AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
» Communication externe
par Loth de la Vision Mar 21 Juin 2016 - 15:06

» Réversa [ TOP ]
par Invité Ven 27 Mai 2016 - 8:21

» Le monde de Dùralas
par Invité Jeu 26 Mai 2016 - 7:00

» Anthalia
par Invité Dim 22 Mai 2016 - 15:17

» Marbrume, La Cité des Damnés
par Invité Lun 16 Mai 2016 - 15:07

» Questionnaire pour soutenir infinite RPG !
par Invité Sam 14 Mai 2016 - 17:33

» Escalus
par Invité Jeu 12 Mai 2016 - 9:02

» Mass Effect : Reborn
par Invité Mar 10 Mai 2016 - 15:00

» Forum en pause
par Asàf Lysereän Mar 10 Mai 2016 - 13:47


[HOT] Manoir de Yannick Saule

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 20 Oct 2011 - 12:26

Rappel du premier message :


La nuit a lancé ses étoiles à l'assaut des ténèbres, mais elles ne sont que de microscopiques lueurs égarées au cœur de l'infini manteau sombre. Seule une lune rousse illumine Midel-Heim et sa périphérie.

A travers les arbres, à l'intérieur de l'enceinte grillagée, rongée par la rouille, le manoir de Yannick Saule, le bellâtre, la brebis galeuse de cette famille richissime, tend ses murs gris couverts de lierre vers son halo blafard. La vieille bâtisse sommeille depuis des heures. Aucune lumière ne tressaille à travers les nombreuses fenêtres. Un silence profond règne sur l'antique demeure.

Agglutinés le long des murs froids, des massifs de buissons épineux, où s'emmêlent des ronces interminables et vigoureuses, laissent apparaître quelques croix de pierre, sous lesquelles sont enterrés les aïeux, ceux qui organisaient autrefois des fêtes gigantesques dont le vacarme se répandait à travers bois, couvrant durant des journées entières le ramage des moineaux et les harmonies du vent dans les branches. Quelques gargouilles dévorées par la mousse montent la garde, attentives, stoïques, et désormais inutiles, n'ayant plus aucune âme à escorter jusqu'aux enfers.

Seul l'unique résident du manoir veille encore, les yeux posés sur ce décor lugubre qui fut jadis si merveilleux. Il est planté devant l'unique fenêtre de sa chambre du premier étage, seule pièce, avec le salon du bas, chauffée et relativement confortable. Nu comme un ver mais totalement invisible depuis l'extérieur, il sirote un dernier verre d'alcool, cherchant à oublier dans son arôme fruité cette soirée funeste où il a perdu ses derniers galons au poker.

Yannick peste contre cet officier obèse qui lui a raflé ses dernières pièces d'argent, et maudit cette malchance qui s'obstine à l'accompagner partout. Une solution ! Bon sang ! Il doit absolument trouver une solution pour se remettre à flot.


On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
MESSAGES : 779
INSCRIT LE : 19/10/2011
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 16 Nov 2011 - 6:06


Comment pourrait-il en être autrement avec une partenaire aussi charmante ? Le Bellâtre se découvre donc d'humeur particulièrement joueuse lorsque la puce lui barbote l'éponge, et il la lui abandonne même volontiers, car il devine que cette nouvelle espièglerie est la promesse d'un délicieux échange de somptueuses caresses aquatiques.

- Décidément, tu veux me voler tout, mon joli chenapan. Mes bougies, mes toiles, mes éponges ! Essaierais-tu de me prendre aussi mon cœur ? ... dit-il d'un ton gouailleur, alors que ses yeux noisette enveloppent la belle de manière éloquente et l'invitent à poursuivre leurs ébats fiévreux.

Il ferme alors à-demi les paupières, et, les doigts noués au creux des reins de la sylphide, il se soumet entièrement à ses caprices et à sa fantaisie. L'éponge moelleuse, les lèvres humides et vermeilles de la puce, ses mains menues, concourent toutes à mener Yannick dans un état de ravissement euphorique, d'abandon délicieux. La brindille joue de leurs corps en virtuose, elle éveille d'exquises sensations en assiégeant chaque parcelle du torse du Bellâtre à coups de baisers redoublés, en harcelant sa bouche de ses dents blanches de mignon prédateur. Les picotements et les frissons qui investissent l'épiderme du jeune Saule en sont les témoins, ils ne doivent rien à l'eau parfumée du baquet qui commence à se rafraîchir malgré la proximité des flammes qui rougeoient et dansent dans l'âtre. Yannick est sous le charme, totalement, et son regard marron s'enracine au fond du lac limpide qui scintille dans les prunelles d'Angélyne lorsque celle-ci s'exprime à nouveau, mutine et curieuse.

Le jeune homme pèse soigneusement ses mots, désirant en dire suffisamment mais pas trop. Oui, il est trop tôt sans doute pour des phrases trop enflammées, trop définitives.

- Tu es plus que parfaite, ma petite fée Clochette, en plus d'être ravissante et très troublante. Tu es comme ces parfums capiteux qui montent à la tête et dont on ne voudrait plus se passer ... ajoute t-il en souriant largement. J'ignore si je te laisserai repartir un jour, tu es vraiment adorable ... poursuit-il d'une voix qui se voudrait nonchalante mais qui vibre un peu trop.

Le visage plus grave, il se penche à nouveau sur elle, et l'embrasse longuement, enlaçant doucement ses hanches de poupée. Puis ...

- Viens, l'eau refroidit vite ! Allons nous sécher face au feu de bois, ma Clochette ... Accroche-toi à mon cou, comme d'habitude ...

Yannick sort en premier du baquet, se penche vers la naïade, l'emporte précieusement, et dépose son fardeau tout ruisselant sur quelques peaux de bêtes qu'il rassemble vivement, du bout du pied, devant la cheminée où vacillent à présent les dernières flammes. Il ajoute trois bûches énormes à leur appétit dévorant, tend un drap de bain à la sylphide, et récupère sur la tablette de marbre usé trônant au-dessus de l'âtre un pot minuscule, contenant un onguent parfumé, avant de s'agenouiller contre la jambe de la puce.

- Je vais soigner ta cheville, ma belle enfant, et dans un jour ou deux tu galoperas comme une gazelle ! Mais ne m'oblige plus à te poursuivre, d'accord ? De plus, la pluie tombe sans discontinuer, et même les petites fées doivent rester au chaud ! Je ne compte d'ailleurs pas te jeter dehors ... ajoute t-il précipitamment !

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 17 Nov 2011 - 6:18

La pluie qui tambourine de plus en plus fort sur la fenêtre, le feu qui crépite dans la cheminée, rien ne peut perturber les regards qui se soudent, se jaugent, s'interrogent, se dévoilent. Les yeux ne peuvent mentir, et reflètent les désirs partagés comme des miroirs, à l'infini ... Le coeur d'Angélyne bat la chamade, et joue encore l'acrobate, exécutant des sauts périlleux, lorsque la voix de Yannick s'élève grave, profonde, et la note taquine s'estompe, démasquant ses émotions, dans ses intonations rauques.

- Un parfum entêtant ? l'interroge-t-elle, avec un sourire tendre. Belle image, j'aime beaucoup ... Du moment qu'il nous enivre tous les deux ... continue-t-elle en posant sa main sur sa joue, quittant ses lèvres charnues à regret. Mais tu as raison, sortons vite de l'eau, je commence à avoir froid ... approuve-t-elle, passant ses bras autour de son cou, et se lovant contre lui, elle niche son nez au creux de son épaule, qu'elle parsème de petits baisers. J'adore ces transports dans tes bras vigoureux ... murmure-t-elle, contre sa peau.

Alors qu'il la dépose précautionneusement sur les peaux qu'il a rassemblées à la hâte, elle ne peut s'empêcher de frissonner, et de ressentir comme un manque intense, un vide abyssal en quittant la chaleur de ses bras, et ce, malgré le feu qui ronfle à quelques pas. Elle s'enveloppe frileusement dans la grande serviette moelleuse, qu'il dépose sur ses épaules, renonçant à s'essuyer. Elle contemple admirative, son corps musclé, qui se découpe dans les lueurs safranées des flammes, qui embrasent les bûches que Yannick vient d'ajouter. Elle ne se prive pas de le détailler, ses fesses rondes épousées par le pantalon trempé, ses longues jambes aux muscles fins ...

Emergeant de sa contemplation béate, elle pense soudain à ses vêtements raides de boue. D'un geste tendre, elle arrête Yannick qui ouvrait un pot d'onguent, pour sa cheville, prenant ses deux mains dans les siennes.

- Tu veux bien jeter ma chemise et mon pantalon, dans l'eau du bain, s'il te plaît, ils seront propres demain, il n'y aura plus qu'à les faire sécher ... et je doute fort en avoir besoin avant ... lui demande -t-elle, retrouvant son humeur mutine. Et tu devrais peut-être ... penser à retirer aussi, le tien, tu vas attraper froid ... finit-elle dans un sourire malicieux.

Lorsqu'il revient s'agenouiller près d'elle, Angélyne lui abandonne volontiers sa cheville, savourant ses mains chaudes et douces sur sa peau, dans un soupir bienheureux.

- Tes mains sont vraiment magiques, on dirait que tu as fait ça toute ta vie, tu devrais peut-être songer à te reconvertir, le taquine-t-elle, essuyant avec sa serviette, les gouttes d'eau qui s'échappent de ses cheveux bruns, et roulent sur ses épaules et dans son dos ...



Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 18 Nov 2011 - 8:13


Les incertitudes fugitives qui ont effleuré celui que l'on a baptisé la honte de la famille Saule n'ont pas survécu aux caresses délicieuses échangées avec la sylphide aux boucles de neige dans l'eau parfumée du baquet de bois. La fascination est réciproque, assurément, tout comme ce flux de sentiments exquis qui étourdissent le Bellâtre. Les yeux de braise de la mignonne, qui le détaillent lorsqu'il traverse la chambre, le lui confirment encore, et il fait d'ailleurs de même, admirant en catimini sa peau d'albâtre qui capte la danse sensuelle des flammes de carmin. Les prunelles noisette sont le reflet de son âme, elles luisent de tendresse, de ravissement, mais aussi d'espièglerie.

- Je te transporterais jusqu'au bout du monde, mon bel écureuil. Finalement je ne regrette pas que tu te sois étalée dans la boue, ça me permet de poser les mains partout lorsque je te porte. J'hésite même à te soigner pour conserver ce privilège plus longuement ... répond-il en lui adressant un sourire lumineux.

Il plonge rapidement leurs vêtements souillés dans la mousse, s'enroule nonchalamment dans une serviette de bain qu'il noue à sa taille, et s'agenouille face à la puce. - A nous deux maintenant, mon angélique enfant. Très bientôt tu auras le jarret souple d'un pur-sang fougueux ! Ma potion est magique, ma jolie Clochette ... poursuit-il en lui décochant une grimace malicieuse. - Et pour la consultation et les soins, bien que je sois complètement sur la paille, je vais te faire une fleur : tu pourras me payer en nature ... Quant à mes mains si douces, je te le confirme, tu verras qu'elles peuvent encore te surprendre ! Et pas seulement pour ta cheville ... ajoute t-il encore d'un air mystérieux, l'air qu'adoptent les coquins lorsqu'ils envisagent de partager des moments enchanteurs avec l'élue de leur cœur, mais cherchent d'abord à intriguer la belle, tout en jubilant à l'avance.

Avec une douceur extrême, il capture dans la paume d'une de ses mains la cheville gracile que la coquine a tordue lors de sa fuite, il la soulève légèrement et la dépose contre ses genoux joints. Du bout du doigts, il tâte délicatement le gonflement discret, ce qui entraîne un infime mouvement de repli de la jambe meurtrie du troublant farfadet.

- Désolé, mon trésor, je vais faire très attention. Mais ta blessure est superficielle, ce n'est qu'une foulure bénigne. Je ne crois pas que l'amputation soit nécessaire ... affirme t-il en s'amusant gentiment aux dépens de la brindille. Trois ou quatre applications de mon onguent miraculeux, un bel emballage cadeau bien ficelé, et tu n'y penseras plus ! Puis-je te faire un compliment, ma petite fée, tu as de très jolis pieds, je les grignoterais volontiers ... la taquine t-il affectueusement.

Il introduit deux doigts dans le récipient de terre cuite, les imprègne d'une généreuse quantité d'une potion fleurant bon l'arnica et le millepertuis, et masse délicatement la cheville de l'adorable nymphette, jusqu'à ce que l'onguent pénètre entièrement dans la peau transparente et veloutée. Le Bellâtre répète une seconde fois l'opération, puis enveloppe l'articulation délicate d'une bande de flanelle blanche, en serrant modérément pour ne point torturer la mignonne. Il repose ensuite la jambe d'Angélyne sur les peaux brunes étalées devant la cheminée, fixe la chrysalide d'un œil malicieux, légèrement polisson, et s'empare de son autre pied, le portant doucement à ses lèvres.

Sans quitter des yeux le ravissant minois auréolé d'une cascade blanche, il embrasse doucement chaque courbe de son pied nu, harcèle tendrement ses orteils menus de la pointe de ses dents, dépose un long cortège de baisers ardents et brûlants sur la peau soyeuse de sa cheville finement ciselée, s'approchant imperceptiblement d'elle en posant sa main libre sur son genou gracieux, libéré par la serviette de bain qui glisse mollement sur ses cuisses d'albâtre, et s'en détache, comme se détache un pétale de rose, épuisé d'avoir trop exhibé sa robe vermillon.

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Dim 20 Nov 2011 - 14:44

L'odeur aromatique de l'arnica, ajoutée à celle plus citronnée du millepertuis, embaume délicieusement, autour des deux jeunes gens. Le parfum s'échappe du petit pot que Yannick vient d'ouvrir, il masse avec doigté sa cheville foulée et les effluves parfumées parviennent jusqu'à son nez, déclenchant une vague de nostalgie, lui rappelant le visage doux de sa mère, penchée sur ses bosses d'enfant, la même odeur envahissait ses narines à l'époque...

Doucement elle secoue la tête, ne voulant pas altérer ce moment délicieux avec des souvenirs doux-amers, d'autant que ce coquin de Yannick a entrepris de lui mordiller délicatement son pied valide, provoquant d'exquis frissons sur sa peau diaphane, qui remontent jusqu'à son épine dorsale, réveillant ainsi son désir de se rapprocher encore de cet homme incroyable qui la cajole divinement depuis un moment.

Assis face au feu, adossé au grand fauteuil, qui l'avait accueillie à son arrivée, Yannick la fixe de ses yeux bruns à la lueur espiègle, continuant son manège, se glissant vers elle imperceptiblement, ses mains remontant agilement le long de sa jambe. Ses mains aventureuses qui attisent tant de frissons, d'impatience ... Renonçant à le repousser, bien au contraire, elle cherche à prendre l'initiative, à lui montrer qu'elle apprécie toutes ces tendres escarmouches. Cependant doit-elle précipiter les choses ? Elle hésite, mais son corps brûle de retrouver les mains douces qui l'ont caressé dans le baquet de bois blond.

- Dis moi Yannick, comment donc tes mains pourraient -elles encore me surprendre ? Je suis curieuse de le savoir ... Peut être que moi aussi je pourrais t'étonner ... le provoque-t-elle gentiment, tout en s'approchant de lui, et en venant s'asseoir sur ses genoux face à lui.

Angélyne libère ses bras fins, jusque là cachés sous la serviette qu'elle noue sur sa poitrine, et les passe autour du cou de Yannick. Ses yeux azur rivés aux siens, elle se sent fébrile, fragile et forte à la fois, audacieuse, et elle ose ... Elle frôle de ses lèvres vermeilles sa bouche sensuelle qu'elle butine tendrement, avant de l'embrasser longuement, déclenchant en elle, un maelström de sensations, d'émotions qui la submergent, l'émerveillent, l'étourdissent ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Lun 21 Nov 2011 - 8:46


Adorable, merveilleuse, mais également très curieuse, cette petite bonne femme, d'autant plus que le gredin s'est parfaitement débrouillé pour l'intriguer par ses promesses et ses sous-entendus coquins. D'un geste naturellement gracieux, la voilà qui noue la serviette sur sa poitrine menue, ce qui ne dissimule ni ses épaules de lys ni ses cuisses un peu minces mais superbement proportionnées, et qui vient se lover tout contre lui. Tu désires être surprise, ma mignonne ? Le Bellâtre est sous le charme, il est ton serviteur et va se faire une joie d'exaucer ton vœu ! C'est qu'il a des talents cachés, le bougre, des talents qui devraient le combler tout autant que toi, ma douce sylphide, voleuse de chandeliers et de cœur.

- Approche encore un peu plus, mon bel ange. Mes mains vont te stupéfier, tu vas voir, mon joli lutin ... murmure t-il en lui adressant un sourire impénétrable.

Être plus proches l'un de l'autre qu'en ce moment précis ? Diantre, mais c'est mission impossible ! Ils sont à nouveau enlacés, et même entrelacés, comme si les bourrasques qui sifflent dehors et font claquer quelque volet à un autre étage allaient les emporter s'ils cessaient de se cramponner l'un à l'autre durant une seule fraction de seconde. Et les voici jouant à « bouche je t'adore, bouche je te mords, mordons nous encore » et la température de la chambre atteint celle d'un volcan en éruption.

- Abandonne-toi à mes doigts, mon cœur. Tu es ma fée Clochette, mais j'ai moi aussi des doigts de fée. Tu vas oublier un moment tes ennuis, tu vas oublier ce rustre qui t'a privé de ta famille et qui t'a volé une partie de ta jeunesse. Ferme les yeux, laisse toi aller contre moi. Le massage le plus relaxant du monde t'attend, ma chérie ...

Yannick a glissé les mains sous la serviette enveloppant la puce, et palpe délicatement son dos, traquant les nœuds qui le tendent, les débusquant du bout des doigts, les dénouant, cherchant à dénouer simultanément les angoisses que ressent la brindille, et qui sont aussi les siennes à présent. Une thérapie collective, en quelque sorte. Mais la frimousse aux yeux mi-clos, nichée contre son visage allongé, et le buste gracile qui pèse sur son torse de manière charmante, l'éloignent rapidement de l'aspect méthodique et rigoureux de sa tâche, qui aura été bien éphémère.

- Approche, mon trésor ... répète t-il, alors que c'est lui qui l'écrase encore davantage contre son torse,et qu'il la couvre de baisers à chaque pression de ses doigts dans le creux de son dos. La tendresse prend le relais, et elle aussi possède d'étonnantes vertus apaisantes, dit-on. Je pense que ceci n'est pas indispensable, mon ange ... énonce t-il en souriant et en décrochant la serviette qui s'obstinait déjà depuis un moment à vouloir rejoindre le plancher. Il réunit ensuite les boucles de neige de la chevelure d'Angélyne sur son buste d'albâtre, et étreint de ses doigts joints, avec une délicatesse infinie, la nuque fragile de la sylphide, sans insister, sans presser réellement, mais répétant maintes fois les mêmes mouvements circulaires. Tu aimes ? ... s'inquiète t-il en guettant une approbation au fond des prunelles turquoise.

Il lui harcèle les lèvres du bout des dents, puis reprend son exquise occupation, n'envisageant pas un seul instant d'y mettre fin avant bien longtemps. Le jour est en train de poindre, mais Yannick s'en moque. Ses paumes parcourent cette fois le chemin inverse, se glissant jusqu'à la cambrure des reins d'Angélyne, s'attardant à loisir sur la peau douce de la puce, longtemps, très longtemps, y décrivant de lentes arabesques, et remontant ensuite le long de ses hanches graciles, puis renouvelant inlassablement les mêmes gestes, le même parcours. Dix fois, cent fois. Le regard noisette se plante à nouveau au fond des lapis-lazuli qui lui font face, et il pose les lèvres sur les cils soyeux, qu'il embrasse infiniment. Un « Je t'aime », un peu hésitant, à l'image de tous les premiers aveux échangés par les amoureux du monde entier, s'échappe de sa bouche ...

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 22 Nov 2011 - 4:48

Après des baisers si passionnés qu'ils ont fait monter, en flèche, la température de la pièce, mais aussi celle de son corps ardent qui bouillonne sous la moelleuse serviette de bain, baisers qui n'ont en rien tari sa soif de tendresse, d'amour ... de Yannick tout simplement ... Angélyne se laisse aller sur ses tendres conseils. Elle s'abandonne aux mains expertes du jeune homme, lovée contre son torse, oublieuse du reste du monde ...

Seule une épaisseur d'étoffe sépare la peau sensible, tendue de ses seins nacrés de celle douce et chaude de la poitrine musclée, sur laquelle elle se presse. Les yeux fermés, sa joue contre le visage au sourire qui fait vibrer son coeur, elle savoure le massage savant, dispensé par les mains adroites à débusquer les tensions de son dos, de sa nuque ... Chaque effleurement, chaque pression est comme une libération et un soulagement, un bien-être sans pareil s'empare de son corps gracile, de son coeur meurtri.

La serviette glisse peu à peu, et lorsque Yannick la dénoue, il délivre enfin les petits globes laiteux aux pointes roses fièrement érigées, qui s'écrasent avec délices contre le torse du jeune homme. Les perles d'azur se noient dans les yeux couleur d'automne, elles plongent jusqu'à son âme, y découvrent tout l'amour qui se reflète en elles, à l'infini ... Ses mains continuent leur ballet hypnotique, troublant, dessinant sans fin de sensuelles arabesques qui laissent sur sa peau, des sillons brûlants, électrisants ...

- Si j'aime ? lui objecte-t-elle, un sourire béat aux lèvres, Si j'aime ? Je t'interdis de t'arrêter ! lui intime-t-elle, jouant langoureusement avec sa bouche à son tour. Tu peux continuer ainsi toute la nuit, si tu le désires, et tu as raison, tes mains sont vraiment merveilleuses, c'est inouï ... Ne t'arrête surtout pas ...

Angélyne s'abîme dans l'océan de tendresse, qui la submerge, qui l'engloutit, comme un navire perdu dans la tempête des sentiments passionnés qui l'étreignent. Elle est perdue corps et biens, enfin son corps ne lui appartient déjà plus ... Il est aux mains du coquin qui lui a volé son coeur, et cela lui convient tout à fait ... Trois petits mots s'échappent des lèvres de Yannick ... Trois petits mots tendres prononcés d'une voix hésitante, emplie d'amour, vont la faire chavirer de pied en cap, définitivement, éperdument ...

Lentement, elle s'écarte légèrement, de façon à capter son regard brun chaud, troublant, elle le dévisage gravement, prenant le temps de peser les mots qui se bousculent dans sa bouche pour lui crier son amour, pour lui répondre, scellant ainsi leurs destinées.

- La voleuse s'est fait dérobé son petit coeur fragile, mon ange. En pénétrant dans ton manoir je n'aurais jamais imaginé y trouver un homme si bon, si adorable, aux mains enchanteresses, aux yeux si tendres qu'ils ont ravi mon âme ... Je t'aime, Yannick ... Mon coeur est à toi, ne le brise pas ... Elle se tait quelques instants, ses yeux toujours rivés aux siens, puis elle poursuit dans un sourire mutin qui étire ses lèvres sensuelles, et illumine les prunelles céruléennes : Tu veux bien reprendre ton massage, mon coeur, cependant, me permets-tu d'en faire autant ? Je ne suis pas aussi experte que toi, mais j'apprends vite, j'aimerai partager avec toi ce bien-être sensationnel, et je suis persuadée que tu es un excellent professeur ...



Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 23 Nov 2011 - 7:30


Deux paires d'yeux pétillent de concert, deux sourires intenses se répondent, se rejoignent, s'épousent et se fondent en un tourbillon de baisers fougueux, les deux rudes paluches de Yannick se métamorphosent en délicates mains de velours et sillonnent à l'infini la peau d'albâtre de la sylphide, depuis sa nuque fragile jusqu'à la cambrure de ses reins, enveloppant aussi ses fesses rondes et délicieusement potelées. La belle y prend plaisir, et elle n'est point la seule. Elle se détend progressivement, s'amollit, s'abandonne aux tendres arabesques que les doigts de son compagnon dessinent dans son dos, et la puce en redemande, encore et encore, toujours davantage. Et le coquin, dans tout ça ? Diantre, il est aux anges, remerciant le ciel de lui avoir livré à domicile un présent aussi inattendu et somptueux.

- Ne t'inquiète pas, mon joli poussin, je compte bien exaucer tous tes désirs, d'autant plus que j'y prends autant de plaisir que toi, je t'assure ...

Et bientôt, la passion s'éveillant en eux les déborde, les submerge. Un premier mot d'amour, un peu inquiet, un peu téméraire, en entraîne d'autres. Ils ne se parlent plus, non, ils se clament leur amour, se l'offrent sans retenue. D'un baiser passionné Yannick s'empresse de balayer le soupçon d'appréhension qu'il a cru déceler dans les propos d'Angélyne, et qu'il accepte et assume avec lucidité, car ses frasques ont été nombreuses et sont désormais célèbres dans toute la région de Midel-Heim, et même au-delà.

- Fais-moi confiance, mon amour, je ne briserai pas ton cœur ! Jamais ! Mes extravagances sont bel et bien terminées, je vais m'efforcer de remonter la pente, pour toi comme pour moi. Et je t'aime bien trop pour te faire le moindre mal, sois-en sûre ...

La brebis galeuse des Saule affiche un visage résolu en prononçant ces allégations, disposé à tout mettre en œuvre pour tenir parole. Ses traits s'illuminent cependant aux dernières phrases de la puce. Poursuivre le massage à deux, comme deux virtuoses interprétant un concerto à quatre mains ? Voilà une idée de génie, et Yannick est ma foi impatient de donner le « la ».

- C'est très simple, mon trésor. Un massage ne demande aucune compétence particulière, il s'exécute beaucoup plus avec le cœur qu'avec les mains. Surtout s'il est un peu coquin comme le-nôtre. L'essentiel est de s'ingénier à combler son acolyte, mon amour, et tu es particulièrement habile de tes doigts, tu me l'as montré dans le baquet, mon joli farfadet ... Pose les mains sur mes épaules, et fais comme moi, tu verras, rien n'est plus facile ...

Tranquillement, le Bellâtre reprend la pose, glissant les mains de la puce dans son dos. Les voilà prisonniers l'un de l'autre, ce qui amène un sourire sur leurs lèvres qui se cherchent à nouveau. Quatre mains douces entament le concert, et le corps menu d'Angélyne devient violoncelle sous les doigts du Bellâtre. La symphonie est fantastique. Il serre davantage contre lui l'adorable nymphette, se courbe vers l'avant pour butiner sa gorge, et la puce creuse les reins sous le poids de son compagnon. La belle s'offre à l'appétit de Yannick, elle se cambre généreusement, ses cheveux de neige balaient les peaux de bête disposées devant l'âtre, elle est superbe dans cet abandon total. Un nouveau torrent de désir afflue en quelques instants, en quelques notes, embrase le jeune homme, le submerge. Il a trop d'amour en lui, trop d'impatience, et son corps décide pour lui, son intimité se dresse fièrement vers la taille fine de la puce, vers son triangle soyeux et immaculé.

- Je te désire maintenant ... Il n'y a plus que toi et moi, désormais ...


avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 25 Nov 2011 - 2:07

Ce massage à quatre mains est un délice, mais aussi un véritable supplice, car les mains douces et coquines de Yannick s'aventurent sur la peau diaphane d'Angélyne, caressantes, troublantes déclenchant d'impétueux torrents de frissons qui courent le long de son dos et la font frémir. Sous ses doigts fuselés, elle effleure, cajole les épaules du jeune homme, traçant à son tour courbes et volutes, sur sa peau hâlée, dans les ombres dansantes des flammes qui crépitent derrière elle.

A son tour, elle tente d'offrir à Yannick un massage sensuel, mais pressée contre son torse musclé, ses seins délicieusement douloureux, écrasés tout contre sa peau douce et chaude, Angélyne sent une tension dévorante nouer son ventre fébrile. Un désir ardent enflamme ses reins, savamment attisé par les arabesques que son compagnon dessine dans son dos, par les baisers gourmands qui dévorent ses lèvres gonflées, elle chavire lentement, abandonnant toute raison ...

- Tu me voles mon coeur, et tu es en train de me rendre folle, mon ange ou, plutôt, mon tendre démon, lui murmure-t-elle contre ses lèvres, qu'elle mordille le souffle court.

Lentement, elle ploie, comme un roseau sous le vent des baisers brûlants, dont Yannick inonde sa gorge offerte. Elle se cambre pour recevoir les attentions torrides du jeune homme, vibrant avec lui, à l'unisson du désir qui les embrase tous les deux. Contre elle, son membre vient se gonfler d'une douce promesse, enflammant son ventre d'une tension enivrante que lui seul pourra dissiper.

- Rien que toi et moi, Yannick ... Aime-moi, maintenant ... le prie-t-elle, d'une voix altérée par l'urgence du désir.

Enfiévrée, impatiente, Angélyne guide fébrilement Yannick en elle, gémissant de bonheur en découvrant que chaque parcelle du cocon soyeux de son intimité l'épouse parfaitement. Et dans un sanglot, elle s'accroche aux prunelles mordorées de son amant, entamant avec lui l'ultime étape de leur voyage sensuel, dérivant de concert vers les rivages de l'extase. Ils ne font plus qu'un, tanguant ensemble, dans un océan de passion ...

- Rien que nous, mon amour ... répète-t-elle, tout bas, ses yeux azur, voilés par le désir, rivés aux siens. Je t'aime ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 25 Nov 2011 - 12:17


Envolée leur raison, mortes leurs incertitudes, dissipés les nuages noirs, ces préliminaires inattendus mais ô combien délicieux les ont menés tout droit dans un état d'extrême urgence, au bout d'eux-mêmes, jusqu'au point de non-retour ! Non, ils ne peuvent patienter davantage, non, ils ne maîtrisent plus rien, ni leurs corps, ni leurs sens, non, ce n'est pas une simple fougue passagère qui les anime, c'est une tornade gigantesque qui les emporte en son sein, au cœur de son tourbillon incoercible, vers ces terres lointaines d'où l'on ne revient jamais pareils, jamais indemnes. Et ils s'aiment, ils s'aiment à en crier, ils s'aiment à se tordre, ils s'aiment à se mordre, noués l'un à l'autre comme le lierre enchevêtré à sa branche, l'étouffant, l'asphyxiant avec délice. Leurs corps ondulent de plus en plus furieusement, ils se donnent l'un à l'autre avec une ardeur qui renaît et se nourrit en chacun de leurs gestes, leurs lèvres jointes abandonnant de longs gémissements d'intense plaisir, jusqu'à l'extase sublime, jusqu'à l'apothéose sauvage, et ils meurent ensemble dans un long cri d'amour et d'agonie.

Après une éternité, toujours étroitement enlacés, ils reviennent sur terre, encore essoufflés, les cheveux trempés, leurs corps rougis par leurs étreintes fiévreuses. Et ils s'aiment encore, mais cette fois du bout des yeux, du bout des doigts, du bout des lèvres, la quiétude ayant succédé à la tempête, le souffle doux de leur tendresse relayant le tumulte des bourrasques de leur amour.

- Viens mon joli colibri, on ne va pas passer le reste de la nuit sur ces peaux de bêtes ! Tu as une sacrée santé, mon ange, tu n'es qu'une gamine mais tu m'as épuisé. J'sais pas si je vais pouvoir encore te porter, c'est peut-être toi qui va devoir t'y coller ... lance t-il dans un sourire. Il se penche afin d'offrir son cou aux bras fragiles de la puce, et l'emporte vers le fauteuil bien rembourré et garni de coussins un peu râpés, installé face aux flammes qui dansent et crépitent dans la cheminée.

Yannick s'y cale confortablement, pose la sylphide sur ses genoux, jouant d'une main dans sa chevelure de neige, et caressant de l'autre la peau veloutée de sa cuisse, sous une couverture qu'il a négligemment jetée sur eux. Tu es bien, mon trésor ? ... demande t-il doucement, ne redoutant guère la réponse, mais préparant une autre question qui le préoccupe et le poursuit depuis un moment.

- Mon amour, je croupissais avant que tu apparaisses dans mon existence. Je ne parvenais pas à me motiver, à me secouer pour prendre un nouveau départ, mais avec toi je trouverai l'énergie nécessaire, si tu m'aides un peu. Tu m'as demandé tout à l'heure si j'étais disposé à faire des sacrifices pour m'en sortir. A présent je le suis. Je suis même prêt à tout ! Ma chérie, avais-tu une petite idée dans ton joli crâne quand tu m'as posé cette question ? Il la dévisage longuement, plonge dans l'océan limpide de ses prunelles turquoise, puis l'embrasse encore plus longuement. Infiniment. Pourquoi cette puce si mignonne qui le fait craquer, qui est désormais tout pour lui, mais qu'il connaît encore si mal, ne serait-elle pas le déclic, le point de départ d'une vie nouvelle, quelle qu'elle soit ?


avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 29 Nov 2011 - 3:45

Lorsqu'Angélyne redescend sur terre, tout lui semble si différent et pourtant rien a changé : les murs délavés de la chambre les entourent toujours, et la grande cheminée illumine, de son feu rougeoyant, leurs visages épanouis, encore luisants de sueur. Le vieux fauteuil branlant dans lequel Yannick l'a déposée tout à l'heure, monte encore la garde près de l'âtre ... Puis elle réalise que c'est elle, Angélyne, qui ouvre les yeux sur un autre univers plus serein, plus tendre, plus doux ... Il y a bien longtemps qu'elle ne s'est sentie aussi heureuse, en paix, en sécurité ... aimée ...

Ce diable d'homme l'a envoûtée, comblée au delà de toute espérance, elle est si bien qu'elle ne veut plus bouger, elle ne veut plus rien d'autre que se blottir contre le corps chaud et passionné qui l'étreint avec tant de tendresse. Elle a trouvé sa place, elle qui n'était qu'un navire égaré dans les tempêtes de la vengeance, elle est entrée au port, dans les eaux tumultueuses de la passion dévorante, puis dans la mer de douces caresses qui les berce tendrement à présent ...

Et elle n'éprouve aucun regret, aucun remords, mais une profonde reconnaissance, ainsi qu'un amour infini, pour celui qui, par ses baisers ardents et sa passion flamboyante, a embrasé son coeur et son corps, la remettant ainsi sur le chemin de la vraie vie ...
Son visage angélique s'anime d'un sourire rêveur, elle écoute distraitement, encore éblouie, le jeune homme, qui la taquine, avant de l'emporter délicatement dans ses bras.

- Tu es de bien faible constitution, mon pauvre amour, si je t'ai épuisé ... répond-t-elle, mutine, enroulant ses bras graciles autour de son cou. Que devrais-je dire ? Si ce n'est que j'ai bien l'intention d'éprouver ton corps d'athlète encore et encore ... Attends, tu crois que ce pauvre vieux fauteuil va supporter notre poids à tous les deux ? s'inquiète-t-elle, d'un coup, puis comme ils ne finissent pas sur le sol, dans les débris du vénérable siège, elle se love contre Yannick, qui les enveloppe d'une moelleuse couverture. Je suis au paradis, murmure-t-elle, le visage nichée dans son cou.

Yannick profite de ce moment de béatitude, pour se livrer un peu plus et pour revenir sur les mots qu'elle lui a dit plus tôt. Elle prend son temps pour lui répondre, après ce long baiser fougueux et tendre qui met de nouveau son corps en émoi. Mais elle ne tergiverse pas longtemps, la franchise étant la meilleure solution ...

- Si tu veux repartir de zéro, mon ange, tu vas devoir perdre tes mauvaises habitudes, excuse-moi si je me montre si directe, mais j'ai pour habitude d'être franche et de dire ce que je pense, quitte à te faire bondir, j'aime autant que les choses soient claires, pour toi comme pour moi, assène-t-elle, très sérieuse, puis elle capte le regard caramel, et pose tendrement sa main fine sur la joue du jeune homme. Tu es prêt à tous les sacrifices, y compris à souiller le respectable nom des Saule ? Je suis une voleuse qui désormais vit dans l'ombre, en marge de la bonne société, une voleuse qui cherche à venger la mort de ses parents, et qui n'a trouvé que ce moyen pour financer ses projets de vengeance, mais il peut aussi t'aider à remonter la pente et à te remettre à flots ... Je peux t'y aider, mais je ne veux pas risquer que l'un de nous deux finissent dans les geôles de Matroos, parce que tu as commis une imprudence, sous l'emprise de la colère, ou de l'alcool ... Je veux pouvoir te faire une confiance aveugle ... Et continuer de t'aimer sans craindre de te voir disparaître à tout instant ... J'ai assez souffert de la perte de mes parents, je ne veux plus endurer cette douleur infinie ... Je ne supporterais pas de te perdre toi aussi, mon amour, avoue-t-elle, lui ouvrant tout grand son coeur blessé, ses yeux d'azur s'embrumant d'un voile de profonde tristesse.
- Tu crois que nous pouvons devenir associés ? lui propose-t-elle enfin, guettant avidement dans ses yeux mordorés une réponse qui unirait leurs destins ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 29 Nov 2011 - 11:46


Au grand jeu du qui perd gagne, au cœur de cet immense bluff qu'on appelle la vie, certains n'avancent leurs pièces qu'avec une rare prudence. Ce n'est assurément pas le cas des deux tourtereaux, à-demi dissimulés sous la couverture. Ils y ronronnent de concert avec les flammes, mais la puce aux cheveux de neige, tout particulièrement, après avoir écouté son compagnon, y va franco ! Elle dévoile en toute confiance ses spécificités, ses projets, ses méthodes pour atteindre son but final : venger ses parents. La sylphide n'a pas peur des mots ! Elle appelle un chat, un chat ! Elle avertit donc Yannick : l'existence qui les attend s'ils s'associent comporte de nombreux risques ! Ce ne sera pas un long chemin couvert de pétales de roses ! Leur collaboration réclamera une maîtrise de soi et un engagement sérieux et quotidien ! Terminées les stupidités, les noubas et les folies ! Pour toujours ! Et Yannick n'hésite pas un instant, il approuve sans réserve, renouvelant les excellentes résolutions qu'il a formulées précédemment. S'il aperçoit un jour le bout du tunnel, s'il se tire d'embarras, ce sera en compagnie d'Angélyne, et grâce à elle, et les moyens qu'ils emploient n'ont que peu d'importance s'ils ne se font pas attraper ! Les voici donc partenaires, en plus d'être amants, et ces deux aventures qui s'ébauchent au même instant réjouissent pleinement Yannick !

Si bien que le pestiféré, la brebis galeuse des Saule, est profondément ému lorsque la brindille lui confie sa peur de le perdre, comme elle a perdu ses parents, quelques années auparavant, et il serre un peu plus le corps gracile et nu entre ses bras.

- C'est entendu, mon amour, désormais nous formons une équipe indissociable, et on ne se quitte plus d'un pouce. J'aurai besoin de tes conseils mon trésor, c'est toi la femme d'expérience maintenant, c'est toi le cerveau du duo ... énonce t-il en souriant de toutes ses dents puis en lui mordillant les lèvres comme s'il allait la dévorer en entier ...

- Ne te préoccupe pas pour les Saule, mon ange, je n'ai plus guère de contacts avec eux, ils m'ont jeté comme une vieille chaussette lorsque j'ai eu besoin d'eux, et je me fiche pas mal de leur réputation. Je pense d'ailleurs que ma connaissance des riches demeures des Saule et de ceux qui les entourent, le gratin, les nababs, pourrait bien nous servir. Fini de risquer ta peau pour deux candélabres, mon amour ! A nous les bijoux et les galons d'or ! Mais avant d'envisager tout ça, je crois que quelques heures de sommeil s'imposent, mon ange. Ce vieux Yannick est raplapla, et bientôt l'aube viendra rosir la cime des arbres ...

Il libère un instant la fée Clochette de sa tendre étreinte, installe plus confortablement les coussins sous son dos, agrippe du bout du gros orteil un tabouret boiteux, pour y poser les pieds, et s'enfonce délicieusement dans le velours fatigué et élimé. - Par ici ma princesse ... chuchote t-il en refermant les bras et en emprisonnant totalement contre lui la liane aux cheveux d'ange, pressant tendrement ses petits seins blancs contre son torse.

- Cette fois je la tiens ma voleuse, et elle ne m'échappera plus jamais ... lui murmure t-il doucement au creux de l'oreille ...


avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 30 Nov 2011 - 7:22

Que la vie est étrange et pleine de surprises, bonnes et mauvaises ! Angélyne, blottie dans les bras puissants et doux de Yannick, s'aperçoit avec dépit, qu'elle avait complètement oublié ce qu'était la tendresse, l'amour, la confiance ... Redécouvrir ces sentiments, cette plénitude auprès de celui qu'elle était venue dévaliser, est à la fois inattendu et magique, et tellement exquis, qu'elle veut croire toutes les promesses, les bonnes résolutions du jeune homme qui la cajole tendrement. Elle est si bien ...

Elle sait qu'elle n'y est pas allée de main morte, en expliquant à Yannick, ce qu'elle attendait de lui, à sa décharge elle ne peut pas se permettre la moindre faute si elle veut préserver ses chances de se venger. Mais pour l'instant elle ne veut plus penser qu'au moment présent, à celui qui l'embrasse avec tant d'amour, que de nouveau son corps s'éveille au désir intense de ne faire plus qu'un avec lui. Ce besoin profond, intense est inédit pour elle, jamais elle ne l'avait ressenti avec une telle force ... Mais l'heure est aux tendres échanges, aux douces caresses, aux baisers paresseux qui s'attardent langoureusement sur les lèvres offertes ...

- Nous voilà associés, mon coeur, j'espère que tu ne le regretteras pas, lui murmure-t-elle tendrement. Demain il fera jour nous reviendrons sur tout ça, mais tu as raison, il nous faut prendre du repos, la nuit a été longue ... mais ... très intéressante ... lui glisse-t-elle, le taquinant affectueusement, La voleuse est à toi, mon amour, et elle n'a pas l'intention de s'enfuir, cette fois, elle est beaucoup trop bien ... Garde-moi bien serrée contre toi ... termine-t-elle, en l'embrassant longuement, jouant avec ses lèvres sensuelles, mordillant sans fin sa bouche gourmande, de ses dents de porcelaine ...

Yannick les a installés encore plus confortablement, des coussins moelleux aux couleurs fanées, et des couvertures de laine douces sur leur peau nue, sont venus les rejoindre dans le large fauteuil, face aux flammes qui crépitent joyeusement. Dans la chaleur bienfaisante, les baisers s'espacent peu à peu, au fur et à mesure qu'une douce torpeur les envahit, les mains caressantes et coquines se posent tendrement sur des rondeurs accueillantes. Angélyne a fermé les yeux, la joue sur le torse de Yannick, elle s'abandonne au sommeil, plongeant profondément dans un océan de sérénité, de confiance, un état de grâce qu'elle n'a pas connu depuis bien longtemps ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 1 Déc 2011 - 3:21


C'est la pluie qui pleure longuement sur les vitres de la chambre qui réveille le Bellâtre. Aujourd'hui encore le ciel s'amuse à lancer des rangs serrés de hallebardes à l'assaut de Midel-Heim et de ses alentours. Quelque part là-haut, sous les vieilles charpentes de bois qui sillonnent les greniers du manoir, les gouttes qui s'infiltrent à travers la toiture se répondent par de lancinants ploc-ploc-ploc, en plongeant au fond des seaux que Yannick a disposés ça et là pour les recueillir, depuis le début de ces gros orages qui n'en finissent pas.

Quelle heure est-il ? Difficile à déterminer tellement la luminosité est faible à l'extérieur des murs de pierres grises. Le feu dans l'âtre est presque mort, seules quelques cendres rougeoient encore timidement, mais l'estomac de Yannick, lui, est bien vivant, et il se manifeste en grondant avec une belle insistance.

Avec d'infinies précautions, le jeune Saule hisse à sa hauteur le doux visage du joli farfadet endormi contre son cœur, son corps menu entortillé dans les couvertures, et il embrasse délicatement ses lèvres veloutées, couleur d'amarante, les effleurant à peine, afin de ne pas réveiller la mignonne. Il caresse un moment, avec tendresse, les jambes merveilleusement galbées de la puce, emmêlées aux siennes, puis se glisse à regret hors de leur cocon douillet de velours sombre.

Les dernières flammèches se ruent avec un appétit d'ogre sur les bûches que le Bellâtre jette dans la cheminée, tandis qu'il s'en va chercher dans le garde-manger la surprise du chef ! Yannick végète depuis de longues semaines dans une misère noire, mais il n'a pas perdu la main ! Ses principaux passe-temps restent la chasse et la cuisine, et il vient déposer au pied du fauteuil, où son bel écureuil à la moue coquine dort encore, un plateau bien garni de terrines de pâtés de gibier, d'un jambon fumé emballé précieusement dans un torchon à carreaux rouges et blancs, d'un pain de froment et d'une pile de gaufres dorées et appétissantes. Yannick sourit à l'avance en imaginant les réactions de la belle au bois dormant devant ces plats qu'il a mitonnés lui-même les jours précédents. Après une grimace amusée, il étale rapidement devant le feu de bois les vêtements oubliés dans le baquet, la veille, puis il revient se pencher sur sa princesse aux boucles de neige.

Lentement, tendrement, il la délivre de ses couvertures, et bécote la peau crémeuse de son ventre d'hirondelle, puis ses petits seins d'albâtre, aux mamelons joliment rosés, pareils à de larges pétales de fleurs exotiques.

- Mon amour, à table ... murmure t-il contre sa joue, avant de la dévisager d'un œil pétillant de malice et de ravissement. Le repas est servi, mon ange. J'ignore si c'est le déjeuner ou le dîner, mais ça n'a pas d'importance. Ensuite je te ferai visiter le manoir, ma chérie, du haut en bas, et c'est une fameuse expédition, je te préviens à l'avance ...


avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 2 Déc 2011 - 9:08

Quel délicieux réveil ! Quel plaisir divin de se faire câliner ainsi, à l'issue d'une si merveilleuse nuit ! Angélyne émerge doucement du sommeil, sous les baisers sensuels de Yannick, au son de sa voix enjôleuse. Elle s'étire voluptueusement, avant de réaliser que la couverture de laine colorée a glissé, à moins que son amant ne l'ait un peu aidée. Peu importe, les yeux mi-clos, elle attire le visage du coquin vers elle et mordille longuement ses lèvres ...

- Le dîner, le déjeuner, le souper ... Je te dévorerais bien à tous les repas, mon amour, lui souffle-t-elle, près de sa bouche qu'elle taquine sans relâche. Et j'exige un réveil câlin tous les matins ! poursuit-elle en riant, et elle s'enveloppe dans la couverture en frissonnant. Le feu a du s'éteindre un long moment il fait encore frais. Quel festin de roi ! Qu'est-ce-qui sent si bon ? Mmmmm, des gaufres ... Comment as-tu deviné que c'était mon péché mignon, dit-elle en croquant à belles dents dans l'une des gaufres tièdes et croustillantes, exactement comme elle les aime ! Et qui donc a préparé tout ça ? Tu as encore une cuisinière ? Je te croyais seul dans cette grande maison ... le questionne-t-elle curieuse, picorant dans le plateau de victuailles appétissantes.

Lentement elle écarte le plaid, et observe sa cheville bandée, avant de tenter de s'extirper du vieux fauteuil. Mais elle renonce vite à prendre appui sur son pied, encore douloureux, et s'approche de Yannick à cloche pied, serrant autour de son corps gracile, les pans de la couverture, frileusement.

-Tu vois je ne risque pas de partir en courant, trésor, rit-elle doucement, s'accrochant au bras du jeune homme. On s'installe devant le feu, pour déguster tout ça ? J'ai encore un peu froid, et tu as besoin de prendre des forces, ajoute-t-elle avec un air coquin, tu vas devoir me porter pour la visite de ta demeure, mais nous devrons nous rhabiller, car je suppose que c'est la seule pièce qui soit chauffée, non ? Tu es d'ailleurs bien téméraire de descendre ainsi ...dit-elle, laissant ses doigts fuselés courir à l'assaut de son torse, bientôt suivis par ses lèvres qui éparpillent un chapelet de petits baisers, sur la peau fraîche de Yannick. Tu es gelé ! Viens près du feu, mon coeur !

Ouvrant vite la couverture, Angélyne vient plaquer son corps tiède contre celui du jeune homme, les enfermant au chaud. Reculant, tant bien que mal, elle l'attire lentement vers la grande cheminée de marbre, dans laquelle les flammes dévorent énergiquement de nouvelles bûches. Les voilà près de l'âtre qui réchauffe généreusement la pièce, se hissant sur son pied valide, la jeune femme plonge ses yeux d'azur dans le regard mordoré, et attire le beau visage de celui qui en une seule nuit, lui est devenu aussi indispensable que l'air qu'elle respire, elle l'attire lentement vers elle pour l'embrasser tendrement, longuement, jusqu'à en perdre le souffle ...

- On s'assied, mon coeur ? J'ai faim ! finit-elle par dire, en souriant amoureusement à Yannick, son regard clair toujours accroché au sien. Sinon c'est toi que je vais grignoter ! plaisante-t-elle, et montrant les dents, elle mordille la peau tendre de son cou offert ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Dim 4 Déc 2011 - 0:24

Ses yeux noisette étincelant de gaieté et de tendresse, Yannick se laisse envelopper dans l'épaisse couverture abritant aussi le corps menu de sa brindille, qui s'amuse, la coquine, à le mordiller de bon cœur. Vu sous cet angle charmant, le cannibalisme est vraiment une chose exquise ! Peau nue contre peau nue, étroitement enlacés face aux flammes qui ont repris vigueur, les voici qui se croquent le cou, les joues et les lèvres comme deux jeunes loups espiègles et turbulents. Deux louveteaux frondeurs, certes, mais aussi affamés, et ils se laissent glisser entre la cheminée et le fauteuil, s'asseyant près du plateau de victuailles, après leur joyeuse bataille.

Échauffé par ces tendres escarmouches, Yannick serre la sylphide de très près, posant le dos menu de la puce contre son torse, et sa nuque fragile contre son épaule, afin de continuer à lui butiner les lèvres tout en leur préparant une gigantesque pile de tartines.

- Eh non, mon amour ... lui avoue t-il en souriant ... Il est loin le temps où des cuistots, des servantes et des jardiniers mettaient la main à la pâte dans ce manoir et dans les jardins ! Mais pour ce qui est de la cuisine, ça ne m'ennuie nullement, au contraire, j'adore tripatouiller dans les casseroles. C'est un de mes loisirs préférés, avec la chasse, et les deux se complètent à merveille. Tu vas prendre des kilos avec mes petits plats, ma mignonne crevette ... affirme t-il en riant et en tâtant gaiement ses seins menus et son ventre mince et lisse, avant de lui donner un baiser bruyant sur la joue.

Après s'être empiffrés comme deux ogres boulimiques, la puce et le Bellâtre se laissent doucement envahir par la douce chaleur de la chambre, et décident d'en profiter encore un peu avant de traverser les couloirs et les pièces humides et froides du manoir. Bien-sûr, Yannick tient à ce que sa petite merveille se sente parfaitement à l'aise entre les vieux murs de l'ancestrale bâtisse, et il désire lui en faire découvrir chaque recoin, même les plus secrets et les plus inattendus, espérant d'ailleurs son aide pour rendre vie à l'ensemble et lui restituer son charme d'antan, mais il n'est sans doute pas impérieux de le faire toutes affaires cessantes. C'est surtout l'avis du jeune Matroscien, qui décide soudain qu'il est très urgent de vérifier l'état de la cheville de sa princesse aux cheveux de lys, ce qui dissimule bien maladroitement ses intentions coquines, et sans doute la belle n'en est-elle pas dupe ...

Sans changer de pose, le corps de son joli lutin douillettement appuyé contre le sien, il lui fait délicatement plier la jambe et la libère de son léger bandage. La cheville de la puce est toujours un peu enflée, et Yannick lui applique une bonne couche de son onguent magique avant de lui remettre la compresse, mais les doigts du Bellâtre ne se limitent pas à ces soins rapides. Je dois m'assurer que tu n'as pas d'autres blessures ... murmure t-il en lui adressant un sourire angélique qui en dit long sur ses projets. Il allonge doucement l'adorable brindille au centre du halo blême dessiné par les flammes qui dansent dans l'âtre, et ses mains et sa bouche poursuivent tendres effleurements, délicats attouchements, exquises pressions, longtemps, très longtemps, n'omettant aucun pore de la peau blanche que le rougeoiement du feu colore d'arabesques fugaces. Puis il se courbe davantage et taquine longuement sa bouche de ses lèvres avides et fiévreuses, tandis que ses doigts sculptent avec insistance sa poitrine fragile et ferme à la fois.

- Tu sais que je t'aime, toi ... chuchote t-il contre la joue tiède de son bel écureuil. Allez ! Bon pour le service, moussaillon ! dit-il en riant ! Couvre-toi chaudement, je vais te faire découvrir mon somptueux palais, mes lustres en cristal, et mon mobilier raffiné ! Prends des vêtements dans mon armoire, mon ange, pendant que je m'habille ... ajoute t-il encore en lui offrant sa nuque pour qu'elle s'y accroche fermement.

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 7 Déc 2011 - 1:32

La pile de tartines pourtant conséquente, ne tarde pas à disparaître dans les estomacs affamés des deux jeunes gens, qui entre deux baisers, se taquinent, se caressent du bout des lèvres, du bout des yeux, ils devisent tranquillement, et se donnent la becquée en riant, ils se découvrent tout simplement. Angélyne note que ses renseignements étaient justes, qu'il n'y a personne d'autre que Yannick au manoir, déserté par les domestiques depuis longtemps. Sa passion pour la cuisine la fait sourire tendrement, car comme tout épicurien, le gourmand aime la bonne chère, et ne pouvant plus s'offrir une cuisinière, c'est lui qui officie devant les fourneaux, et il se débrouille divinement, au vu de ce qu'elle a goûté ce matin ...

Repue, elle se laisse aller dans la chaleur des bras de son amant, tout contre son coeur, dans l'ineffable douceur dont il l'entoure. Mais à l'étincelle coquine qui illumine bientôt, ses yeux tendres, elle s'enflamme comme les bûches dans l'âtre tout proche. Au souffle d'un baiser, les braises se ravivent, éveillant, au creux de son ventre, des sensations enivrantes, aiguisées par les caresses exquises dispensées par les mains agiles de Yannick. S'ensuivent des baisers exigeants, torrides, auxquels elle se donne fébrilement, accrochée aux épaules du jeune homme, réclamant toujours plus, dévorant ses lèvres sans jamais être rassasiée ...

- Tu embrasses aussi bien que tu cuisines, mon amour, je suis une femme comblée. le taquine-t-elle gentiment avant de passer ses bras autour de son cou, laissant la couverture sur place. Sommes-nous obligés de nous habiller maintenant ? Je serais bien restée plus longtemps près du feu ... dans tes bras. ajoute-t-elle, coquine, se lovant contre lui et recommençant à mordiller la peau tendre de son cou. Mais je suis une incorrigible curieuse et je dois t'avouer que je suis impatiente de visiter ton manoir. Attends, laisse moi prendre la chemise que nous avons sortie hier, je vais commencer par là ... Ou pas ... finit-elle en riant, attrapant au vol, le vêtement qu'ils avaient abandonné, cette nuit, près du fauteuil, l'agitant devant lui.

Dès que Yannick la dépose, précautionneusement, sur le sol carrelé et froid de la chambre. Angélyne enfile la chemise qui la couvre jusqu'à mi-cuisses, elle enroule frileusement les bras autour de sa taille, et contemple le jeune homme qui pioche dans la grande armoire de quoi se vêtir. Elle chipe une paire d'épaisses chaussettes de laine, et sautille vers le lit, pour s'y asseoir et les enfiler. Puis elle y reste, s'installant confortablement, elle croise ses jambes nues en tailleur, admirant sans vergogne son compagnon à demi-nu, qui prend son temps, serein ...

- Tu n'occupes donc plus que quelques pièces du manoir, si mes informations sont bonnes. J'ai eu plus de chances que toi, en quittant l'arbre-maison de Palder, j'ai récupéré les bijoux de ma mère, et vidé son coffre, j'ai réussi à survivre avec ça ... Mais là, toi, tu pars de loin, il ne te reste plus que les murs ... Enfin, j'ai hâte de voir tout ça ! Allez presse-toi, ne peut-elle s'empêcher de le chicaner tendrement, une vraie mariée ! Je comprends mieux pourquoi tu pourchasses les voleurs complètement nu !


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 8 Déc 2011 - 7:36


- Ne te moque pas de moi, vilain farfadet, sinon je t'enferme au fond des oubliettes, avec les rats et les araignées, et je t'y oublie jusqu'à la fin des temps ! ...
rétorque t-il en faisant mine de râler et de ronchonner, mais en lui adressant aussitôt un sourire radieux et un regard resplendissant de tendresse et de ravissement.

Sous les yeux de la puce, installée au centre du lit et impatiente de commencer la visite guidée, Yannick enfile rapidement un pantalon, saute dans une paire de bottes de cuir usé, et passe un épais gilet de laine, qui a traversé visiblement bien des hivers, et qui s'est effiloché aux coudes à force de lustrer les tables des tavernes, celles où l'on se défie à grands coups de brelans d'as et de paires de valets, tout en éclusant moult chopines baveuses et autant de pichets vermillon.

Le Bellâtre lance ensuite deux bûches dans la cheminée, qui lui répond par quelques craquements sourds du bois qui se tord, et par une gerbe d'étincelles couleur rubis, puis il s'agenouille sur la courtepointe, derrière la sylphide, l'enlace de ses bras, et la renverse doucement contre son torse, cherchant ses lèvres, et bécotant tendrement sa jolie frimousse d'écureuil malin.

- Tu sais que tu es d'une rare élégance ainsi vêtue, ma tourterelle, avec cette chemise deux fois trop large et des chaussettes qui te grimpent jusqu'aux genoux ... Mais qu'importe, tu es ravissante, tu es une princesse, ma princesse, et je t'aime ... murmure t-il à son oreille en la berçant comme on berce une enfant fragile. Si tu veux, dès que la pluie cessera, si elle cesse un jour, nous retournerons chercher tes vêtements à Midel-Heim ... même si c'est nue que je te préfère, bien entendu ... ajoute t-il en la serrant un peu plus, en lui mordillant la joue, et en caressant délicatement ses petits seins du bout des doigts, sous l'ample chemise qui pourrait contenir aisément deux fées Clochette.

- Mmm, j'adore câliner tes mignonnes mandarines, mon amour ... poursuit-il en souriant à nouveau ... mais il faut que tu te couvres un peu plus pour circuler dans le manoir, sinon tu vas attraper la mort. Dans les autres pièces, aussi bien en bas qu'à cet étage, l'humidité suinte un peu le long des murs, étant donné que je n'y ai plus allumé de feu depuis un bon moment. Et le grenier et les caves sont de véritables glacières. Surtout le sous-sol, dont les murs s'effritent un brin, et où je n'ai plus mis les pieds depuis des mois. Attends, laisse moi m'occuper de toi, je vais t'emballer comme un somptueux paquet-cadeau, ma chérie.

Il enveloppe complètement la brindille dans une couverture de molleton, qui emprisonne son corps menu de la tête aux pieds, et agrippe discrètement, en même temps, un des deux oreillers posés sur le lit, évitant de son mieux d'éveiller l'attention de la mignonne ainsi emmitouflée. Le coquin jubile à l'avance, et soudain, après un long baiser où il se retenait de rire, il entre en scène. Zou ! Acte premier ! Yannick fait rouler la sylphide sur le lit, en éclatant cette fois de rire ! Acte deux ! Il lui donne un bon coup de polochon sur les fesses, en riant encore plus ! Acte trois ! Il la couvre de son corps, plaçant un genou de chaque côté des hanches fines de la puce, à plat ventre et surtout emberlificotée dans la courtepointe, et il pose délicatement les paumes de ses grandes mains sur ses épaules fines, afin de l'empêcher de gesticuler !

- C'est la guerre mon trésor ! Tu as pris de gros risques en venant sur le lit ! Essaie donc de te dégager, et si tu y parviens tu connaîtras tous les secrets du manoir !


avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 9 Déc 2011 - 10:06

Patatras ! La voilà prisonnière de ce coquin de Yannick et elle n'a rien vu venir ! Complètement sous le charme de son hôte, Angélyne, s'est laissée entortiller dans une courtepointe fort douillette, mais qui entrave à présent ses bras et ses jambes. Elle s'est laissée embobiner par sa voix chaude, et ses caresses, sans se douter un seul instant de ce qu'il préparait. Que c'est bon de s'amuser ainsi, de rire à nouveau, sans retenue, pour des bêtises ! Un rire cristallin se joint à celui de son tendre geôlier, quelque peu étouffé dans le matelas moelleux à souhait, mais Angélyne, laisse fuser sa joie et son bonheur, tout en cogitant pour se sortir de cette mauvaise posture ...

Cette situation a un air de déjà vu, mais cette fois, le jeune homme ne la bloque pas complètement, il la maintient délicatement, prenant soin de ne pas lui faire de mal. Là est sa chance ... Mais elle n'a pas vraiment de raison de s'enfuir, bien au contraire, il y a bien longtemps qu'elle ne s'est sentie aussi bien, aussi vivante ! Tournant son visage radieux vers Yannick, Angélyne mordille gentiment les doigts qui reposent affectueusement sur son épaule et qui sont juste à la portée de sa bouche taquine. Puis elle se trémousse pour essayer de se retourner, et parvient à libérer un bras.

- Au moins, cette fois, tu es habillé, mon amour ! marmonne-t-elle, en riant, gaiement. Mais tu es toujours aussi lourd !

Elle continue de gigoter comme un beau diablotin, desserrant peu à peu l'étau de la couverture. Mais pas question de déloger, le poids lourd qui est posé sur ses reins ! Sans la force, il faut recourir à la ruse ... Elle arrête soudain de s'agiter dans tous les sens, de sa main libre, elle attrape celle de Yannick qui est sur son épaule, et la porte à sa bouche. puis elle embrasse langoureusement, chacun des doigts, lentement en n'oubliant aucune parcelle de peau hâlée, ensuite elle s'attaque à la paume, suivant les différentes lignes qui la traversent, elle lui fait subir le même traitement tirant un peu sur le bras pour le déséquilibrer légèrement, juste suffisamment pour qu'elle puisse se retourner, elle tire encore un peu, laissant courir ses lèvres sur le poignet ...

Et zou, pendant que le coquin est distrait, elle en profite pour se remettre sur le dos, éclatant de rire, puis regardant droit dans les yeux mordorés, elle reprend son petit jeu sensuel, embrassant sa paume, mordillant ses doigts, souriant contre sa peau ...

- Si tu voulais bien descendre un peu vers moi ... je m'occuperais de tes lèvres ... de la même manière, mon coeur ... et je parviendrais ... peut être ... à te convaincre de me faire enfin visiter ton domaine ... souffle-t-elle, tentatrice, sa bouche contre sa main ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 10 Déc 2011 - 9:27


Fée Clochette ... Ce surnom lui va à ravir. Petite par la taille, délicate et fragile, mais finaude et rusée comme une fouine. Espiègle et malicieuse autant que belle et attendrissante. La puce a vite fait d'amadouer le coquin qui l'emprisonnait tendrement dans la couverture et surtout entre ses bras, et qui, ma foi, ne s'oppose guère aux habiles contorsions de sa brindille devenue couleuvre. Il se laisse donc bécoter et mordiller sans offrir la moindre résistance à la mignonne, qui pivote tout-à-coup et se remet sur le dos. Un point pour la fine mouche, dont le rire triomphant, la moue mutine, les yeux pétillants et la bouche prometteuse, attisent le désir de son tendre agresseur, qui s'empresse de répondre à l'invite si joliment formulée.

Mais plutôt que de se laisser glisser sur elle, il la prend doucement par la taille, l'attire contre lui, butine longuement le grain délicat de ses lèvres de vermeil, puis l'embrasse jusqu'à ce qu'ils en perdent le souffle. Yannick dévisage ensuite la frimousse friponne, lui souriant de toutes ses dents, ses prunelles noisette recelant des trésors de tendresse. La puce lui paraît heureuse, détendue, malgré ses projets de vengeance contre l'abominable Palder et sa clique d'oiseaux de proie, projets qu'ils devront affiner ensemble, bientôt, sans doute, mais l'heure est à l'amour, à la joie, et surtout à la découverte du manoir, car ce que l'adorable Angélyne veut, Yannick le veut aussi. Prière de ne pas déranger, les tourtereaux font une pause. Le Bellâtre emballe à nouveau son farfadet dans la courtepointe, cette fois sans préparer le moindre coup tordu, bien qu'il ne faille jurer de rien avec ce filou, et il l'emporte, légère comme un coussin de plumes, et la conduit près de la cheminée pour qu'elle y récupère un flambeau enduit de résine et l'allume aux flammes vacillantes.

Un baiser, un sourire complice ... En route mon ange, tiens-moi bien par le cou, et si tu as froid on remettra la balade à une autre fois et on reviendra papoter devant la cheminée ... entre autres occupations ... ajoute t-il en lui adressant un clin d’œil éloquent.

Ils suivent dans les couloirs le halo lumineux de la torche, qui dessine des arabesques dansantes sur les murs sombres, chichement éclairés par de rares fenêtres battues par la pluie, et dont les châssis sont rongés par la succession des nombreux hivers. Du bout du pied, Yannick pousse les portes en enfilade, et fait quelques pas dans chaque pièce, expliquant à la puce, blottie dans ses bras, leur usage d'autrefois, du temps de la splendeur du manoir. La chambre des parents, la chambre d'amis, les dortoirs du personnel, un bureau, toutes ces pièces se ressemblent désormais et présentent le même aspect désert et négligé. Seuls quelques rares meubles branlants s'appuient tant bien que mal contre les murs sales et gris. Je ne suis pas très fier de te montrer tout ça, mon cœur. J'ai gaspillé mon temps à des absurdités, j'ai négligé cette résidence qui était jadis magnifique, et il me faudra une fortune pour tout remettre en état. Ma conduite a été d'une inconséquence grave durant ces dernières années, et les ravages du temps ont fait le reste. Je suis honteux de m'être comporté ainsi, comme un véritable idiot ... ajoute t-il d'un air malheureux et déconfit.

Il repart vers les escaliers en colimaçon qui descendent vers le rez-de-chaussée, où le vent s'infiltre en sifflant de rage par la porte en verre éventrée depuis la veille. Tout est dans le même état ici, mais continuons la visite, il faut bien que tu te rendes compte de la situation. Et cette maudite pluie n'arrange rien ! grommelle t-il en regardant les murs verdâtres de moisissure et d'humidité. La suite n'est pas plus réjouissante ... reprend-il en descendant prudemment une rangée de marches de bois menant vers les caves, et craquant sinistrement sous ses pas. Mais je dois te montrer quelque chose qui te surprendra, ma princesse. Un passage secret qui mène vers les bois, et qui débouche au fond d'une grotte. J'espère qu'il est encore praticable, je ne l'ai plus emprunté depuis des années ...Tu n'as pas trop froid, mon amour ? demande t-il en dévisageant la puce d'un air soucieux.

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mer 14 Déc 2011 - 2:48

Aimée, choyée, dorlotée, Angélyne se sent si bien, que pour la première fois, depuis la disparition de son père, depuis qu'elle a découvert la trahison de Palder, le bien-fondé de ses projets vacille, insidieusement, le doute l'étreint ... Pourquoi ne pas oublier toutes ses idées de vengeance ? Pourquoi ne pas se consacrer uniquement à cette vie d'amour, douce et sereine, dans les bras de Yannick ? Quelques cambriolages pour remettre, petit à petit, le manoir en état, suffiraient ...
Mais non, ce n'est pas possible, elle ne peut pas abandonner la partie aux abjectes fripouilles qui ont assassiné sa pauvre mère et traîné sa famille dans l'opprobre, conduisant son père à la mort, et elle à la misère. Elle se battra jusqu'à ce qu'il soit innocenté, et que Palder et ses acolytes soient punis. Si, en prime, elle récupère une partie de ses biens, elle pourra aider Yannick à réhabiliter la maison de sa famille.

Elle est consciente que cette douce parenthèse ne tardera pas à prendre fin, mais elle s'est découvert un allié de choix, un amour d'allié, qui la promène de pièce en pièce, dans ses bras qui la tiennent serrée contre lui, comme s'il avait encore peur qu'elle s'échappe. Quelques tendres baisers viennent ponctuer ses explications penaudes et confuses. Cette demeure est rongée par le temps, l'humidité et le manque d'argent, et c'est encore pire que ce qu'elle avait imaginé, mais à coeur vaillant rien d'impossible ! Dès que Yannick aura rassasié ces vautours de créanciers et d'usuriers, qui l'ont conduit à la misère aussi sûrement que ses frasques, ils pourront réveiller la splendeur d'antan du manoir, au rythme de leurs besoins et de leurs envies.

- Ne t'attarde pas sur le passé, mon amour, tu ne peux plus rien y changer ! Ce qui compte à présent, c'est comment faire pour arranger cette bâtisse et lui redonner sa dignité, sans pour autant se faire remarquer. Car tu vas devoir te montrer discret et vigilant, sur la provenance de tes finances ... explique-t-elle, tout en observant chaque pièce, chaque lieu, qu'il lui présente, imaginant, ce qu'il avait du être, ce qu'il pourrait devenir ...

- Nous devrions, aussi, nous occuper de la porte que j'ai cassée hier, sinon la pluie fera des ravages dans une des dernières pièces correctes du manoir. Je n'ai pas arrangé les choses, je suis désolée pour tous les tracas que je te cause depuis cette nuit. Te voilà mon porteur attitré, je n'ai pas froid du tout, mais par contre tu vas finir par me trouver lourde, non ? Tu ne veux pas me poser un peu ? Tu me feras découvrir ce souterrain après ... S'il est encore praticable, il pourrait se révéler fort utile pour quitter le manoir sans être vu ... et aller visiter quelques riches voisins ... Un alibi en or ! réfléchit-elle à voix haute, ce manoir pourrait devenir la base idéale pour elle, non, pour eux ... Qui peut soupçonner que deux amoureux puissent s'esquiver, la nuit, pour jouer les monte-en-l'air ?

Accrochée au bras de Yannick, qui a repris la torche, Angélyne s'aperçoit qu'elle s'est tu au milieu de sa réflexion. Isolée depuis quelques années, sans personne de confiance près d'elle, la jeune voleuse a perdu l'habitude de partager ses projets, ses plans ... La rencontre avec le cousin des Saule, est en train de révolutionner sa routine, ses méthodes. Elle va devoir inclure son amant à présent dans sa vie de voleuse, elle ne conçoit pas leur relation amoureuse autrement ... Penser à deux, pour deux ...

- Excuse-moi, s'explique-t-elle dans un tendre sourire, je n'ai pas pour règle de parler de mes plans, je n'avais personne avec qui discuter de mes intentions, avant de te rencontrer, mon coeur. C'est une mauvaise habitude que je vais devoir perdre, et surtout rappelle-moi à l'ordre, si tu as l'impression que je te laisse de côté, ce ne sera pas volontaire ... achève-t-elle, en se hissant jusqu'à ses lèvres pour y déposer un baiser léger, et de plonger ses yeux clairs, brillant d'amour, dans le regard brun du jeune homme qui détient son bonheur maintenant.
- Je t'aime, Yannick, mais tout partager est nouveau pour moi, c'est toi l'homme d'expérience, cette fois, apprends-moi ... le taquine-t-elle en reprenant ses propres mots prononcés plus tôt ...


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Ven 16 Déc 2011 - 7:39


Le temps fait son œuvre, le temps déshabille les âmes, et la personnalité de la brindille aux cheveux de neige et de lys, qu'il serre contre lui tel un trésor fabuleux, se révèle un peu plus à chacun de leurs pas dans les couloirs humides et sinistres qui serpentent sous la propriété. Que la puce soit une compagne adorable et ensorcelante n'est certes plus une découverte pour le Bellâtre, mais qu'elle soit également une complice infiniment imaginative et astucieuse l'est davantage. Sous ce visage angélique se dissimule un esprit diablement éveillé, et sa stratégie d'utiliser le manoir, isolé du reste du monde, comme point de départ de leurs futurs larcins, est tout simplement géniale. En outre, leur collaboration devrait leur permettre de le réaménager petit-à-petit, même si la tâche se révèle d'une ampleur considérable, et si le renouveau soudain de la propriété pourrait peut-être paraître étrange à un éventuel promeneur indiscret.

- S'il faut un jour un éclaircissement à quelqu'un, mon ange, un carré de rois ou un brelan d'as feront l'affaire. Et mon pied dans le derrière de ceux qui se montreront trop curieux ! ajoute t-il en souriant. Nous sommes quasiment arrivés au bout du couloir, mon ange, allons jusqu'à la grotte, ainsi tu pourras te rendre compte du passage, qui, ma foi, semble encore en bon état. Il y a quelques marches pour atteindre cette issue de secours, mais tu ne parviendras pas à les franchir en sautillant sur une jambe comme tu le fais là, mon poussin, attends, je te reprends dans mes bras. Tu n'es pas bien lourde, je n'ai vraiment aucun mal à te transporter, mon cœur, et en plus j'adore ça, ne l'as-tu pas deviné ? ... poursuit-il en rendant la torche à la sylphide et en la soulevant délicatement.

Le couple enlacé gravit l'escalier de pierre donnant accès à une minuscule crypte naturelle et obscure, tapissée de mousse et de lierre, et qui débouche elle-même sur une crevasse étroite menant dans la pénombre de la forêt. Les amants écartent quelques branchages maquillant généreusement l'orifice de sortie et jettent un oeil sur le paysage détrempé et peu engageant. La pluie s'infiltre inlassablement à travers la frondaison abondante, et le sol gorgé d'eau est devenu un ruisseau de boue. Une bourrasque d'un vent glacial les fait soudain frissonner, et Yannick emmitoufle encore davantage son frêle écureuil bien au chaud dans la courtepointe de laine et pose un baiser sur ses lèvres. Inutile d'aller plus loin aujourd'hui, c'est vraiment un temps de chien ! Mais le plus important c'est que ce passage est toujours praticable et que nous pourrons l'emprunter en cas de besoin pour aller rendre de petites visites de courtoisie à nos plus proches voisins, surtout les plus riches. Quant à tes habitudes de vieille jeune fille traficotant toute seule en secret comme la pire des sorcières, et imaginant les coups les plus tordus au fond de son antre démoniaque sans en parler autour d'elle, pas de souci, mon ange, je comprends très bien ta prudence... déclare t-il en lui offrant un sourire taquin. Le monde ne s'est pas fait en un seul jour, mon joli lutin, et nous ne nous connaissons que depuis hier, chaque chose viendra en son temps, mais sache que tu peux compter sur moi en toute occasion, et que ton bonheur et ta vengeance passent bien avant ce vieux manoir !

Il la dévore des yeux, nichée contre son cœur. Elle est encore plus belle et lumineuse dans ce décor lugubre. Elle est un rubis scintillant de mille feux que le soleil dépose au fond d'un lac, elle est une perle fine illuminant les ténèbres des abysses marins, elle est la dernière étincelle écarlate pétillant au milieu des cendres d'un foyer qui s'éteint. Dans un élan irrépressible il la hisse à sa hauteur et embrasse ses lèvres de vermeil ... Voilà ! On a tout vu, je pense. On remonte au coin du feu, ma chérie ? Je vais nous préparer un petit remontant pour tuer les microbes ! ... décrète t-il en tournant le dos à la forêt.

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Mar 20 Déc 2011 - 14:15

Accrochée au cou de Yannick, blottie dans ses bras amoureux, Angélyne a repris son mode de locomotion favori, depuis quelques heures. Jamais une cheville foulée n'aura été aussi providentielle, elle lui aura permis de rencontrer cet homme charmant, qui la transporte délicatement, dans tout son domaine, et la mystérieuse alchimie qui les consume l'un et l'autre aura fait le reste. Et il est si bon de se laisser aimer ainsi ...
Isolé, en dehors de la ville, le manoir, bien que vétuste, est l'endroit idéal pour établir un repaire sûr, cette sortie secrète est la cerise sur le gâteau.

Dissimulée par des branches solides et touffues, la grotte est juste assez grande pour les accueillir tous les deux, à l'extérieur, les averses diluviennes, telles des cataractes cristallines, harcèlent toujours la forêt de hallebardes drues et ruisselantes. Une bruine humide s'infiltre dans la brèche encaissée, accompagnée d'un courant d'air perfide et glacial. Frissonnante, Angélyne resserre autour d'elle, les pans de la courtepointe, et se love encore plus près du corps douillettement chaud contre lequel elle est maintenue serrée par des bras solides. Curieuse, elle observe la crypte humide et moussue, un rideau de lierre exubérant, abrite des regards indiscrets l'escalier exigu, taillé dans le roc, qui descend vers les caves sombres du manoir. C'est vraiment une issue discrète et parfaitement camouflée par la végétation ...

Yannick est un trésor de compréhension, il lit en elle, comme un livre ouvert sur la page de ses pensées, se venger de Palder était jusqu'à présent son seul but, mais maintenant réussir à le rendre heureux fait aussi partie de ses priorités, c'est même la principale à vrai dire ... Réhabiliter la vieille demeure ancestrale se fera petit à petit, il a raison, et sa vengeance s'accomplira le moment venu, pour l'instant, la vie leur octroie une douce trêve dont elle a bien l'intention de profiter pleinement ...
Blottie tout contre son tendre convoyeur, Angélyne se laisse bercer par sa voix chaude et sensuelle, elle ne se lasse pas de l'entendre. Sous sa joue, la laine rugueuse de son vieux pull cache un coeur bon et généreux qui attendait l'occasion de se montrer, et elle est ravie de le découvrir et d'en profiter sans réserve. L'envie de remonter là-haut, pour se vautrer de nouveau dans le grand lit moelleux, devient pressante. Mais Yannick tient à terminer la visite de son domaine, qu'elle ne voyait pas si étendu...

- Tu as raison retournons là-haut, je commence à avoir froid, acquiesce-t-elle, répondant avec ferveur à son baiser. Mmmmmm, tu me fais perdre la tête quand tu m'embrasses comme ça, mon coeur, remontons vite, lui murmure-t-elle, impatiente, mordillant tendrement son cou, pendant qu'ils redescendent les escaliers vers les caves, mais la curiosité d'Angélyne est sans limite : Attends, attends, une minute, qu'est-ce-que c'est là-bas ? l'interroge-t-elle désignant avec la torche, au fond de la majestueuse cave à vins, presque vide, ce qui ressemble à une porte avec des barreaux, plutôt rouillés, découvre-t-elle, lorsque Yannick l'approche plus près. Elle s'ouvre sur une toute petite pièce sombre, aux murs recouverts d'alvéoles de bois poussiéreuses, et meublée d'un banc et d'une table qui ont connu de meilleurs jours ... On dirait ... On dirait une autre cave, non ? A quoi peut-elle bien servir ? Tu le sais ? demande-t-elle à son amant. Allons-nous-en, c'est lugubre ici ! dit-elle frissonnant de plus belle. Tu m'expliqueras tout ça, là-haut ...

Quittant les sous-sols obscurs du manoir, ils arrivent au rez-de-chaussée, déjà un peu plus accueillant, mais tout aussi froid. Yannick ne traîne pas, dépasse les cuisines chaudes et embaumant le pain et enfile les corridors, aux murs gris et tristes. Ils stoppent devant une double porte de bois sculptée, qu'ils n'ont pas encore ouverte, juste à côté du salon dont elle a brisé la porte fenêtre cette nuit. Deux épées s'entrecroisent artistiquement sur chaque battant de bois précieux, qui s'écartent sous la poussée de Yannick, dévoilant une autre pièce, une immense pièce préservée du délabrement et de l'humidité.

A la lueur tremblotante de la torche, Angélyne entrevoit les équipements d'une salle d'armes qui a du être splendide. Le long des murs clairs, des râteliers de bois blond, exposent des épées, des fleurets et même des sabres, cependant de nombreuses places vides révèlent que certaines d'entre elles ont disparues. Des masques et des gilets de protection, des gants sont rangés sur des étagères, d'autres sont désespérément vides. Un tapis de lutte occupe tout un angle, une grande fenêtre ouvre sur les jardins abandonnés, et une imposante cheminée de marbre noir complètent ce décor très masculin. Chose surprenante, il n'y fait pas froid, alors qu'aucun feu ne réchauffe l'âtre ...

- Tu me réserves encore d'autres surprises de ce genre, mon coeur ? Cette salle est vraiment magnifique ... Tu t'entraînes souvent au maniement de ces armes ? Es'tu un bon escrimeur ? C'est drôle, il fait bon, mais il n'y a pas de feu ... Comment est-ce possible ? questionne-t-elle, détaillant cette pièce vivante, accueillante, inattendue dans le manoir, dépouillé de sa splendeur ...



Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 22 Déc 2011 - 11:21

La découverte des recoins les plus mystérieux et les plus secrets du vénérable manoir Saule, spacieux mais décrépit par les hivers, et rendu insalubre par la négligence de ses propriétaires, se termine pour la fragile nymphette toujours suspendue au cou de son amant. Un brin nostalgique, Yannick l'éclaire longuement au sujet de toutes ces rangées d'alvéoles contiguës, enfermées derrière un solide grillage bouclé par un robuste cadenas de métal. Cette pièce sombre hébergeait autrefois les vins les plus fins, les alcools les plus prestigieux, et ces grilles interdisaient à quiconque d'accéder à ces divins nectars, achetés à prix d'or, et sujets à la convoitise la plus âpre des membres du personnel et des nombreux invités qui circulaient dans chaque couloir, selon leur fantaisie ou leur cupidité. A présent toutes ces cavités de pierre sont vides, ce cellier souterrain n'abrite plus que des souvenirs et des fantômes du passé, et la clef pendouille misérablement au bout d'une corde de chanvre accrochée à un clou rouillé planté dans le mur.

- Il n'y a plus rien d'intéressant dans les sous-sols, mon ange, tu as raison, remontons vite avant d'attraper une fièvre de cheval ...

A ces mots, un sourire éclaire le visage du jeune homme. Où avais-je la tête ? J'oubliais de te montrer l'écurie, mon cœur, mais elle est de l'autre côté du manoir, et rien ne presse, nous irons ce soir ou demain. Ma collection de pur-sang se limite d'ailleurs à un vieux canasson au pelage grisonnant et aux genoux cagneux, qui doit dormir profondément en attendant que le soleil vienne lui caresser la couenne, mais qui me rend encore de loyaux services quand il est bien luné. Par contre, j'ai une surprise pour toi, ma chérie ! Une pièce à laquelle tu ne t'attends nullement, et qui est en bon état, contrairement au reste.

Toujours enlacés, comme s'ils étaient devenus une même entité, un réseau de bras et de jambes que personne ne pourra jamais désenchevêtrer, ils remontent les escaliers menant au rez-de-chaussée, et Yannick pousse une porte magnifiquement décorée, et ornée de deux épées croisées qui scintillent à la lueur de la torche.

- Voilà ! ... énonce t-il fièrement, sans ajouter d'autre commentaire, et laissant la puce s'émerveiller à la vue d'une superbe salle d'armes et d'entraînement, au sol jonché de tapis et de nombreux accessoires destinés à l'escrime et à la lutte. Et la belle l'interroge, et l'interroge encore, intriguée, admirative, pressée d'avoir toutes les explications qu'elle réclame. La brebis galeuse des Saule pose les fesses sur une montagne de tapis, épais et larges, soigneusement empilés au centre de la pièce, gardant la brindille prisonnière de ses bras, et la bécotant en riant pour calmer le flot de questions.

- Attends, mon ange, je t'explique tout ! Cette salle était la préférée de mes aïeux. Ils l'ont conçue avec soin, avec amour presque, car ils étaient de redoutables bretteurs et adoraient aussi se distribuer des torgnoles entre amis, avec quelques pièces d'or ou une bonne bouteille pour enjeu. Alors elle est spécialement isolée, ce qui l'a protégée de l'humidité, même si la raison en était d'étouffer les cris, les rires, et le cliquetis des lames. De plus elle bénéficie de la proximité des cheminées, celle du salon et celles des chambres. Voilà tout le mystère, mon ange. Il n'y a aucune magie là-dessous, la seule magie ici c'est notre rencontre, si saugrenue mais si heureuse.

Yannick surenchérit à ces propos en embrassant longuement la sylphide, et ses doigts effectuent une reptation coquine sous la couverture emballant précieusement la mignonne, tâtant tendrement l'intérieur de sa cuisse, effleurant le duvet diaphane de son Mont de Vénus. Les yeux du jeune Saule se posent ensuite sur les armes éparpillées de-ci de-là sur le revêtement protecteur habillant le sol de la salle, et s'attardent sur deux fleurets mouchetés, totalement inoffensifs. Il allonge un bras, s'empare de l'un d'entre eux, et en manipule quelques instant la lame longue et flexible. Une question de la puce lui revient en mémoire, et Yannick poursuit :

- Non, mon joli lutin, je ne suis pas un escrimeur aussi redoutable que l'ont été mon père et mes ancêtres, mais je ne suis pas le plus maladroit. D'ailleurs, compte tenu des risques que nous allons prendre durant les prochaines semaines, ce serait sans doute une excellente initiative que je t'apprenne quelques parades et ripostes qui pourront un jour te tirer d'embarras. Qu'en penses-tu mon lapin ? Ça te tente ? Lorsque ta cheville sera rétablie, bien entendu ! Si nous remontions dans la chambre pour en discuter devant un bol de soupe aux lardons, mon ange ?

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Sam 24 Déc 2011 - 10:46

Des leçons d'escrime ? Pourquoi pas ? Angélyne n'a jamais appris à se battre, l'escrime étant réservée aux fils de bonne famille, ce serait un atout supplémentaire, et non négligeable, à sa panoplie de voleuse. Elle n'avait, jusqu'à hier, jamais été prise en flagrant délit, et n'avait donc pas eu à lutter pour se défendre, ou s'enfuir. Inconsciente sans aucun doute, elle l'a été, pensant que visiter toutes ses maisons était sans risque, mais sa motivation était si forte, qu'elle en a oublié le danger. Se retrouver prisonnière du jeune homme hier, lui a ouvert les yeux, d'autant qu'il aurait pu la livrer à la milice, ou la blesser, ou même pire, la tuer ...

Mais lutter contre lui ... Lutter, le mot la fait sourire, si Yannick veut lui apprendre les rudiments de cette façon de combattre, tapis et matelas risquent de découvrir un autre type de bagarre, aux règles bien plus sensuelles ... Ils ne pourront pas résister très longtemps à l'attirance excessive qu'ils ont l'un pour l'autre, s'ils s'entraînent au combat rapproché ! Et elle a hâte d'y être ...
D'ailleurs, une main coquine s'est faufilée sous la courtepointe qui l'enveloppe douillettement, et elle se promène négligemment sur la peau tendre et réceptive de sa cuisse, déclenchant d'exquis frissons, qu'un long baiser sensuel du jeune homme exacerbe, délicieusement. Angélyne explore avec une curiosité sans cesse renouvelée, la gamme étonnante des sensations, que Yannick éveille à tout instant en elle, il joue sa partition comme un virtuose, ravivant les flammes de son désir. Mais ce n'est peut être pas le bon moment ...

Cette salle d'armes est vraiment exceptionnelle, le jeune Saule semble y être très attaché, et elle le comprend. Une atmosphère particulière règne ici, comme si les escrimeurs de la bonne société d'hier avaient veillé sur cette pièce, préservant ses murs clairs, ses étagères richement sculptées, où dorment les armes, des pièces de collection, à n'en pas douter. En lui apprenant à manier un fleuret, une épée, ou peu importe son nom, c'est l'ambiance de ce lieu si spécial, qu'ils vont réveiller, et faire revivre, sous l'oeil des fantômes de tous les bretteurs qui se sont affrontés ici, les cliquetis des lames qui s'entrechoquent, les cris de victoire, les rires ... Elle observe amoureusement Yannick, ses yeux s'éclairent en lui racontant les souvenirs de cet endroit, elle sourit de le voir ainsi insouciant, heureux, la famille Saule a vraiment été stupide de l'abandonner aux mains des profiteurs qui l'ont conduit à la ruine, c'est un homme plein de qualités qui ne demandaient qu'à s'épanouir. Et elle espère bien qu'il ne va pas s'arrêter là !

- C'est une excellente idée, mon coeur, je n'ai jamais touché à une épée, mais j'aimerais bien apprendre, si tu penses que c'est possible. Tu es certainement un excellent professeur, et je voudrais essayer, quand ma cheville sera en état. C'est vrai que savoir manier une arme, me permettrait de me défendre au cas où, approuve-t-elle, enthousiaste. Je ne m'étais jamais fait prendre avant cette nuit, je n'avais jamais réalisé à quel point j'étais vulnérable ... Mais je ne regrette pas notre face à face d'hier, car tu es la plus belle chose qui me soit arrivée depuis bien longtemps. Cette rencontre inattendue est plus qu'heureuse, tu as raison, mon ange, c'est un miracle merveilleux ...termine-t-elle dans un baiser qui s'éternise, jusqu'à ce que le souffle leur manque.

Se dégageant subrepticement des bras du jeune Saule, Angélyne tente de le renverser sur le matelas, mais il est fort, et ne se laisse pas faire ! A force de cajoleries, de chatouilles et de câlins, elle parvient tout de même à le faire céder et dans son élan se retrouve allongée sur lui, libérée de la couverture qui glisse sur le sol ...

- Je voulais prendre ma revanche, mais comme tu le vois, j'ai encore quelques progrès à faire en lutte, dit-elle, en riant, s'empressant de déposer sur son visage souriant, une myriade de petits baisers. Mais pour l'instant, j'ai l'avantage, et j'ai bien l'intention d'en profiter ... Tout en butinant ses joues, ses yeux, sa bouche sans relâche, elle saisit, l'un après l'autre, les poignets de Yannick qu'elle les bloque de chaque côté de sa tête, pesant de tout son faible poids, assise à califourchon sur son ventre. Voilà, c'est la seule prise que je connais, mon coeur, et je doute fort qu'elle soit très efficace face à un redoutable adversaire ... Mais elle est fort pratique et plaisante avec toi, poursuit-elle, taquine, en mordillant ses lèvres, tendrement. Je me demande, d'ailleurs, ce que je vais faire de toi, maintenant ... Vais-je te libérer ? Ou bien continuer à te torturer ?


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

avatar

On m'appelle Yannick Saule


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel Heim
MON AGE : 26 ans
Masculin
MESSAGES : 779
AGE : 46
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : Promor le Facétieux, Raffaella Palder, Tibor Keiron, Janos Leawen
Joyaux : 0
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Lun 26 Déc 2011 - 10:13


Comment dire ? Eh bien tout simplement que la soupe aux lardons patientera ! Voilà ! Yannick ne s'attendait nullement à ce que sa tourterelle, si menue et si croquignolette, manifeste autant d'enthousiasme à l'idée des petites joutes amicales qu'il lui a proposées. Car, finalement, à l'exception de quelques harpies teigneuses et moustachues, arborant la lippe agressive d'un soudard éméché en goguette et la carrure d'un débardeur, les représentantes du sexe dit faible sont rarement friandes de castagnes et de combats à l'arme blanche. Dès lors, le bougre est tout ébaubi que son délicieux lutin accepte avec autant d'empressement, et il s'en réjouit, bien entendu.

Diantre ! C'est que le loustic adore poser les mains partout sur la peau rose et tendre de son Angélyne, il aime dévaler ses courbes, gravir ses collines, assiéger son corps et sa bouche, et il ne s'en privera pas un seul instant s'ils s'affrontent dans de savoureux corps-à-corps, mais, au delà de ce plaisir exquis et si sensuel, ces petites leçons d'escrime et d'autodéfense seront très utiles à la brindille. En fait, la nature s'est montrée très généreuse envers la sylphide, en lui offrant un visage angélique, un corps superbe, une morphologie féline, mais elle s'est révélée soudain beaucoup plus parcimonieuse lorsqu'il s'est agi de lui distribuer de jolis biscoteaux fermes et tout en rondeurs. Non, dans ce domaine, le mignon farfadet a été plutôt lésé. La puce est plutôt taillée pour l'amour que pour la guerre, ça saute aux yeux, et Yannick adore ça.

Cependant, le zigoto joue le jeu lorsque la belle tente de le surprendre, il ne lui oppose qu'une résistance timide et se laisse bien volontiers dominer et chevaucher par sa compagne, tout en constatant avec ravissement que la courtepointe a décidé de prendre le large et d'abandonner lâchement les épaules graciles de son joli lutin, dont il devine les seins nus qui dansent légèrement sous la chemise trop large, fermée par un seul lacet. D'une voix plaintive, comme s'il était totalement à la merci de la puce qui le menace, en riant, des pires tortures, Yannick capitule, entre deux baisers et deux éclats de rires.

- Je me rends, mon ange, tu as gagné. Tu avais bien caché ton jeu, tu es un véritable colosse. Pitié, ne me fais pas de mal ... gémit-il pitoyablement. Il la dévisage un instant, en souriant étrangement, avant de poursuivre d'une intonation moins factice. Tu dis que tu ne connais que cette prise, c'est possible, mon amour, et tu l'exécutes vraiment très bien. Pourtant, je crois qu'il y avait encore moyen de faire mieux, par exemple si tu avais essayé de me bloquer les bras avec tes genoux, mais c'est trop tard maintenant ! A moi de jouer à présent, mon trésor ...

Yannick redresse lentement le buste, tout en repoussant sans peine les mains d'Angélyne qu'il a prises entre les siennes. Sans lâcher les doigts menus captifs des siens, il la ceinture doucement, l'emprisonne contre lui, la serre tendrement, et, à son tour, la harcèle de baisers, inondant son visage à la moue coquine, l'étouffant de toute sa tendresse. A mon tour de triompher, ma musaraigne ! murmure t-il contre sa bouche. Crois-tu être capable de te dégager de mes bras, mon cœur ? Que ferais-tu si c'était un combat véritable ?

avatar

On m'appelle Angélyne Montaigu


Infos Personnage
RANG: (joueurs que votre personnage à renconter en RP)
VILLE & APPARTENANCE : Midel-Heim
MON AGE : 20 ans
Féminin
MESSAGES : 907
AGE : 45
INSCRIT LE : 19/10/2011
PSEUDO HABITUEL : /
Joyaux : 0
http://www.ile-joyaux.com/t287-angelyne-montaigu#top
Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   - Jeu 29 Déc 2011 - 10:39

Yannick est vraiment adorable ! Le voilà au tapis, sans grande résistance, Angélyne n'est pas dupe, et se moquant gentiment d'elle, en implorant grâce ! Mais, rapidement, il reprend le contrôle de la situation, prodiguant de judicieux conseils et donnant sa première leçon de combat rapproché à son élève attentive. Il ne se prive pas, cependant, de submerger la jeune femme de baisers passionnés, la plongeant ainsi dans un océan d'amour, infiniment doux à son coeur meurtri. Cette vague de tendresse emporte sa vigilance, elle se retrouve bientôt prisonnière des bras puissants de son compagnon qui l'encerclent tendrement, entraînant ses mains dans son dos, leurs doigts intimement entremêlés. Elle est complètement immobilisée, plaquée contre son torse !

Ses yeux céruléens s'arrondissent étonnés, puis pétillent d'excitation, à l'idée que Yannick la prenne vraiment au sérieux, pour ses joutes amicales, ils affrontent sans détour les prunelles mordorés qui les défient. Comment se défaire de cette étreinte ? Angélyne n'en sait trop rien, contre un véritable agresseur, elle y mettrait toute sa hargne, à défaut de la force, qu'elle n'a pas, mais contre lui, contre son amour, elle ne peut utiliser que la ruse ...

- Alors, voyons voir, mes mains sont emprisonnées par les tiennes, mais les tiennes aussi sont retenues du coup, réfléchit-elle, à voix haute, un sourire amusé courant sur ses lèvres vermeilles. Seule ma tête est libre, vu que tu me serres contre toi, je ne peux pas faire grand chose ... Mais je peux, peut-être, essayer de te convaincre de me lâcher, en utilisant des arguments peu conventionnels ... minaude-t-elle, ponctuant ses dires, en parsemant de baisers le visage taquin de Yannick. Puis tirant légèrement sur ses bras, elle fait mine de vouloir libérer ses mains, sans grand espoir, car même si la poigne de son geôlier se fait velours, elle n'a pas les muscles pour le contrer. Je n'ai pas la force de libérer mes mains, je n'en ai pas vraiment envie d'ailleurs, j'aime sentir ton corps contre le mien, je peux t'embrasser, te cajoler à loisirs, c'est fou, mais j'adore ça ! Je pourrais aussi te mordre pour me dégager, non ? Ici, ou là ... mimant ses mots en mordillant, délicatement, sa gorge, puis ses oreilles, et son nez. Mais lâcherais-tu prise pour autant ? Rien n'est moins sûr ... Alors je préfère la méthode douce ... Et elle happe les lèvres de Yannick, jouant avec elles tour à tour, elle y met tout son amour, et l'embrasse passionnément, longuement, elle plonge ensuite dans le regard d'ambre, le souffle court:

- Tu veux bien me lâcher les mains, mon amour, s'il te plaît ? quémande-t-elle, nouant autour de lui, ses jambes nues, largement dévoilées, par une chemise qui n'a pas résisté à leur chahut, et qui s'obstine à remonter le long de ses cuisses fuselées.


Calyth Montivelle, Pilote / Janalya Hermontrick, Maître armurier / Ylaria Desnolancès, Cultivatrice


Avatar de Thélou / Sign d'Aza
Merciiiii !

On m'appelle Contenu sponsorisé

Posté dans Re: [HOT] Manoir de Yannick Saule   -

Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum