volontaire pour une autre tâche fastidieuse. Aujourd'hui "La Folle" venait exercer son art au sein même du hameau établi près de la tour.
L'attitude des gens à son égard, ou devrait-on dire à son évocation, avait été à la fois variée et similaire. Une partie des personnes présentes se tut brusquement, regardant ailleurs à la façon d'un enfant ne souhaitant pas attirer l'attention alors que, paradoxalement, ce petit manège était des plus grotesque. Une autre continua sur sa lancée, continuant son chemin et son entreprise malgré la nouvelle, l'absence de réponse avait été aussi équivoque que si Elijah avait soufflé dans le cor. Et enfin, la dernière partie, se mis à parler à voix basse. Le Second était de ceux-là. On lui chuchota quelques rumeurs, rumeurs qu'il connaissait tout aussi bien qu'eux, à croire qu'en parler allait faire en sorte qu'elle changeât sa route pour finalement ne pas venir. Cette comédie dura bien une dizaine de minutes, dix minutes de silence, de travail ou de chuchotements, c'était beaucoup trop. Cette visite n'était, certes, pas banale mais elle n'avait rien d'extraordinaire au point de générer une telle activité, toute relative soit-elle. Elijah serait la personne qui l'accueillerai, pas faute d'avoir eu des volontaires, toutefois des volontaires qui paraissaient soulagés de ne pas être sélectionnés auraient-ils été une bonne chose pour le Clan ? Pas sûr.

La convocation, ou en ce cas-ci plus une sollicitation des services de la Graveuse Folle, avait un but à la fois martial et esthétique. Elijah ignorait si elle avait été briefée avant d'entamer sa route, en fait il se demandait tout simplement comment elle allait venir. Il n'avait au final que très peu d'informations, il en avait eu des pêle-mêle, il savait ce que tout le monde savait... C'était pour dire, rien du tout ou alors tout et rien. Prenant son mal en patience, il buta sur le nom de leur invitée, buter n'était pas le bon verbe, il y avait fort à parier qu'on ne le lui avait jamais dit. Sur ce chemin de réflexion, Elijah était retourner à l'entrée de la bourgade qui s'était installée à quelques centaines de mètre, à peine, du poste de garde qu'il venait de quitter. Il ignorait tout du monde des graveurs de métal et n'en connaissait pas plus sur celui des sculpteurs de pierre ou des joaillier, d'un œil amateur il s'imaginait ça être plus ou moins similaire. Il faut dire qu'il n'avait pas fait carrière dans la bonne branche pour savoir ce genre de détails.
Le Second l'attendait donc à l'entrée de la forge, vêtu d'une tenue tout à fait normale bien qu'une sorte de tissu rouge indiquât qu'il appartenait au Clan responsable du hameau. Ce petit village de fortune, il en connaissait les habitants par coeur, ne serait que pour la bonne raison qu'il y passait plus de temps que dans sa propre chaumière, aux Cimes Hérissées. Il questionna deux-trois personnes qui ne lui étaient pas familières, réponse négative, elles n'étaient pas venues pour graver quoique ce soit.



Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
MESSAGES : 2189
INSCRIT LE : 18/02/2012
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 2 Oct 2012 - 15:04

D'accord ? A dire vrai, l'oracle étaient bien incapable de confirmer si la graine de l'idée avait germé dans son esprit d'elle même ou venait plus probablement du Gardien. Sa question ne semblait pas vraiment chercher réponse, aussi ne s'arrêta-t-elle pas dessus plus longtemps. Si le Gardien était contre, il se serait déjà manifesté. Après tout, il savait tout d'elle, son hôte ne pouvait rien lui cacher.

Le côté réaliste d'Elijah freina son engouement. Il était bien rare de le voir jouer les saints sages, lui qui d'ordinaire se laissait facilement entrainer par le courant des visionnaires tel un songe-creux en sa compagnie. Sur le moment, sa réaction refroidit quelque peu l'erfeydienne, mais les méninges de celle-ci ne cessaient de fonctionner. Elle s'aperçut que ce projet lui tenait très à cœur, tout comme il plaçait son ami dans une posture délicate. En tant que second d'un vieux clan puissant, sa marge de manœuvre était presque aussi réduite que celle d'un oracle. Leurs faits et gestes attiraient l'attention, et leurs erreurs impactaient sur plus de personnes que celles d'un simple factionnaire. Soudain, elle réalisa que, pas une seule fois, elle n'avait vraiment laissé la liberté de choix à Elijah. Quelques mois plus tôt, il lui avait suffit d'évoquer l'existence de navires capables de traverser l'Océan sans Fin puis de laisser agir son côté explorateur pour qu'il s'approprie ce projet. Elle avait présagé sa réaction et maintenant elle s'en souciait alors qu'ils devaient concrètement le mettre en œuvre, l'ambition du projet prenant tout son sens.

Le découragement envahit lentement Kataleyah. Comment allaient-ils bien pouvoir masquer une telle affaire ? Car oui, il était impensable que la création de navire devienne officielle. Elle lui avait bien dit, les convictions erfeydiennes étaient millénaires, le Gardien lui même ne les ébranlerait pas sans garantie. Elle revint ainsi sur une pensée qu'elle exécrait, mais avant d'aller plus loin, il lui fallait être sure d'une chose. Elle commença lentement, pesant chacun de ses mots.
"Elijah, lorsque je t'ai fait part de l'existence de ces plans, je ne t'ai pas vraiment demandé si tu étais prêt à prendre le risque de te mêler à tout ceci. Je m'en rend compte aujourd'hui, en te confinant dans le secret, mais je ne veux rien t'imposer. Je sais très bien que ce serait là jouer avec ton goût pour l'aventure. Elle esquissa presque un demi-sourire. Si tu souhaites t'en tenir là, même si c'est sûrement un peu tard pour oublier ce que tu as vu, je ne t'en ferais pas reproche. Non, je devrais plutôt m'en excuser... Cependant, si tu veux aller au bout de ce projet d'illuminés, parce que c'en est bien un, je t'en prie ne le fait pas pour la confiance que tu m'accordes. Prend le risque pour je ne sais trop quoi, mais prend le de ton chef !"

Elle hésita une seconde puis ajouta avec prudence "J'ai peut être une idée, qui prendra du temps, et elle risque de te déplaire autant qu'il me répugne de t'en faire part."
Un peu gênée, elle n'osait pas franchement regarder Elijah dans les yeux et craignait presque d'entendre sa réponse. Il était trop tard pour se rétracter.
Kataleyah s'était enchainée à ce projet fantasque dès lors que les mots avaient franchit ses lèvres, donnant vie à une vieille chimère. Même seule, elle avait l'intime conviction qu'elle irait jusqu'au bout, peu importe le temps qu'il lui faudrait.


avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 3 Oct 2012 - 7:34

Le goût de l'aventure, celui de se sentir libre et d'avoir l'impression, et l'intime fausse conviction, d'être le premier homme à gravir un mont ou entrer dans une grotte. Alors qu'en fait quelqu'un s'était dit la même chose sans doute quelques jours, quelques mois auparavant. Elijah avait beau raffoler de cette sensation délicate, ce n'était pas dit qu'il puisse se décrire comme ayant le "goût de l'aventure". Ca faisait parti de lui et malgré tout son sérieux, la remarque de Kayah ne fit que le conforter dans l'idée qu'il s'était faite d'elle. Se dégager, toujours se dégager, tel était le devoir de quelqu'un de haut placé et le Second en savait quelque chose. Croyait-elle réellement qu'il allait lui répondre que finalement il n'avait pas envie de la suivre ? L'espérait-elle ? Il eut un soupir amusé, un de ceux qui vous libère d'une bonne dose de rire :

‒ « Dis toujours. »

Il était prêt à la suivre, il la regardait avec ces yeux pétillants d'enfant dans ce corps géant d'adulte. A se demander si tout cela n'était pas un jeu pour lui, et peut-être que finalement ça l'était. Découvrir de nouveau horizon, c'était s'offrir de nouvelles possibilités de recherche, car non, Elijah ne l'oubliait, il n'oubliait jamais ce petit frère et était prêt à tout pour le retrouver. Même un crâne flottant sur une parcelle de glace lui aurait suffit à faire son deuil si, bien sûr, les preuves permettaient d'affirmer que c'était bel et bien l'enfant perdu. Mais tout ça il le gardait pour lui, comme il gardait ce passé si lourd qui lui pesait dans chacun de ses gestes quotidien. Faire attention à ses mots, ne jamais utiliser ce que l'on ne devrait pas savoir alors que, bon sang, on le sait au plus profond de nous. Il la fixait attendant sa réponse, l'incitant à lui dire tout en la rassurant sans vraiment le faire exprès. Il était comme ça Elijah, entier, naturel, mais profondément lui-même... :

‒ « Tu sais, c'est si tu t'arrêtes de parler maintenant que tu vas commencer à me faire peur. J'ai l'air si borné que ça ? Je te suis parce que j'ai envie de le faire. J'ai envie de partager tout ça avec toi, c'est un projet grandiose. Démesuré, oui, mais génial. »

Comme un gamin à qui on promettait la lune, il eut soudain un mouvement de recul, pris le papier avec une délicatesse toute relative et le déroula tant bien que mal devant lui de façon à ce qu'elle puisse voir ses dessins :

‒ « Une fois qu'on l'aura construit, il pointa du doigt l'étape final, tu viendras. Pas vrai ?... SI j'en prends les commandes. »
Il espérait que ce dernier argument vaudrait de l'or à ses yeux, autant si ce n'était plus que pour lui la perspective de partager une expérience comme celle-ci avec Kataleyah. Même s'il savait qu'elle devait être très occupé avec l'arrivée des étrangers, ce voyage ne valait-il pas un mensonge ? Au stade où ils étaient, un de plus ou un de moins...


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 3 Oct 2012 - 15:02

Kataleyah ne regarda pas les plans. Elle les connaissait presque par cœur, l'image était gravée dans sa mémoire comme l'aurait pu être une scène traumatisante sauf que ce souvenirs là la faisait rêver, et espérer. Non, elle accrocha plutôt son regard à celui de son ami et lui adressa un sourire rayonnant en réponse. Savait-il réellement ce que représentait cette entreprise pour l'oracle ? Elle lui avait bien fait savoir qu'elle percevait son "don" comme une malédiction, malgré toutes les merveilles qu'elle pouvait partager avec le Gardien. Elle l'admirait, le défendait, l'aimait d'une étrange manière mais désirait plus que tout se détacher de cette présence permanente qui faisait surface inopinément. Kayah protégeait précieusement cette petite parcelle d'elle qui n'avait pas encore été possédée par le Gardien. En se focalisant dessus, elle parvenait à garder le contrôle dans la plupart des situations. A la façon d'une tour spirituelle, elle isolait une part de sa conscience de la magie erfeydienne afin de ne pas se noyer dans le flux incommensurable de la mémoire millénaire. Depuis l'arrivée des étrangers, elle avait bien plus de difficultés à s'en préserver, et la nécessité de briser cette connexion devenait pressante. Croire que l'éloignement de cette île y suffirait était sûrement naïf de sa part, mais c'était son seul espoir, la seule solution trouvée.

Ce sourire sincère qu'elle n'avait pu contenir prit un air faussement désolé et elle dit enfin en secourant la tête :
"Elijah, tu peux me croire assez folle pour bâtir un navire dans le dos de mes semblables et traverser cette grande étendue marine qui cache sûrement son lot de monstres mais crois-tu vraiment que je risquerais le voyage guidée par un capitaine tout juste promu ? Je finirais plus trempée qu'un poisson !"

Avant qu'il ne réagisse à la boutade, elle s'empara du plan de ses mains et l'étala sur la table. Entièrement déplié, il tapissait tout le meuble de sa texture délicate et froissées, une partie du document disparaissant dans le vide aux extrémités. Kataleyah l'imprima une fois de plus dans sa tête. Elle reprit plus sérieusement, presque à demi-voix.
"Bien sûr que je te suivrais, je ne demande que ça, mais avant il nous faut construire ce géant de bois et pour ça je vais avoir besoin de ton aide..."
Elle grimaça, puis se résolue à l'idée.
"J'ai eu des retours sur un groupe de déserteurs plus important que d'habitude. Du moins, ce sont les conclusions qui ont été tirées. Cela fait plusieurs fois qu'une marque est découverte sur le corps de ces fuyards. Toujours différentes, mais il y a quelque chose de commun entre elles, comme si elles avaient été faite par la même personne. Ce ne sont que des suppositions, les doutes de quelques grands chefs, dont Almarick. Je pense que tu es donc au courant de l'histoire."

Elle s'arrêta un instant, prenant le temps de choisir ses mots. Mêler les déserteurs ne l'enchantait nullement, mais quel autre choix avaient-ils ? Elle refusait de confier la tâche aux clans ou à la peuplade. Non, seuls les déserteurs, détachés du conflit qui menaçait l'île, pouvaient s'attarder sur un tel projet, profitant de l'ombre quotidienne qui les environnait. Les factionnaires n'auraient bientôt plus le temps de les traquer, ils les oublieraient peu à peu, leur permettant d'agir secrètement contre le Gardien. D'une pierre deux coups, l'oracle protègerait son maître et protecteur tout en œuvrant à ses propres fins. Si on se limitait à ceci, l'idée n'avait rien de déplaisant. Ce qui dérangeait la jeune erfeydienne c'était d'envoyer son ami dans la gueule du loup. Non pas qu'il ait à craindre pour sa vie, le second des Early Dawn n'avait pas volé sa place, mais plutôt parce qu'il risquait de perdre cette même place, ainsi que son statut au sein de la communauté. Comment réagiraient ses pairs en le découvrant parmi les traitres ?

Tout en s'adossant à nouveau contre la table, bras croisés, elle poursuivit à contre cœur bien que décidée.
"J'aimerai que tu infiltres les déserteurs et tâches d'en découvrir plus sur ce groupuscule. Leur nombre, leur capacité, leur ancienneté. Pour les mois à venir, l'attention ne sera plus tournée vers eux. Le problème qu'ils sont deviendra secondaire face aux étrangers. Ils ont perdu leur foi, alors pourquoi craindrait-ils l'eau ? Qu'est-ce qui pourrait les empêcher d'entreprendre un projet fou comme le notre ? Il faut qu'ils pensent que l'idée est la leur, qu'ils se l'approprient, en fasse une cause commune qui les unira. L'espoir d'un exil vers une nouvelle terre, peut-être. Vu leurs conditions de vie actuelles, ils n'ont sûrement rien perdre et tout à gagner. Saurais-tu gagner leur confiance ?
Saurais-tu les commander, pensa-t-elle sans oser demander à voix haute. Bon sang, son propre plan la surprenait. Elle avait ce sentiment de suivre le précepte de "la fin justifie les moyens". Elle en avait honte, mais au fond, elle savait pertinemment que cela ne pèserait pas longtemps sur sa conscience. Les oracles, plus que tous, haïssaient les déserteurs. Eux qui avaient vu l'éclat du divin d'une manière unique ne comprenaient pas qu'on puisse le renier, bafouer sa protection et sa sagesse. Les oracles étaient également la cible principale des réfractaires. Même si certains déserteurs conservaient leur foi, la plupart ne l'avait plus depuis longtemps et croyait qu'en éliminant les hôtes du Gardien ils tueraient par la même son ascendance sur les erfeydiens.

Kataleyah préféra ne pas en dire plus pour le moment. Elle observa à la dérobée Elijah, songeant soudain qu'elle lui accordait sa confiance alors qu'il était resté très mystérieux sur une bonne partie de sa vie. Peut-être avait-il eu à affronter des déserteurs ? Dans ce cas il risquerait d'en faire une affaire personnelle.

Ce que l'oracle n'imaginait pas une seconde, c'était qu'il est pu vivre avec et comme eux pendant des années.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Jeu 4 Oct 2012 - 11:27

Elijah hésita un instant à la remarque de son amie. Quoi ? Il se referma, à peine le temps de comprendre qu'elle plaisantait qu'elle lui retira le plan des mains. Il n'était pas sûr de tout saisir, tout ce qu'il savait c'est que le plan lui échappa des mains et qu'il resta dans sa position initiale une bonne seconde avant de réagir. Elle le charriait là, oui c'était ça. Il eut un sourire gêné, à la fois heureux de la blague et peiné d'avoir mis tant de temps à la comprendre. Toutefois son sourire s'effaça bien vite lorsque Kayah s'élança sur le sujet des Déserteurs. Le premier réflexe d'Elijah fut de bloquer toute émotion, ce qui en soi n'était pas suspect mais très professionnel - dirait-il -, le deuxième de ses réflexes fut de se poser une multitude de questions et en commençant par la plus importante : savait-elle ? Il y avait un autre problème dans cette histoire. Qui avait bien pu se montrer assez stupide pour se laisser prendre et exposer ses marques de la sorte ?... La triste réalité se révéla d'elle-même dans l'esprit du Second "les corps", c'était drôle comment un mot pouvait faire mal. Sa gorge se serra, non pas que les larmes lui montaient, mais cette situation le désespérait, pire, le rendait colérique. Tuer pour tuer, sous prétexte qu'on leur collait l'étiquette qui convenait on les traquait comme des bêtes, et Dieu, que c'était facile de le faire depuis les airs.
Almarik ne lui avait rien dit de concret, sans doute car ce n'étaient que des "suppositions". Que devait-il faire maintenant ? Sous-entendre qu'il en a entendu parler de la part de son chef et aller lui demander une fois que Kataleyah sortait de la pièce ? Ou bien nier en block et tenter de noyer le poisson dans d'autres détails ?... Il se sentait bloquer, dos au mur, et cette situation ne lui plaisait pas. Il serra les dents, avec un peu de chance cela passerait pour un tic de réflexion, peut-être... :

‒ « Des tatouages ?... Si ça se trouve la peuplade possède les mêmes. Après tous il y a peu de chance qu'on 'naisse' Déserteur, non ? Rien ne prouve que seul les Déserteurs ont ces tatouages, imagine qu'un adolescent se perde, sous prétexte qu'il possède un tatouage il faudrait l'abattre ? Je me méfie plus que tout des rumeurs... »

Après les questions, il y avait les autres problèmes, ceux plus personnels. Il était resté silencieux, pensif. Il s'imaginait des plans sans queues ni têtes pour se sortir de ce pétrin et n'y voyait qu'une fin tragique où il finissait indubitablement tué par l'un des deux camps. S'il trahissait les Early-Dawn, c'était tout un clan qui allait le pourchasser, il allait finir renié, les efforts de toute une vie pour éviter le pire réduit à néant pour une simple magouille... Et s'il allait sur le bateau, qu'une personne ne respectait pas sa parole et que, finalement, les Déserteurs finissaient par tomber dans un guet-apens, ces derniers n'auraient aucun mal à retrouver leur infiltrer pour le faire taire. "La fin justifie les moyens", ces mots avaient plus de sens que jamais.
Faussement infiltrer les Déserteurs pour rejoindre sa famille, c'était une idée. Il pouvait donner de mauvais chiffres, mentir sur leurs identités, relativiser leurs déplacements, induire en erreur les recherches de la Faction... Quelque part il faisait déjà tout ça. A force de jouer double et triple jeu, n'allait-il pas finir renié de toute catégorie ? Au plus profond de lui il appartenait aux Déserteurs et la décision qu'on lui demandait de prendre lui brisait le cœur. Et comment les convaincre d'un projet qui n'avait aucune valeur à leurs yeux ? Ils avaient confiance en Elijah, c'était leur seul moyen de libération, alors l'un dans l'autre il n'avait qu'à leur demander de le faire, d'argumenter un tant soit peu et le tour était joué. Si ça n'avait pas été le cas, ça n'aurait pu les convaincre qu'en leur proposant des mäluinne sur un plateau. Kayah n'était pas au courant de la première option, pensait-elle donc se sacrifier pour... un bateau ? Le Second rejeta cette idée, jusqu'où était-elle prête à aller pour une embarcation ? Elle ne risquait absolument rien grâce à Elijah mais ça elle l'ignorait. Pour elle, si elle avait bien pesé le pour et le contre dans son esprit, il n'y avait que peu de chance pour que les Déserteurs acceptent un tel challenge sans carottes au bout du chemin... Ses espoirs s'envolaient et avec lui son assurance, il était entre deux épées et devait choisir entre avancer et se poignarder le cœur ou reculer et prendre un couteau dans le dos. Kataleyah ne comprenait pas tout ce que ça impliquait, ou tout du moins ne prenait pas en compte les paramètres que lui, traître à son sang, avait en tête :

‒ « Je ne suis pas certain que ce soit l'exile qu'ils recherchent. Ca n'en ferait qu'une de plus pour eux. Si je veux pouvoir les convaincre il me faudra plus que ça... »

Il s'arrêta, conscient que ce qu'il allait demander était complètement inutile, il n'aurait pas besoin de la requête qu'il allait formuler. En ce jour étrange où les bonnes nouvelles croisent les mauvaises, cette tentative de manipulation lui paraissait bien dérisoire, voire nécessaire :

‒ « La promesse de l'absolution de tout leurs... il butta sur ce mot, "pêchés" me paraîtrait une bonne alternative. Ca, et le fait qu'une nouvelle terre pourrait s'offrir à ceux qui décident d'aider à la construction. »

Il voulu laisser à Kataleyah le temps de digérer cette demande. Le faisait-il en tant qu'Erfeydien ou en tant qu'ami ? La séparation était si mince qu'on eut dit une demande des deux. Dans la tête d'Elijah, ce plan lui paraissait le bon, il allait pouvoir rejoindre les Déserteurs, leur tenir les vrais dessous de l'affaire et ce tout en continuant d'être un Erfeydien normal, ou presque. Mais il restait un détail à régler, une broutille comparé à ce qu'il venait de demander, dans un sens ça aiderait à faire passer la pillule :

‒ « De toute façon, je ne pense pas qu'on puisse demander leur aide sans leur promettre quelques places de choix sur l'embarcation. Je n'aurais aucun mal à me rapprocher de leurs leaders. Il lui sourit de façon un peu prétentieuse, fidèle à lui même, sans doute pour la rassurer. J'ai la tête de l'emploi. »



avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Ven 5 Oct 2012 - 13:54

A cette remarque Kataleyah dévisagea son ami. Y avait-il une "tête à l'emploi" ? C'était plus par ses mots qu'il parviendrait à gagner leur confiance, mais elle dû reconnaitre qu'il n'avait pas cet air droit et fier typique des factionnaires, pas plus qu'il ne jurait sur son honneur à la moindre remarque provocatrice. Non, il était plutôt du genre reculé, un peu dans l'ombre, et c'est ce qui lui avait valu la place de Second et non de chef. Il devait en avoir les capacités pourtant, mais Kayah n'avait jamais compris cette sorte de passivité qu'il avait à l'égard de la hiérarchie. Elle qui se croyait difficile à cerner fréquentait sûrement pire !

Un soupir amusé glissa entre ses lèvres. Durant le silence qui avait suivit sa question, elle avait presque retenu son souffle, hésitant à en rajouter plus, ne sachant que penser de l'absence de réaction immédiate d'Elijah, et puis prenant sur elle, ce sont des plans de secours qui avait tournoyé dans son esprit jusqu'à ce qu'enfin il réponde. Elle avait voulu rétorquer que cette rumeur ne portait là que le nom, car d'autres éléments s'ajoutaient à la découverte de la marque. Des actions plus fréquentes, plus structurées, qui semblaient avoir un but plus profond que le simple pilage de "nécessité", et aux conséquences plus lourdes. Les petits clans du sud étaient les premiers touchés par cette vague de rébellion, mais comme toujours, les grands n'accordaient que peu de poids à leurs appels.

Puis il avait parlé d'absolution.
L'oracle y avait bien songé quelques minutes plus tôt. La demande la surprit davantage qu'elle restait persuadée que des déserteurs ayant renié leur Gardien n'aurait que faire de sa grâce. Une fois pardonnée, accepteraient-ils sincèrement de remettre leur vie au protecteur de l'île ? Pouvait-on retrouver sa "foi" après les traques à répétition, les morts qui semaient le passé, les conditions difficiles de survie qu'impliquait leur éloignement spirituel ? Ou plutôt la fin de leur allégeance. Concernant la garantie de certaines places...
"Regarde la taille de ce navire, fit-elle en désignant d'un geste large le plan. Crois-tu vraiment que deux suffisent à le manœuvrer ? Même si je n'approuve pas l'idée, nous aurons besoin de plusieurs bras pour la traversée. Je ne saurais dire combien, mais sûrement assez pour convaincre."

A dire vrai, elle avait une espèce de curiosité envers les déserteurs, sur ce qui les avait poussé à se détacher du Gardien. Pourquoi repoussait-on celui qui ne désire que vous protéger ? Celui qui avait su assurer un avenirs aux erfeydiens, des siècles auparavant, alors que tout espoir s'était envolé avec les vents glacés. Ce que Kayah craignait plutôt, c'était vivre dans un huis clos avec des hommes qui haïssaient tout ce qu'elle représentait. Elle saurait cacher son identité mais encore fallait-il qu'elle puisse contrôler son "don" de mäluinne. De mémoires d'Hommes, aucun oracle ni était parvenu.

"Tu peux leur parler d'absolution, mais... je n'arrive pas à comprendre. Pourquoi voudraient-ils de ce pardon ? demanda-t-elle avec une sincère perplexité, presque ingénue. Et puis, la plupart sont nés ainsi. Oui, je crois qu'il y a plus de déserteurs nés que tu ne le sous-entends. Ce phénomène ne date pas de notre génération, il remonte assez loin pour les rendre plus nombreux et dangereux qu'ils n'étaient. Il suffit d'un homme pour les rassembler, et alors ils prendront conscience de leur force. C'est bien pour cela que les clans leur mènent la vie dure, afin d'éviter ce type de regroupement."

Ses propres paroles l'effrayèrent presque. Étrangement, elle redoutait plus ces gens là que le peuple de Skye qui frapperait bientôt à leur porte aux moyens d'armes infâmes. Il y avait bien une raison, en réalité, qu'elle avait enterré en faisant une croix sur sa vie passée, mais qu'on n'oubliait jamais malgré tout. A quoi bon ressasser tout ça ? Elle avait pris sa décision en connaissance de cause.

Elle ôta son manteau comme si par ce geste elle se débarrassait de ses derniers doutes et reprit d'un ton plus léger.
"Un nouveau départ, sur une nouvelle terre, l'absolution, s'ils le désirent vraiment. Ils éviteraient même la guerre qui menace. Je ne pense que tu aies à leur servir un oracle sur un plateau en plus, non ?" lança-t-elle en retrouvant son sourire mutin. "J'aimerai pouvoir dire que je peux me charger de cette infiltration, aussi alléchante soit elle, fit-elle avec une certaine ironie, mais cette partie là est la tienne. J'ai confiance."



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 6 Oct 2012 - 5:33

.


‒ « Là n'est pas la question. Penses-tu vraiment qu'une famille de meurtrier ne peut mettre au monde que des monstres ? On ne naît pas Déserteur. »

Et inversement, on pouvait très largement le devenir. Cela faisait parti des choses difficile à corriger. On devenait Déserteur, on le restait, même aux yeux des gens. Il fallait certainement être soi-même un Déserteur pour comprendre l'importance d'une absolution. Ce n'était pas pour eux que ça changeait directement les choses, mais pour les autres. Le regard des gens, leur attitude, un ancien Déserteur valait mieux qu'un Déserteur normal. De peur on passait à dégoût, à méfiance. Toutefois c'était un premier pas avant la reconversion, on ne pouvait pas demander à un peuple d'accepter du jour au lendemain des Êtres dit "malveillant". La parole du Gardien valait cent fois plus que le plus honnête des Erfeydiens, alors oui, l'absolution avait une importance capitale dans l'acceptation des Déserteurs qui souhaitaient retourner chez eux. On ne naît pas Déserteur, se répétait-il dans sa tête comme pour se convaincre que sa propre existence était le fruit du hasard et non d'une destinée quelconque.
Pourtant l'évocation d'un chef des Déserteur eut presque fait sourire Elijah. Si seulement elle savait tout ce qu'il y avait derrière tout ça. Preuve de plus que la Gardien ne pouvait pas tout savoir. Mémoire ancestrale, hein ? Apparemment le présent comptait plus que le passé et le Second allait en profiter plus que de raison. C'était un mélange de joie et de mélancolie qui s'emparait de lui. La joie de pouvoir retrouver les siens sans se cacher, la tristesse de quitter Kataleyah et les autres sans l'assurance de pouvoir revenir un jour aussi blanc qu'il était parti... :

‒ « Par contre je ne peux pas disparaître comme ça... »

Il lui fallait un alibi, quelque chose pour revenir une fois le travail terminé. Même si au fond de lui Elijah savait pertinemment qu'il ne voudrait plus revenir. La perspective de cette nouvelle terre, de ces nouvelles personnes, l'excitait et attisait une curiosité déjà colossale. Il espérait que Tjäll, le chef du groupe de Déserteur, partagerait cet engouement. Il trouverait les mots pour le convaincre le cas échéant :

‒ « Je ne veux pas perdre ma place. »

Double jeu, doux double jeu. Il ne comptait pas revenir mais voulait garder sa place ? Réaction normale pour quelqu'un de normal. Toutefois si ce voyage foirait il aurait une porte de sortie et se rabattrait sur le Clan Early-Down pour intégrer les Déserteurs à la société. Vu d'ici on serait en droit de se demander combien de kilos pèsent sur les épaules d'Elijah, bonne question. Le Second passa sa main sur son front d'un air pensif, appuyant d'une force démesurée ses doigts contre sa tempe, il continua, un peu gêné :

‒ « Il faut que tu me couvres, Kayah. Mais j'avoue que l'idée de devoir te faire mentir me dérange... »



.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 6 Oct 2012 - 8:10

Les Early-Dawn étaient réputés pour leur absence de clémence envers les déserteurs. La remarque à leur sujet parut donc plutôt déplacé de la part du second de ce même clan. Les monstres n'enfantaient pas des monstres non. Kayah voulait croire en l'innocence de chaque être vivant à sa naissance. C'était l'éducation et l'environnement dans lequel un enfant de déserteur évoluait qui ferait de lui un tueur ou non, un impie ou non. Et ceux là, elle les appelait déserteurs nés. Ceux là devenaient nombreux. Son front se plissa et elle voulu rétorquer mais, à quoi bon ? Il y avait des sujets, à l'instar de celui du Gardien, qu'il ne valait mieux pas aborder avec Elijah. Comme tant d'autres choses, elle préféra rejeter au loin l'attention que méritait ces éléments douteux. Il était plus simple de fermer les yeux sur ce qu'on ne comprenait pas afin d'atteindre ses objectifs que de les affronter.

"Ne te préoccupes pas de ça. J'ai déjà eu à mentir pour récupérer ce plan, je recommencerai sans hésiter dans l'intérêt de ce projet."

Elle le couvrirait donc, mais comment ? Il leur faudrait se mettre d'accord là dessus. Dans un premier temps, une excuse pour le libérer de ses devoirs de Second au moment où Almarick en aurait sûrement le plus besoin. Le temps qu'il lui faudrait pour trouver ce groupuscule, les rallier, gagner leur confiance... ça pourrait prendre des mois. Ensuite, une fois les travaux de construction lancés, il faudrait encore quelques mois puis sûrement du temps supplémentaire pour des essais. On ne s'improvisait pas navigateur, surtout en étant erfeydien. Mais auraient-ils le luxe d'une telle précaution ? C'était moins sûr. Avant de quitter les Erfeydes, plusieurs obstacles pouvaient s'ajouter et reculer le départ. Kayah aurait tôt fait de cogiter sur la dernière excuse à présenter le moment venu.

"Combien de temps te faudrait-il pour les trouver, puis gagner leur confiance afin de lancer les travaux ? Un mois ? Plus ? D'ici là, je tâcherais de libérer de la surveillance des clans un endroit propice à la construction."

Et puis, tout en parlant, elle réalisa qu'un autre problème allait se poser. La Muraille. Ce grand mur blanc était infranchissable, il emprisonnait les habitants de l'île de ses 600m d'épaisseur. Par la voie des airs, il était aisé d'atteindre l'autre côté, mais personne n'avait jamais songé à créer un passage vers les Rivages d'Ivoires. La banquise était inhospitalière, battue par les vents marins, rongée par le sel, peuplée de quelques rares créatures peu amicales. Sans parler des géants serpents des mers. Une légende ? Par pour une mäluinne qui avait partagé leur combat contre le Gardien dans ses rêves. Toutefois, personne n'en avait vu depuis des siècles. Morts ou endormis ? Le risque n'était pas nul, mais seuls les oracles pouvaient réellement craindre leurs attaques, et ceux qui prenaient les légendes pour des faits historiques. Malgré tout ce que représentait ce projet à ses yeux, Kataleyah ne pouvait se résoudre à créer une faille dans la plus parfaite des défenses de son pays. Encore moins à la lumière d'une menace étrangère. Avant d'aller plus loin, elle décida de faire part de cet autre frein à Elijah.

"Non attends, quelque chose risque de poser soucis. La Muraille ; il n'y a aucun tunnel pour rejoindre les rives, et quand bien même il en existerait un, il faudrait qu'il soit assez large pour faire passer certaines pièces principales. Utiliser des ygrans attireraient l'attention."

A cet instant, elle avait beau réfléchir aucune solution ne s'imposait à son esprit. Elle avait vraiment cette impression désagréable d'avancer à l'aveugle sur un pont en ruine, mal équipée dès son départ pour le traverser, et dans l'incapacité de rebrousser chemin. Habituée à donner des directives, elle avait appris à compter sur sa seule ingéniosité, qui, actuellement, la délaissait quelque peu.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 7 Oct 2012 - 5:11

Pourquoi ce projet avait-il une telle valeur aux yeux de Kataleyah ? Elijah était perplexe. D'habitude c'était lui qui était excité comme une puce à ce genre de nouvelles. Pourtant cette fois on avait l'impression qu'ils partageaient ensemble ce sentiment de découverte, mais un bien différent. Pour lui les choses allaient être d'une simplicité enfantine avec le soutient de Kayah. Ils ne lui faudrait pas deux jours avant de retrouver Tjäll, les convaincre serait quasi instantané une fois retourné chez lui. Et elle lui donnait un mois ? Allons bon, deux semaines pour faire passer le message et faire venir des Déserteurs en mission suffisait largement, pourtant, un mois était la durée moyenne, il lui faudrait attendre. Ce qui tombait plutôt bien, ça lui laisserait le temps de peaufiner les plans que Tjäll aurait lorsqu'il serait mis au courant de tout ce qui se tramait ici. Oui, un mois c'était plus que nécessaire, ça évitait aussi de se retrouver piéger par un imprévu. De toute façon, sur le long terme, il y avait une palette de solution, ce qui créait les problèmes c'était les décisions à prendre, or avec du temps devant soi, les décisions on pouvait les remettre à plus tard et ainsi éviter les problèmes immédiats.
Cependant s'il y avait bien un détail à penser tout de suite était effectivement la Muraille... Quel idiot, Elijah n'y avait même pas pensé. Il regarda Kataleyah, un peu surpris. Pour un autre projet il aurait haussé les épaules en soupirant du style "on verra bien", pourtant il sentait bien que ce n'était pas la réponse qu'attendait son amie :

‒ « Et toi ? demanda-t-il avait une idée derrière la tête. Tu pourrais pas le, enfin tu sais... fiiiiiish ! »

Il avait fait onduler son bras comme le décollage d'un Yagock. Lui voyait ça assez envisageable, un départ express de "Terre Ferme" pour un vol par dessus la Muraille. En fait il ne savait absolument pas la puissance que possédait Kataleyah en elle, sans doute car il ne souhaitait jamais la voir et se refermait dès qu'il prenait le contrôle d'elle... Le Gardien et ses pouvoirs vaudous pouvaient bien faire ça pour eux, après un culte de plusieurs centaines de millier, voire milliard d'année. Puis c'était sensé être un esprit ancestral, s'il était pas capable de faire décoller une bicoque de bois comment pourrait-il protéger on peuple d'une attaque ? Outre le fait qu'il dénigrait sans cesse ce Gardien qui avait pris son amie dans ses griffes, Elijah restait confiant quant à ses capacités, disons, "motrice". S'il se pointait à tout bout de champ, techniquement, Kataleyah n'avait qu'à lui demander un coup de main, non ? A moins que ce n'était peut-être pas si simple... Difficile de se mettre à la place d'une mäluinne :

‒ « On aura le temps d'y réfléchir, je ne me fais pas de soucis à ce sujet. D'autant plus que les Déserteurs auront sûrement quelques combines, ça pourra toujours aider, qui sait. »

Il y avait toujours cette petite question qui lui taraudait l'esprit. Même s'il s'était voulu confiant, voire rassurant, tout au long de ses phrase il y avait un élément qui le perturbait. Pourquoi prendre autant de risque pour un résultat qui pouvait s'avérer être un échec cuisant ? Pourquoi se mettre en tête de quitter une île qui, somme toute, était le refuge de celui qui l'habitait ?... Prendre la mer ne gênait pas Elijah le moins du monde, il n'en avait pas peur, non ce qui le dérangeait c'était qu'il ne savait pas ce qu'il y avait après tout ça. Encore une fois ce mélange d'aventure et d'inconnu le poussait à n'y penser que de façon éphémère, soit pas plus de cinq seconde avant de replonger dans l'excitation qui l'habitait juste avant. Mais ce doute lui restait, il avait besoin de l'entendre d'une autre voix que la sienne :

‒ « Même si on n'arrive pas à partir d'ici, tu n'auras rien à craindre. Si un jour tu as un doute, un seul, aies au moins confiance là-dedans. »

Il ne savait pas vraiment où allait le mener ce voyage, ni pourquoi Kataleyah l'entreprenait de façon si sérieuse. Pourtant il n'avait rien demandé, même si la question lui brûlait les lèvres comme un grain de poivre vous brûle la langue. C'était complètement idiot d'avoir comme espoir de protéger la mäluinne hôte du Gardien, n'importe quelle protection, autre que celle du Gardien, était inutile. Pourtant et malgré tout, Elijah était habité par cet instinct étrange et inutile.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 7 Oct 2012 - 15:51

Devant son geste, Kataleyah s'imagina souffler dans les voiles du navire, contre sa coque jusqu'à faire craquer le bois. Puis lentement, il aurait prit son envol. Elle le voyait très bien, s'élevait vers la crête de la Muraille, avec ses passagers sûrement terrorisés sur son pont. Son ombre tracerait son sillage sur la neige comme en brouillon à celui qu'il laisserai une fois sur l'eau. De l'autre côté du grand mur blanc, il lui suffirait de faire appel aux vents ascendants pour amorcer l’amerrissage... C'était si naïf. Elle ne put contenir un léger rire face à une telle idée.
"Tu surestimes mes capacités Elijah, ou bien c'est moi qui me sous-estime. Qui sait ?"


Le Gardien savait lui. Il savait que son hôte n'en était pas capable sans son aide.

Mon pouvoir sera le tien.

Cette phrase résonna soudainement dans la tête de l'oracle, chaque écho lui donnant de plus en plus de réalité. Son sourire s'effaça et Kataleyah masqua aussitôt sa surprise en se dirigeant vers le foyer où elle fit mine de se réchauffer les mains. Depuis quand épiait-il leur conversation ? Pourquoi s'était-il fait si silencieux ? Il y avait toujours un signe, quelque chose pour l'avertir de son arrivée. Oh, il ne partait jamais, mais son attention n'était pas constamment tourné vers son hôte.
Son rire fort et puissant retentit à ses oreilles. Elle pouvait bien tergiverser, il partageait ses pensées aussi bien qu'elle. Il répéta sa phrase, plus doucement, touchant son esprit d'un étrange sentiment de sureté et de confiance. Il ne lui en voulait pas, il ne lui reprochait rien. Comprenait-il vraiment que par ce voyage elle essayait de le fuir ? Elle s'efforça de ne pas aller jusqu'à penser au mot trahison. Et puis, aussi brusquement qu'il était apparu à elle, il disparut, laissant toujours cette sensation douce de sécurité...
Kataleyah était troublée, mais pas effrayée, le Gardien y avait veillé, dans sa grande générosité. Son esprit s'était égarée le temps d'une seconde, aussi reporta-t-elle son attention sur les derniers mots d'Eijah avant que celui-ci ne s'aperçoive de sa brève entrevue interne.
"Des doutes ?"


Que voulait-il dire ? Que devait-elle craindre ? Prendre tout ces risques et ne plus partir présentait donc tant à redouter ? Il est vrai qu'elle même ne souhaitait pas ébruiter la teneur de leur projet. Maintenant que les Déserteurs se mêlaient à l'affaire, oracle ou pas, les erfeydiens n'hésiteraient pas un instant à planter sa tête au bout du pic, à côté de celle de son ami. Elle n'avait pas songé une minute à ce qu'il se passerait en cas d'échec. D'un naturel un peu inquiet, on ne pouvait pas dire que les mots d'Elijah eurent l'effet rassurant escompté, au contraire.
Pourtant, la récente immixtion du Gardien la conforta dans sa résolution de s'en détacher le plus tôt possible. Avec l'arrivée des étrangers, la situation avait évolué, et pas vraiment dans le bon sens. Elle n'avait pu retrouver ses confrères oracles depuis et ne pouvait ainsi s'assurer être la seule à voir son don s'amplifiait autant. Le cas échéant, l'anxiété qui la rongeait un peu plus chaque jour n'aurait pas lieu d'être.
Non, elle ne douterait pas du succès de leur entreprise car c'était là son salut plus qu'un espoir. Elle détacha enfin son regard des flammes pour tourner la tête vers son ami.
"Je n'ai pas de doutes, malgré tous les problèmes qu'ils nous restent à résoudre. répondit-elle.
Il lui sembla alors comprendre le sens exacte de ses paroles tandis qu'un sourire vaporeux étirait ses lèvres à cette pensée.

"Je crois qu'il serait plus probable que seul l'un de nous ne puisse pas partir le moment venu. Une occasion comme celle-ci ne se présentera pas deux fois alors..."
Elle eut une moue hésitante avant de poursuivre avec douceur et prudence :
"Sache que si c'est toi qui doit rester à terre, je ne te suivrais pas. Je te demande d'en faire autant si je ne pouvais partir."

Ce qui est plus vraisemblable, voulu-t-elle ajouter mais la précision n'était pas nécessaire car tout deux savaient bien qu'en tant qu'oracle, Kataleyah aurait plus de difficultés à fuir ses obligations.
"Mais j'ai confiance et je suis optimiste. Après tout, ce n'est toujours rien d'autre qu'un bateau sur l'Océan sans Fin ?"



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 8 Oct 2012 - 4:54

A sa réponse il haussa les épaules. C'était à elle de le savoir, non ? Il aurait dû y réfléchir à deux fois avant de proposer pareille sottise. Pourtant quelque chose dans sa phrase laissait sous-entendre l'éventuelle possibilité qu'elle eut pu faire décoller un tel engin. Soit.
Il était trop tôt pour tout lui dire. Même si ça aurait grandement facilité les choses et surtout la rapidité d'exécution du projet. Que ferait-il si elle lui tournait le dos ? Il ne pouvait prendre ce risque, pas après tout ce qu'il avait traversé. Son regard s'était voulu inquiet, plus pour Kataleyah que pour lui-même. Après tout, si le plan échouait lui avait toujours quelque part où aller. Il savait qu'au moins les Déserteurs ne le laisseraient jamais tomber, mais Kayah savait-elle qu'il en était de même vis-à-vis d'Elijah ? Jamais il ne la laisserait tomber et pourtant... Pourtant elle lui faisait presque promettre de la laisser sur le carreau s'il venait à y avoir un contretemps. Dans un sens elle avait raison, cette occasion ne se présenterait qu'une seule et unique fois :

‒ « Je te le jure. »


Il tenta de déceler une once d'information dans le regard de son amie, il n'y trouva que plus de question. Que pouvait-il y avoir de si important de l'autre côté de l'Océan sans Fin ? Que pouvait-il y avoir de si important, au point qu'elle ne veuille pas abandonner le projet alors qu'elle-même n'était pas certaine de pouvoir en faire parti ? Il resta muet, malgré cette question qui lui revenait à chaque fois qu'elle prononçait une phrase. Elle cachait quelque chose mais sur ce point le Second ne pouvait pas lui en vouloir, ç'aurait été le comble. "Rien qu'un bateau", c'était sans doute un peu plus que ça quand même... :

‒ « Je te promets de ne pas rester à terre. Je partirai. »


Non sans remords, il partirait le cœur lourd, comme celui d'un capitaine qui n'aurait pas une carte mais un vulgaire ragot pour aller chercher un trésors. Un ragot, ce n'était donc même pas certain qu'il y ait un trésors. Etrangement Kataleyah lui donnait confiance dans le fait qu'il y aurait une récompense, ou peut-être cherchait-elle tout simplement à s'éloigner des étrangers ? Chercher une terre vierge, tout recommencer ? Elijah n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui poussait l'Oracle de son peuple à agir de la sorte. Kataleyah n'avait jamais été comme les autres mäluinne, du moins à ses yeux, sinon il n'aurait pas fait des pieds et des mains pour elle depuis toutes ces années. Au moins Kayah avait le mérite de ne pas poser de question, un juste retour de la part d'Elijah, puisque lui non plus n'en posait pas plus que ça. "Ca va ?" murmura-t-il presque sans attendre de réponse alors qu'il s'approchait lui aussi du feu.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 8 Oct 2012 - 13:23

Devant cette promesse, la gorge de la jeune oracle se serra. Non ! Pourquoi avait-il juré ? Elle ne lui avait pas demandé d'aller jusque là, un simple oui aurait suffit. Une promesse, c'était beaucoup trop. Quelle sotte ! Pourquoi avait-elle dit une chose pareille ? Elle pensait tout l'inverse, elle aurait voulu lui faire promettre de l'emmener avec lui coûte que coûte. Qu'il l'assomme et l'enferme dans une cale s'il le fallait, mais qu'il ne la laisse pas sur le rivage ! Pourquoi avait-elle lâché ces mots là alors qu'intérieurement, elle hurlait le contraire ? En réponse à tout ceci, elle éprouvait ce sentiment contradictoire de satisfaction et de soulagement qui était bien malvenu.
Et puis, elle comprit lentement. Comme une idée fallacieuse qui serpentait jusqu'à sa mémoire, elle se rappela avoir déjà vécu ce type d'évènement. Fréquemment, qui plus était, mais à chaque fois, l'incompréhension du moment prenait le pas sur la réflexion. Être une mäluinne impliquait un tas de chose, et pas des meilleures. En partageant depuis tant d'année sa conscience avec le Gardien, Kataleyah ne savait plus ce qui lui appartenait. Quelles idées étaient les siennes ? Quelles pensées ? Quelles émotions ? Quelles envies ? Leurs esprits s'imbriquaient si étroitement qu'elle ne serait pas surprise d'apprendre qu'elle avait exprimé à voix haute les souhaits du Gardien et non les siens. Maintenant qu'elle y songeait, elle n'arrivait pas à discerner ce qu'elle désirait vraiment. Partir ou rester ? Le Gardien prévoyait l'un, son hôte l'autre. Elle voulut dire quelque chose, mais les mots restèrent coincés à l'intérieur. Seul un inaudible merci franchit ses lèvres à contrecœur.

Incapable de rester immobile devant ce feu qui la brûlait presque, elle brilla de logique en tendant le bras pour attraper de quoi raviver les flammes - qui n'en avait nullement besoin - avant de se rappeler chez qui elle se trouvait. Pas besoin d'accessoire pour qui maîtrisait cet élément. Elle soupira et par ce geste repoussa une fois encore ses soucis. Même après plus de dix ans, elle ne s'était toujours pas faite à cette vie d'élue.
L'inquiétude d'Elijah la toucha. Sensation agréable que celle de savoir que quelqu'un se souciait de vous.
"Ca ira mieux quand nous serons à bord, répondit-elle en se tournant vers lui avec un sourire. Je suis partagée entre excitation et peur. Plus de peur que d'excitation. Ou peut être l'inverse, mais je ne tiens pas en place. J'ai l'impression d'avoir cinq ans et de m'apprêter à faire mes premières preuves à l'arc, sur une cible à quelques pas de moi seulement. Je devrais porter toute mon attention sur la menace extérieure mais je ne peux pas. Pour le moment. Puis elle ajouta d'un ton presque taquin. Peut-être aurais-je dû attendre d'avoir vu Almarick avant de te montrer ces plans ?"

Elle n'en pensait pas un mot, car elle était heureuse de pouvoir passer du temps avec son ami avant d'endosser son rôle de guide pour les jours à venir.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 10 Oct 2012 - 15:07

Il lui rendit son sourire. Conscient que tous les deux se voilaient la face, conscient aussi qu'il la trainerait de gré ou de force sur le bateau. A ce moment il hésita... Il voulait lui dire, mais se ravisait constamment, non ce n'était toujours pas le bon moment, ce ne serait jamais le bon moment. Ces choses devaient restées du passé, seulement pour ça lui il faudrait faire un choix : Kayah ou Tjäll. Or Kataleyah ne pourrait jamais céder à une telle folie, partir avec les Déserteurs ? Avec UN Déserteur ? Elle le renierait, qu'importait ce qu'ils avaient pu vivre ensemble, déserter était un crime odieux pour le peuple des Erfeydes. Il la regarda, malgré ce sourire il avait l'air gêné, un peu perdu dans tant de remue-ménage de d'ambition, lui qui courait droit devant et regardait derrière seulement après avoir sauté la colline, cette fois-ci il voulait savoir si ceux qui le suivait étaient capables d'un tel saut. Kayah, elle voulait venir mais savait tout aussi bien que lui que jamais ce ne serait si simple :

‒ « Moi aussi, fit-il nostalgique. »

Il avait eut la même sensation lors de son retour parmi ce qui était sensé être sa famille. Se demander comment ils sont, comment ils vont réagir. Se dire que rien n'avait d'importance tout en sachant que cette auto-persuasion n'était rien d'autre qu'un masque, masque qui en cachait un autre encore bien plus épais. Cette sensation, cette excitation, il l'a connaissait. Ce n'était sans doute pas strictement la même, mais il voyait de quoi elle voulait parler et rien que ça suffisait à la comprendre dans l'entièreté de ses sentiments. Pourtant ses yeux devinrent ronds comme des billes à l'annonce d'Almarik, son orgueil aidant, il riposta, fier comme un coq, sourire faussement malsain aux lèvres :

‒ « E-Et Pourquoi donc, t'as pas confiance ? »

Il se rapprocha d'elle, comme pour jouer, tandis d'infimes vibrations d'Ithylium envahissaient l'air ambiant. Le feu crépita de plus belle avant de déborder de son foyer pour se mettre à virevolter dans la demeure comme autant de feu follets. Elijah ne créait pas toujours le feu, mais il se plaisait à l'utiliser, son don n'avait rien de créateur, il ne faisait que préparer une attaque qu'il annulerait. Pourtant qui se serait douter qu'il s'agissait là d'une attaque ? Un feu qui envahit une pièce de mille lucioles flamboyantes et tournoyantes ça n'avait rien d'agressif... Enfin à son sens du moins. Il haussa les deux sourcils, satisfait du résultat sans pour autant avoir détourné son regard de celui de son amie. Il n'était pas Second pour rien, pire, il savait sa véritable place et cependant ne la réclamait pas. Dans un sens Early-Dawn n'était qu'une couverture, qu'un masque, de plus.
Il allait parler mais se ravisa. Les souvenirs qu'il avait étaient trop éloignés, il ne savait pas si ça se faisait aussi dans les villages normaux. Là où les enfant jouaient à chat, eux jouaient au loup. Un simple mot pouvait le trahir, peut-être était aussi pour ça qu'il ne parlait jamais trop de son enfance. Il n'étalait rien, que quelques mots, tout au plus, de peur de mettre à bat des années de couverture. Alors il se tut, et continua de faire tourner ce feu qui brillait partout sauf à sa position initiale, le feu était fascinant, donc lui aussi l'était. Il pouffa à cette idée prétentieuse, sans pour autant se dire qu'il se trompait.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 23 Oct 2012 - 15:09

L'étrange picotement ressenti plus tôt revint titiller le bout de ses doigts lorsque les flammèches chargées d'ithylium s'échappèrent du foyer pour envahir la pièce. A cet instant, Kataleyah percevait si bien chaque palpitation du sang bleu au travers des flammes mouvantes qu'elle aurait pu être aveugle et pourtant capable de les situait précisément dans l'espace. Cette sensation était commune à tous les erfeydiens. Mais seulement pour une même nature de lien.
L'oracle s'aperçut qu'un large sourire fendait son visage. Il pouvait passer pour de l'émerveillement. C'était son excitante découverte qui l'animait. Vent, glace, terre, feu... son corps répondait à tous, même si elle n'en maitrisait encore qu'un seul, et ce changement annonçait le commencement de grandes choses. Il était difficile de ne pas céder aux avances du pouvoir, et Kataleyah savait parfaitement qu'elle attirance elle développait devant la puissance de la magie erfeydienne. Peu en connaissait la réelle valeur. Peu envisageait l'idée d'un aspect sombre. Fiers et enorgueillis devant le présent hérité du Gardien aux premiers Hommes, les erfeydiens faisaient étalage de leur talent comme de leur prouesse de combattant. Cette piètre comparaison enragée presque l'oracle. Le Lien était bien plus qu'un "talent" magique. Mais la magie s'éveillait, elle pouvait le ressentir. Vivrait-elle assez longtemps pour la voir à l’œuvre ? C'était certainement sa motivation première pour toute cette affaire.

Elle repensa à la graveuse, Hela. Sa merveilleuse création inachevée l'attristait, d'autant plus qu'à part elle même, personne ne voyait la gravure comme tel. Envahie par cette impression de puissance, ses yeux mordorés se ravissaient du petit spectacle rougeoyant. Sa propre volonté aurait pu prendre le dessus sur celle qu'imposait Elijah à l'ithylium. Pouvait-il la sentir ? Cette tension qui menaçait de transformer le feu en tourbillon d'air à tout instant. Après tout, c'était là la raison pour laquelle les factionnaires n'usaient pas de leur lien dans un combat. L'ithylium obéissait à celui qui saurait lui imposer sa volonté. Il n'appartenait à personne.

"Chercherais-tu là à m'impressionner ?" lança-t-elle avec malice.

Oh, il en avait sans doute conscience, mais il était en effet impressionnant, dans son élément. Aussi maigre puisse être leur connaissance de l'ithylium, les erfeydiens resplendissaient tous à leur façon lorsque la connexion opérait. Elijah devait avoir un certain goût pour la mise en scène en plus, et Kayah se laissait délicieusement aller à ce petit surplus. Elle détacha à contrecœur son attention des palpitations, octroyant ainsi au Second son moment de gloire et savoura la chaleur des flammes qui s'agitaient tout près d'elle.

"Très bien, très bien, je m'incline", déclara-t-elle les mains levées en signe de reconnaissance. "Ne va pas brûler le toit"
Elle s'était voulue un brin solennel, mais l'amusement perçait dans sa voix plus que ce sourire toujours collait aux lèvres. Il s'estompa néanmoins lorsqu'elle demanda :
"Quand comptes tu partir ? Pour le moment, il n'y a que les Early Dawn qui occupent cette zone, mais bientôt les autres grands clans viendront revendiquer la place. Je suppose qu'une fois là, Almarick ne laissera pas filer facilement son bras droit loin de lui."



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 29 Oct 2012 - 2:59

Leur petit manège s'essouffla, le feu fini par se dissiper, comme aspiré par son foyer initial. Elijah, un immense sourire aux lèvres, les yeux remplis de cette fausse-supériorité dont il aimait jouer. Kataleyah ne jouait jamais longtemps, déformation professionnelle, sans doute. Aujourd'hui il n'était même plus certain de l'avoir connu un jour sans le Gardien, on disait que les mäluinnes savaient tellement de choses qu'ils finissaient par oublier leur vie. Etait-ce donc ça être un Oracle ? Perdre sa vie ? Donner son corps à un Dieu ? C'était injuste :

‒ « Alors c'est tout ? Tu ne penses qu'au toit ? »
Il eut un rire sincère avant que la dernière flammèche n'ait rejoint ses sœurs dans le foyer central. Malgré tout, leur projet refit surface et Kayah avait mis le point sur un détail quelque peu ennuyeux. C'était justement ce facteur qu'Elijah aurait voulu que son amie règle pour lui. Allez savoir pourquoi, il ne se sentait pas d'aller mentir à son supérieur, et ami, même si leur relation elle-même était allongée sur un tissu de mensonge brodé en fil de fer...
Elijah réfléchit un instant. Il eut cette mine sérieuse et ailleurs, celle qu'ont les gens qui cherchent une solution sans y parvenir. Cela dit une idée germait peu à peu dans son esprit de Déserteur et des projets personnels se dessinaient, au-delà de ceux proposés par son Oracle :

‒ « Je ne reçois des ordres d'Almarik que parce que je me laisse convaincre de lui obéir. Si je décide de partir il ne pourra pas m'en vouloir, il se dira que je trame quelque chose dans l'intérêt du Clan. Avec moi il voit le bien partout. »
Ou presque. Car entre eux il y avait toujours eu quelque chose d'indescriptiblement pervers. Une non-confiance, un non-dit. Cela ne les avait pas empêché de rester proche l'un de l'autre, mais Almarik, tout comme Elijah, ne se confiait pas entièrement. C'était une bonne guerre. Almarik n'était pas seulement le chef des Early-Dawn, tout comme Elijah n'était pas seulement son Second. Chacun avait et aurait des affaires à régler en temps et en heure, et le Second savait pertinemment que l'un des chemins qu'il devrait emprunter serait de l'affronter. Aussi ami soient-ils, Elijah ne pouvait pas compromettre tant d'années de labeur. Et Kataleyah dans tout ça ? Pour le coup, il était bien incapable de l'arrêter, et ne le souhaitait pas forcément, encore au-delà de la puissance de son amie, il se refusait à ne serait-ce que penser à lever la main sur elle. Pas à cause de sa pseudo fierté, non :

‒ « Il nous faut d'abord un lieu, trancha-t-il, ni trop loin, ni trop proche. Quelque part où l'on pourrait communiquer, s'informer, qu'entre-nous bien sûr. Je veux une disparition contrôlée, que les possibles ordres d'Almarik arrivent quand même à mes oreilles. Ensuite je partirai dès que j'aurais l'occasion logique de le faire, je tiens pas à mettre Almarik dans l'embarras. »
Et ça risquait d'être compliqué. Elijah connaissait pas mal les Erfeydes, pour ne pas dire qu'il les connaissait presque par cœur, bien sûr c'était impossible, les Erfeydes changeait, les dunes se déplaçait, la neige montait, descendait, mais dans le fond l'île restait la même. A vrai dire il ne savait pas s'il en avait un jour déjà fait le tour complet, toutefois il se plaisait à le croire.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 29 Oct 2012 - 15:44

C'était beaucoup d'informations en quelques phrases. Beaucoup de choses à prévoir. Comme les ficelles d'un pantin, il faudrait à l'oracle une certaine habilité pour manier chaque morceau du puzzle. D'un côté elle endosserait son manteau de guide et tâcherait d'unir sous un même ban les clans attroupés dans la région, même temporairement. D'un autre, elle serait celle qui provoque la brisure au cœur même de l'un de ces clans. Tout en veillant à ce que la Faction ne s'effrite pas, elle devrait couvrir Elijah qu'elle poussait vers la trahison, même si au fond elle savait que tout n'était que façade. Une terrible comédie afin de bénéficier de l'aide des déserteurs pendant que les erfeydiens protègeraient leur civilisation de l'extérieur. Le moment venu, il lui faudrait diviser le rassemblement de déserteurs occasionné par leur projet. Peottre et les autres ne devaient rien savoir. Tous avaient un rôle précis dans les desseins du Gardien, elle ne leur permettrait pas d'entraver sa voie.
Alors que dès le lendemain le chef des Early Dawn formulerait certainement son lot de requêtes à l'oracle, le second, quant à lui, exposait la sienne en bon guerrier de la Faction, comme il l'eut fait avec ses pairs discutant stratégie. Seulement, Kataleyah n'était pas de la Faction, et cela malgré le temps passé en leur compagnie. Elle n'était plus surprise par leur méthode, mais cette façon trop "pratique" de voir les choses n'allait pas dans son sens. Non, l'oracle savait ce qu'elle avait à faire, mais elle ne pouvait pas dire comment elle procéderait par avance. Toutes ces ficelles qu'elle avait à manier étaient aussi changeantes que le vent. Un point de rencontre précis ? Comment diable saurait-elle où elle se trouverait le moment venu ?! Si demain elle pouvait lui garantir sa présence à la tour, qu'en était-il du mois suivant ? De si anodines paroles dans la bouche d'un guerrier prenait une tournure inquiétante dans la tête d'une mäluinne.

Le poids de ses devoirs et responsabilités lui apparut soudainement bien plus lourd sur ses épaules. A chaque sac enlevé, deux s'ajoutaient, et la jeune femme s'embourbait tête la première dans ce marécage. Un problème à la fois ; Kayah expira lentement, les traits de son visage figés dans la concentration. Au bout d'une minute, elle répondit enfin :
"Lorsque Peottre arrivera, et je sais qu'il prendra la route dès que possible, je suppose que je n'aurai plus de raisons de rester au nord. Pour aller où ? Trop tôt pour en décider, mais je crains que définir un lieu de rencontre ne soit chose aisée. Tu pourrais bien passer des semaines à attendre un signe de ma part !" finit-elle presque plaintivement.

Être au courant des ordres d'Almarick, même loin hein ? Ce serait la bloquer dans la région inutilement. Elle était partagée entre se détacher purement et simplement de l'infiltration d'Elijah, le laissant surveiller ses arrières lui même - peut être le surestimait elle en pensant qu'il s'en tirerait tout aussi bien- ce qui lui permettrait ainsi de vaquer à ses autres affaires, et l'affection qu'elle lui portait qui l'empêcherait tout bonnement d'agir ainsi, en plus de la culpabilité et du remords. Elle ferma les yeux tout en se frottant les tempes un court instant, puis reprit avant qu'il n'intervienne :
"Je peux surveiller tes arrières durant ma présence ici. Après cette période, je m'assurerai de te faire parvenir la moindre information qui te serait utile dès que j'en aurai la possibilité. Peut être pourrions nous utiliser des rhywyns ? Ce n'est pas le messager le plus rapide ni fiable, mais au moins, il ne risquera pas de délivrer son message à n'importe qui."



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 31 Oct 2012 - 12:36

Des semaines ? N'était-il déjà pas habitué à de telles circonstances ? Il l'a regarda, un air inquiet. Être Oracle ça prenait du temps, trop peut-être... A l'évocation du volatile, le Second grimaça. Il n'aimait pas l'idée, le fait de relayer une information à une autre personne, ou chose. Si l'on multipliait les messagers on multipliait les chances que le message se diffuse de façon incontrôlée. Et Elijah aimait par-dessus tout avoir le control. Comme elle le disait si bien, cette bestiole n'était pas fiable, il y en avait trop et ceux qui étaient dressés n'étaient jamais à l'abri d'une erreur... Une erreur et c'était tout une bande d'oiseau qui allaient chanter leurs plans et nouvelles, même s'il avait réputation d'être solitaire, le rhywyn se couplait bien avec la loi de l'emmerdement maximum. Le Factionnaire nia de la tête, non , définitivement, cette idée ne lui plaisait pas :

‒ « Non. »
Un mot si simple, prononcé de sa bouche, pouvait-il être aussi puissant et irrévocable ? Peut-être bien. Non, il ne voulait pas d'un poulet messager. Non, il ne partirait pas sans Kataleyah, malgré qu'il lui ait fait croire à une promesse. Non et non. Il avait confiance en elle, ça se voyait dans ses yeux. Il savait très bien que si elle l'avait voulu elle aurait trouvé un oiseau on ne pouvait plus fiable, qu'il aurait volé plus vite, mieux parlé... Mais non, aucun argument n'aurait pu le faire changer d'avis. Enfin ça c'était ce qu'il pensait à l'instant T. Car Kayah parvenait souvent à lui faire faire volteface. Mais pas cette fois, il avait été simple et cette simplicité reflétait tout la notion catégorique qu'il dégageait en le disant :

‒ « On avisera. Autant ne rien organiser que de subir les aléas du sort. D'autant plus que des rencontres pourraient paraître suspectes, on trouvera, tu trouveras, se corrigea-t-il, une solution. »
Paradoxal, il ne voulait pas compter sur la chance mais s'en remettait au Destin. Venant d'Elijah ce n'était pas très surprenant, les idées brûlaient dans son esprit comme un brasier à ciel ouvert. Cette métaphore peut vous paraître symbole de rapidité, pourtant il est tout aussi vrai que Kataleyah, elle, a des idées aussi bien qu'un moulin-à-vent dans une tempête. Le Gardien, tout ça, ça devrait largement l'aider. Le Second se reposait à tort sur cette conception de l'esprit protecteur. Pour il réalisa un instant ce qu'elle venait de dire :


‒ « Peottre, Le "Grand" Peottre ? ironisa Elijah. Très franchement, j'espère que tu sais ce que tu fais, ton frère j'ai vraiment du mal à le cerner... »
Ou devait-il dire qu'il lui faisait un peu peur ? Sous ses élans de propreté se cachait un être odieux. Du haut de ses presque deux mètres, n'importe qui peut se vanter d'écraser un caillou jusqu'à l'état de poussière. Peottre lui faisait froid dans le dos, parfois, il s'en méfiait comme la peste. Oh, il ne lui avait rien fait de spécial, d'ailleurs Kataleyah ne lui avait jamais parlé de lui plus que ça, ou tout du mois jamais vraiment en mal. Cependant il avait cette impression étrange de n'être jamais le bien venu quand il était dans les parages. Peottre... Heureusement que lui décidait de se barrer à l'autre bout de l'île, au moins il ne le verrait pas plus que ça, même si l'un dans l'autre il n'avait pas l'air de faire parti des plans de sa sœur.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mer 31 Oct 2012 - 16:44

Le refus catégorique de son ami contraria un instant la jeune erfeydienne. C'était facile pour lui de dire qu'elle trouverait une autre solution quand ce n'était pas lui qui se casserait la tête dessus le moment venu. Elle n'était pas télépathe, hélas. Aucune rencontre ? Aucun messager ? Et bien, il la surestimait grandement.
Elle coinça ses mains sous ses bras, les sourcils légèrement froncés, puis commença à faire les cent pas tout en l'écoutant parler de Peottre. Un petit sourire de fierté éclaira son visage à l'entendre douter à son sujet. Kataleyah avait parfaitement conscience de l'impression que laissait son ainé sur les erfeydiens, même de grand gaillard comme Elijah. Il émanait de lui une espèce de magnétisme qui vous attirait sa compagnie tout en la redoutant. Le dédain qu'il portait sur son peuple ne collait pas avec son rôle de guide, mais c'était le plus fervent de tous. Rusé, intelligent, sage. Peottre ne se posait pas autant de questions que sa jeune sœur et agissait toujours dans le bien des Erfeydes. A sa façon, il fallait le concéder.
Aux dernières nouvelles, l'oracle au lien de terre se trouvait tout au Sud, isolé depuis plus d'un mois. Les évènements du nord ne tarderaient pas à le ramener à Kayah. Des trois, c'était lui le stratège, lui le plus apte à gérer un conflit avec l'étranger. Un peu honteuse, Kataleyah devait néanmoins avouer être pressée de transmettre le flambeau de chef de guerre. Ce rôle ne lui correspondait pas. Non, son esprit était plus détaché de la réalité des choses. Un brin rêveuse peut être, ou aventureuse allez savoir. Son objectif était différent. L'appel qu'elle percevait ne venait pas de là, au contraire, la guerre latente l'éloignait de lui.
Oui, Elijah avait raison. Elle finirait bien par trouver un moyen de communiquer avec lui et de suivre de loin l'avancement de leur projet parce que c'était là tout ce qui compter à ses yeux.

"A quelqu'un d'autre, tes paroles paraitraient presque déplacées, fit-elle avec un regard en biais. Peottre ne laissera pas sombrer les Erfeydes dans la guerre sans raison particulière, et toujours dans l'intérêt de la communauté. J'ai une confiance aveugle en lui."

Et en toi, voulu-t-elle ajouter, mais les mots restèrent coincer à l'intérieur, bloqués par un infime doute persistant. Elle s'arrêta de marcher. La graine de la défiance venait de s'insinuer en elle comme une étrange certitude que l'on conserve après un rêve trop réaliste. Pourquoi ne pas lui faire entièrement confiance, alors que c'était le cas jusque là ? Kataleyah avait beau repousser cette question venimeuse loin d'elle, elle revint à la charge et résonna clairement dans sa tête :
Pourquoi n'avait-il pas contesté une seule fois sa demande ? Pourquoi avait-il accepté si facilement de quitter sa place enviable pour rejoindre les déserteurs ? Que faisait-il avant les Early-Dawn ? Elle n'avait jamais osé le questionner à ce sujet, pas plus qu'il ne lui en avait parlé de sa propre initiative. Elle avait apprit beaucoup sur sa vie dans le clan, mais aujourd'hui, alors qu'elle lui confiait les rennes de ce qui importait le plus pour elle, l'oracle estima presque avoir le droit d'en savoir plus.
Sans oser poser la question interdite, elle se mordit la lèvre inférieure, l'air plus réflexif que tourmenté. Il y avait des choses à découvrir en temps et en heure. Kayah n'était pas du genre à presser le destin, aussi garda-t-elle le silence. Pour s'en tenir à cette décision, elle se dirigea vers la table où s'étalaient toujours les plans du grand voilier. Machinalement, elle entreprit de les plier avec soin.

"Je dirais à Almarick que tu dois persuader les clans du Sud de rester où ils sont, mais d'augmenter leur ronde sur la Muraille, et de garder un œil sur les groupes de déserteurs qui rodent près des cimes."



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Ven 2 Nov 2012 - 9:28

Et si justement il les trouvait ces raisons particulières, c'était son frère, ça n'en restait pas un autre Oracle. S'il était si doué, que le Gardien se contente de lui. Mais non, rien n'était simple, en tout cas pas à ce point et pour le moment tous le monde était embarqué dans une sacrée histoire. Kataleyah, lui, Almarick, les autres, tout le monde. Se préparait-il réellement une guerre dans le sens premier du terme ? Oui, sans doute. Si les Erfeydiens avaient été quelques peu agressifs ? Jusqu'à preuve du contraire ce n'avaient pas été eux qui avaient attaqué les premiers, quoiqu'il y avait de quoi en douter. Pourquoi ce silence ? Pourquoi le Gardien leur avait-il toujours caché qu'ils n'avaient jamais été les seuls ? Ou plutôt pourquoi les avaient-ils convaincus qu'à cette époque ils étaient seuls ? Il devait avoir ses raisons et poser ce genre de question c'était plutôt mal vu. Si Elijah avait confiance en l'Oracle qu'était Kataleyah, c'était mitigé concernant son frère. Quelque part ça lui était égal, Peottre ou pas, il irait chez les Déserteurs et ne le verrait pas. Il haussa les épaules, l'air de dire que c'était du pareil au même, Peottre c'était une autre mission, et ce n'était pas la sienne. Il la regarda replier avec soin le parchemin :

‒ « J'en aurais sans doute besoin. Du parchemin. précisa-t-il. »
Suivre un fou ayant une idée folle, c'était déjà une belle tentative. Mais suivre un fou avec une idée folle sur papier, ça donnait confiance, et ça donnait presque une entière crédibilité à l'idée aussi saugrenue eusse-t-elle pu être. Il tendit la main, comme si la décision avait déjà été prise et qu'il allait l'emporter. Après tout elle allait en faire quoi de ça ? Il resta un instant, avant de la retirer, de peur de paraître impoli ou trop insistant. D'un coup son ton se voulu presque résolu :

‒ « On sait tous les deux qu'il y a des chances que je ne revienne pas, hein. il esquissa un sourire gêné, Du premier voyage, comme du second. »



avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 11 Nov 2012 - 15:08

Ne pas revenir, hein ? Ces mots là résonnèrent dans la tête de l'oracle. Elle savait bien qu'elle envoyait là son ami vers des affaires douteuses et non sans risques, mais elle n'était pas vraiment inquiète à son sujet. Le devrait-elle ? Peut-être. Après tout, les conditions de vie de l'île avaient leur lot de victimes chaque hiver, et les bêtes sauvages s'occupaient des vivants quand ceux-ci ne s'entretuaient pas avant. Mais était-ce plus sure que la fausse protection d'un clan titanesque tel que les Early Dawn ? Kataleyah en doutait fortement, elle qui voyageait seule à travers les Erfeydes la majeure partie de l'année n’en avait jamais eu besoin. Ce qui la chagrinait en entendant ces mots, c'était l'éloignement, l'attente, l'ignorance qu'impliquait le départ proche d'Elijah. Cette fois, ce serait différent, son ton l'avait clairement exprimé. Il se situerait dans une zone noire pour l'oracle, impossible pour elle d'avoir des informations précises et régulières sur les faits et gestes des déserteurs, pas plus que des nouvelles du Second. Elle songea même que son échec, comme sa réussite, pourrait bien parvenir à ses oreilles des mois plus tard. Que pouvait-elle y faire ? Pas grand chose, ou plutôt rien à l'heure actuelle qu'elle ne sache déjà.

Presque machinalement, elle termina de plier le papier jaunis puis se retourna vers lui, le front plissé. La soirée avait bien avancée et la fatigue chatouillait malicieusement son corps de cavalière. Elle s’approcha pour lui donner les plans qu’il attendait, trop préoccupée pour remarquer son insistance qui d’ordinaire l’aurait agacée.
« Du premier comme du second hein ? » dit-elle tout bas avec un pâle sourire.
Puis elle franchit le dernier demi-mètre qui les séparait et tout en se dressant légèrement sur la pointe des pieds elle encercla son cou de ses bras. « Tu oublies le troisième ! » répliqua-t-elle en étreignant son ami. Quel troisième voyage... ? On en trouvait toujours un quand on le voulait.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 12 Nov 2012 - 13:04

Elijah prit les plans d'une main, à la fois anxieux et excité. Ca fonctionnerait, il en avait la conviction. Pourtant il restait ce petit quelque chose qu'il n'arrivait à pas décerner, ce petit quelque chose en lui qui hurlait de toutes ses forces qu'il lui faudrait un jour tout révéler. Non, il n'avait pas à le faire, s'il ne le faisait pas alors personne ne saurait et ce serait plus simple pour tout le monde, en particulier pour lui. Il regarda un instant les plans, songeur et satisfait. C'était dans la poche, c'était dans la poche, se répétait-il inlassablement. Lorsqu'il releva les yeux sur son amie, il la trouva préoccupée. Ce voyage lui paraissait plus important que tout, il ne pouvait pas la décevoir... Ce fut sur ces pensées de promesse de victoire que Kataleyah se pendit à son cou. Le cœur d'Elijah s'emballa aussitôt, il se surprit à sentir ses propres battements jusque dans ses tempes, sa respiration en fut tout de suite altérée, il en suait presque. Pourquoi réagir aussi subitement ? Sans doute car ses émotions se calaient sur la façon toute aussi subite qu'avait eu Kayah de s'agripper à lui. Les bras en l'air comme un partenaire de slow qui ne saurait pas où mettre ses mains, il bredouilla quelques sons, à peine des débuts de mots, on eût dit des onomatopées alors qu'enfin une phrase parvint à franchir le seuil de ses lèvres :

‒ « Le... Le troisième ? »
Comme si la réponse l'intéressait ! Il se mentait, c'était évident. Il osait à peine la regarder dans les yeux, et puis ce battement de cœur, le sentait-elle aussi ? Cette idée idiote le couvrit de honte. Il avait pas idée de se mettre dans des états pareils. Il avait toujours eu cet interdit tacite, il mourrait d'envie de lui rendre l'appareil mais peut-être que tout ça n'avait rien de concret pour elle. Bon sang, il pensait trop, et il suait comme pas possible aussi. Plus le temps passait et plus il était mal à l'aise, il avait rêvé de ce moment, au sens premier du terme, sauf que chez lui ça allait un peu plus loin que ça. Allait-elle le prendre pour un animal s'il sautait sur l'occasion ? Il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir ce qui se tramait dans cette maison, heureusement pour eux - ou devrait-on dire heureusement pour lui - ils n'étaient que deux.
Il faisait une chaleur a crever dans la bâtisse, mais ça Elijah ne s'en rendait pas compte. Les crépitements de son ithylium c'était la dernière chose qu'il remarquait. Ne sachant que faire d'autre, il rabattit sa main libre sur le bras de Kataleyah, se demandant pourquoi il avait si peur, et aussi pourquoi son corps c'était entièrement déréglé. Un troisième voyage qu'elle disait... Si seulement il pouvait avoir l'assurance de ne pas être le seul à en vouloir un de troisième voyage alors peut-être qu'il déciderait d'une destination. Entre Kayah et Elijah ça avait toujours été un jeu de chat et de la souris, un jeu de charme aussi, parfois. Le dernier remontant à moins d'une heure. Mais dans ces circonstances le Second ne se sentait pas de répliquer par une blague bourrue, non, ses pensées étaient à des lieux des blagues grossières qu'il pouvait sortir en ses bons jours. Il faisait toujours aussi chaud, à en faire fondre la neige du toit, les battements de cœur d'Elijah étaient si fort dans sa tête que ça l'en empêchait presque de pensée à autre chose. Ce fut à ce moment là, précisément, qu'il lâcha précipitamment les plans sur la table avant de frôler de cette main hésitante le visage de Kataleyah. Il esquissa malgré lui un sourire, il n'avait pas envie de sourire, il avait plutôt envie de s'enfuir. Pourtant on eut juré que ce geste calma son cœur affolé. Ce n'était sans doute qu'une impression.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Dim 2 Déc 2012 - 16:09

Son propre geste la sidérait encore. Si spontané, si irréfléchi. Qu'est-ce qui lui avait pris de se jeter à son cou de cette façon ? Toutes ces années à consolider une amitié sincère et dans les règles de leur civilisation venaient d'être mis en branle par un demi-mètre de séparation franchit sur une impulsion. A quoi pensait-elle à ce moment pour se laisser aller ainsi ? Les réponses fusaient dans son esprit et s'emmêlaient. Au final, peu importait la raison, elle avait prit ce risque et elle le payait déjà cher. Son habituel nonchalance à l'égard d'Elijah l'avait fui dès lors que ses bras avaient encerclé ses épaules. Elle fut surprise par la chaleur naturelle que dégageait le second et dominait largement celle de l'âtre. Durant un bref instant, elle faillit céder aux exigences de son corps qui ne demandait qu'à profiter pleinement de cette chaleur là mais elle parvint à éviter le bourbier. Elle se maudissait presque de s'emporter autant pour une simple étreinte. Courte, qui plus est ; elle s'était bien vite aperçue des tambours qui frappaient son thorax de l'intérieur et s'écartait doucement alors que la main libre d'Elijah se posait sur son bras.
Tout était allé si vite.

Maintenant, Kataleyah ne savait pas comment agir. Reculer brusquement ? Se retrancher derrière son masque d'oracle ? Affronter le regard de son ami ? Déchiffrer son expression ? Elle était bien trop embarrassée pour ça, elle qui fuyait son regard. Il était amusant de soulever le fait que la jeune erfeydienne côtoyait quotidiennement une entité divine, parfois très oppressante, mais perdait facilement ses moyens face aux membres de son espèce. Toutefois, il existait bien une poignée de personnes qui avaient su gagner leur place près d'elle. Elijah en faisait parti, et c'était peut être ce qui compliquait les choses. Puis sa main effleura son visage, attisant une dernière fois les affres de son esprit avant de l'apaiser. Comme on balaye de la main un haloronne qui vous aveugle, ce simple geste avait éloigné les doutes de l'oracle. Elle ferma les yeux et tourna légèrement la tête à la recherche de ce doux contact. Il y eu comme une minute de suspend, durant laquelle elle se permit de savourer l'instant présent avant de songer au futur. Les pulsations fortes de son coeur et la chaleur incroyable qui émanait de la peau du second occupaient sa conscience.
Quelle pitoyable oracle, et amie, elle faisait là. Mais, pour une fois, qu'est-ce qu'elle pouvait s'en ficher !



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Lun 10 Déc 2012 - 10:38

Elle n'avait rien dit, elle était restée là, elle le regardait sans le voir, il le sentait dans ses yeux. Ce qu'il redoutait ? Peut-être que le Gardien fasse irruption, point rassurant il ne se manifestait que quand on ne pensait pas à lui, or Elijah y pensait. Ce flot de pensées ne semblait pas s'être calmé malgré que son cœur tambourine dans son crâne, il réfléchissait à la moindre de ses respirations, voire se forçait à respirer au risque d'oublier de le faire pendant trop longtemps et de devoir reprendre son souffle comme après avoir mis la tête sous l'eau. Cette métaphore n'était pas de trop, il se sentait submergé, autant par ses propres émotions et sentiments que par ceux, aussi certains eussent-ils pu être, de Kataleyah. Dire qu'il l'avait toujours aimé aurait été faux, non, il avait appris à le faire comme l'on apprend à chasser ou à combattre : la veille ça vous paraît impossible et le lendemain vous vous surprenez. Autant dire qu'il se surprenait à agir de la sorte. Ce contact, aussi court soit-il, lui paru long, il ne savait pas si c'était son cerveau qui commandait vingt-mille ordres à la seconde ou si c'était quelques tâches qui s'emmêlaient dans tout son être. Il était stupide, pire, il était intéressé et stupide. Lorsqu'elle ferma les yeux, il ne se retint plus de fixer ses lèvres, si les Erfeydes avaient entendu parler de la Bible, certainement qu'Elijah verrait Eve et ses lèvres couleur pomme rouge. Y toucher quitte à se brûler les ailes, y goûter, quitte à y perdre plus.
Comment savoir si elle était d'accord ? Comment s'avancer ? Le sentirait-elle s'approcher alors qu'elle avait les yeux fermés ? Aurait elle la présence d'esprit de rester ou de partir avant que leurs lèvres ne se rencontrent ? Et si ce n'était pas le cas ? Elle le repousserait, il allait tout gâcher. Sa main était restée contre la joue de Kayah, elle paraissait s'y reposer, était-il digne d'une telle confiance ? Lui qui avait été ravi à l'idée de quitter tout ce beau monde pour rejoindre celui de l'ombre avait comme qui dirait un cas de conscience. Franchir le pas malgré le mensonge, et si ça fonctionnait maintenant, est-ce que ce serait le cas quand elle saura ? Un jour il faudra bien que la vérité éclate, le problème était que leur relation risquait de suivre le mouvement et de s'éparpiller aux quatre coins des Erfeydes.

Il s'était toujours dit que ce désir était voué à disparaître, mais au fil des ans ça n'avait fait que se transformer. Ca n'empirait pas, non, ça n'avait jamais été plus qu'aujourd'hui, parfois il diminuait mais revenait toujours lui taper dans le dos à la façon d'un ami de longue date que l'on retrouve. Elijah était parfois comme le spectateur de sa propre vie, il aurait aimé voir cette scène d'un peu plus loin, pour mieux se rendre compte, hélas il était coincé dans ce corps et devrait se contenter de sa seule vision biaisée du monde. Tous ne cherchaient pas à le poignarder dans le dos, il le savait bien, mais Kataleyah était l'Oracle. Un simple nom, une simple fonction foutait tout en l'air, cependant le Second n'en était pas se projeter dans l'avenir, en tout cas pas plus loin que les cinq prochaines minutes. Il alla chercher ses lèvres. Ca contredisait tout les pseudos-principes des gens "biens", ça niait complètement le grade de Kataleyah, il aurait embrassé sa mère ou sa sœur que ç'aurait paru plus envisageable que d'embrasser l'Oracle. Pourtant Elijah posa sa bouche contre la sienne, il ne se lança pas plus loin, libre à elle de s'éloigner en le giflant. Il risquait gros mais ça il s'en rendrait compte plus tard. Il y avait pourtant un détail qui l'avait fait changer d'avis, qui l'avait poussé à aller de l'avant... Tout bêtement, il s'était dit que si ça tournait au vinaigre, il n'avait qu'à rester avec les Déserteurs, là où personne ne tiendrait compte d'un pareil affront si la nouvelle venait à se répandre. De toute façon il allait partir, autant qu'il ait une raison personnelle de le faire.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Mar 11 Déc 2012 - 15:39

Le temps d'un battement de cil, la stupeur se dessina sur ses traits. Puis le temps que son cœur rate à son tour un battement, et la dernière limite de la bienséance erfeydienne se brisa. Complices. Elle laissa la douce chaleur qui germait dans son ventre s'étendre à son corps. Fautifs. Ses lèvres s’entrouvrirent en réponse. Infâmes. Comme un assoiffé qui se noie dans un lac, Kataleyah se dressa à nouveau sur la pointe de ses pieds et de cette main qui saluait si froidement ses pairs chaque jour, elle agrippa la nuque d'Elijah pour ne plus la laisser s'échapper. Oh combien il est difficile de dire précisément ce qui lui passa alors par la tête. Rien et tout à la fois. Une chose sure, elle était entièrement maître de son corps et de ses émotions, même si cela apparaissait peu clair après toutes ces années de cohabitation. Combien de fois se remémora-t-elle cet instant précis dans les mois qui suivirent ? Un souvenirs précieusement conservé dans un coin de sa mémoire, à jamais caché. Odieux. Infâmes. Criminels. Le second et l'oracle étaient tout sauf ce qu'il fallait être. Comment penser à cela alors que chaque parcelle de peau en contact avec l'autre éloignait toute raison, embrasait ce feu qui sommeillait, soulageait les craintes, aiguisait les sens ? Non, Kataleyah ne voulait pas être sage, qu'on lui laisse quelques secondes d'espoir.

Brusquement, son allégresse se transforma en peur sourde. Le froid des Glaciers noua son ventre, gela son cœur, coupa son souffle. Elle s'écarta presque violemment, la main tendu devant elle comme une barrière de protection. La peur s'étendait dans son esprit comme une tâche d'encre sur une toile. Lentement, mais surement, elle absorbait toute autre émotion jusqu'à la dernière goutte. Asséchée par cette peur, Kayah ne pouvait que s'y confrontait pour la comprendre. Trouver la source. Le Gardien ? Elle même ? Que craignait-elle qui la fige autant ? Que redoutait-Il ?

Il suffit ! N'ai-je point partagé mes souvenirs, jeune humaine ? L'attachement ne nous est pas bénéfique, cesse cela immédiatement.

Pourquoi ? Pourquoi ? Ce mot résonna dans la tête de l'oracle. Pourquoi maintenant ? Pourquoi ne pas l'en avoir empêcher plus tôt ? Maintenant qu'elle avait goûté au fruit défendu, il serait plus dur encore de s'en détacher. Elle était en colère mais elle avait déjà accepté sa requête sans même l'avoir contesté une seconde. En réponse, le Gardien enveloppa son esprit d'une membrane protectrice. La peur était toujours là, mais Il semblait enfin la contenir. Il aurait voulu lui dire pourquoi Il agissait ainsi, mais ce serait perdre sa reine dans cette partie d'échec. Cet humain impudent lui apporterait mille tourments pour chaque précieux souvenirs à offrir. Si fragile, si fidèle. L'amour qu'elle lui vouait ne méritait pas un tel traitement, Il le savait, mais pour le bien de sa race, le Gardien agit.
Il se glissa dans la peau de l'oracle d'une façon nouvelle, plus malsaine, plus discrète. Rien chez elle ne sembla changer, ni son timbre ni son regard. Elle se reprit et abaissa sa main.
C'était une erreur, Elijah. Une erreur qu'il faut oublier. Il y a bien trop en jeu... dit-elle péniblement en secouant la tête. Tu sais que je ne peux pas tout dévoiler, mais tu dois me faire confiance ! Il ne m'arrêterait pas si les conséquences de tout ça ne nous dépassaient pas !

Le front soucieux, sa voix l'implorait presque de la laisser en paix. Ils avaient des plans, ils avaient des projets. Peut être n'en avait-il pas conscience, mais la construction de ce navire n'était pas une simple lubie de la part de son "amie". Elle avait été choisi par un dieu, cela incluait un devoir envers son peuple. Elle redoutait désormais autant la réaction du second que celle du Gardien. Ou était-ce plutôt l'inverse ?



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Jeu 13 Déc 2012 - 14:07

Ce fut intense, il avait rêvé de ce moment tellement de fois, il avait même rêvé de plus qu'il n'oserait jamais l'avouer. Tellement intense qu'il en oublia le Gardien, à ce moment précis Kataleyah s'écarta de lui, brisant ce contact qui lui était devenu presque familier. Il la désirait oui, le pire dans tout ça c'est qu'elle avait semblé d'accord, ce n'était pas si souvent que ça que les deux Erfeydiens étaient en osmoses. Il y avait toujours eu cette retenue, mais pas cette fois, enfin, pas jusqu'à ce qu'elle s'en aille une fois de plus. Elijah n'était pas certain de comprendre, il resta là, muet et hébété, à la regarder, espérant secrètement qu'elle revienne se loger dans ses bras. Il n'osa pas la questionner, ç'aurait été stupide de lui demander ce qu'il se passait, "ça va ?", ça lui brûla les lèvres mais la froideur de la situation ne lui permis pas d'aller de l'avant. Il ne comprenait pas. Et puis la sentence tomba. Le Second déchanta, lui qui d'habitude s'efforçait de rester noble et impassible avait l'air abattu et choqué. Une erreur ? L'espace d'un instant il se demanda si ses avances n'avaient pas été conformes, mais qu'est ce qui était conforme dans leur relation de toute façon ? Etait-ce de sa faute ? Avait-elle fait cela comme on donne de la nourriture aux oiseaux avant la période d'un rude hiver ? Engraisser pour mieux chasser au printemps ? Non, il se refusait à le croire, pourtant cette idée le mis presque en colère, une colère idiote mais logique et compréhensible :

‒ « Les conséquences ? Mais quelles conséquences ! son bras fendit l'air de rage. De toute façon ça arrivera, le Gardien ce n'est rien de plus qu'un remède, et encore ! On tombe malade il nous soigne, il ne peut pas nous empêcher de l'être, c'est ridicule ! S'il a si peur de ces étrangers, il n'avait qu'à pas les faire venir ici, il a l'air de savoir s'y prendre pour foutre en l'air tout ce qu'il touche, qu'il aille toucher leur bateaux de fer ! »
Il savait que ce n'était pas si évident, pourtant ses émotions prenaient le dessus, toutefois il le pensait. L'efficacité du Gardien était relative, il refusait de croire aveuglément un Être, aussi divin soit-il. Il avait beau veiller sur eux il ne pouvait pas les empêcher de mourir. L'image de son frère lui parvint comme un lointain reflet, il serra les dents mais ne regretta pas ses paroles, mieux, il les assumait pleinement. C'était sans aucun doute la première fois qu'il parlait sur ce ton à Kataleyah, ce n'était, certes, pas la meilleure facette d'Elijah. Elle le savait sanguin, pourtant de mémoire il ne se rappelait pas avoir fait subir à son amie les affres de ses colères. La coupe était pleine :

‒ « Tu sais quoi ? J'veux rien savoir, absolument rien. il passa sa main dans ses cheveux puis sur son visage, il ne savait plus quoi faire. Si ça l'amuse de t'envoyer des images de mort dans des moments comme celui-là, qu'il le fasse ! Après tout on est que des larbins, pas vrai ? N'empêche qu'il serait bien emmerdé si tu le virais de ton corps ! A l'évidence il a plus besoin de toi que toi de lui. »
Ces derniers mots étaient remplis d'un dédain blasphématoire, Elijah ne s'en rendait pas compte, ce n'était pas lui qui parlait mais son ressenti, et quel ressenti... Il se sentait abandonné, honteux, trahi. On lui avait fait toucher l'or pour mieux l'en éloigner, un trésor caché qu'il lui faudrait chercher pendant que le Gardien le narguerait en lui susurrant qu'il savait où il se trouvait mais pas lui. Au moins, aussi marginaux que puisse l'être les Déserteurs, eux, étaient libres. Les missions, les avertissement du Gardien, eux, s'en fichaient, et Elijah leur donnait raison. Suivre une voix qui vous dit de sauter d'une falaise en vous assurant que votre mort est bénéfique pour le futur ce n'est pas une voix recommandable. A l'évidence le Second ne se rendait absolument pas compte que le Gardien y était pour beaucoup dans le discours de Kataleyah, mais comment l'aurait-il su ? Il le savait fourbe mais à ce point, il n'aurait jamais pu le deviner. Elijah était rouge de colère, la sueur qui pourtant n'avait rien à voir avec son agacement lui donnait des airs déchaînés. Il se retenait, oui, il se retenait de ne pas en mettre une à Kayah en espérant que ça touche aussi le Gardien. Il n'aurait jamais fait de mal à son amie, non, il n'aurait jamais levé la main sur elle de toute façon, d'ailleurs c'était l'idée de ne pas le faire qui avait pointé le bout de son nez en premier. Ne pas le faire, ne pas le faire, ça ne servirait à rien hormis faire du mal à la seule personne qui comptait vraiment. Il se mit à faire les cents pas devant elle, elle restait immobile, sans doute savait-elle qu'il n'avait pas fini de s'en remettre. Il tapa du poing sur le premier meuble venu, s'avança vers Kataleyah d'un pas décidé, sa colère avait pris une autre forme, moins physique :

‒ « Très bien, j'attends. il y eut un temps. J'en ai assez, assez que tu serves d'intermédiaire à ces caprices grotesques. Fais le sortir. »
Etait-ce des menaces ? Peut-être bien, selon la personne qui les écoutait ça pouvait prêter à confusion. Elijah se mentait, il avait tout aussi peur du Gardien qu'un autre, la seule différence résidait dans le fait qu'il ne lui accordait qu'un respect minimisé. Il jouait avec le feu mais c'était sa nature, plus ou moins. Il ne savait pas très bien ce qu'il voulait faire en lui demandant une pareille requête, le faire sortir, en soi ça ne voulait pas dire grand-chose, il voulait lui parler. Qu'il apparaisse dans un grand flash lumineux, dans un bruit de goutte d'eau ou juste qu'il parle à travers Kataleyah ça lui était égal. Ces enfantillages ça l'agaçait au plus haut point, et si elle refusait de le faire se manifester Elijah lui forcerait la main. Il ne savait pas comment il s'y prendrait mais... c'était une autre histoire, il ne réfléchissait plus vraiment à l'heure actuelle.


avatar
Déserteur

On m'appelle Kataleyah Teim-Cruan


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Cimes Hérissées
MON AGE : 26
Féminin
MESSAGES : 2189
AGE : 27
INSCRIT LE : 18/02/2012
PSEUDO HABITUEL : Nano.
Joyaux : 377
http://www.ile-joyaux.com/t480-kataleyah-teim-cruan
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 15 Déc 2012 - 4:03

Le corps de l'oracle emprisonnait un duel féroce entre deux esprits. L'un était puissant, sage et très ancien. L'autre encore jeune et émerveillé était doté d'une certaine force dont il n'avait pas conscience et était actuellement aussi abattu que perdu. L'un était divin, l'autre humain.

"Traître !! Traître ! Un déserteur... Il doit mourir ! Il t'as dupé... Il NOUS a dupé !"
Comme un faune en cage, l'esprit divin semblait tourner en rond, obnubilé par sa haine. Son ombre ne laissait plus qu'une place infime au fond des abysses pour son hôte. Il s'était emparé de son corps, et il maintenait sa domination avec toute la force dont il était pourvu malgré la maladie. Ce n'était pas le moment de lui donner le contrôle, car il avait devant lui un parjure.

Écrasée, acculée au fond du trou, prisonnière de son propre corps et exilée à la fois. Kataleyah cherchait désespérément un point d'appui, un relief, n'importe quoi pour la relever et lui donner la force de reprendre ce qui lui appartenait. Il faisait noir, froid et le vent sifflait à ses oreilles. De très loin, elle entendit les paroles d'Elijah. Chaque mot, chaque phrase ne faisaient qu'alourdir ses jambes qui la tenaient déjà bien difficilement.
Tout foutre en l'air ? Des images de mort ? Caprices ? ... les échos venaient pèle-mêle, prenaient tout leur sens ou aucun.
Félonie !!!
NON ! s'entendit-elle rétorquer aussitôt.
Un déserteur ! Tu l'as aussi bien entendu que moi, cette vermine s'est vendue !
Non, non, attends... il parle sous la colère... il...

Quoi ? Il avait dit quoi ? Il avait fait quoi ? Ou plutôt, que n'avait-il pas fait ? Kayah avait bien une idée de la réponse, mais elle l'écarta instantanément par pur mécanisme de défense. Ce vent qui sifflait toujours, elle ne pouvait pas réfléchir.

Un coup vif. Un seul. Il ne lui en faudrait pas plus pour mettre un terme à la vie de cet homme. Aveuglé par sa colère, il ne se rendait même pas compte du manège du Gardien. Les changements de voix, les iris, tout ça c'était du pur spectacle, c'était pour impressionner, pour différencier plus clairement qui parlait à travers l'hôte. Mais ça, les erfeydiens ne le voyaient jamais. Il avait devant lui un bel exemple ! Incapable de remarquer l'absence de son amie qu'il osait embrasser un peu plus tôt. Le Gardien ne savait pas ce qui était le plus rageant : son impiété ou le fait d'être un cavalier qui avait sa place sur l'échiquier ?

Sans le réaliser, elle avait bloqué le Gardien. Le torrent de haine qui déferlait dans son sang bouillonnait toujours, les muscles tendus, prêts à l'attaque, mais le corps de l'erfeydienne n'avait pas bougé d'un centimètre. Son regard fusillait le Second, reflet de la colère du Gardien. Dans un cri étouffé d'horreur, l'oracle se rendit compte à quel acte irréparable s'apprêtait celui qui possédait son corps.
TAIS TOI ! hurla-t-elle à tue-tête à l'adresse du second, tais toi imbécile !!!
Un triste rire grave résonna.
"Il ne peut pas t'entendre. Il ne lit pas les pensées. Tu t'épuises inutilement, Kataleyah."
Comme pour donner confirmation au Gardien, Elijah revint à la charge avec une requête saugrenue. Faire sortir l'esprit millénaire ? Mais bon sang, réfléchissait-il une minute avant de lâcher de pareilles absurdités ? Depuis toutes ces années qu'ils se fréquentaient, n'avait-il rien apprit du maluine ? De ce lien si particulier qui unissait un dieu à un humain ? Jamais elle ne l'expulserai de son corps par sa simple volonté. Elle n'était même pas sûre de vraiment le désirer. Seul Lui pouvait se détacher d'elle, et ce n'était pas dans ses plans. Pourtant, la demande parut plaire au Gardien...


Le corps de l'hôte se détendit enfin, bien que toujours sur ses gardes, Il n'avait plus l'intention d'attaquer. Ce petit relâchement permit à Kataleyah de gagner du terrain, discrètement, profitant de la légère accalmie du vent intérieur. Divisés entre rage et tristesse, les yeux mordorés s'embuèrent. La mâchoire serrée, l'oracle parla enfin à voix basse, contenant le flot d'émotions contraires qui se battaient le monopole de son cerveau.
"Un face à face ? C'est vraiment ce que tu veux ?"

Kayah mourrait d'envie de questionner le Gardien avant qu'il ne poursuive. Il avait une idée derrière la tête, elle le sentait bien. Son désespoir se muait peu à peu en une forme de curiosité. De l'intérêt. Un face à face ? Était-ce vraiment possible ? Elle ne pouvait empêchait les battements de son coeur de s'accélérer à cette pensée. Depuis qu'elle avait accédé à un certain fragment de mémoire du Gardien, des années auparavant, sa servitude envers l'être millénaire s'était accrue. Son idolâtrie, son amour pour lui dépasser presque l'entendement. C'était mauvais pour elle, comme une drogue, et elle le savait parfaitement. Mais le voir de ses propres yeux, finis les flashs du passé, l'admirer dans toute sa splendeur, le toucher. C'était un souhait qu'elle n'osait formuler.
"As-tu seulement la moindre idée de ce que tu demandes, Elijah ? grinça-t-elle entre ses dents. Puis, avant qu'il ne réponde, elle enchaina d'une voix plus claire, à demi-maitrisée. "Non tu ne sais pas ! Tu es un enfant ! Tu ne sais rien et tu exiges des réponses que je ne peux pas te donner. Bon sang ! Quand est-ce que tu l'accepteras ? Tu..."

Sa phrase s'étrangla dans sa gorge. Elle décrispa enfin ses doigts, prit une inspiration pour se calmer et se frotta les temps. L'énervement ne menait à rien. Qu'Il prenne le temps de peser ses mots pour ne pas trop en dévoiler. Juste assez pour attiser sa curiosité. Le faire espérer, et avancer à nouveau. L'hôte se concentra un instant sur sa respiration avant de rouvrir les yeux et de tenir tête au regard indéchiffrable que lui renvoyait alors le second.

"Je ne suis que son intermédiaire, et ce qu'il m'offre en retour vaut le prix de mes sacrifices."
Une petite voix contesta cette affirmation, mais elle s'éteignit comme une bougie dans l'eau.

"Si tu tiens tant à lui parler, c'est de l'autre côté qu'il faut aller. Je viens de t'apporter ce dont tu as besoin pour ça." finit-elle d'un ton radouci.



Sign @Thélador



Spoiler:
 
avatar

On m'appelle Elijah Sölk


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Au Sud des Erfeydes (secret) - Early-Dawn (Déserteur)
MON AGE : 25 ans
Masculin
MESSAGES : 121
AGE : 25
INSCRIT LE : 07/06/2012
PSEUDO HABITUEL : ø
Joyaux : 105
http://www.ile-joyaux.com/t769-elijah-solk
Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   - Sam 15 Déc 2012 - 10:24

Un face à face, ce n'était sans doute pas ce qu'il cherchait. Voulait-il se battre contre le Gardien ? Aussi stupide que ça puisse paraître il avait la prétention de croire qu'il pourrait au moins le toucher une fois. Il se trompait. Elijah regardait le Gardien, car cette colère ce n'était pas digne de la femme qu'il connaissait, à présent il pouvait s'en vanter, mieux que quiconque. Le doute subsistait, à qui parlait-il ? Il n'en était jamais certain. Autant parfois le Gardien s'amusait à prendre le contrôle et à le clamer, autant il se glissait parfois dans l'esprit et ne changeait qu'un mot dans une phrase. Le Gardien était un serpent et Kataleyah la pierre, soulever l'un risquait de faire attaquer l'autre. Ce que l'Oracle prononça le laissa perplexe, vexé, il l'écouta. Elle l'engueulait, comme on engueulait un enfant qui sortait sans son manteau pendant qu'il neigeait. Oui, ça le vexa, profondément, en partie car il ne savait pas ce qui tenait du Gardien ou de son amie. Et si le Gardien ne faisait que lui faire dire ce qu'elle pensait ? C'était rare, mais pour une fois Elijah se remis en question et son estomac se noua d'abandon, il se sentait si seul, si démuni face à un discours aussi cru, et aussi vrai. Car si Kataleyah le disait, ça voulait dire que, quelque part, elle devait avoir raison. Il détourna son regard, l'enfant n'avait pas compris sa bêtise mais le fait que son père lui fasse la morale l'empêchait de le regarder dans les yeux. Après tout, le Gardien ce n'était pas Dieu, c'était qu'un père qui n'aimait pas l'émancipation de ses enfants. Il l'écouta, fixant le sol en y voyant défiler des tonnes d'évènements sans rapports, juste pour couper ce dialogue qui lui faisait tant de mal. Une certaine tristesse germait dans sa gorge.

Le discours du Gardien, ou de Kataleyah, car il ne savait toujours pas sur quel pied danser, était hors de portée d'Elijah. Il n'en comprenait que la moitié, il se sentait ignare et autant dire qu'il détestait ça. Sa colère s'était retournée contre lui, le Gardien savait y faire avec ses enfants. De l'autre côté ? Elijah redressa ses yeux perdus dans ceux de son amie. Qu'y avait-il de l'autre côté ? Et si le monde n'était pas si grand que ça, qu'y trouverait-il ? Une terre ? La mort ?... Parler au Gardien, ça avait l'air plus spirituel que de trouver une nouvelle terre, cette idée lui fit presque peur. Fallait-il qu'un erfeydien meurt pour parler à son "créateur" ? C'était idiot, ça n'avait pas de sens.
Elle avait beau faire semblant de l'avouer, tout le monde savait que le sacrifice des mäluinnes était beaucoup plus grand que ce qu'ils avaient à offrir aux autres. Et si les exilés des Trois Glaciers n'avaient rien été de plus que des enfants ayant eu soif de liberté... Il était trop tôt pour le dire, ce monde là ce n'était pas celui d'Elijah et à peine y mettait-il une pensée qu'elle s'emmêlait et faisait tomber celles qui tentaient de l'aider. Il y avait quelque chose qui n'allait pas dans ce plan qu'elle lui avait fourni, il manquait un truc, un semblant de rien mais qui donnait l'impression d'une tâche d'encre sur une feuille vierge. Pourquoi maintenant ? Pourquoi lui précisément ? Et puis cette idée de faire un bateau à la fois moderne et désuet. Le relancer sur ce projet avait été le plus grand tremplin de sa vie, il allait retrouver beaucoup de gens qu'il avait perdu de vu, mieux, peut-être quitter cette île et son dictateur. Avant tout ça il y avait des choses à régler, sans parler de paperasse, on pouvait dire que ce n'était que des formalités. Almarik serait d'accord, il en avait l'intime conviction. Et peut-être qu'auprès de lui il se sentirait moins minable, moins petit. Bizarrement Elijah s'était montré silencieux, il se tourna sans mot dire, attrapa un manteau de peaux. Alors qu'il l'enfilait vulgairement, il s'adressa à Kataleyah :

‒ « Je pensais que t'étais différente, il pouffa la stupidité de cette conviction, qu'au-delà de l'Oracle il y avait quelqu'un qui méritait une véritable attention, ne serait-ce que d'une personne. »

Il finit de se couvrir, vérifia d'un coup de main ses affaires et commença à marcher vers la porte. Il avançait d'un pas décidé, tout portait à croire qu'ils allaient en rester là, pourtant sur le pas de la porte, Elijah se retourna à moitié, fixant ce qui s'apparentait à un montant, il savait que le regard de l'Oracle lui serait trop lourd :

‒ « Et jusqu'à preuve du contraire, je le pense encore. En fait, tu as raison, je n'ai rien compris... il releva son regard, un sourire résolu aux lèvres. Je trouverai, et tu seras tranquille. »

Il parlait du moyen de les séparer, d'éjecter le Gardien d'un mäluinne. C'était possible, oui, mais il ne savait pas comment, ni pourquoi ça fonctionnerait. Ca restait assez utopique, mais ça le laissait rêveur, une Kataleyah qui n'était plus victime de sautes d'humeurs ou de visions étranges. Qu'elle ait envie ou non de cette séparation lui importait peu, l'Oracle et le Gardien n'étaient pas en symbiose, le Gardien rongeait l'Oracle, l'écrasait, ça avait toujours été comme ça. Alors pour elle, pour lui aussi, il le ferait, il trouverait le moyen de la libérer. Et ce même si elle ne semblait pas appeler ça une "libération". Pour le moment il avait une promesse à honorer, ce navire, ce projet, il le ferait mais pas pour l'unique but d'aller de l'avant.
Elijah franchit le seuil de la porte, son pied l'éclaboussa. Une flaque d'eau ? Machinalement il regarda au-dessus de lui, pas un flocon n'était resté sur le toit. La bâtisse faisait tâche dans ce paysage de neige. Ce fut à ce moment là que le Second réalisa l'ampleur de sa colère, ou était-ce dû au baiser ? Il fallait oublier tout ça, Kataleyah n'avait pas tout à fait tort, ça avait été une erreur. Demain il partirait, après-demain il rentrerait, mais sans savoir ce qu'il y retrouverait. Il nia de la tête cette flaque d'eau géante, unique témoin de leur mésaventure. D'un pas pressé, il remonta tout le village jusqu'à disparaître derrière les bâtiments militaires. Jamais ça ne lui avait été aussi difficile de retenir des larmes, et pourtant il n'en versa pas une.


On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: Commande à la Tour Nord   -

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum